StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Introduction
 
24/01/2016, mis à jour le 24/01/2016
Un nouveau tutoriel, pour coller à la sortie de l'Episode 7. À savoir le capitaine des stormtroopers du Premier Ordre : Capitaine Phasma.
Ce costume, en cours de réalisation (je précise), va utiliser deux méthodes de cosplay, le pépakura (certes de façon détournée) et le PVC expansé.
Le pépakura est une technique utilisant une base de pliage à la manière des origami, puis une fois l'armature papier terminée, on recouvre le papier de résine et de fibre de verre, on ponce, on ponce.... et on peint !
Enfin le PVC expansé permet d'avoir un rendu 'armure lourde', pour un poids très limité. Et, avantage, il se thermoforme !!!

Mais entrons dans le vif du sujet !!
2. Casque
 
24/01/2016
                                                                   



Ingrédients :

Dans un premier temps il vous faut (ça fait recette, je suis un chroniqueur culinaire raté) :
- Une planche à découper
- De la colle en gel (bannissez les sticks et les liquides, les uns ne collent pas et les autres sont trop absorbées par le papier)
- Du papier, minimum 180g mat. Vous trouverez cela dans des magasins de fournitures de bureau.
- Un scalpel. Pour ceux qui, comme moi, ont la chance d’avoir de la famille qui bosse dans la médecine, rien de tel qu’un scalpel de chirurgien (précis et maniable). Sinon un scalpel de chez Casto fera l’affaire. Au pire des cas un cutter ou une paire de ciseaux
- Des pansements, au cas où ledit scalpel serait un peu trop gourmand en viande
- Le freeware Pepakura Viewer (téléchargeable ici)
- En tapant sur Google, le casque, voire l’armure que vous souhaitez, suivi de "pepakura", vous trouverez forcément votre bonheur. L’extension du logiciel est .pdo
- De la musique. Ce qui peut aider à ne pas s’énerver parfois !
Vous avez tout ? Fort bien, nous allons passer à la seconde étape

Le logiciel :


                                     

Le logiciel est super simple d’utilisation. Il y a juste quelques ajustements à faire parfois pour éviter de se retrouver avec un masque pour Hutt. Bien regarder en bas les dimensions. Un rapide coup d’œil du casque fini sur la gauche et les différentes feuilles sur le côté. En cliquant sur la pièce au détail, vous aurez son emplacement sur le casque, ainsi que les pièces avec lesquelles elle est liée.
Une fois les feuilles imprimées vous avez fait... le plus facile !



Coupure, pliage et charcutage :

Il faut savoir que les pièces sont toutes numérotées à l’image de celle-ci :



Vous aurez vite compris que cette pièce va avoir une partie qui va être collée sur la pièce numérotée de 518 à 254, et reposera sur la pièce de 787 à 793. Une fois découpée, je vous invite à mettre une entaille dans toutes les parties pliables, pour faciliter leur pliage et donc leur collage. La norme dans le pépakura veut que, lorsque que vous avez une ligne de ce type "-----" l’arête de pliage doit être à l’extérieur, et quand la ligne est de ce type "_ . _ . _" l’arête doit être à l’intérieur.

Ensuite, deux théories s’affrontent dans la réalisation du masque : soit vous commencez par les pièces 1 et vous continuez par ordre croissant...

...Soit vous y allez de manière plus pragmatique, ce que j’ai fait. À savoir par le sommet du casque. Pourquoi je préfère cette méthode ? Vous ne me posez pas la question mais je vais y répondre quand même ! Tout simplement car les formes (parfois complexes) du « visage » seront plus faciles à poser du fait des contraintes qui seront déjà établies par le dôme du casque.
On en profite pour remarquer que ce n’est pas au millimètre près. En effet, une fois fini, le casque est destiné à recevoir un enduit pour le solidifier. Enduit qu’on poncera pour gommer les imperfections.


Pour les parties toutes noires, et les masques des divers Stormtroopers en sont bien garnis, ne pas hésiter à jeter un coup d’oeil sur Pepakura Designer, pour savoir comment les plier... Je dis ça en connaissance de cause, je me suis planté !


C’est tout pour la partie pliage et réalisation. Pour la partie collage, c’est tout con, le gros avantage de la colle en gel c’est que vous avez un petit temps d’application avant que ça ne colle bien (par contre une fois collé...). Ne pas hésiter à être généreux sur les doses !

Petite astuce, pour les pièces assez fines, comme celle-ci : ne pas hésiter à les faire à part pour éviter de les déchirer en les collant au cas par cas. C’est tout à fait subjectif mais bon...




Conclusion et ouverture (toujours dans un style pompeux !)

Il faut compter quelque chose comme une cinquantaine d’heures pour finir l’armature du casque. Au final on a quelque chose qui ressemble à cela (vue intérieure/extérieure).
L’armature est assez solide, tout en gardant un minimum de flexibilité pour pouvoir travailler dessus. Je vous invite aussi à remettre quelques points de colle là où des écarts se seraient formés, mieux vaut trop que pas assez !
Et comme je vous le disais, le pépakura est destiné à être une armature pour un masque fait d’un enduit à partir de résine que l’on applique, et que l’on ponce ensuite jusqu’à avoir la forme parfaite. Ce ne sera pas mon cas, car cette méthode doit se faire dans certaines conditions, que je ne remplis pas. Ainsi je vais recouvrir ce casque de Worbla (un alliage PVC/Bois) thermoformable qui épousera sa forme. Mais ça sera pour un second tuto.

