StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Chasseur Royal Naboo
 

 

Le Chasseur Royal Naboo N-1 est un chasseur raffiné et agile, idéal pour tenir son rôle d’escorte diplomatique pour les ambassadeurs de la planète Naboo.

 

Date de sortie : juillet 2019
Prix éditeur : 19,95 €
EEAN : 88435407625884
 
CONTENU

26 cartes, 39 marqueurs, 1 cadran de manœuvres et 1 vaisseau en plastique peint avec socle et fixations.
2. Bombardier Droïde de classe Hyena
 

 

Le Bombardier Droïde de classe Hyena des Armureries Baktoid est une version évoluée du Chasseur Droïde de classe Vulture de la Fédération du Commerce.

 

Date de sortie : mars 2019
Prix éditeur : 19,95 €
EEAN : 8435407625891
 
CONTENU

18 cartes, 20 marqueurs, 1 cadran de manœuvres et 1 vaisseau en plastique peint avec socles et fixations.
3. Transport de la Résistance
 

 

Le Transport de la Résistance est une navette faite sur mesure, utilisée par la Résistance comme transport de troupes et canonnière. Sa conception modulable fait que le module du cockpit peut voler indépendamment lors des missions qui ne requièrent pas d’armes lourdes ou de capacité de transport.

 

Date de sortie : juillet 2019
Prix éditeur : 29,95 €
EEAN : 8435407625938
 
CONTENU

30 cartes, 30 marqueurs, 1 cadran de manœuvres et 1 vaisseau en plastique peint avec socle et fixations.
 
 

CRITIQUE

par Avangion

 
 
Le Transport de la Résistance a fait une entrée remarquée dans Le Réveil de la Force : c'est de ce vaisseau de transport que descend Leia sur Takodana pour sauver la mise à son mari, à Chewbacca et Finn. C'est dire que le vaisseau a été mis en avant par la mise en scène de JJ. Abrams. Et d'emblée sa fonction apparait clairement : il s'agit de transporter des troupes de combat. Le vaisseau n'est assurément pas un chasseur de combat et ne prétend pas l'être. Il joue un rôle de soutien dans le jeu pour la faction de la Résistance, à l'image du film en quelque sorte. Pour simuler la chose, FFG n'est pas allé de main morte donc. Ses caractéristiques sont plus proches du Lambda que d'un X Wing donc et il ne faudra pas viser la haute voltige. Les voici :
 
 
L'héritier du B Wing ?
Comme le suggère son cockpit, le Transport de la Résistance ressemble beaucoup à un B Wing au niveau de son châssis : malhabile, avec 1 en agilité, et solide, avec 8 points de vie, le vaisseau est lent et se projette mal vers l'avant. Il se retrouve plutôt à son aise au contact proche, avec toutes les manœuvres à petite vitesse, toujours comme le B Wing. À la différence de ce dernier, il n'a pas accès au tonneau – et évidemment pas à l'accélération – et aura du mal à se repositionner. Il compensera quelque peu cela par l'accès au surplace et à la marche arrière, une possibilité qui correspond à sa fonction de transport apte à se poser à la verticale pour déposer des troupes. Toutefois, il faudra être prudent quant au recours à ces manœuvres rouges, car la roue du Transport n'a que quatre manœuvres bleues – des manœuvres très prévisibles. Comme le vaisseau peut embarquer un astromech, on ne peut que conseiller très fortement d'embarquer un astromech de type R4, peu cher et ici très utile.
Habilement, la conception des pilotes du Transport joue largement sur cette multiplicité des manœuvres rouges. Ainsi, Cova Nell est très nettement incitée à révéler des manœuvres rouges pour améliorer ses capacités d'attaque et de défense qui passent alors à 3 et 2, ce qui est sensiblement meilleur que ses capacités de base. Il faut le dire tout de go : c'est sans doute la meilleure pilote du vaisseau. Elle est logiquement chère (38 points) mais son prix reste très mesurée. Les autres pilotes comme Nodin jouent aussi sur la mécanique du stress, souvent pour mieux le surmonter ou pour en encaisser au profit d'une économie d'action. Ainsi Nodin qui pourra avoir recours beaucoup plus régulièrement à l'action de coordination, concrétisant en fait la vocation de soutien du vaisseau. Pammich est plus anecdotique : faire des manœuvres rouges lorsqu'on est stressé est toujours un atout pour un vaisseau avec une roue telle que celle du Transport de la Résistance mais ne semble pas être un atout décisif.
 
