StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Introduction
 

À l'occasion des 20 ans de Star Wars Universe, nous avons retrouvé quelques anciens membres du site pour leur demander ce qu'il représentait pour eux. Vous pouvez découvrir leurs témoignages sur cette page, voire même nous communiquer le vôtre via le formulaire de contact !

 

2. Cesba
 

CesbaJ’ai de très bons souvenirs de ma post-adolescence. C’est la période qui veut ça, vous allez me dire, à raison. Mais en ce qui me concerne, c’est en bonne partie grâce au temps passé sur SWU.

Mes débuts sur le site coïncident avec mes débuts sur le Web. Je veux pas faire mon vieux con aigri, mais en ce temps-là, on était libres et plutôt respectueux. Sans doute parce qu’on était la première génération à découvrir Internet. Je vous parle d’un temps sans réseaux sociaux, là.

J’avais l’impression d’être une espèce de pionnier qui, avec beaucoup d’autres, s’aventurait sur une terra incognita pour y chercher une nouvelle vie. Une vie connectée, en l'occurrence. On découvrait une nouvelle facette de nous même, ce qui contribuait à forger notre identité. En tout cas, c’est comme ça que je le perçois, avec du recul.

Puis, quand j’ai intégré le staff et commencé à faire le con dans la rubrique litté, cet esprit pionnier a fait place à un esprit pirate. On ne se rendait pas compte, mais on était en train de monter notre petite république indépendante, toute proportion gardée. “Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l’ont fait”, disait Coluche. (Je crois.) Et c’était un peu ça. Je pense que cet esprit-là a beaucoup influencé mon rapport à la création. On n’a pas besoin d’être un artiste ou un artisan pour forger quelque chose qui interpelle, qui provoque une émotion. Et ça, ça m’a beaucoup plut.

SWU a beaucoup vécu. Il y a eu plusieurs périodes, rythmées par l’actualité de la licence et par les pannes de serveurs. Si ma passion pour Star Wars était en dents de scie, durant les cinq années où j’ai donné de ma personne, celle que j’avais pour le site, son équipe et sa communauté n’a jamais vacillé.

J’ai rencontré beaucoup de gens, IRL ou non. Des gens intéressants, pleins d’esprit et d’humour, et avec du coeur. J’ai la chance de compter un certain nombre de ses personnes dans mon entourage proche. Quelques autres font partie de mon quasi-quotidien, grâce aux autoroutes de la communication moderne. (Oui, ceci est une expression de vieux, tant pis, j’assume.) Et il y a ceux avec qui je n’ai que peu voire pas de contacts. Mais que je n'oublie pas. Tout ce monde garde une place dans mon petit coeur. La plus grande étant évidemment dédiée à la Dame qui tolère mes insomnies et mes achats compulsifs depuis onze ans. Elle aussi, je l’ai rencontrée sur SWU

Bon, j’ai fréquenté quelques abrutis, aussi, mais même là, avec le recul, je suis content d’avoir croisé leur chemin. D’une certaine façon, ils ont continué à me faire grandir.

Tout ça pour dire que SWU était devenu plus important que Star Wars, pour moi, pendant un bon moment. Les gens que j’ai rencontré et le contentement de faire quelque chose de cool avec mes dix doigts sont donc les deux principales choses que je retiens. Leur addition fait que, lorsque j’ai décidé de partir, je l’ai fait avec émotion, certes, mais avec un sentiment d’accomplissement inégalé jusque-là.

Aujourd’hui, mes visites sont bien moins régulières. Je suis maintenant passionné par beaucoup d’autres choses, mais je dois avouer que l’entrée en guerre de Disney m’a fait redevenir un hardcore fan de Star Wars. J’étais comme un petit fou quand j’ai appris le retour de la saga sur grand écran. Comme beaucoup d’entre vous, je vivais une MPE (Madeleine de Proust Experience) qui me faisait retrouver successivement mes six ans - quand j’ai vu A New Hope pour la première fois - et mes dix-sept ans, quand je me suis inscrit sur SWU.

