StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
Bao-Dur
Les Guerres Mandaloriennes
 
Moins de quatre mille ans avant la Bataille de Yavin, Bao-Dur naquit sur Iridonia, une des planètes des Zabraks proche de la Bordure Extèrieure, qui fut l’une des premières visées lorsque les guerres Mandaloriennes éclatèrent. Ayant échappé de justesse à la mort, c'est donc tout naturellement que le jeune Zabrak s’engagea dans les forces armées de la République lorsque celle-ci s'opposa aux soldats d'élite, motivé par le désir de survivre, mais aussi et surtout de se venger de ces meurtriers. En cela, il prit part à plusieurs batailles, mais, au vu de ses incroyables capacités en électronique, il intégra rapidement le corps scientifique. Combattant puis travaillant avec acharnement, seule la destruction des Mandaloriens comptait pour lui, car si certains s’engageaient par conviction, désirant défendre les systèmes menacés, lui n’était là que pour assouvir sa vindicte.

Travaillant sur différents projets de droïdes, d’armes et surtout de boucliers, il se servait ainsi de son instinct et de ses intuitions pour réaliser les bonnes connexions, ce qui valut plus tard aux fières Echani de dire de ses capacités qu’elles dépassaient non seulement celles de leurs semblables, mais aussi tout ce qu’un être pouvait naturellement atteindre comme excellence. L’une des plus grandes preuves de son génie était d'ailleurs son bras cybernétique. Nul ne sut trop comment cela arriva, mais Bao-Dur se fit en effet arracher le bras gauche au cours d’une bataille, ce qui l’obligea alors à se fabriquer une prothèse électronique qui possédait de nombreuses facultés, dont celui de désactiver les champs de force. Par ailleurs, il fut également l’inventeur du terrible générateur d’ombre, une arme capable d’oblitérer n’importe quelle armée.

Alors que la bataille sur Malachor V faisait rage, il présenta donc son invention à la générale qui les commandait, cette dernière faisant partie de la première vague de Jedi à avoir rejoint les militaires Républicains malgré l’interdiction de leur Conseil. Bao-Dur ne blâmait pas ceux qui restaient en arrière, mais il n’en admirait que plus ceux qui faisaient preuve de courage et d’indépendance en se joignant à la bataille. Celle qu’on appellerait plus tard l’Exilée possédait de plus un tel charisme que le Zabrak lui faisait entièrement confiance, aimant particulièrement son inflexibilité, son sens du devoir et sa détermination. Aussi la mit-il au courant de l’arme destructrice qu’il avait mise au point, des avantages qu’il y aurait à l’utiliser, mais surtout des risques encourus, persuadé que sa générale saurait prendre la bonne décision. Lorsque le générateur d’ombre fut finalement activé, Bao-Dur était aux côtés du Jedi, tenant enfin sa vengeance, même si un pressentiment lui faisait pourtant redouter le pire.

En quelques secondes, la flotte Mandalorienne fut ainsi balayée, les troupes au sol écrasées, mais malheureusement, une grande partie des soldats de la République fut également touchée, causant d’innombrables morts dans les rangs alliés. Puis, alors que le natif d'Iridonia était saisi par le désespoir, quelque chose de totalement imprévu se produisit. Sous l’onde de choc, la planète renvoya en effet un écho à travers tout l’espace environnant, d'une ampleur telle qu'il fit vaciller les officiers Jedi. Comme mort, même sa générale tomba immédiatement au sol, et Bao-Dur se précipita vers elle, tentant de lui prodiguer les premiers secours. Affolé, il ne savait plus quoi faire en attendant les secours, c’était comme s’il n’arrivait plus à sentir sa présence. Lorsque la Jedi fut finalement emmenée, Bao-Dur contempla le désastre tout autour de lui : des milliers de cadavres recouvraient la surface de la planète, des appels à l’aide fusant de partout. C’est là qu’il comprit alors que sa soif de vengeance était à l’origine de ce massacre et qu’il décida de s’enfuir à travers la Galaxie.
Rencontre sur Telos
 
Rongé par le remord, il alla de planète en planète, tentant d’apporter de l’aide là où il le pouvait, mais restant le plus souvent seul. Après les événements de la Forge Stellaire, il se rendit sur Telos, planète détruite par l’armée Sith. Là, les Ithoriens, mandatés par le régime en place, avaient lancé un ambitieux programme de restauration de la planète, consistant dans un premier temps à restreindre l’accès à sa surface pour réimplanter progressivement faune et flore. Toutefois, attirée par les potentiels économiques de ce projet, la Czerka, société multi-sidérale cherchant avant tout le profit, tenta de récupérer le marché.

