StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Le contenu
 

Un DVD de Star Wars pour un fan est toujours quelque chose de particulier et il est assez délicat d'en avoir un avis objectif lorsque la moindre seconde supplémentaire de son film fétiche suffit à rentabiliser l'achat.
Toutefois l'acheteur lambda n'a pas nécessairement le même engouement que le fan moyen, il lui faut du contenu et du matériel en plus du film pour qu'il se décide à acheter la perle.
LucasFilm le sait et c'est pour cela que ce DVD est pourvu de plus de 6 heures de bonus. 6 heures cela peut paraître long, mais l'agencement des suppléments est tel que la pertinence du contenu est à peu près homogène sur les disques. Et surtout on évite globalement les informations redondantes, au contraire du DVD de l'Episode I.

Le DVD de l'Episode II reprend le schéma de celui de l'Episode I, même types de menus, même types de documentaires, on est en terrain connu et ce n'est pas plus mal. Le panel des documentaires se divise principalement en trois parties : la première concerne ceux expliquant en profondeur les techniques utilisées pendant le film, la seconde les documents déjà diffusés sur Internet auparavant et la troisième une petite série faisant office de résumés à l'intérêt très limité lorsqu'on connaît bien l'histoire du film.
Nous n'avons pas le droit ici à un documentaire de la trempe du "Commencement" que l'on trouve dans le DVD de l'Episode I, retraçant tout le processus de fabrication du film du premier au dernier jour, mais les 3 grands reportages techniques sont d'une pertinence rare, et constituent définitivement un excellent aperçu des méthodes de travail, de l'ambiance au sein des équipes et des (r)évolutions qu'apporte la Prélogie au cinéma moderne.

A coté de cela, nous avons droit aux scènes inédites (au nombre de 8), elles sont d'une qualité relativement moyennes, ce qui dénote encore une fois la justesse du montage final (si vous voyez des scènes coupées de grandes qualités vis-à-vis de la structure globale d'un film dans un DVD, le réalisateur a des soucis à se faire sur ce qu'il a proposé aux spectateurs sur grand écran…) ; toutefois on aurait surtout aimé des exposés plus pointus comme c'était le cas dans le DVD du premier épisode.

Au final nous avons un DVD qui rien que pour la qualité technique et artistique du film vaut largement l'investissement. De plus, la qualité irréprochable des menus et de la plupart des bonus en fait un incontournable pour peu qu'on s'intéresse aux considérations techniques, toutefois une partie assez conséquente des documentaires n'est pas exclusive (puisque ayant été diffusés sur Internet) et on aurait aimé quelque chose de plus pointu pour certaines séquences ou sujets précis (la musique par exemple).

2. Bandes annonces et spots TV
 

Nous arrivons dans ce premier menu sur les diverses bandes annonces ayant précédé la sortie du film. Elles sont présentées ici en Dolby Surround et en VOST.
Vous retrouvez donc au rayon des teasers : Respiration (2 novembre 2001, 1'), Mystère (9 novembre 2001, 1'20'') qui était alors réservé aux détenteurs du DVD de l'Episode I, et Amour Interdit (16 novembre 2002, 2'15'').
Et bien sûr la bande annonce Guerre des Clones (10 mars 2002, 2'30'').
On retrouve également le clip musical A travers les Etoiles enchaînant les plans du film avec les séances d'enregistrement de la musique menées par John Williams (4'32'')

Le second menu nous permet de (re)voir les 12 clips TV de 29 secondes chacun diffusés à l'occasion de la sortie du film. Ceux-ci se divisent en deux catégories, la première concerne les personnages (Obi-Wan, Anakin, Padmé, Mace Windu, Yoda, R2-D2, Jango et les clones) et la seconde est dédiée aux éléments de l'histoire (Jedi, Anakin, la guerre, parodie de Spider-Man). Les clips sont au format 4/3.

3. Documentaires
 

Le menu s'introduit via une séquence de la Bataille de Géonosis pour stopper sur deux sphères de la Fédération du Commerce en plein champ de bataille, sur chacune s'animent des extraits des deux fantastiques documentaires proposés ici.



