StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Culture
 
1.1. Philosophie et mode de vie

Nen YimLes Yuuzhan Vong sont une race de combattants barbares venant d’un monde extragalactique. De forme humanoïde, ils se mutilent souvent le corps en une sorte de dévotion religieuse. Il n’est pas inhabituel de voir un guerrier Yuuzhan Vong couvert de cicatrices et de tatouages. En général, ceux possédant le plus de mutilations sont les plus élevés dans la société.

1.2. Art et savoir-faire

Peu d’informations ont pu être recueillies sur l’art Yuuzhan Vong. Les milliers d’années d’errances et de mensonges de ce peuple ont laissé une société pervertie où l’expression individuelle est brimée, voire réprimée, dès lors qu’elle n’est pas religieuse.

Nous savons que la caste des Prêtres comportaient le rang de Musicien Rituel. Seules des musiques religieuses ont pu être recensées, musiques qui permettaient aux Prêtres d’entrer plus facilement en contact avec les divinités.

Les Yuuzhan Vong produisaient parfois des iconographies pour représenter leurs dieux. Les dieux amants Yun-Txiin et Yun-Q’aah étaient sujets à des icônes très représentatives et érotiques. D’un domaine à l’autre, l’apparence des dieux différaient selon l’interprétation. Des statuettes pouvaient représenter certains dieux, tel Yun-Yammka le Massacreur.

Naturellement, les Yuuzhan Vong possédaient leur propre art culinaire : la soupe de dragweed ou l’I’fii font partie de leurs habitudes. Les militaires se nourrissaient souvent de Muur, un plat courant mais peu appréciable en goût.

1.3. Modeler la vie

Finalement, l’aspect de la culture Yuuzhan Vong le plus élaboré connu à ce jour est le modelage. Une caste entière et une déesse – Yun-Ne’Shel – lui est consacré. Les Yuuzhan Vong élaborent tout ce dont ils ont besoin pour vivre par manipulation biologique – y compris du matériel et des besoins civils – et haïssent profondément tout type de machine et toute combustion artificielle.
2. Religion
 
2.1. Yun'o

Les dieux – Yun’o – ou les Tout-Puissants, aussi connus sous le nom de Vrais Dieux, vivent dans un monde parallèle de l’univers physique et possède des corps matériels.

Le Panthéon Yuuzhan Vong
Yun-Yuuzhan
Le dieu cosmique, le Créateur
Yun-Yammka
Le dieu de la guerre, le Massacreur
Yun-Harla
La déesse masquée, des apparences et de la supercherie, la Grande Tricheuse
Yun-Ne'Shel
La déesse des Modeleurs, la Modeleuse
Yun-Txiin et Yun-Q'aah
Les dieux jumeaux, les Grands Amants
Yun-Shuno
Le dieu des Honteux, seigneur des Sans-Valeur, Celui-Qui-Pardonne


2.2. Génèse

En des temps immémoriaux appelés « Aube des Temps », Yun-Yuuzhan, le Dieu Cosmique, créa toute forme de vie à partir de sa chair, de son sang et de ses os. Il connaît chaque Yuuzhan Vong par son nom, il sait les circonstances de leur naissance et comment ils vont mourir. Au cours de la création de l'univers, Yun- Yuuzhan sacrifia des parties de lui-même pour constituer les autres dieux. Les Yuuzhan Vong reproduisent ces sacrifices pour honorer le sacrifice originel fait par le Créateur à l'Aube des Temps.

Selon la légende, Yun-Yuuzhan aurait promis aux dieux inférieurs qu’ils pourraient accéder à son rang s’ils trouvaient des êtres capables de prendre leur place. Les Yuuzhan Vong croyaient être ceux-ci et cherchaient à tout prix à atteindre l’Elévation. Toute cérémonie de passage à un rang supérieur était d’ailleurs désignée par l’Elévation en particulier ceux de Maître Modeleur et Maître de Guerre.

