StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Introduction
 

Le développement pour consoles débuteVers le milieu des années 90, LucasArts est un éditeur/développeur proposant une gamme variée de produits, dont des jeux basés sur des créations originales et d'autres sur les plus connus des films de George Lucas. La compagnie a toujours appuyé sa notoriété sur l'aspect cinématographique attrayant de ses jeux ; cette ère est porteuse de nouvelles technologies qui autorisent la création de nouvelles expériences encore plus immersives.

Lors de cette période, les équipes de développement de LucasArts commencent à travailler sur les consoles de nouvelle génération, la PlayStation et la Nintendo 64. Les graphismes accélérés 3D des ordinateurs permettent de tester des gameplays encore plus prégnants et immersifs. Ces nouveaux progrès techniques permettent à LucasArts de donner vie à la richesse de ses univers de manière jamais vue encore.

La découverte des nouveaux matériels techniques et consoles de jeu est associée à la volonté de LucasArts d'explorer de nouveaux types de jeux, dont le jeu de tir en vue subjective (Star Wars : Dark Forces, Star Wars Jedi Knight: Dark Forces II, Outlaws) et la stratégie (Star Wars Rebellion, Afterlife). Très importante également est la décision de la compagnie de produire des jeux proposant des modes multijoueurs. Des titres tels Outlaws, Star Wars: X-Wing vs. TIE Fighter, et Star Wars Jedi Knight : Dark Forces II sont les à proposer aux joueurs de se mesurer à d'autres sur des jeux LucasArts.

2. Jeux d'aventures originaux
 
  • Full Throttle® (Mai 1995, PC CD-ROM, Windows, Mac CD)
  • The Dig® (Novembre 1995, PC CD-ROM, Mac CD)
  • Outlaws (Mars 1997, Windows)
  • The Curse of Monkey Island® (Novembre 1997, Windows)
  • Grim Fandango® (Octobre 1998, Windows)


Ben dans Full ThrottleDans Full Throttle, un autre jeu d'aventure « talkie » classique de LucasArts sur CD-ROM, l'utilisateur joue le rôle de Ben, un biker recherché pour le meurtre de Malcolm Corley, patron de Corley Motors. L'aventure commence par la quête de l'innocence de Ben en découvrant le vrai meurtrier. Outre les séquences d'aventure habituelles, Full Throttle se distingue pour ses phases d'action en moto, dans lesquelles Ben combattait des motards rivaux sur les sinueuses routes de canyons. Full Throttle, connu pour son exceptionnelle qualité des voix, dispose notamment de celle de Mark Hamill dans le rôle du menaçant Ripburger. 

Lorsqu'un mystérieux astéroïde apparut soudain en orbite précaire autour de la Terre, le joueur et une équipe d'astronautes de la NASA se doivent de neutraliser la menace de The Dig. Ce jeu d'aventure, basé sur une histoire de Steven Spielberg écrite pour la série TV Amazing Stories, place le joueur dans le rôle de Boston Low. Low est un astronaute dont la voix était assurée par l'acteur Robert Patrick, plus connu comme l'adversaire de Schwarzenegger dans Terminator 2 [NdT: en VF, Low est joué par Patrick Poivey, la voix française de Bruce Willis]. Par la suite, l'histoire emmène le joueur dans plus de 200 lieux et illustre le slogan du jeu: “In the Dead of Space, Something is Alive.”

OutlawsEn 1997, LucasArts se lance dans la création d'un jeu western-spaghetti dans la veine des films de Sergio Leone, comme le Bon, la Brute et le Truand. Il s'agit de Outlaws : l'histoire de James Anderson, un ancien Shériff qui découvre qu'une bande de truands a tué sa femme et enlevé sa fille. Le jeu commence lorsqu'Anderson se lance à la recherche de sa fille et d'une vengeance contre les meurtriers de sa femme. Le style visuel particulier de Outlaws préfigurait la mode de l'animation en « cell-shading » qui eut lieu quelques années plus tard. Le soft mixe l'action et l'aventure dans une histoire forte et une vue subjective en 3D temps réel. 

Après six ans d'absence, les mésaventures de Guybrush Threepwood font leur retour dans The Curse of Monkey Island. Dans l'éternel espoir d'épouser Elaine, Guybrush glisse innocemment une bague ensorcelée à son doigt, ce qui la transforme en statue en or. En conséquence, Guybrush doit trouver le moyen de la ramener à sa beauté originelle, tout en empêchant LeChuck de l'épouser. Des personnages familiers, Lady Vaudou et le cartographe Wally font des apparitions. Et bien entendu, que serait un Monkey Island sans son combat d'insultes ?