En espérant que la lecture de ce tutoriel vous a été agréable et que la réalisation de ce tutoriel le sera aussi, je reste à votre disposition pour vos questions, insultes, remarques, photos complémentaires...



Voila, vous avez fini de faire vos origamis ? Passons au choses serieuses !

Structure du Casque : 

Les ingrédients pour cette partie :

- Worbla « noir »
- Worbla transparent, ou PVC transparent
- Film solaire pour vitres de voitures, ou visières de moto
- Un décapeur thermique, si vous n’en avez pas encore un, investissez !
- Scotch de carrosserie
- Cutter ou ciseaux
- Coté insolite deux clés Allen, (petit et moyen diamètre)

 

Petit point sur le Worbla.

Qu’est-ce qui se cache derrière ce nom emprunté à un garde Weequay ? C’est un plastique thermoformable. Mais pourquoi ne pas prendre du PVC classique, me direz-vous ? Il est, tout simplement, plus facile à plier que le PVC classique, mais il est aussi plus léger ; rappelons que c’est votre tête qui le portera, autant la ménager. Les deux qui vont nous intéresser ici sont, le Worbla noir, et le Worbla transparent.

Le Worbla noir a la particularité d’avoir un côté lisse, contrairement au Worbla classique. Cela vous évite donc de passer par la case ponçage. Et  sa petite épaisseur (2mm), le rend très malléable, facilitant ainsi la réalisation du casque. 

Le Worbla transparent va nous servir à faire la visière, il est plus épais et celui-ci ne colle pas sur lui-même. Il peut être remplacé par du pvc transparent classique. J’ai vu sur internet des gens utilisant des bouts de bouteilles en plastique….. Je suis assez sceptique sur la chose, mais pourquoi pas.

 

Au boulot :

J'ai commencé par faire les patrons sur la structure pepakura, de chaque pièce, puis j’ai découpé une forme équivalente sur le Worbla. Une fois la pièce plane, il suffit de la chauffer (mon décapeur thermique était réglé sur une température de 200°). Le Worbla est à température quand il brille légèrement et qu’il est flexible. Une fois la pièce chaude, je l’ai appliqué directement sur le casque en pepakura pour qu’il épouse la forme. Afin de ne pas vous brûler en attendant que la pièce refroidisse, scotchez les différentes extrémités au casque. Utilisez pour cela du scotch à carrosserie, ou un scotch facilement repositionnable, afin de ne pas marquer la pièce. Une fois la pièce froide, retirez-la du pepakura (le modèle servant uniquement pour donner la forme de vos pièces en Worbla).


 

Pour les gros reliefs, comme c’est le cas sur cette photo, j’ai chauffé les deux pièces, puis je les ai collées ensemble… Comment me direz-vous ? Question pertinente, vous suivez c’est bien ! Eh bien : sans rien ! Le Worbla se colle sur lui-même sous l’effet de la chaleur ; il suffit donc de chauffer les deux parties, puis de les joindre. Attendez un temps en maintenant les deux pièces afin que l’ensemble refroidisse. Si la jointure vous semble fragile, retournez la pièce puis appliquer un renfort en Worbla.

 Photo prise de l'intérieur, au même endroit que la précédente

Petit astuce concernant cette pièce :

au passage, on notera que je me suis planté dans le sens de la pièce !


Les deux « trous » ont été percés avec une clé Allen… Tout simple : vous chauffez la pièce, vous l’emboutissez à l’aide de la clé Allen, et vous aurez votre forme. Retournez la pièce, entourez le trou d’une petite bande de Worbla, et refermez avec le reliquat de la pièce emboutie. Vous apercevez la pièce vue de l'intérieur sur la photo juste au dessus.


Pour les reliefs plus fins, comme les rainures sur le casque par exemple,  c’est un poil plus long.


C’est l’épaisseur du Worbla qui fera le décroché. Comprendre par là que j’ai découpé la pièce en 4 morceaux (de 1 à 4 sur l'image), reliés par la suite avec une bande de Worbla par-dessous. C’est assez simple (juste un peu long), n'hésitez pas à marquer au crayon l’ordre des pièces, ça vous évitera quelques erreurs !

Pour terminer, les rebords du casque. Afin de créer du volume et de solidifier le casque, j’ai fait courir une bande de mousse épaisse de 0.5 cm sur 2 cm de haut. Bande recouverte et collée encore une fois par du Worbla

Si vous avez des points, concernant la réalisation des différentes pièces, que je n’ai pas abordés, n’hésitez pas à poser votre question sur le forum !

 

Sous couche et peinture : 

Ingrédients :

- Colle à Bois, ou Plasti Dip
- une Bombe d’apprêt
- une bombe Argent (de la même marque que la bombe d’apprêt pour éviter toute incompatibilité)
- Deux ou trois pinceaux d’épaisseurs différentes et un pinceau en fin de vie.
- Un pinceau large (privilégiez avec poils synthétiques… c’est pour étaler la colle à bois !)
- Une brosse à dent en fin de vie
- Tube de peinture 3D noire
- Tubes de peinture acrylique, noir et brun. Pour info j’ai utilisé deux noirs différents
- Verni Brillant

 L’alternative à la colle à bois :

Vous allez le voir dans la suite de ce tuto, j’ai utilisé de la colle à bois pour apprêter le casque. Mais vous pouvez aussi utiliser du Plasti Dip. C’est vendu en bombe, c’est aussi plus cher que de la colle à bois, mais le rendu est un cran au-dessus. Je n'en ai pas utilisé car j'ai appris l'existence du Plasti Dip que récemment...

