StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
Quand Thrawn et Palpy jouent à « Je te tiens, tu me tiens, par la barbichette »…
 
Le point sur la dernière livraison de Tim Zahn avec une interview de l’auteur et un résumé complet du bouquin. Parfaitement.
19/02/2006

Cela fait quelques jours que Outbound Flight, le dernier né de la saga de Timothy Zahn, est paru en terre nord-américaine. A cette occasion, le site officiel n’a pas pu s’empêcher d’interviewer l’auteur, comme à chaque sortie d’un roman « évènement ». Il a fallu quelques jours à votre serviteur pour se charger de la traduction, qu’il vous livre ci-dessous.

Et comme le père Vile est tombé sur un résumé assez complet du roman sur les forums de stardestroyer.net, l’ami Lionel001 s’est fait une joie de traduire la chose, que vous trouverez un peu plus bas, juste après l’interview. (Attention aux spoilers, évidemment…) Un grand merci à eux deux pour leur très joli boulot.

Une belle news que voilà, n’est-ce pas ?





Interview de Timothy Zahn



Fais pas la gueule, Tim...Comment vous est venue l’idée du Vol vers l’Infini, cette mission qui est devenue une légendaire partie de l’histoire de la galaxie Star Wars ?
C’est assez ironique. Le Vol vers l’Infini est venu à la vie assez simplement : c’était juste un élément qui devait indiquer au lecteur que le Joruus C’baoth de L’Héritier de l’Empire était bel et bien un clone et non pas « l’original », ainsi qu’un moyen de placer une autre référence aux splendides compétences militaires du Grand Amiral Thrawn. Enfin, entre les mains de Palpatine, l’idée du Vol pouvait tout à fait devenir une nouvelle astuce lui permettant de distraire les Jedi et peut-être écarter certains éventuels fauteurs de troubles, afin de faire progresser sa machination.


L’histoire du Vol vers l’Infini a été mentionnée un grand nombre de fois dans l’Univers Etendu, aussi bien par vous-même que par d’autres auteurs et elle est le centre de l’intrigue de votre précédant roman, Une Question de Survie. Mais voici enfin venir Outbound Flight et donc, les premiers chapitres de son existence : pourquoi avoir pris autant de temps pour les écrire ?
En fait, l’idée d’en faire un roman n’est pas de moi mais de Lucasfilm. Quelques années auparavant, mon éditeur, Shelly Shapiro, m’a informé de l’intérêt qu’avait Sue Rostoni pour l’histoire du Vol vers l’Infini. Elle m’a logiquement demandé si j’étais intéressé par l’écriture d’un tel roman. J’ai seulement eu besoin de trois secondes de réflexion. Ecrire un nouveau livre sur Thrawn ? Bien sur !
Au départ, nous avions prévu de le publier en 2002, juste avant la sortie de L’Attaque des Clones, puisque le départ du Vol a eu lieu avant les évènements de l’Episode II. Malheureusement, pour une raison inconnue, le planning a changé et tout a été repoussé à la fin de l’année 2005, puis en janvier 2006. (Ndlr : Originalement prévu pour novembre dernier, le roman de Zahn a du céder la place à celui de James Luceno, Dark Lord, afin qu’il puisse encore surfer sur la vague de l’Episode III.)


Que ressentez-vous maintenant que vous avez clôturé (définitivement ?) ce chapitre de votre carrière ? A moins que d’autres révélations sur le Vol vers l’Infini ne soient à venir ?
Je pense qu’avec ce roman et Une Question de Survie, j’en ai suffisamment dit sur le Vol vers l’Infini. J’ai donc effectivement le sentiment d’avoir clôturé un chapitre de l’histoire de Star Wars.
Et bien entendu, c’était un réel plaisir que de jouer à nouveau avec les talents tactiques de Thrawn.


