StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
Pourquoi chercher une Etoile Noire quand on peut avoir un Tarkin ?
  • Titre original Resurrection of Evil - Marvel Star Wars #51 et 52
  • Genre Comic-Book
  • Série Classic Star Wars - Marvel US (Vol. 22)
  • Univers Legends
  • Scénariste(s) David Michelinie
  • Dessins Walt Simonson
  • Encrage Tom Palmer
  • Couleurs Don Warfield
  • Couverture Walt Simonson
  • Synopsis : Lorsque le Général Rieekan découvre que l’Empire est en train de construire une nouvelle superarme comparable à l’Etoile Noire, ce sont tous nos héros qui se mobilisent pour rééditer leur exploit. La première difficulté est de monter à bord, la seconde est de le faire au nez et à la barbe de Darth Vader. Jamais dupe, le Seigneur Sith tisse sa toile pour piéger son fils et ses amis. Le salut viendra-t-il d’un ami, en l’occurrence Lando resté en arrière sur cette mission, ou de l’ennemi, à savoir les impériaux eux-mêmes pas toujours au diapason avec Vader ?
  • Note du staff SWU
     (63 % - 2 commentaires)
  • Note des internautes
     (aucun commentaire disponible)
     (65 %)
    #51 : Resurrection of Evil
    La terrible menace
    Scénario : David Michelinie
    Dessins : Walt Simonson
    Encrage : Tom Palmer
    Couleurs : Don Warfield
    Couverture : Walt Simonson

    Luke


    L’idée de Michelinie pour cette histoire est assez incroyable. Les Rebelles découvrent que l’Empire n’a pas construit de seconde Etoile Noire parce qu’il a encore mieux dans son chapeau : le Tarkin, une superarme « encore plus invincible que sa consoeur ». L’ironie de la situation n’échappera à personne lorsque l’on sait qu’une seconde Etoile Noire est à l’affiche du Retour du Jedi. Partant de là, il s’agît pour l’Alliance de monter une mission commando pour infiltrer la base de l’Empire et détruire l’arme de l’intérieur, puisque c’est impossible de « l’extérieur ». Et encore une fois, la scène du briefing offre au lecteur qui aura vu l’Episode VI un sentiment de déjà-vu saisissant (comme les lecteurs de la série Marvel à l’époque ont du un peu halluciner lorsqu’ils ont découvert le film). Les similitudes sont nombreuses, la manière dont la menace est amenée, la réunion, certaines répliques. Tout au plus manque-t-il Han Solo.

    Faucon Millenium


    Visuellement, le duo Simonson-Palmer fonctionne bien. Ils donnent à la série une personnalité radicalement différente de l’époque Infantino. Ce qui finalement tombe bien puisque entre temps un film est passé par là, et que la saga a globalement suivi le même processus. Sur ce numéro, il sont à l’aise dans tous les registres : scènes de dialogues entre les personnages, les quelques (trop) rares panels d’actions, et même les larges plans spatiaux. Comme au numéro précédent, les couleurs de Warfield laissent un goût d’inachevé et n’embellissent pas les dessins à mon sens. Au final, un petit clin d’œil à la couverture de Simonson qui montre qu’on peut faire simple et cool. Et qui est beaucoup plus personnelle que les dessins intérieurs.

    Conspiration


    Après le #50, ce numéro m’est apparu très sympathique. Il apporte selon moi la menace qui aurait du figurer au numéro anniversaire. Darth Vader aux commandes, des machinations impériales, une menace over-the-top, et la traditionnelle mission commando. Bref, Michelinie a tout compris dès sa première incursion dans le monde Star Wars, cependant il lui reste à maîtriser les détails : C3PO ne peut pas faire de salto arrière et grimper aux arbres ! A part ça, un autre parallèle terrible : Vader grille l’arrivée du commando en « sentant » la présence de Luke dans la Force, comme il détecte Luke à bord du Faucon dans le film, et dans les deux cas il le laisse passer pour mieux le piéger ensuite…

    #52 : To Take the Tarkin
    A l’assaut du Tarkin
    Scénario : David Michelinie
    Dessins : Walt Simonson
    Encrage : Tom Palmer
    Couleurs : Don Warfield
    Couverture : Walt Simonson

    Groupe


    Le moins qu’on puisse dire c’est que Michelinie a été plus original dans son idée que dans la manière dont il l’a exploitée. Une fois à l’intérieur du Tarkin, la mission commando de Luke et des autres est tout ce qu’il y a de plus classique. A cela s’ajoute les ficelles énormes qui permettent à deux humains poursuivis d’un bout à l’autre de la galaxie, deux droïdes et un wookie (race réduite en esclavage par les impériaux rappelons-le) de se faire passer pour un groupe d’ouvriers à bord de la dernière superarme de l’Empire. Heureusement, Michelinie traite plutôt habillement des luttes d’influence qui se jouent au sein de l’Empire entre Vader et les hauts-officiers. Cette lutte d’influence offre d’ailleurs quelques rebondissements bienvenus. Enfin, le personnage de Lando Calrissian, et la manière dont il se positionne comme pièce rapportée au sein du groupe, est plutôt bien utilisée.

    Executor


    Niveau dessins, peu de choses à dire. Le duo continue sur le même ton, toujours aussi agréable à suivre. Un mot sur les designs qui étaient un des points faibles de la période Infantino. Simonson offre un bon design au Tarkin et fait quelques efforts sur les vaisseaux (même si parfois ça part dans des directions surprenantes). La couverture est assez impressionnante avec une super pose de Vader qui a fait l’objet de reprises depuis.

    VaderEn conclusion, ça se passe globalement bien. On peut regretter après sept numéros que les deux personnages principaux (Leia et Luke) aient assez peu évolué, mais surtout que les évènements de l’Empire Contre-Attaque n’aient eu aucun impact sur la manière dont les scénaristes les écrivent. Si, une différence notable : Leia ne pleurniche plus après son sort de Princesse gâtée, elle pleurniche après son mec disparu. Sans pour autant admettre ses sentiments, car il faut dire que les scénaristes ont également bien du mal à composer avec la subtilité apportée par le film.
  • 15/07/2017
     (60 %)  •  Langue : VF
    Avec cet arc sur deux numéros, le "Tarkin", nouvelle super-arme de l'Empire (tiens tiens on a deviné une partie du prochain film ?) fait long feu... c'est dommage parce qu'il y avait du potentiel ! un super design avec de belles planches montrant son gigantisme, on aurait bien aimé qu'il dure un peu plus longtemps histoire de voir son réel potentiel ! Malheureusement pour les besoins de l'histoire ce ne sera pas le cas. Reste cette histoire donc, qui fait dans le classique pour nos héros : infiltration, sabotage, destruction. Tout ceci est plaisant mais quand même : Leia qui s'en prend à mains nues à des storms en attrapant leurs blasters... tsssss. C'est quand même un peu abusé. Pareil pour Vador dont le vaisseau se crashe et explose mais il s'en sort indemne ! Dommage que l'intrigue sur la trahison des officiers impériaux, pourtant bien teasée par la fin du #51, soit si légère. Trois numéros n'auraient pas été de trop en somme, pour révéler tout le potentiel de cette histoire. Toujours du bon niveau pour les dessins par contre, Simonson oblige !
La série
 
Univers
 
Ce livre ne fait pas partie de l'Univers Officiel Star Wars, mais appartient à l'Univers "Legends".
Pour plus d'informations, cliquez ici.
SWU fan database
 

Statistiques globales

30 membres le possèdent (qui ?)
24 membres l'ont lu (qui ?)

Ma database

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir gérer votre collection. Merci de votre compréhension.
Publicité