StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
Premier Sang
  • Titre original Kanan #7 à 11 - First Blood
  • Genre Comic-Book
  • Série Kanan (Vol. 2)
  • Univers Officiel
  • Année et période -20 (Guerre des Clones)
  • Scénariste(s) Greg Weisman
  • Dessins Pepe Larraz
  • Couleurs David Curiel
  • Couverture Mark Brooks
  • Traducteur(s) Mathieu Auverdin
  • Synopsis :

    Avant de devenir le leader de l'équipage du Ghost, avant même de s'enfuir face aux troupes de l'Empire après l'Ordre 66, Kanan était un jeune Padawan. Tout juste arrivé à l'Académie Jedi, le jeune héros va être pris dans une aventure qui le dépasse.

  • Note du staff SWU
     (85 % - 5 commentaires)
  • Note des internautes
     (86 % - 8 commentaires)
     (82 %)

    Il y a eu précédemment quelques interrogations sur le découpage choisi dans nos critiques pour cette série. Comme la question peut se poser, et se pose même encore plus pour cet arc, je vais en guise de préambule clarifier tout ça.

    Pour le premier arc, il n’y avait pas matière à polémiquer, le premier arc s’arrêtait bien à l’issue 5 car même si on voyait le petit groupe de Rebels au tout début de la première issue, ils en étaient absents tout le reste du temps. En effet, l’arc Le Dernier Padawan se passe en l’an -19 : j’ai donc jugé uniquement la partie sur la jeunesse de Caleb Dume. Tout oppose ce début de série et cet épilogue (la sixième issue) : la date, les personnages, l’histoire, le dessinateur et même le prénom du héros. Il s’agit indubitablement de deux histoires différentes.

    Pour cet arc, ça se corse un peu plus, en effet au début de chaque issue on a droit à une page qui nous montre l’histoire du groupe de rebelles. Et cette cinquième issue, même si elle clôture l’histoire du passé de Kanan, ouvre aussi la porte à la sixième qui encore une fois montrera la fin de « l’intrigue » Rebels. J’ai été tenté de faire une seule critique pour le tout MAIS ça n’aurait pas été cohérent avec ce que j’ai fait pour le premier arc, et surtout les arguments cités au-dessus restent valables : date, personnages, histoire, dessinateur, prénom du héros différents.

    Vous voulez une raison de plus, une raison plus personnelle ? Je trouve injuste dans une critique dessin de juger deux artistes en même temps… Dans un crossover comme Vador : Abattu, je n’avais pas le choix, même si le travail de Larroca a diminué celui de Deodato Jr. Mais là je refuse qu’un autre dessinateur vienne gâcher l’œuvre de Pepe Larraz, cet artiste a du talent à revendre donc je le jugerai lui et uniquement lui !
     

    Caleb Dume, encore au temple Jedi, cherche toujours à trouver un maître qui le propulsera dans une guerre des clones déjà bien entamée. C’est parti !

    Dessin

    Vous le savez tous, Larraz est mon chouchou. Mais il ne faut pas oublier qu’il fait la paire avec David Curiel, son coloriste. Les nébuleuses en dégradés de bleu, on les doit plus à Curiel qu’à Larraz. Mais Larraz n’est pas en reste puisqu’il est d’ores et déjà passé maître, faisant mieux que certains maîtres des comics Marvel. Après l’avoir côtoyé pendant près d’un an, je peux dire qu’il a un don, et plus particulièrement pour deux choses.

    La première, je n’ai jamais vu quelqu’un réussir autant les expressions faciales que lui. Quand je vois Caleb les larmes aux yeux j’ai envie de pleurer, quand je vois Depa souffrir c’est moi qui souffre, quand je vois ce jeune padawan rire je me sens bien car il est heureux. On s’attache forcément à tous ces personnages, non pas par l’histoire mais davantage par les dessins. C’est ahurissant qu’il arrive à transmettre autant de force sur ses visages, mais en même temps c’est ce qui rend ce comics si plein de vie.

