StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
Critiques de Master and Apprentice, de Claudia Gray
 
[Critique] Qui-Gon Jinn et Obi-Wan Kenobi en mission !
16/04/2019

Bonjour à tous

Aujourd'hui est paru aux USA le roman Master and Apprentice, de Claudia Gray, roman mettent en scène Qui-Gon Jinn et Obi-Wan Kenobi. Nous avons pu le lire à l'avance, et voici donc nos critiques. 

Pour rappel, ce roman paraîtra en France chez Pocket Imaginaire au mois d'Octobre !

D'abord, un petit rappel de la couverture et du synopsis.


Acheter sur Amazon

Synopsis :
Une offre inattendue menace le lien entre Qui-Gon Jinn et Obi-Wan Kenobi alors que les deux Jedi traversent une nouvelle planète dangereuse et un futur incertain.

Un Jedi se doit d'être un guerrier sans peur, un gardien de la justice, et un étudiant dans les voies de la Force. Mais le devoir le plus important d'un Jedi est peut-être de transmettre ce qu'il a appris. Maître Yoda a entraîné Dooku ; Dooku a entraîné Qui-Gon Jinn ; et désormais Qui-Gon a son propre Padawan. Mais tandis que Qui-Gon a fait face à toutes sortes de menaces et de danger en tant que Jedi, rien ne l'a jamais autant effrayé que la pensée de décevoir son apprenti.

Obi-Wan Kenobi éprouve un profond respect pour son Maître, mais lutte pour le comprendre. Pourquoi Qui-Gon doit-il si souvent ne pas tenir compte des lois qui lient les Jedi ? Pourquoi Qui-Gon est-il attiré par d'anciennes prophéties Jedi au lieu de soucis plus pragmatiques ? Et pourquoi Obi-Wan n'a-t-il pas été informé que Qui-Gon réfléchit à l'invitation qu'il a reçue à rejoindre le Conseil Jedi, en sachant que cela signifierait la fin de leur partenariat ? La réponse très simple l'effraie : Obi-Wan a déçu son Maître.

Lorsque le Jedi Rael Averross, un autre ancien apprenti de Dooku, requiert leur assistance pour une dispute politique, Jinn et Kenobi se rendent à la cour royale de Pijal pour ce qui pourrait être leur dernière mission ensemble. Ce qui devait être une mission de routine devient obscurcie par la trahison, et par des visions d'un désastre violent qui s'accrochent à l'esprit de Qui-Gon. Alors que la foi de Qui-Gon en la prophétie s'accentue, la foi d'Obi-Wan envers lui est mise à l'épreuve, au moment où une menace émerge, celle-ci nécessitant que le maître et l'apprenti soient liés comme jamais auparavant, ou divisés pour toujours.

 

La critique sans spoiler de Link

 

Premier roman adulte de l’année 2019 (hé oui…), Master and Apprentice m’attirait beaucoup avant sa sortie, pour deux raisons : Claudia Gray tout d’abord, à qui l’on doit le meilleur roman de l’UE canon selon moi (Liens du Sang) ; et ensuite par la période abordée, à savoir la Prélogie (même si en y repensant, les livres du nouveau canon concernant cette période étaient jusqu’à présent au mieux moyens). Alors qu’en est-il ?

 

I) Un roman qui sent bon… le Légendes !

Préambule : toi l’amateur de romans SW qui aimes beaucoup tous les bouquins parus depuis 2014 et qui n’as jamais lu de romans Légendes, ne t’en va pas après avoir lu le titre du paragraphe. Car c’est bien l’un des plus beaux compliments que je peux faire à un roman actuel.

Donc on se retrouve avec Qui-Gon Jinn et son apprenti Obi-Wan Kenobi en l’an -40 (soit 8 ans avant l’épisode I), ce qui en fait le média du nouveau canon le plus éloigné dans le passé. Comme tous les Jedi de cette époque, ils sont envoyés en mission sur une planète de la galaxie, afin de résoudre un conflit opposant plusieurs partis. Un pitch qui rappelle étrangement la série jeunesse Les Apprentis Jedi, mettant en scène les mêmes personnages à la même époque.

Comme dans la série Légendes, la relation entre le Maître et son Padawan est au cœur de l’intrigue, et force est de constater qu’elle est admirablement écrite par Claudia Gray. Alors que Qui-Gon se voit proposer une place au Conseil, Obi-Wan se met alors à douter de lui. Même si la résolution de cet aspect de l’intrigue ne sera pas une surprise pour quiconque ayant vu les films, celle-ci est très bien menée, grâce notamment à un certain élément que je développe ci-dessous.