Pourquoi autant de temps entre la publication d’Une Question de Survie et celle d’Outbound Flight ?
Encore une fois, ce n’était pas prévu comme ça à l’origine. Ce sont les différents changements du planning de parutions qui explique principalement cet écart.
En fait, les deux livres n’étaient pas faits pour être liés. Lorsque j’ai signé mon contrat pour Outbound Flight, Lucasfilm et Del Rey m’ont demandé si j’étais également intéressé de concevoir un roman centré sur Luke et Mara, qui serait une sorte de pendant au projet de Troy Denning qui était en plein chantier. (Projet qui allait devenir Le Fantôme de Tatooine, mettant en vedette le couple formé par Leia et Yan.)
Là encore, il ne m’aura fallu que trois secondes. Ecrire un nouveau livre sur Mara Jade ? Bien sur !
Je travaillais donc sur la chronologie de l’histoire du Vol lorsque j’ai réalisé qu’Une Question de Survie allait paraître avant Outbound Flight. J’allais reproduire ce qu’avait fait George Lucas avec sa prélogie : raconter le début d’une histoire après avoir raconté la fin. Cela a rendu le projet assez traître, dans la mesure où j’écrivais en fait les deux romans quasi simultanément. Le fait de produire une duologie à deux époques différentes, et donc avec une cinquantaine d’années de trou entre les « deux tomes » rendait les choses très complexes.


Votre trilogie originale (composée par L’Héritier de l’Empire, La Bataille des Jedi et L’Ultime Commandement) est l’une des histories favorites des fans de Star Wars, et votre nom est constamment mentionné. Vous avez clairement fait les choses comme il le fallait ! Qu’est-ce qui rend votre travail si populaire a votre avis ?
Pour être honnête, je n’en sais rien. J’ai fais du mieux que je le pouvais avec ces trois livres, bien sur, mais c’est ce que je fais pour chaque ouvrage que j’écris. C’est à travers une combinaison alchimique de l'histoire et des personnages, que tout m'est apparu beaucoup plus facilement que ce que j'avais publié jusqu'alors. Avoir des personnages émouvant, très appréciés comme Luke, Yan et Leia sous la main, naturellement, je n'avais plus qu'à rajouter ce petit plus à la "potion".


Bien que vous soyez surtout reconnu pour votre travail sur Star Wars, la plupart de vos romans et histoires se déroulent dans des univers de votre propre création. Lorsqu’une idée vous vient pour un roman, comment décidez-vous si vous allez l’utiliser pour Star Wars ou pour vos « propres » travaux ?
Je ne crois pas avoir eu ce dilemme par le passé. Lorsque j’écris ou travaille un roman Star Wars, je suis moi-même pris par cet univers et il ne me vient donc que des idées qui se concrétiseraient à l’intérieur. (Bien entendu, tout le monde ne se retrouve pas dans ce point de vue. Rappelez-moi de vous raconter pourquoi Luke boit du chocolat chaud…)


Parmi les personnages de Star Wars que vous avez inventé, lequel est votre favori, et pourquoi ?
Le podium appartient à Mara Jade et au Grand Amiral Thrawn. (Ndlr : Ô surprise…) Mara, avec son attitude et ses capacités de Jedi est très amusante à faire vivre, spécialement lorsqu’elle est en opposition avec Luke, ou à contrario, lorsqu’ils font équipe. Thrawn, quant à lui, me fournit le défi intellectuel d’essayer de tisser des tactiques et des stratégies nouvelles et intelligentes... qui fonctionnent, heureusement.


Le Thrawn d’Outbound Flight est surprenant. Il parait trop astucieux et brave pour être le serviteur de Palpatine qu’il deviendra plus tard.
Mais est-il réellement au service de Palpatine ? De mon point de vue, il a autant manipulé Palpatine que Palpatine l’a manipulé. Après tout, il a rejoint l’Empire seulement dans le but de gagner un poste de commandement, bénéficier de toutes les ressources militaires que Palpatine était disposé à lui offrir, et ainsi trouver le prétexte parfait pour quitter les Régions Inconnues pour penser sur le long terme à la guerre qui l’opposerait aux Yuuzhan Vong.
Non pas que Palpatine ait été abusé ! Je suis persuadé qu’il savait pertinemment ce qui se passait et qu'il était sûr de retirer autant de leur partenariat que Thrawn le faisait, voire même davantage.


