StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
Sortie de Thrawn - Trahison en France !
 
[Critique] La trilogie prend fin !
26/11/2020

Bonjour à tous et toutes !

Ce jeudi parait en France le roman Thrawn - Trahison (écrit par Timothy Zahn faut-il le rappeller), suite et fin de la trilogie entammée (plutôt bien) par Thrawn et poursuivie (plutôt moins bien) par Thrawn - Alliances.

Vous trouverez les critiques de Lain et Link à la sortie en VO après le rappel du synopsis et de la couverture.

 

Synopsis :
"Si je devais servir l'Empire, c'est vous qui décideriez de mon allégeance."

Telle fut la promesse du Grand Amiral Thrawn à l'Empereur Palpatine lors de leur première rencontre. Depuis lors, Thrawn est devenu l'un des outils les plus efficaces de l'Empire, poursuivant ses ennemis jusqu'aux frontières connues de la galaxie. Mais aussi vif que soit Thrawn, l'Empereur rêve de quelque chose de bien plus destructeur.

Aujourd'hui, alors que le programme des TIE Defender de Thrawn est arrêté au profit du projet secret d'Etoile de la Mort de Krennic, il réalise que l'équilibre du pouvoir au sein de l'Empire est mesuré par bien plus que la perspicacité militaire ou l'efficacité tactique. Même l'être le plus intelligent peut difficilement rivaliser avec le pouvoir d'annihiler des planètes entières.

Alors que Thrawn travaille à assurer sa place au sein de la hiérarchie Impériale, son ancien protégé Eli Vanto revient porteur d'un sinistre avertissement à propos du monde natal de Thrawn. Sa maîtrise de la stratégie doit guider Thrawn lors d'un choix impossible : son devoir envers l'Ascendance Chiss, ou sa loyauté envers l'Empire qu'il a juré de servir. Même si le bon choix est synonyme de trahison.

 

La critique sans spoilers de Lain-Anksoo


C’est bon, Zahn, avec ce troisième tome de la trilogie Thrawn, a enfin exploré tous les trous que lui a laissés la série Rebels, allant jusqu’à (encore) retconner certains passages de la série dans le roman. Ce qui veut dire qu’il a épuisé le maigre filon que Disney lui a laissé, ce qui veut dire que si d’autres histoires sur Thrawn il y a, a priori (si on évite une origin story du perso au sein de l’Ascendance Chiss) elles se dérouleront en post Rebels, après sa disparition aux côtés d’Ezra.

Cependant, il ne s’agit pas du sujet du jour, aujourd’hui nous allons nous pencher sur Thrawn - Treason, roman qui se passe pendant les deux ou trois jours durant lequels Thrawn a dû retourner sur Coruscant pour défendre son projet de TIE Defenders face au projet Stardust de Krennic. Enfin ça, c’est ce qu’on pensait…

Un Zahn qui sait s’adapter

Voilà un livre qu’il est facile de situer tellement les éléments de base sont connus et renvoient de manière directe à la série Rebels. Souvenons-nous, pendant un petit moment Thrawn doit s’absenter de Lothal, ce qui laisse l’occasion à Pryce de tout faire merder sur la planète. Bah oui, Thrawn est si intelligent que jamais il aurait laissé Hera s’échapper, il fallait bien trouver une ficelle dans la série pour créer cette situation.

Ainsi Thrawn s’en va, mais pour Coruscant croyons-nous ? On avait tout faux, c’est un défi que lui lancent l’Empereur et Tarkin, un défi que le grand Amiral se doit de relever, mais les implications sont plus grandes que ce qu’on croit…

S’ensuit une fresque épique où on retrouve toute la grandeur de l’Amiral, mais surtout où chaque petit élément est important pour l’histoire et révèle son utilité en temps et en heure. Un roman dont Zahn a le secret.

Et c’est là qu’un gros problème survient, une fois notre lecture bouclée et des petits problèmes de la série, comme la présence de Pellaeon et l’absence de la commodore Faro (on t’aime Faro !) dans les derniers épisodes, expliqués (merci Zahn de corriger encore le travail de Rebels) on se rend compte, une fois de plus, que le synopsis proposé pour le roman est des plus mensongers.