Aujourd’hui, je ne suis plus en plein milieu de la cour de récré pour théoriser avec vous, mais je vous regarde à travers une fenêtre de l’école. Je vous observe avec bienveillance, satisfaction et fierté.

Continuez comme ça.

3. Darkee
 

DarkeeIl y a vingt ans, dans une galaxie proche…

Qu’il est difficile d’isoler un souvenir lié à SWU.
Qu’il est difficile de digérer le fait que le site fête ses VINGT ans !
Et que cela fait donc près de 19 ans que j’y traîne. Plus de la moitié de ma vie.

Mes principaux souvenirs, les plus forts, datent des débuts. Peu avant le teaser de TPM, je découvre la V1. Je tombe amoureux de la petite communauté de ce qui était alors la « version français de TheForce.net ». Star Wars m’avait permis de ne pas me noyer durant mes études, mon adolescence ; SWU m’a offert l’opportunité de réussir le tournant de la vingtaine. Non seulement en rencontrant d’autres passionnés (à une époque où la culture pop n’était pas encore particulièrement bien vue), mais aussi en m’engageant « concrètement » dans l’aventure SWU (où j’ai pu faire un peu tout et n’importe quoi ^^). Le point d’orgue de cette période fut un court séjour à Londres, pour la sortie de TPM (soit trois mois avant l’exploitation française – autres temps, autres mœurs). 
Puis je me souviens de la disparition du site, en juillet 2000. Et d’un long coup de fil avec Little Big Yoda (savoir que l'existence du site tient à un simple appel téléphonique me donne toujours le tournis, 17 ans plus tard). Ce jeune homme, plein de fougue, initia la reconstruction de SWU, qui nécessita près d’un semestre de travail. Ce fut harassant, mais avec le recul, quelle belle aventure ! Et tant de « collègues » sont restés chers à mes yeux : Cesba, Jey, Ma’ra, Wedge, mais aussi tous ceux dont j’ai perdu le contact. Et toutes ces rencontres, sur Internet mais surtout à Paris.
Je me souviens ensuite du dégoût ressenti suite à la vision de l’Attaque des clones(qui ne m’a pas quitté). A tel point que mon enthousiasme fondit comme neige de Hoth sur Tatooine. Deux ans plus tard, la série animée (2D) Clone Wars relança ma passion (plus pour le site en lui-même que pour Star Wars, à vrai dire), et je signais quelques dossiers approfondis (Clone Wars, Star Tours). Grâce à SWU, j’avais enfin trouvé ma vocation. Ce furent mes derniers articles en amateur, avant de me professionnaliser pour mieux aborder la culture geek ailleurs.
Je dois beaucoup à SWU. Pour moi, StarWars-Universe.com représente bien plus qu’un site. Autant dire que je suis formidablement ravi de voir que d’autres ont pris la relève, avec tant de talent et d’efficacité. Certains n’étaient même pas nés à l’époque où j’ai débarqué sur le (premier) forum ! Je leur en suis reconnaissant. SWU a peut-être vingt ans, mais c’est le temps présent qui compte. SWU est plus qu’un site. C’est un symbole (inter)générationnel. Je salue d’avance ceux qui s’en occuperont en 2037, avant de leur rappeler que, si si, c’est un vrai boulot. SWU, on l’épouse, ou on le quitte. Ainsi va la vie.

4. Marcolas
 

Mon meilleur souvenir SWU remonte à 1999, il y a … dix-huit ans. C’était il y a longtemps (dans une galaxie pas si lointaine) et c’est donc un peu flou dans ma mémoire.

Le point de départ de l’anecdote est la sortie de La Menace Fantôme. L’Episode I sortait en mai aux USA et… en octobre en France. Le décalage était encore malheureusement courant à l’époque. La solution était donc d’aller le voir à Londres en juillet. La solution était parfaite : vacances, été, pas trop loin… Hôtel, Eurostar, et nous voilà partis avec deux autres membres.