Cova Nell (38 points)Nodin Chavrdi (35 points)Pammich Nerro Goode (34 points)
 
Comme équiper le Transport de la Résistance ?
La barre d'améliorations du vaisseau est très généreuse et il est tentant de l'équiper. D'un canon par exemple et notamment d'Autoblasters qui permettent d'augmenter les capacités offensives du vaisseau et pour un coût très faible de 3 points d'escadron. Las, les conditions pour optimiser ce canon impliquent une certaine mobilité ce qui n'est pas franchement le propre du vaisseau. Les Autoblasters seront donc réservés à d'autres vaisseaux plus mobiles comme le M3A par exemple. Les Astromechs tourneront sans doute autour de R4 comme évoqué plus haut : ni un R2, un R3 et tutti quanti ne semblent être des options intéressantes. Les deux astromechs présents dans cette boite ne sont envisageables que sur d'autres vaisseaux à vrai dire.
C'est évidemment au niveau des équipages que le choix est intéressant. Tout d'abord, il y a deux emplacements ce qui donne un certain nombre d'options. Mais aussi car la boite du Transport de la Résistance regorge d'équipage réservés à cette faction. Amiral Holdo, Kaydel Connix, Korr Sella, Larma D'Acy et évidemment… Leia que l'on attendait avec impatience. En terme de puissance, c'est logiquement cette dernière qui tient le haut du panier avec son point de Force intégrée et la capacité de l'utiliser pour effectuer une coordination mais aussi la capacité de réduire la difficulté des manœuvres d'un vaisseau allié sans clause de portée ! Sur le papier, elle est un des meilleurs équipages du jeu et s'avère totalement adapté au Transport de la Résistance voire au Faucon Millenium de la Résistance. C'est sans doute son coût de 17 points qui limite son usage mais on la voit quand même sur les tapis de jeu. 
Il peut donc être tentant de se rabattre sur les autres équipages beaucoup moins onéreux. Disons qu'il y a à boire et à manger : si l'Amiral Holdo est un très bon équipage, souple et polyvalent et qui vaut ses 8 points, GA-97 et sa condition « C'est la Résistance » et plus « fluff » qu'autre chose (alors qu'il coûte 6 points). Korr Sella est elle tout bonnement excellente, associée éventuellement à Larma D'Acy mais elle peut aussi tout à fait trouver sa place sur le Faucon de Rey qui a tendance à beaucoup stresser. On voit qu'il y a de nombreuses possibilités présentes. Cette profusion de carte s'explique sans doute par le fait que la boite du Transport de la Résistance est assez chère étant donné la taille de la figurine et qu'il a fallu compenser son prix par une certaine profusion de cartes mais aussi en proposant… un autre vaisseau.
 
La surprise de la boite : le petit module de Finn et Rose
En effet, il est possible de détacher le cockpit du transporteur pour en faire un petit vaisseau autonome : celui de Finn et de Rose qu'on voit dans TLJ lors de leur escapade du Canto Bight. Certes, il ne faut pas attendre des miracles de ce petit Pod mais il a très vite su trouver son public. Il est, en effet, très peu cher, de 25 points pour BB-8 et Rose pour 30 si l'on prend Finn. Alors que le vaisseau a 3 points de coque et 1 bouclier c'est très correct.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Il faut convenir que la barre d'action n'est pas enthousiasmante et que la roue n'a rien de sensationnelle, mais le rôle de ce module est surtout d'être un bouche-trou pour clore une liste. Son rapport qualité/prix, lorsqu'on joue la Résistance, fait qu'on le préfère souvent à un A Wing RZ-2 dont le pilote le moins cher est à 33 points. Par ailleurs, le pouvoir de Finn est assez fort pour justifier de lui donner un rôle plus actif : après il peut obtenir trois résultats de touche ou de défense, surtout s'il prend le modique talent « Héroïque ». Mais BB-8, qui accès à des actions de repositionnement gratuites durant la phase système est une autre option intéressante pour en faire un bon bloqueur.
 