    La seconde, les combats, mais plus que les combat et le dynamisme qu’il transmet, ce qui est sublime c’est le fait de les faire tenir sur une double page. Chaque combat a droit à sa double planche, offrant un plus grand enchainement d’action. Même si cela nous fait perdre un peu le fil conducteur entre les cases incrustées au cœur de ces fresques de violences nécessaires. Il utilise les mêmes techniques que j’avais relevées dans ma critique du style d’Immonen, il fait sortir de ses cases les personnages et leurs armes, et il utilise énormément le « flou » pour donner une idée de mouvement. Mais surtout, le coloriste utilise la bonne dose de couleur dans les bon tons, ce qui fait que chaque scène nous saute aux yeux et la myriade de couleurs très colorées utilisée fait exploser le tout à la lecture alors que tout est réellement entrain de sauter dans l’histoire.

    Vous cherchez un plus ? Dans le combat face à Grievous, observez bien les techniques utilisées par son adversaire, c’est les mêmes poses qu’Obi-Wan utilisera dans son futur combat lui aussi face à Grievous.


    Vous l’aurez compris, Larraz et Curiel sont une des meilleures teams de dessinateurs (avec la team Checchetto). On assiste cependant à un démarrage un peu lent de l’arc côté dessins, on sent un Larraz un peu fatigué, un peu brouillon sur les premières issues, mais qui se rattrape magnifiquement bien avec la cinquième issue qui est sa dernière de la série. Dans cette dernière issue, on trouve presque uniquement des doubles pages sur lesquelles il prouve l’étendue de son talent.


    J’aurais aimé mettre pour la première fois un 49/50 mais pour le petit coup de mou de début d’arc et le manque de scènes spatiales, ce sera 45/50.
     

    Scénario

    Comme le premier arc, ça reste très classique à ceci près que cette fois-ci on n’a plus d’enjeu. Pour le premier arc on savait que l’ordre 66 arrivait, mais on ne savait pas quand. On ne savait pas si/quand Depa allait mourir, idem pour Kasmir, et puis il y avait ce retournement final très inattendu.

    Dans cet arc, qui malheureusement se passe avant, il n'y a aucun suspense. On ne craint ni pour Depa et Caleb, ni pour les commandants clones, ni pour le temple Jedi, on ne craint pour aucun des « gentils ». Les seuls sorts indéterminés restants sont ceux des méchants… puisqu’on sait que les gentils s’en sortent. Sauf quand on nous sort un Grievous…

    Sont donc introduits dans cet arc deux frères travaillant pour les séparatistes qui vont donner du fil à retordre à Depa et à son jeune Padawan. Malheureusement, aucun background n’accompagne leur apparition et ils sont tous deux trop vite expédiés.

    Heureusement, Weisman a compris quel était l’avantage d’avoir Larraz aux dessins, il lui donne donc dans le scénario des bouleversements dans la vie du jeune Caleb. Au-delà de chercher des enjeux ou du suspense dans cet arc, il faut davantage le voir comme les événements qui ont forgé le caractère de Kanan, ceux qui ont représenté un choc dans sa vie : la perte d’un proche, le premier combat, la joie d’une victoire, la peine d’une défaite, la mort d’un ennemi de ses mains…

    C’est ça que nous propose ce titre et si on le prend comme tel et qu’on adore le gamin plein d’énergie qu’est Caleb, on aime le voir évoluer. 

    37/50



    + Les plus

    Larraz, un maître Jedi que je veux revoir sur du Star Wars 
    Les sentiments et l’évolution de Caleb 
    Les couvertures de Brooks toujours parfaites

    - Les moins

    Petit coup de mou au début pour les dessins 
    Histoire sans enjeux/suspense pour le lecteur

  • 24/02/2016
     (85 %)
    Ce deuxième et dernier arc de la série Kanan, intitulé First Blood, est terminé, contrairement à la série, qui tirera sa révérence avec le numéro 12 et la conclusion de l'histoire de nos héros sur Kaller. Est-ce que la dernière histoire (pour l'instant) du padawan Caleb Dume nous a convaincu ? Verdict ! 

    Scénario : 