Des marionnettes aux pixels (52'20'')

Ce documentaire est consacré à l'effort titanesque des équipes de l'animation d'ILM. La priorité est donc ici à la technique, comme c'est le cas d'ailleurs dans la presque totalité des suppléments du DVD. On voit ainsi les déboires (et les réussites qui s'en suivent) de l'équipe technique tout au long de la production. Sont mis à l'honneur les personnages de Yoda bien évidemment, mais également de Taun We et de Dexter. Un documentaire vraiment très intéressant.
Une mention toute particulière pour le boxon indescriptible et la bonne humeur qui semblent régner dans les locaux d'ILM. Ce qui n'empêche pas à l'équipe (avec l'omniprésence de Lucas) de faire preuve d'un perfectionnisme absolu sur les attitudes que doivent adopter les divers personnages numériques du film.
On remarque également la toute première séquence animée de Yoda servant à convaincre Lucas de la plausibilité du challenge, séquence calquée sur des scènes de L'Empire Contre Attaque.

A la pointe de la technologie (23'27'')

Ce second documentaire est dédié au processus de prévisualisation des films, comprenez par-là l'ensemble des techniques permettant de maîtriser le montage au plus tôt.
Le documentaire se divise en quatre parties : En premier lieu nous avons droit à une introduction fort sympathique mettant en parallèle les processus de prévisualisation des précédents Star Wars avec les résultats finaux. Dès lors il paraît évident que la bataille spatiale de Un Nouvel Espoir était en de nombreux points limitée car il s'agissait ni plus ni moins d'une copie conforme d'un montage de combats aériens de la seconde guerre mondiale (scènes de personnages comprises).
On fait donc évoluer le concept en passant par le dessin-animé puis les dioramas de jouets animés pour enfin arriver aux animatics de La Menace Fantôme, procédé révolutionnaire parmi les évolutions du cinéma qui s'illustra dans ce film en prenant l'avantage sur le storyboarding grâce à la présence du montage avant même le tournage ! Fondant ainsi les étapes du processus typique pré-production/tournage/post-production. Si l'Episode I était déjà une révolution, l'Episode II ne peut être considéré que comme un aboutissement et une maturation du processus. C'est ce que nous montre ce fabuleux documentaire à travers trois exemple pédagogiques :
- La course poursuite de Coruscant (processus classique storyboarding+animatics)
- La séquence de la fonderie (les dessins de préparations ont été faits après le tournage, ce qui est un comble d'ironie)
- La séquence de la Bataille de Géonosis (animatics sans storyboarding).

Ces trois exemples amènent à la conclusion du reportage. La véritable révolution technique de la Prélogie (avec les personnages animés et l'absence de transfert pellicule) représente un aboutissement personnel pour le créateur aussi bien qu'une expérience Artistique (avec un grand A) dans sa plus pure forme.

On remarquera également à la fin du reportage un sympathique bêtisier que je déconseillerai personnellement aux amoureux des animaux.

4. Documents vidéo
 

Lama Su nous accueille dans cette section regroupant trois courts reportages faisant écho aux trois thèmes déjà développés dans les teasers, à ceci près qu'il s'agit cette fois-ci des commentaires du réalisateur et des acteurs vis à vis des rouages scénaristiques.




Histoire (8'58'')

Ce premier documentaire est axé sur l'histoire de L'Attaque des Clones, il commence par un descriptif rapide de celle-ci pour se finir avec l'évocation des différents thèmes mêlés dans le film. Le fan n'y apprendra certainement rien mais pourra revivre l'intensité des morceaux de bravoure du film alors que le néophyte aura l'occasion de prendre connaissance de quelques axes de réflexion.


Amour (9'35'')

Le second documentaire est consacré à l'histoire sentimentale entre nos deux héros galactiques. S'il y avait un thème glissant c'était bien celui-ci depuis le jour où Lucas l'avait annoncé. Ce documentaire explique donc d'un point de vue scénaristique comment le scénariste et réalisateur a pu incorporer ce Roméo et Juliette dans l'univers de Star Wars. On apprécie les quelques commentaires de John Williams et les quelques questions d'ordre philosophique qui sont effleurées.

Action (8'10'')

Il s'agit ici principalement d'un résumé des principales scènes d'action du film, on n'y apprend pas grand chose, mais cela reste très plaisant à voir. On peut regretter l'usage de plusieurs séquences et interventions d'acteurs que l'on retrouve dans d'autres documentaires du DVD.

