StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
Koffi Arana
Biographie
 
Autrefois sage représentant de l'Ordre, le Maître Koffi Arana fut tellement bouleversé par ce qui arriva aux Jedi à la proclamation de l'Empire Galactique qu'il mit en péril la plupart de ses principes pour tenter d'y trouver une solution, jusqu'à sombrer dans la décadence et courir finalement à sa perte.

Dix-neuf ans avant la Bataille de Yavin, puisqu'il venait de rentrer d'une des batailles de la Guerre des Clones auxquelles il avait encore participé en tant que général, Arana était présent sur Coruscant lorsque la capitale fut attaquée par les forces Séparatistes, une situation qui le poussa surement à défendre la cité à bord d'un des chasseurs du Temple, avant que leurs ennemis ne soient mis en déroute par le sauvetage du Chancelier, la fuite du Général Grievous et la mort du Comte Dooku. Peu de temps après, au cours d'un briefing sur les sièges de la Bordure Exterieure mené par le Maître Obi-Wan Kenobi et à l'issue duquel il croisa Shadday Potkin et Anakin Skywalker, cet humain à la peau sombre reçut alors l'ordre de se rendre sur Boz Pity avec quatre autres humains et deux Niktos pour y aider le Maître Quinlan Vos dans sa tache, même si ce dernier dut finalement s'en aller sur Kashyyyk quelques jours plus tard pour assister Yoda et Luminara Unduli dans la défense des fiers Wookiees. Malheureusement pour lui, en étant laissé aux commandes des troupes locales après le départ du Kiffar, Koffi fut également en toute logique le premier visé lorsque Palpatine demanda aux troupes clones présentes d'exécuter l'Ordre 66, à savoir tuer leurs généraux Jedi. Selon la volonté de la Force, sur les sept compagnons qui avaient été envoyés en renfort sur Boz Pity, seul Arana échappa pourtant à la mort, et c'est cette nouvelle condition de rescapé d'une tragédie qu'il ne comprenait pas qui le poussa à chercher des explications.

Sans savoir que son Ordre avait été anéanti en quelques heures par le Chancelier Palpatine, qui était en réalité le Seigneur Noir des Sith Dark Sidious, que celui-ci avait converti le prodigieux Anakin Skywalker pour l'aider dans ses sinistres plans et que la République s'était transformée en Empire, le Maître Arana quitta ainsi Boz Pity pour rejoindre Coruscant avec l'espoir d'y trouver quelqu'un pour répondre à ces questions, en prenant tout de même le soin de troquer ses toges de Jedi pour une combinaison d'un rouge éclatant. Dès qu'il eut posé pieds dans la capitale, la seule chose que trouva cet humain fut cependant un profond désespoir quant aux changements apparus en un peu plus de deux jours, un sentiment rejoint par la colère lorsqu'il se tint devant le Temple en flammes et assiégé par les soldats clones, et qu'il ne put rien faire pour aider le jeune Chevalier qui sortit de nulle part et s'élança contre leurs ennemis, sous peine de perdre lui-aussi la vie. Dégouté par ce qu'il venait de voir, sans un regard pour les quatre autres Jedi cachés dans la foule, dont Kai Hudorra, Noirah Na et Dass Jennir, Koffi décida finalement de quitter aussitôt la planète, mais ce fut sans compter sa nouvelle rencontre avec le Maître Shadday Potkin, elle-aussi survivante venue incognito, qui lui fit part de ses projets.
Consciente qu'ils ne pouvaient laisser les Sith plonger la Force et la Galaxie dans l'obscurité, celle-ci l'informa alors du conclave qu'elle avait décidé d'organiser après avoir retrouvé quelques Jedi qui avaient surement survécu, une idée qu'approuva immédiatement Arana, même si elle ne prit forme qu'un mois plus tard sur Kessel.

