StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Introduction
 
13/12/2018, mis à jour le 04/02/2019

Voici un nouveau tuto dans la partie Costumes! Nous avons exploré la dernière trilogie avec le Général Hux et le Capitaine Phasma. Un détour a été fait du côté des spin-off avec le blaster de Krennic de Rogue One. Mais il nous manquait l'essentiel, la base du mythe, la trilogie originale ! Manque comblé grâce à ce tutoriel sur les Snowtroopers tels qu'ils apparaissent dans L'Empire Contre-Attaque.

Ces soldats spécialistes des planètes glacières apparaissent en tout et pour tout... 2 minutes à l’écran. Cela était amplement suffisant pour en faire un costume. Ca me changera des personnages qui meurent de manière insignifiante !

Les précédents tutos vous ont appris à manier la mousse et le PVC, cette fois-ci on va concevoir l’armure en Worbla, plus particulièrement en Worbla Pearly. Il y aura une exception pour le casque et le disque de ceinture, mais j’y reviendrai en temps voulu !

Comme d'habitude, ce tutoriel est transposable à bon nombre de costumes de l'univers. Vous y trouverez même quelques petites astuces pour les Commandants Snowtroopers, et les pilotes de TB-TT !

2. Avant de commencer :
 
13/12/2018, mis à jour le 21/02/2019

Attendez ! Attendez ! Du Worbla Pearly, quoi que c'est ? Vous trouverez une partie de la réponse à cette adresse. Je l'ai choisi car il a une surface plus lisse que les autres (Worbla, et Black Worbla), il se déchire moins facilement, et enfin il est au même prix que les autres !

Pour réaliser ce costume, il vous faudra :

  • Worbla Pearly : 2 plaques de 1.50x2m (trouvable ici par exemple)
  • Worbla Transparent : 50cmx37,5cm (trouvable ici par exemple)
  • Images de référence des différentes pièces : que vous trouverez dans ce tuto !
  • Mousse EVA : 3mm d’épaisseur (2 plaque de 1mx2m)- Important : par défaut, toute l'armure a une base en mousse de 3mm ; quand ce n'est pas le cas, je l'ai spécifié.
  • Papier, ciseau, crayon, règle, équerre, compas
  • Scalpel et cutter
  • Film alimentaire
  • Scotch papier
  • Décapeur thermique
  • Dremel ou ponceuse
  • Néoprène
  • 1m de Velcro 50mm
  • 2 bombes de peinture blanche, 2 bombes d'apprêt, et 1 bombe de vernis (de même marque !!!)
  • Un pot de colle à bois.
  • Film solaire noir
  • Peinture acrylique noire, argent, rouge et gris neutre.

 

Plutôt que de reparler de la partie patron, je vous invite à lire ou relire le tutoriel de Phasma pour la conception, qui se trouve à cette adresse. 

Ne vous inquiétez pas, l'ensemble des pièces seront détaillées une par une, je mettrais en préambule une photo du patron, ce qui vous permettra de comparer avec le vôtre.

Enfin, si c’est votre premier cosplay, ou que c’est la première fois que vous utilisez du Worbla (Pearly de surcroît), je vous conseille de commencer par de petites pièces, et ce pour plusieurs raisons :

  • Si vous ratez le coup, ça fait moins de matière à mettre à la poubelle.
  • Si la pièce vous donne moyennement satisfaction, elle ne se verra pas plus que ça.
  • Ce n’est pas parce qu’elles sont petites qu’elles sont dénuées de toute difficulté, cela vous permet donc de vous familiariser avec la matière.

Ce qui explique pourquoi ce tutoriel va partir des petites pièces pour aller vers les plus imposantes. Puis vous aurez une partie peinture, et enfin les ajustements.

Note avant de commencer : mettez toutes vos chutes de Worbla dans une petite boîte. Ça va resservir!

3. Les genouillères
 
13/12/2018, mis à jour le 04/02/2019

Voilà à quoi ressemble la pièce de référence, et le patron qui va avec

Vous remarquez déjà que, d’une pièce, on est passé à 7 ! Cela facilitera la réalisation. Reportez vos patrons sur la mousse et découpez, si possible au scalpel ou au cutter. Avant de les recouvrir de Worbla, prenez la pièce centrale (la plate) et biseautez ses angles extérieurs de 3mm. Pourquoi ?  Parce que je vous le dis, NA ! Plus sérieusement, deux raisons à cela :

  • Eviter une surépaisseur pouvant être disgracieuse à l’assemblage et difficile à corriger.
  • Faciliter le thermoformage de l’ensemble.

Une fois ce détail effectué, recouvrez les pièces de Worbla... Mais comment qu’on fait, me direz-vous ??  Et bien en lisant la suite ! Reportez votre pièce en mousse sur le Worbla, tracez une pièce plus grande de 2 ou 2.5cm que l’initiale (à la louche).

Attention : le Worbla a un sens. Un coté lisse qui doit être à l’extérieur et une partie rugueuse qui doit être en contact avec la mousse (donc à l’intérieur), vous suivez ?

Une fois le Worbla découpé, chauffez-le au décapeur thermique (sur les deux côtés et de manière uniforme). Si vous pouvez régler la température de votre décapeur, chauffez-le aux alentours des 220°C.

Attention à ne pas chauffer trop longtemps le même endroit, sinon vous allez cramer la pièce ! La pièce est prête quand elle est malléable, mais offre quand même une petite résistance : je suis désolé de ne pas pouvoir en dire plus, mais c’est à vous de le « sentir ». Recouvrez la pièce en mousse, puis rabattez les bords sous la mousse comme ceci :

Pour les angles, je vous invite à faire un pli en collant le Worbla sur lui-même, puis vous couperez le surplus.

Une fois l’ensemble des pièces recouvertes, assemblez-les. Je ne saurais que trop vous recommander de commencer par assembler la pièce du centre et les grandes pièces des côtés. Les coller ?  AAAAAH oui, je ne vous ai pas prévenu, mais vous l’aurez sans doute remarqué, le Worbla se colle sur lui-même quand il est chaud. Donc pour coller deux pièces entre elles, chauffez les zones de contact, puis collez !

Attention là aussi, il est impossible de décoller deux pièces de Worbla sans le déchirer, donc soyez précis. Pour éviter cela, positionnez les pièces ensemble pour vous assurer que tout ira bien, avant de les coller entre elles.