Synopsis Mensonger, ça faisait longtemps…

Prenons le dernier paragraphe du synopsis :

« Alors que Thrawn travaille à assurer sa place au sein de la hiérarchie Impériale » : il n’a rien à assurer du tout, il est Grand Amiral point.

« Son ancien protégé Eli Vanto revient porteur d'un sinistre avertissement à propos du monde natal de Thrawn. » : bah en fait absolument pas, ils sont en train de chasser la même proie et se rencontrent par hasard. Il y a des luttes internes chez les Chiss mais rien de neuf et surtout rien en rapport avec le problème du livre.

« Sa maîtrise de la stratégie doit guider Thrawn lors d'un choix impossible : son devoir envers l'Ascendance Chiss, ou sa loyauté envers l'Empire qu'il a juré de servir. Même si le bon choix est synonyme de trahison » : à aucun moment, littéralement aucun moment, Thrawn ne doit faire ce choix dans tout le roman.

Je vous propose finalement un véritable synopsis vous pourrez comparer avec l’officiel :

« Afin que le Grand Amiral puisse récupérer les fonds de son projet Defenders, Thrawn a sept jours pour résoudre un problème de nuisibles sur une des lignes d’approvisionnement pour la construction de l’Étoile de la Mort. Cependant, ce problème semble avoir pour cause un traître au sein de l’Empire ainsi qu’une incursion des Grysks à l’intérieur du grand Empire Galactique, des aliens que l’Amirale Ar’alani a déjà pris en chasse avec l’ancien protégé de Thrawn, Eli Vanto.»

Vous noterez donc que oui, il y a trahison, mais elle ne vient pas du tout de Thrawn, et entre nous, ça vend beaucoup plus de rêve tourné comme ça, non ?

Une perfection trop parfaite

Voilà le défaut du Zahn et donc de Thrawn du nouveau canon, pas une seule fausse note, jamais. Et ici je trouve que c’est poussé à son paroxysme.

Comprenez  bien qu’avec toutes les menaces auxquelles fait face Thrawn (et il y en a beaucoup dans ce livre), il ne perd pas un seul homme. Malgré des batailles spatiales dantesques, il n’y a côté Empire pas une seule victime. C’est un peu gros. Thrawn est un génie tactique d’accord, ses prédictions sont sans fausses notes, pourquoi pas, surtout que ça amène une des plus belles « batailles » spatiales que vous lirez, mais le caractère humain reste imprévisible donc de là à imaginer aucune perte, même parmi les chasseurs, désolé mais ça sent un peu la combine d’écriture.

On sent que Zahn veut monter Thrawn au rang de Dieu tellement il est doué, pour une fois je vais être du côté de Rebels et préférer quand le Grand Amiral peut se faire surprendre. Où est passé le « Mais, c'était si artistiquement fait » ?

Rajoutons à ça aussi le fait qu’on va encore faire passer les impériaux pour des très très très gentils en leur faisant combattre des traîtres à l’Empire mais aussi des méchants aliens manipulateurs de cerveaux et kidnappeurs de petites filles Chiss. On est déjà attaché à Thrawn, Faro et Eli donc il ne faut pas hésiter à proposer d’autre chose.

Chiss en Prime Time

L’avantage avec ces nouveaux livres c’est d’en apprendre beaucoup sur les Chiss, leur technologie, leur société et leurs navigatrices (ainsi que leurs pouvoirs). Les informations sont là à foison et les dynamiques entre Thrawn et son peuple sont très intéressantes.

D’autant plus qu’Eli est de retour et on découvre pourquoi il est parti. D’ailleurs maintenant qu’il n’est plus le seul à avoir rejoint les Chiss, et que le personnage de Thrawn risque d’être encore « bloqué » par Disney, pourquoi ne pas continuer les livres sur eux ?