Les croyances populaires soutiennent que le savoir ne peut être créé : ceux qui le font sont des hérétiques. Chercher à approfondir son savoir équivaut à le voler à Yun-Yuuzhan, car il est le seul à enrichir les connaissances de ses enfants. Lors de l'unique moment de faiblesse de Yun-Yuuzhan, juste après la création, Yun-Harla réussit à lui soutirer une partie de ses connaissances. Elle conspira avec sa servante Yun-Ne’Shel pour préserver ce savoir de ses enfants, les Yuuzhan Vong. Les Modeleurs Yuuzhan Vong usaient donc du savoir originel de leurs dieux mais réfutaient tout sens de l'innovation, considéré comme de l'Hérésie, et puni d'Humiliation ou de mort.

Yun-Ne'Shel est généralement considérée comme la créatrice de tous les formes vivantes Yuuzhan Vong. Elle tenta de bâtir un monde paradisiaque pour les enfants de Yun-Yuuzhan, en paix et en harmonie avec ses créations. Mais sa vision fut brisée par les Dieux Jumeaux Yun-Yammka et Yun-Harla qui introduisirent souffrance et douleur dans son paradie : Yun-Ne'Shel fut condamnée pour sa naïveté et ses pensées contre-nature. Les Yuuzhan Vong pensaient que le rang de dieux qu'ils se devaient d'atteindre ne le serait que par douleur et souffrance.

Après la Création, Yun-Yuuzhan ordonna aux Dieux Jumeaux Yun-Txiin et Yun-Q’aah de permettre l'amour dans la même caste mais pas entre deux castes différentes. Cependant, les Grands Amants eux-mêmes s'engagèrent dans une liaison inter-caste et furent punis. De même, les amoureux qui entrent dans une relation interdite subiront la colère des dieux. Yun-Ne'Shel est l'alliée des Amants Yun-Txiin et Yun-Q'aah, rivaux des Dieux Jumeaux et l'amie de Yun-Shuno, offrant un regard attentif à ses protégés : les Honteux.

Pour le moment, l'être le plus proche des dieux est le Seigneur Suprême : il est le seul à avoir tacitement atteint l'apothéose. C'est le puissant Seigneur de la Terreur qui communique directement avec les dieux. Cette communion avec les dieux lui donne une connaissance quasi-illimitée, ce qui équivaut à un pouvoir quasi-infini. Au cours d'une telle communion, Yun-Ne’Shel, par une erreur de raisonnement, révéla au Seigneur Suprême son rôle dans la Grande Trahison de Yun-Yuuzhan. Le Seigneur Suprême attend l'époque où il pourra dévoiler son ultime révélation à ses sujets. La légende prophétise une ère où les Yuuzhan Vong seront réunis avec Yun-Yuuzhan et son savoir sans bornes pourra devenir celui de la race entière.

2.3. Culte et pratiques religieuses

Chaque caste prie le dieu qui lui est associé même si le dogme voudrait que chaque Yuuzhan Vong prie chaque dieu. Ces prières se font sous forme d’incantations, de paroles, de pensées, de cérémonies rituelles et surtout par l’infliction régulière de douleur. Ainsi, certaines créatures, comme l’Etreinte de la Douleur ont été créés dans ce but et les Yuuzhan Vong s’infligent régulièrement des blessures, dessinent des tatouages, remplacent des membres.

Les Yuuzhan Vong vivent dans leur foi tous les jours et à chaque instant, mais cette démonstration peut prendre différentes formes.

Chaque divinité possède des temples et des prêtres chargés de veiller à son entretien et au dialogue avec le dieu qu'ils représentent. Les Yuuzhan Vong peuvent donc aller dans les temples pour y prier ou se recueillir. Ils peuvent également consulter les prêtres pour comprendre ce qui leur arrive, pour savoir comment les dieux perçoivent leurs actes ou pour connaître le moyen de s'attirer les grâces d'une divinité. La plupart des prières doivent s'accompagner d'offrandes aux temples et aux prêtres du dieu sollicité. Ces offrandes peuvent être déposées aux pieds ou dans des niches autour de représentation physique des divinités.