Une fois ces 4 pièces ensemble, vous pouvez les former de manière définitive en courbant les pièces extérieures. Rajoutez maintenant les pièces du second plan. Leurs bords et leurs pointes entreront en contact avec les rabats des autres pièces (voir photo ci-dessus).

Puis terminez par la bande inférieurre. Le patron de cette bande doit être plus grand que l’original, pour permettre le contact avec la partie supérieure de la genouillère. Du coup, tracez au stylo un trait vous indiquant où faire ressortir la pièce.

L’assemblage est maintenant terminé. On va passer aux finitions :

  • Les bordures : chauffez l’ensemble des bordures puis mettez-les en contact avec une surface plane (une table fait l’affaire), histoire de lisser le tout et de donner un angle saillant à vos bordures.
  • Les reliefs : pour accentuer les reliefs, chauffez juste ces deux parties, puis à l’aide d’un outil cylindrique (stylo, baguette japonaise, etc.) appuyez assez fort pour marquer davantage le renfoncement. Attention de ne pas y aller comme une brute, sinon vous allez déchirer le Worbla.
  • Les jointures : récupérez vos chutes, chauffez-les et faites-en un boudin en les agglomérant. Une fois que vous avez obtenu un cylindre d’environ 1 ou 2 mm de diamètre, positionnez-le dans les jointures en appuyant fortement dans la « crevasse » du joint, et aplatissez les abords du joint au maximum, afin de réduire la surépaisseur. Une fois que la pièce est froide (je précise froide, pas tiède), avec votre Dremel, poncez le joint afin de donner une surface plane au niveau des joints.
  • Lissage : si ces finitions ont déformé certains endroits, réchauffez-les, et à l’aide d’une chute de mousse, repassez sur les défauts : magique, cela les fait disparaitre !

Gardez en tête cette liste de finitions (mots en gras), car je les évoquerai pour chaque pièce, mais sans les redétailler.

4. Les mains
 
13/12/2018, mis à jour le 04/02/2019

Pièce qui paraît comme ça d‘une simplicité déconcertante, mais il y a une ou deux astuces à savoir. Voici déjà l’image de référence, et celle du patron (ce n'est pas le patron papier, mais leur forme en mousse.... mais ca ne change rien ;) ).

Et oui, encore trois pièces pour une ! Cela va permettre d’avoir des reliefs plus harmonieux que l’ensemble. Biseautez la pièce centrale sur une épaisseur de 3mm.

Attention, pour avoir les pièces extérieures dans le bon sens, il faut biseauter l’intérieur de la pièce et non l’extérieur (à l’inverse de la genouillère). Une fois que c’est fait, collez les morceaux de mousse entre eux. Cela donne quelque chos qui ressemble à ceci :

Puis chauffez la pièce en mousse (oui, il n’est pas question de Worbla pour le moment !) et donnez-lui sa forme définitive. Attendez qu’elle refroidisse... En attendant, que diriez-vous de faire l’autre main ?

Maintenant que la mousse est froide, reportez cette pièce sur le Worbla, en prenant toujours de la marge : dans ce cas, comme il y a des formes concaves et convexes, prenez bien 3cm de marge. Chauffez le Worbla cette fois-ci, puis déposez-le sur la pièce en mousse. Afin de respecter les arêtes douces de la pièce initiale, n’accentuez pas les reliefs, mais laissez le Worbla épouser la forme par lui-même. Rabattez les bords.

Cette pièce ne nécessite pas de finitions, hormis celle relative aux bordures.

5. Le détonateur thermique
 
13/12/2018, mis à jour le 04/02/2019

Aussi étrange que cela puisse paraître, il est difficile d’avoir une réelle image du détonateur impérial dans son ensemble. La pièce du film est composée de 4 parties :

  • 2 extrémités en forme de couvercle
  • Une partie cylindrique gris mat
  • Un panneau de contrôle blanc ne recouvrant pas l’ensemble du cylindre... D’ailleurs, en quoi un bouton bizarre et une sorte de crémaillère contrôlent le reste, bonne question, mais c’est la magie de Star Wars !

J’ai voulu me faciliter la tâche, en « fusionnant » le cylindre avec le fameux panneau de contrôle. Mais j’ai tout de même fait un petit décroché sur les bords.

J’ai utilisé une mousse cylindrique de 5cm de diamètre. J’en ai coupé une longueur de 20cm. J’ai découpé deux bouts de 2cm d’épaisseur aux extrémités. Pièce que j’ai évidée, en gardant une bordure de 1cm comme ceci :

Comme on dit en cuisine, réservez-les... En clair, mettez-les de côté !

Reprenez votre pièce cylindrique et amputez-la de nouveau d’une pièce de 1cm d’épaisseur à chaque extrémité. Puis réduisez-la de 0.5cm. Une fois terminé, recollez-la à la pièce centrale.

Pour le panneau de contrôle : découpez dans votre tube de mousse une tranche de 2cm d’épaisseur, puis réduisez-la pour qu’elle fasse 3cm de diamètre, et évidez-la, en gardant 1cm de bordure. Puis collez-la sur votre cylindre. Pour la crémaillère, découpez une petite bande de 2cm de large et d’une dizaine de centimètres de long, sur votre mousse de 3mm d’épaisseur, puis découpez d’autres petites bandes de 2.5cm de long et de 0.5cm de large. Puis collez-les sur votre longue bande à distance égale, puis collez le tout sur votre cylindre.

Petite astuce : chauffez l’ensemble du cylindre central. Ainsi, les petites aspérités de la mousse disparaîtront, et cela permettra aux pièces rapportées de mieux épouser la forme du cylindre.

Découpez un rectangle de Worbla de la taille de votre cylindre (avec le rajout de 2cm), puis couvrez-en votre cylindre (en le chauffant bien entendu). Débrouillez-vous pour que la jointure se fasse sur le dos de la pièce. Cette partie sera invisible aux yeux de tous, ce n’est pas grave si elle n’est pas super belle (voire moche !). Normalement, ça doit coincer aux extrémités (il va y avoir des plis et des surépaisseurs de matière). Pour éviter cela au maximum, entaillez les bords du Worbla afin d’avoir une forme ronde et lisse. Encore une fois, essayez de décaler les surépaisseurs sur l’arrière de la pièce ! Finitions pour cette pièce :

  • Ponçage des surépaisseurs, qui ne doivent normalement être situées qu’aux extrémités.
  • Les reliefs du désormais célèbre panneau de contrôle !
  • Lissage

Récupérez les deux extrémités évidées mises de côté, découpez un carré correspondant à la pièce (toujours avec la marge). Chauffez et appliquez. Encore une fois, il va y avoir un souci car, d’un carré, on ne peut pas faire un cercle ! Du coup, vous devrez étirer légèrement les bords du Worbla (attention à ne pas le déchirer), et quand vous n’avez pas le choix, faites un « pli » comme sur la photo, et coupez-le au ciseau, re-chauffez l’emplacement, et appuyez doucement avec la main afin de l’aplanir grossièrement.

