StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Punishing One
 

 

Le JumpMaster 5000 est le vaisseau utilisé par Dengar, un chasseur de primes opiniâtre craint à travers la galaxie. 

 
Date de sortie : mars 2021
Prix éditeur :
importation
EEAN :
non disponible
 
CONTENU

19 cartes, 30 marqueurs, 1 cadran de manœuvres et 1 vaisseau en plastique peint avec socle et fixations.
 
 

CRITIQUE

par Avangion

 
Le Punishing One est le vaisseau de Dengar de classe Jumpmaster 5000. Et quand on prononce le mot « Jumpmaster » dans X Wing, les vieux joueurs peuvent encore frémir s'ils se souviennent de ce à quoi ressemblait le vaisseau dans la précédente édition. Longtemps le Jumpmaster a été une terreur, joué parfois en triple exemplaire bardé de torpilles et tutti quanti. Pour rééquilibrer le jeu, il a fallu que les concepteurs du jeu le « nerfent » au moins trois fois, à chaque fois de manière beaucoup plus radicale. D'une certaine manière, l'historique du Jumpmaster a été importante pour l'histoire du jeu puisque ce sont ses mésaventures qui ont – en partie – incité FFG à bascculer un certain nombre de caractéristiques des vaisseaux en ligne pour pouvoir les modifier éventuellement ; ce n'était pas possible dans la première édition du jeu et cela a été source de nombreux problèmes. Le Jumpmaster de la seconde édition est encore marqué par ce passif compliqué.
 
 
En effet, on sent qu'on au moment de le porter ce vaisseau en V2, les concepteurs ont encore eu très peur d'en faire un monstre et cela se ressent dans les caractéristiques attribuées au vaisseau du fameux chasseur de primes Dengar. Car sans dire qu'il est injouable, il n'est pas facile d'en tirer grand chose puisque ses caractéristiques sont… problématiques. Les voici :
 
Des caractéristiques pour le moins constrastées
Le Jumpmaster est donc plutôt solide avec 6 points de coque et 3 points de bouclier, soit 9 points de vie derrière 2 d'agilité, ce qui est tout à fait correct pour un gros socle qui risque d'attirer les tirs. Pourtant son prix reste bas : 41 points pour l'Éclaireur sous contrat c'est à peine plus qu'un X Wing en fait et c'est tout à fait correct même si les 2 d'attaque peuvent faire douter quelque peu. Au moins se consolera-t-on en se disant que c'est 2 d'attaques sont ceux d'une tourelle et qu'elle est donc orientable.
C'est en jetant un œil sur la barre d'actions que l'on commencera à grincer des dents : une acquisition de cible pour éventuellement tirer une torpille (on verra que c'est peu vraisemblable en fait), une concentration somme toute banale et le tonneau. Un tonneau est toujours bienvenu sur un gros socle et il faut bien dire que ce n'est pas si fréquent. Toutefois, ce tonneau est une action rouge… et c'est là que le drame commence.
Car le Jumpmaster déteste le stress. Non qu'il n'ait pas accès à des manœuvres bleues, puisqu'il en possède 6 sur sa roue de manœuvre. Mais c'est car ces 6 fameuses manœuvres ne sont jamais des virages, serrés ou légers, sur l'aile droite. C'est simple : une fois stressé, le Jumpmaster, sauf expédient, ne peut tourner sur sa droite pour s'en débarasser. Et plus généralement, tourner sur le droite est un supplice pour le Jumpmaster puisque les virages serrés y sont aussi rouges. Pour un gros socle, c'est presque rédhibitoire en fait, tant déjà les engins sont complexes à manœuvrer, surtout au sein des astéroïdes.
Alors certes, il s'agit de simuler le vaisseau que, comme beaucoup de vaisseaux des racailles, est un raffiot rafistolé et donc truffé de défauts. Si c'est bien trouvé, la jouabilité s'en ressent d'emblée. Et ce d'autant plus que pour tourner sa tourelle simple – et non double – le Jumpmaster devra encore une fois se stresser : l'action est forcément rouge. Elle a beau être liée à une acquisition de cible ou à une concentration, cela en fait la pire action liée du jeu. Ainsi certains joueurs décident tout simplement de la « bloquer » en une position et puis de ne plus la bouger.
 