Qu’en est-il du personnage de Jorus C’baoth ? Qu’est-ce qui lui fait frôler le Côté Obscur, et pourquoi Palpatine/Sidious ne l’a pas converti et utilisé pour ses propres desseins, comme il l’a fait avec le Comte Dooku ?
Je ne pense pas que C’baoth ferait un bon Sith. Il désirerait établir et étendre une puissance, une autorité régie par les Jedi, mais il n’a pas rejeté la totalité de la philosophie Jedi, à l’inverse des Sith. Cependant, son arrogance et sa trop grande confiance en lui font qu’il aurait aisément pu être un pion que Palpatine aurait utilisé de bien des façons…


Travaillez-vous sur d’autres projets relatifs à Star Wars ?
Je viens de terminer mon huitième roman sur Star Wars, Allegiance. Il prend place peu de temps après Un Nouvel Espoir ; un temps où le statut de Jedi de Luke n’est pas encore acquis, mais où celui de Mara, en tant que Main de l’Empereur, est bien réel…





Résumé complet d’Outboud Flight





L’histoire s’ouvre sur Car’das et un groupe de contrebandiers qui tentent d’échapper à un gang Hutt rival. Après un long saut dans l’hyperespace, ils arrivent aux portes des Régions Inconnues. Les Hutt les poursuivent et les deux groupes tombent sur une patrouille des Forces Armées Chiss menée par le Commandant Mitth’raw’nuruodo...

Sur Coruscant, Jorus C’baoth et sa Padawan Lorana Jinzler passent un accord avec le Chancelier Suprême : Palpatine appuiera le projet du Vol vers l’Infini (et en particulier ce qui concerne les dizaines de milliers de civils nécessaires à la fondation d’une colonie digne de ce nom) à travers les multiples comités du Sénat à condition que C’baoth parvienne à résoudre une dispute opposant un gouvernement local au Secteur Corporatif, qui presse le Chancelier d’envoyer quelqu’un. Cette idée lui a été glissée par l’un de ses conseiller, Kinman Doriana. Celui-ci ne travaille en secret pour Dark Sidious, mais il ignore que ses deux maîtres ne sont en réalité qu’une seule et même personne. L’idée est en fait celle du Seigneur Noir, évidemment.

On commence alors à comprendre la facon de penser de C’baoth, et ses points de vue sur l’univers, qui s’expriment même à travers son langage corporel. Le Maître a clairement un sentiment de supériorité envers les non-Jedi, et il est convaincu que ce sont les Jedi qui maintiennent la République en état, dénigrant ainsi le Chancelier ou le Sénat. Tous doivent le respecter ou le craindre.

Mace Windu décide, d’envoyer Obi-Wan Kenobi et Anakin Skywalker pour surveiller discrètement (mais pas secrètement) tout ce petit monde et s’assurer que la situation ne devienne pas explosive. Ils découvrent vite que le conflit est englué par la politique régionale du secteur ; mais les manigances de Doriana, sur les ordres de Sidious, sont la véritable cause de ce conflit. Le Sith veut s’assurer que C’baoth obtiendra suffisamment de crédit et de reconnaissance pour que le Sénat et le Conseil Jedi donnent le feu vert à l’expédition. C’est à ce moment que l’on découvre que Doriana est parfaitement au courant de l’existence de Dark Tyranus, alias le Comte Dooku.

De part la publicité que s’est faite C’baoth en résolvant la dispute, le Conseil Jedi n’a pas d’autre choix que d’assigner au projet six Maîtres et onze Chevaliers, un nombre bien plus élevé qu’ils ne l’auraient voulu.