Pour ce qui est du capuchon d’ouverture, chauffez la pièce et renfoncez délicatement le Worbla vers l’intérieur pour créer la forme voulue. Encore une fois, attention à ne pas déchirer le Worbla.

Une fois les deux extrémités prêtes, assemblez-les au reste du tube. Chauffez bien les surfaces de contact, et appuyez au moment du collage, pour que le Worbla se tasse légèrement et renforce les zones de contact. Avant de poser votre détonateur sur une étagère, poncez l'ensemble des aspérités (notamment celles éventuellement visibles sur le dessus).

Détonateur thermiqué ! (ce jeu de mot vous est gracieusement offert par SWU)

Les petites bosses visibles sur le capuchon gauche disparaîtront au ponçage.

 

6. La ceinture
 
13/12/2018, mis à jour le 04/02/2019

Une pièce relativement simple elle aussi, voici le patron et l’image de référence :

Une fois n’est pas coutume, la pièce se constituera de 4 pièces différentes : la pièce centrale, les deux bordures, et le disque (que l’on abordera plus tard). Découpez votre mousse de la taille de votre patron (incluant les deux bordures), puis découpez les bordures dans de la mousse de 1 cm d’épaisseur.

Remarquez sur les images de référence : la bordure supérieure est biseautée en son centre et plate sur les extrémités. Gardez cette information en tête. Tracez un trait représentant le milieu de votre bordure (la mienne mesure 1.5 d’épaisseur, donc j’ai pris 0.75). Puis, au cutter, biseautez-la, en gardant un ou deux millimètres à la base de la bordure.

Ensuite, à la ponceuse, vous allez gommer les coups de cutter jusqu’à obtenir une surface plane sur chaque côté. Et pour les côtés de bordure, passez tout simplement la ponceuse sur l’arête centrale pour la faire disparaître !

Chauffez tour à tour les bords de la pièce, puis pliez-les pour obtenir la forme désirée. Je vous conseille de le faire sur le rebord d’une table, ça permet d’avoir une cassure propre et droite !

Percez deux ouvertures pour la sangle (de la hauteur de la sangle, déconnez pas !), puis couvrez le tout par une pièce en Worbla ! Finitions à prévoir :

  • Relief des bordures
  • Les bordures
  • Ouvrir le Worbla au niveau des ouvertures : normalement, votre Worbla est légèrement distendu au-dessus des ouvertures. Incisez de la longueur de l’ouverture, puis rabattez le long de l’ouverture en mousse. 
7. Les épaulières
 
17/12/2018, mis à jour le 04/02/2019

On passe un cran au-dessus, la réalisation des épaulières : une forme arrondie en relief, le bonheur à l’état pur, qui me rappelle que j’ai galéré comme un dewback en plein désert sur celle de Phasma alors que je n'en avais qu’une à faire !

Astuce : si vous souhaitez faire l’officier Snowtrooper, sachez que l’épaulière est la même mais qu’elle se porte dans l’autre sens (au même titre que pour les pilotes de TB-TT).

Voici l’image de référence et le patron lui correspondant :

Si vous partez sur le Snowtrooper classique, prenez en compte que l’épaulière se porte relativement bas par rapport aux stormtroopers. Pour information, je me suis cru plus intelligent que la moyenne en faisant la pièce en mousse d'un seul tenant... Ça ne marche pas, puisque la zone de contact des deux pièces n’est pas plate mais ronde ! Faut-y être bête des fois !

Au même titre que la ceinture, découpez dans la mousse le patron tel quel, puis redécoupez les bordures. Avantage par rapport aux bordures de la ceinture, c’est qu’elles ne sont pas biseautées ! Ces bordures nécessitent de la mousse de 3mm.

Recouvrez les deux parties de l’épaule en Worbla. Avant même de les assembler, donnez d’ores et déjà une forme incurvée à vos demi-épaulières. Collez-les ensemble, en chauffant la pièce entière, en insistant plus sur la zone de contact. Chauffer l’ensemble vous permettra d’ajuster tout au long du collage la forme de votre épaulière. C’est une partie qui est beaucoup plus rapide à écrire qu’à réaliser. Une fois que la pièce est collée, faites disparaître les éventuelles cloques apparues sur la pièce :

  • Soit chauffez rapidement l’endroit voulu, et la cloque disparaît d’elle-même.
  • Soit, si ce n’est pas suffisant, prenez un morceau de mousse, puis passez-le sur la pièce afin de l’aplatir. Attention à ne pas appuyez trop fort pour ne pas plisser la pièce ou la déchirer (la mousse collant au Worbla chaud).

Ensuite, il va falloir boucher la jointure, même procédé que sur la genouillère : réalisez un boudin de quelques millimètres de diamètre (toujours avec vos chutes de Worbla), puis déposez-le sur le joint des deux pièces. Ecrasez-le à l’aide de l’ébaucheur, puis poncez-le afin que la surépaisseur des bords disparaisse. Ces 4 étapes sont illustrées ci-dessous : 

Le ponçage peut déformer légèrement la pièce, dans ce cas-là chauffez l’épaulière dans son ensemble, puis lissez-la.

Petite astuce pour les parties arrondies : vous pouvez utiliser un rouleau de scotch ou un verre pour aplanir plus votre pièce.

Il ne manque plus que les petites barrettes (au nombre de 7) à ajouter. Normalement, elles possèdent une forme trapézoïdale : je vous invite à découper 14 bandes de mousse de 2.5cm de long sur 0.5cm de large, et d’en biseauter les extrémités à la Dremel. Recouvrez-les de Worbla. Dessinez ensuite leur emplacement sur l’épaulière :

Quand vous collez une barrette, aplatissez bien les bords de cette dernière avec l’ébaucheur, pour que les arêtes soient bien nettes. Je vous conseille de passer un petit coup de Dremel sur les biseaux, pour les rendre plus visibles et plus propres.