Des statuettes à l'effigie des dieux peuvent également être l'objet de prière à l'intérieur d'un espace personnel et privatif. Cependant, l'offrande la plus sollicité est le sacrifice d'une partie de son corps qui sera dédié aux dieux. Ce type d'offrande est généralement effectué pour accéder à un rang supérieur ou pour se faire pardonner une faute importante.

Avant d'aller au combat, les guerriers Yuuzhan Vong prient Yun-Yammka de leur accorder la victoire et une mort honorable en son nom. Yun-Txiin et Yun-Q'aah sont priés ensemble et ne sont d'ailleurs jamais représentés séparemment. Les amoureux de castes ou de rangs différents et ceux qui cherchent une aide dans leurs relations prient ces deux divinités de leur apporter leur soutien. Leur prêtres, appelés Apôtres de la Flamme Eternelle, se mutilent couramment le corps afin que la moitié d’eux paraisse mâle – Yun-Txiin – et que l’autre moitié paraisse femelle – Yun-Q’aah. Le culte de la Flamme Eternelle conseille ceux qui ont trouvé l’amour. Mais si cet amour est intercaste, les Apôtres sacrifient immédiatement les amants malchanceux aux Grands Amants. Le culte de Yun-Shuno est plutôt secret et caché car, ceux qui le prient sont ceux qui ont failli ainsi que les Humiliés. Généralement ses temples sont dissimulés et il n'y a pas de représentant officiel.

2.4. Festival des Dieux Jumeaux

Seule période de vacances connue dans le calendrier Yuuzhan Vong, le Festival des Dieux Jumeaux était célébré en l’honneur de Yun-Yammka et Yun-Harla. Plutôt saugrenu pour tout Yuuzhan Vong sérieux, ces vacances étaient l’occasion de faire tomber certaines règles sociétales. Les Fils de Crèche pouvaient jouer des tours à leurs aînés sans craindre de représailles tandis que les Yuuzhan Vong adultes conversaient plus facilement, échangeant des secrets entre eux, même entre domaines rivaux.

Des Yuuzhan Vong
3. Langage
 
Le langage Yuuzhan Vong n'est pas difficile à apprendre. Il est très fluide contrairement au Basique qui est beaucoup plus claquant. Le droïde protocolaire démodé C-3PO fut capable de traduire cette langue avec peu de mal. Leur langage est similaire à celui des barbares indigènes de la jungle de Janguine. Ces barbares furent finalement absorbés par les tribus Moolooliennes de la région montagneuse de la planète ce qui entraîna l'extinction de ce langage antique. La cause à un contact limité avec les Yuuzhan Vong, une toute petite partie de leur langage est déjà connue à ce jour. Les parties connues ont été rassemblées à partir de conversations interceptées par des villips volés.

Les Yuuzhan Vong utilisent des tizowyrms pour traduire les langages infidèles.

La Secte de la Supercherie, les disciples de Yun-Harla, ont le propre dialecte. Il est impossible d’établir si les autres sectes ont également leur propre dialecte.

3.1. Grammaire

3.1.1. Syntaxe

La syntaxe la plus courante du langage Yuuzhan Vong est Verbe-Objet-Sujet.

3.1.2. Pluriel

La forme plurielle d’un nom est obtenue en ajoutant –‘o.

Exemple :
Yun (dieu)
Yun’o (dieux)

3.1.3. Construction des possessifs

La possession au singulier est habituellement obtenue en accolant le complément au possesseur.

Exemple :
Yuntchilat (La Volonté des Dieux)

La possession plurielle est obtenue en ajoutant le suffixe –tu.

Exemple :
Nom’o-tu tchilat (La Volonté des Ennemis)

Certains noms ne peuvent pas avoir de suffixe possessif, le suffixe est alors ajouté à l’objet de la possession en utilisant –te pour les noms finissant par un « t » et –tu pour tous les autres.

