StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
Le Dernier Vol du Harbinger
  • Titre original The Last Flight of the Harbinger - Star Wars #21 à 25
  • Genre Comic-Book
  • Série Star Wars (Marvel) (Vol. 5)
  • Univers Officiel
  • Année et période 0 (Empire)
  • Scénariste(s) Jason Aaron
  • Dessins Jorge Molina
  • Synopsis :

    Les Rebelles vont voler un Destroyer Stellaire. C'est déjà une mission insensée mais, en plus de cela,Leia, Han et Luke dérobent le Harbinger pour s'en servir de bélier ! Une aventure qui serait déjà extrêmement périlleuse sans compter sur la présence des SCAR Troopers.

  • Note du staff SWU
     (40 % - 4 commentaires)
  • Note des internautes
     (45 % - 4 commentaires)
     (51 %)

    Voilà un arc qui semblait alléchant ! Une synopsis génial, un dessinateur de talent et un premier numéro introductif grandiose ! Ca ne pouvait pas rater.

    Je suis prévisible ou vous y croyez encore ? Je confirme ça n’a pas raté, c’est dans la même lignée que ce dont on a d’habitude sur cette série…

     

    I) Scénario : anarchique

    Qui n’a jamais rêvé de voir l’Alliance Rebelle à bord de son propre Star Destroyer ? Le hic ? Je croyais en lisant le synopsis que le but du comics était de voler un Star Destroyer à l’Empire. Vous imaginez ? Cinq issues de combats spatiaux, de courses-poursuites, de rafales de tirs dans les coursives, de piratages du vaisseau… Ah bah non on met tout ça dans la première issue et le Destroyer on ne le vole même pas pour notre flotte mais pour faire diversion avant de le jeter à la poubelle…

    Heu pardon ? Je veux dire si les Rebelles pouvaient se permettre de dérober à l’Empire, sans que celui-ci s’en rende compte, un Destroyer juste pour une petite mission, pourquoi ne pas le faire tous les quatre matins ?

    L’idée de base était séduisante si elle avait été compliquée à mettre en place, mais ils prennent à l’Empire une arme de guerre comme moi je vais acheter mes comics au magasin. Ceci dit ça reste un bon moment à lire, l’ambiance des films est même respectée ; sauf le temps d’une scène entre Leia et Han qui, bien que dans leurs dialogues restent fidèle à ce qu’on connait d’eux, est totalement surréaliste dans leurs actions.

    La grosse innovation de ce comics, innovation qui aurait dû être le vol d’un Star Destroyer, est l’escadron Scar (cicatrice en anglais), une escouade de choc de Stormtroopers. Il y a même un côté très commando car chacun d’entre eux possède une spécialité qui lui est propre et le comics récupère même un personnage du second arc de la série pour la diriger. C’était une très bonne idée d’autant plus qu’ils ont droit à un numéro d’introduction centré uniquement sur eux. Là où ça coince, c’est qu’ils sont sept et qu'ils ont chacun un nom et une personnalité. Alors quand tout ce beau monde rencontre Luke, Leia, Han, R2, C-3PO, Chewie et Sana, ça devient un beau merdier, on ne sait plus qui combat qui, qui est où, d’autant plus que les combats ont lieu partout dans le destroyer, sur sa coque, dans l’espace, etc. On ne comprend rien, on voit des gens qu’on croit mort de retour deux pages plus tard, enfin si il s'agit des mêmes. En deux phrases : la fin de ce comics se fait dans l’anarchie la plus complète et on ne comprend même pas si la mission a réussi et si oui, comment. Pire, on a même l’impression que la mission n’est plus la même entre le début de l’histoire et la fin ; et puis quand Vador arrive c’est le summum…

    Pour résumer, comme d’habitude sur presque toutes les comics Star Wars, on saute toutes les étapes, on n’attend pas de bien mettre en place l’intrigue et les personnages et on les balance direct dans le grand bain. Ce qui est dommage car l’escouade a l’air très intéressante à suivre (ils tâtent peut être le terrain pour nous refaire le coup d’Aphra, mais Aphra est écrit par Gillen et lui il a réussi à introduire des personnages sans trop en faire).

    29/50

     

    II) Dessins : Molina, il a déjà vu les films ou… ?

    On tourne les premières pages et on est bluffé ! On découvre l’escouade de stromtroopers et chacun possède une identité propre qui le différencie des autres. C’est stylisé, les couleurs nous sautent aux yeux on en redemande. La technologie manque parfois d'un peu de détails et reste souvent trop « lisse » (la faute au Réveil de la Force dirons-nous) mais ce n’est pas grave, les armures sont parfaites.