La suite est un peu obscure : on visait d’arriver pile le jour de la sortie, pour profiter de la première du film en présence de l’équipe, première qui a été décalée de 24 heures et qui a chamboulé notre petit planning. En effet, jeunes Jedi que nous étions, nous avions prévu de ne pas prendre d’hôtel la première nuit sur place. Ben oui, tapis rouge, stars, projection tardive… On n’avait pas besoin de dormir tant l’évènement allait nous conduire au bout de la nuit. Mais avec le changement d’organisation de dernière minute, on s’est vite retrouvés comme des couillons à errer dans les rues de Londres.

Mais avant cela, il était question de voir le film. Et l'un de nous, via sa sœur installée sur place, nous avait booké une première séance dans un cinéma loin du centre. Notre première fois s’est donc faite loin des festivités, dans une salle de mémoire assez bruyante (je découvrirais plus tard que le public anglo-saxon a du mal à se tenir en place, aussi bien au cinéma qu’au spectacle). C’est donc avec le film déjà en tête, ses qualités et ses défauts que nous avons ensuite posé nos bagages sur ce qui deviendra notre QG pour les prochains jours : Leicester Square.

Après les premières déconvenues, il faut bien admettre qu’on était là où on voulait être. Les fans étaient nombreux, les cosplayers s’étaient donnés rendez-vous et ça ressemblait au joyeux rassemblement que je m’étais imaginé. On y croisera d’autres francophones et même quelques médias français venus prendre la température. Ajoutez à cela quelques magasins de jouets aux alentours dont le fameux Hamleys qui avait consacré une large place au film de George Lucas.

La suite ? Une nuit blanche dans les rues de Londres, en marchant au petit bonheur la chance et quelques souvenirs qui me reviennent par flash : moi tentant de dormir sur un banc dans un parc, l’hotel au petit matin, une seconde projection du film sur Leceister Square (enfin !) où je peux avouer maintenant m’être assoupi. Nous avons aussi tenté, en vrac, d’aller dans un magasin de jouets en banlieue espérant des prix moins élevés, et de faire un peu de tourisme londonnien entre relève de la garde à Buckingham et pèlerinage sur les terres des Beatles à Abbey Road.

Avec le recul, j’en garde le souvenir joyeux d’une bande de potes qui part faire une connerie sans vraiment être prêt, un genre de Fanboys avant l’heure. On s’est bien marré pendant trois jours, et même si avec un peu de recul le film n’était quand même pas terrible, ça reste mon expérience la plus marquante avec SWU.

5. SamaJon
 

SamaJonLes Années Staffeurs

Ça fait un moment. Plus d'une décennie... Plus de 20 ans pour les premiers staffeurs... Car ils ont dû le préparer hors ligne avant de le proposer à tous...

Petit jeu : Quelle est le lien entre :
* Un wookiee,
* Un passionné de jeux plus jeux de plateaux, d'ambiance, jeux de rôles et de figurines,
* Le photographe fou des sorties des Jedi SWU,
* Le Groupe G2 : Un groupe de joueurs de Jeux de Rôles Starwars qui est resté le plus actif sur le forum (Le G1 a dérivé sur d'autres Jeux de Rôles, le G2 aussi en gardant ces sessions Star Wars...). Le G3 a vécu qu'un petit moment, le G4 est encore à créer à ma connaissance...
* Les Groupes de Loufoques (GLF) : C'était le nom de code de groupe de Jeux de Rôles d'initiation ponctuelle. C'était en One-Shot : Une seule partie, La première s'est fait lors d'une sortie SWU au milieu d'un parc,
* Des informations pour des tournois de Starwars Miniatures sur un mois en région parisienne, en province et dans les pays francophones,
* Une centaine de liens de l'hyperespace de Star Wars Universe (partie lien des sites en rapport avec Star Wars),
* La mise en ligne de documents Multimédia pour SWU,
* Une traduction de règles en une nuit de Star Wars Miniature en collaboration avec un staffeur d'un autre site,
* Le Cascasding Style Sheet de SWU (surtout les lignes pour adapter aux divers explorateurs de l'époque),
* Les mises en ligne de plus d'une centaine de références à Star Wars proposées et/ou trouvées,
* La relecture d'un dossier sur le Jeux de Rôles Starwars,
* Un wookiee qui passe en disant à Chadax qu'il adore les liens de la base de livre mais demande quand il pourra mettre sa collection de Jeux de Rôle comme un éternel insatisfait,
* J'en oublie surement...
J'ai été l'homme de l'ombre, ma signature est peu présente sur le site et il y a une raison... J'ai aidé... À ma façon...