Améliorer le vaisseau
Le titre « Punishing One » les y incitera, puisqu'il monte l'offensive à 3 dés dans l'arc avant du vaisseau le rendant ainsi plus menaçant. Le fait de perdre l'accès à l'amélioration « Artilleur » est compensé par l'accès à un astromech même si l'on déplorera de ne pouvoir embarquer un R4 qui aurait facilité le destress. Mais au moins pourra-t-on s'amuser avec les nombreux droids des Racailles souvent sympathiques à défaut d'être très puissants comme le rigolo R5-P8.
 
 
Car, à défaut d'avoir une bonne roue de manœuvre, le Jumpmaster profite de nombreuses possibilités d'améliorations : canons, torpilles, artilleurs, équipage, illégal, modifications etc. Il y a là de quoi s'amuser tout en ayant comme garde-fou le constat que barder d'améliorations un vaisseau assez facile à détruire étant donné sa médiocre manœuvrabilité est potentiellement périlleux. Il sera conseillé d'être prudent donc et d'opter pour astromech peu cher comme R3 ou un « Cannonier adroit » pour surmonter les difficultés de rotation de la tourelle du Jumpmaster. On ne peut que recommander une « Cybernétique de contrebande » qui peut sauver la mise à un Jumpmaster en difficulté en proie aux affres du stress.
 
R5-P8 (4 points)Punishing One (5 points)
 
Une palanquée de pilotes sympatiques
Et puis, le Jumpmaster, à défaut d'un chassie de folie, ce sont aussi des pilotes nommés très intéressants. Peu chers dans leur totalité – de 53 pour un Dengar à valeur d'initiative 6 à 38 pour Nom Lumb – ils sont franchement stimulants. Dengar est peut-être le seul type de Jumpmaster réellement menaçant : sa haute valeur d'initiative permet d'envisager de lui faire prendre des torpilles et son pouvoir combote très bien évidemment avec le titre « Punishing One ». Avoir une attaque bonus est toujours une bonne chose, même si l'impossibilité de prendre le titre associé à l'équipage « Copilote Perspicace » bride le pouvoir du célèbre chasseur de primes.
 
Nom Lumb (38 points)Manaroo (45 points)Tel Trevura (44 points)Dengar (53 points)
 
Toutefois Dengar n'est pas seul : sa compagne Manaroo fait un bon vaisseau de soutien notamment pour protéger un as fragile ; Tel Trevura qui revient d'entre les morts fait toujours son effet ; Nom Numb peut en partie surmonter la question fâcheuse de la tourelle à tourner sans se stresser. Comme il est ridiculement peu cher, il est très prisé en fait… toutefois il n'est pas dans cette boite mais dans la très recommandable boite d'extension Pilotes hors-pair.
 
Un vaisseau à tester malgré tout
Pour son apparence insolite, pour ses caractéristiques hétérogènes, pour ses pilotes variés et pour le défi que constitue le vaisseau, il y a assurément des raisons pour s'intéresser au Jumpmaster. Il ne faut pas s'attendre à un écrabouiller la concurrence, mais un bon joueur qui se sera penché au préalable sur les caractéristiques particulières du vaisseau pourra en faire quelque chose de tout à fait satisfaisant. « Sans intensité, pas de victoire ! »
2. Chasseur de classe Nantex
 

Le Chasseur de classe Nantex est si agile qu’il semble danser au bout de fils invisibles. Son dispositif tracteur lui permet d’effectuer des manœuvres incroyables, mais aussi de diriger son canon laser monté sur tourelle avec une précision remarquable. Des nuées de ce chasseur véloce constituent la première ligne de défense du bastion Séparatiste de Géonosis.