    Puis on continue notre lecture et on découvre que les stormtroopers ne combattent pas des soldats en armure puisqu’ils combattent des rebelles et que les rebelles n’ont pas de casque. Et c’est là qu’on commence à voir le drame venir. Les visages de ces soldats rebelles anonymes sont déformés et beaucoup trop stylisés. Ils ont des grands yeux, la mâchoire qui tombent, manquerait plus qu’un loup et une pin-up fassent leur apparition et on serait dans un tex avery. Bon, on lui laisse le bénéfice du doute car on l'aime bien cette escouade Scar et on commence à lire la suite…

    Les signes étaient pourtant là, on aurait dû les voir ! C’est donc maintenant que je pose ma question à Jorge Molina : « Mec, tu as déjà vu les films de la trilogie ? Car en voyant ta Leia anorexique avec une tête immense, ton Han qui ressemble à une brindille (alors que C-3PO a pris en largeur) et Luke qui varie entre l’ado de 14 ans et le guerrier à la Rambo on peut se le demander... » La seule qui s’en sort à moitié c’est Sana et pour cause, on ne la voit jamais dans les films. Bon je suis sans doute trop virulent, Chewie est souvent très bien retranscrit même s'il fait un peu trop peluche. On regrette aussi les expressions ultra-accentuées sur les visages des personnages qui enlèvent tout sérieux aux scènes. Pour résumer, comme pour Larroca quand on tombe le masque, nous on tombe des nues.

    Une fois qu’on a vu ça on tourne les pages uniquement pour voir comment ça se termine, mais lorsqu’un combat spatial a lieu et qu’on découvre ça :

    On se dit que chaque vaisseau pris seul est bien fait mais que dans la page il n’y a aucune idée de mouvement ou de dynamisme. Alors que tout simplement il suffisait de faire un « flou » pour donner une impression de vitesse. On ne parlera pas non plus du contour noir autour des lasers qui, de un les fige dans l’espace, et de deux donne un côté Paint écœurant à l’ensemble.

    22/50



    + Les plus

    L’escadron Scar
    Récupération de personnage

    - Les moins

    Le vol de l’Harbinger
    Anarchique
    Personnages caricaturés

  • 07/12/2016
     (30 %)  •  Langue : VO
    Ca y est j'ai lu le dernier arc sur le vol de l'Harbinger. Bon je suis totalement en accord avec ce que dit Lain mais je suis même un peu plus sévère. On a vraiment l'impression que cet arc est là pour faire bouche-trou et surtout, on a le sentiment que c'est bâclé salement. Le scénario en lui-même est pourtant intéressant, le vol d'un destroyer c'est plutôt osé et effectivement on s'attend vraiment à mieux. Je reviens encore une fois sur ce que dit Lain concernant un passage (je devrais plutôt dire UNE ISSUE ENTIERE) dans lequel Han et Leia ont une scène surréaliste. Sérieusement il lui est passé quoi par la tête à l'auteur ? Pendant un moment je me suis dit que Tag & Binks à côté c'était du sérieux tellement c'était WTF. D'ailleurs ils ont aussi (encore eux) une scène ensemble à la fin ou c'est n'importe quoi également. Et puis une fois terminé on se demande à quoi à servi ce comics franchement. On est dans un on-going et il n'y a absolument aucun impact pour la suite, sauf pour un personnage. Mais on ne le voit tellement pas venir (et c'est pas un compliment, on est pas sur un cliffhanger de malade je vous arrête tout de suite) que quand on tombe sur la dernière page, on se dit "ah, finalement l'auteur a du se rappeler que cet arc devait servir à quelquechose". Bon enfin, heureusement que l'escouade de stormtroopers, les SCARS, sont là pour relever le niveau, bien qu'on ait du mal à les distinguer.

    Au niveau des dessins c'est une catastrophe, on a des personnages qui ne ressemblent à rien, des vues spatiales figées, sans aucune impression de dynamisme. Les stormtroopers sont complètement difformes, même Larroca les réussissait mieux, c'est dire. On a des passages où on se demande ce qu'il se passe tellement c'est mal dessiné avec des cases qui n'ont pas de liens entre elles.

    Bon enfin, le pire arc de la série pour le moment sans hésiter.
  • 15/05/2017
     (50 %)  •  Langue : VF
    Pour forcer le blocus imposé à la planète Tureen VII, Luke Skywalker et la Princesse Leia ont une idée aussi inattendue qu'a priori impossible à réaliser : dérober un Destroyer Stellaire Impérial, le Harbinger, et s'en servir de bélier ! Et si les Rebelles pensaient avoir fait le plus dur en piratant le bâtiment, ils vont être surpris. Car l'escadron SCAR, spécialiste des missions difficiles, est sur leur trace avec, à leur tête, un adepte du sabre-laser qui a des comptes à régler avec Luke. Sans oublier que Dark Vador lui-même se trouve près de Tureen VII !