Conclusion : une boite pleine de bonnes choses
C''était un challenge de réussir, à partir des quelques apparitions rapides du Transporteur de la Résistance, d'en faire un vaisseau intéressant. Et cela a été avec brio par FFG qui a su lui donner une gamme de possibilités en fait assez large qui en font un vaisseau très utile dans les rangs de la Résistance mais aussi très différent des autres vaisseaux, globalement plus mobile et efficace. La possibilité de détacher le petit Pod est un petit plus qui fait que nous avons en fait deux vaisseaux dans la boite. La viabilté du Pod dans un format compétitif, et notamment de Rose et de Finn parachève le constat : la boite est indispensable pour la Résistance. Tout simplemnet.
4. TIE Silencer
 

 

Le TIE/vn silencer est le meilleur chasseur d'élite développé pour le Premier Ordre par Sienar. 

 

Date de sortie : mars 2021
Prix éditeur :
19,98 euros
EEAN : non disponible
 
CONTENU

12 cartes, 19 marqueurs, 1 cadran de manœuvres et 1 vaisseau en plastique peint avec socle et fixations.
 
 

CRITIQUE

par Avangion

 
 
Il a fallu un peu de temps pour que la faction du Premier Ordre puisse afficher un nombre assez conséquent de vaisseaux pour s'avérer attractive. Le TIE Silencer apparu pour la premier fois dans The Last Jedi a donc constitué un petit tournant dans les rangs de la faction lors de la première édition. Il était donc inévitable qu'il soit très vite porté dans la seconde édition, édition dans laquelle il jouit d'une position très confortable : plus encore que le TIE/ba il constitue le vaisseau d'élite du Premier Ordre.
 
Un chasseur d'élite pour le Premier Ordre
Il faut bien dire que les caractéristiques du TIE Silencer sont assez affolantes : 3 d'attaque et d'agilité pour 4 points de coque et 2 boucliers avec quatre actions – dont deux de repositionnement – et la capacité générique native d'Autropulseurs à l'instar de son ancêtre le TIE Intercepteur… c'est excellent. Plus : la roue du vaisseau est très légèrement supérieure à celle du chasseur de Soontir Fell puisqu'il y a une manœuvre bleue supplémentaire. Mais la différence réside sans doute dans la résistance beaucoup plus conséquente du TIE/vn Silencer qui en fait un vaisseau d'un autre acabit car beaucoup plus résilient. On ne jouera sans doute pas un Ingénieur Sienar-Jaemus comme un TIE de l'escadron Alpha, mais l'on en mettra moins sur un tapis de jeu : il coûte 48 points d'escadron contre 31.
 
Toutefois, le prix reste correct et c'est sans doute pour cela que l'on sent que FFG s'est senti obligé de brider quelque peu le vaisseau. Ainsi, l'action d'évasion n'a pas été incluse dans la barre d'action du vaisseau pour éviter qu'il ne se montre indestructible, déjà abrité qu'il l'est par ses 3 d'agilité et ses 6 points de vie. Par ailleurs, pour que le chasseur n'ait pas accès aux modifications « Coque améliorée » ou « Bouclier améliorée », l'amélioration de Modification a été exclue. Au moins, le TIE Silencer pourra-t-il embarquer des missiles ou des torpilles (ce qui n'est pas ce qui le plus tentant car le vaisseau est déjà efficace d'un point de vue offensif) et une amélioration Tech (ce qui est franchement plus intéressant).
 