 

Sous couchage et bombe.

Afin d’avoir un aspect encore plus lisse et aussi de renforcer la structure, j’ai recouvert l’intégralité du casque de colle à bois. Pourquoi de la colle à bois me direz vous ? C’est encore une très bonne question, ca fait plaisir d’avoir un tel auditoire… ou lectorat. Ceci dit, je ne sais pas trop pourquoi, sans doute parce que ça solidifie l'ensemble. Pour l’application, humidifiez légèrement votre pinceau, puis donnez de grands coups de pinceau afin de limiter les coulures. Si vous en avez fait, ce n’est pas grave, il suffit de mouiller son doigt et de le passer aux endroits voulus : vous allez faire une sorte de « glaçage » faisant disparaître coulures et autres coups de pinceau, comme sur la photo. Renouvelez l’opération deux ou trois fois afin d’avoir une sous couche homogène.


 Je vous rassure la colle à bois devient incolore en sechant

Vérifiez bien après chaque couche que votre pinceau n’a pas laissé un ou deux poils sur le casque. Retirez-les à la pointe d'un cutter ou d'un scalpel.

Avant de passer la bombe d’apprêt, attendez bien 24h que la colle soit sèche à cœur, pour éviter tout « cloquage ».  Apprêtez et peignez à la bombe chrome : comptez trois couches. En règle général, je trouve que les bombes qui ont un spécifique (effet chrome, mirroir, ou martelé). Prenez garde lors de la manipulation du casque...

Pour l’apprêt je pense avoir fait une erreur, j’ai utilisé une bombe d’apprêt blanche. Je pense qu’il aurait été préférable d’utiliser du noir, afin de renforcer la teinte chrome. N’étant pas super satisfait de mon rendu, je me suis renseigné sur les différentes bombes chromes ou les méthodes employées ici et là. Si vous avez un bon portefeuille, vous pouvez vous procurer de la bombe chrome de carrossier, qui se pulvérise à l’aérographe. Sinon, j’ai vu au détour du web, un autre costume de Phasma sur lequel la personne avait passé une couche de noir métallisé avant de passer sa bombe chrome, renforçant l’effet miroir de celui-ci.

 
Fraichement peint... et dire qu'il va finir dans un conduit à ordure...

Apres cet interlude sur la bombe chrome à travers le monde, passons aux détails. Il vous reste à peindre en noir l’entourage de la visière. J'ai utlisé de la peinture acrylique, c'est facile d'utilisation et ça sèche très vite ! Pour la bouche, vous remarquerez qu’elle est plus petite que l’originale. N’ayant pas la place de coller du grillage, je me suis orienté vers de la peinture 3D, essayant de reproduire les alvéoles du masque, avec plus ou moins de réussite, mais le rendu est là. L’utilisation de la peinture 3D revient à dessiner à main levé, avec l’impossibilité de revenir en arrière.  Si vous êtes sûr de vous aucun soucis, sinon n’hésitez pas à faire un tracé au crayon de bois afin de vous guider.

Petit zoom sur le reliefs.


Vieillir votre casque :
Ça y est votre casque est terminé !!....Ou pas ! Si vous voulez un casque sorti des usines d’armement impériales, oui il est fini. Mais si vous préférez débarquer de la dernière bataille, ou du conduit à ordure, il va falloir le patiner. Pour cette dernière partie, j’ai utilisé un vieux pinceau (comprendre par là que vous allez le maltraiter), et une brosse à dents (usagée cela va sans dire). Ayez sous la main aussi un chiffon. Trempez légèrement le pinceau dans la peinture, essuyez-le sur votre chiffon, puis tapotez dans les angles et les différents interstices du casque, afin de lui donner un aspect vieilli. L’idée étant de faire du subtil. Le processus est très répétitif, mais je trouve que le rendu est chouette. Pour les parties plus grandes, je suis passé au pinceau dans les angles, puis j’ai essuyé au doigt par la suite, ainsi seules les traces noires dans des endroits inaccessibles sont restées.

Oh ! encore un détail pas "accurate", en effet la partie inférieure aurait dû être arrondie,
tant pis, le premier qui me fait la remarque se prend un coup de rayon paralysant !


Pour les projections, j’ai rajouté du brun mêlé au noir, donnant un rendu brûlé que je trouvais sympathique. Pour la projection c’est tout simple : trempez votre brosse à dents dans la peinture, et projetez la peinture en passant à rebrousse-poil votre pouce sur la brosse. Attention, la projection balaye un large rayon d’action, du casque à votre mur, soyez donc prudent ! Toutes ces techniques se corrigent ou s’effacent très bien : c’est de la peinture quasi sèche ! Si cela ne vous convient pas, vous mouillez légèrement l’endroit et vous essuyez ! Ni vu ni connu. C’est une technique qui m’a demandé beaucoup d’adaptation : j’ai commencé  en faisant quelque chose de moche (car trop peu subtil), puis petit à petit on s’améliore !


cliquez pour un zoom sur la brûlure du Blaster

Une fois que la patine de votre casque vous convient, vernissez-le et c'est fini .............. Attendez... Mettez-le pour voir ?
Oui, il vous manque la visière !!!! Pour ce faire, dessinez votre patron sur le casque en pepakura ; prévoyez un rebord d’environ 1cm que vous rabattrez sur le casque. Vous découpez votre film solaire, et vous l'appliquez à grand renfort d'eau et de savon, pour éviter toute bulle d'air. Vous la ferez tenir en la plaquant avec du Worbla noir sur le reste du casque. Le Worbla transparent ne collant pas sur lui-même (ni sur rien d'ailleurs). 

