StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
Yoda Stories
Fiche et test (PC) | Test Game Boy Color
Yoda Stories
 
  • Genre Action 2D
  • Année de sortie 1997
  • Année et période +3 à +4 (Empire)
  • Plate-forme(s) PC  Game Boy Color
  • Yoda Stories est un petit jeu d'aventure pour Windows, décliné plus tard sur Game Boy Color. Le joueur dirige Luke Skywalker, alors en fomation sur Dagobah, à travers un nombre virtuellement infini de parties afin d'accomplir des missions confiées par maître Yoda.
  • Note du staff SWU
     (45 % - Tests SWU)
  • Note des internautes
     (aucun commentaire disponible)

Présentation

Yoda Stories est un RPG, une sorte de mini-Zelda très simplifié. Il est sorti d'abord sur PC en 1997, à l'époque de Windows 95 dans la série Desktop Adventures, dont le précurseur fut en son temps Indiana Jones Desktop Adventures, puis sur Game Boy Color en 1999 dans une version très décevante. Ce type de jeu fut au départ pensé pour être joué sur un coin de bureau (de l'ordinateur) avec des parties qui durent à peine une heure, bref, pour être le jeu d'un moment de détente entre deux dossiers, pour ceux qui seraient lassés du démineur. Voyons un peu tout ça.

Présenté sous une boite en carton à l'ancienne, le jeu annonce la couleur : des parties courtes, pas plus d'une heure ("oubliez le démineur" précise le dos de la boite), un moteur aléatoire qui promet une durée de vie infinie (ce qui n'est pas tout à fait exact, mais nous en reparlerons). Le texte disait aussi "idéal pour une pause", mais bon, une pause d'une heure pour jouer à Yoda Stories alors que tant de travail de bureau nous attend… Le jeu était accompagné, dans sa boîte, par le CD-rom "Making Magic" qui présentait l'édition spéciale de la Trilogie. Un bien beau CD-rom, riche en belles choses, mais malheureusement tournant exclusivement sous MS-DOS. La citation de maître Yoda reproduite sur le dos de la boite n'a visiblement pas été traduite par quelqu'un qui connaissait le film L'Empire Contre-attaque.


Boite française de Yoda Stories

La notice en français, quatre pages imprimées sur du papier jaune, décorée de reproductions en noir des sprites du jeu, fleure bon le vintage, on y retrouve de bonnes vieilles allusions à l'autoexec.bat, au config.sys et autres joyeux fichiers de configuration qui donnaient des migraines aux utilisateurs des premiers Windows, avant l'époque bénie du plug-and-play. Cette notice ne nous apprend strictement rien sur le jeu, sinon qu'on peut consulter l'aide en ligne si on l'veut en savoir plus.

Le jeu s'installait facilement, à l'époque, via une interface d'installation permettant également de lancer Making Magic. C'est un jeu léger, à peine quelques mégas octets. Il ne s'ouvre qu'en mode fenêtre de taille fixe, petite (environ 500x300 - voir image en taille réelle ci-dessous) puisque conçu pour Windows 95, à l'époque où les résolutions d'écran dépassaient rarement le 800 par 600. Aujourd'hui, sur un écran HD, la fenêtre fait un peu timbre poste mais bon, ne boudons pas d'emblée notre plaisir…

image du jeu taille réelle

Bien que très marqué Empire Contre-attaque (Luke est en formation sur Dagobah), ce jeu mélange hardiment les trois films de la Trilogie classique, proposant des planètes emblématiques des trois films (Tatooine, Hoth et Endor) et des personnages comme les jawas, les snowtroopers et les ewoks. Et le mélange est harmonieux et agréable, ça ne surprendra pas outre mesure le joueur de trouver sur un monde enneigé une serre tropicale habitée par un ewok qui déclare "Nak nak, pas bon neige !".

