StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Introduction
 
Ce tutorial a été écrit par Akira94 (www.501st.fr). Merci à lui.

Akira94 - TK3368
2. Le kit
 
Akira94 - TK3368Sur le web, on trouve des kits de stormtrooper en ABS (Américain et Allemand). 

Je me suis acheté un kit américain chez Edward Pugia (TK-720). L’assemblage de ce kit n’est pas complexe, mais la connaissance des porteurs d’armure m’a été d’une grande utilité. Je remercie Thex et TK-9999 pour leurs conseils judicieux. J’ai apporté des modifications afin d’être le plus à l’aise dans l’armure. Cette armure se porte sur un body noir (danse bolchoï).
3. Le casque
 
C’est la partie la plus longue à réaliser de l’armure de stormtrooper. Le droit à l’erreur est interdit. Pour certaines parties, nous aurons besoin d’une colle ABS, livrée avec le kit. Cette colle mélange les surfaces ABS mises en contact, rendant toute séparation impossible après 24 heures.

Le casque est composé de 8 pièces en ABS.

La première est la face avant. Sur cette partie il faut y faire deux trous pour les systèmes d’aération des Stormtroopers. Pour faire, n’utilisez pas une perceuse, mais une pince coupante. Il suffit de couper un petit téton à l’intérieur.

Il y a un trou de chaque côté, au niveau des oreilles. Là, la petite perceuse s’impose.


L’arrière a lui aussi deux trous au niveau des oreilles.

Ces 4 trous servent à relier ces deux pièces principales du casque.


Les deux voies d’aération sont en réalité des extrémités de robinets !

Un autocollant noir entoure la partie chromée.


Le haut du casque est la partie charnière du montage. Repérez bien l’avant de l’arrière.


Un serre-tête est livré avec le casque, mais son insertion est spéciale.

Dans un premier temps, essayez-le, afin de le régler !


Ensuite, comme sur la photo, il faut coller les supports du serre tête avec la colle ABS !

Soyez patient à cette partie du montage.

Ne mettez que la colle nécessaire, pas de surcharge, sinon vous risquez de faire fondre l’ABS. La colle ABS mélange les deux surfaces, et une fois collées, elles sont indécollables (fondues entre elles).

Attendez 24 heures avant d’essayer le serre-tête avec le dôme !


Ces 3 parties sont à peindre.

La plus à droite est à peindre entièrement en noir et les deux autres en gris.

Pour les coller, utilisez le pistolet à colle thermique.


Les lentilles sont à installer avec le pistolet à colle thermique. Posez la lentille sur son emplacement, et par vague, consolidez l’espace entre le casque et la lentille. Pour une lentille, comptez 1 heure de travail au moins !

Sur cette photo, vous pouvez apercevoir les 2 vis qui maintiennent les parties principales du casque.


Pour maintenir ces deux parties, une troisième est nécessaire : un jeu de deux écouteurs.

Il faut là aussi percer deux trous. Ils sont repérés sur les écouteurs par deux petits enfoncements.


Pour le casque et le détonateur thermique, un jeu d’autocollants est fourni. Soyez patient lors de la pose de ces derniers.

Les deux autocollants chromés servent au détonateur thermique.


Au final, après avoir mis les autocollants et la bande de mousse (bandeau noir au dessus des lentilles), vous obtenez ceci !

Il n'y a plus qu'à y installer deux petits ventilateurs à l’intérieur et un kit voix (photos et montage dans un futur proche).


Le kit voix est nécessaire pour parler, car la voix est étouffée par le casque !

4. Les gants
 

J’ai opté pour des sous-gants moto.

J’ai cousu un velcro noir sur le gant.

Sur le protège-main, j’ai mis un velcro autocollant !

Sur la partie velcro cousue du gant, posez y le velcro blanc, retirez la protection de la surface collante.

Chaussez le gant, et posez le protège main au dessus.

Ainsi, les 2 parties se juxtaposent correctement.

Le résultat final.

5. Le détonateur thermique
 

Il se compose de 5 pièces ABS, deux sont peintes en gris. Pour coller l’ensemble, utilisez le pistolet à colle thermique.

Les deux bandes velcro permettent de fixer le détonateur à l’arrière de la ceinture.

6. La ceinture abdominale
 

Elle se compose de 3 pièces :

  • 2 lames plates en ABS souple (fragiles).
  • Une face avant (cartouchière)

Des bandes velcro à l’intérieur permettent de fermer la ceinture.

Deux bandes velcro sont mises à l’extérieur afin d’y accrocher le détonateur thermique.

Des bandes velcro, plaquées à l’intérieur, permettent de maintenir la ceinture sur la plaque abdominale avant (voir plus bas).

7. La plaque abdominale avant
 
Pour les coques avant et arrière, j’ai opté pour le système des boutons pressions. Les velcros étant inadaptés pour une armure en mouvement (chute d’épaulière, etc ...).

Pour ce faire, j’ai pris des plaques de plastique blanc, que j’ai percées pour y poser des boutons pression avec une pince appropriée.
Après j’ai collé l’ensemble sur les endroits voulus !

Dans ce tutorial, tout rond bleu O représente un bouton pression où un ruban élastique y est rattaché. Un rond rouge O c’est un bouton pression avec un ruban tissu non élastique.

