StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Contexte
 

A la fin des années 80, l'euphorie qui accompagnait la sortie de la trilogie originale est retombée. Star Wars a désormais rejoint les autres films cultes dans les rayons des vidéo-clubs (si si, ça existait encore à l'époque ^^), et l'actualité de la licence est plus pauvre que jamais, pour ne pas dire inexistante. George Lucas a d'ores et déjà annoncé vouloir faire une pause après avoir consacré les dix dernières années de sa vie à son travail sur Star Wars, et l'univers étendu initié par le roman Splinter of the Mind's Eye et les premiers comics Marvel s'est essouflé.

Les comics Star Wars 3-D de Blackthorne Publishing virent bien le jour en 1987 et 1988, mais ces trois petits récits restent une brindille à l'échelle des nombreuses parutions d'antan, qui n'eurent qu'un faible retentissement. L'on commence alors à se dire que Star Wars appartient au passé. Mais un fameux tandem est convaincu du contraire...

2. Tom Veitch & Cam Kennedy
 

  • Cam Kennedy

  • Tom Veitch

Notre histoire commence dans une convention londonienne au début des années 80. Le dessinateur écossais Cam Kennedy y fait la connaissance d'un certain Steve Bissette, célèbre pour son travail aux côtés d'Alan Moore (Watchmen, From Hell, etc), et une amitié durable se noue alors entre les deux hommes. Peu de temps après, Kennedy voyage jusqu'aux Etats-Unis pour rendre visite à Bissette. Au cours d'un dîner organisé par son hôte, Kennedy rencontre un scénariste américain du nom de Tom Veitch. Le courant circule vite entre les deux convives, qui sont artistiquement sur la même longueur d'onde.

Une première collaboration s'ensuit rapidement. The Light and Darkness War sort en 1988 chez Marvel, et raconte l'histoire de Lazarus Jones, un vétéran de la guerre du Vietnam en fauteuil roulant qui inspirera James Cameron pour son film Avatar vingt ans plus tard. Mais les deux artisans n'ont pas le temps de se reposer sur leurs lauriers : il doivent dénicher un nouveau contrat sous peine de se retrouver au chômage.


  • The Light and Darkness War, par Tom Veitch et Cam Kennedy

Tom Veitch a une intuition : la saga Star Wars a encore de beaux jours devant elle, et a tout pour se poursuivre sur papier en attendant de nouveaux films. Le 19 novembre 1988, après une discussion avec Cam Kennedy, il écrit une lettre à l'attention de George Lucas, lui proposant de réaliser une nouvelle série de comics Star Wars dans le style graphique de The Light and Darkness War. Mais Veitch et Kennedy ne se font pas d'illusion : leur démarche a très peu de chances d'aboutir, et semble plutôt être une bouteille jetée vainement à la mer.

Pourtant, trois jours plus tard, le téléphone sonne ! Lucy Wilson, directrice de publication chez Lucasfilm, déclare être potentiellement intéressée par le projet, sous réserve d'obtenir l'approbation de Lucas. Afin de mettre toutes les chances de leur côté, Veitch envoie à Wilson un extrait de The Light and Darkness War (encore en cours de parution à l'époque). Nouveau coup de fil : le feu vert est donné par le maestro. Nous sommes le 29 novembre 1988, et le projet Dark Empire (L'Empire des Ténèbres en VF) vient de naître.

3. Les Chroniques Jedi
 

L'idée originale de Veitch et de Kennedy était de créer un récit se déroulant entre la future prélogie et la trilogie déjà existante. Sous le règne de l'Empereur, un ordre monastique hors-la-loi, ou une société secrète, se serait employé à conserver la mémoire de l'Ordre Jedi. Le principal organe de ces gardiens de légendes et de traditions antiques aurait été baptisé Les Chroniques Jedi (The Jedi Chronicles en VO), et aurait lutté férocement contre l'Empire. Le duo aurait profité de ce récit pour décortiquer cet entre-deux trilogies, qui aurait vu Vador exterminer un à un l'ensemble des Jedi à l'exception d'Obi-Wan Kenobi et de Yoda. Le récit se serait d'ailleurs achevé sur l'image d'Obi-Wan Kenobi observant Luke au loin, et prophétisant son rôle déterminant dans la victoire à venir.

Comme vous vous en doutez, ce premier traitement a été refusé par Lucasfilm, qui craignait que l'oeuvre n'empiète sur la prélogie envisagée par George Lucas. Lucy Wilson (encore elle ^^) leur suggéra alors d'écrire une suite au Retour du Jedi, une éventuelle postlogie n'étant plus envisagée par Lucas.