Je mentirais en disant que tout était rose en tant que staffeur.

Je pense au jour où le site a été quasiment perdu, et qu'il a fallu entre nous retrouver tout le contenu. Beaucoup de données ont quand même été perdues...
Pourtant, nombre des staffeurs y ont cru et ont tenu... Même devant le pire...
Et le site, malgré ces pertes, en est revenu grandi, nombre d'entre nous aussi...

StarWars-Universe.com nous a permis d'acquérir une expérience de gestion de travail entre des personnes à distance (sans s'être jamais vu pour certain).
Cela semble être "normal" à notre époque où la digitalisation bouleverse les entreprises et semble devenir un standard...
Pour les staffeurs, c'était une obligation et quasiment une habitude à avoir, voir un critère de sélection : L'esprit Google avant même qu'il soit créé.
Cela me sert encore régulièrement pour nombre de mes projets actuels.

Il faut s'imaginer des personnes, de toute la France, connectées au début entre elles par leur ordinateur du boulot et/ou de la maison avec un modem 56 Ko...
Aujourd'hui, on me fait un rappel via Facebook, j'écris ces mots avec mon téléphone dans le train et j'envoie via le réseau dans la seconde...
Alors qu'on faisait souvent 3 essais pour mettre une actualité en ligne si notre connexion n'était pas terrible...

Nos "Messenger" étaient ICQ et le forum. Il n'y avait pas de Drive car l'espace disque du site était déjà limite et tout autre support réseau n'existait pas. On perdait nos données en local... On perdait tout notre travail...
Certains Staffeurs avait même trouvés un logiciel pour optimiser la taille des images pour réduire le volume de données chargées sur le site.
Car le site pouvait être injoignable en fin de mois si trop de données étaient chargées...
Aujourd'hui, je ne pense pas que les staffeurs s'en occupent avec les gigaoctets de films et autres...

Tout cela pour dire que...
On avait une multitude de raison d'être frustrés, de s'énerver...
Pas les uns à cause des autres mais plus à cause de la conjonction de toutes ces variables...
Je vous laisse imaginer avec cela, un staffeur qui a passé une mauvaise journée, qui pouvait prendre une remarque très très mal même anodine...
Les webcams étaient une denrée rare, les communications "en direct" difficiles ou coûteuses.
On avait pris l'habitude de parler en écrivant sur ICQ ou le Forum...
Il fallait apprendre à se connaître et à se comprendre...
J'ai été la source de frustration en tant que simple jedi SWU troll et floodeur, voulant un SWU de l'internet 2.0 avant sa démocratisation...
On m'a laissé passer Staffeur car j'avais mon utilité.
J'ai personnellement eu de grosses frictions qui m'ont fait claquer la porte du staff et demander d'effacer tous les références de mon pseudo sur mes contributions...
Et j'en ai rarement fait en mon nom même quand je suis revenu.
J'étais au Staff pour améliorer le contenu du site... StarWars-Universe.com avant tout... Star Wars ensuite... Les Jeux Star Wars plus particulièrement...

Ce qui en est resté : Une super amitié, même 10 voire 15 ans après, alors qu'on ne s'est pas forcément revus...
Pourtant, on a gardé contact de la même façon qu'on travaillait ensemble, par ce lien qu'est Internet, avec des outils plus actuels : Facebook voire LinkedIn... Cela m'a permis de retrouver après 10 ans ou plus des personnes...
Pleins de "Private Jokes" entre nous, et même des codes pouvant être incompréhensibles (ex : CLW).
Résultat, cette année, suite à une simple publication sur Facebook, on a fini avec un groupe avec 15 staffeurs (anciens et nouveaux) mais aussi des anciens membres de StarWars-Universe.com pour indirectement produire du contenu pour l'anniversaire du site et s'échanger des photographies et anecdotes...