Obi-Wan est suffisamment inquiet à propos de C’baoth pour faire parti de la mission avec Anakin, qui évidemment s’entend très bien avec C’baoth et le respecte énormément. L’autre raison qui pousse Obi-Wan à souhaiter se joindre à l’expédition est la possibilité de découvrir ce qui est arrivé à Vergrre, la Jedi Fosh qui a disparu suite à sa mission sur Zonama Sekot. Windu et Yoda estiment cependant que la dernière chose à faire est de laisser Obi-Wan et Anakin partir, et les autorisent donc à accompagner le Vol uniquement jusqu’aux frontières de l’espace connu, afin de garder un oeil sur tout le monde à bord pendant les premières semaines et s’assurer ainsi que tout fonctionne pour le mieux.

Pendant ce temps, Thrawn a gardé auprès de lui Car’das et ses compagnons, à la fois comme hôtes et prisonniers, en promettant que leurs employés recevront une compensation pour les livraisons retardées par ce contre-temps. C’est à ce moment qu’apparaissent les Vagaari, une race nomade d’aliens qui vivent près de la frontière séparant l’espace sauvage des Régions Inconnues. Thrawn provoque un prétexte pour engager la bataille contre eux, alors que l’une des règles d’or des Chiss est de ne jamais attaquer en premier. A l’aide d’un projecteur de gravité, le commandant les empêche d’effectuer un saut hyperspatial. Un débat s’engage alors entre les hauts gardés Chiss pour déterminer si Thrawn n’abuse pas de son autorité. Ils décident cependant de le laisser agir, pour l’instant...

Et c’est à ce moment que Thrawn tombe sur Doriana et ses forces de la Fédération du Commerce qui lui ont été envoyés pour tendre une embuscade au Vol vers l’Infini et le détruire complètement. La principale force d’attaque se compose de 3000 chasseurs droïdes, armés de lasers et de torpilles énergétiques, dont le simple but est d’anéantir les Dreadnaughts que composent le Vol, dès leur sortie de l’Hyperespace. La petite flotte est complétée par un unique TFB, mais dont le nombre limité de combattants ne peut espérer faire face aux six Dreadnaughts.

Thrawn évidemment capable de remporter l’engagement face aux milliers de chasseurs droïdes de la Fédération du Commerce, en mettant hors d’état de nuire tant le TFB et ses combattants que les autres vaisseaux plus petits. Il installe ensuite tout simplement son croiseur face au pont principal du TFB avec ses missiles pointés droit sur lui, et empêche la flotte de combat de fuir en utilisant le même projecteur de gravité que celui qui lui a permis de piéger les Vagaari. Il s’empare donc du TFB et découvre par la même occasion la technologie droïde, une telle technologie n’existant apparemment pas dans les Régions Inconnues.

Doriana présente Thrawn à Sidious, et ce dernier se révèle très impressionné par les talents du jeune commandant, Thrawn étant le plus jeune Chiss de tous les temps à obtenir ce grade si rapidement. Doriana dépeint un portrait des Jedi comme des monstres arrogants et manipulateurs qui regardent de haut les êtres normaux sans se soucier d’eux ou de leurs mondes, malgré leur soi-disant volonté de servir et d’assister, pas de gouverner. Les Sith, dit-il, sont engagés dans une lutte de pouvoir contre eux... mais pour le bien de la galaxie.
Cette description sera bien sûr vérifiée lorsque, plus tard dans le roman, Thrawn et C’baoth se rencontreront.

Doriana informe ensuite Thrawn que la véritable raison qui motive Sidious à s’opposer aux Jedi est qu’il possède des informations auxquelles ils n’ont pas accès, des informations indispensables pour la survie de la galaxie.
Des informations sur la venue prochaine d’envahisseurs extragalactiques. Les Yuuzhan Vong.