L'élite de l'élite
Toutefois, il faut être clair : si FFG n'a pas lâché la bride au TIE Silencer c'est surtout, plus que du fait de ses caractéristiques intrinsèques, à cause du pilote Kylo Ren. Car il est très fort : 5 de valeur d'initiative et de 2 points de force dans un excellent cha
               Kylo Ren (76 points)
ssis qui peut profiter à fond des modifications de dés grâce aux nombreux dés lancés, c'est excellent. Si l'on est à cours de jetons de force, on pourra éventuellement lui mettre l'amélioration « Haine » présente dans la boite ou bien lui donner « As de la manœuvre » ou « Manœuvres extrêmes ». Les plus audacieux se lanceront dans « Réflexes prémonitoires » qui le rend très difficile à bloquer mais son prix (10 points d'escadron !) peut-être rédhibitoire.
La plupart des joueurs le jouent cependant « nu » ou investissant éventuellement dans une torpille à protons, profitant de ses points de force pour modifier ses jets, de sa haute initiative et de l'excellent vaisseau qu'il pilote. Ils ne s'occuperont pas trop de son pouvoir particulier, tiré paresseusement de la v1 du jeu, « Je vous montrerai le côté obscur ». Or, si dans la première édition du jeu « Je vous montrerai le côté obscur » était très puissant, dans la nouvelle édition du jeu, alors que le deck de dommages a changé, ce pouvoir est beaucoup moins intéressant. Qu'importe, le vaisseau reste très bon malgré tout !
 
Il est si bon que les autres pilotes sont aussi tout à fait jouables : les génériques ont des prix très mesurés étant donné les caractéristiques de ce vaisseau. Et un certain nombre d'entre eux jouissent de pouvoirs intéressants. Rush monte à 6 de valeur d'initiative quand il est endommagé (ce qui signifie qu'il peut embarquer des « Propulseurs survitaminés » pour 6 points ce qui est très correct), ce qui est très alléchant sur un tel chassis. Avenger, accompagné d'une nuée de TIE FO, est un très bon client pour embarquer une torpille du fait de sa possibilité à effectuer gratuitement une action lorsqu'un allié est détruit. Recoil est un candidat parfait pour « Adresse au tir ». Si le pouvoir de Blackout est plus circonstanciel, son prix associé à sa valeur d'iniative, est très intéressant ; il se pose souvent comme une alternative à Kylo. 
 
« Blackout » (63 points) « Avenger » (56 points)« Recoil » (57 points)
 
Voici donc un chasseur aussi efficace que plaisant à jouer : mobile, il est assez résistant pour ne pas voler en éclat au premier tir, ce qui fait que l'on peut envisager de lui mettre quelques améliorations. Il s'avère donc strictement incontournable lorsqu'on désire jouer sérieusement le Premier Ordre. Il est si incontournable qu'une acquisition en plusieurs exemplaires, nonobstant la barrière du prix, est plus que recommandée.
Erreur : répertoire invalide
5. Faucon Millenium
 

Vaisseau iconique ayant appartenu à Lando puis à Han Solo, le Faucon Millenium peut être joué, avec cette extension, dans les rangs de la Rébellion. 

 

Date de sortie : juillet 2019 (non traduit en français)
Prix éditeur : importation
EEAN : non disponible
 
CONTENU

15 cartes, 24 marqueurs, 1 cadran de manœuvres et 1 vaisseau en plastique peint avec socle et fixations.
6. B-Wing A SF-01
 

Intégrant un système révolutionnaire de gyrostabilisation, le B-wing A/SF-01 est dangereux à piloter et compliqué à maîtriser.

 

Date de sortie : juillet 2019
Prix éditeur : 19,95 €
EEAN : 8435407625907
 
CONTENU

14 cartes, 23 marqueurs, 1 cadran de manœuvres et 1 vaisseau en plastique peint avec socle et fixations.
 
