StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
Renaissance
  • Titre original Resistance Reborn
  • Genre Roman
  • Univers Officiel
  • Année et période +34 (Nouvelle Grande Guerre)
  • Auteur(s) Rebecca Roanhorse
  • Traducteur(s) Sandy Julien
  • Synopsis :

    Dans ce préquel à Star Wars : L'Ascension de Skywalker, les héros de la Résistance (Poe Dameron, la Générale Leia Organa, Rey et Finn) doivent riposter alors qu'ils sont au bord du gouffre.

    La Résistance est en ruines. À la suite de leur fuite déchirante de Crait, ce qui jadis était une armée se retrouve réduit à une poignée de héros blessés. Finn, Poe, Rey, Rose, Chewbacca, Leia Organa - leurs noms sont célèbres parmi les mondes opprimés pour lesquels ils ont lutté. Mais les noms ne vous font pas avancer, et le dernier appel à l'aide désespéré de Leia n'a pas eu de réponses.

    Depuis les jungles de Ryloth jusqu'aux chantiers navals de Corellia, l'ombre du Premier Ordre s'agrandit, et ceux qui ont le courage d'affronter l'obscurité sont épapillés et isolés. S'ils veulent espérer survivre, la Résistance doit voyager à travers la galaxie, à la recherche d'autres dirigeants - y compris ceux qui, dans des jours anciens, ont aidé une Rébellion naissante à renverser un Empire. Des batailles auront lieu, des alliances seront forgées, et la Résistance renaîtra.

  • Note du staff SWU
     (83 % - 4 commentaires)
  • Note des internautes
     (85 % - 2 commentaires)
     (88 %)

    Après déjà deux livres Voyage vers l’Episode IX de parus, le sympathique Spark of the Resistance et le très bon (même s’il n’a rien à voir avec L’Ascension de Skywalker) Force Collector, il est temps de découvrir comment la Résistance s’est reconstruite au lendemain de la bataille de Crait.

     

    I) Chronologiquement imbattable

    Alors qu’on me comprenne bien, quand je dis au lendemain de la bataille de Crait, c’est au sens littéral. Le film s’achève, on lit ensuite le dernier tome de la série de comics Poe Dameron et là, le roman commence. L’intégration de ce livre est vraiment formidable et très documentée sur les œuvres autour desquelles il pourrait graviter.

    Je dois avouer que ça fait très plaisir car, là où des livres/comics comme Galaxy’s Edge se passent tous en même temps et n'offrent aucune référence les uns envers les autres (rendant le tout presque incohérent), on tient là entre nos mains un roman qui est la suite directe du comics Poe Dameron (via le personnage de Poe et via l’escadron Black), une suite directe de Liens du Sang (via Leia et les possibles contacts qu'il lui reste), une suite indirecte de la trilogie Riposte (via Snap Wexley et d’autres personnages) et une suite directe de la campagne Battlefront II (via certains personnages).

    Il ne faut pas oublier bien sûr que ce livre est la suite d’un film, Les Derniers Jedi. Qui dit suite dit conséquences, et là-dessus on n’est pas déçu. On va avoir droit à tout ce que l’on attend : Poe qui se remet en question, Leia abattue, Rey qui cherche sa place, la Résistance qui doit se reconstruire mais ne sait pas par où commencer, des explications sur certains points du film restés en suspens (comme par exemple pourquoi personne n’a répondu à l’appel de Leia). Tout y passe.

    Je regretterai peut-être un livre trop court qui ne montre que le début de la renaissance du mouvement de Leia avec seulement une unique mission, là où on aurait pu imaginer un livre comme le premier Battlefront avec plein de missions et une guerre qui prend de l’ampleur.

    On se borne malheureusement à une poignée de vaisseaux, ce qui est déjà bien, et à un début de recrutement avec pour ainsi dire trois quarts de têtes connues.

     

    II) Fan-service à son paroxysme

    WHAOU

    En temps normal, je critique le fan-service mais ça doit être la première fois qu’on en a depuis que Rebels a ramené Thrawn, donc j’ai envie de dire : IL ÉTAIT TEMPS !

    Ce livre, comme je l’ai dit au-dessus, recrute pour le mouvement de Leia des têtes connues : là où certaines sont prévisibles, car liées à certains personnages déjà présents, d’autres sortent de nulle part.

    Tout y passe, des personnages très connus des films, d’autres qui sont des figurants, des personnages très connus des romans, d’autres qui sont des figurants, des personnages du jeu vidéo Battlefront II et enfin sans surprise tout le casting des comics Poe Dameron est de retour. Ça fait vraiment plaisir et même si à ma lecture j’aurais aimé voir d’autres visages, membres d’un vaisseau bien particulier, je crois que ça aurait été de trop.