 
Date de sortie : septembre 2019
Prix  éditeur : 19,95 euros
EEAN : 8435407627352
 
CONTENU

14 cartes, 18 marqueurs, 1 cadran de manœuvres et 1 vaisseau en plastique peint avec socle et fixations.
3. Y-wing BTL-B
 

 

Équipé d’une coque blindée extrêmement résistante et d’une bulle-tourelle pour tenir à distance ses adversaires, le Y-wing BTL-B de la République peut aussi bien effectuer des missions d’escorte que mener des assauts. Piloté par les légendaires Jedi et par des soldats clones spécialement entraînés, ce redoutable bombardier est performant sur tous les types de champ de bataille. L’Escadron Shadow d’Anakin Skywalker les utilise avec une effroyable efficacité.

 
Date de sortie : septembre 2019
Prix  éditeur : 19,95 euros
 
EEAN : 8435407627369
 
CONTENU

22 cartes, 35 marqueurs, 1 cadran de manœuvres et 1 vaisseau en plastique peint avec socle et fixations.
4. Ghost
 

 

Le solide cargo VCX-100 et l'agile navette de classe Sheathipede peuvent combattre en tant que paire arrimée l'une à l'autre ou se séparer pour attaquer à partir de plusieurs angles.

 
Date de sortie : mars 2021
Prix éditeur : 49,95 euros
EEAN :
non disponible
 
CONTENU

24 cartes, 27 marqueurs, 2 cadran de manœuvres et 2 vaisseaux en plastique peints avec socle et fixations.
5. TIE de l'Inquisiteur
 

 

Un engin expérimental réservé pour les agents d'élite de l'Empire tels que les très craints inquisiteurs, le TIE Advanced v1 a de nombreux atouts que les pilotes compétents peuvent élever jusqu'à des effets mortels. 

 
Date de sortie : mars 2021
Prix éditeur :
19,95 euros
EEAN : non disponible
 
CONTENU

9 cartes, 18 marqueurs, 1 cadran de manœuvres et 1 vaisseau en plastique peint avec socle et fixations.
6. Intercepteur M3-A
 

 

L'Intercepteur M3-A est en engin léger et manœuvrable, prisé par les cartels et les syndicats du crime.

 
Date de sortie : mars 2021
Prix éditeur :
19,95 euros
EEAN :
non disponible
 
CONTENU

13 cartes, 19 marqueurs, 1 cadran de manœuvres et 1 vaisseau en plastique peint avec socle et fixations.
 
 

CRITIQUE

par Avangion

 
 
L'intercepteur M3-A fait parti de ses vaisseaux qui ont connu une mue très favorable entre les deux versions de X Wing : dans la première édition, il était fort médiocre alors que dans la deuxième édition on le retrouve très bien placé dans un format compétitif. À défaut d'être le vaisseau le plus iconique du jeu – il est tiré du MMORG Star Wars Galaxies –, ce vaisseau utilisé principalement les clans Hutt s'avère très efficace. Il est sans doute supérieur d'ailleurs comme chasseur de base à petit coût au Z95 que nous avions évoqué ici.
Cela tient à deux choses : à ses caractéristques intrinsèques et à son coût. Voyons les premières :
 
 
 
Un Chasseur TIE amélioré ?
Somme toute, le M3-A ressemble beaucoup à un Chasseur TIE : la roue de manœuvre est assez proche malgré quelques légères variantes qui le rendent plus à l'aise à basses vitesses, son attaque et son agilité son identiques. Et la barre d'actions est bonne d'autant plus que l'on remarque la présence de l'acquisition de cible qui permet au M3-A d'avoir accès à certaines armes secondadires comme les Torpilles ou les Missiles. C'est bon à prendre, mais le plus significatif est la présence d'un bouclier, chose que ne détient pas le Chasseur TIE. Cela peut sembler négligeable lorsqu'on affectionne les gros socles bardés de boucliers (mais qui fondent souvent vite), cepedant sur des vaisseaux à bas coût avec 3 d'Agilité, c'est un plus important. Mobile, le M3-A est plus résistant qu'on ne pourrait le croire. Joués en et en formation avec Serissu comme – une pilote au pouvoir exactement opposé à celui de Howlrunner –, les M3-A peuvent être plus difficiles à faire tomber qu'on peut le croire.
 