Finitions globales :

  • Bordures
  • Reliefs
8. Coque
 
13/12/2018, mis à jour le 04/02/2019

AAAHHH la coque. Je dois avouer que je n’ai fait que repousser la création de celle-ci, mais il faut bien y passer, et si possible avant les grosses pièces que sont le plastron et le backpack. Pourquoi tant de défiance, me demanderez-vous ? Et bien tout simplement car elle possède des détails qui me chafouinent (oui, je suis d’humeur chafouine !). Cette excroissance rectangulaire, notamment, au niveau de la partie plate, ou la pointe latérale. J’admire Ralph McQuarrie, mais beaucoup moins quand je dois réaliser ses créations ! Bref, une image du patron et de la forme de référence :

Une fois n’est pas coutume, nous allons diviser cette pièce en 4 grandes parties :

  • La face
  • Les deux parties latérales
  • La bande supérieure

Je n’incorpore pas ici les deux excroissances, puisqu’elles viendront s’ajouter dans un second temps. Notez tout de même que la pièce de face incorpore le décroché, sur sa droite. Avant le collage, biseautez les côtés de la pièce de face (sauf le haut) sur 3mm.

Attention, biseautez la pièce sur son envers (comme pour les mains).

Collez les différentes pièces entre elles comme ceci :

L’avantage de niveler les bordures, c’est que ça donne déjà une forme proche du final.

Concernant les deux « excroissances » :

  • Celle de face : j’ai pris un restant de mousse de 1cm d’épaisseur du blaster de Krennic, et j’ai utilisé une méthode empirique. J’ai coupé la longueur qu’il me fallait puis j’ai positionné le rectangle sous la base, puis j’ai biseauté le rectangle suivant l’image de référence.
  • Celle de côté : j’ai commencé par dessiner le gabarit en 2D  (visible sur la photo des patrons). Puis j’ai découpé deux pièces, toujours dans la mousse de 1cm, que j’ai collées ensemble. Puis j’ai biseauté les angles pour que cela ressemble le plus possible à l’image de référence, pour les joindre au restant de la pièce.

Maintenant que c’est fini, vous allez découper dans le Worbla le gabarit de la pièce entière. Oui oui, vous avez bien lu, de la pièce entière. Ce qui donne un beau morceau :

Dans un premier temps, il faudra la chauffer dans sa globalité, puis une fois que le Worbla est à température, positionnez-le sur votre pièce en mousse, et commencez par rabattre les bords. Retournez la pièce de temps en temps pour vous assurer que ça ne force pas quelque part. Vous devriez avoir une pièce qui doit ressembler à cela dans un premier temps :

C’est relativement... laid ! Mais au moins ça vous donne une idée de ce qui reste à faire ! Avant toute chose, vous allez donner à la pièce sa forme définitive. Pour ce faire, il vous suffira de ne chauffer que les bords de la pièce, puis de les courber.

Petite astuce : formez-les directement sur vous au niveau de la ceinture ! En plus de faciliter la courbure, vous avez déjà une idée de l’incommodité de cette pièce ! Et n’oubliez pas, vous avez la boucle de ceinture juste au-dessus ! Ah ça, il faut souffrir pour être dans l’armée impériale !

Une fois la forme définitive, on va travailler sur les détails de la pièce à l’aide de votre ébaucheur. Lissez les bords de la pièce de face et de son décroché.

Petite astuce : pour aplanir la pièce centrale, je vous conseille de la chauffer (intérieur et extérieur), et de poser un dictionnaire sur l’envers ! Ça vous aplatit bien la chose !

Pour la seconde excroissance, avant de chauffer pour lisser, vous allez découper au scalpel le Worbla qui dépasse du sommet de la pièce, pour le rabattre derrière cette dernière, permettant ainsi le passage de la bande supérieure par-dessous le haut de la pièce.

Pour information, cette dernière étape de formation de pièce définitive m’a pris pas loin de deux heures. C’est long ! Il faut y aller petit à petit, et donc remettre à température les parties sur lesquelles on travaille. Je vous conseille même, quand vous êtes arrivé à donner une belle forme, relativement lisse, de laisser reposer la pièce une demi-journée, une nuit, bref assez de temps pour que l’ensemble de la pièce durcisse. En voulant faire tout d’une traite, certaines parties refroidissent plus vite que d’autres, et quand vous donnez une forme à une partie : POUF, vous ne savez pas pourquoi, mais une partie qui n’a rien à voir va se déformer (je vous parle en connaissance de cause). Et il faudra reprendre la zone en question, etc. Bref, on s’en sort plus ! Du coup, on pose la coque dans un endroit et on n'y touche plus pendant un moment.

 

Maintenant, reprenez la pièce, et vous allez voir, c’est beaucoup plus simple de lisser le tout. Découpez une bande de mousse de la longueur de la partie supérieure : dans mon cas, elle mesure 44cm de long pour 1.5cm d’épaisseur. On enroule le tout dans du Worbla, on pose et on l’applique.

Finition à réaliser :

  • Bordures
  • Reliefs
  • Lissage

Et voilà la pièce terminée :

Cette pièce aurait très bien pu être réalisée en 4 pièces différentes (latéraux, partie centrale, et bordure supérieure). Mais j’ai préféré la faire de cette manière pour ne pas avoir de jointure. Alors c’est plus long, et un peu plus dur, mais le résultat est là !

9. Avant-bras
 
13/12/2018, mis à jour le 03/04/2019

Les avant-bras sont un mix entre la technique des genouillères et celle de la coque. Voici l’image de référence et le patron :

Etape 1 : Conception 

Plusieurs choses avant de commencer, les deux pièces ne sont pas symétriques ! Organisez-vous en conséquence, faites une pièce après l’autre, ou notez vos pièces. Le patron de base comporte 4 pièces :

  • La partie plate
  • Les deux latéraux
  • La partie incurvée

Les deux reliefs du haut seront réalisés en collant une pièce de Worbla dessous, comme les genouillères. On ne change pas une équipe qui gagne : biseautez l’envers de la pièce plate (sauf sa base), puis collez l’ensemble des pièces entre elles :

Je dirais presque que vous avez réalisé le plus dur ! Pour la suite, dessinez sur la mousse les emplacements des reliefs (sauf sur le devant de la pièce). Ces reliefs ayant des formes simples, il est plus facile de les mesurer et de les reporter sur votre mousse. Ces pièces sont dessinées ci-dessus au crayon.

