StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
Critiques de Queen's Shadow, d'Emily Kate Johnston
 
[Critique] Le roman Young Adult sur Padmé...
08/03/2019

Bonjour à tous

Cette semaine est parue aux USA (non, pas de date française, bien évidemment) le roman Young Adult Queen's Shadow, de Emily Kate Johnston, roman centré sur Padmé Amidala. Nous l'avons lu, et voici nos critiques.

D'abord, un petit rappel de la couverture et du synopsis.


Acheter sur Amazon

 

Synopsis :
Padmé Amidala a bien servi Naboo en tant que Reine, mais elle est désormais prête à démarrer un nouveau chapitre dans sa vie. La nouvelle Reine récemment élue demande alors à Padmé de servir Naboo en endossant un nouveau rôle - celui de Sénatrice. Avec l'aide de ses servantes dévouées, Padmé doit apprendre à naviguer dans les eaux traîtres de la politique et se forger une nouvelle identité dans l'ombre de la Reine.

 

La critique sans spoiler de Link

 

Oh, un nouveau roman Young Adult. Il faut dire que l’on a eu du très bon (Etoiles Perdues), du moyen (Leia – Princess of Alderaan) et du moins bon (Ahsoka) dans cette catégorie. Mais bon, une histoire avec Padmé, personnage assez sous-exploité en Littérature (que ce soit en Légendes ou en Canon) en période Prélogie, personnellement je partais enthousiaste. Ai-je eu raison ? Réponse en deux points.

 

I) Oui, une partie est pas mal

Le roman est découpé en cinq parties, d’environ 60 pages chacune. La première est très intéressante. Nous sommes quatre ans après La Menace Fantôme, Padmé vit ses derniers jours de Reine de Naboo. Ce qui est très positif dans cette partie, c’est tout le background de la vie de tous les jours de Padmé, notamment sa relation avec ses servantes et tout leur protocole de leurre, lorsque l’une d’elles prend la place de la Reine.

J’en profite pour dire dans cette partie consacrée aux points positifs du livre que E.K. Johnston fait du très bon travail de caractérisation des personnages en général, et plus particulièrement des servantes. Très peu de personnages introduits ne servent à rien, toutes et tous ont droit à leur caractérisation et leur rôle dans ce qui est écrit.

La cinquième et dernière partie est aussi légèrement digne d’intérêt avec une mission remplie par Padmé au Sénat. Là, il y a ce que l’on attendait : des manigances au Sénat, des péripéties. Seul(s) problème(s)… voir la partie 2 de cette critique.

Alors qu’est-ce que je pourrais bien trouver comme points positifs pour étoffer un peu cette partie ? La présence de deux personnages de la série The Clone Wars ? Oui, c’est positif. Mais avec du négatif en contrepoids concernant l’un des deux (là aussi, voir la partie 2). Autre chose ? Non ? On passe à la suite alors…

 

II) Non, en fait c’est nul, on s’ennuie, y’a pas d’histoire

Vous avez remarqué que je suis passé directement de la partie 1 à la partie 5 juste avant ? Pourquoi ? C’est simple : une fois que Padmé n’est plus Reine, et a accepté le poste de Sénatrice, elle se rend sur Coruscant. Et on s’attend à quelque chose, à une intrigue, à des événements… D’autant qu’on a une ou deux pistes sympathiques en filigrane. Las, il n’en est rien.

Je ne sais pas si vous êtes déjà tombé sur LCP ou sur France 3, sur la fameuse émission « Questions au gouvernement », ou sur simplement quelques débats à l’Assemblée Nationale (qui a le même rôle en France que le Sénat dans la galaxie Star Wars)… Hé ben je vous rassure, la vie d’un Sénateur dans la galaxie Star Wars est à peu près aussi chiante, monotone, et inintéressante que celle d’un député de notre chère République.

Alors oui, Padmé se rend compte que tout ce qu’elle souhaite ne va pas pouvoir se faire. Mais au-delà de ça, il se passe quoi ? Rien. En résumé : Padmé est Sénatrice, Padmé change de robe (et de coiffure) toutes les 10 pages, occasionnant 15 lignes de description à chaque fois, Padmé part en vacances, Padmé se lie d’amitié avec Bail et Mon Mothma (sauf que la raison n’est absolument pas poussée, heureusement qu’on sait à quoi ça va aboutir), Padmé déambule dans les jardins à droite ou à gauche… L’auteure essaie bien de commencer une intrigue avec l’une des suivantes, mais là aussi c’est survolé, superficiel, alors que le potentiel était là. Nous avons droit à trois parties, soit environ 180 pages, d’ennui.