 
Vue Interne de la visière



Et c'est ENFIN fini !

Merci d’avoir lu ce tutoriel jusqu’à la fin, n’hésitez pas à réagir sur le forum

3. Conception des patrons pour les plaques d'armures
 
24/01/2016
 
Ingrédients :

- Du film étirable, je vous conseille le premier prix (inutile d’avoir quelque chose d’ultra résistant qui passe aux micro-ondes !). Et par la même occasion achetez-en deux !
- Du scotch de carrosserie / scotch de masquage. Vous en trouverez dans des magasins de bricolage, ou des magasins d’accessoires auto. Prévoyez deux rouleaux
- Un marqueur, idéalement deux de couleurs différentes
- De la souplesse. Clairement ça passe sans, mais vous allez douiller !
- Une base de photos conséquente de l’armure du personnage choisi. L’avantage de Phasma c’est que son armure n’est ni plus ni moins qu’une armure de Stormtrooper du Premier Ordre, avec quelques améliorations. Hésitez pas à taper du côté des figurines aussi, on y pense pas souvent mais une figurine ou même des jouets permettent d’avoir une très bonne idée et en 3D du personnage
- Des ciseaux (idéalement bout pointu) ou un scalpel
- Un polo assez fin et proche du corps, et un legging (mmmm you touch my tralala)
- Une glace (la plus grande possible). Et je parle du miroir pas du dessert !
- Une personne de disponible. Si possible assez proche, car la vision qu’elle aura de vous... Enfin bref je n’ai rien dit !
- Du scotch & des feuilles de brouillon



Déroulement

Suivant ce que vous souhaitez faire, enfilez le polo ou le legging. Mais pourquoi me demandez-vous ? Eh bien tout simplement car vous aurez des patrons au plus proche des pièces définitives au niveau des tailles, et vous n’aurez pas à subir les épaisseurs des jeans ou pull, qui viendraient fausser la taille des patrons !

Donc vous enfilez votre legging, vous vous trouvez con ! Et ensuite vous entourez la partie désirée de film étirable. Puis vous recouvrez cette même partie de scotch de carrosserie. Et à la lumière des différents clichés ou figurines que vous avez, vous dessinez la pièce d’armure voulue avec un feutre. N’hésitez pas à vous faire aider pour les parties de dos, ou le cas échant à vous contorsionner en vous regardant dans la glace.

Petite astuce, si la forme ne vous plait pas, n’hésitez pas à prendre l’autre marqueur. Tout simplement pour vous servir de guide lors de la découpe !

Une fois la pièce dessinée, vous devez ressembler grosso modo à ca :

Et il vous faut la détacher de votre superbe legging. Partie délicate car il vous faut éviter, d’un de vous blesser avec le scalpel, de deux de trouer votre legging (même si vous en mourez d’envie). Je vous conseille de repasser sur les traits, afin de les affirmer, cela vous facilitera le découpage. Une fois découpées, vous aplatissez le plus possible la forme (qui cela dit en passant ne ressemble pas à grand-chose !)

 

 

Vous scotchez vos feuilles de brouillon de manière à en faire une feuille A3 voire A2. Vous posez la forme sur le papier, vous en dessinez les contours, vous redécoupez la forme sur brouillon, et vous essayez de la remettre ! Le mot « essayez » a toute son importance, car en toute logique, la pièce sera légèrement trop petite !

Ne pas faire l’erreur que j’ai fait la première fois, à savoir rajouter une bande de papier et hop ni vu ni connu je t’embrouille... Lors de la réalisation de la pièce, les raccords entre les extrémités d’une pièce seront juste... pourris ! Ne pas essayer non plus de forcer en se disant que ça va passer ! On remet du scotch à carrosserie, et on fait un joli raccord nickel chrome ! Oui, vous allez perdre du temps, mais mieux vaut en perdre maintenant que quand vous avez commencé à faire votre pièce !

 

   

Une fois l’intégralité d’une partie terminée, en l’occurrence la jambe. Je vous invite à un ultime essayage, pour plusieurs raisons :

- Contrôler les raccords

- Bougez avec votre armure ! Pour savoir si une partie ne rentre pas en frottement avec vos articulations : typiquement derrière le genou, ou au niveau du coude. Ce n’est pas très grave si le papier touche, mais dites-vous que l’armure définitive sera en dur et qu’un point de friction peut vite se transformer en irritation ou en ampoule quand vous porterez l’armure définitive

- Observez-vous devant le miroir... Oui je sais vous êtes beau et intelligent comme stipulé dans votre présentation sur ce même forum. Mais l’idée ici est de contrôler si les pièces d’armures correspondent bien au modèle. Le cas échéant, repassez au scotch de carrosserie pour faire des raccords.

 



Conclusion :

Qu’on se le dise, la réalisation des patrons paraît très simple sur le papier, mais c’est juste long, chiant, et quelque peu grisant. Vous ne voyez pas la portée de votre travail, sauf à la fin quand vous vous regardez dans la glace. Vous allez sans doute devoir (re)faire plusieurs fois les patrons car les pièces n’auront pas la forme voulue, puisque vous n’aviez pas prévu tel ou tel point de frottement.