    Il y a beaucoup d’émotion dans ces retrouvailles, j’ai eu ma larme à l’œil je l’avoue à un certain moment, parce que oui, quand un personnage est absent depuis aussi longtemps, il faut lui faire un point « situation galactique » et établir la liste des morts… Et mine de rien en deux films il y en a déjà eu beaucoup.

    Tout ça pour dire que niveau casting ce livre fait fort, reste à voir ce que ces personnages doivent accomplir !

     

    III) Narration linéaire

    Alors :
    - Rattacher les wagons ? Fait !
    - Recruter du beau monde ? Fait !
    - Brainstormer et trouver quoi faire ? En cours
    - Reconstruire la Résistance ? C’est parti !

    Ce n’est pas le tout, mais maintenant il reste une moitié de livre à combler ; il serait donc temps de trouver des occupations à tout ce beau monde (et aussi ne pas s’éterniser sur cette base provisoire car ça pourrait devenir dangereux).

    On a donc une mission, enfin deux en parallèle pour être précis, où nos différents personnages vont devoir s’illustrer. Ce qui est bien car pour la première fois depuis très longtemps quand un personnage est en danger, est blessé et dont on a aucune idée de la présence dans l’Episode IX, on ressent pour lui un sentiment presque inédit : de la tension !

    C’est vraiment bien d’avoir fait un livre où Poe, Finn et compagnie ne sont pas seuls en tête d’affiche. Je regrette juste une Rey totalement effacée du livre qui ne joue presque aucun rôle.

    Pour ce qui est de la mission, c’est très classique et presque trop simple mais c’est normal : « c’est la Force ». J’ai bien aimé les personnages introduits côté Premier Ordre d’ailleurs, surtout les deux « assistants » qui ont chacun un bon rôle développé.

    Leur quête n’a donc rien de compliqué, ça suit un fil logique jusqu’à ce que tout le monde se retrouve, avec quelques nouvelles recrues dont une très connue et quelques nouveaux vaisseaux (très drôle la manière dont ils en volent certains et l'endroit où ils le font). La Résistance part donc sur de bonnes bases et nous on peut directement enchainer avec le comics Allegiance.



    + Les plus

    - Fan-service, enfin !
    - Intégration chronologique parfaite
    - Un livre qui répond à nos attentes

    - Les moins

    - Où est Rey ?
    - Missions un peu « simples »
    - Je cherche encore l’utilité du prologue

  • 29/10/2019
     (85 %)

    On y est ! Après les mises en bouche qu'étaient le comics Allegiance, le roman jeunesse Spark of the Resistance et le roman Young Adult Force Collector, voici LE gros morceau du programme Voyage vers L’Ascension de Skywalker : Resistance Reborn, roman adulte écrit par Rebecca Roanhorse.

     

    I) Une première partie comme un magnifique hommage

    Nous sommes immédiatement après la Bataille de Crait (donc avant les événements du comics et du roman jeunesse cités en introduction), la Résistance a besoin d’alliés, et tout le monde part dans son coin pour essayer d’en recruter.

    Là où Rebecca Roanhorse fait fort dans cette première moitié du roman, c’est qu’elle ne se contente pas d’exploiter les personnages de la postlogie. Elle ramène des personnages introduits dans des comics (Poe Dameron), dans des romans (Liens du Sang, trilogie Riposte), et même dans un jeu-vidéo (Battlefront II). Soyons clairs : si Resistance Reborn est votre premier roman de l’UE canon, vous allez nettement moins apprécier cette première partie que tous les lecteurs qui ont un certain bagage littéraire derrière eux. Vous allez sûrement aimer le roman dans son ensemble, mais tous les liens avec les autres œuvres vous échapperont, et ce sera dommage. L’auteure m’a pour le coup fait penser à James Luceno et ses innombrables références dans ses écrits. Pour compléter cet hommage, on a droit aux retours de personnages issus de la Trilogie Originale, pour notre plus grand plaisir, ce qui entraîne plusieurs scènes émouvantes.

    Alors effectivement, dans cette première moitié du roman, le rythme est quasiment absent, car ce n’est tout simplement pas l’objectif. La part belle est laissée à l’émotion, aux retrouvailles, aux réflexions des personnages, et cela fonctionne admirablement bien, notamment grâce au style de l’auteure. Mais une fois tout ce beau monde réuni auprès d’un nouvel allié, il est temps de se lancer dans une nouvelle mission…

     

    II) Une deuxième partie plus rythmée, mais plus classique

    La Résistance est toujours en manque de vaisseaux et de personnes, donc quoi de mieux qu’une double mission pour aller récupérer des vaisseaux, mais aussi libérer des prisonniers politiques du Premier Ordre ? C’est ce qui se met en place dans cette deuxième moitié de l’histoire.