Le jeu démarre par un titre illustré d'un dessin de Yoda et nous voilà propulsé immédiatement sur Dagobah. Quelques options sont disponibles via un menu classique : Un menu fichier permettant de sauvegarder la partie en cours, d'en charger une, de rejouer le monde en cours ou d'en créer un nouveau, sachant que chaque monde sera strictement différent du précédent, puisque crée aléatoirement par le moteur du jeu. Un menu "options" permet de gérer la difficulté du jeu avec un curseur allant de facile à difficile. Ce paramètre règle la difficulté des combats, soit le nombre de fois qu'il faut laseriser un personnage pour le liquider. Un autre paramètre permet de jouer sur la vitesse du jeu, c'est-à-dire sur la vitesse à laquelle se déplacent les personnages. Un paramètre gère la taille du prochain monde généré par le jeu, plus ou moins grand, donc forcément une partie plus ou moins longue. Enfin un paramètre Statistique donne des infos sur le nombre de parties jouées, le high score, etc. Un choix permet de supprimer musique et/ou effets sonores, et une fonction pause, le tout bien entendu accessible par des raccourcis clavier. Ah, le jeu dispose aussi d'une fonction bien utile : en pressant rapidement ctr+h, on envoyait le jeu en barre de tâche, très utile quand un importun surgissait dans votre bureau pendant une partie en cours.

Lançons donc le jeu lui-même, à présent.

Gameplay version PC

Le jeu démarre toujours de la même manière : récupérer R2-D2 et trouver Yoda. Une fois qu'on l'a rencontré, Yoda propose une mission à Luke, un général rebelle kidnappé, un engin à récupérer, un droïde disparu, une super arme de l'Empire à détruire ou un truc bateau du même genre. Luke, aidé de R2-D2 prend son X-wing pour se rendre sur la planète où se déroulera toute l'action de la partie.

Là, Luke progresse dans des niveaux carrés représentant chacun une portion de carte, disposés les uns au-dessus des autres, dans le plus pur style RPG d'autrefois. Il va affronter des ennemis divers, des Tuskens, des serpents, des scorpions, des moustiques géants, des wampas, soit à l'aide d'un sabre laser soit à l'aide d'un blaster. Le joueur dispose d'un inventaire d'objets, d'un indicateur fléché pour savoir dans quelle direction il peut aller, d'une jauge d'énergie et d'un R2 toujours volontaire pour donner des indications sur certaines choses.

Luke rencontrera des personnages bigarrés, et pour chacun d'entre eux, il devra résoudre une énigme, échanger ou reçevoir un objet, utiliser la Force (qu'il devra récupérer à chaque niveau en rencontrant le fantôme de Obi-Wan). Tout cela lui permettra, à force d'échanges divers, d'obtenir un objet clé, un passe, une carte d'identification, qui lui permettra de pénétrer dans l'objectif final du niveau, une base impériale par exemple.

Luke sera aidé par des jawas ou des marchands divers qui peuvent échanger des objets ou de la ferraille contre des armes, des médi-packs ou du bacta, permettant à Luke de régénérer son énergie. Un droïde médical peut aussi régénérer cette énergie en cas de besoin, ce qui impose de revenir au point de départ du jeu.

Luke devra fouiller un peu partout, ouvrir des coffres, tirer des caisses ou des blocs de pierre à l'aide de la touche Shift du clavier pour récupérer des objets, des champignons (sur Tatooine !) ou des racines lui permettant de récupérer quelques points d'énergie, ainsi que des armes, détonateurs thermaux, blasters ou blasters impériaux, plus efficaces parfois que le sabre laser mais à durée de vie limitée. Pas d'inquiétude, cependant, car certains des objets "trouvés" ne servent à rien et parfois le joueur finira la partie avec un inventaire plein de trucs qu'il n'a pas utilisés.

