StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
Prélude à la Rébellion
  • Titre original Prelude to Rebellion - Republic #1 à 6
  • Genre Comic-Book
  • Série Republic
  • Univers Legends
  • Année et période -33 (Emergence de l'Empire)
  • Scénariste(s) Jan Strnad
  • Dessins Anthony Winn
  • Encrage Robert Jones
  • Couleurs Dave Nestelle
  • Couverture Ken Kelly
  • Synopsis : Ki-Adi-Mundi est un Chevalier Jedi puissant et influent. Sur son monde natal de Cerea, la plupart des gens sont heureux de poursuivre une vie simple, dénuée de haute technologie, et isolée du reste de la République. Mais des voix de plus en plus nombreuses se font entendre et exigent l’introduction de technologies avancées apportées par les voyageurs spatiaux. Ki devient très vite un élément important de l’opposition à ces développements, mais il est injustement accusé de meurtre et confronté à un ensemble de machinations et de corruptions qui pourraient bouleverser toute la galaxie. Un ensemble au centre duquel pourrait se trouver le baron du crime Jabba the Hutt et la puissante Fédération du Commerce.
  • Note du staff SWU
     (49 % - 5 commentaires)
  • Note des internautes
     (65 % - 1 commentaire)
     (65 %)
    Scénario. 

    un jeune Ki Adi MundiJan Strnad est assez inspiré sur cet histoire. Il construit son intrigue sur des thématiques simples et surtout universelles : l’implantation de la technologie et ses méfaits, et l’opposition jeunes contre les anciens. Ki se trouve pris au carrefour de ces problèmes. A travers son rôle de Jedi, il représente la République et ses avancées techniques, et pourtant il est pour la préservation du mode de vie traditionnel de Cerea. Au cours de ses aventures, il a sans cesse recours à la technologie qu’il critique pour Cerea. Autant de paradoxes peu évidents à gérer quand il s’agît de défendre son opinion, même pour un Jedi. Et puis il y a bien sur la particularité de Cerea, 1 homme pour 20 femmes, et ce qu’elle implique au niveau du rôle des personnes dans la société. Greffez là-dessus les mafieux et les trafics habituels qui profitent de planètes (ou pays) en développement et vous obtenez un Jedi bien occupé.
    La conclusion de l’histoire n’est pas renversante, mais elle offre un point de vue plus détaillé sur le membre le plus récent du Conseil Jedi. On peut regretter que Strnad ne se soit pas plus éloigné des standards pour cette première aventure de la nouvelle série régulière. Bien évidemment, avec cette histoire de femmes, on s’éloignerait vite de la science-fiction et des histoires tout public... On a tout de même le droit à un saut sur Tatooine et à quelques démonstrations de sabrelaser qui viennent muscler l’ensemble. Enfin, les trois derniers numéros comportent quelques pages contant la formation de Ki-Adi. Ils sont bien tournés et permettent d’en découvrir un peu plus sur le Jedi.

    Dessins.

    La racaille DevaronienneWinn fait du bon boulot dans un style très « Silvestri » . C’est assez évident sur certaines pages. Le résultat final est très classique, manque un peu de modernisme à mon goût. Pas de pose original, pas beaucoup de dynamisme dans le découpage. Mais ça influe sur l’ambiance générale de l’histoire, et je pense qu’au final c’est bien en accord avec l’intrigue classique pondue par Strnad. La mise en couleur est très chouette, un peu flashy à mon goût sur certaines scènes qui mériteraient des teintes plus sobres. Dans les petits appendices, c’est Nadeau qui se charge des dessins. Ces dessins sont bizarrement plutôt différents de ce qu’il a fait sur les X-Wings. Il est proche de Leonardi qui oeuvrera juste après sur Outlander. Personnellement je le trouvais plus personnel sur les aventures de l’Escadron Rogue. En dernier, un grand bravo pour les couvertures. J’adore ce genre à la peinture qui a été repris sur Outlander. Kelly assure vraiment.







    Conclusion.

    Jabba égal à lui-mêmeUn démarrage pépère pour la nouvelle série régulière. On construit sur des valeurs sures, comme ce sera le cas sur Outlander ensuite avec tout de même un peu plus de recherche. Strnad n’a pas cherché directement à développer des intrigues récurrentes pour la série. Résultat, avec le recul on a l’impression de tenir un numéro de mise en bouche dont on peut se passer aujourd’hui au profit de choses plus créatives qui ont été faites ensuite. A moins bien sur d’être fan de Ki-Adi Mundi !
  • 26/11/2004
     (40 %)
    ki-adi-mundi et des femmes ? et le code jedi alors ?

    c'est passablement une bouse qui ne mérite ps l'investissement.
  • 19/01/2008
     (40 %)
    Beurk est le mot qui convient. Dessins certes magnifiques mais histoire vraiment lente et ennuyante.
  • 07/10/2014
     (50 %)  •  Langue : VO
    Fin 1998, à 6 mois de la sortie de l’Épisode I, Dark Horse lance une série régulière sobrement intitulée "Star Wars" (qui ne gagnera son sous-titre "Republic" qu'en 2002). "Prélude à la Rébellion", le premier arc couvrant les numéros 1 à 6, se déroule un an avant les événements du film, afin d'éviter toute fuite d'information. Finalement, c'est bien là le cœur du problème pour cet arc.