5. Documentaires internet
 

Dans ce menu sur fond de cargo StarFreighter, faisant écho à celui des BattleDroïds de l'Episode I, on retrouve les courts documentaires "Making Episode II" qui furent diffusés sur Internet avant la sortie du film.
Accesoirement ils nous fournissent un des seuls aspects "non 100% technique" du DVD et constituent un bon Making Of en les prenant tous à la suite les uns des autres.

C'est reparti (6'23'')

Ce documentaire est consacré à la révolution digitale accompagnant la Prélogie. Il met autant l'accent sur les avantages considérables de cette technologie que sur son évolution et les défis à surmonter.
Un passage assez technique nous renseigne avec précision sur les différents composants de ces caméras d'un genre nouveau au cinéma. Il est intéressant de remarquer la conclusion de Lucas : la technologie ne sert qu'à aider le film, il y a une ascendance de l'histoire et de la réalisation qui demeurera toujours sur les outils utilisés.

Prismez-les (4'35'')

Titre pour le moins étrange pour ce documentaire consacré à l'élaboration du Jedi StarFighter. On y voit Lucas et Doug Chiang discuter de la problématique d'élaboration (une influence directe des destroyers impériaux) et des différentes étapes de conceptualisation. Vers la fin du documentaire, Lucas nous prouve également, une fois de plus, que c'est un sacré blagueur : ne lui dites jamais que un R4 ressemble à un R2 si vous tenez à votre peau :o)

Nous ne sommes pas allés dans le désert pour un bain de soleil (6'08'')


Troisième reportage Internet dédié cette fois aux tournages en extérieur, exercice ô combien délicat lorsqu'il s'agit de gérer une infrastructure aussi démesurée que celle d'un Star Wars. Le reportage commence par des images d'archives assez intéressantes sur la Tunisie (Tatooine) et la Norvège (Hoth), puis nous avons droit à de sympathiques séquences sur le tournage en Italie (Naboo) et bien entendu le retour en Tunisie. A ce propos on apprend que Lucas y a tourné un plan qui sera utilisé dans l'Episode III, ceci afin d'éviter de revenir sur place pour si peu lors du tournage du dernier épisode de la Prélogie.

J'essaie de faire mon truc (4'22'')

L'acteur Hayden Christensen est ici mis en avant, il explique comment il a obtenu le rôle d'Anakin Skywalker et comment il s'y prend pour le jouer. Les autres intervenants ne tarissent pas d'éloges pour cet acteur inconnu avant sa participation à Star Wars. On apprend également que Hayden met un point d'honneur à faire lui-même le plus possible de ses cascades, sa doublure se disant presque au "chômage technique".

Un scintillement au-delà de Pluton (5'34'')

Ce documentaire est dédié aux figurants, et comment des personnes sans talents particuliers pour le jeu d'acteur représentent un des piliers de Star Wars. Il s'agit en effet ici de rendre crédible les univers, de montrer qu'il y a une vie en dehors du parcours des héros. Les plus chanceux ont même droit à une petite notoriété, comme le figurant jouant le rôle de Kit Fisto, un des Jedi préféré des fans avant même la sortie du film.

Tout est magique (5')

Un petit reportage pouvant aisément servir d'introduction au grand documentaire consacré aux effets spéciaux du film. D'une part on y apprend quelques détails techniques (notamment concernant les repères sur les fonds bleus et la sphère de référence pour l'illumination des scènes) et également le point de vue des acteurs. Hayden Christensen compare ainsi le jeu dans un Star Wars à une pièce de théâtre, tellement tout est axé autour de l'imagination des acteurs.

Le porter au niveau supérieur (5'14'')

S'il y a un élément trop souvent mis à l'écart dans les films c'est bien le travail du son, Star Wars réhabilite le travail des équipes du son en lui donnant une place prépondérante dans le récit. Le documentaire s'introduit par une introduction de Ben Burtt où il explique brièvement le passage de l'analogique au numérique, puis comme exemple nous assistons à l'enregistrement du son d'un bombardier B1 de la première guerre mondiale. (Ce son est utilisé dans le film pour les Gunships républicains notamment).