J’ai utilisé de la mousse de 10mm d’épaisseur. Sur les images de référence, on se rend compte que tous les reliefs sont biseautés, et il sera beaucoup plus simple de biseauter de la mousse de 10mm que du 5 ou même du 3mm (surtout sur cette longueur). Dans un premier temps, coupez votre pièce dans la mousse, puis tracez un trait qui vous servira de guide.

Attention : il faudra découper la pièce de telle sorte que le côté lisse soit à l’extérieur. Le cutter laisse des coups dans la mousse, coups que vous n'arriverez pas à faire disparaître (même à la Dremel). Ces différences de niveau se verront lorsque vous allez recouvrir.

 

Pour les parties se trouvant sur le centre de la pièce, j’ai utilisé de la mousse de 5mm, mais ça marche aussi avec de la 3mm d’épaisseur ! Pour éviter que les jointures ne se voient trop lorsqu’elles seront recouvertes de Worbla, j’ai préféré les agrandir de manière à ce qu'elles dissimulent les reliefs latéraux. Pour ce faire, il faut donc rajouter +10mm de chaque côté... Pour ceux qui ont du mal à suivre, la démonstration en image !

Pour ce qui est du décroché, utilisez la même méthode que pour celui de la coque. Et pour cette pièce :

 

Coupez un rectangle de la dimension voulue, puis sur son envers creusez une gouttière afin que celui-ci puisse se plier sans forcer.

Pour finir la conception, on va s’attaquer à la partie avant : tracez au crayon le décroché voulu, puis découpez-le au cutter.

Ensuite reportez sur papier le patron de la pièce qui devra fermer l’avant-bras, ce qui devrait vous donner une pièce plus ou moins étrange, comme celle-ci : 

Reportez le patron sur votre mousse, et avant de la coller au reste, chauffez-la afin qu’elle adopte déjà sa forme définitive, cela facilitera le collage. D’ailleurs, puisqu’on en parle, collez-la !

Etape 2 : Coffrage

Petite précision : je vous invite à ne pas dépasser 180/190° de température de chauffe pour cette partie.

Rien de bien compliqué, si ce n’est d’avoir du temps devant soi. Recouvrez l’ensemble de vos pièces d’une seule feuille de Worbla. Là encore, même technique que la coque : chauffez l’ensemble (recto/verso) du Worbla avant de l’appliquer à votre base. Parfois, vous allez devoir faire des surépaisseurs de matière afin que l’ensemble ne gondole pas. Un peu comme en couture, marquez les plis en collant le Worbla sur lui-même. 

Répétez l’opération autant de fois que nécessaire, et finissez de recouvrir l’armure. Une fois que l’ensemble est froid (j’insiste là-dessus), coupez vos plis à l’aide d’une paire de ciseaux !

Astuce : histoire de ne pas couper trop court, mettez vos plis à la lumière pour visualiser où découper. Il vaut mieux découper trop long que trop court ! En outre, pour vous simplifier la découpe, chauffez brièvement (à une centaine de degrés) le pli avant de l’amputer !

La pièce est quasiment finie, il ne reste plus qu’à poncer ce qui reste des plis pour les aplatir. Vous pouvez aussi poncer les bordures si vous en ressentez le besoin.

Finition à prévoir :

  • Reliefs
  • Lissage

A noter que ces deux images ont été prise après le sous-couchage, donc ne prenez pas en compte l'aspect brillant à ce stade-là.

10. Sac à dos ou Backpack
 
13/12/2018, mis à jour le 04/02/2019

Allez, on attaque une des pièces importantes de ce costume, le sac à dos. Pensé par Son Altesse McQuarrie comme une sorte de sac de survie qui permettait de gérer, entre autres, la température de l’armure... Notez la praticité de régler quelque chose sur son dos ! Cette pièce n’est pas à proprement parler difficile, mais elle demande beaucoup de temps, et de rigueur. Si vous n’avez personne à disposition, je vous invite à dessiner votre patron sur votre torse (beaucoup plus simple que de le dessiner sur votre dos !). Voici les images de référence ainsi que les pièces du patron qui vont avec

Déjà, on remarque que les côtés ne sont pas symétriques (oh joie, oh bonheur). Concernant les patrons, vous n'avez que les patrons des "supports", le reste (panneau de contrôle et autres boutons) sera fait à l’aide d’une règle de 3. Je m’explique (en prenant mon cas) :

  • Mon patron papier du backpack mesure 28 cm de haut.
  • Mes images de référence mesurent 11cm.
  • Donc 28/11 = ~2.54. J’ai donc multiplié les mesures de mes images par 2.54 pour avoir les bonnes proportions.

Attention : je dis ça, c’est bête, mais ça va toujours mieux en le disant : suivant vos images, l’échelle change !

Petite astuce : notez que sur l’ensemble des patrons, les centres des cercles sont notés, tout comme les droites de début de courbe, ainsi que les principaux reliefs. Je vous conseille très fortement de les reporter sur vos pièces en mousse.

Etape 1 : la face avant

Commençons par l'avant, c’est une bonne mise en jambe. Découpez dans la mousse un rectangle, que vous éviderez dans la partie basse. Marquez (et c’est important) par une droite l’endroit où les courbes du haut et du bas vont commencer. Passez au « panneau » et ses détails :

Les barrettes sont faites de mousse de 3mm. Quant à la pièce (noté F), c’est un rectangle de mousse de 10mm biseauté pour lui donner cette forme de rampe. 

Concernant cette pièce (je vais la nommer « l’osselet », car je trouve que ça ressemble un peu à ça... Mais si, dans le noir, avec un œil fermé, c’est presque ça !) : c’est aussi une mousse de 10mm, dont le sommet a été évidé en V, puis poncé pour donner la forme arrondie. A contrario des autres pièces de ce « panneau », elle n’est pas collée, car le Worbla n’est pas assez extensible, et se déchirerait du fait de la différence de relief. Vous la recouvrirez à part avant de la coller sur le reste. Remarquez que son emplacement est dessiné sur sa base.

Votre panneau est donc terminé, on va passer à la rampe de droite. Pour ce faire, reportez votre patron sur de la mousse de 3mm et de 10 mm. Collez-les ensemble. 

Sur la mousse de 3mm (qui sera votre face), reportez le centre de votre cercle. A l’aide d’un compas, retracez le cercle puis évidez-le, comme sur cette photo.