Voici la scène issue du roman :

– Nous sommes sous la menace d’une invasion, dit-il. Un assaut massif d’une force composée de nombreux vaisseaux, équipés d’armes d’une grande puissance et basés sur une technologie organique d’un genre inconnu jusqu’alors. Nous pensons que ces “Nomades”, comme nous les appelons, ont déjà posé le pied à l’extrémité de la galaxie et qu’à l’heure où je vous parle, ils ont envoyé des espions recueillir des informations sur des mondes et des peuples à conquérir.
– Les histoires à propos de mystérieux envahisseurs sont à la fois pratiques et difficiles à réfuter, fit remarquer Mitth’raw’nuruodo. Pourquoi ne le dîtes-vous que maintenant ?
Doriana acquiesça à travers la paroi.
– Car le Vice Seigneur Kav et ses associés l’ignorent, dit-il. Comme tout un chacun au sein de la République. Pour le moment…
– Et quand est ce que Dark Sidious les informera t’il ?
– Quand il aura éradiqué le chaos qu’est devenue la République par l’ordre, dit Doriana. Quand nous aurons construit une armée et une flotte capable de faire face à la menace. L’annoncer trop tôt ne ferait rien d’autre que créer la panique et laisserait la porte ouverte au désastre.
– Et que vient faire le Vol vers l’Infini là-dedans ?
– Comme je vous l’ai dit, nous pensons que ces Nomades sont toujours à la recherche d’informations, dit Doriana. Pour l’instant, rien ne prouve qu’ils soient au courant de l’existence même de la République. (Il sentit sa voix faiblir.) En fait, ce n’est pas entièrement vrai, se corrigea t’il à contrecœur. Un des Jedi, un être nomme Vergere, a disparu dans cette région il y a quelques temps. Il s’agit d’un des objectifs officieux du Vol vers l’Infini, par ailleurs : tenter de découvrir ce qui lui est réellement arrivée.
– Je vois, dit Mitth’raw’nuruodo, acquiesçant lentement. Et alors qu’un unique prisonnier peut seulement leur donner des bribes d’informations sur son origine, un vaisseau entier peut leur fournir tout ce dont ils ont besoin de savoir pour une invasion réussie.
– Exactement, dit Doriana. Sans mentionner toutes les données, les archives et la technologie qu’ils seraient capables d’examiner. Si le Vol vers l’Infini tombe entre leurs mains, nous pourrions nous retrouver devant une attaque longtemps avant que nous ne soyons prêt.
– Et les Jedi ne comprennent pas cela ?
– Les Jedi se considèrent comme les maîtres de la galaxie, dit farouchement Doriana. En particulier le leader des Maîtres Jedi à bord du Vol vers l’Infini, Jorus C’baoth. Même s’il savait à propos des Nomades, je doute que cela fasse une quelconque différence pour lui.


Accessoirement, on comprend que, dans une certaine mesure, Doriana est un intime de Sidious, étant donné qu’il est au courant de l’existence de Dooku et des Yuuzhan. Quant à la flotte dont il parle, il s’agit bien sur de celle que que fait construire la République pour répondre à la menace Séparatiste… et certainement à l’Etoile Noire.

Lorsque Dark Sidious découvre qu’Anakin était à bord du Vol avec Obi-Wan, il commence à prendre peur. Il fait alors le voyage en tant que Palpatine jusqu’à l’une des dernières haltes du projet et les convainc de revenir, en affirmant qu’ils sont indispensables à des négociations d’urgence, préservant dans le même temps l’Élu de tout risque potentiel. Obi-Wan semble sur le point de demander à Yoda la permission de faire partie intégrante du long voyage car il estime que C’baoth deviendra vite difficilement contrôlable et il ne veut pas le voir revenir avec un grand nombre de Jedi tombés sous ses méthodes d’enseignement. Il décide cependant au final d’accéder à la requête de Palpatine.