 

CRITIQUE

par Avangion

Le B-Wing A/SF-01 avait longtemps été une valeur sûre de la première édition de X Wing. Fut une époque reculée, les 4 B-Wing constituaient un escadron redoutable, à la fois solide, endurant et alignant les tirs puissants généralement modifiées par le « Système de contrôle de tir ». Son étoile avait lentement décru du fait d'une forme de surenchère dans le jeu qui profitait aux vaisseaux les plus récents, mais on ne pouvait pour autant mettre une croix dessus. La deuxième édition de X Wing n'allait pas faire l'impasse sur ce vaisseau assez vite porté en V2.
Première petite révolution, la figurine du B-Wing peut maintenant pivoter sur lui même et ainsi adopter la position de combat à l'horizontal que l'on avait entr'aperçu durant les films. C'est toujours sympathique et peut éventuellement justifier un achat de la part d'un vieux grognard réticent à réinvestir dans du nouveau matériel alors qu'il a déjà acquis un kit de conversion.
 
Des caractéristiques intéressantes
Pour les caractéristiques du vaisseau, on ne peut pas franchement parler de révolution mais d'affinement. Le vaisseau reste solide avec ses 4 points de coque et ses 4 points de bouclier mais, comme dans la V2 de X Wing le T65 a gagné un point de coque, son avantage comparatif apparait  affaibli. Et ce d'autant plus que le vaisseau a conservé son 1 d'agilité qui rend sa solidité aussi plus relative. Toutefois dans la deuxième édition, on a pu constater que la puissance d'atttaque a été conservée à un seuil relativement limité : les Canons laser lourds et les Torpilles à Protons ne détruisent plus les ennemis à foison. Donc le B-Wing reste solide pour un prix somme toute mesuré : 41 points pour un Pilote de l'Escadron Bleu, c'est tout à fait honnête.
La roue de manœuvre est très différente de celle du X Wing : elle en fait un chasseur assez lent et très peu mobile avec juste trois manœuvres à vitesse 3. Il est beaucoup plus à l'aise à vitesse basse avec 6 manœuvres  – dont un Tonneau de Tallon – à vitesse 1. C'est à remarquer.
Avec son tonneau dans la barre d'action qui peut être éventuellement chaîné à une concentration, le B Wing est à l'aise dans une mêlée mais s'avérera bien à la peine pour courir après un as ! La multiplicité des manœuvres rouges (8 !) et la maigreur des manœuvres bleues (4) entrainent le fait qu'il ne pourra se lancer dans aucune course-poursuite, notre vaisseau enchainant nécessairement les manœuvres stressantes puis destressantes. Il faut le savoir : le B-Wing est tout sauf un intercepteur.
 
Caractéristiques du B-wing
 
Ce sont des caractéristiques intéressantes qui donnent une couleur tactique très particulière au vaisseau. Avec trois dés d'attaque pour un prix accessible, l'on peut facilement en aligner plusieurs et on peut gager que l'ennemi hésitera franchement avant de se lancer dans la mêlée contre 4 B-Wing, même très peu chargés d'améliorations car ils sont de bons jouteurs. Pourtant le bandeau d'amélioration du vaisseau est plutôt fourni et mérite que l'on s'y attarde un peu.
Voici celui de la majorité des pilotes puisque le Pilote de l'Escadron Bleu n'a, logiquement, pas accès à un Talent de pilote  :
L'amélioration Senseurs est toujours une bonne chose car elle donne accès aux très intéressants « Système de commande de tir » et aux « Senseurs passifs » ; on exclura sur ce vaisseau les « Senseurs avancés » ou les « Détecteurs anticollisions » trop chers pour les premiers et peu pertinents pour les seconds. L'emplacement Modification pourra servir pour rajouter une « Coque améliorée » ou un « Bouclier amélioré » peu cher sur un vaisseau à 1 d'agilité. L'emplacement Torpille et les deux (!) emplacement Canon sont des opportunités qui sont surtout à saisir grâce à la configuration « S-Foils » (voir plus bas). Mais généralement, l'on joue les B-Wing peu chargés en utilisant des pilotes très bien conçus.
 