    Coup d'envoi donc avec un nouveau personnage à peine vu dans le film (et qui, sauf erreur, n'y prononce pas un mot !), le Chevalier Jedi Ki-Adi Mundi est propulsé vedette de la série. Affecté à la surveillance de Cerea, son monde natal, il est témoin de l'opposition entre les jeunes de la planète qui souhaitent que Cerea rallie la République, et les Anciens – soutenu par Ki-Adi Mundi – qui veulent que Cerea demeure indépendante, verte, belle, une situation classique dans un univers de science-fiction. Bien vite, les événements vont s'enchaîner, poussant le Jedi à quitter Cerea à la recherche de sa fille, dont il retrouvera la trace à l'approche de Tatooine...

    Oui, oui, Ki-Adi Mundi a une fille. Il en a même plusieurs, en fait, comme de femmes d'ailleurs. Avec un homme en moyenne pour 20 femmes, l'Ordre Jedi a accepté une dérogation, et c'est un vrai père de famille que nous retrouvons au début de "Prélude à la Rébellion", bien loin des Jedi de la prélogie. Mais admettons.

    Non, le vrai problème, c'est que ça n'est pas Star Wars. Le scénariste semble l'avouer lui-même, en imposant à Ki-Adi-Mundi de ne pas utiliser son sabre-laser pendant la moitié de l'arc ! Et lorsque, enfin, il le lui rend, c'est par une pirouette scénaristique, sur l'air de « non, mais en fait, j'ai changé d'avis, tu en as besoin... ». Et la volonté de Cerea de ne pas fonctionner avec la technologie de la République fait qu'il n'y a quasiment pas de vaisseaux, pas de combat au sabre-laser, une poignée de droïdes... Alors oui, l'effort du scénariste est louable de proposer autre chose que ce que le lecteur s'attend à voir, et dans le cadre d'une mini-série « Ki-Adi-Mundi : les Origines », ça aurait pu fonctionner.

    Seulement voilà, "Prélude à la Rébellion" a été publiée dans les 6 mois précédant la sortie du film, pour s'achever avec la sortie du film. Et le lecteur avide de découvrir le métrage en sera pour ses frais : à peine quelques pages cumulées avec un Yoda en flash-back, une seule mention de la Fédération du Commerce (liée à Tatooine – dommage, le film en décidera autrement, et ce par la bouche de Qui-Gon Jinn !)... On aurait pu avoir mieux, un Dark Maul en arrière-plan, des droïdes de combat, un peu plus de sabre-laser, une mission alliant deux ou trois nouveaux Jedi et pas simplement un seul... Rien de tout cela.

    Et le style du scénariste est assez lourd, avec un narrateur omniscient qui décrit les actions au lieu de laisser le dessinateur nous les montrer !

    En parlant de dessinateurs : Anthony Winn illustre l'essentiel de l'arc, laissant à son compère John Nadeau une back-up d'une vingtaine de pages sur la première mission du tout jeune Chevalier Jedi Ki-Adi-Mundi. Les deux artistes ne font pas des étincelles, et ne laisseront pas une impression durable. Le lettrage n'arrange rien, la police d'écriture VO rendant le tout assez peu lisible.

    Bref, pour un début de série censé mener impatiemment à l’Épisode I, c'est loupé ! Ce premier arc est largement dispensable ; et Dark Horse semble l'avoir compris puisque dès le numéro suivant, l'équipe créative changera du tout au tout pour nous livrer Outlander, un arc de bien meilleure facture !

    Note : 50 %
  • 20/06/2015
     (50 %)  •  Langue : VF
    En lisant le titre et la période, on pourrait s'attendre à des liens avec La Menace Fantôme, qui se déroule un an plus tard. Las, seule une mention à la Fédération du Commerce est présente. Au lieu de ça, nous avons droit à une histoire assez sentimentale sur Ki-Adi-Mundi, qui va passer le numéro à essayer de retrouver sa fille... sans utiliser la Force, ou presque. Certaines situations sont carrément absurdes.
    Pourtant, le postulat de départ était intéressant avec les anciens Céréens qui refusent de rejoindre la République (Mundi y compris, alors qu'il est un Jedi, allez comprendre...) pendant que les jeunes souhaitent évoluer.
    Mais bon, ça traîne en longueur, pour pas grand chose au final. Seul point positif : Ephant Mon, que l'on voit au Palais de Jabba, bien traité.

    Du côté des dessins, ils sont très réussis pour les visages de près et les paysages, mais assez ratés pour les scènes de loin et certains combats.
Univers
 
Ce livre ne fait pas partie de l'Univers Officiel Star Wars, mais appartient à l'Univers "Legends".
Pour plus d'informations, cliquez ici.
SWU fan database
 

Statistiques globales

58 membres le possèdent (qui ?)
48 membres l'ont lu (qui ?)

Ma database

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir gérer votre collection. Merci de votre compréhension.
Publicité