Contrairement aux pacifiques Ithoriens, elle employait des mercenaires pour menacer ses opposants et contrôler la Station Citadelle, station orbitale où patientaient les Télosiens survivants. Etant donné qu’il travaillait déjà sur les installations électriques pour les natifs d'Ithor, le chef Chodo Abat, connaissant son passé de guerrier, demanda alors à Bao-Dur de se rendre en secret à la surface de Telos, pour tenter d’espionner la Czerka, découvrir quelles étaient leurs intentions et, si possible, saboter quelques-uns de leurs équipements. Forcé d'agir seul, Bao-Dur se construisit d'abord un petit droïde sonde, Remote. Doté d’un sacré caractère, il était le compagnon fidèle dont il avait toujours eu besoin : il pouvait lui parler, le rafistoler et l’améliorer quand il s’ennuyait, et, grâce à son aide, réaliser des tâches plus complexes, sans oublier de faire régulièrement ses rapports à Chodo Abat sur ce qu’il observait.

Un jour, alors que l’activité de la Czerka avait récemment redoublée, le Zabrak fut mis au courant par l’Ithorien de l’arrivée imminente d’une navette, avec à son bord une précieuse alliée. Cette dernière ayant aidé les congénères d’Abat contre la Czerka, pour la remercier, ils l’avaient en effet aidée à se rendre sur la planète pour retrouver son vaisseau volé. Au moment où Chodo lui expliquait que la navette venait juste de partir, Bao-Dur entendit toutefois les tourelles lasers veillant sur Telos se mettre en marche et tirer sur le nouvel arrivant. Même si le pilote avait l’air doué, il ne le fut pourtant pas assez pour éviter tous les traits lasers, et l’atterrissage brutal fut en conséquence marqué par une longue colonne de fumée noire. Se rendant sur les lieux le plus rapidement possible, espérant arriver avant les mercenaires de la Czerka, le mécanicien fut alors soulagé de voir que les trois passagers, éjectés au moment de l’impact, avaient survécu. Tentant de les ranimer avant que l’ennemi ne rapplique, quelle ne fut pas sa surprise quand il reconnut son ancienne générale, qui avait donc survécu à ce qui s'était passé sur Malachor V.

Lorsque l’Exilée se réveilla, ses souvenirs, ses remords, son chagrin mais aussi sa fierté revinrent aussitôt à l’esprit de Bao-Dur, mais cela ne l'empêcha pas de constater que la femme qu’il avait en face de lui avait changé. Sur Malachor V, il l’avait en effet sentie proche du Coté Obscur, puis avait éprouvé comme la disparition de son essence suite à l’explosion, mais à présent seul un calme profond et puissant émanait d’elle. Et même si la Jedi ne semblait pas se souvenir de lui, le Zabrak n’en prit pas ombrage : après tout il n'avait été qu'un soldat parmi tant d'autres au cours de la guerre, et avait travaillé pour sa vengeance, pas pour récolter des médailles.

Pourtant, à présent, tout était parfaitement clair pour Bao-Dur : si sa générale était revenue vers lui, il allait continuer à la servir comme il l’avait toujours fait. Heureux de constater que la Jedi acceptait avec joie son offre, il la guida ainsi, elle et ses compagnons, jusqu’à la base de la Czerka, les prévenant des dangers posés par les mercenaires, qu'il aida à combattre. Une arme à la main, sous le commandement de l’Exilée, il se sentait revivre. Par la suite, après s’être connecté à l’ordinateur central de l’avant-poste de la compagnie, et ce grâce aux codes récupérés durant son espionnage, le Zabrak détecta la présence du vaisseau que l’Exilée recherchait, l’Ebon Hawk, près des plateaux polaires de Telos. Devant traverser la base ennemie pour atteindre l’appareil, il en profita alors pour faire la démonstration de son bras cybernétique afin d’ouvrir le passage et de voler une navette pour rejoindre leur destination, mais ce fut sans compter le groupe de droïdes qui leur tira dessus. Assommé lors du crash, lorsqu’il se réveilla enfin, Bao-Dur s'aperçut qu'il était dans une cellule, près des dénommés Kreia et Atton Rand. Sans attendre, la générale vint cependant les libérer, et les informa de la suite des événements avant de partir, à savoir qu’ils devaient visiter plusieurs planètes pour retrouver les Maitres Jedi qui s’y cachaient.
La Quête de l’Exilée
 