Lucy Wilson, directrice de publication
chez Lucasfilm à la fin des années 80

4. Un ciel en apparence dégagé
 

Tout semble se dérouler au mieux pour Cam Kennedy et Tom Veitch, qui tiennent compte des conseils de Wilson et écrivent un nouveau script qui fait suite à l'épisode VI. Veitch décide que le principal antagonniste de son récit sera l'Empereur Palpatine lui-même, ayant réussi à survivre en transférant son esprit dans le corps de clones plus jeunes juste avant d'être anéanti. Le but ultime de Palpatine serait de s'emparer du corps de Luke Skywalker, le dernier Jedi ! Vous noterez l'écho fait volontairement à la "guerre des clones" évoquée par Obi-Wan dans le film original.

Lucasfilm valide ce synopsis, et les deux hommes se tournent alors vers l'éditeur Marvel, qui détient encore la licence Star Wars côté comics, et plus précisément vers sa branche Epic Comics, qui assure la publication des récits aux tons les plus matures. Et comme l'histoire est bien faite, le responsable de cette section n'est pas un inconnu. Il s'agit ni plus ni moins d'Archie Goodwin, qui avait fourni un travail colossal sur les comic strips Star Wars en compagnie d'Al Williamson dix ans auparavant ! Grand amoureux de la saga, Goodwin est aux anges lorsqu'il reçoit les neuf premières pages de la BD, et suggère même quelques petites améliorations. La plus notable d'entre elles concerne un retour de l'armure de Dark Vador, qui serait enfilée par un autre protagoniste pour terroriser à nouveau la galaxie. Mais Tonton George met son veto : interdiction de toucher au Seigneur Noir des Sith. Veitch reste donc sur son idée.


Notes de Tom Veitch
(chapeau à celui qui les déchiffrera ^^)

5. L'horizon se ternit
 

Les choses se gâtent lorsqu'Archie Goodwin quitte Marvel pour DC en mai 1989. Son remplaçant ne partage pas le même enthousiasme que lui pour Star Wars, et alors que le premier numéro de Dark Empire est fin prêt, plus personne ne semble vouloir le publier. Pire, Cam Kennedy, qui doit trouver de quoi remplir son frigo, menace de quitter le projet si celui-ci ne se concrétise pas rapidement. Veitch est en panique, et il y a de quoi : trouver un remplaçant crédible à Kennedy est mission impossible, tant le style de celui-ci est particulier.

Pour ne rien arranger, Dark Empire doit faire face à une concurrence inattendue. L'éditeur Bantam Spectra a récupéré la licence côté romans, et un ouvrage se déroulant juste après Le Retour du Jedi est aussi sur les rails ! Veitch craint que ce roman n'interfère avec son comic, et que les éventuels soucis de cohérence qui s'ensuivraient ne poussent les fans à choisir 'leur' épisode VII, ce qui pourrait cruellement nuire aux ventes du récit délaissé.

Afin de remédier à ce problème, et à l'initiative de Tom Veitch, la création d'une chronologie est évoquée pour la première fois dans l'histoire de la licence. L'univers étendu tel que nous le connaissons, avec ses multiples oeuvres imbriquées les unes dans les autres, prend racine ici, Dark Empire en étant l'œuvre fondatrice. Et malgré la mauvaise volonté de Timothy Zahn (l'auteur du roman de Bantam, L'Héritier de l'Empire), qui refuse catégoriquement de faire la moindre référence à Dark Empire dans son ouvrage, Veitch n'en démord pas et reste convaincu du bien-fondé de la chose. Il accepte donc de positionner sa BD chronologiquement après L'Héritier de l'Empire, et intègre un petit texte en fin de récit afin d'officialiser cette timeline.


Le texte à la fin de Dark Empire #1
(référence à L'Héritier de l'Empire au quatrième
paragraphe en partant de la fin)

6. Un cheval noir à la rescousse
 

Malgré cette solution innovante trouvée pour se débarasser de la concurrence, le problème lié à l'absence d'éditeur prêt à publier Dark Empire demeure. Le salut est cependant tout proche. En août 1990, le propriétaire des éditions Dark Horse Mike Richardson entame des discussions avec Lucy Wilson pour reprendre la licence Star Wars côté comics. Il est en outre très séduit par le projet de Kennedy et de Veitch, ce qui va considérablement accélerer les discussions entre les deux parties. Bien aidé par le manque d'enthousiasme de Marvel vis-à-vis de la licence Star Wars, Dark Horse s'empare des rênes et lance dans la foulée la future série phare : le 12 décembre 1991, le premier numéro de Dark Empire (sur six au total) voit enfin le jour. Le succès est colossal, avec des centaines de milliers d'exemplaires vendus. Pour l'anecdote, George Lucas est si conquis par le récit qu'il en offre un exemplaire à chacun de ses employés à l'occasion de la fête de Noël organisée par le comité d'entreprise de Lucasfilm cette même année.