Avec la mousse du milieu, redécoupez deux cercles (basez-vous sur vos images de référence pour leurs mesures). Evidez le plus petit des deux ; quant au plus grand, biseautez ses bords. Une fois terminé, collez-les. Votre pièce doit ressembler à quelque chose comme ça (une sorte de « bouchon ») : 

Au même titre que « l’osselet », marquez son emplacement sur votre pièce, mais recouvrez-la de Worbla à part.

Revenons-en à la rampe, assemblez vos deux pièces de 3mm et de 10mm. Tracez sur leur côté une droite allant de leur extrémité jusqu’au commencement du demi-cercle :

Et découpez au cutter le long de cette droite. Allez-y petit à petit pour avoir une découpe la plus droite possible. N’hésitez pas non plus à poncer les bords de cette pièce pour faire disparaître les aspérités et la rendre la plus plate possible. Recouvrez la rampe à part, puis laissez-la un moment de côté.

Reprenez votre « panneau » puis collez-le sur votre face, reportez la pièce sur le Worbla, puis recouvrez votre face avec.

Attention : ne vous hasardez pas à lui donner la courbure de la pièce définitive. Recouvrez-la simplement « à plat ».

Une fois que c’est fait, marquez l’ensemble des reliefs du « panneau ». Ajoutez « l’osselet » en marquant bien les angles avec l’ébauchoir. Ajoutez la rampe au reste, puis terminez en y ajoutant le « bouchon ». Appuyez bien sur la pièce afin que le contact des deux pièces se fasse bien, puis marquez les arêtes de la rampe.

Votre face est terminée !!!

Etape 2 : les côtés supérieurs

C’est une étape que vous devrez doubler, puisque vous avez deux côtés ! CQFD 

Voici à quoi doivent ressembler vos patrons pour cette seconde étape (on est d'accord, il manque les cercles de la base, on en parlera un peu plus tard).

Découpez ces formes dans de la mousse de 10 mm. Pensez toujours à bien noter le centre des cercles pour pouvoir les reporter sur la mousse. Découpez le cercle !

Vous remarquez que sur la deuxième image, il y a un trait dans le bas du cercle, il va vous permettre de couper en biais proprement, comme ceci :

Poncez cette partie, puis à intervalle régulier, tracez des traits allant de l’extérieur à l’intérieur du cercle :

Marquez les différents traits au cutter (sans pour autant transpercez la mousse) puis chauffez cette partie, les sillons vont s’agrandir comme par magie ! On va nommer cette partie « Turbine »

Reprenez enfin le cercle que vous avez découpé, coupez-le dans son épaisseur (cela vous fait donc un cercle de 5mm d’épaisseur au lieu de 10). Evidez-le en son centre puis placez-le au milieu de la turbine (pas besoin de colle). 

Etape 3 : les côtés inférieurs

Ils se différencient par leur forme, mais leur réalisation est sensiblement pareille. Retenez que le côté avec la sorte de roue est à droite et que l’autre est à gauche (merci capt’aine Obvious).

Photo issu de la 501st

Voici les patrons de cette partie. Notez que la partie la plus grande (en forme de bielle) n'est là que pour servir de gabarit au reste. En aucun cas ce n'est une pièce à prévoir!

Les mousses utilisées dans cette étape sont exclusivement en 3mm d’épaisseur. Découpez donc vos pièces, en reportant à chaque fois vos centres de cercles, et je vous conseille même d’ajouter deux droites perpendiculaires se croisant au centre de votre cercle, comme ceci :

Ensuite servez-vous de la règle de 3, pour établir les mesures des différents détails. Ce n’est pas trop compliqué, et honnêtement ça détend !

Je vais reprendre d’ailleurs une photo en "zoomant" sur un détail :

Vous remarquez que ce cercle est en mousse de 10mm, alors que j’ai dit plus haut qu’il ne fallait que de la 3mm... Oui mais c’est moi qui fait le tuto et je fais ce que je veux, NA ! Taillez ce cercle dans la mousse de 10mm donc, et évidez-le de manière à garder une petite épaisseur. A titre d’info, pour cette pièce je n’ai pas utilisé la règle de 3 pour des questions de praticité : elle fait donc chez moi 6mm d’épaisseur. Recouvrez-la à part du reste, et mettez-la de côté.

 

Etape 4 : assemblage des pièces en mousse

Quatrième étape assez courte, puisque vous allez coller ensemble les parties des étapes 2 et 3. Une fois que c’est fait, tracez un trait sur la tranche, comme l'image ci-dessous : (pour information, ma main tient le côté turbine)

Cela n’aura pas échappé à vos yeux de Nexxu, mais la fin de la découpe est assez... moche, disons-le ! Pas de panique, ce défaut sera caché par le Worbla.

Maintenant, ajustez les bords si nécessaire, comprendre par là qu’il va falloir encore jouer du scalpel pour que les bords soient alignés. Puis terminez par le ponçage de ces derniers.

Etape 5 : Worbla

On recouvre les deux côtés de Worbla. Pour ce qui est des finitions :

- Bordure

-  Relief

Collez par la suite les deux cercles entourant les greeblies inférieurs.

Notez, au moins sur l’une des pièces, si c'est la droite ou la gauche, ça vous évitera des déconvenues lors du montage.

 

Etape 5 : montage de la face avant

On ne s’emballe pas trop : avant de la monter, tracez sur vos côtés des points d’alignement avec votre pièce de face, afin que celles-ci soient alignées ! Sinon vous allez faire comme le père Goran, qui a dû redécoller un côté pour l’ajuster, car, la fleur au fusil, il est parti à l’œil pour se retrouver avec une pièce toute de traviole... On ne se moque pas, je suis modérateur ; je suis le Sénat... Oups je m’emporte un peu !

Les repères marqués, chauffez bien votre côté et votre face, puis collez-les. Renouvelez l’opération pour le côté opposé.

A ce stade, vous allez peut-être observer certaines déformations de la pièce de face, notamment des cloques ici ou là. Ce n’est pas grave, n’y touchez pas pour le moment. Laissez le backpack dans sa version brute pour le moment.

Voilà une superbe illustration de ce qu’est un tutorial cosplay. Une étape qui fait 10 lignes et qui prend une matinée ou un après-midi ! Les trois prochaines étapes vont être un peu dans cet esprit, peu de lignes pour pas mal de boulot !