    Sur le principe, l'arc est génial. On s'attend effectivement à voir des batailles spatiales, des sacrifices, les héros lutter pour mettre la main sur le Destroyer, et on a bien tout cela... pendant un numéro, en fait, le #22. Bien que souffrant de quelques (très grosses) facilités, on se laisse absorber par ce passage qui fait qu'on se dit que oui, cet arc démarre bien, d'autant plus après un numéro prologue qui nous montre l'escadron SCAR en pleine action, loin des « bêtes » stormtroopers. Cela démarre donc super bien. :oui:

    Mais comme on dit, tout cela, c'est avant le drame, bien entendu.

    Le drame, c'est le #23. Et à partir de là, l'arc s'enfonce dans le n'importe quoi. La chronologie des événements elle-même n'est plus claire, entre les réparations du Destroyer qui n'en sont pas mais qui en fait ont lieu, mais oui mais non, en une semaine ça n'a pas été réparé mais en fait si et surtout, surtout, un numéro entier consacré à une course entre Han et Leia dans les coursives du Destroyer pour déterminer qui sera le Capitaine du Harbinger. Ça aurait pu être drôle si la course avait été vue en arrière-plan, en fond tandis que d'autres personnages discutent, en running-gag alors que le fond de l'intrigue était sérieux. Mais ce n'est pas le cas, l'idée étant prise au premier degré et débouchant sur des scènes surréalistes qui occupent TOUT UN NUMERO de l'arc ! :pfff:

    Fatalement, lorsque les SCAR déboulent à bord du Habringer, ça devient encore plus compliqué à suivre, la narration devenant du n'importe quoi, le summum étant atteint dans le dernier numéro de l'arc. Tout le monde se fiche de tout le monde, personne ne communique pour savoir ce qu'il convient de faire, Han et Leia nous remettent ça à faire absolument n'importe quoi, on ne sait pas si tel SCAR est vivant ou mort, on se fiche des Rebelles anonymes qui vont être éliminés par paquets, nos héros eux-mêmes ne vérifient même pas s'ils ont quitté le Harbinger ou non... le pire étant atteint dans les dernières pages de l'arc, avec un cliffhanger imprévisible (mais dans le mauvais sens, car rien ne le laissait apparaître, et finalement bien peu crédible), les bases sur les lunes de Tureen détruites l'air de rien, au détour d'une case, toujours par le même personnage pourtant déjà bien occupé... Pénible, en fait. :pfff:

    Aux dessins, je suis mitigé. Je n'ai rien contre les représentations exagérées et le style cartoony de Jorge Molina. Les designs des SCAR sont plutôt réussis, même s'ils sont un peu trop massifs à mon goût, mais pourquoi pas... Mais la narration manque de dynamisme, l'ensemble est figé, les batailles spatiales ne sont pas spectaculaires ! Les personnages manquent également de détail, et ça c'est clairement ennuyeux. Alors ce n'est pas catastrophique, on est loin des purges (pas le titre, hein!) de l'ère Dark Horse, mais on regrette les Immomen, Deodato ou Larraz. Visuellement, c'est pas enthousiasmant non plus. :neutre:

    Déception donc pour ce nouvel arc de Star Wars, et pourtant vous savez maintenant à quel point je suis bon public. Mais là, j'ai vraiment eu l'impression d'être devant un arc de transition. Pourquoi pas, mais cela ne dispense pas Jason Aaron de raconter une histoire ! :grrr: Il aurait pourtant suffit de pas grand chose : la place libérée sans les idioties du #23 aurait permis de mieux narrer les événements des #24 et 25 qui, eux, sont trop à l'étroit dans leur 20 pages respectives. Mais non : pourquoi se compliquer la vie alors que la série est encore à l'heure actuelle l'une des meilleures ventes de Marvel ? :siffle:

    Note : 50% (parce que je suis quand même bon public !)
  • 12/08/2017
     (30 %)  •  Langue : VO
    Une idée de base alléchante, totalement gâchée par une narration poussive et des situations inutiles. Reste un de dessin inégal mais avec une certaine personnalité. Bref, à lire pour le fun et les troopers plutôt bien foutus (pour un republic commando 2, ce serait parfait), mais c'est tout.
Univers
 
Ce livre fait partie de l'Univers Officiel Star Wars.
Pour plus d'informations, cliquez ici.
SWU fan database
 

Statistiques globales

101 membres le possèdent (qui ?)
88 membres l'ont lu (qui ?)

Ma database

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir gérer votre collection. Merci de votre compréhension.
Forum
 
Envie de discuter de ce livre ? Participez au forum sur le sujet qui lui est consacré !
Publicité