Quelques conseils pour éviter de laisser tomber votre cosplay :

- Gardez les premiers patrons. Ceux en scotch de carrosserie et film étirable. Car ce sont les patrons bruts, et si vous avez à recommencer les patrons papiers, vous gagnerez du temps et des ressources. Chose que je n’ai pas faite la toute première fois, et j'ai dû me retaper tout le boulot. Ce qui a entrainé une baisse de motivation pour le cosplay !

- Si vous faites les patrons seul, n’y passez pas trop de temps d’affiler, un énervement est assez vite arrivé et la connerie suit souvent de très près !

- C’est mon avis personnel, et je le partage, de la musique quand vous bossez augmente votre seuil d’énervement (psychologie à 15 balles bonjour, mais ça marche sur moi !)

4. Fabrication des pièces
 
21/05/2016, mis à jour le 21/05/2016
Ca y est vous en avez bavé pour faire vos patrons, vous avez votre PVC et vous vous dites : Mets la gomme Chewie !
Et en fait non !

Ingrédients 

Et vous allez voir que ca tient de plus en plus de la cuisine !

- Cutter et Scalpel, ou du moins un cutter précis
- Un décapeur thermique.
- Un masque à cartouche pour les vapeurs toxique du PVC
- Un rouleau à patisserie, ou alors un rond de carton mais le plus rigide qu'il soit
- Feutre, equerre ou règle, Colle à PVC, et papier sulfurisé
- Scotch à carosserie ou masquage
- Vos patrons et vos plaques de PVC
- Si vous avez un dremel ou un petit outils multifonction de précision, ca aide enormément. Le cas échéant au scalpel, avec de la patience on y arrive tout aussi bien !

Je vais juste revenir sur le décapeur Thermique deux minutes. En effet, il y existe deux altérnatives au Décapeur thermique : 
  • La première le sèche cheveux, franchement vous aller user le soleil !
  • La deuxième le four.... J'ai vu des vidéos où les gens enfournent leur pièces et hop la sortent du four et la forme. Oui c'est efficace, c'est sur... Moi ce qui m'embête, c'est que votre four vous l'utiliserez demain pour faire un crumble. Et comme vous allez m'inviter (maintenant vous le savez) j'aimerais éviter une intoxication alimentaire.
D'autre part, quand vous vous baladez sur le web, ou dans les magasins vous avez pas mal de choix. Optez pour un décapeur Thermique à plusieurs amplitudes, que vous puissiez régler la chaleur en fonction du travail que vous souhaitez effectuer. Personnellement j'ai pris un décapeur qui a 4 positions de ventilations et une amplitude de 50° à 500°. 


Petit point PVC : 

J'ai fait toutes les parties en PVC expensé de 3mm d'épaisseur, et pour les petites pièces de détails j'ai pris du 2mm d'épaisseur. Pour vous fournir, je ne saurai que trop vous conseiller le site Polydis (bon rapport qualité prix et livraison au top). Une petite suggestion, j'ai pris toute mes plaques en Blanc..... la bombe d'apprêt est blanche....si j'avais su j'aurais pris les plaques en grise. Mais après c'est un détail, c'est voussa qui choissisez !

Ensuite en quantité, pour une armure complète (hors casque) j'ai pris une plaque de 2m x 1m20, tout en sachant que je mesure 1m75 (oui, je sais le premier ordre recrute des nains pour ses commandos !). Et vous aurez une petite marge d'erreur en cas de gros plantage sur une pièce. Et pour la plaque qui servira aux détails (cartouchière, gants, excroissance de l'armure...), j'ai pris une plaque de 1.20m x 50cm sur 2mm d'épaisseur.

Enfin, le PVC a cet avantage c'est qu'il se déforme et reforme très bien en se chauffant. Pour faire simple, si vous l'avez un peu âbimé (oui il marque facilement par contre), vous l'avez entaillé légèrement, etc., vous chauffez la partie en question, et il va reprendre sa forme originale !


Déroulement : 

La première partie est toute simple, vous reportez votre patron sur votre plaque de PVC.... Oui alors déjà un petit point, votre plaque est protégée par deux films plastiques (un de chaque côté)..... je dis ca, car j'en ai laissé une fois sur un coté, et il a fusionné avec le PVC avec la chaleur (on remarquera que en plus de faire un costume d'un stormtrooper, j'ai aussi son intelligence !). Bref... Je vous invite aussi, à délimiter au crayon les parties de la dite pièce qui seront en bas ou haut relief, un peu comme sur cette manchette.

Et l'avantage de cette photo, vous montre aussi que la découpe des pièces est pas au millième prêt ! Ca c'est pour plus tard ! 

Donc à ce stade, vous enfilez votre masque, vous mettez une feuille de papier sulfurisé sous la partie à former. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il va garder la chaleur ! Et vous chauffez la pièce au décapeur thermique (pour information je chauffe les pièces relativement grande comme celle si à 350°). Il faut dans un premier temps chauffer un minimum toute la pièce (recto verso), puis attardez vous sur la partie que vous souhaitez plier.

Petite pause, sur le temps de chauffe. D'un ca dépend de la puisssance de votre décapeur. Le PVC est "à température" quand celui ci est relativement mou au toucher. Attention car si vous le chauffez trop longtemps il crame. Dans le sens ou la surface va devenir rugeuse. Ne jamais chauffer qu'un seul endroit, toujours faire des mouvements avec le décapeur.... un peu comme si vous peigniez !