Un puzzle (5'10'')

Un court reportage passionnant consacré aux miniatures. Celles-ci sont en effet encore très largement utilisées malgré la prépondérance des effets purement visuels, il est d'ailleurs souvent bluffant de s'apercevoir qu'un décor qu'on pouvait croire issu d'un ordinateur se révèle en réalité être une miniature. Le reportage est introduit par Denis Murren (qui a travaillé sur tous les Star Wars), nous voyons ensuite quelques exemples de miniatures (le corridor de Tipoca..), puis les méthodes de vieillissement sont évoquées, ceci afin d'insufler aux maquettes l'illusion de la réalité et de rendre indistinguables les décors 100% numérique des décors filmés de cette manière.

Tête de godet (5'08'')

Un documentaire axé sur les personnages de Boba et de Jango Fett. Il s'introduit avec un petit extrait du Holiday Special (première apparition de Boba en 1978), puis la parole est laissée à Jeremy Bulloch qui nous parle de son interprétation du plus mystérieux des chasseurs de primes pendant la Trilogie (un rôle frisant la figuration), nous avons le droit également à quelques séquences des tournages d'alors (Jeremy aurait pu appeler son personnage Elvis Fett). Puis la seconde partie du documentaire nous informe sur la création du costume de Jango et sur son importance dans l'histoire.

Bon pour G.O. (5'09'')

On parle cette fois des moines-guerriers que sont les Jedi et de l'élaboration des techniques de combat.
On commence par des images d'archives de la Trilogie puis Nick Gillard nous explique comment le maniement du sabre est un aspect essentiel pour retranscrire les caractères des personnages Jedi de la saga. En guise d'exemple, Samuel Jackson (Mace Windu) nous parle de son expérience.

P-19 (4'48'')

Un reportage qui relate l'importance des costumes dans la symbolique de l'histoire (les couleurs notamment) et fourni une vue d'ensemble des différentes créations pour l'Episode II, autour du personnage de Padmé principalement.



Bobine 6 (6'29'')

On finit cette sympathique série de petits reportages par celui consacré à la Bataille de Géonosis. Tout est ici disséqué en quelques minutes, depuis les dessins conceptuels jusqu'au tournage (chaque Jedi est filmé individuellement avant d'être replacé dans le contexte de la bataille) en passant par l'élaboration de maquettes géantes (le décor de l'arène est en lui-même une maquette.)

6. Le commentaire Audio
 

Comme c'était déjà le cas pour l'Episode I, le premier disque (celui du film) bénéficie d'un excellent commentaire audio sur toute la longueur du film. Vous pouvez ainsi entendre les commentaires techniques et scénaristiques de George Lucas, Rick McCallum (producteur), Rob Coleman (directeur de l'animation), Pablo Helman, John Knoll et Ben Snow (tous trois superviseurs des effets visuels). Le commentaire est riche en information et parfaitement ajusté au timing du film. Un des grands atouts de ce DVD.

7. Le restaurant de Dex
 

Les menus de cette section ont pour décor le restaurant de Dexter, la serveuse-droïde pour les images et Dexter derrière son comptoir pour les reportages.

Galerie Photo

Le DVD comporte trois galeries photos. La première galerie est dédiée aux images du tournage, ce sont des photographies pour la plupart inédites qui se révèlent particulièrement intéressantes par le fait que certaines sont issues de scènes non retenues au montage final. Les légendes sont pertinentes et peuvent, au choix, être affichées ou non.
La seconde galerie est consacrée aux affiches officielles (teaser et affiche du film en différentes langues). La dernière galerie contient des affiches publicitaires, une série est consacrée aux personnages et une autre fait référence à la campagne parallèle à la Coupe du monde de Football de 2002, basée sur les jeux de mots et diffusée alors dans les pays à haute culture footballistique (étrangement la France n'en a pas bénéficié).

Au restaurant de Dex

Dexter nous propose trois bonus dans ce menu :

Les films ne sortent pas, ils s'échappent (25'35'')

Le troisième grand documentaire de ce DVD, consacré cette fois au son du film. 

Ce passionnant reportage s'introduit avec Ben Burtt, le grand manitou des sons de l'univers Star Wars. Il présente son travail dans les principes et les méthodes. Un petit détail amusant : on apprend que les anciens enregistrements de la Trilogie, étant altérés chimiquement, doivent passer au four pour être utilisables de nouveau.