Sur la face avant, il faut faire 9 trous prédéfinis.
Ceux sont des dessus de boutons pressions noirs fournis avec le kit.

On les place dans les trous, et à l’arrière on les fixe avec le pistolet à colle thermique.

La zone bleue, c’est là que ressortent les extrémités des boutons mis en façade (côté colle).

A ces 3 boutons pressions, on y raccorde des rubans élastiques.
Au niveau de la coquille, j’ai enlevé le rectangle de 6 cm de long et 2,5 cm de large (partie rouge de la photo).

Pour enlever cette partie, prenez un cutter et tracez une veine arrondie. Puis délicatement, pliez le plastique et une cassure nette apparaîtra.

Ces bandes velcros (zones bleues), servent à accrocher la ceinture abdominale.

Les velcros vert servent à y attacher les déflecteurs suspendus à un ruban élastique (rectangles blancs).

Les velcros rouges servent à y suspendre les jambières (ruban non élastiques).

8. La plaque dorsale arrière bas
 

La partie arrière a eue, elle aussi, une petite modification.

J’ai arrondi les arètes vertes pour plus de confort et éviter qu’elles me rentrent dans le dos (avec un cutter).

Sur cette photo, vous apercevez les rubans élastiques qui servent à maintenir les deux coques.

 
9. La plaque pectorale
 

La plaque pectorale se rattache à la plaque dorsale par deux bretelles en ABS.

Les attaches (boutons pressions rouges) servent à assurer une sécurité de maintien entre les pièces.

Le velcro pour ces parties est défaillant !

Sur le bouton pression en bleu est accroché un ruban élastique, ce dernier permet de maintenir la plaque sur la coque ventrale.

Pour les bretelles des plaques avant et arrière, j’ai percé un trou par lequel un bouton pression est installé !
Il faut le placer vers l’intérieur (voir les deux photos suivantes).

Le bouton pression du milieu permet de maintenir l’épaulière.
Le velcro (zone verte) permet d’accrocher le velcro posé sur la plaque dorsale.

A noter que la bretelle ABS avant a été collée avec le pistolet à colle thermique (après avoir installé le bouton pression !).

Le ruban est plus long d’un côté, c’est pour pouvoir défaire le bouton pression plus facilement en tirant dessus.

10. La plaque dorsale
 

Les boutons pressions en rouge sont rivetés à la plaque dorsale.

Les boutons pressions bleus sont fixés sur des plaques plastique, qui sont ensuite collées à l’intérieur de la coque.

Les velcros (zone verte) permettent d’accrocher les bretelles ABS (où une bande velcro inverse est collée).

11. Le brelage
 

Pour tenir les deux coques du bas, j’ai opté pour un brelage. Du ruban de 2 cm de large et des attaches parachute.

Sur la photo, le côté droit correspond à l’arrière, les deux attaches parachute se trouvant sur le devant.

Plan du brelage (à venir).

Partie arrière. Le dessin rouge représente les pièces qui permettent de passer les sangles.

Une autre vue du brelage arrière.

La partie avant du brelage.

12. Epaulières et brassières
 

L’épaulière est maintenue sur la bretelle ABS par bouton pression. Un élastique passe autour de la brassière pour maintenir l’épaulière.

Une bande velcro maintient la brassière, afin qu’elle ne descende pas seule.

La brassière se compose de deux pièces, maintenues par les bandes velcro aux jointures.

13. Avant-bras
 

L’avant-bras est comme la brassière, c'est-à-dire en deux pièces maintenues par un velcro.

L’avant-bras et ses deux composantes.

Pour éviter que cette pièce flotte autour du bras, il est conseiller d’y ajouter de la mousse à l’intérieur.

14. Jambières
 

Toujours en deux pièces, avec bandes velcro.

Dans le cas où la jambière ne peut se fermer, vous pouvez prendre un morceau de skaï blanc sur lequel vous cousez des bandes velcros. Cette pièce permet de rattraper le jeu.

Dans le cas inverse, comblez avec de la mousse.

La pièce en question.

Pour la jambière droite, une pièce se place en arrondi au bas de celle-ci. Assemblez les deux pièces principales, donnez la forme arrondie à la pièce du bas (patience et délicatesse !!).

Puis rivetez ! Un peu de peinture blanche sur le rivet et l’affaire est jouée !

Le velcro préconisé n’a pas tenu ses promesses pour cette pièce (perte assurée).

15. Les protège-tibias
 

Les protège-tibias sont eux aussi à la base constitués de deux pièces, maintenus par un velcro.

Sauf celui de gauche, qui reçoit un protège genou.

Je l’ai riveté, comme suit, sur un seul côté.

Le rivet ne pouvant suffire, j’ai collé les deux pièces à l’aide du pistolet à colle. Ceci assure un bon maintien de la pièce !

L’ensemble du protège tibia gauche.

16. Les déflecteurs
 

Ils sont suspendus par un ruban élastique à la plaque ventrale (système velcro).                   

17. Les bottes
 

J’ai pris des chaussures de danse (style claquette). J’ai rajouté deux pièces de skaï pour rallonger les bottines (trop basses, et les bottines rentraient en conflit avec le rebord du protège tibia).

<< Page précédente
Page suivante >>
Publicité