Désormais libre de ses mouvements, C’baoth commence à travailler sur son propre nouvel Ordre Jedi. Nombre de familles à bord du vaisseau ont des enfants sensibles à la Force, ce qui n’est pas dû au hasard : les familles en question ayant été choisis pour cette raison, bien qu’on ne les en ait pas informées. C’baoth ouvre sa propre Académie Jedi, emmenant de force les enfants dont les familles ne veulent pas être séparées. Le mécontentement gagne du terrain petit à petit, au fur et à mesure que le Maître élève les Jedi comme un nouvel ordre de personnes. Il y a certes un officier militaire aux commandes du Vol, mais C’baoth continue de le supplanter dans ses attributions. Il va même jusqu’à kidnapper les enfants au milieu de la nuit !

Avant son départ, Obi-Wan s’était disputé avec C’baoth, en soutenant que le Code Jedi interdit clairement aux Jedi de gouverner les autres. Mais C’baoth lui a déclaré qu’il ignore tout simplement ces règles qui selon lui sont erronées. Après tout, argumente t-il, les personnes qui sont en contact avec la Force sont par définition bien plus susceptibles de mieux comprendre l’univers lui-même et, par extension, de savoir ce qui est le mieux pour tout le monde. CQFD.

Quand le règlement du Vol vers l’Infini est en contradiction avec lui, il se contente de les réécrire, se déclarant lui-même l’autorité suprême à bord du vaisseau (ce qui est complètement faux ; le Capitaine du Vol ayant été nommé de manière explicite à ce titre), arguant qu’il s’agit d’un projet Jedi et que c’est donc aux Jedi de le diriger. Le mécontentement général se transmet alors à une partie de l’équipage alors que C’baoth les pousse à s’écarter afin de laisser les Jedi prendre leurs places et s‘occuper de tous les postes stratégiques à bord.

Pendant ce temps, Thrawn élabore l’un de ses plans alambiqués qui le rendront célèbre bien des années plus tard lorsqu’il attaquera la Nouvelle République : un plan qui devrait amener le Vol vers l’Infini et les Vagaari à se rencontrer au même moment. Pour cela, Thrawn parvient à manipuler un peu tout le monde, de Car’das aux Vaggari, en passant par C’baoth et le Vol dans son ensemble.

Lorsque le combat devient inévitable, le lien mental qui unit les Jedi à C’baoth s’étend de manière surprenante et commence à faire brûler les cerveaux des Vagaari. Une attaque frontale est en effet impossible, les vaisseaux Vagaari étant recouverts d’une sorte de dôme constitués d’otages leur servant de bouclier vivants. Lorsque ceux-ci se retrouvent à portée de tir, les Jedi (aux commandes des turbolasers des Dreadnaughts) engagent le feu et endommagent les vaisseaux ennemis. Quand Thrawn constate ce qui est en train de se passer, à savoir la perte totale de coordination et de contrôle, et en se basant sur les conseils qu’il a reçu de Sidious, il envoie les chasseurs droïdes qu’il a capturés plus tôt pour lancer une attaque contre la flotte de guerre Vagaari, tout en activant des droïdes de combat et des droïdekas qu’il a spécialement modifiés pour traquer les Vagaari. Les droïdes parviennent à abattre les meneurs Vagaari, laissant la flotte ennemie sans leaders dès cet instant et permettant ainsi à C’baoth et aux autres Jedi de continuer à jouer des tours mentaux aux Vagaari.

La mort des chefs Vagaari, grâce à l’intervention des droïdes se fait immédiatement ressentir dans le lien, qui se brise devant ce soudain changement. Les Jedi qui se trouvaient à tous les postes d’armes, en sont perturbés et se retrouvent ainsi sans défense. Thrawn fait alors intervenir sa propre flotte pendant que les droïdes continuent de s’en prendre violemment aux vaisseaux Vagaari (en laissant toutefois les otages en vie, une fois de plus grâce à la précision des droïdes), puis il fait traverser ses vaisseaux à travers les boucliers des Dreadnaughts en effectuant un micro saut hyperspatial et donne l’ordre à sa force de tirer sur les batteries de turbolasers et les générateurs de boucliers... là où se trouvaient tous les Jedi.