À bord de l’Ebon Hawk, le Zabrak devint peu à peu ami avec l’Exilée, et lui reparla du bon vieux temps, sans aborder le douloureux sujet de Malachor V, du moins pas avant qu’il ne se sente prêt. Souvent, il lui prêtait main forte pour améliorer son droïde astromech, lui fournissait des trousses de réparation, piratait des systèmes informatiques. Rapidement, au vu de ses aptitudes, la générale lui demanda d’ailleurs s’il savait comment construire un sabre laser, une question qui surprit Bao-Dur, qui plus est de la part d’une Jedi. C’est alors qu’il se souvint que l’humaine avait perdu toute affinité avec la Force sur Malachor V, et qu’elle ne reprenait contact avec elle que progressivement. Lorsque toutes les pièces furent regroupées, il lui enseigna donc la technique de construction, et, en voyant la Jedi brandir à nouveau son arme, l’Iridonien n’eut plus de doute : le général était bien de retour.
C’est également à ce moment que Bao-Dur fit part de ses regrets et de ses doutes à son amie, l’Exilée étant en retour très rassurante et très compréhensive. Sur ses conseils, le Zabrak chercha ainsi à faire le vide en lui, et, une fois débarrassé de sa colère, il perçut alors pour la première fois la Force qui coulait dans ses veines, certes ténue, mais ne demandant qu’à être maîtrisée. L’Exilée s’en étant aussi rendu compte, elle proposa naturellement au soldat de le former, comme elle le fit avec la chasseuse de primes Mira, et c'est de cette façon que Bao-Dur devint un apprenti Jedi.

S’il aida de plus belle son mentor dans sa quête, quand ils se dirigèrent vers Malachor V, Bao-Dur ne put pourtant que sentir le mal environnant, le Coté Obscur et son attrait, un piège qu’il aurait préféré ne jamais avoir à affronter mais auquel il réussit à résister, car ayant déjà vu et souffert de ses conséquences. Après un nouvel atterrissage difficile, tandis que l’Exilée s’enfonçait vers le cœur de la planète, le Zabrak confia alors à son droïde Remote la mission de mettre en marche les divers vaisseaux s’étant écrasés à sa surface, absorbés par sa puissance, espérant que les moteurs ioniques mis en surchauffe entraîneraient une réaction en chaîne et la destruction du lieu.

Soudain, tout aussi subitement qu’il s'était posé, l’Ebon Hawk s’enfonça dans une crevasse, mais la planète, amas de roches constellées de fractures, permit néanmoins au vaisseau de se rééquilibrer et de se maintenir à la verticale de son cœur. Forcés de tenir cette position pour le moins atypique, Bao-Dur et ses amis restèrent ainsi tapis dans les gorges rocheuses jusqu’à ce que la bataille entre l’Exileé et Dark Traya s’achève, puis, lorsque le calme fut revenu, ils récupèrent la Jedi, dont la survie était tout sauf une surprise pour le Zabrak, et s’éloignèrent rapidement, craignant que la planète n’explose d’un moment à l’autre. En voyant que les droïdes avaient étrangement disparus, Bao-Dur ne put cependant s'empêcher de penser que Remote avait échoué, mais fut finalement rassuré lorsque Malachor V se transforma en boule de feu.

Par la suite, alors qu’ils s’apprêtaient tous à fêter leur victoire, l’Exilée vint vers eux et leur expliqua qu’elle devait partir vers les Régions Inconnues. Si certains protestèrent, l'Iridonien comprit pourtant que cette décision irrévocable était nécessaire pour la générale, et que celle-ci devait être seule. Une fois ses adieux faits à son mentor, Bao-Dur, pacifiste accompli depuis la dernière guerre, devint alors l’un des piliers de la refondation de l’Ordre Jedi, et, s'il était toujours aussi bon mécanicien, il en oublia même l’idée de créer de nouveaux droïdes, ayant retrouvé goût à l’amitié et à la présence d’autres êtres vivants.
Apparitions
 
Dossiers associés
 
L'Encyclopédie de l'Ancienne République    Le Dossier Force - Les Archives Jedi   
Wiki SWU
 

Rédaction

Dernière mise à jour : 01/04/2009

Participer au Wiki SWU

Ce formulaire vous permet de proposer du nouveau contenu (historique du personnage par exemple) ou de nous faire part d'une erreur pour la fiche Bao-Dur. Celles-ci seront vérifiées et prises en compte dès que possible par un membre du staff.

ATTENTION : Les sources et médias doivent être indiqués en commentaire et si possible multiples. Tout copier/coller d'un autre site Star Wars est strictement interdit. Si vous souhaitez proposer du contenu de manière récurrente, rendez-vous sur le forum suggestions ! ;)
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir proposer du contenu.
Merci de votre compréhension.

Orthographe / grammaire

Cette fiche n'a pas encore été validée au niveau orthographe / grammaire par notre équipe de correction.
Si vous remarquez une faute dans la fiche, n'hésitez pas à nous la signaler via le Wiki SWU ci-dessus.
Recherche
 
Rechercher une fiche :
Mises à jour
 
Publicité