Seuls les objets "échangés" ou trouvés dans des cases à énigmes ont une importance, et devront être utilisés ailleurs. Attention, toutefois, les différents objets ne s'utilisent pas toujours de manière logique. Luke peut se trouver en face d'une porte fermée et entendre une voix à l'intérieur. La logique voudrait que la porte s'ouvre avec une clé, un passe ou un badge, mais il faut parfois utiliser un fer à souder pour ouvrir, ou un autre objet illogique. Donc, devant une porte ou une certaine situation souvent indiquée par une bulle de texte, le joueur devra utiliser tous les objets en sa possession pour trouver le bon ou chercher encore dans la portion de carte : quelquefois un bouton se dissimule sous une pierre ou un objet quelconque et débloque la situation. Il faudra aussi parfois utiliser la Force pour déplacer des objets, ou utiliser ceux qui sont présent pour avancer, faire flotter des caisses pour franchir un lac, ou utiliser une pierre pour casser un mur.

Le héros peut également descendre dans des souterrains, souvent infestés de stormtroopers ou autres joyeusetés, mais là, la carte n'indiquera plus grand-chose, au joueur de s'appliquer.

Luke devra trouver un localisateur, remis par un personnage ou trouvé dans une épave, qui lui permettra de se retrouver sur la carte, et une fois en possession de ce localisateur, il pourra aussi utiliser des téléporteurs disséminés un peu partout pour passer d'une zone à l'autre plus rapidement. Parfois, en empruntant un véhicule, Luke peut se rendre dans une autre partie de la carte accessible seulement de cette manière. Sur la carte, les cases à énigmes apparaissent sous forme de pièces de puzzle, qui changent d'apparence dès que l'énigme est résolue. Une info bulle donne également des indications vagues sur l'avancement du jeu.
Sur la carte, un carré orné d'une étoile indique au joueur où se trouvera l'objectif final de la partie. Celui-ci ne pourra être vraiment atteint qu'après avoir découvert tous les objets et/ou échangés ceux-ci dans le bon ordre. De cet endroit, le joueur pourra se retrouver dans tout un tas d'endroits ne figurant pas explicitement sur la carte, de façon à atteindre l'objectif final. Là, après une nouvelle série d'énigmes, Luke affrontera un adversaire comme (carrément !) Dark Vador, afin d'obtenir l'objet recherché.

Au final, après un écran indiquant fièrement que Luke a gagné et lui donnant un "facteur de force", il ramènera un objet ou un personnage sur Dagobah, et Yoda le félicitera pour son bon travail. A un certain point du jeu, après avoir acquis de l'expérience, Luke disposera d'un sabre laser vert plus puissant. Mais guère plus. Voilà pour le scénario lui-même.

En fait pour être précis, les récompenses sont :
=> après 5 victoires : sabre vert plus puissant (et qui permet de tuer les droids, jawas et ewoks innocents ^^)
=> après 10 victoires : Yoda donnera la Force à Luke dès le début
=> après 15 victoire : un cœur pur qui donne à Luke une vie supplémentaire (Merci à WedgeR7 pour ces précisions.

Bonne idée, mais...

Les parties sont très courtes, et le jeu dispose en plus d'un paramètre de taille pour le jeu, créant des cartes plus ou moins grandes, avec une série de transactions à réaliser plus ou moins longue. Car l'un des aspects intéressants du jeu est le côté totalement aléatoire des parties. Un moteur crée aléatoirement une carte plus ou moins grande à chaque partie, selon le réglage du paramètre disponible dans le menu. Les objectifs à atteindre et les objets sont également répartis aléatoirement. Chaque partie est donc totalement différente des autres.
Mais cet aspect, qui pourrait paraître intéressant au premier abord, est aussi ce qui fait le défaut le plus sérieux de ce jeu : Si les cartes, les personnages, les objectifs et les objets à récupérer sont répartis aléatoirement, il n'y a qu'environ 15 objectifs possibles, toujours les mêmes. Donc même si la boite promet des millions des parties différentes, ce qui, dans le fond, est vrai, le jeu devient vite plutôt lassant, car il va se finir très vite par se répéter, au bout d'un certain temps, et n'offrira plus beaucoup d'intérêt puisque les énigmes seront systématiquement connues. Restera simplement à trouver les objets et l'ordre dans lequel faire les échanges pour aller facilement au bout de la partie. Retour sur Dagobah, félicitations de Yoda, et fin du jeu. "Une autre étape franchi tu as, sur le chemin qui jamais ne s'arrête", dit Yoda. Pas d'objectif d'ensemble, juste une collection de mini-RPG aléatoires avec un scénario vite connu, se passant seulement sur trois planètes, avatars de Tatooine, Hoth et Endor. Au bout de quelques parties, ça devient franchement ennuyeux.