En général, une fois la pièce chaude je la pose directement sur moi, et je plie. Ca donne une première idée de la forme, puis je rechauffe et je l'accentue au rouleau à patisserie ! Et oui, car je l'ai dit plus haut le PVC se déforme tres bien, si vous ne pliez pas la pièce de manière uniforme vous allez le gondoler. L'avantage du rouleau à patisserie c'est qu'il plie de manière propre et ronde ! Vous apprendrez très vite que de faire une forme ronde est très dur, et pour éviter des pièces de jambes carrées, le rouleau à patisserie est votre meilleur ami !

Et au bout de quelques pliages ca donne ceci : 
Petite astuce avant de vous jeter dans le pliage, commencez par une pièce qui ne se voit pas forcément, afin de vous familiariser avec votre matériel. L'avantage de Phasma c'est qu'elle a une cape j'ai donc fait mes armes sur les pièces du dos.. mais j'y reviendrais tout à l'heure.

Maintenant que votre pièce vous convient dans sa forme générale, vous allez procéder à un premier ajustement. Vous allez scotcher les bords de la pièces. Si la jointure se fait sans forcer bravo ! Pour les autres (comme moi) la jointure est un peu plus compliquée ! En scotchant les bords, vous allez vous rendre compte des endroits ou ça "tire" et vous pourrez ainsi chauffer les endroits en question pour une meilleure jointure.

Le gros oeuvre est quasiement fini, il ne vous reste plus qu'à découper les partie en bas reliefs, trouvez une chute de PVC correspondant à l'emplacement, puis collez ! Ah si avant, formez la pièce à coller aussi, ca aide !

Pour l'avant bras avec les strie, j'ai chauffé de petites bandes de PVC (celui épais de 2mm) et je les ai coller dans l'emplacement découpé.



Une fois la pièce finie, je vous conseille de poncer legèrement les bords afin que cela fasse plus propre d'une part, et que ca ne vous gène pas lorsque vous porterez la pièce !

La conception de l'avant bras est répétable pour toutes les autres pièces. Cette pièce faisant partie des plus détaillé le principe est répétable sur les autres partie de l'armure. N'hésitez pas à intervenir sur le forum pour des détails sut telle ou telle partie.


Les choses à ne pas faire !

Vous avez bien de la chance, je vais faire une partie spéciale pour toutes les conneries que j'ai faites.... Comme ca vous êtes prevenu ! Un vrai tuto d'utilité publique, je vais le proposer au ministre de la culture !!

Je vais donc prendre comme exemple cette magnifique pièce dorsale !



 Alors par ou commencer... A si par les avantages, y en a pas 36, il y en a deux. Le premier c'est une pièce du dos et que Phasma a une cape. Deuxième avantage, la pièce est sauvable (...oui d'accord pas la mienne...) puisqu'en chauffant on peut la redresser.

Les grosses erreurs : 
  • Chauffer qu'une seule partie de la pièce et la plier ! On le voit bien sur cette photo, il n'y a pas de continuité dans les pliages. Résultat des courses, ca donne une pièce pas du tout alignée, le pliage est anguleux au lieu d'être arrondi. Pour y remedier, comme je vous le disais chauffer d'abord la pièce dans son intégralité. Ou bien pour les grosses pièces, comme c'est le cas ici, moitié par moitié, mais jamais par petite parcelle.
  • Les reliefs à la Dremel ! J'ai voulu faire les bas reliefs du dos à la Dremel. L'idée est pas mauvaise, dans l'absolu je parle. Mais la ce sont des zone trop grande d'une part. Iil aurait été plus judicieux de les enlever au cutter et coller ensuite. Autre connerie, j'ai fais ça en ponçant. Le PVC se ponce très mal dans ce sens là (oui si vous poncer la tranche pour l'uniformiser pas de soucis). Ca fait des traces, ca écaille les bordures, bref ni fait ni à faire...
  • La preuve qu'un rouleau à patisserie c'est top ! regardez le sommet de la pièce, aller je suis sympa je vous remets une autre photo du chef d'oeuvre.

  • Compris ? Cette partie doit être droite..... C'est gondolé, car j'ai eu la bonne idée de vouloir l'arrondir à la main ! du coup on voit le strace de doit. Le rouleau à patisserie permet d'arrondir un bord sans y mettre les doigts et donc de gondoler la pièce. A contrario la partie basse est un peu prêt uniforme 
  • Aller le bonus du chef, les bords. Pour découper vos pièces le faire bien à plat et lame un maximum perpendiculaire à votre planche à découper, sinon ca donne une pièce qui à l'impression d'être découpé par les enfants de la maternelle du coin !


Trucs et astuces :
Terminons sur une note positive...... Comment ?... Comment à fini la partie dorsale.... Refaite, elle me sert de test pour des détails à la Dremel  !
Parallèlement à cela, j'ai testé aussi certaines choses, et qui rendent plutot bien, du coup profitez c'est gratuit.


 

Sur ce plastron, juste au dessus des grades, il y a un devers sur l'armure. Ce n'est pas un bas relief, impossible donc de découper et coller en dessous. J'ai fait une entaille de la forme, chauffer la zone, et j'ai plis légérerment pour décaller la partie haute. Pour la renforcer, vous coller une partie dessous, histoire que ca se balade pas quand vous portrez le plastron.

Je vous mets en vrac deux autre photos, l'une de la pièce de la cuisse et l'autre de la cuisse, avec des pièces réalisée avec la plaque de PVC de 2mm.