Comme quoi quand on a été staffeur... On le reste... Même un peu...


Maintenant :
Pour les courageux qui ont réussi à me lire jusqu'ici quelques petits secrets et bons souvenirs :

  • "Jedi Vs Sith" : Vers 1999, mon premier contact avec SWU est très prometteur côté du site... Mais pour le forum, argh !
    Je m'inscris pour pouvoir poser une question sur la partie Jeux de Rôles : Il ne semble pas y avoir d'activité... Mais bon, allons-y : Je poste mon message... Et dans l'heure... Je me vois floodé par des pseudo-représentants Jedi qui débattent contre des pseudo-Sith... Ils étaient tellement occupés à essayer de me faire joindre leur camp que je n'ai pas eu de réponse à ma question initiale... Comme "premier contact", il y a mieux.
    À la réouverture, c'est moi qui n'ait pas répondu à celle qu'on m'a posé...
  • Le "Teasing" avant l'heure... Mais pas franchement voulu...
    Suite aux soucis de forum, une refonte est prévue : La nouvelle version devait sortir en fin d'année 2000, en novembre 2000... Non, finalement décembre... Puis début 2001... Puis je suis revenu plus tard... En février... J'étais dans les "premiers ré-inscrits"... Soit dans les 400 premiers...
  • Le "floodeur fou"... Oui, j'ai été la bête noire du staff : Oui, je suis peut-être un petit joueur avec près de 4000 messages sur le forum... Mais quand on sait que mes postes sur les sections littérature et films ou fans sont rares... Cela fait un bon nombre de messages quand même...
  • "Trop de sorties, tuent les sorties..." : Les Jedi SWU du début du siècle ont quasiment fait pendant une époque une sortie par mois. Ils n'avaient pas forcément l'Imagin'R ou le Navigo toutes zones, ils venaient parfois de Belgique (pour attraper des pigeons parisiens)... Une année, il l'y a même eut des réunions régionales... Cela s'est calmé par la suite car cela faisait trop... Je me souviens des week-ends de réunion staff aussi, avec leurs des nuits blanches...
  • "L'accueil des nouveaux" (ou "Bienvenue chez les fous") : Le rituel était rodé le plus souvent, une personne qui s'était proposée devait le suivre... Il fallait installer l'application ICQ, il était briefé ensuite manière DRH par un ou deux staffeurs pour juger sa candidature... Normal, sauf que l'on lui peignait la réalité : "C'est bénévole... Il faut avoir beaucoup de patience... Etc..." (Je vous refais un résumé du début ?). Ensuite, quand les deux juges (en réalité quasiment tout le staff car le contenu de toute la discussion ICQ était souvent recopié sur la partie staff ou transmis par mail...) validaient l'adhésion, arrivait le bizutage : On l'invitait à un ICQ avec quasiment tout le staff pour lui souhaiter la bienvenue... L'une des "Private Joke" est que plusieurs souhaitaient la bienvenue pendant qu'un de nous répétait : "Fuis !" ou "Fuis tant que tu peux..." ou "Ce sont des fous... Fuis..." Et quand tout le monde avait souhaité sa "Bienvenue", on finissait sur un "bienvenue chez les Fous !"
  • "Spoiler" : J'étais un fervent défenseur de la balise Spoiler, parce que je n'ai jamais vu un seul Star Wars au Cinéma. Et le nombre de livres que j'avais lu se comptaient sur les doigts de la main avant de connaitre SWU, les comics encore moins... J'étais un peu l'intrus du staff, l'historique du Forum et le fait que je sois surtout fan de jeux et jeux de rôles n'ont pas aidé à mon intégration...
    De mon expérience, j'ai retenu qu'il fallait éviter un maximum les spoilers "ouverts" sur le contenu d'un film même classique ou d'un livre...
    Mon profil a fait que j'ai été dans une démarche souvent critique sur les spoilers, aussi bien sur les films que les livres...
    J'en ai pris l'habitude pour éviter de me le faire de ne pas lire les forums et news sur les films, série et livres... Oui, je ne me baladais qu'entre multimédia, Jeux et Jedi SWU...
    La blague est au final apprendre la mort d'un personnage à la fin d'un des films en lisant une news sur les cachets des acteurs du film... 
  • "Cesba sur un banc" : Il va me tuer de dire cela... Lors d'une sortie parisienne, le groupe SWU est en mouvement dans le Métropolitain Parisien et on sort de la rame, on s'approche de la sortie... Et on attend la rame suivante, car d'autres Jedi SWU était dedans.
    Au moment de redémarrer : Cesba tente de se faire entendre... Il crie mais tout le monde cherche l'origine du cri. Il est obligé de monter sur un banc et de mettre les mains en porte-voix pour se faire entendre...
    J'avais repris ce moment dans une suite perdue de l'escadron Swoo... Le Général Cesba montait sur une caisse pour se faire entendre de l'escadron sur le terrain d'atterrissage...
  • "CLW" : Content Le Wookiee, oui, je n'aime pas les Privates Jokes mais j'aime récompenser mes lecteurs. La petite histoire est née un soir sur ICQ entre staffeurs lors de l'élaboration de la Charte du Forum. Il y a eu un débat entre accepter les abréviations sur le forum, ou les refuser. Je défendais un point de vue intermédiaire : Accepter celles qui étaient acceptables ou déjà admises (Exemple : E1, Épisode 1) et mon argumentation était qu'il aurait été difficile de les retirer des forums et des habitudes. J'avais proposé de faire un dictionnaire pour les nouveaux Jedi SWU... Les Staffeurs présents sont partis dans un délire et il en est sorti un code spécifique à chaque Staffeur : Le mien était CLW.