J’ai parlé auparavant de la 5ème partie. Padmé, enfin, mène une mission pour laquelle elle a obtenu l’aval du Sénat : en gros, sauver une planète qui a subi une catastrophe naturelle. Les soucis, c’est qu’encore une fois, c’est survolé, superficiel. Pourtant, le potentiel est immense, l’occasion de développer cette intrigue sur davantage de pages était très belle… Mais non. Même la Jedi présente pour l’occasion ne sert à rien, et c’est vraiment dommage car ce n’est pas une Jedi que l’on voit tout le temps.

Pour terminer, les obstacles des liens avec The Clone Wars. L’un des deux personnages issus de la série a, lors de deux pages, une mini-intrigue inachevée. Si vous avez vu The Clone Wars, aucun souci, vous connaissez la suite. Si vous n’avez pas vu la série, certes vous ne saurez pas que ce personnage vient de celle-ci, mais vous aurez une fois de plus un goût d’inachevé.

 

Conclusion :

Une fois de plus, Lucasfilm nous offre un média du nouveau canon lié à la Prélogie pas forcément raté, mais très en deçà des attentes et de ce qu’il était possible de faire avec le personnage et la période. Le style d’écriture et le background appréciables ne rattrapent malheureusement pas un ennui trop présent. A titre de comparaison, les romans Leia – Princess of Alderaan et Ahsoka apportaient beaucoup plus.

Note : 50%

 


 La critique sans spoiler de Lain-Anksoo

Au terme de son deuxième mandat, la nouvelle Reine de Naboo demande à Padmé de devenir Sénatrice de son monde (Y a-t-il une passation entre Padmé et son ou sa prédécesseur ? Non aucune). L’ancienne reine accepte avec honneur cette charge et rejoint Coruscant pour exercer cette fonction quand tout à coup…

 

Vis ma vie

Quand tout à coup rien. Ce roman ne possède aucune intrigue au sens large. Il est découpé en cinq parties qui sont littéralement : Padmé cesse d’être la Reine, Padmé rejoint le Sénat, Padmé se fait des amis, Padmé part en vacances, Padmé fait passer une loi, Epilogue sur sa mort 8 ans plus tard, FIN.

L’ultime partie est la seule qui, le temps des cinquante dernières pages, créé une petite histoire sur une crise planétaire, planète dont le sénateur vient demander de l’aide mais la méchante Fédération du Commerce refuse. Mais comme je le dis ça tient en cinquante pages et clôture juste le livre, sur un fort sentiment d’accomplissement pour Padmé. Bien sûr, ce sentiment est important car il justifie que la sénatrice soit encore à ce poste pendant l’Episode II, pour continuer à faire avancer les choses dans le bon sens, mais le reste du livre est incroyablement vide.

Finalement ça raconte juste la vie de l’ancienne Reine pendant sa première année au Sénat, ni plus ni moins. Ça reste intéressant de la voir se faire des amis et prendre ses marques, mais au bout de deux cents pages on se lasse un peu.

 

Un étrange sentiment

Ça en devient lassant mais comme je l’ai dit, au bout de deux cents pages pour un roman qui en fait moins de trois cents.

C’est dur de mettre des mots sur ce sentiment mais d’habitude un roman sans histoire m’ennuie profondément (le premier Battlefront ou Gardiens des Whills par exemple) mais ce ne fut pas le cas ici sans que je sache vraiment pourquoi. D’accord ce livre ne raconte rien, ok on passe plus de temps à lire des séances de maquillage et d’habillage de Padmé que des joutes sénatoriales, mais je ne sais pas, je n’ai pas trouvé cela dérangeant.

Je me suis dit que ça vient peut-être de l’écriture qui est plus fluide et légère que la soie faisant que notre lecture avance toute seule sans qu’on ne se rende compte qu’on vient de lire deux cent pages. Et finalement quand on vient à s’ennuyer de ce vide, l’autrice nous amène en vacances sur Alderaan et c’est toujours un plaisir de voir Breha Organa, pour ensuite finir sur une mini-intrigue menant à la première loi de Padmé au Ssénat. Autant dire que les cent dernières pages sont elles aussi lues d’une traite.

Enfin, la raison qui fait qu’étrangement on accroche au livre n’est-elle pas sa principale originalité ?

 

Un livre féministe ? Peut-être, et alors ?

