StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
Sortie en France du roman Poe Dameron - Chute libre !
 
[Critique] Un titre semble-t-il prémonitoire...
24/06/2021

Bonjour à tous,

Après une première vague de publications consacrées à la Haute République, les éditions Pocket nous proposent en cette première semaine d'été de partir en vacances avec le roman Poe Dameron - Chute libre, d'Alex Segura et qui met en scène un Poe Dameron alors âgé de seize ans et qui va vivre sa première véritable aventure. Seize ans, c'est l'âge calibré pour les romans jeunes adultes de la licence, puisque la Princesse Leia, Padmé Amidala, Han Solo ou bien Jyn Erso ont déjà eu droit à leur roman respectif alors qu'ils ont eux aussi cet âge-là... A quand un Sheev Palpatine - La quête du pouvoir ? :-D

Comme de coutume, nous vous proposons donc de redécouvrir les critiques du staff publiées lors de la sortie VO. Mais d'abord, un rappel de la couverture et du synopsis !

La jeunesse de Poe Dameron et ses aventures auprès des Passeurs d'épice !

Depuis tout petit, Poe Dameron rêve de voler parmi les étoiles et sa mère, pilote d'A-wing pendant la Rébellion, était plus qu'heureuse de transmettre à son fils tout ce qu'elle savait. Mais lorsqu'elle est fauchée par une mort prématurée, Poe se retrouve seul avec son père, Kes Dameron. Submergé lui aussi par le chagrin, l'ancien Rebelle s'efforce tant bien que mal de veiller sur son fils. Mais Poe aspire à plus ! Il s'ennuie sur Yavin 4 et souhaiterait partir à l'aventure loin de sa lune de naissance. 
Lorsqu'il rencontre un groupe de contrebandiers à la recherche d'un pilote, Poe y voit une formidable opportunité qu'il ne peut refuser. Au cours de ce voyage initiatique, son chemin croisera celui des Passeurs d'Épices de Kijimi, de la mystérieuse Zorii Bliss et de l'attachant Babu Frik... 
Mais est-ce bien la vie que Poe souhaite mener ? Il lui faudra répondre à cette question s'il souhaite découvrir quel genre d'homme il est destiné à devenir.

Pocket, 352 pages, 9,50 €

 

La critique sans spoiler de Lain-Anksoo

Poe Dameron a seize ans. Poe Dameron a perdu sa mère. Poe Dameron veut quitter Yavin 4 et s’enrôler dans l’armée de la Nouvelle République. Poe Dameron a un père, qui plus que tout au monde veut protéger son fils. Malheureusement, Poe Dameron va rejoindre les Passeurs d'épice de Kijimi. Comment en est-on arrivé là ?

 

Chris Terrio

L’Episode IX s’apprête à sortir ou est sorti. Chris Terrio, grand scénariste hollywoodien à qui l'on doit de francs succès comme Batman VS Superman (Martha inside) ou encore Justice League (réalisé par Whedon ou Snyder, je ne sais plus, enfin y a une histoire de moustache quelque part) multiplie les interviews.

Avant le film, on peut le voir vanter sa connaissance de l’Univers Star Wars, faisant même des photos avec des romans La Croisade Noire du Jedi Fou et autres livres du canon actuel. Après la sortie du film, on a pu le découvrir faisant le service après-vente de son scénario. Évidemment, il fallait bien justifier ce que le commun des mortels n’avait pas compris, comme les fantômes de Force de Luke et Leia sur Tatooine puisque ces derniers n’y sont jamais allés ensemble (demandez à Jabba).

Ainsi Mr Terrio, Chris pour les intimes, s’est dit qu’il était intéressant de montrer comment Poe, ce combattant émérite, a pu devenir le pilote que l’on connait. Mais non, Chris n’est pas du genre à s’acheter une image en posant avec des romans Star Wars triés sur le volet, sa connaissance encyclopédique lui a appris que Poe, malgré ses parents connus, n’a jamais mentionné d’où lui venaient ses dons (on m’informe que Panini et Pocket ont mystérieusement brûlé tout leur stock de comics Poe Dameron et de roman Avant le Réveil, tandis que Disney+ aurait supprimé de son catalogue une série du nom de Résistance). Quelle bonne idée de faire du seul personnage latino du film un dealer d’épices (la drogue dans Star Wars, ou dans Dune je ne sais plus trop). On voit donc comment le grand esprit de Terrio fonctionne.