    Enfin Bonus, étant un grand joueur je me devais de finir par vous inviter à poursuivre les "petits jeux" :
    https://www.starwars-universe.com/forum/post74918.htm
    https://www.starwars-universe.com/forum/post70215.html
6. Xximus
 

XximusTwenty Years After

Joyeux anniversaire SWU !

20 ans !

Si j’avais su que je pourrais un jour travailler pour un site dédié à Star Wars !

Car oui, recruté en tant que staffeur « critiques littérature », cette activité, fut-elle bénévole, c’était aussi du boulot ! Mais un boulot plaisir, où on pouvait lire les livres avant leur sortie, interviewer des éditeurs, et aller boire des verres avec l’équipe dans la vraie vie !

J’ai donc eu l’honneur d’apporter ma minuscule pierre à l’immense édifice Star Wars Universe. Un site qui non seulement survit au temps et à l’internet, mais qui va – et je le dis très honnêtement – en se bonifiant avec les années. 

Mais comment diable est-ce possible ?!

Allez, comme c’est un anniversaire, je vous livre la recette secrète de sa longévité – qui n’engage que moi.

Liste des ingrédients :

- 1 forum pléthorique (où vous trouverez des membres aussi amicaux et barrés que certains sujets, où vous pourrez discuter du moindre détail de notre cher univers.)
- 1 site exhaustif : où les news coulent à flot, où l’encyclopédie côtoie les fan-fictions, où les dossiers collection cohabitent avec la chronologie, où la littérature fait écho aux dossiers guitare Star Wars (oui, il y a même des dossiers GUITARE STAR WARS ! Exhaustif on vous dit !)
- 1 vraie communauté : quand on voit l’histoire de SWU, on comprend que c’est l’accumulation sans relâche des bonnes volontés des membres, des pigistes, des chroniqueurs oublieurs, des auteurs de FF, des dessinateurs, des staffeurs, qui a fait ce que le site est aujourd’hui.
- 1 grosse dose d’humour : croyez-le ou pas, mais le mot d’ordre, même chez les staffeurs, c’est de s’amuser, aussi !

Joyeux anniversaire ! :^)

<< Page précédente
Publicité