Et si on accrochait justement car le casting, majoritairement féminin, rend ce roman attachant ? Il s’agit d’un roman mettant en scène des femmes, un très grand nombre de femmes, et qui est surtout écrit par une femme. Qui de mieux qu’une autrice pour écrire sur Padmé mais surtout sur toutes ses suivantes ? Si jamais vous avez voulu en savoir plus sur chacune des filles en capuche orange qui suivent la Reine de Naboo dans la Menace Fantôme, ce livre est fait pour vous !

De même il est intéressant de voir, une fois Padmé sur Coruscant, comment des personnages comme le capitaine Panaka, pas forcément un bon bougre (lire Leia Princess of Alderaan pour en apprendre davantage) est remplacé par sa femme LA capitaine Panaka. De même quand viendra l’heure pour la sénatrice de constituer son bureau sénatorial, ayant l’expérience de ses suivantes c’est naturellement qu’elle le composera majoritairement de femmes. Absolument rien de choquant dans tous ces choix, comme le reste du livre tout fait sens et rien ne semble avoir été fait exprès.

A cependant une exception près. Comme je l’ai dit peut-être que ce livre se veut féministe ou peut-être pas, ce n’est pas important tant que rien ne semble forcé ou artificiellement fait. Mais je dois dire qu’une scène en particulier, qui traite du consentement, n’est absolument pas introduite, ce qui n’est pas forcément un reproche vu la spontanéité de la chose, mais la réaction de Padmé face à cet acte ne sonne pas juste, d'une part car elle ne lui ressemble pas et d'autre part car les dialogues et pensées de la sénatrice semblent à la lecture maladroits.

Je suis d’accord pour dire que ce message mérite d’être traité dans des œuvres tel que Star Wars, mais là où tout le livre semble en harmonie, cette scène sonne faux. J’espère qu’elle ne sera pas préjudiciable auprès de certains lecteurs, comme Wendig a pu l’être auprès des siens avec ses gros sabots.

 

Les plus :
- Une lecture harmonieuse à une fausse note près
- Les suivantes de Padmé en pleine lumière
- La conclusion
- Vis ma vie de sénatrice
- Références multiples notamment à TCW

Les moins :
- Aucune histoire
- Un ennui progressif
- Une fausse note qu’on espère non préjudiciable

Note : 61%

 

Voilà pour nos critiques, on attend vos commentaires sur les forums.

Parution : 08/03/2019
Source : Le staff !
Validé par : link224
Type : Critique
On en parle sur nos forums
 
Les 10 premières réactions (voir toutes les réponses) :
  • 08/03/2019 - 19:08
    Nos critiques à Lain et moi : https://www.starwars-universe.com/actu- ... nston.html :)

    En gros, avis mitigés, même si on reconnait les mêmes points positifs. Par contre en négatif, on ne parle pas de la même chose en négatif, c'est intéressant du coup :oui:
  • 08/03/2019 - 19:28
    Merci pour la double critique, mais j'attaque les questions spoilers :transpire: :
    A qui Padme succède-t-elle en tant que sénateur du secteur Chommell ? Et de quelle planète viens-t-il ?
  • 08/03/2019 - 19:37
    On ne sait absolument pas !
  • 08/03/2019 - 19:39
    Lain-Anksoo a écrit:On ne sait absolument pas !


    Si si...

    Réponse en spoiler.
    Spoiler: Afficher
    Une femme nommée Oshadam : https://starwars.fandom.com/wiki/Oshadam
  • 08/03/2019 - 19:40
    Merci :) .
  • 08/03/2019 - 19:40
    Je lis beaucoup trop vite ma foi
  • 08/03/2019 - 19:50
    Donc pas de Janus Greejatus sénateur entre TPM et AOTC dans le nouveau canon ? :(
  • 08/03/2019 - 20:01
    Je vois que y en a qui ont suivi :lol: .
  • 08/03/2019 - 20:20
    Lu la critique.
    Padmé est un personnage que j'apprécie et j'adore les intrigues politiques. Donc dommage de rater cet aspect. Je passe donc.

    Pour reboucler sur un débat du chat, j'ai l'impression que "young adult" semble être l'étiquette pour "peu consistant et simpliste", comme si young signifiait bête et pas exigeant, un peu comme "jeunesse". Alors qu'ado et jeune adulte sont plutôt un public qui lit et qui est exigeant.
  • 08/03/2019 - 20:25
    Je vous trouve étrangement généreux dans vos notes pour une fois. Je retiens clairement que je ferais l'impasse sur ce livre. :neutre:
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir poster un commentaire.
Merci de votre compréhension.
Proposer une actu
 
 Vous avez une information concernant l'Univers Star Wars que vous voulez partager avec d'autres internautes ?

Vous pouvez nous la proposer facilement : cliquez ici !
Publicité