Exemple :
Tchilatte Yun-Yuuzhan (La Volonté de Yun-Yuuzhan)
Ou
Canbin-tu ro’ik (Le fort ennemi)

Il existe également un préfixe spécial de respect, Al’, utilisé pour les titres et appellations.

Exemple :
Al’Shimrra (A Shimrra)

3.1.4. Le verbe "être"

Les Yuuzhan Vong ont deux verbes pour "être" : Pryozz et Sos.
Pryozz est utilisé avec je, tu, nous et vous.
Sos est utilisé avec il, elle, ils, elles.
Cependant, comme le Mando’a, le Yuuzhan Vong sous-entend parfois le verbe être.

Exemple :
"Les ouvriers sont les ennemis" peut être dit :
Kanabar’o sos nom’o
Ou
Kanabar’o nom’o

3.1.5. Articles

Il n’y a pas vraiment d’articles, du moins pas de forme régulière définie/indéfinie sortie du contexte dans lequel le mot est employé. Il y a, néanmoins, un article défini empathique tur (traduire le), ou encore l’article empathique sen (traduire le seul) pour marquer l’unicité d’un objet ou d’une personne.

3.1.6. Pronoms

  • Doa - "ceux"
  • Eia - "ils"
  • Hu - "il" (indéfini)
  • Ne - "elle"
  • Nikk - "je"
  • Prat - "nous"
  • Dar - "tu, vous"
  • Si - "ce"
  • Tiu - "moi"
  • Tiz - "lui"
Il n’y pas de forme possessive au pronom sinon celle supposée par l’éventuel suffixe possessif.

Exemple :
Tiu (moi)
Tiu-tu (le mien)

3.2. Vocabulaire

Tizowyrm3.2.1. Verbes

  • Belek - "commander"
  • Bruk - "affaiblir"
  • Dag - "avoir"
  • Duwin - "relâcher"
  • Guvvuk - "bouger”,”circuler”
  • Poonsii - "fermer"
  • Pryozz - "être" (forme prétérit : pr’zzyo)
  • Shel - "modeler," "former"
  • Sos - "être"
  • Tanna - "vivre (parmi)"
  • Tchurokk - "parler"
  • Tsii - "causer","entraîner ","engendrer"

3.2.2. Noms

[Bar]
Ce mot signifie « nourriture pour asticot ».

[Biot]
C’est le terme Yuuzhan Vong pour désigner leur technologie. Il n’y a pas de terme plus approprié, les Yuuzhan Vong refusant en effet de désigner leurs créations par un mot à consonance mécanique.

[Bunish]
C’est le nom d’une créature Yuuzhan Vong réputée pour sa timidité.
Changement, le, Un terme Yuuzhan Vong pour la réincarnation.

[Dau]
Bouche.

[Do]
Malheur.
Familier, Ce terme est utilisé pour désigner un animal de compagnie – la plupart du temps non-conscient – parmi les Elites du peuple Yuuzhan Vong. Plus l’on monte dans la hiérarchie plus il est fréquent de trouver des êtres doués d’intelligence. Onimi, familier et bouffon du Seigneur Suprême Shimrra est lui-même Yuuzhan Vong, de la caste des Humiliés. Vergere est la familière de la prêtresse Elan.

[Gadma]
Bienvenue.

[Gul]
Douleur.

[Harla]
Quelqu’un qui se dissimule. Un tricheur, un farceur.

[Hrosha]
Prix.

[Huur]
Un terme Yuuzhan Vong de respect.

[Izai]
Promesse.

[Kanabar]
Ouvrier.

[Kane]
Fumier.

[Ket]
Une unité courante de mesure Yuuzhan Vong, probablement une semaine.

[Khapet]
Juron.

[Khattaz]
Imposture/Imposteur/Avatar.

[Khot]
Bien aimé.

[Klekket]
Une unité de mesure du temps à peu près équivalente à deux mois standard.

[Jeedai]
C'est le terme Yuuzhan Vong pour désigner un Jedi.

[Nom]
Ennemi.

[Omipal]
Un doux encens utilisé pour le rituel de l'appellation.