Pilote de l'Escadron bleu (41 points)Braylen Stramm (52 points)Ten Numb (48 points)
 
Le Pilote de l'Escadron bleu profite des bonnes caractéristiques du vaisseau et de son coût très convenable pour s'avérer correct, même si – du fait de sa médiocre mobilité – il est moins intéressant qu'un de ses équivalents T65, comme l'Escorte de l'Escadron bleu qui ne vaut que 38 points d'escadron. Généralement, l'on préferera les pilotes nommés que l'on peut d'ailleurs jouer en binôme. Braylen Stramm est le meilleur des deux grâce à sa capacité native lui permettant de relancer deux dés en attaque et en défense, ce qui peut le rendre très résistant ou très agressif. Ten Numb, lui, peut transformer un résultat « œil » en un succès d'attaque ou de défense. Dans un jeu où les transformations de résultat ne sont pas commodes ou franchement chères c'est excellent et cela augmente la résilience d'un vaisseau déjà solide.
On dira qu'il y a une contre-partie : il faut être stressé. Mais sur un chassis pareil, ce n'est pas le cas : les manœuvres rouges et stressantes sont très nombreuses. Les capacités de Braylen et Ten permettent d'ailleurs d'ouvrir largement la roue du B-Wing qui rechignera beaucoup moins à avoir recours à une manœuvre rouge. Par ailleurs, si une telle manœuvre n'est pas envisageable, on peut toujours avoir recours aux deux actions chainées pour obtenir le fameux jeton. Dans le pire des cas, on peut choisir le malaimé « Gambit des Astéroïdes », mais on peut trouver encore mieux pour se stresser grâce à la configuration « S-Foils » que l'on trouvera dans la boite Pilote hors pair.
 
Les « plus » de la boite Pilote hors pair
Sans être chiche, la boite du B-Wing pouvait être enrichie et c'est ce à quoi s'est atelé la boite Pilote hors pair qui vise à doter les vaisseaux déjà parus de pilotes et de cartes d'améliorations diversifiant l'expérience de jeu. Si on n'y trouve que deux cartes pour le B-Wing, ces dernières sont très loin d'être négligeables. Commençons par la plus dispensable : la pilote Gina Moonsong.
 
Gina Moonsong (50 points)
 
« Dispensable » est d'ailleurs à prendre au sens littéral : on peut faire sans en jouant des B-Wing. Toutefois, ça serait dommage de s'en priver : avec une valeur d'initiative de 5, Gina Moonsong a longtemps été la pilote la plus compétente sur le B-Wiing. Et son pouvoir n'est pas négligeable même s'il a sa contrepartie : comme Gina Moonsong devra se débarasser de son stress (une obligation malgré tout bénéfique car comme tout B-Wing elle destresse naturellement mal), il lui faut des vaisseaux alliés qui gèrent bien le stress ou qui sont portion congrue pour l'escouade. Les vaisseaux qui gèrent bien ou qui profitent du stress sont évidemment… les autres B-Wing nommés et l'on pense logiquement à Ten Numb ou Braylen Stramm.
Avec Ten Numb, l'on peut même consommer le stress transféré qui aura ainsi disparu. Cela donne une souplesse à Braylen Stramm ou Ten Numb qui n'ont pas ainsi besoin de faire une manœuvre ou une action rouge pour obtenir un jeton de stress. Ten Numb pourra même accumuler deux jetons de stress, ce qui n'est pas un problème majeur pour lui et peut même se révéler un atout puisqu'il pourra transformer deux résultats « concentration ». Mais la boite PIlotes hors pair n'offre pas que Gina Moonsong pour accumuler du stress, mais aussi une configuration qui joue sur la position des S-Foils du vaisseau, à la manière de celles du X-Wing. Peu chère, elle est incontournable, notamment pour ouvrir les possibilités de jeu du B-Wing.
 