Il reste encore pas mal de choses à découvrir sur les Chiss, et les menaces des régions inconnues ; et j’espère que si autre(s) livre(s) il y aura, ils se pencheront sur ce sujet et qu’ils seront beaucoup moins « parfaits » que les précédents où personne ne risque sa vie.


Les + :
- Les Chiss
- Faro
- Des batailles épiques

Les - :
- Trop parfait
- Synopsis mensonger
 
NOTE : 78%

La critique sans spoilers de Link



Après Thrawn et Thrawn – Alliances, tous deux disponibles en VF, Timothy Zahn nous délivre le dernier tome de sa trilogie dédiée au Chiss, version nouveau canon. Conclusion (?) réussie ou non ? Verdict.

 

I) Un Thrawn égal à lui-même

Alors que les romans de Zahn de l’Univers désormais Légendes nous servaient une histoire d’ampleur galactique, avec le génie de Thrawn pas forcément au premier plan, dans les deux précédents romans du nouveau canon, le Chiss était le personnage principal, avec même plusieurs paragraphes de son point de vue. La recette reste la même ici, pour notre plus grand bonheur j’ai envie de dire.

C’est toujours un plaisir de voir le Grand Amiral prédire à l’avance tous les coups de ses ennemis (qu’ils soient aliens ou Impériaux), de déjouer leurs plans. Cela dit, n’oublions pas non plus certaines personnes travaillant sous ses ordres, Faro en premier, que Thrawn entraîne également à la réflexion, tel un bon professeur. On peut également se demander si le génie militaire n’est pas un trait commun aux Chiss car l’Amirale Ar’alani n’est pas non plus en reste, et on a là un autre excellent personnage. Tant que l’on parle de personnages, notons le retour très réussi d’Eli Vanto, vu dans le premier tome, à la fin duquel il était envoyé en mission dans l’Ascendance Chiss.

Cet aspect de réflexion est, je trouve, bien plus poussé que dans les deux précédents romans canons de Zahn. Il faut dire que l’intrigue le permet davantage (j’y reviens dans la deuxième partie), et cela nous donne, à la fin du roman, la meilleure double bataille spatiale du nouveau canon, sur le plan stratégique, malgré son manque d’envergure.

 

II) Bonne intrigue… mais que de superficialité !

Posons le contexte : le roman démarre précisément pendant l’épisode 10 de la saison 4 de Rebels (qu’il n’est absolument pas nécessaire d’avoir vu pour apprécier le roman, je vous rassure tout de suite) lorsque Thrawn reçoit un appel de Tarkin pour aller plaider son dossier des TIE Defender auprès de l’Empire, dossier en concurrence avec le projet Stardust (l’Étoile Noire pour ceux qui n’auraient pas vu Rogue One) de Krennic, les deux projets nécessitant des fonds. Cette scène étant présente dans l’épisode mentionné. Et donc la fin du roman se situe juste avant le double épisode final de Rebels. On se doute bien que notre Chiss, il est peinard, il ne va rien lui arriver !

Cependant, cela n’empêche pas d’avoir une (très) bonne intrigue, qui part certes d’un problème d’argent (comme quoi, y’a pas que chez nous que ça existe), mais qui évolue très vite en un problème d’insectes pour finir vers quelque chose de plus grand encore : les Grysks. À ce titre, la lecture de Thrawn – Alliances est indispensable pour comprendre l’origine de ces ennemis. Entre les jeux de pouvoir, les batailles tactiques, les rebondissements, les changements de camp, c’est sûr, on passe un très bon moment et les pages s’enchaînent sans souci.

Oui, mais… Il y a un gros MAIS. Lorsque l’on referme le roman, on ne peut pas s’empêcher d’avoir un goût d’inachevé face à tant de choses superficielles. La jalousie entre Krennic et Tarkin ? Survolée. Pellaeon ? À peine présent. Palpatine ? C’est comme s’il n’était pas là. L’Ascendance Chiss ? Survolée. Les « pouvoirs » des jeunes Chiss ? Survolés. Les Grysks ? Très très très survolés (et c’est là mon plus grand regret de ne presque rien savoir, en deux romans, sur ces aliens).