 

II) Prophéties et lore à foison

Si je vous parle de prophéties Jedi, vous allez me citer celle de l’Élu, et vous allez en rester là. Pas de quoi vous blâmer cela dit. L’autre force de ce roman est donc d’apporter plein de nouvelles informations sur ces prophéties émises par des anciens Jedi (et je le mets au pluriel, car vous en découvrirez plusieurs), prophéties qui représentent depuis longtemps quelque chose de bien particulier pour Qui-Gon, comme on le découvre dans les (très bons) flashbacks où il est apprenti de Dooku. C’est un vrai plaisir de s’amuser à deviner de qui elles parlent, ou même d’en lire une ou deux qui ne se sont a priori pas encore déroulées. Comme je le disais, cet aspect va jouer un rôle majeur dans l’évolution de la relation entre nos deux héros.

Claudia Gray nous apporte également bon nombre d’informations inédites sur la période et les temps qui ont précédé ce roman. Par exemple, un nom de Jedi (et même de Sith), le nom du Chancelier précédant Valorum, un petit détail historique… Ce n’est pas grand-chose, mais ça fait plaisir quand on voit de nombreux autres romans se cantonner à leur période et ne rien apporter.

 

III) Et l’intrigue dans tout ça ?

Comme vous l’avez lu dans mon premier paragraphe, l’intrigue est somme toute classique, et n’a aucun impact sur la galaxie, seulement sur nos deux Jedi. Il n’empêche qu’elle est plutôt prenante, avec notamment un retournement de situation vers la fin, qui n’était pas celui que l’on pouvait prédire (je me doutais d’un tuc louche, mais pas ça). Grâce à l’écriture de Claudia Gray, l’histoire est fluide, sans temps mort mais sans overdose d’action non plus. Un équilibre idéal donc, même si le seul bémol que j’émettrai dans cette critique concerne la résolution finale, un poil rapide.

Il faut ajouter à cela plusieurs nouveaux personnages tout aussi intéressants les uns que les autres, que ce soit le Jedi Rael Averross (et son histoire tragique), la princesse de la planète Pijal et ceux qui gravitent autour d’elle, ou encore deux voleurs de joyaux qui vont servir de partenaires fortuits à Obi-Wan et à Qui-Gon, ayant tous deux un background très sympathique.

 

Conclusion :

Master and Apprentice est donc, vous l’aurez compris, le premier livre du nouveau canon rendant vraiment justice à la Prélogie. Ce roman m’a rappelé beaucoup de choses qui faisaient que j’appréciais cette période, ceci étant sans aucun doute grandement lié à la plume de Claudia Gray. L’intrigue, classique mais prenante, alliée à une interaction parfaite entre Obi-Wan et Qui-Gon en font un très bon roman.

Note : 82 %

 


 La critique sans spoiler de Lain-Anksoo

Qui-Gon et Obi-Wan sont en mission ! Un monde en apparence paisible menacé par des terroristes incongrus ? Il n’en faut pas plus pour qu’un ancien camarade du Jedi Jinn l’appelle en renfort ! Mais qu’en est -il réellement, que cache ce monde et ces prétendus terroristes ? Pour le savoir il faut lire ce roman, le premier se déroulant aussi loin dans le passé de la saga, presque dix ans avant La Menace Fantôme !

Roman Prophétique

Qu’il est bon, peu importe l’œuvre, d’en découvrir un peu plus sur l’ancien Ordre Jedi, leur rapport à la Force, leur fonctionnement et comment les prophéties propres à l’Ordre peuvent être perçues et même être vécues !

Au-delà de simples éléments d’arrière-plan, ces questions (et les quelques réponses associées) tissent une toile qui ne sert pas forcément au livre mais qui sert davantage à enrichir le personnage de Qui-Gon, nous en apprenant plus sur lui et sa manière d’appréhender le monde qui l’entoure. Chaque personne peut voir l’univers via son propre prisme, le tout dépend évidemment de ses expériences de vie et de son environnement/éducation. Le padawan Jinn, lui, a été orienté vers les prophéties par l’ancien apprenti de son maître, puis par Dooku lui-même, et elles ont ensuite (en partie) influencé sa vie. Simple déformation professionnelle ? Sans doute, il n’empêche que maintenant il en voit un peu partout (à raison dirons-nous) ce qui nous offre une plongée dans les voies impénétrables de la Force.

Il ne fait aucun doute qu’on tient là le point fort du livre, d’avantage de lore sur les Jedi, et le rapport de l’Ordre de l’époque avec la Force !

 

Sujet léger

Pour le reste, c’est le même classicisme qui revient. La mission se déroule de la manière linéaire habituelle, où les évolutions de l’histoire sous toujours attendues dans le chapitre où elles se trouvent.

Il faut cependant noter que, quand bien même on voit chaque retournement arriver, il arrive que la teneur du retournement en question nous retourne ! Je dois bien avouer avoir été surpris par la révélation finale qui, même attendue, reste surprenante. Pour le reste je dois bien avouer qu’après avoir lu la présentation des personnages (mention spéciale aux deux chasseurs de cristaux !) on pourrait presque sauter à la fin pour seulement découvrir le fin mot de l’histoire.