S-Foils stabilisés dépliés (2 points)S-Foils stabilisés repliés
 
Tout comme les S-Foils du X Wing, on peut les déployer ou les replier avant de s'activer, ce qui permet de choisir l'effet désiré. À la différence du X-Wing, une clause s'avère limitative : une fois encaissé un dégât critique, la carte ne peut plus être retournée. Il s'agit de simuler un dégât bloquant les mécanismes de déploiement et c'est en soi une très bonne idée. Comme le B-Wing a quatre point de bouclier, ce n'est pas non plus une clause extrêmement grave. Dans tous les cas de figure, les S-Foils donnent accès à de nouvelles actions chainées à partiir du tonneau – ce qui est bien commode pour le vaisseau –, ainsi qu'à l'action de recharge. Ainsi on a pu voir des B-Wing emporter des « Torpilles à protons avancées », sans doute trop chères pour un usage unique mais intéressantes si l'on peut les recharger. Certes, la recharge est rouge mais l'on sait que pour le B-Wing, le jeton de stress n'est pas trop grave.
Mais le plus intéressant pour la mécanique du jeu, c'est la position « S-Foils dépliés », qui permet après une attaque d'en enchaîner une autre contre le même adversaire avec une amélioration Canon. Car le B-Wing a deux emplacements Canon dans son bandeau d'amélioration, rappelons-le. Or, ces canons se sont révélés au début bien peu attractifs : la solidité du vaisseau, bien que réelle, n'est que relative et choisir un canon, renchérir son prix pour des avantages plutôt limités car les canons ne sont pas très puissants dans la V2 de  X Wing… ce n'était pas une bonne option. Le fait de pouvoir tirer avec un canon qui n'aurait pas été utilisé sous la forme d'une attaque bonus est réellement intéressant. La seule contrainte, qui n'est pas négligeable, est d'utiliser une acquisition de cible n'ayant pas servi. C'est envisageable surtout si l'on prend des « Systèmes de contrôle de tir » qui permettront au moins une relance sur la première attaque. Comme Ten Numb et Braylen Stamm ont leurs propres moyens pour obtenir leurs modifications, c'est tout à envisageable. Cela n'a rien d'impératif et l'on peut parfaitement jouer des B-Wing sans ce choix mais cela ouvre des possibilités tactiques réelles. Par ailleurs, cela correspond aux données intradiégétiques, ce dont on ne se plaindra pas !
 
Conclusion : tout pour plaire ?
En fait non, le B Wing n'a pas tout pour plaire. Il est lent et moyennement maniable : d'une certaine manière c'est un vaisseau assez ingrat à jouer. Il constitue une expérience de jeu en fait assez différente de celle du X Wing T-65 et c'est en fait un de ses atouts. Et du fait de sa réelle solidité, il peut sembler plus rassurant à jouer car certaines erreurs ne seront pas fatales d'emblée. Un de ses autres atouts est la mécanique tournant autour de l'acquisition de stress qui s'avère tout à fait stimulante. Avec la boite Pilotes hors mais aussi avec celle de la Cellule Phoenix, on peut dire qu'il prend toute son ampleur et devient un incontournable pour les joueurs de la Rébellion.
7. Decimator
 

 

Vaisseau solide, capable de patrouiller de manière autonome, le Decimator a une puissance à mi-chemin entre la navette et la corvette. 

 

Date de sortie : juillet 2019 (non traduit en français)
Prix éditeur : importation
EEAN : non disponible
 
CONTENU

17 cartes, 26 marqueurs, 1 cadran de manœuvres et 1 vaisseau en plastique peint avec socle et fixations.
8. TIE Forces spéciales PO
 

Le développement du chasseur TIE des Forces spéciales a nécessité pour Sienar-Jaemus de découvrir de nouvelles technologies pour les cellulles énergiques capables d'alimenter les systèmes avancés exigés par les Forces spéciales du Premier Ordre

 

Date de sortie : juillet 2019 (non traduit en français)
Prix éditeur : importation 
EEAN : non disponible
 
CONTENU

11 cartes, 19 marqueurs, 1 cadran de manœuvres et 1 vaisseau en plastique peint avec socle et fixations.
<< Page précédente
Page suivante >>
Publicité