        

En ce qui concerne les fausses attaches (petite bande de PVC horizontales), je viens de remarqué que les attaches sont striées sur l'armure originale, du coup je mettrais un petit coup de Dremel. Ne pas hésitez à fouiner sur Internet pour avoir le détails de certaines pièces, ou alors vous aidez des figurines (de bonne facture.... est il besoin de le préciser)

Enfin, pour préparer la peinture à la couche d'apprêt je vous invite fortement à nettoyer les pièces au liquide vaisselle, afin de faciliter la prise de l'appret et donc la tenue de votre peinture !



5. Attaches et ajustements des pièces
 
28/01/2017, mis à jour le 29/01/2017

On approche de la fin !!! Voyons ici les attaches  

Ingrédients :

  • Du fil noir,
  • Une aiguille à chas, une craie, et des épingles
  • 3m de scratch large (50mm de large) et 1m de scratch (20mm de large)
  • 50cm de sangle noire
  • 1 ceinture sangle noire aussi
  • Tube de Colle néoprène
  • Vos chutes de PVC 
  • Quelques feuilles de mousses (épaisseur 4 ou 5mm)

Vos pièces d’armure sont terminées, il faut maintenant les porter, et les ajuster. En amont prédécoupez vos bandes de scratch. Pour les pièces les plus lourdes (cuisses, jambes, plastron), prenez le scratch de 5mm et découpez des bandes d’une dizaine de centimètres. Enfilez la pièce, remarquez l’endroit où la pièce est le plus en contact avec votre vêtement, puis vous collez à la néoprène le scratch sur votre pièce. Je vous conseille, pour plus de facilité, de coller la partie douce du scratch sur la pièce, et de coudre la partie rugueuse sur votre vêtement.

Un petit point couture maintenant….. Si comme moi vous n’avez jamais touché une aiguille à coudre, rassurez-vous, ce n’est pas difficile. Si vous vous y connaissez, vous pouvez allégrement sauter cette partie, ainsi que l'autre point couture de cette fin de tuto.

Juste avant de commencer à coudre, marquer à la craie l’emplacement de votre scratch, épinglez le.  Doublez le fils au niveau de votre aiguille, puis faites un noeud avec les 2 fils à l’extrémité (1)


Et l’avantage de ce point, c’est que c’est quelque chose de mécanique, vous pouvez donc tout à fait envisager de coudre et de regarder une cinquantième fois l’empire contre-attaque ! Cousez à cette manière (n’oubliez pas de terminer votre couture par un double nœud…):                                             

 Toujours dans le sens de la flèche, en piquant toujours en premier votre tissu. L’avantage de ce point c’est qu’il supporte l’extension de votre tissu et sera moins fragile lorsque vous retirerez votre pièce du tissu. N’hésitez pas à mettre deux scratchs pour les pièces lourdes.


Maintenant que votre pièce tient à votre vêtement, on va la refermer (toujours pour les pièces d’armure). Découpez une bande de 100mm de PVC et de 20mm de large. Marquez la moitié en pliant la pièce. Collez une partie sur l’ouverture de la pièce en PVC, pour l’autre moitié dépassant, collez la bande scratch rugueuse. Placez la bande scratch douce en face de manière à ce que la pièce de PVC vienne refermer la pièce de cette manière :

 Votre pièce est donc prête. Vous n’avez plus qu’à répéter l’opération sur toutes les autres pièces.

Petit focus sur le plastron.
En effet cette pièce est bombée : elle repose sur la pièce circulaire du bassin et sur le haut de l'omoplate, donc les zones de contacts sont très faibles, voire quasi inexistantes.

 

Tout d’abord pour éviter les frottements, ce qui abîmerait votre pièce du bassin, collez de la mousse au niveau des bords de votre plastron. Puis pour la partie basse, j’ai choisi de la faire tenir à l’aide d’une sangle. Du coup, au niveau des extrémités basses, j’ai découpé une petite bande au cutter, de la longueur +1mm de la sangle et de 20mm de large. J’ai découpé la longueur nécessaire de la sangle,  comme sur la photo ci-dessous :

 

 En A, j’ai cousu la première extrémité afin que cela fasse un fermoir. En B, j’ai cousu deux scratchs pour la fermeture de la pièce. En 1, vous remarquez les bandes de mousses pour éviter d’abîmer la pièce sur laquelle le plastron reposera. Et en 2, j’ai collé au néoprène un rectangle de mousse de 500m d’épais, sur lequel j’ai remis un scratch, qui servira à venir s’appuyer au niveau de l’omoplate

Point couture ! Cachez votre joie ! Pour coudre les scratch sur la sangle, méthode un petit peu différente. Mais sans doute la plus connue, enfin c’est la seule méthode que je connaissais, avant de commencer le cosplay… Vous doublez toujours votre fil au niveau de votre aiguille, vous piquez en haut, puis vous piquez en bas et ainsi de suite. Vous terminez votre fil toujours par un nœud ! C'est avec ce point là aussi que vous fixerez les scratchs sur la ceinture portant les munitions.