Là, au coeur d'une mine abandonnée, Koffi Arana retrouva ainsi des gens comme Ma'kis'shaalas, Jastus Farr, Bultar Swan et Tsui Choi, et, dès la réunion débutée, en profita pour exprimer haut et fort ses idées, à savoir qu'ils devaient tout mettre en oeuvre pour tuer les Sith et faire s'écrouler leur Empire, réussir à vaincre le mal là où leurs confrères morts et manipulés avaient échoué. Bien que justifié, un tel discours en rebuta pourtant plus d'un, et parmi ceux-là le Maître Choi lui répondit notamment que ses projets s'apparentaient à une vengeance préparée et au Coté Obscur, une voie qu'Arana jugea probablement nécessaire si cela impliquait à terme la victoire des Jedi. Malheureusement, leurs discussions passionnées ne furent d'aucune utilité pour ces huit survivants, pour lesquels Potkin avait depuis le début prévu un combat contre Dark Vador, l'apprenti de l'Empereur qu'elle avait attiré jusqu'à eux avec le nom d'Obi-Wan Kenobi comme appât, sans connaitre la raison de son animosité à l'égard du preux Maître Jedi. En sachant cela, les participants au concile ne purent alors qu'activer leurs armes et se préparer à l'affrontement pour éliminer le Sith comme Shadday l'avait voulu, un affrontement auquel Koffi était plus que ravi de prendre part, même s'il ne se déroula pas en sa faveur.

D'abord projeté contre l'une des parois de la mine, et ce juste après la mort de Sia-Lan Wezz, l'humain à la peau sombre vit en effet Vador échapper à sa lame lorsqu'il revint à la charge, puis son sabre-laser désactivé par la lame de cortosis que le Seigneur Noir avait pris à Potkin une fois qu'il l'eut tué, comme le furent les armes de ses compagnons encore en vie. Choi et Swan étant les seuls à avoir gardé leur moyen de défense, Koffi reprit cependant espoir lorsqu'ils parvinrent à trancher la main armée de l'ennemi et à le blesser au genou gauche, le laissant à terre en pleine reddition, du moins en apparence. Déjà sous l'emprise de ses émotions et de son désir de revanche, il demanda ainsi à l'Aleen et à l'humaine de le tuer sans attendre, ne croyant pas vraiment en la capitulation de leur adversaire, mais à son grand désespoir Bultar préférait toujours agir en Jedi et donc ne pas ôter la vie d'un être qui se rendait. Un tel comportement lui étant inacceptable dans ces conditions, conscient qu'il allait devoir s'occuper seul de leur problème, Arana ne vit alors d'autre possibilité que de tuer sa consoeur pour prendre l'arme qu'elle refusait de lui donner, et c'est ce qu'il fit avec ce même sabre-laser, avant de se précipiter sur Vador en déclarant à Tsui Choi qu'il allait venger le sacrifice de Bultar Swan, tout comme il allait venger les autres membres de l'Ordre décédés. Malheureusement pour lui, en succombant à ses noirs penchants, le Maître Jedi en perdit aussi toute raison, et oublia même son scepticisme quant à la prétendue reddition de Dark Vador, ce qui lui valut de recevoir finalement la lame de cortosis encore tenue par la main tranchée en pleine poitrine et en plein vol. Vaincu par la puissance et la ruse du Sith, Koffi Arana s'écroula au sol immédiatement et rejoignit la Force en sachant qu'il avait vécu ses derniers instants possédé par l'écho du Côté Obscur, même si cela n'avait été que pour faire le bien.
 
Dossiers associés
 
Le Dossier Clone Wars    Le Dossier Force - Les Archives Jedi   
Wiki SWU
 

Rédaction

Dernière mise à jour : 30/12/2008

Participer au Wiki SWU

Ce formulaire vous permet de proposer du nouveau contenu (historique du personnage par exemple) ou de nous faire part d'une erreur pour la fiche Koffi Arana. Celles-ci seront vérifiées et prises en compte dès que possible par un membre du staff.

ATTENTION : Les sources et médias doivent être indiqués en commentaire et si possible multiples. Tout copier/coller d'un autre site Star Wars est strictement interdit. Si vous souhaitez proposer du contenu de manière récurrente, rendez-vous sur le forum suggestions ! ;)
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir proposer du contenu.
Merci de votre compréhension.

Orthographe / grammaire

Cette fiche n'a pas encore été validée au niveau orthographe / grammaire par notre équipe de correction.
Si vous remarquez une faute dans la fiche, n'hésitez pas à nous la signaler via le Wiki SWU ci-dessus.
Recherche
 
Rechercher une fiche :
Mises à jour
 
Publicité