Le #1 de Dark Empire

Une fois Dark Empire paru, deux suites voient le jour en 1994 et 1995 : Dark Empire II et Empire's End. Leur publication se fera sans embûche (ou presque, le troisième tome ayant finalement été condensé pour des raisons aujourd'hui encore obscures), jusqu'à finalement former la mythique trilogie de L'Empire des Ténèbres. On vous invite à nous rejoindre à la page suivante pour aborder son contenu de plus près ;)

 


Sources : 

  • Of Rebel Dreams and Dark Empires: The Making of a Star Wars Legend, article paru dans le Star Wars Insider #157
  • Of Light and Darkness: The Making of Dark Empire – Part II, article paru dans le Star Wars Insider #158
  • Death to the Dark Side!: The Making of Dark Empire – Part III, article paru dans le Star Wars Insider #159
  • How Dark Empire Kickstarted Star Wars Comics for a New Generation, article paru sur StarWars.com
  • Interviews avec Tom Veitch
7. Bonus : Les ties-in avortés
 

Un Tie-In, c'est une histoire (racontée dans une série ou dans un seul numéro) rattachée, de manière plus ou moins importante, à l'histoire principale d'une série. Et pour sa saga L'Empire des Ténèbres, Tom Veitch voulait voir plus grand. Il prévoyait deux ties-in pour compléter sa série, qui ne virent finalement jamais le jour :

Lightsider

Durant la réalisation du script de Dark Empire, Tom Veitch envisagea de publier un graphic novel (une sorte de roman illustré), à l’instar de ce qui avait été fait pour Dark Forces. Ce projet devait narrer, pour faciliter la compréhension du lecteur, les évènements se déroulant entre Dark Empire et Dark Empire II. Pour rappel, au début du second arc, Luke réapparaît dans la Nouvelle République, accompagné d’un mystérieux Chevalier Jedi : Kam Solusar (qui deviendra par la suite l’un des membres les plus importants de l’Ordre Jedi).

Le pitch était le suivant :

Ayant échappé au Côté Obscur, et désormais considéré comme un Maître Jedi, Luke Skywalker rencontre un Jedi Noir nommé Kam Solusar, fils d’un Jedi tué par Dark Vador, sur la station spatiale désolée Nespis VIII. Kam a passé des années, caché de l’Empire, dans une région isolée de la galaxie. Mais quand sa position fut découverte par un groupe de Jedi Noirs, il fut torturé et forcé à embrasser le Côté Obscur de la Force. Puis, l’Empereur réincarné l’utilisa dans son entourage de Jedi Noirs sur Byss. Quand Luke rencontre Kam pour la première fois sur Nespis VIII, il sent sa puissance dans la Force malgré la présence du Côté Obscur, et le défie dans une partie de « Lightsider », un ancien jeu Jedi basé sur l’utilisation de la Force. Luke gagne, et parvient à convaincre Kam de retourner vers la voie du Côté Lumineux. Kam finit par rejoindre Luke, parmi les élèves de l’Académie de Yavin 4. Il devient l’un des plus prestigieux apprentis, avant d’atteindre le rang de Chevalier Jedi dans les années qui suivirent la mort, définitive, du clone de Palpatine.

L’histoire aurait introduit Kam, Sedris, Krdys Mordi, Baddon Fass, Vill Goir, Zasm Kath et Kvag Gthull, tous les personnages du Côté Obscur présent dans Dark Empire II et Empire’s End.

 

Boba Fett vs The Empire

Située juste après l’arc Dark Empire, Boba Fett versus the Empire devait faire office d’épilogue à la saga favorite de Tom Veitch, et fut annulé sans aucune raison apparente.

Cette mini-série devait mettre en scène Boba Fett (qui a bel et bien survécu à son passage dans la gueule du Sarlacc !) à la poursuite d’Umak Leth, l’inventeur des Dévastateurs de Mondes, après que celui-ci ait fui les mondes de l’Empire.

 

 

La novélisation de Dark Empire

Un projet qui n'aura jamais dépassé le stade d'idée. A la fin de l'année 1989, alors que la trame de Dark Empire vient d'être approuvée, Lucasfilm confie à Tom Veitch être en discussions avec Bantam dans le but de produire de nouveaux romans Star Wars et demande au scénariste s'il serait intéressé par le fait d'écrire une novélisation de son comic. Malgré la réponse positive de Veitch, Bantam a d'autres projets et fait appel à une étoile montante de la SF pour les mener à bien : Timothy Zahn.

 

Ce paragraphe est directement issu du dossier sur les
projets littéraires abandonnés

Page suivante >>
Publicité