La partie attache est donc terminée, vous avez l’air d’une très très belle boite de conserve maintenant, mais pour sublimer le tout, il vous faudrait une bonne vieille cape !
6. Fabrication de la cape
 
28/01/2017, mis à jour le 29/01/2017

Ingrédients :

  • Machine à Coudre (finis les points couture, content !? Non, et bien tant mieux car il y en aura quand même un !)
  • Du fil rouge et noir (non je ne chanterais pas...)
  • Un biais rouge, ou à défaut du tissu rouge. Pour du tissu compter une bande de 2m de long et 200mm de large
  • Du tissu noir, j’ai pris un rectangle de 5m sur 5, pour voir large, n’y connaissant rien, j’ai des chutes pour tout dire…. Et si vous ne voulez pas vous retrouver avec du tissu noir à ne plus savoir quoi en faire… j’ai mis les cotes de la cape !
  • Une aiguille à chas, une craie, et des épingles
  • Un coup de main extérieur vous aidera grandement pour ajuster le tissu à votre taille, à moins d’être Sebulba !

Avant de lire ce qui suit, très important : Je n’y connais que dalle en couture, à tout avouer je pense même que Jar Jar est meilleur que moi ! Je n’ai donc pas utilisé de terme technique propre à la couture. Je m’excuse auprès de tous ceux qui s’y connaissent et qui vont avoir sans doute les yeux qui saignent en me lisant !


Alors avant toute chose il faut prédéterminer la forme de la cape, en effet la cape de Phasma n’a pas franchement la tête d’une cape normale. Voici donc les mesures du tissu, une fois finie (je précise qu’elles sont adaptées à ma taille, qui est de 1.75m)


Je dis une fois finie, parce qu’il faut compter un poil plus pour les ourlets, prenez un centimètre en plus sur chaque bord. Chercher l’envers de l’endroit (astuce le côté le plus joli est l’endroit, à 99%). Une fois votre bout de tissu découpé, mettez le bien à plat (côté envers), essayez de faire disparaître tous les plis. Puis rabattez une première fois le bord vers l’intérieur, puis une seconde fois, et épinglez-le. Comme vous avez laissé 10mm de marge à chaque fois, pliez deux fois à 5mm. Assurez-vous que la ligne du bord (là normalement le couturier devrait avoir un début de saignement oculaire…) reste bien droite. N’hésitez pas à vous aider d’une règle. Si ce n’est pas le cas, votre bord de cape ne sera pas droit et le rendu en pâtira ! Une fois votre rebord épinglé, hop, un coup à la machine à coudre. Dans l’absolu vous pouvez le faire manuellement, mais une machine à coudre basique fera très bien le job. Pour un meilleur rendu je vous conseille de faire bord par bord.

Maintenant le ruban rouge…. Alors si vous avez la chance de trouver un biais d’un rouge sympa, sautez sur l’occasion, moi je n’en ai pas trouvé, j’ai dû en faire un avec du tissu rouge. J’ai choisi de prendre 30mm de large pour le ruban. Comptez donc 50mm de large (marge de 10 à chaque fois pour les ourlets) et 152mm de long.

L’idée dans un premier temps c’est de coudre tranquillement le ruban sur l’envers de votre cape, avec du fil rouge (en utilisant le même principe de rabats que pour les bords) ce qui donne ça :

 

Jusque-là pas de soucis c’est tout bête…………… Vous me voyez venir ? Non…..

Point couture !!!! Pour l’endroit du tissu je trouvais assez moche que l’on voit les coutures, et mon amie m’a conseillé de faire des points invisibles… En plus le nom ça en jette un max, non ? ca fait ridicule vous dites, oui question de point de vue…. La préparation reste la même vous épinglez vos ourlets. Vous récupérez l’aiguille à chas, mais cette fois ci vous ne doublez pas le fil :



Vous faites un nœud uniquement sur le fil 1, et vous laissez dépasser de quelques centimètres le fil de l’autre côté de l’aiguille. Ensuite vous piquez dans votre tissu noir (sans prendre avec le ruban rouge de l’envers), vous faites ressortir en piquant l’ourlet du ruban rouge, et vous ressortez. Et ainsi de suite.
 
N’espacez pas trop vos points de couture, sans cela votre ourlet aura tendance à se défaire et cela déformera l’aspect de votre ruban. Ainsi fini cela donne ça :

Aucune trace des points de couture….. Oui sur ma photo il y a des traces, mais un coup de fer à repasser et il n’y aura plus rien.

Faisons un petit focus pour voir le point, pour que vous voyiez à quoi cela ressemble une fois terminée. La photo est pas terrible je vous l’accorde, mais ça illustre mieux que mon texte.

 

  

Et voilà vous avez une chouette cape, qui doit ressembler à quelque chose comme cela :

 

Pour l’attache j’ai rajouté une bande de tissu noir, avec du scratch, que je rabats sur le dos pour que cela ferme et tienne !

7. Finish !
 
  The End !

J’espère que l’ensemble de ce tutoriel vous aura plu, et vous aura motivé pour démarrer le vôtre. J’ai cherché avant tout à me faire plaisir, et j’ai profité de Star Wars Universe pour le faire partager. J’ai essayé de faire quelque chose un maximum ressemblant au personnage initial. Au niveau budget, comptez 150/200€ pour les matériaux (du pvc à la peinture, en passant par le tissu), et rajoutez 100€ si vous n’avez pas tout ce qui est décapeur thermique et machine à coudre. Le plus dur est de garder la motivation quand il y a un imprévu (une réaction chimique indésirable vous imposant de refaire toute la peinture par exemple....), mais le pied quand vous portez ce que vous avez fabriqué !

 Quelques photos du travail réalisé, je m'excuse pour le rendu jaune pas terrible, mais c'est dû à l'éclairage de ma pièce.

N’hésitez pas à me poser toutes sortes de questions ou à m’interpeller sur des points sur le forum

<< Page précédente
Page suivante >>
Publicité