D’ailleurs, histoire que ça ne sorte pas de nulle part, un peu plus tôt dans le film, on va le faire détourner une moto-jet en la bidouillant, expérience acquise lors de son passé de dealer d’épices. C’est un procédé scénaristique de haut niveau qui consiste à préparer un événement futur du film en disséminant des indices un peu plus tôt. Procédé que l’on ne peut apprendre qu’en cinquième année d’école de scénariste, juste avant de passer ses BUSE (Brevet Universel de Scénariste Extraordinaire).

Cela étant dit, le public veut en savoir plus sur le passé de délinquant d’Oscar Isaac, pardon je m’égare j’ai le cœur qui palpite, le passé de délinquant de Poe Dameron. Or LucasFilm a entendu nos prières car voici venu le livre qui vous contera cette histoire merveilleuse : Poe Dameron - Chute libre.

 

Alex Segura

On retrouve un Poe Dameron adolescent, un peu paumé depuis la mort de sa mère huit ans plus tôt, un Poe Dameron qui finalement n’est autre que le jeune Luke Skywalker : ses illustres parents l’inspirent, il veut devenir lui aussi pilote et rêve de quitter sa planète. Malheureusement, son père ne veut pas le laisser partir, il craint ce qu’il pourrait lui arriver dans le monde des Grandes Gens.

Donc oui, postulat de base vu et revu mais au moins il est cohérent. On savait déjà que sa mère Shara Bey était décédée et ça semble logique que suite à ça son père, Kes Dameron, veuille le protéger.

Malheureusement c’est bien connu, il faut partir de haut pour faire une bonne chute libre et le plus difficile reste le premier saut, ensuite il suffit juste de laisser la gravité faire son travail et espérer retomber sur ses pieds.

On découvre un premier saut plus que difficile puisqu’il n’a aucun sens. Poe a entendu toute sa vie les histoires héroïques de ses parents, œuvrant pour le bien. Il le dit lui-même : son rêve, c’est de rejoindre le camp des gentils et de combattre pour la liberté. C’est donc absolument pas naturellement qu’après une énième dispute avec son père il se retrouve mêlé à des criminels dealers d’épices (et assassins par-dessus le marché) qui cherchent un pilote. Là-dessus, je dois avouer que je n’ai pas compris sa décision de les suivre quand bien même il apprend qui ils sont et ce qu’ils font pour gagner leur vie. Le summum étant qu’à différentes occasions il a la chance de pouvoir changer d’avis, sans mourir, tout en s’assurant que ses « nouveaux » amis se fassent attraper, mais non, son idéal de justice semble avoir disparu en quelques pages sans explications, et il va les suivre pendant un an dans cette vie de criminel.

Comment voulez-vous accrocher à la suite de l’histoire quand son élément déclencheur ne marche pas ? Je ne vais pas totalement accuser Alex Segura, il a fait ce qu’il a pu avec le scénario de Chris Terrio, mais il aurait quand même pu trouver mieux. Par exemple, Poe pris en otage avec un syndrome de Stockholm pour Zorii Bliss ? Ou un esprit de rébellion face à un père étouffant voulant faire de son fils un garçon parfait ? Mais dans le premier cas, Poe et Zorii s’échangent à peine deux bisous et dans le deuxième cas, il est bien dit que l’adolescent veut devenir un héros.

J’ai donc bâclé ma lecture d’un livre qui ne me séduisait pas car son point de départ était pour moi incohérent. J’attendais qu’une seule chose : la fin de cette chute libre en espérant retomber sur mes pieds.

 

Kijimi

Le gros de l’intrigue va donc porter sur les Passeurs d'épice de Kijimi, quand bien même ça ne m’a pas séduit ce n’est pas la faute de cette intrigue mais juste à cause du postulat de départ. Cette histoire tenait la route et avait beaucoup de points originaux. Il fut très intéressant de voir « l’âge d’or » de cette organisation, sa dirigeante et surtout d’y voir Zorii y évoluer et y faire sa place. Zorii Bliss restera assurément le point positif de ce livre, enfin, elle et le perspicace Babu Frik.

Heureusement notre lecture finit par toucher à sa fin, le gros du casting se réunit pour un final explosif. Cependant, il ne faut pas s’attendre à de conclusion digne de ce nom, ou à un Poe qui rejoint l’académie de la Nouvelle République. Non, la fin du livre nous ramène littéralement à la situation initiale de Poe Dameron, sans aucune évolution visible à la lecture.