Pour ce type de chasseur, le coût est évidemment décisif : trop cher, il est tout de suite inintéressant et injouable ; trop bon marché, il pertube tout le méta-jeu. L'Intercepteur M3-A est en fait au milieu de ces deux extrêmes et on ne peut que s'en satisfaire. Pour rappel, voici les coûts des chasseurs génériques au profil les plus proches dans X Wing :
 
Chasseur de tête Z-95Chasseur TIEDrone Fédération CommerceIntercepteur M3-A
PIlote de l'Escadron Tala Pilote de l'AcadémieChasseur droïde classe VultureAstropilote du Cartel
22 points22 points20 points25 points

Ainsi, si l'Intercepteur M3-A est le plus onéreux, ses légers avantages justifient son prix. En outre, la capacité spéciale « Emplacement d'armes » qui lui permet d'embarquer une amélioration Canon, Missile et Torpilles est un plus. Ce choix d'une amélioration exclut les autres et l'on ne peut combiner les trois. Cela n'aurait pas été intéressant dans tous les cas de figure : le vaisseau a tout intérêt à rester peu onéreux.
Certains canons ne sont pas très chers comme le Rayon tracteur (4 points) et sont donc tentants, la sortie récente des excellents missiles Traceurs XX-23 S (2 points) ouvre encore d'autres possibilités. L'Emplacement d'arme enrichit les options pour un vaisseau qui, il faut le dire, a un bandeau d'amélioration très limité.
 
Une myriade de pilotes intéressants
Pour clore ce tableau positif, le M3-4 jouit d'une importante multiplicité de pilotes : à côté des génériques efficaces comme l'Astropilote du Cartel, on trouve énormément de pilotes nommés intéressants. Passons-les en revue.
 
Sunny Bounder (27 points)Inaldra (30 points)Quinn Jast (31 points)
 
La plus puissante est, à première vue, Serissu mais son pouvoir implique un type de jeu – le vol en formation – qui est contraignant ; son prix peut de plus rebuter. Mais au-delà de cette dernière, il y a beaucoup de possibilités qui orientent vers différents tactiques. La première est l'usage des armes secondaires. Ainsi Quinn Jast est incitée à embarquer une torpille ou un missile qu'on pourrait recharger comme une Torpilles à protons avancées ou une Roquette à protons. Genesis Red sera, lui, beaucoup moins hésitant pour verrouiller un pilote ennemi s'il s'active après lui… On voit que l'Emplacement d'arme peut être franchement rentabilisé et n'a pas qu'un gadget.
 
Laetin A’shera (30 points)Genesis Red (31 points)Serissu (40 points)
 
Sunny Boulder et Inaldra sont assez populaires car, pour un prix très correct, ils peuvent relancer leurs dés ou ajouter des résultats de succès. Ainsi, avec Sunny Boulder, les maigres dés d'attaque de l'intercepteur peuvent déboucher sur trois touches plus souvent qu'on ne l'imagine. Inaldra peut faire usage d'une d'arme secondaire à 4 dés et obtenir une relance… au prix d'un dégât ce qui peut se justifier. À vrai dire, il n'y a que Laetin A'shera qui n'emballera pas les foules.
 
En fait, l'Intercepteur M3-A porte assez mal son nom : il n'a rien d'un intercepteur à l'image de l'Intercepteur TIE ou même d'un A-Wing car sa roue de manœuvre n'est pas de ce niveau là. Il n'a qu'une action de repositionnement et comme il n'est pas possible de la lier on l'utilisera peu. Il s'agit plutôt d'un petit chasseur aux caractéristiques honnêtes et surtout au prix tout à fait abordable. Par ailleurs, du fait de la multiplicité de ses pilotes, il s'avère très plaisant à jouer, en plus d'être totalement compétitif. Pour la faction des Racailles, c'est le vaisseau générique à posséder en multiples exemplaires;
 
Erreur : répertoire invalide
<< Page précédente
Page suivante >>
Publicité