    Les différentes équipes assignées aux missions fonctionnent très bien et permettent la découverte de nouveaux personnages, mais également l’approfondissement des relations entre d’autres. Le rythme est beaucoup plus soutenu, mais les intrigues sont également plus classiques. Même si certaines pertes sont à déplorer, on se doute bien que la Résistance va réussir. Cependant, la multiplicité des intrigues et ledit rythme font que l’on ne s’ennuie pas, car tout va très vite.

     

    III) Et après ?

    Ce roman se déroule, comme je l’ai dit, juste après l’épisode VIII, et sur un laps de temps très court (2-3 jours). Quand on sait que l’épisode IX se déroulera un an après l’épisode VIII, on voit bien que l’on ici qu’une seule étape de la reconstruction de la Résistance avant le film de Décembre.

    On a donc aucun lien avec le début du comics Allegiance, mais je ne serais pas étonné de voir d’autres médias se déroulant à cette période voir le jour. Le rebondissement inattendu en fin de roman va dans ce sens, même s’il conforte la question que je me pose sur l’intelligence des membres du Premier Ordre depuis la fin de l’épisode VIII. Mais dans le même temps, les événements donnent un peu plus d’explication concernant l’état dans lequel sera la Résistance au début de l’épisode IX, et c’est une bonne chose.

    Pour finir, on peut espérer que quelques nouveaux personnages introduits dans ce roman fassent leur apparition sur grand écran. Il n’y aurait rien de plus logique.

    Conclusion :

    Vous l’aurez compris, c’est un très bon roman qui sera apprécié de tous (même s’il nécessite un certain bagage littéraire pour profiter pleinement de tous les personnages présents), qui pose les bases de la reconstruction de la Résistance. Le rythme est bien équilibrée, l’action dosée comme il faut… Bref, lisez-le !

  • 25/11/2019
     (70 %)  •  Langue : VO
    Je voulais absolument lire Resistance Rebron avant la sortie de l'Ascension de Skywalker et je ne regrette pas : le livre pose d'excellentes bases (je suppose) pour entamer le film avec le contexte de l'état de la Resistance après la bataille de Crait.

    La première partie m'a en ce sens beaucoup plu, bien que, comme Lain, je ne vois pas trop l'intérêt du prologue. On attaque directement après l'épisode VIII et le comics Poe Dameron et, pour faire simple, la Résistance repart quasiment de zero et doit renaître.

    La première moitié est donc celle des retrouvailles, de la recherche de nouveaux et anciens alliés (qu'on est ravis de revoir) et des émotions. Le tout de manière très réussie.

    La seconde moitié est davantage dans l'action mais m'a plus laissé sur ma faim. Non pas qu'elle ne soit pas bonne, mais je n'ai pas été plus emballé que ça par la mission des personnages et j'ai eu plus de plaisir à revenir tous les jours au livre dans la première moitié que dans le seconde.

    En somme je dirais que Resistance Reborn est un bon roman, qui se lit tout seul, pose de bonnes bases et DOIT être lu pour apprécier les enjeux de la reconstruction de la Resistance, mais ne rejoint pas pour autant mon top des romans officiels, tant en termes de construction que d'écriture et d'intrigue.

    7/10 donc. Bonne lecture !
  • 11/09/2020
     (90 %)  •  Langue : VF
    Avant même d'attaquer la première page du roman, vous serez conquis : entre la double page « Star Wars » avec les visages des héros de la postlogie et celle où l'emblème de l'Alliance Rebelle, brisé, donne l'impression d'avoir été recollé, vous serez dans le bain !



    Bonjour à tous, je vais faire l'appel...

    « Ils sont venus, ils sont tous là » chantait Charles Aznavour. Et c'est bien le cas : le roman se positionne à peine quelques jours après la bataille de Crait et le sacrifice de Luke Skywalker face aux hordes du Premier Ordre. La Résistance a besoin d'alliés et va donc tout faire pour recontacter les anciennes gloires...

