StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Présentation
 
Dossiers C&P SWU 2004Réalisateur : Steven Spielberg (titre original : Indiana Jones and the Last Crusade)
Avec : Harrison Ford (Dr. Henry "Indiana" Jones Jr), Sean Connery (Dr. Henry Jones Sr)
Scénario : George Lucas et Jeffrey Boam
Musique : John Williams
Durée : 2h07
Format du son : Dolby
Format de projection : 2:35.1 Cinémascope
Format de production : 35 mm
2. Histoire
 
En 1912, le jeune Henry Jones Jr. parvient à récupérer le butin de pilleurs de tombes, mais son père se désintéresse de cet exploit.

En 1938, le Docteur Jones est mis sur la trace de son père, disparu à Venise alors qu'il était sur la piste du Saint Graal, la coupe par laquelle Joseph d'Arimathie recueillit le sang du Christ. Croisant la route d'une belle archéologue autrichienne et d'une secte de protecteurs du Graal, il retrouve son père dans un château à la frontière allemande, père qui l'amène à se lancer sur la piste du précieux artefact religieux.

Mais ses problèmes ne font que commencer car les nazis sont également sur la piste du Graal, dont le journal des Jones détient le secret... tandis que Henry Jones Sr. considère avec mépris la vie d'aventurier de son fils.
3. Critique
 
Souvent considéré comme le meilleur épisode de la trilogie, la Dernière Croisade repose il est vrai sur un exceptionnel tandem : Harrison Ford, la classe toute américaine, et Sean Connery, le charme splendidement british.

La relation père-fils, plutôt inédite en ce qui concerne un héros dit de bande dessinée, par définition sans attaches, prend une connotation singulièrement comique, tandis que toute l'enquête parallèle prend la forme d'un jeu d'aventures aux péripéties burlesques et inventives. S'il n'y avait ce duel oedipien, ce ne serait qu'une resucée du premier épisode, en différent (retour du personnage de Sallah, des nazis, des poursuites dans le désert...).

Mais une fois de plus, la maîtrise de Spielberg, les envolées de John Williams, l'humour et le scénario font de cet ultime épisode - à ce jour - un concentré de pur plaisir en spectacle.
4. Liens avec le producteur
 
George Lucas semble avoir eu l'idée de donner un père à Indiana Jones et défini leur relation du type "drôle de conflit". Comme d'habitude, il s'est largement investi dans la production du film, tournant certaines scènes lui-même à la tête d'une seconde équipe, lorsque Spielberg était indisponible ; il semble aussi avoir eu une certaine emprise sur le scénario dans la mesure où selon lui, le troisième épisode d'une trilogie doit constituer l'aboutissement d'un voyage initiatique : présentement cet aboutissement est la réunion avec le père.

Le budget du film s'élève à 48 millions de dollars et les recettes mondiales à 474 millions.

"Bien entendu" le film obtint l'Oscar des meilleurs effets visuels. Mais aussi deux nominations pour la musique de John Williams et les sons de Ben Burtt ; ainsi qu'une nomination aux Golden Globe pour Sean Connery.
5. Quel format ?
 
6. Galerie
 



Publicité