Le documentaire se divise en 6 parties :
1- La conception du son : On parle ici de la prise de sons environementaux et du travail réalisé dessus afin de les confondre au contexte du film.

2- La postsynchronisation : Les acteurs doivent refaire leurs lignes de dialogues en postsynchro, en effet la prise directe pendant le tournage est en général inutilisable à cause des bruits du plateau. Un passage intéressant concerne l'enregistrement de la voix de Yoda par Frank Oz.

3- Montage des effets sonores : On parle ici de tous les effets sonores comme les lasers, les sabres et autres sons nécessitant un dosage et une utilisation en rapport avec le visuel du film.

4- Enregistrement des bruitages : c'est sans doute la partie la plus amusante de ce reportage, on parle ici de tous les ustensiles employés pour faire la richesse sonore du film. Ainsi on apprend qu'un simple pamplemousse sert pour le bruit des kouhuns.

5- Création du langage extra-terrestre : Ben Burtt nous explique comment il crée des langages en prenant l'exemple sur Poggle. On constate ainsi l'effort réalisé pour ce genre de dialectes, avec beaucoup d'attention apportée au niveau de la mécanique de diction.

6- Mixage final : il s'agit ici de mettre tous les sons en accord parfait avec les images du film, ce processus occupe le dernier mois de la production. A noter la fin du documentaire où on voit un Lucas ravi par son film (ce qui contraste avec son angoisse à la sortie de la projection test de l'Episode I).

Montage de l'analyse des effets visuels de l'Episode II (3'26'')

Un bonus assez atypique signé ILM relevant plus du clip que du documentaire. On y voit différentes scènes s'enchaînant sur fond de musique électronique avec les "avant" et "après" insertion des effets visuels. Intéressant pour la justesse de la coordination des animatics et pour le plaisir des yeux.



R2-D2 : Sous le dôme (6'01'')

Voici l'hilarante bande annonce de la non moins hilarante série "R2-D2: Sous le dôme" diffusée sur Internet en 2001. Cette bande annonce retrace rapidement le contenu de la mini-série en expliquant d'où vient R2-D2, comment il a vécu le tournage de la Trilogie et la célébrité qui s'offrait à lui, avant de sombrer dans l'alcool et la déchéance après le Retour du Jedi. Mais heureusement la Prélogie lui a permis de s'en sortir et désormais il peut oublier ces années noires au bord d'une piscine californienne. Francis Ford Coppola, Richard Dreyfuss et Steven Spielberg, entre autres, parlent de la carrière de cet acteur de génie qu'est R2-D2.

8. Scènes inédites
 

Et voici la section tant attendue des fans, celle des scènes coupées au montage du film !
Contrairement au DVD de l'Episode I nous n'avons pas le droit ici à un aperçu de l'utilité des coupures en général dans le processus de montage d'un film, mais un simple et rapide commentaire parlant spécifiquement de chacune des 8 séquences proposées.
On peut regretter l'absence de certaines scènes d'action pourtant tournées, mais Lucas a certainement ses raisons pour les occulter ici, faisons lui donc confiance. Tous les extraits ont bénéficié d'un travail sur les effets digitaux digne de celui du film et sont disponibles en 16/9, VOST et DD 5.1.

9. Les Bonus Cachés
 

Affiches humoristiques

Dans le second disque, allez au menu du restaurant de Dexter, vous voyez une petite affichette au mur derrière Dexter, cliquez dessus.
Vous voici dans une galerie d'images assez spéciales puisqu'il s'agit d'affiches dessinées à la main assez amusantes ayant trait à une campagne d'affichage sur les campus américains lors de la sortie du film.

1001 façon de tuer un Shaak

Ce n'est pas réellement un bonus caché mais il mérite d'être remarqué tout de même.
A la fin du documentaire "A la pointe de la technologie" vous avez le droit à quelques minutes où les animateurs se sont amusés avec différents personnages et vous apprendrez comment un Shaak peut trouver la mort dans les souffrances les plus terribles les unes des autres. Un bon délire :)

Le bêtisier

Dans le premier disque (celui du film), allez dans le menu des options. Là tapez 1 1 3 8 sur votre commande.
Vous accédez à un petit bêtisier fort amusant où l'on voit notamment que Hayden Christensen a un sens de l'équilibre pour le moins précaire.

<< Page précédente
Page suivante >>
Publicité