Grim Fandago - Manny CalaveraUne dramatique et mystique histoire de crime et de corruption constitue la base de Grim Fandango, jeu d'aventure inspiré des films noirs, racontant l'histoire de Manny Calavera, agent de voyage au Pays des Morts. Employé au Département des Morts, Manny a pour tâche d'amener les gens du Pays des Vivants et de les amener au Pays des Morts par un voyage de quatre ans à travers l'au-delà. Mais Manny a un problème : faute de bons clients, il se révèle incapable de remplir son quota de ventes. Très vite, Manny est mis sur la piste d'un complot : la véritable aventure commence alors. Grim Fandango se distingue par son incroyable style visuel issu du folklore mexicain, ainsi que par son scénario croisant 55 personnages et 7000 lignes de dialogue. L'interface du jeu, elle aussi, est totalement originale, car à la place d'une souris, c'est au clavier que les joueurs dirigèrent un Manny en 3D dans les décors du jeu.

3. Star Wars
 

Série Dark Forces



Jedi Knight - Kyle Katarn

En 1995, LucasArts fait son entrée triomphante dans le genre du jeu d’action à la première personne (ou FPS – First Person Shooter) avec Dark Forces, titre assez similaire à Doom et qui contribua à l’évolution du genre. D’une part, par des évolutions techniques comme la possibilité de regarder en haut et en bas, d’autre part par son introduction d’un personnage et d’une histoire incontestablement forts. En effet, il ne s’agit pas d’une adaptation d’un film comme cela se faisait beaucoup, mais d’un scénario complémentaire.

L’histoire se concentre sur Kyle Katarn, un ancien officier impérial ayant rejoint la Rébellion. Après avoir dérobé les plans de l’Étoile noire, Katarn doit stopper la production de Darktroopers, une version droïde d’élite des Stormtroopers.

Une suite très attendue, Jedi Knight : Dark Forces II, est proposée seulement deux années plus tard. Nous retrouvons un Kyle Katarn devant cette fois empêcher sept Jedi Noirs, menés par Jerec, de s’emparer de la puissance de la Vallée des Jedi. Au cours de son aventure, Kyle récupère le sabre laser de son père et devient, à son tour, un Jedi. Doté d’un nouveau moteur entièrement 3D (sans éléments 2D), le jeu permet de jouer à la première ou troisième personne, d’utiliser un sabre laser et les pouvoirs de la Force, ainsi que de choisir entre le Côté Clair ou le Côté Obscur de la Force. À l’instar de Rebel Assault 2, ce scénario fut renforcé par des séquences vidéo tournées avec de véritables acteurs et par la suite pleinement intégré à l’Univers étendu (adaptation en romans, et réutilisation des personnages et des lieux).

Jedi Knight inclut également un mode multijoueurs, permettant aux joueurs de s’affronter en face à face et de se battre au sabre laser.

Pour toutes ces innovations, Jedi Knight fut nominé « Jeu de l’Année » par de nombreuses publications.


Mysteries Of The Sith - Mara JadeImmédiatement après, Jedi Knight obtient une extension, Mysteries of the Sith. Il s’agit d’un pack ambitieux réunissant une nouvelle campagne solo et un mode multi joueurs fortement amélioré. Cette campagne introduit un nouveau personnage jouable issu de l’Univers étendu, Mara Jade, ancienne Main de l’Empereur, apparue pour la première fois dans la Croisade noire du Jedi Fou de Timothy Zahn. Le titre inclut également de nouveaux pouvoirs, de nouvelles armes et de nouveaux challenges. Les derniers niveaux doivent être joués uniquement au sabre laser et à l’aide des pouvoirs de Force.

Série X-Wing


X-Wing vs. TIE FighterL'idée de base de X-Wing vs. TIE Fighter est simple: réaliser des combats spatiaux Star Wars online. Alors que les précédentes simulations spaciales LucasArts, X-Wing et TIE Fighter, proposaient des campagnes solo détaillées, aucune d'elles n'incluait de combat en multi joueurs. X-Wing vs. TIE Fighter corrige cela, et met en scène une ultime bataille entre l'Empire Galactique et l'Alliance Rebelle. Ce conflit est animé par une série de missions multijoueurs. Aux commandes de neuf vaisseaux différents, les joueurs peuvent jouer à sept en LAN ou trois sur Internet. L'extension Balance of Power inclut une longue campagne solo et de nouveaux vaisseaux comme le B-Wing rebelle ou le Supercroiseur interstellaire.

Série Rebel Assault


Deux ans après le premier opus de Rebel Assault, LucasArts retourne dans le domaine des jeux d'action « full motion video » avec Rebel Assault II - The Hidden Empire. Le jeu, similaire dans son style à son prédecesseur, raconte l'histoire du pilote rebelle Rookie One. La suite propose 15 missions terrestres, aériennes et spatiales, et l'occasion de piloter le Faucon Millenium. Rebel Assault II se distingue également car il propose de nouvelles séquences vidéo Star Wars – les premières tournées depuis 1983.

Rebellion


Screenshot de RebellionPoursuivant son exploration de nouveaux genres dans l'univers Star Wars, LucasArts réalise un jeu de stratégie intitulé Rebellion en 1998. Commandant les forces de l'Empire ou de la Rébellion, les joueurs combattent pour le contrôle de la Galaxie par le complot ou la tactique. Situé après Star Wars Episode IV : Un nouvel espoir, le jeu propose des missions de diplomatie, de sauvetage et de sabotages. Avec 200 mondes à explorer, Rebellion est exceptionnel par la possibilité offerte au joueur de mener une stratégie puis d'observer le déroulement des batailles en mode tactique 3D pleine.