A ce moment, C’baoth rentre dans une rage incroyable et s’enfonce totalement dans le Côté Obscur de la Force. Il commence à étrangler Thrawn à travers la Force pour le tuer, mais lentement pour lui laisser le temps de souffrir. Cependant, aux côtés du Chiss se trouve Doriana qui, sans autres options, se voit forcé d’appuyer sur le gros bouton rouge qui se trouve sur le tableau de commande devant Thrawn et qui devait servir à parer toute éventualité urgente.

Les Vautours droïdes rompent alors leur formation et abandonnent leurs attaques sur la flotte Vagaari pour aller submerger les Dreadnaughts. Des vagues entières de chasseurs ouvrent le feu de tous leurs canons en direction des fissures visibles sur le Vol vers l’Infini et abattent à bord plusieurs milliers de personnes, C’baoth y compris. Lui qui avait réuni quelques instants avant le début du combat autour de lui les derniers survivants Jedi pour former un cercle de jugement et former le lien dans la Force.

Cependant, lorsque les Vautours droïdes ont abandonné l’attaque des Vagaari, leurs cibles initiales, une part non négligeable de leur flotte a réussi à s’enfuir du générateur de gravité installé par les Chiss et a sauté dans l’hyperespace.

Les autorités Chiss ont alors la conviction que Thrawn peut être dangereux et décident de l’exiler près de l’endroit où a eu lieu la bataille. Plusieurs facteurs cependant contribuent à ne pas rendre la sanction trop dure :
Primo, le Vol vers l’Infini a pu s’enfuir grâce au frère de Thrawn, à la Jedi Lorana et à des survivants. Survivants qui formeront la colonie que Luke, Mara et les Chiss découvriront quelques décades plus tard. Et bien que les nouvelles technologies militaires installées à bord du Vol soient désormais hors de portée des Chiss, plusieurs factions sont décidées à le retrouver.
Deuxio, une crainte subsiste : si Thrawn se retrouve forcé de présenter sa démission, de nombreux officiers de haut rangs pourraient être inquiétés par les retombées de l’incident et devraient subir le même sort que lui.
Tersio, les Chiss ignorent également qui a récupéré le projecteur de gravité.
Quatro, la possibilité d’une guerre sur deux fronts...

– Vous et votre Maître, Dark Sidious, m’avaient parlé d’un peuple que vous appelez les “Nomades” qui se rassemblerait à l’extrémité de votre galaxie, dit-il, faisant tourner son arme entre ses mains. Avez-vous depuis revu ces êtres ?
– Pour ce que j’en sais, non, admit Doriana.
– Je m’en doutais, dit Mitth’raw’nuruodo, soudainement plus intense. Mais nous, oui.
Un frisson glacé parcourut l’échine de Doriana.
– Où ?
– A l’extrémité de l’Ascendance Chiss, dit Mitth’raw’nuruodo, sa voix devenant sombre et sévère. Il s’agissait d’une petite force de reconnaissance, mais qui s’est battue avec une rare férocité avant d’être finalement repoussée.
– Combien de vaisseaux y avait-il ? demanda Doriana, son cerveau fonctionnant à toute vitesse.
Dark Sidious convoitait les informations d’une telle sorte. En particulier si cela pouvait le persuader de pardonner à Doriana la perte de sa force d’interception de la Fédération du Commerce.
– Quelle sorte d’armement avaient-ils ? Avez-vous des données de combat ?
– J’en ai, dit Mitth’raw’nuruodo. L’Amirale Ar’alani était aux commandes de la force qui les a finalement fait fuir. C’est pourquoi elle est venue personnellement interroger Car’das et ses compagnons. Nous nous demandions si la République dont ils ont parlé aurait pu être alliée avec les envahisseurs.
– Et c’est également pourquoi elle était volontairement occupée à regarder de l’autre côté pendant que vous vous débattiez avec les Vagaari, dit Doriana alors que la dernière pièce manquante du puzzle prenait enfin sa place. Une guerre sur deux fronts serait extraordinairement mauvaise.”