[Paaloc]
Un encens produit à partir d'ingrédients de la galaxie natale des Yuuzhan Vong et qui n'est réservé qu'aux plus grands gouverneurs de la société.

[Phahg]
Une interjection Yuuzhan Vong signifiant à peu près "C'est absurde !"

[Phon]
Une unité courante de mesure Yuuzhan Vong.

[Polypes Hau]
Un organisme fibreux palpitant, vivant en colonies et servant de dais pour le Seigneur Suprême Shimrra.

[Q’aah]
Haine.

[Rajat]
"Jouer des deux côtés du rajat" signifie "confronter deux parties".

[Ro’ik]
Ennemi.

[Tchilat]
Volonté.

[Tishwii]
Arbres de la galaxie natale des Yuuzhan Vong dont on utilise les feuilles dans les rituels de sacrifice.

[Tso’asu]
Un animal terrestre de la galaxie natale des Yuuzhan Vong qui est mentionné dans le dicton "Ramper comme un tso’asu."

[Tsup]
Une vieille insulte pour les esclaves qui servent leur maître de manière impropre.

[Tukken]
Gond. Il n’y a pas de pluriel à Tukken, car les portes organiques des Yuuzhan Vong son solidaires du bâtiment qu’elles ferment.

[Tu’q]
Un coup violent, puissant (surtout en termes politiques, argumentaire).

[Txiin]
Amour.

[Unrik]
L’unrik est un morceau de chair arraché au corps d’un individu et gardé en vie grâce à la biotechnologie des Modeleurs. Lorsqu’un Yuuzhan Vong donne un unrik à l’un de ses semblables, il lui prête allégeance. Les Prêtres gardaient souvent une pièce d’unrik sur eux pour témoigner de la dévotion envers le dieu qu’ils prêchaient.

[Us-hrok]
L'Us-hrok est une série de gestes rituels prédéfinis qu'un Yuuzhan Vong fait à un autre afin de lui signifier sa loyauté.

[Uspeq]
Un compagnon de chasse Yuuzhan Vong, ressemblant à un animal de poursuite.

[Vhlor]
Une créature provenant de la galaxie natale des Yuuzhan Vong qui est souvent employée dans les injures.

[Viccae]
Ce mot Yuuzhan Vong se traduit en Basique par "la colère issue de la fierté."

[Vlekin]
Se rapporte à quelque chose de mineur, de peu d’importance.

[Von’u]
Une friandise épicée au léger goût de pourri nourrissant les enfants Yuuzhan Vong.

[Vong]
Enfant (comprendre Yuuzhan Vong comme enfant de la création, le terme utilisé pour désigner un enfant biologique est Yenagh). Un terme employé abusivement par la Nouvelle République en référence aux Yuuzhan Vong, bien que ce soit une insulte pour les Yuuzhan Vong que d’oublier de mentionner Yuuzhan, signifiant que le Yuuzhan Vong n’a pas la faveur des Dieux.

[Vua]
Un nom populaire chez les membres de la caste guerrière, évoquant la bête d'attaque vua’sa, qui, selon la légende, était le premier Maître de Guerre.

[Yammka]
Massacreur.

[Yenagh]
Jeune. Egalement appelé "Fils de Crèche" dans la culture Yuuzhan Vong.

[Yorik]
Corail.

[Yun]
Dieu.

[Yuuzhan]
Créateur.

[Zhaelor]
C'est le mot "vérité" chez les Yuuzhan Vong.

[Zhaetor-zhae]
C'est le mot "gloire" chez les Yuuzhan Vong.

Remarques

Dans le langage Yuuzhan Vong, le mot traduit par "paix" signifie littéralement : "soumission volontaire et totale du conquis au conquérant".

"Bruk tukken" qui signifie littéralement "affaiblir les gonds" peut parfois signifier seulement "affaiblir" militairement ou économiquement.