Consoles de jeu


Screenshot de Rogue SquadronAvec l'arrivée d'une nouvelle génération de consoles dans les années 90, LucasArts sort une nouvelle liste de jeux StarWars afin de tirer avantage des nouveaux systèmes. Le premier est Star Wars: Shadows of the Empire sur Nintendo 64 qui introduit le mercenaire sans attaches Dash Rendar. Se déroulant entre l'Empire contre-attaque et le Retour du Jedi, l'histoire raconte les aventures de Rendar dont l'objectif est d'éliminer le Prince Xizor, maître du syndicat du crime du Soleil noir, qui manoeuvre afin d'assassiner Luke Skywalker. Shadows of the Empire inclut de nombreux véhicules et lieux, notamment son fameux premier niveau où le joueur dirige un Snowspeeder lors de la bataille de Hoth.

La PlayStation accueille de son côté Masters of Teräs Käsi, un jeu de combat Star Wars narrant l'histoire d'Arden Lyn, un assassin chargé par l'Empire d'éliminer d'importants Rebelles comme Luke Skywalker et Han Solo. Luke, Chewbacca, Dark Vador et des personnages issues de l'Univers Etendu tels que Mara Jade sont jouables. Le jeu est cependant considéré comme l'un des plus mauvais jeux Star Wars jamais sortis.

Enfin, en novembre 1998, LucasArts présente Star Wars : Rogue Squadron, un jeu de shoot aérien développé par le studio allemand Factor 5 pour la Nintendo 64. Le niveau des Snowspeeders de Shadows of the Empire, qui eut énormément de succès, sert de base au gameplay de ce nouveau jeu. Les joueurs se mettent dans la peau de Luke Skywalker, à la tête de l’escadron Rogue, et participent à de grandes batailles à bord de X-Wing, A-Wing, B-Wing ou Snowspeeders. Rogue Squadron bénéficie par ailleurs de la puissance du Nintendo RAM pack. Cette extension physique de la console permet aux jeux de faire tourner des graphismes à des résolutions supérieures à celles normalement permises par la Nintendo 64.

4. Autres
 
  • Big Sky Trooper (Octobre 1995, SNES)
  • Metal Warriors (1995, SNES)
  • Indiana Jones and His Desktop Adventures (Avril 1996, IBM, Windows, Macintosh)
  • Afterlife (Juin 1996, PC CD-ROM, Mac CD)
  • Mortimer and the Riddles of the Medallion (Juin 1996, Windows, Mac CD)
  • Star Wars : Yoda Stories (Mars 1997, Windows, GameBoy Color)
  • BallBlazer Champions (Mars 1997, PlayStation)
  • Herc's Adventures (Juillet 1997, Saturn, PlayStation)
  • Star Wars : Behind the Magic (Septembre 1998, Windows)


Jeu de simulation AfterLifeLa seconde moitié des années 90 est une période d'expérimentations internes chez LucasArts, la compagnie se surpassant pour se faire la main sur différents types et genres de jeux. Parmi eux, la série « Desktop adventures » (Yoda Stories et Indiana Jones and His Desktop Adventures), des jeux d'aventures pouvant être complétées en une heure. La nature aléatoire des parties en fait des jeux à part car chaque aventure est différente.

Autre jeu original, Afterlife, une simulation stratégique consistant à prendre en charge la construction et la gestion du paradis et de l'enfer d'une planète extraterrestre. Une bonne gestion est récompensée de Pennies du paradis, c'est-à-dire si vous êtes capables d'empêcher les catastrophes comme le « Disco Inferno ». LucasArts se lance également sur le marché des jeux d'aventure pour enfants avec Mortimer and the Riddles of the Medallion, les aventures d'un escargot dans un monde magique.

Des jeux console originaux sont également produits durant cette période. Tout d'abord, un remake du premier jeu LucasArts, BallBlazer Champions, réalisé sur PlayStation ; Metal Warriors, un jeu futuriste de type « mech-like » consistant à combattre une engeance cherchant à conquérir la Terre ; Big Sky Trooper, un jeu d'action-aventure ; et Herc's Adventures, un plaisant jeu d'action à deux joueurs situé dans les temps anciens.

Enfin, Star Wars: Behind the Magic est un CD-ROM encyclopédique exhaustif sur Star Wars et son univers. Désigné CD-ROM de l'année par Entertainment Weekly en 1998, Behind the Magic recèle des contenus inédits comme une visite virtuelle du Faucon Millenium et un test balistique sur des stormtroopers, ainsi que des photos rares et des scènes de la trilogie Star Wars. Il inclut enfin un avant-goût de Star Wars : Episode I, un film qui va représenter une grande part du futur de LucasArts.

Publicité