Encore un coup raté pour un roman dont le titre reste la meilleure trouvaille : Poe Dameron - Chute Libre.

 

Les plus :
- Zorii et Babu
- La Nouvelle République, Kes Dameron et L’Ulo

Les moins :
- Chris Terrio et son idée toute pétée dans L’Ascension de Skywalker
- L’élément déclencheur du roman

Note : 38%

 

 La critique sans spoiler de Link

 

Je ne vais pas faire une longue introduction. Poe Dameron – Chute libre, roman Young Adult écrit par Alex Segura, nouveau venu sur la licence, explore la vie du personnage alors qu’il a seize ans. Qu’est-ce que ça donne ?

 

I) Un roman à partir d’une phrase d’un film, ça ne réussit pas…

Souvenez-vous, dans l’épisode II, au début du film, Padmé est victime d’un attentat à son arrivée sur Coruscant. Suite à ça, Palpatine lui propose de lui assigner Obi-Wan Kenobi comme garde, et on note la phrase suivante de la part de Mace Windu : « C’est possible. Il vient de rentrer d’une mission d’arbitrage dans une querelle de frontières sur la planète Ansion. ». Avant la sortie du film au cinéma, nous avions eu droit au roman Tempête Intergalactique, d’Alan Dean Foster, narrant dans le détail ladite mission d’arbitrage. Et force avait été de constater que ce roman se trouvait être franchement dispensable, voire mauvais.

Pourquoi je parle de tout ça ? Parce qu’avec ce Poe Dameron - Chute libre, on se retrouve dans la même situation, à ceci près que le roman sort après l’Episode IX. Dans ce film, on apprend au détour d’une des trop nombreuses péripéties que Poe Dameron a été passeur d’épices dans sa jeunesse. On pourrait longtemps disserter sur le fait qu’il n’y a rien d’expliqué dans le film, qu’il s’agit d’un choix ô combien discutable de la part du scénariste du film, que ça n’apporte rien à l’intrigue de la postlogie… ce n’est pas le sujet ici. La chose importante, c’est l’absurdité de l’élément quand on sait que le background de Poe a déjà été développé dans plusieurs romans et comics… Mais comme les films, même quand ils sont mauvais, ont la priorité, LucasFilm s’est dit que ce serait bien de surfer sur la vague et de proposer un roman sur Poe devenu passeur d’épices. Nous voilà donc avec Poe Dameron - Chute libre ou plutôt avec….

Car soyons honnêtes : vous n’apprendrez rien sur Poe. Dans le meilleur des cas, vous aurez juste envie de lui mettre des baffes quand vous aurez lu son 35ème « Mais qu’est-ce que je fiche ici ? ». Mec, fallait réfléchir avant de t’engager au sein du premier groupe loufoque que tu rencontres, sous prétexte que tu t’ennuies sur Yavin 4. Bon ok, il a seize ans, on fait tous des âneries à cet âge-là, mais si on a un peu de cervelle, on n’attend pas un an (car c’est à peu près le temps qui se passe entre le début et la fin du roman) pour réagir ! C’est à peu près le seul « développement » de Poe auquel vous aurez droit, mais bon… on en revient à ce que je disais au-dessus : développer davantage le personnage serait revenu à créer des incohérences avec ce qui existe déjà. Donc merci le scénariste de l’Episode IX.

 

II) Quelques points positifs au cœur de l’ennui.

Bon, passée cette explication sur le titre mensonger et sur l’absurdité d’écrire un tel roman : soyons clairs sur un point : l’auteur, Alex Segura, n’y est pour rien. Je vais quand même lui reprocher les deux premiers tiers du livre, plutôt ennuyeux dans l’ensemble, ce qui est regrettable quand on voit ce qu’il est capable de faire dans le dernier tiers. Son style est tout à fait abordable, et on note avec plaisir plusieurs moments assez sombres, et c’est à souligner car il n’y avait rien eu de tel sur les derniers romans Young Adult.

Les deux premiers tiers du livre, peu riches en péripéties (et lors desquels on ne voit pas trop où l’auteur veut en venir), ont le mérite d’approfondir le groupe des passeurs d’épice de Kijimi, et surtout le personnages de Zorii Bliss, vue dans l’épisode IX.  C’est indéniablement le point positif et central du livre.