    Le roman se permet donc d'être la suite directe du dernier arc du comics Poe Dameron, puisque l'on retrouve l'Escadron Black au grand complet sur Grail mais pas seulement : Renaissance convoque Zay Versio et Shriv de l'Escouade Inferno (ce dernier écopant d'un véritable rôle et pas simplement un caméo), Wedge Antilles, Norra Wexley et l'Escadron Phantom de la trilogie Riposte, le twi'lek Yendor du roman Étoiles Perdues sans oublier des visages connus de la trilogie originale... Et c'est sans compter l'une des intrigues principales du roman : découvrir si Ransolm Casterfo, l'excellent nouveau personnage du roman Liens du Sang, ne serait pas finalement vivant après des années de détention !



    Ah, mais je vois tout de même des visages connus !

    Parce qu'il n'y a pas que le retour de personnages connus des lecteurs de l'Univers Officiel, Renaissance se doit d'explorer le statu-quo post-Les Derniers Jedi. Évacuons d'emblée le principal écueil que l'on peut faire au roman : Rey n'y est qu'une figurante, à l'exception d'une poignée de scènes entre elle et Leia en début de roman. C'est d'ailleurs dommage, car il aurait été intéressant de la voir repenser à Ben/Kylo Ren ou bien même confronter la Générale à ce sujet. Peut-être dans une œuvre ultérieure ?

    En revanche, Rebecca Roanhorse s'est focalisée sur la Générale, nous montrant un personnage qui a certes survécu mais pas sans séquelles lourdes. Leia est physiquement à bout, et n'en peut presque plus. C'est assez bien joué de la part de l'auteur, de la même façon que Rae Carson, en charge de la novélisation de L'Ascension de Skywalker, optera pour une voie similaire, établissant une continuité bienvenue dans son traitement, au point que son décès lors du dernier opus cinématographique n'en est que plus logique. Et, comme dans le film, Rose et Connix resteront près de leur Générale quasiment tout le roman.

    Allez, un autre reproche : il est dommage de nous montrer Maz Kanata refuser de rallier la Résistance... alors même qu'elle en sera membre dans L'Ascension de Skywalker !



    Toi, tu es sans doute le malin du groupe ?

    Mais le personnage qui, à mon sens, est le plus mis en avant ici, c'est bel et bien Poe Dameron. Et c'est un Poe au bout du rouleau psychologiquement que l'on découvre au début du roman, convaincu que s'il avait agi autrement dans Les Derniers Jedi, s'il avait fait confiance à la Vice-Amirale Holdo, les choses se seraient déroulées autrement et, surtout, auraient permis la survie de davantage de membres de la Résistance. Poe se sent les mains tachées du sang de ses camarades. Le personnage doit donc se racheter, convaincre les autres de lui pardonner ses erreurs pour enfin devenir le leader que Leia et Holdo ont vu en lui.

    Poe est, d'une certaine façon, le personnage principal, celui qui fait le lien entre les différentes intrigues, celui qui doit le plus se remettre en question, et Rebecca Roanhorse achève ainsi l'arc du personnage développé dans Les Derniers Jedi. Sa complicité avec Finn est développée au passage et l'ex-stormtrooper donne envie de sourire à chaque fois qu'il intervient !



    Aujourd'hui, nous allons parler de vaisseaux !

    Il ne s'agit cependant pas que de développer des personnages pour faire un bon roman, il faut bien leur donner une intrigue dans laquelle s'épanouir. C'est plutôt habilement fait de la part de Rebecca Roanhorse, qui préfère séparer les protagonistes afin de nous impliquer davantage dans la reconstruction de la Résistance à travers différentes missions. Le roman manque peut-être d'une intrigue avec davantage d'ampleur et, dans le même temps, cette absence de bataille ou de conflit d'envergure s'explique par l'état de la Résistance, qui n'a tout simplement pas les moyens de tenter la moindre action armée au début du roman. Espérons pour elle que ce ne sera plus le cas lorsque le lecteur atteindra le dernier Chapitre ! ;-)



    Conclusion

    Renaissance est donc un roman qui porte formidablement bien son nom et permet de mettre en avant comme rarement le personnage de Poe Dameron. Suite directe du film Les Derniers Jedi, sa lecture s'impose pour tout amateur de l'Univers Officiel Star Wars, et les dernières lignes du roman sont un véritable appel à l'aventure... et à de futures lectures issues de la galaxie lointaine, très lointaine !


    NOTE : 90 %
Univers
 
Ce livre fait partie de l'Univers Officiel Star Wars.
Pour plus d'informations, cliquez ici.
SWU fan database
 

Statistiques globales

48 membres le possèdent (qui ?)
31 membres l'ont lu (qui ?)

Ma database

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir gérer votre collection. Merci de votre compréhension.
Forum
 
Envie de discuter de ce livre ? Participez au forum sur le sujet qui lui est consacré !
Publicité