C’est regrettable. Le roman fourmille d’excellentes idées qui ne sont malheureusement pas poussées jusqu’au bout. Malheureusement c’est une pratique courante dans la littérature du nouveau canon, et j’en viens à me demander si l’on n’a pas bridé Zahn en lui interdisant de développer certaines choses. Et heureusement que c’est Zahn, qui s’en sort parce qu’il écrit remarquablement bien, car avec un autre auteur le résultat aurait pu être catastrophique.

En fait, la personne qui n’a lu que du Zahn du nouveau canon va trouver le roman excellent, mais celle qui a lu les œuvres de l’auteur dans l’Univers Légendes ne va pas s’empêcher de penser qu’il en a gardé sous le pied, et qu’il est loin d’être à son maximum.

Autre point qui est un peu dommage : le titre du roman (et surtout le synopsis de celui-ci), qui est un peu mensonger, mais en dire davantage serait spoiler.

 

III) Une suite possible ?

Un dernier paragraphe pour la route qui ne va pas forcément critiquer ou encenser le roman, mais dont j’avais envie de parler. Ne lisez pas ce paragraphe si vous n’avez pas encore vu la série Rebels et si vous prévoyez de la voir !

À la fin de Rebels, Ezra Bridger piège Thrawn à bord du Chimaera et, grâce aux purrgils (des baleines de l’espace), ils partent en hyperespace. Vers où ? Nul ne le sait.

Étant donné le placement chronologique de ce Treason, une suite des aventures de Thrawn en période Impériale n’aurait quasiment aucun sens, à moins de la faire entre les épisodes 4 et 6, sur une période déjà surchargée. En revanche, une suite dans les Régions Inconnues, avec Thrawn et Ezra s’alliant face à la menace Grysk est largement possible, étant donné que ceux de Treason ne sont vraisemblablement que l'équivalent de la Garde Prétorienne Vong (pour ceux qui ont lu le Nouvel Ordre Jedi). . En roman ou en série TV ? C’est une bonne question. Mais dans tous les cas, on en veut plus.

 

Conclusion :

La trilogie Thrawn du nouveau canon s’achève de belle manière, malgré un sentiment d’inachevé sur certains points. Il ne reste plus qu’à espérer une « suite », quelle que soit sa forme.



NOTE : 70%



Voilà pour aujourd'hui. On se retrouve comme d'habitude sur les forums pour en parler ! 

A très bientôt pour d'autres news littérature !

Parution : 26/11/2020
Source : Le Staff !
Validé par : Jagged Fela
Section : Littérature > Romans
Type : Critique
On en parle sur nos forums
 
Les 10 premières réactions (voir toutes les réponses) :
  • 26/11/2020 - 20:50
    Vous aviez cru que j'avais oublié, et bien... c'était vrai :D

    https://www.starwars-universe.com/actu- ... ance-.html

    Mais on est une team, et y'a toujours quelqu'un pour nous rattraper quand on tombe ! :love:
  • 28/11/2020 - 12:35
    Acheté aujourd'hui ! Hâte de le lire :love:
  • 10/12/2020 - 14:19
    Enfin le troisième et dernier tome de la trilogie Thrawn est sorti en France ! Après un premier tome introduisant Thrawn tout en étant riche et fascinant et un deuxième plus anecdotique dans son histoire sans pour autant être sans intérêt, car enrichissant le lore autour des Régions Inconnus, que vaut ce dernier livre ?

    L’histoire se déroule pendant la quatrième et dernière saison de Rebels, entre l’épisode L'Assaut des rebelles et Réunion de famille et quelques semaines après Thrawn : Alliance. Cela correspond au moment où le Grand Amiral doit quitter Lothal après la capture d’Héra Syndulla et laisse les commandes au Gouverneur Pryce.