D’autres personnages du groupe sont malheureusement peu développés et ne sont là qu’en guise de faire-valoir, mais on notera les très intéressants Tomasso et Sela Trune, cette dernière montrant une nouvelle facette intéressante de la Nouvelle République, avec un background intéressant en peu de pages. On notera également la présence du père de Poe (vous en apprendrez d’ailleurs plus sur lui que sur son fils, un comble !) et de L’ulo L’ampar, introduit dans le comics Les Ruines de L'Empire avant d'avoir un rôle plus conséquent dans la série Poe Dameron.

Un dernier regret concerne le dernier tiers et surtout la fin du roman. Bien que ce soit plus rythmé et à rebondissements, on constate un aspect décousu, et surtout très précipité quant à la décision de Poe qui, s’il avait eu plus de 3 neurones, aurait pu (dû) la prendre 200 pages avant. Mais comme Alex Segura a été obligé de rendre Poe débile pour écrire son livre, tout ça à cause du scénariste de l’Episode IX

 

Conclusion :

Poe Dameron - Chute libre un roman au titre mensonger sur un passage ubuesque de l’Episode IX, mais qui aura le mérite d’approfondir les passeurs d’épice de Kijimi et le personnage de Zorii Bliss. Quant à l’histoire, elle est anecdotique et vous l’aurez oublié deux semaines après avoir lu le livre.

Note : 40%

 

Ce qui nous fait une bien mauvais moyenne de 39 %, ouch ! 

Le staff a-t-il été trop dur ? Venez nous dire ce que vous avez pensé du roman en vous rendant sur sa fiche ou bien sur le topic du forum !

A bientôt pour une nouvelle publication littéraire !

Parution : 24/06/2021
Source : Le staff
Validé par : L2-D2
Section : Littérature > Romans
Type : Critique
On en parle sur nos forums
 
Les 10 premières réactions (voir toutes les réponses) :
  • 24/06/2021 - 10:27
  • 24/06/2021 - 15:34
    Préparez vos meilleurs facepalms :paf:
  • 25/06/2021 - 12:38
    En tous cas, avec ce dos bleu flashy, il va se voir de loin dans nos étagères celui-ci :paf:
  • 13/07/2021 - 18:04
  • 13/07/2021 - 18:10
    Non mais non :cry: :cry: :cry: :cry: :cry: :cry: :cry:

    L'auteur a su capter l'essence du personnage


    T'es réellement sérieux quand tu dis ça ? Donc tu cautionnes que l'essence de Poe, c'est d'être un abruti fini ? Vu que c'est ce qui est montré dans le roman... alors que c'est totalement à l'opposé du personnage présenté dans la postlogie :neutre:

    Cet acte va à l'encontre de tout ce que le personnage a défendu comme valeurs au cours du roman


    Bah au contraire, l'acte est parfaitement logique. C'est exactement au moment où on retrouve le vrai Poe des films. Le mec intègre qui se bat pour le bien. Parce que Segura s'est rendu compte qu'il avait fait de la daube pendant 300 pages, fallait bien que lors des 10 dernières pages, il fasse retomber le personnage sur ses pattes :transpire:
  • 13/07/2021 - 18:25
    Poe a 16 ans. Ce n'est pas franchement l'âge de la maturité...
  • 13/07/2021 - 18:31
    link224 a écrit:
    Bah au contraire, l'acte est parfaitement logique. C'est exactement au moment où on retrouve le vrai Poe des films. Le mec intègre qui se bat pour le bien. Parce que Segura s'est rendu compte qu'il avait fait de la daube pendant 300 pages, fallait bien que lors des 10 dernières pages, il fasse retomber le personnage sur ses pattes :transpire:


    Je trouve que des le début Poe doute de ses fréquentations, Poe a 16 ans dans le roman et comme beaucoup d'ado il pense avec son entre jambe, et reste par amitié, dans un sens on retrouve le Poe des films qui est fidèle.
  • 13/07/2021 - 18:32
    J'étais sûr que tu allais réagir. :wink:

    link224 a écrit:T'es réellement sérieux quand tu dis ça ? Donc tu cautionnes que l'essence de Poe, c'est d'être un abruti fini ? Vu que c'est ce qui est montré dans le roman... alors que c'est totalement à l'opposé du personnage présenté dans la postlogie :neutre:

    Je n'ai pas trouvé que Poe se comportait comme un abruti dans le roman : il est paumé, il n'aspire qu'à une chose : se tirer de Yavin 4 et vivre une grande Aventure, il est en conflit avec son père... et lorsqu'il commence à se rendre compte qu'il a peut-être tapé à côté, ses sentiments pour Zorii sont trop présents. :neutre:

    link224 a écrit:Bah au contraire, l'acte est parfaitement logique. C'est exactement au moment où on retrouve le vrai Poe des films. Le mec intègre qui se bat pour le bien. Parce que Segura s'est rendu compte qu'il avait fait de la daube pendant 300 pages, fallait bien que lors des 10 dernières pages, il fasse retomber le personnage sur ses pattes :transpire:

    Je suis d'accord qu'à 10 pages de la fin, il n'avait plus le choix... sauf s'il n'avait pas mis Poe dans cette situation de devoir choisir. Je n'imagine pas un instant Poe, qui a passé 300 pages à se dire qu'avec Zorii ça pouvait devenir sérieux, l'abandonner alors qu'elle affronte sa mère pour, c'est bon de le rappeler, lui sauver la vie quand même. Poe qui abandonne une amie, une alliée, celle qui l'a motivée à rester ? Non, ça pour le coup, je n'y adhère pas.

    -- Edit (Mar 13 Juil 2021 - 18:33) :

    Louve a écrit:Poe a 16 ans. Ce n'est pas franchement l'âge de la maturité...

    Voilà, c'est exactement ça !
  • 13/07/2021 - 18:37
    Louve a écrit:Poe a 16 ans. Ce n'est pas franchement l'âge de la maturité...


    Dark Servatos a écrit:Poe a 16 ans dans le roman et comme beaucoup d'ado il pense avec son entre jambe, et reste par amitié, dans un sens on retrouve le Poe des films qui est fidèle.


    L2-D2 a écrit:lorsqu'il commence à se rendre compte qu'il a peut-être tapé à côté, ses sentiments pour Zorii sont trop présents


    Non mais ça je sais, sauf que justement, s'il avait été intelligent (comme dans les films), il se serait barré dès le début... vu que très peu de temps après qu'il les ait rejoints, il se rend compte que ce sont des pourritures :neutre:

    Là, le côté "ado débile qui ne pense qu'aux meufs", il est poussé beaucoup trop loin par rapport à ce que l'on connaît du Poe des films (et des comics, d'ailleurs).
    Bon remarquez, ça justifie au moins la classification YA, et la majorité des ados de 16 ans d'aujourd'hui se retrouveront parfaitement dans le personnage :siffle:

    L2-D2 a écrit:Poe qui abandonne une amie, une alliée, celle qui l'a motivée à rester ? Non, ça pour le coup, je n'y adhère pas.


    Bah ouais, mais la faute à qui ? La faute à l'auteur (ou au story group qui lui a demandé d'écrire le roman) qui a lambiné et tourné en rond avec Poe pendant 300 pages au lieu de nous offrir une vraie intrigue :transpire:
  • 13/07/2021 - 19:46
    link224 a écrit:Non mais ça je sais, sauf que justement, s'il avait été intelligent (comme dans les films), il se serait barré dès le début... vu que très peu de temps après qu'il les ait rejoints, il se rend compte que ce sont des pourritures :neutre:

    Là, le côté "ado débile qui ne pense qu'aux meufs", il est poussé beaucoup trop loin par rapport à ce que l'on connaît du Poe des films (et des comics, d'ailleurs).

    Il "ne pense pas qu'aux meufs", il ne sait pas/plus ce qu'il ressent vis-à-vis de Zorii, ce n'est pas tout à fait la même chose. Et l'équipage du Ragged Claw n'est pas vraiment constitué de pourritures. Ce sont des trafiquants, des magouilleurs, mais le roman ne les montre à aucun moment dealer ou passer de l'épice. Ce qui est d'ailleurs un autre problème en soit, mais le fait est que Poe peut aussi se dire (se convaincre ?) en gros que ça va, ils ne sont pas si méchants que ça...
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir poster un commentaire.
Merci de votre compréhension.
Proposer une actu
 
 Vous avez une information concernant l'Univers Star Wars que vous voulez partager avec d'autres internautes ?

Vous pouvez nous la proposer facilement : cliquez ici !
Publicité