 

Dynamiques

Puisqu’il faut une autre raison pour lire le roman dans sa globalité, autre que les petites prophéties et comment les Jedi peuvent les percevoir, il s’agit de toutes les dynamiques de personnages.

Il est intéressant de voir Gray montrer une relation Qui-Gon – Obi-Wan chancelante sans véritable osmose entre les deux personnages. Le tout menacé en plus par certains choix des deux Jedi. Je trouve cependant dommage qu’hormis deux petites discussions entre nos deux fortes têtes, rien dans le livre ne justifie pleinement un changement à venir dans leur dynamique, hormis une « révélation » comique sur les origines de leur duo. Je trouve qu’il n’y pas tellement de prise de conscience de leur part.

Ceci dit, ce n’est pas la seule dynamique du livre, l’ami Jedi charismatique de Qui-Gon, Rael Averross, y va aussi de sa petite histoire tragique, ce qui occasionne dans le présent du livre de beaux moments.

Et enfin il ne faut pas oublier le point commun entre Jinn et Averross, leur ancien maître, l’ex Jedi Dooku ! Et oui ce livre est aussi agrémenté de petits flashback sur l’apprentissage de Qui-Gon Jinn, un gros plus fort appréciable !

 

En conclusion Claudia Gray ne livre pas son intrigue la plus passionnante même si des éléments de ci de là sont très intéressants. Heureusement son style d’écriture reste toujours aussi doux et clair, faisant d’une lecture qui pourrait passer pour ennuyeuse chez d’autres, un moment toujours aussi chaleureux et agréable chez elle !

 

Les plus :
- La Force
- Flashbacks
- Rael Averross

Les moins :
- Il manque une véritable prise de conscience Qui-Gon - Obi-Wan
- Intrigue classique

Note : 72%

 

Nous remercions Del Rey pour l'envoi d'un exemplaire pour la critique.

Voilà pour nos critiques, on attend vos commentaires sur les forums.

Parution : 16/04/2019
Source : Le staff !
Validé par : link224
Section : Littérature > Romans
Type : Critique
On en parle sur nos forums
 
Les 10 premières réactions (voir toutes les réponses) :
  • 16/04/2019 - 17:06
    Et hop, voilà nos critiques à Lain et moi, garanties sans spoiler : https://www.starwars-universe.com/actu- ... -gray.html ! :)
  • 16/04/2019 - 17:19
    :love: :love: :love: :love:

    Hyppppe !
    Niva si tu passes par là, dépêche-toi :D
  • 16/04/2019 - 17:31
    J'ai lu je sais plus où que ce Rael Averross apparaîtrait aussi dans l'audiobook sur Dooku.
  • 16/04/2019 - 17:45
    C'est une très bonne idée vu une certaine scène de fin de ce livre !
  • 16/04/2019 - 17:49
    Vous allez me faire réacheter un bouquin du nouveau canon ! :o
  • 16/04/2019 - 18:01
    Ah j'avoue que ce bouquin semble vraiment intéressant. :) D'autant plus que j'apprécie beaucoup Qui-Gon Jinn. Et puis, le pitch semble sympa. Et les deux critiques font envie... Raaaah! Il me le faut!! :lol:
  • 16/04/2019 - 18:08
    xximus a écrit:Vous allez me faire réacheter un bouquin du nouveau canon ! :o

    Bah... :transpire:
  • 16/04/2019 - 18:15
    Vos critiques me donne envie de pas attendre et de me prendre la VO tout de suite :paf: :D .
  • 16/04/2019 - 22:36
    On est d'accord que dans le nouveau canon, Qui-Gon est plus jeune qu'il ne l'était dans le Legends ?
    Parce que dans le Legends, il avait 10 ans de moins que Dooku. Or si Dooku a eu un padawan avant lui dans le canon, il doit y avoir au moins 20 ans de différence entre Dooku et Qui-Gon...
    Des infos sur l'âge de Qui-Gon dans le bouquin ? :?
  • 16/04/2019 - 22:43
    Le premier flashback se déroule quand Qui-Gon a douze ans, mais on ne sait pas quand il se déroule ni quel âge a Dooku à cet époque.
    Au passage, dans le Légendes, y'a qu'un seul Essential Guide qui mentionne l'âge de Qui-Gon, donc bon, pas impossible qu'il ait changé :neutre:
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir poster un commentaire.
Merci de votre compréhension.
Proposer une actu
 
 Vous avez une information concernant l'Univers Star Wars que vous voulez partager avec d'autres internautes ?

Vous pouvez nous la proposer facilement : cliquez ici !
Publicité