    Du coup, l’histoire se déroule sur une période de temps assez courte, plus ou moins une semaine, c’est le temps que Thrawn a pour préserver ses fonds alloués à ses Défenseurs TIE. En effet, Thrawn, peu doué en politique, se retrouve malgré lui embarqué dans une guerre d’égo entre le Grand Moff Tarkin et le Directeur Krennic concernant l’Etoile de la mort, le tout sous le regard de l’Empereur et du Grand Amiral Savit, un nouveau personnage. Thrawn doit régler des problèmes d’acheminement de matériel pour la station de Krennic en une semaine, sans ça, les fonds pour ses TIE seront redirigés en faveur de Krennic. Pour s’assurer de l’avancée ou de la non-avancée du chiss, ce dernier sera accompagné du Directeur-Adjoint Ronan, un pro-Krennic dans l’âme.

    Thrawn aura beaucoup à faire en peu de temps, en plus d’être le jouet de Tarkin et de Krennic, il doit faire face à Ronan qui comme Vador, doute de sa loyauté à l’Empire, à l’Ascendance Chiss et aux Gryks et d’autres problématiques que je ne vais évoquer ici pour éviter de tout dévoiler sur l’intrigue.

    Comme mentionné ci-dessus, ce dernier tome marque le retour des Grysks, introduits dans Thrawn : Alliance. Bien que l’effet de découverte soit passé, ils n’en restent pas moins une vraie menace. On n’apprend pas grand-chose et on les voit peu, mais c’est ce qui fait tout leur sel. Les Grysks sont une menace cachée, invisible et inconnue aux yeux de l’Empire. Leur indicibilité les rend encore plus terrifiants. D’ailleurs, il y a peu de description physique.
    Nous avons aussi le retour d’Eli Vanto et de l’Amirale Ar'alani du premier livre. Autant, j’ai bien apprécié Ar’alani, notamment son caractère et sa méfiance envers l’Empire et la fidélité de Thrawn vis-à-vis de l’Ascendance et le duo qu’elle forme avec notre chiss préféré. Autant, pour Vanto, je suis resté sur ma fin. Il a peu d’interaction avec son ancien mentor et j’aurais aimé plus de chapitres avec lui. C’est dommage parce sa psychologie est intéressante. :(
    En autre personnage, il y a aussi la Comodore Faro, déjà présente dans les deux tomes précédents. Ayant déjà été pas mal développée dans Alliance, elle atteint son apogée. Je retrouve en partie la relation Thrawn-Vanto. Elle permet de montrer encore que Thrawn, malgré sa froideur et son esprit calculateur, a de la considération pour son équipage, de l’officier au stormtrooper. Ce qui dénote de Vador qui ne se soucie pas de la longévité du personnel. :love:
    D’ailleurs, j’aime beaucoup que cette trilogie s’attarde sur l’équipage d’un Stardestroyer, ça rend l’Empire plus humain sans pour autant le rendre moins menaçant. Nous avons eu le droit a un petit développement des Death Troopers sympathique et drôle. :lol:
    En terme d'humour, le personnage de Ronan m'a bien fait sourire, tellement qu'il est ridicule tout en étant crédible dans l'histoire :paf:
    Concernant l’Ascendance Chiss, nous avons des informations complémentaires sur les navigatrices, mais j’aurais souhaité en apprendre un peu plus sur l’Ascendance.

    C’est le seul roman de la trilogie à ne pas avoir d’histoire parallèle s’étendant sur tout le récit, ce qui aurait desservi l’œuvre si cela avait été le cas, vu sa courte unité de temps. Parmi les 3 récits, c’est le seul dont je n’ai pas vraiment ressenti de longueur. L’intrigue est très bonne, la tension et les enjeux montent de chapitre en chapitre, je pense que la courte durée est en partie pour quelque chose.

    Mais cela engendre un problème, Thrawn réussi à chaque fois avec quasiment pas d’imprévu. On est à la limite du Gary Sue. Cependant, on reste toujours surpris sur comment Thawn arrive à anticiper comme dans les tomes précédents et la fin n’est pas sans quelques surprises.
    Malgré tout, Thrawn : Trahison reste un très bon livre pour tout amateur de l’UE, du personnage et de Rebels. Il ramène des éléments des volumes 1 et 2 et offre une superbe histoire pour finir cette trilogie de roman. J’ai hâte de voir ce que la nouvelle trilogie Thrawn : Acsendancy propose. :oui:

    J’espère revoir Eli Vanto, Ar’alani et Grysks dans de nouvelles histoires.