Une guerre qui aura finalement lieu…





Eh voilà. En espérant que vous êtes rassasiés.
Merci encore à lionel pour son super boulot, et à Dolarn pour son coup de pouce bien placé.

Et moi, j’ai plus que deux news de retard, chouette.

Parution : 19/02/2006
Source : SW.com, stardestroyer.net, Vile, Lionel, Dolarn, Cesba, Hulk, Lionel Jospin, Elvis, et j'en passe...
Validé par : Cesba
<< Actualité précédente
On en parle sur nos forums
 
Les 10 premières réactions (voir toutes les réponses) :
  • 19/02/2006 - 20:01
    Voilà, vous avez droit à une belle news en HP contenant la traduction de l'interview que Zahn à donné il ya environ une semaine sur le site officiel, et un résumé complet traduit par Lionel. Merci beaucoup à lui, encore une fois. :)

    Comme ca, tous ceux qui sont impatients de connaitre l'histoire seront contents. ^^
  • 19/02/2006 - 20:36
    Je n'ai pas lu le résumé, j'ai réussi à résister ^^, ouf ^^.
    (Bah quoi... d'habitude je me noie dans les spoiler. Pourquoi ce changement de politique ? Je sais pas... le fait que ça soit le nouveau Zahn, probablement)

    Par contre un petit prob dans la news : une phrase non traduite ! Je cite ici : avant dernière question, dernière phrase de la réponse :

    Non pas que Palpatine ait été abusé ! Je suis persuadé qu’il savait pertinemment well what was going on and figured he was getting as much out of the deal as Thrawn was. Possibly a little more.


    Voilà c'est le seul point "noir", sinon merci pour la trad de cette interview. Comme je l'ai dit, je ne peux pas juger le résumer... je dois recevoir mon exemplaire demain ou après-demain, en attendant je me retiens de lire plus bas... c'est dûr ^^.
  • 19/02/2006 - 21:02
    Vala c'est corrigé. :wink:

    J'espère que Ces' m'en voudra pas d'avoir touché à sa news. :D
  • 19/02/2006 - 21:05
    Non, je pense que Cesba va plutot se cacher dans la grotte la plus sombre de Dagobah :D
  • 19/02/2006 - 21:23
    Darth Vile a écrit:Vala c'est corrigé. :wink:

    J'espère que Ces' m'en voudra pas d'avoir touché à sa news. :D


    Et puis quoi encore...

    Merci.

    Je suis las... :o
  • 20/02/2006 - 15:34
    Moi j'ai apprécié l'entretien de Zahn & le résumé de ce livre que je lirai certainement jamais :lol: Merci !
  • 20/02/2006 - 16:43
    que je lirai certainement jamais

    shame on U
    tu viens et tu dis ça comme ça :evil: , non mais...
  • 20/02/2006 - 22:35
    >> Darkee: tu as juré de boycoter les meilleurs livres de l'UE ou c'est juste parce que tu n'aimes pas lire? :? *comprend pas trop*
  • 20/02/2006 - 22:54
    il a mauvais goût :P
  • 21/02/2006 - 17:20
    Bon je ne sais pas si les cou' ont été ou non scannées mais comme j'ai reçu le miens, je les mets. Mon scanner n'est plus tout jeune donc je ne sais pas si la qualité ira. L'argenté du "Star Wars" est passé bizarrement.

    Je mets le dos aussi. Update dès que c'est en ligne.
    (Je ne mets que la surcouverture, parce que la couv elle même est... noire, intégralement)

    http://lecloguman.free.fr/frontcover.jpg
    http://lecloguman.free.fr/backcover.jpg

    Niveau qualité je pense que ça ira ^^. Niveau état du bouquin, il sort juste de l'emballage d'Amazon donc si ça va pas...
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir poster un commentaire.
Merci de votre compréhension.
Proposer une actu
 
 Vous avez une information concernant l'Univers Star Wars que vous voulez partager avec d'autres internautes ?

Vous pouvez nous la proposer facilement : cliquez ici !
Publicité