Le second grand problème de ce jeu repose sur les mouvements du personnage. Il se déplace et ne regarde que selon quatre directions, pilotées à la souris, mais ses armes travaillent selon huit directions, ce qui pose un gros problème dans les combats. Qui plus est, déplacer le personnage à la souris est un défi, il va souvent là où on ne le souhaite pas, se déplace latéralement à certains endroit, se retrouve bloqué pour la énième fois contre un jawa ou un ewok, et déplacer des pierres ou des containers est parfois franchement difficile, voire agaçant, et nécessite l'utilisation du clavier. Les flèches du pavé numérique du clavier permettent également de déplacer le héros, ce qui rend les déplacements plus faciles, mais reste le problème des combats contre de nombreux ennemis, qui ne peuvent se résoudres facilementqu'à la souris.

De plus l'animation est des plus pauvres, les personnages passent d'un carré à l'autre très rapidement, selon seulement quatre directions, tournent autour du héros en tout sens, l'empêchant de bien ajuster sa riposte, le sabre laser est assez ridicule, seuls les blasters ont un certain style mais ne durent pas longtemps. Le passage d'une portion de carte à une autre pose parfois problème : même si la flèche indique la possibilité de passer, le jeu l'interdit par un petit bruit aigrelet, car un mur ou un obstacle doit se trouver là dans la carte suivante sans qu'on puisse le voir. Pour finir, un grand nombre de portions de la carte ne servent tout bonnement à rien, sinon à ralentir la progression du héros en le confrontant à des ennemis, hommes des sables ou stormtroopers en pagaille.

Au chapitre des bonnes choses, toutefois, car il y en a : des niveaux agréables, très colorés, des effets sonores très présents et complètement starwarsiens, un respect global du design des films, une musique assez rare, limitée à quelques occasions importantes du jeu (dont la fin de la quête), mais toujours tirée des bandes originales, comme l'inusable thème de la Cantina. Les personnages sont plutôt amusants, parfaitement reconnaissables malgré une déformation parfois exagéré. Personnellement, je les avais récupéré et utilisées comme icônes pour mon Windows de l'époque. Le jeu propose des rencontres sympa avec toutes sortes de personnages et engins emblématiques de la Trilogie : Boba Fett, Dark Vador, des AT-AT, le Faucon Millenium…

Qu'ajouter, sinon qu'en principe le jeu ne tourne plus tel quel sur les versions récentes de Windows depuis XP. Il est toutefois possible aujourd'hui de trouver en téléchargement des versions optimisées pour les nouveaux Windows, et il suffira d'échanger quelques fichiers tirés de votre vieux cd-rom original (que vous possédez, bien entendu, avant de télécharger) pour franciser les textes du jeu.

Conclusion

La version PC se joue encore agréablement aujourd'hui, une fois résolus les soucis de langue et de compatibilité.
Si le cœur vous en dit, n'hésitez pas à vous procurer ce jeu et dézinguez quelques wampas ou sandtroopers entre deux pages de traitement de texte.

Uttini — (qui espère tout de même vous avoir donné envie de jouer à ce petit jeu)

Yoda Stories
Plate-forme :  PC  -  Date : 23/10/2015

Points positifs

  • moteur de jeu aléatoire
  • graphismes amusants
  • respect général du design de la Trilogie
  • musique rare mais bien fichue

Points négatifs

  • moteur de jeu aléatoire
  • jeu sans objectif final
  • devient très vite répétitif sinon lassant
  • déplacement parfois complexe des personnages
  • phases de combat mal maîtrisées
Note :
(80 %)
SWU fan database
 

Statistiques globales

23 membres le possèdent (qui ?)
25 membres y ont joué (qui ?)

Ma database

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir gérer votre collection. Merci de votre compréhension.
Publicité