Etape 6 : dos du backpack

On va maintenant passer au dos du sac de notre Snowtrooper. Si, au départ, je me suis dit que j’allais fermer entièrement cette partie, je ne l’ai pas fait, pour plusieurs raisons :

  • Economiser du Worbla
  • Faciliter le travail de finition
  • Réduire le poids !

Calculez une bande de largeur suffisante pour le sommet du sac, et les deux côtés. Découpez-les dans de la mousse de 3mm, puis recouvrez-les de Worbla. Enfin venez les coller à l’ensemble de votre pièce. Inutile de faire un travail propre et chiadé, ce sera plaqué sur votre dos. La preuve en photo :

 

Etape 7 : fermeture de la partie inférieure

On s'approche de la fin, il ne manque plus qu’à fermer le bas de votre paquetage ! Découpez une plaque de mousse de 3mm de la largeur souhaitée en rajoutant 2cm. Du coup, tracez au crayon une bande de 1cm de chaque côté. Recouvrez de Worbla puis venez l’appliquer à votre pièce. Les deux traits que vous avez marqués vont vous servir de guide afin que les deux bords soient bien à même distance, et, par la même occasion, cela va vous permettre de redresser un peu le tout pour avoir une pièce bien droite.

 

Etape 8 : Finitions

Une seule partie pour les finitions, non pas que je vais avoir énormément de choses à vous apprendre, mais c’est surtout pour vous dire l’importance de la finition sur des grosses pièces comme celle-ci.

Avant tout chose, vous allez reprendre tous vos reliefs en les (re)marquant à l’ébaucheur.

Vous allez faire disparaître les cloques en chauffant les zones à lisser, puis en les repassant délicatement avec quelque chose de plat. Typiquement, j’utilise une chute de mousse de 10mm. Et grâce à l’ouverture du dos, vous allez pouvoir accéder à toutes les zones pour les aplatir si nécessaire.

Concernant les zones arrondies (à la base et au sommet de la pièce), chauffez-les, puis sur une table ou une surface plane, "roulez-les" afin d’avoir un bel arrondi sur ces pièces.

Petit détour maintenant par les jointures. Personnellement, j’ai laissé les jointures latérales apparentes, certes elles ne sont pas conformes aux jointures originales, mais je les trouve plus sympa que l’original, donc bon... Ajoutez les joints en haut et en bas de votre backpack, et comblez les éventuelles déchirures de Worbla si besoin.

Passez maintenant par la case ponçage. En plus des joints, je vous invite vivement à le faire aussi sur les arêtes des différentes pièces afin d’avoir, encore une fois, de beaux angles saillants.

Et enfin, repassez par la case décapeur thermique, pour réchauffer certains endroits afin de bien les aplanir. Et c’est FINI ! Bravo!

 

Etape 9 :  Conclusion

Une pièce assez simple dans sa réalisation, les reliefs sont simples, mais elle demande beaucoup de temps et de rigueur : prendre le temps de marquer toutes les mesures afin que les pièces soient centrées et/ou symétriques. Cette pièce m’a demandé pas loin de 15 heures, m’a coûté un peu d’énervement, mais le résultat non peint est quasiment à la hauteur de mes espérances. J’espère que ce sera le cas pour vous aussi !

11. Plastron
 
13/12/2018, mis à jour le 16/04/2019

Attaquons dorénavant LA pièce maîtresse, de ce cosplay, le plastron ! Autant le dire tout de suite, un beau challenge bien ardu comme on les aime, ou pas... Mais on ne s'affole pas, on va y aller en mode tranquille "use the Force" !

Etape 1 :  patron

Si on observe bien le plastron, on remarque un angle relativement saillant entre le gorgerin et les côtés. Ce qui va nous permettre de le réaliser en 4 grandes pièces de mousse. Après 2 essais non concluants (et c'est peu de le dire), j'ai abandonné l'idée de le faire en 4 parties de Worbla. Le plastron se fera donc d'une seule et même pièce de Worbla.

La pièce est simple, si, avouez-le, elle est très simple de conception ! Et en général, ce qui est simple de conception est très dur à la réalisation, du moins en cosplay. Vous avez de grands pans de la pièce qui sont plats et sans relief... C'est ce qu'il y a de plus dur à réaliser, car le moindre défaut va se voir. 

 

Etape 2 : panneau de contrôle (encore un !)

Mais avant d'attaquer dans le dur, je vous propose de commencer par le petit panneau de contrôle en bas.

Rien de difficile pour vous maintenant, vous prenez les cotes sur vos images de référence et vous reportez le tout sur la mousse, pour la recouvrir de Worbla. En raison de son épaisseur plus imposante, je vous invite à réaliser la pièce en forme de T retourné en mousse de 10mm, et de la coller ensuite.

Une fois que ce panneau est terminé, ajoutez-lui une base ainsi que des bords triangulaires, comme ci-dessous :

Puis mettez-la de côté.

 

Etape 3 : le plastron à proprement parler !

Passons au gros du chantier. Une fois les trois parties du plastron découpées dans la mousse, vous prenez la pièce centrale, et vous la biseautez de 5mm sur son envers, à la manière des genouillères. Puis vous découpez le rectangle central, tout en le laissant à l’intérieur.

Pourquoi ? Et bien tout simplement pour maintenir la rigidité de la pièce quand vous la recouvrirez de Worbla.

Ensuite, je vous invite à passer aux bordures des extrémités. Personnellement, je les ai découpées dans de la mousse de 3mm, pour une largeur de 5mm. Sur ces photos, les deux formes ovoïdes sont juste posées, mais pas collées. Elles sont juste là pour donner une idée de leur positionnement.

Les plus observateurs d’entre vous noteront l’absence de la bordure encadrant le tableau de contrôle. C’est un choix de ma part que de l’avoir fait à part. Dans ma première version du plastron, je l’avais intégrée, mais je trouvais que ça générait trop de « cloque ». Mais rien ne vous empêche de l’intégrer à la pièce de base. 

 

Etape 4 : coffrage en Worbla

Pensez bien à prendre de la marge sur votre découpe en Worbla. 

C'est une étape que j'ai sous-traitée.... dans le sens ou j'ai fais trois essais qui furent tous des échecs, et au prix de la matière première et surtout vu mon état d'agacement proche d'un Palpatine... à la fin faut savoir s'avouer vaincu ! J'ai néanmoins suivi la conception de près ! Par pièce, Huxette (car c'est la sous-traitante) y a passé 1h de coffrage, en chauffant à 150°, afin de ne pas déformer les pièces. Ne pas chauffer la pièce trop fort permet de garder un aspect lisse et donc de ne pas avoir de cloques. 