"nom" et "ro’ik" se traduisent tous deux par "ennemi". Apparemment, "nom" est l’ennemi d’un peuple ou d’une nation (la Nouvelle République est l’ennemi des Yuuzhan Vong), tendis que "ro’ik" réfère à un combat idéologique (les Jedi sont les ennemis des Sith).

Le Saviez-Vous ?
Le terme « biot » fut inventé par Arthur C. Clarke dans son roman Rendez-Vous avec Rama de 1972 comme contraction de "robot" et "biologique".


3.2.3. Autres mots et expressions

Brenzlit - "timide"
Sor - "contre"
Bos - "quoi"
Dwi - "oui" comme réponse affirmative
Puul - "non"
Qe'u - "hey, toi là-bas!"
Remaga - "où"
Phahg - Forte exclamation, probablement un juron
Yaga - Mot interrogatif de confusion

3.3. Exemples de phrases complètes

[Ai' tanna Shimrra khotte Yun'o!] "Longue vie à Shimrra, bénit des dieux". Cette exclamation était une marque de respect pour le seigneur suprême.

[Belek tiu] Cette phrase Yuuzhan Vong est à la fois une excuse et une demande de permission. Elle est accompagnée par un geste dans lequel le Yuuzhan Vong croise les bras et se frappe les épaules.

[Bos sos si?] Cette interrogation Yuuzhan Vong veut dire : "Qu'est-ce que c'est ?"

[Bruk tukken nom canbin-tu] Cette phrase Yuuzhan Vong se traduit littéralement par "Affaiblir les charnières des portes du fort ennemi." Elle est utilisée pour décrire toute action destinée à amoindrir les efforts d'un adversaire.

[Do-ro'ik vong pratte] C'est le cri de bataille traditionnel Yuuzhan Vong. C'est un appel à la férocité et la libération des émotions et des instincts les plus primitifs d'un guerrier.

[Dowin tu gu] Cette phrase Yuuzhan Vong se traduit par "Votre travail est maintenant terminé. Félicitations."

[Fy'y Roog! Fy'y Roog!] Cri de guerre de la caste des Modeleurs

[Guvvuk] Cet ordre Yuuzhan Vong signifie "Marchez !" ou "Avancez !"

[Hu-carjen tok!] Exclamation consécutive à une douleur intense.

[Krel os'a hmi va ta !] Cri de défi face à des chances de réussite infimes.

[Lav Peq] Il s’agit de créatures en forme de cafards libérés par le tsik vai chassant sa proie. Elles ont donné son nom au dit schéma. Le schéma Lav Peq est un schéma de recherche pour les pilotes Yuuzhan Vong dans lequel le tsik vai commence au point le plus bas et grimpe progressivement en arc en direction du point le plus haut de l'aire à explorer.

[mon-mawl rrish hu camasami] "Laisse-moi seul"

[pazhkic Yuuzhan'tar al'tirrna] "Cerveau Monde de Yuuzhan’tar"

[remaga corlat, migan yam?] "Où vas-tu ?"

[Rrush'hok ichnar vinim'hok!] Une bénédiction guerrière parmi les Yuuzhan Vong qui signifie : "Meurt honorablement, brave guerrier".

[Sha grunnik ith-har Yun-Shuno] Demande de rédemption d’un disciple de Yun-Shuno.

[Taan Yun-forqana zhoi!] Cri de guerre de la caste des Prêtres.

[tizo'pil Yun'tchilat] "Jour de la Révélation de la Volonté des Dieux"

[Torug bouke] Cette phrase Yuuzhan Vong se traduit par "La Garde Prétorienne Yuzzhan Vong est en route."

[Tsii dau poonsi] Cet ordre Yuuzhan Vong signifie littéralement en Basique "La parole rapproche les gens/Trop parler nuit."

[Ukla-na vissa crai!] Exclamation guerrière.

[Yadag dakl, ignot!] Réaction à une insulte.

[Yuth Ugg!] "Recule".

[Yuth ugh] Cette phrase Yuuzhan Vong est l'ordre "Faites ce que je dis !"
<< Page précédente
Page suivante >>
Publicité