StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Présentation
 
Dossiers C&P SWU 2004Réalisateur : Bill L. Norton
Avec : Paul Le Mat (John Milner), Cindy Williams (Laurie Bolander), Candy Clark (Debbie Dunham), Charles Martin Smith (Terry Fields), Ron Howard (Steve Bolander)
Scénario : Billy L. Norton
Musique : Eugene Finley, Mort Garson, Bob Hilliard
Durée : 1h50
Format du son : Dolby
Format de projection : 2.35:1, 1.87:1 et 1.35:1
Format de production : 35 et 16 mm
2. Histoire
 
Entre la Saint-Sylvestre 1964 et 1968. Les jeunes ont grandi. Après une dispute, Laurie quitte son mari réactionnaire et ses deux jumeaux et se retrouve au milieu des manifestations et des émeutes sur les campus étudiants. Terry sert au Viêt Nam avec le chef de la bande des Pharaohs et, après un très court enthousiasme, n'a qu'un seul rêve : rentrer au pays. John Milner, pilote de course professionnel, drague de l'Islandaise tandis que Debbie vit au milieu des hippies et des groupes de rock.
3. Critique
 
Suite du second film de George Lucas American Graffiti (1973), "More" n'est pas un chef-d'oeuvre mais reste un très bon film. A la narration bien connue de quatre histoires parallèles, plus intéressantes ici que dans le précédent film - et qui de surcroit se déroulent à des époques différentes, s'ajoute des expérimentations très intéressantes du "split screen" ou multi-écran, bien avant 24 heures chrono : des fenêtres montrent des points de vue différents sur une même scène, bougent... Le format de l'image change, se réduit...

Si le premier film est une belle illustration de la fin de "l'âge d'or", celui-ci jette un regard un peu désabusé, mais assez optimiste néanmoins sur une Amérique s'enfonçant dans le marasme. Les personnages ont un peu évolué. Plus mûrs, avec un regard plus cynique. Notamment Terry "the Toad" dans son enfer tragi-comique vietnamien, particulièrement bien filmé. En revanche, on retrouve avec plaisir le Wolfman Jack Show qui rythme les courses de John Milner ainsi qu'une bande-son adaptée à cette nouvelle époque : exit Buddy Holly et les Platters, place à Bob Dylan, Stevie Wonder et les Doors.

Certains peuvent critiquer la pertinence d'un tel film. Soit parce qu'il arrive "après la bataille", à la fin du "Nouvel Hollywood", en-dehors de son époque, par rapport à un Easy Rider ; soit parce qu'il ruine l'esprit du premier épisode qui débouchait clairement sur une impasse. Reste un excellent divertissement.

Notes : si vous vous souvenez du nom du personnage joué par Harrison Ford dans le premier épisode, ne manquez pas son caméo ! Par ailleurs, dans les figurants des scènes de course, vous pourriez repérer une toute jeune débutante nommée Rosanna Arquette... ;)
4. Liens avec le producteur
 
Premier film financé par George Lucas lui-même, More American Graffiti reste un des plus confidentiels. On y retrouve pourtant tout ce qui animait le jeune Lucas dans les années 60. C'est la face visible de son engagement politique. Contre la guerre au Viêt Nam... Mais critique sur le mouvement hippie et la drogue.

N'y eût-il son dégoût récent de la production de Un nouvel espoir, il aurait sans doute réalisé le film lui-même : Bill Norton n'est qu'une façade. D'ailleurs, une partie du film a été réalisée par Lucas. Il devait réaliser Apocalypse Now et cela ne s'est pas fait. Il a donc filmé lui-même les scènes du Viêt Nam sur le mode qu'il voulait adopter pour "Apo" : un style quasi-documentaire, caméra 16 mm à l'épaule - mais dans les forêts de Californie.

En fait, le film faisait partie des trois films commandés par Universal à Lucas lors de la signature du contrat portant sur American Graffiti. Universal ayant refusé Star Wars, il ne restait que ce film. Quant aux différents formats de tournage, ils restituent un peu de l'ambiance universitaire des années 60 durant lesquelles Lucas et ses amis aimaient expérimenter de nouvelles manières de filmer.

Le film a coûté 3 millions de dollars et en a rapporté 8 aux USA.
5. Quel format ?
 
Le film existe uniquement en DVD Zone 1, avec des sous-titres français. Vous le trouverez avec le coffret American Graffiti Drive-In Double Feature qui inclut les deux films de la série. La qualité dans l'ensemble est excellente, à l'image du DVD du film original (piste anglaise 4.0 Surround). Mais de bonus, il n'y a que ceux qui sont présents sur le DVD de American Graffiti.

Mise à jour 2015 : Le film est aujourd'hui disponible en DVD et Blu-Ray avec l'audio en Français/Anglais ainsi que des sous-titres français. Le film est publié sous le titre American Graffiti : La suite. Aucun bonus à l'horizon pour l'édition Blu-Ray qui propose un son VF en DTS Mono 2.0 et une piste anglaise DTS-HD Master Audio 5.1. La restitution des différents formats d'image apporte son lot d'inégalité au niveau de l'image, même si la restauration est convaincante.
6. Galerie
 
<< Page précédente
Page suivante >>
Publicité