    On retrouve toujours Greg Weisman au scénario. Le premier arc était une franche réussite au moment de sa sortie, avec un Univers Etendu officiel comics plutôt moyen en qualité. Je ne vais pas tourner autour du pot : ce second arc est excellent également ! Cette fois-ci, l'histoire se déroule avant l'Ordre 66 (narré dans l'arc 1 pour rappel) et le lien et parfaitement fait : on apprend comment Kanan devient le padawan de Depa et ce dernier numéro se déroule juste avant leur arrivée sur Kaller (bataille narrée dans l'arc 1 pour rappel (bis)). C'est assez incroyable de voir avec quelle profondeur le scénariste a réalisé son histoire. Kanan, en tant que padawan, prend un relief tout particulier et on assiste vraiment à son évolution et à son apprentissage. On par d'un gamin entêté et zélé, et on arrive avec un véritable adulte, mature et sage à la fin de l'histoire. Mais monsieur Weisman est allé encore plus loin en creusant le personnage de Depa Billaba. On a une véritable symbiose entre maître et padawan mais aussi des doutes, de la peur, de la souffrance, des remises en question. Au-delà de ça l'histoire n'est pas hyper-surprenante mais je ne suis pas sûr que c'est l'effet recherché en priorité, contrairement au Dernier Padawan qui se terminait par un cliffhanger à chaque issue. Mais ça bouge beaucoup, on ne s'ennuie pas du tout, et c'est presque regrettable de ne pas avoir quelques temps morts par moment. 

    Petit plus pour les amoureux de l'univers étendu Legends : on retrouve Depa Billaba dans une cuve à bacta, dans le coma, après un séjour sur Haruun Kal… 

    Dessins : 

    Comme pour le premier arc, on retrouve Pepe Larraz. C'est toujours aussi propre et agréable. On en prend plein les yeux avec certaines planches très bien colorisées. Certains traits d'expression, un peu exagérés, sont plaisants. Enfin, le dernier numéro fini en apothéose, avec pratiquement que des planches "larges" sur 2 pages durant tout le comics. Des décors magnifiques, des scènes d'actions explosives et réalistes, des visages réussis et des combats au sabre laser sublimes…bref, merci Pepe Larraz. 

    Conclusion : 

    Un arc qui conclut la série - enfin, il reste un numéro pour conclure l'aventure des rebelles - avec brio. Un personnage qu'on ne connait que par Rebels qui prend une toute autre dimension de par son passé, que nous connaissons désormais. On aurait aimé en voir plus, dommage.
  • 25/02/2016
     (90 %)  •  Langue : VO
    Superbe ! Dans la grande continuité du premier arc, le travail de Weisman, Larraz et Curiel fait encore une fois des étincelles.
    Les dessins et la mise en couleur sont d'un dynamisme vraiment prenant. Les émotions des personnages sont superbement retranscrites et les combats ont un punch fou ! Les couleurs flashy de Curiel se confondent parfaitement au trait de Larraz, j'adore !
    Le rythme est soutenu, mais on va droit à l'essentiel. On n'est pas là pour faire du remplissage mais pour exprimer de manière concise et toujours intéressante le passé de Kanan Jarrus. Le personnage s'en sort vraiment grandit et sa relation avec son Maître est vraiment touchante.

    Vous trouvez que cela va trop vite ? C'est parce que c'est tellement agréable à lire ! L'ambiance et le contexte de la Guerre des Clones fait du bien quand on voit le reste de la production actuelle. Et c'est sans doute que là que vient ce sentiment de vitesse. J'ai trouvé ça très bien rythmé et jaugé. Il y a juste ce qu'il faut pour apprécier pleinement l'histoire qui se déroule devant nous.

    Petite mention pour le lien avec l'épisode "Duel entre Mandaloriens" de Rebels ! Ainsi qu'au droïde médical en début d'arc, très drôle dans son attitude.
  • 16/03/2016
     (80 %)  •  Langue : VO
    Pour ce second arc de la série Kanan, on oublie le post-Ordre 66, et on revient en arrière dans le temps, mais pas tant que ça, puisque First Blood se déroule durant la Guerre des Clones. Après quelques pages introductives nous montrant des Padawans en pleines leçons, on a droit à une attaque du Temple, entraînant le jeune Caleb à devenir l'apprenti de Depa Billaba, avant que l'on suive ses premières missions.

    Nous n'avons donc pas droit à une scénario fil rouge, mais plutôt à un enchaînement de batailles, nous autorisant à suivre l'évolution de Caleb. L'arc est donc plus rythmé que le premier, et Caleb Dume est vraiment très intéressant à suivre. Les clones, les mêmes que ceux du premier arc, sont très sympathiques à suivre, et quelques réflexions font sourire lorsque l'on se remémore le premier arc.

    Du côté des Séparatistes, l'apparition de Grievous séduira les fans, sans qu'elle ne soit cependant inoubliable. En revanche, les deux autres méchants, bien qu'ayant des petits rôles, sont plus satisfaisants.