Pour la jointure, elle s'est faite aussi sur la longueur. L'assemblage à la pièce centrale a débuté par le gorgerin (en vert) puis par les côtés. Huxette a commencé par coller les côtés à la pièce centrale, avant de les faire adhérer au gorgerin, ce qui explique les jours sur la photo ci-après (en rouge)

Une fois terminé, cela ressemble à cela (le panneau de controle viendra s'ajouter ensuite) :

Quelques photos des détails une fois la pièce terminée : le panneau de contrôle et sa bordure, le décroché de droite, et les deux petits ergots de gauche.

Etape 4 : finitions

Avant de passer à la jointure, je vous invite à bien marquer les différents reliefs de la pièce, et à faire disparaître les éventuelles cloques qui seraient apparues. Poncez les traces des différents plis que vous avez coupés. Pensez à mettre du scotch de masquage sur la partie qui recevra la "rank bar", afin de pouvoir la coller sans problème quand le reste sera finie : 

 

12. Le casque
 
13/12/2018, mis à jour le 23/02/2019

Et oui les amis, je vous propose ici de vous attaquer à de l’impression 3D pour concevoir votre casque. Et comme on est des gens choupis chez Star Wars Universe, on vous propose une solution de repli si vous n’avez pas la possibilité de faire de l’impression 3D. Je vous laisse vous rendre à cette adresse, et télécharger le fichier Pepakura du casque de Snowtrooper, puis le réaliser à la manière du casque de Phasma (tuto à cette adresse).

Pour cette partie, il vous faudra un peu de matériel en plus :

  • Papier de verre grain 150, 220, 500, et 800 ou 1000
  • Super glue (contenance 3g), je vous la déconseille en prise instantané, mais je vous la conseille en gel !
  • Mastic à carrosserie (qui s'achète dans n'importe quel centre auto)
  • Gants en latex
  • 1 kilo de PLA en rouleau pour impression 3D

 

Etape 1 : le fonctionnement d'une imprimante 3D

Un tour d’horizon s’impose avant d’attaquer le vif du sujet : l’impression 3D, comment ça marche ? La plus connue des méthodes (et sans doute la moins chère) consiste, par le biais d’une buse, à chauffer suffisamment un filament de plastique sur une plaque chauffante. En montant en température, celui-ci va fondre et va se déposer par couche sur la plaque. Le choc thermique le refroidit quasiment de manière instantanée, durcissant ainsi les couches déposées.

Le fil plastique maintenant : il existe énormément de plastiques différents, dont certains même contiennent du bois et des métaux ! On va s’attarder sur deux types de plastique, l’ABS et le PLA :

  • L’ABS : qui n’a rien à voir avec la voiture, veut dire Acrylonitrile Butadiène Styrène (à vos souhaits). Plastique peu coûteux, mais qui dégage des vapeurs toxiques en chauffant ET en refroidissant. Si vous le choisissez, assurez-vous de le travailler dans une pièce ventilée.
  • Le PLA pour Acide PolylActique. C’est un plastique végétal (et oui, fabriqué à partir d’amidon de maïs... On se renseigne, sur SWU !). Il est plus cher mais beaucoup moins toxique. C’est celui que j’ai utilisé. Son principal inconvénient est sa faible résistance à la chaleur et à l’eau... Mais on va le recouvrir donc pas bien grave.

 

 

Etape 2 : le fichier d’impression

J’ai utilisé un fichier en open source sur le site Thingiverse, que vous pourrez retrouver à cette adresse. Pendant qu’on est dans le téléchargement, profitez-en pour télécharger le logiciel Meshmixer, un freeware d’Autodesk.

Commençons par configurer Meshmixer en rapport avec votre imprimante : pour ce faire, appuyez sur Alt+T. Cliquez sur l’onglet Printers. Si l’imprimante utilisée est dans la liste, très bien, sinon créez-en une en appuyant sur Add. Cela va vous permettre d’avoir une représentation de votre plateau d’impression et donc de vous assurer que les pièces découpées pourront être imprimées sans souci !

Maintenant, ouvrez le fichier nommé : Snow_Trooper_ESB_STL_.stl. Le fichier du casque étant beaucoup trop grand, il va falloir le réduire, pour ce faire allez dans Analysis / Units Dimensions :

Rentrez les mesures de votre tête. Pour information, j’ai un tour de tête de 19cm, et j’ai mis en mesure X 27cm, parce qu’il faut compter l’épaisseur du plastique, penser aux renforts pour la tête, et prévoir un peu de marge, mieux vaut plus grand que trop petit !

Le fichier étant à la bonne taille, on va retourner le casque, histoire d’avoir de belles découpes. Cette fois-ci, rendez-vous dans Edit / Transform.

Sélectionnez les courbes bleue (axe Z) et verte (axe Y), puis mettez-le tête-bêche et centrez-le, pour faire en sorte « qu’il vous regarde ». N’oubliez pas de valider via le bouton Accept. Puis retournez dans Edit / Align avant de valider à nouveau.

Le fichier est prêt à la découpe ! Rendez-vous dans Edit / Plane Cut /

Placez votre plan de découpe un peu où vous le souhaitez. Je vous déconseille de couper en plein milieu de reliefs importants, typiquement au niveau de la visière ! Pensez bien à choisir Slice (Keep Both) dans le menu déroulant. Une fois terminé, cliquez sur Separate Shells (toujours dans le menu Edit)

Un peu comme sur Photoshop, vous avez vos différentes découpes qui apparaissent dans la fenêtre. Vous pouvez en sélectionner une ou plusieurs (à l’aide des touche Ctrl ou Alt). Pour les enregistrer, mettez les pièces voulues en surbrillance, puis cliquez sur Export.

 

Etape 3 : préparer le fichier à l’impression

Ouvrez maintenant l’un de vos fichiers. Pour que l’exemple soit plus visuellement parlant, j’ai utilisé la visière. Vous l’ouvrez et vous l’alignez (Edit/Align) sur votre plan de travail. Pour éviter que la pièce s’affaisse sur elle-même lors de l’impression, on va rajouter des rampes sur les endroits « délicats ». Allez dans Analysis / overhang. Vous allez avoir quelque chose qui ressemble à cela :