    (Toujours une bonne version française que nous offre Pocket. De plus, en France, nous avons le droit à la couverture alternative de la Comic-Con 2019 qui est bien plus jolie et représentative du contenu de l’ouvrage)

    Les + :
    - Les Grysks :diable:
    - Faro :love:
    - Les querelles d’ego entre Tarkin et Krennic :oui:
    - Ronan qui apporte de l’humour dans une ambiance tendue malgré lui :lol:
    - Les Chiss :cute:
    - Le rythme :)


    Les - :
    - Thrawn un peu trop parfait :think:
    - Vanto pas assez présent et développé :cry:
    - Un peu plus de Chiss n’aurait pas été de trop :paf:


    Note 80 %
  • 11/12/2020 - 17:15
    Il n'y a pas que le camarade Graf qui l'ait lu en VF !

    Nous aussi ! :)
  • 11/12/2020 - 21:29
    Oui cet effet de Thrawn surpuissant, surhomme, omniscient devient chiant à la longue y a plus aucune surprise. Y a que le "comment" qui garde un intérêt.
    Heureusement que la nouvelle trilogie avec un Thrawn plus jeune arrive :sournois:
  • 13/12/2020 - 8:19
    Merci pour les retours, j'ai hâte de recevoir mon tome :).

    Je vois pas mal de critiques super intéressantes sur les forums qui ne sont pas dans les rubriques avis des fiches de romans, c'est dommage je pense que de nombeuses personnes qui les consultent seraient intéressées.
  • 13/12/2020 - 10:58
    Lain-Anksoo a écrit:Oui cet effet de Thrawn surpuissant, surhomme, omniscient devient chiant à la longue y a plus aucune surprise. Y a que le "comment" qui garde un intérêt.

    C'est vrai. Je compare souvent Thrawn à Sherlock Holmes. Comme lui, on sait qu'il va réussir. Ce qui fait tout le sel c'est comment il a tiré ses conclusion :) Pour moi Thrawn et Vanto/Faro = Sherlock et Watson :cute:

    Sheikath a écrit:Je vois pas mal de critiques super intéressantes sur les forums qui ne sont pas dans les rubriques avis des fiches de romans, c'est dommage je pense que de nombeuses personnes qui les consultent seraient intéressées.

    T'inquiète pas c'est juste un oubli. D'ailleurs tu peux trouver sur le site mes critiques sur les autres tomes ;)
  • 16/12/2020 - 23:09
    Je viens de recevoir le dernier tome de cette trilogie Thrawn et je crois que je vais tout reprendre du début . Je n'ai franchement pas beaucoup de souvenirs des deux premiers tomes, à part une description du système impérial que j'avais beaucoup apprécié.
    Mais les allers retours dans le passé notamment dans le second tome ne m'avait pas franchement marqué....
  • 16/12/2020 - 23:19
    Sincèrement je pense que tu peux te passer de relire Alliance (juste un conseil aprés tu fais ce que tu veux évidemment :D ) mais c'est un roman vraiment moyen qui n'apporte de souvenir pas grand chose (sauf quelque précision sur les skywlaker mais que tu peux trouver sur le wookie).

    Je me souviens avoir du mal a le finir notamment a cause de l'histoire se déroulant durant la guerre des clones
  • 16/12/2020 - 23:40
    J'avais trouvé les parties Guerre des Clones tellement longues et je ne suis pas du tout fan de toute l'histoire sur Batuu surtout que Disney en a fait des tonnes sur cette planète pour leur attraction !
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir poster un commentaire.
Merci de votre compréhension.
Proposer une actu
 
 Vous avez une information concernant l'Univers Star Wars que vous voulez partager avec d'autres internautes ?

Vous pouvez nous la proposer facilement : cliquez ici !
Publicité