StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
John Ostrander
 
  • Présentation
  • Un fan de Star Wars ...

    John Ostrander se définit comme un fan de Star Wars depuis la première heure, voire depuis l'heure d'avant encore ! Il explique notament qu'il a été « fan de Star Wars avant même que le premier film sorte sur grand écran. ». « J'ai vu la novellisation dont le titre m'intriguait et je l'ai acheté. Je pensais à l'époque que s'ils pouvaient rendre à l'écran ne serait-ce que la moitié des effets spéciaux, ce serait déjà très bien.». On comprend ainsi mieux pourquoi il prend, peut-être plus que quiconque, autant de plaisir à jouer dans ce qu'il appelle le bac à sable de Georges Lucas : « Je ne piloterais jamais d'X-Wing, je ne manierais jamais de vrai sabre-laser, et je n'arrive à utiliser aucun des pouvoirs de la Force. Mais je peux écrire ce que les personnages font et peut-être même voir un des personnages venant de mes histoires dans un film Star Wars! » ! Bref il aime et connaît Star Wars et son Univers Etendu sur le bout des doigts ... si bien que quand on lui demande son personnage préféré de l'UE (qu'il n'ait pas créé), il répond que « ce serait probablement Thrawn : un méchant formidable ». Maintenant, on en est sûr : John Ostrander est vraiment un fan de Star Wars !


  • ... qui fait carrière dans le comics

    D'abord acteur dans une troupe de théâtre à Chicago, Ostrander s'est tourné en 1983 vers l'écriture de scénario de comics. Il écrit pour diverses maisons d'éditions comme DC Comics pour laquelle il participe à la série The Spectre. On y retrouve des thèmes chers à John Ostrander, comme la réflexion sur la morale, la colère et la volonté divine, qu'il a pu étudier pendant ses études de théologie entamées avant sa carrière de scénariste afin de devenir prêtre catholique ! Toujours chez DC Comics, il travaille sur Firestorm, Manhunter, Justice League ou encore Suicide Squade et Wasteland. Il touche également aux comics Marvel comme X-Men, Quicksilver ou The Punisher et crée le personnage de GrimJack chez First comics en 1991. A partir des années 90, il acquiert ainsi une certaine notoriété dans le monde du comics qui apprécie son travail sur de nombreuses séries.

    GrimJack, un autre personnage de John Ostrander


    Cette reconnaissance lui vaut de travailler en 2000 chez Dark Horse qui lui confie plusieurs story-arc de la série Republic. Ses premiers vrais pas dans un comics Star Wars ont lieu dans l'arc Mémoire Obscure (Republic #19 à 22) où il met en scène un certain Quinlan Vos, chevalier Jedi ayant perdu la mémoire à qui tout le monde en veut ! Il créé ainsi un de ses personnages dont il fera par la suite une véritable star (dans les séries Republic et Clone Wars). A l'époque, c'est déjà Jan Duursema qui dessine le Jedi plutôt atypique qu'est Quinlan Vos (enfin atypique pour les américains car le coup du Jedi qui perd la mémoire, Kano et sa fiction Le Jedi Perdu nous l'ont déjà fait – fin du coup de pub amical) ! Au fil des story-arcs comme Ténèbres, La Guerre de Stark ou Rite de Passage, John Ostrander développe autour de son héros Quinlan Vos tout une petite mythologie de personnages parmi lesquels on retrouve Vilmarh Grahrk son vieux partenaire pour le meilleur et surtout pour le pire, Aayla Secura sa Padawan Twi'lek, Tholme son Maître, le clan Vos, les Morgukai, les Maîtres Jedi Zao, Oppo Rancisis, Mace Windu, T'ra Saa. On retrouvera par la suite tout ce beau monde dans la deuxième phase de la série Republic qui commence en même temps que la Guerre des Clones.



    La période Clone Wars marque un tournant dans la série Republic où on passe d'une série de qualité variable mais en progression constante, à de véritables bijoux comme on en avait rarement vu dans l'univers Star Wars . A cela, il faut rajouter la mini-série Jedi, également d'excellente qualité, dont John Ostrander signe en 2003 quatre des cinq volumes (à savoir Jedi : Mace Windu, Jedi : Shaak Ti, Jedi : Aalya Secura et Jedi : Count Dooku). La recette utilisée par John Ostrander est aussi simple qu'ingénieuse : l'intrigue principale tourne autour d'une seule question : « Pour qui Quinlan Vos roule-t-il réellement ? ». A partir de là, il jongle avec brio avec les trahisons, double et triple jeu, trahisons, révélations, vraies fausses couvertures, ... au sein d'une Galaxie prise dans une guerre dévastatrice. L'alchimie prend et les fans en redemandent ! Le personnage de Quinlan Vos devient tellement populaire qu'un clin d'œil lui est fait dans l'Episode III. Il devait d'ailleurs apparaître dans le film et mourir sur Kashyyyk mais Lucas en a finalement décidé autrement. Quinlan meurt donc dans l'adaptation en comics de La Revanche des Sith, victime de son succès. Cette mort n'étant pas du goût des deux parents de Vos, Ostrander et Duursema ont donc décidé de lui offrir un dernier story-arc : Trahison (paru fin 2005) pour une fin en apothéose, soixante-quatre numéros après sa création dans le #19.

    Alors que les fans savourent la fin de cette belle aventure, Ostrander, lui, pense déjà au futur et commence alors à travailler sur ce qui deviendra Legacy.


  • Ah comme le monde est petit !

    Originaire de Chicago où il a vécu pendant 38 ans, il a ensuite déménagé sur la côte est au gré des promotions de sa femme Kimberley Yale dont le métier n'était autre qu'éditeur chez DC Comics. Le couple avait même envisagé de s'installer dans le New Jersey pour se rapprocher d'un couple d'amis proches : Jan Duursema et Tom Mandrake. Cependant Kim, avec qui John coécrit la plupart de ses scénarios, meurt en 1997 d'un cancer du sein. Aujourd'hui John Ostrander vit avec Mary Mitchelle, dessinatrice avec qui il a notamment réalisé la mini série Gotham Nights. En 2006, il signe trois numéros de Batman pour DC Comics avec Tom Mandrake, le mari de Jan Duursema, aux pinceaux !
 
L'actualité de John Ostrander
 
Publicité