    Un mot sur les dessins : sans être aussi admiratif que Lain, il faut reconnaître que c'est (presque) ce qui se fait de mieux sur l'Univers Officiel actuel. Seul Checchetto me plait davantage. Les personnages, et surtout les expressions faciales, sont très réussis, et on a droit à de beaux décors.
  • 29/06/2016
     (90 %)  •  Langue : VF
    Avant de devenir le Chevalier Jedi rebelle nommé Kanan Jarrus, il était Caleb Dume, padawan de Depa Billaba. Mais comment est-il devenu l'apprentie de la Maître Jedi ? Quel genre de garçon était-il, pris dans la tourmente de la Guerre des Clones, faisant face à des Séparatistes qui attaquent le Temple Jedi ou même au redoutable Général Grievous ? Alors que Kanan est inconscient et que ses amis du Ghost tentent de s'opposer aux troupes Impériales, les souvenirs l'envahissent et le cours du temps semble s'inverser, remontant près de deux décennies en arrière !

    Deuxième arc de la série Kanan et, déjà, le dernier ! Quel dommage, tant la série était réussie !

    Après le très bon premier arc et un one-shot épilogue à la qualité pour le moins douteuse, nous revoilà plongé en pleine Guerre des Clones. Néanmoins, au contraire des cinq premiers numéros, l'arc ne se déroule pas de façon linéaire, mais s'étale sur plusieurs mois, chaque numéro racontant une étape sur le chemin qui mènera Caleb et son Maître Jedi sur Kaller. Bien évidemment, l'intrigue reliant ces numéros est liée, mais chacun d'eux peut se lire indépendant et comporte un début, un milieu et une « vraie » fin. L'avantage, c'est qu'on peut lire l'arc en deux ou trois fois sans problèmes, le tout sans que le récit ne souffre d'aucun problème de rythme, chose assez rare pour être soulignée ! :oui:

    Caleb s'impose comme un personnage attachant. Loin d'être parfait, loin d'être un Anakin Skywalker, il en a tout de même la malice, la curiosité, l'envie de savoir pourquoi les choses agissent ainsi. Le lien entre lui et Billaba est fait subtilement, leur relation est parfaitement crédible et se construit sur plusieurs petites scènes différentes, à peine une cas ou deux parfois mais cela suffit. La meilleure chose à faire, après avoir lu cet arc ? Enchaîner par une relecture du premier, l'Ordre 66 n'en sera que plus dévastateur ! :sournois: Voir Grey et Stiles ainsi, en acolytes, les analogues de Rex ou Cody pour nos deux Jedi, est d'autant plus douloureux. Vraiment une très belle réussite que le scénario de cette série !

    Et que dire des dessins ! Ces dessins ! :love: Pepe Larraz fournit un travail magnifique, tout en dynamisme, en jeu d'ombres et en traits détaillés et précis. On est très loin du style d'un Brian Ching, c'est certain, mais c'est une totale satisfaction. La colorisation renforce évidemment cette impression, mais les expressions des visages (rarement dans un comics de Star Wars des personnages auront été aussi expressifs!) ou le découpage des cases (comme lorsque Caleb aperçoit Billaba pour la première fois) sont autant d'éléments qui témoignent de la grande maîtrise de l'artiste. C'est bien simple : je veux revoir Larraz sur la licence, tout de suite ! :oui:

    Résumons : un arc qui porte bien son nom, un scénario riche en rebondissements, la présence d'un Général cyborg bien connu, le tout soutenu par des dessins sublimes. Que demander d'autre ? On aurait aimé que la série dure plus longtemps mais, hélas, elle est prisonnière de son concept : le futur Kanan était un padawan inexpérimenté lorsque l'Ordre 66 a été déclenché ; il n'a pu devenir l'apprenti d'un Jedi que dans les dernières semaines de la guerre...

    Voilà une lecture indispensable pour les fans de la série Rebels... mais aussi pour tous les amateurs de comics ! :love:

    Note : 90%
La série
 
Univers
 
Ce livre fait partie de l'Univers Officiel Star Wars.
Pour plus d'informations, cliquez ici.
SWU fan database
 

Statistiques globales

157 membres le possèdent (qui ?)
139 membres l'ont lu (qui ?)

Ma database

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir gérer votre collection. Merci de votre compréhension.
Forum
 
Envie de discuter de ce livre ? Participez au forum sur le sujet qui lui est consacré !
Publicité