StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
La Guerre de Stark
  • Titre original The Stark Hyperespace War - Republic #36 à 39
  • Genre Comic-Book
  • Série Republic
  • Univers Legends
  • Année et période -30 (Emergence de l'Empire)
  • Scénariste(s) John Ostrander
  • Dessins Davide Fabbri
  • Encrage Christian Dalla Vecchia
  • Couleurs Dave McCaig
  • Couverture Jan Duursema & Jon Foster
  • Synopsis : De retour au temple Jedi, Aalya Secura recouvre la mémoire petit à petit, mais les souvenirs se mélangent. Lors d’une réunion informelle avec Tholme, Plo Koon, Adi Gallia et Mace Windu, ils évoquent le conflit qui les a opposé à Iaco Stark et Aalya souhaite en apprendre plus. Tout le monde commence à lui conter cet affrontement qui a eu lieu 13 ans auparavant et qui fut le dernier conflit armé de grande ampleur avant le blocus de Naboo.

    Stark était un contrebandier et un pirate, et pour reprendre les mots de Windu « un homme dangereux certes, mais un homme dangereux avec une vision qui plus est ». L’homme voit loin et il profite d’une chute de la production de bacta qui met la galaxie à genoux. Utilisant son réseau de piraterie, il attaque les convois de bacta et fait encore grimper les prix. La fine fleur des Jedi est réquisitionnée pour d’un côté négocier avec Stark, et de l’autre enquêter sur l’origine de la pénurie du bacta.

    Mais Stark est un adversaire plein de ressources capable à titre d’exemple d’infiltrer les ordinateurs de navigation des appareils de la République pour qu’ils se perdent dans l’hyperespace. Dans ces conditions, l’affrontement qui se profile pourrait vite tourner à l’hécatombe.
  • Note du staff SWU
     (88 % - 3 commentaires)
  • Note des internautes
     (90 % - 4 commentaires)
     (85 %)
    Scénario.

    Saesee Tinn Excellent, vraiment excellent. Cette histoire est dans la lignée de Jedi Council, même meilleure à mon sens car elle traite d’évènements d’une plus grande ampleur. J’adore ces histoires se passant dans la période pré-Menace Fantôme, elles nous permettent de retrouver des héros disparus comme Qui-Gon et tous les autres Jedi au moment de leur splendeur si l’ont peut dire, quand ils n’étaient pas encore noyautés à leur insu par les Sith.
    On en apprend un peu plus sur Tholme et son tout jeune padawan Quinlan. Par exemple que leur spécialité est l’infiltration et que Yoda se méfie déjà de Quinlan^^. Ce sont eux qui se rendent sur Thyferra pour mener l’enquête. Le groupe chargé de la médiation ne comprend pas moins que Valorum, Adi Gallia, Qui-Gon et Obi-Wan, Plo Koon et il est dirigé par l’ancien maître de Plo : Tyvokka, un maître Jedi Wookie ! Comme tous les membres de sa race, il est pourvu d’un caractère bien trempé tout en étant parfaitement en harmonie avec la Force. Il est un membre du Conseil très respecté, certainement même le numéro 2 derrière Yoda à ce moment là. Le processus qui a fait le succès de Micah Giiett marche ici aussi à merveille.
    Autre invité de marque : un Tarkin. Je dis bien UN car ce n’est pas le Tarkin mondialement connu mais un de ses oncles je crois. Ici aussi le personnage est savoureux, on s’aperçoit dès ses premières apparitions que la mauvaise graine c’est de famille chez les Tarkin. Ranulph se trouvant opposé ouvertement à Valorum sur la manière de régler le conflit. Tout le monde finit par se retrouver dans la même galère au cours de l’aventure.
    Le choix des personnages est très satisfaisant de même que l’histoire. Les enjeux sont monstrueux et laisseront des traces profondes dans la galaxie. Cette histoire est d’ailleurs évoquée dans Vent de Trahison. Un clin d’œil sympa qui amène de la cohésion à l’Univers Etendu trop souvent critiqué pour ses ramifications multiples.

    Dessins.

    Quinlan et Obi-Wan


    Peu de chose à dire sur Fabbri/Dalla Vechia. Eux aussi produisent un travail de très bonne facture. Dommage qu’il faille ensuite attendre un numéro de Empire sur la princesse Leia pour les revoir. Il semble qu’ils ne soient pas présents du tout dans la Guerre des Clones ? Au jour d’aujourd’hui ce n’est pas évident. Quoi qu’il en soit, sur ce story-arc, je crois que leur character-design s’est encore améliorer. Ils s’en sortent très bien avec des personnages qu’ils n’avaient pas utilisés auparavant comme Quin ou Tholme. Dans un style bien différent de Duursema ils font bonne figure.
    Deux couvertures sont réalisées par Jon Foster et les deux autres par Duursema. Foster reste dans le même style que précédemment. Quant à Duursema, ses couvertures sont réalisées à la peinture avec un style un peu moins détaillé qu’habituellement. C’est plus classique, même un peu rétro. Je ne trouve pas que ça colle à son style mais c’est différent et la couverture du second numéro est géniale.

    Conclusion.

    Quin et Tholme De très bons comics. Ostrander a sorti un scénario qui m’a beaucoup plu avec des personnages hauts en couleurs. Les lieux, les situations, les problèmes affrontés sont plus variés que dans Jedi Council. On assiste aussi à la rencontre de personnages clés comme Quin et Obi-Wan. Et les dessins sont au diapason. TPB sort en 2003 avec beaucoup de retard.
  • 05/06/2006
     (100 %)
    AAAAAH, quel histoire excelente, une de celle que j'ai le plus apprécier. C'est vraiment un grand bonheur de suivre à nouveau Qui-Gon, Obi-Wan, Nute Gunray et le sénateur Tarkin.
  • 16/01/2015
     (80 %)  •  Langue : VO
    Immédiatement après les événements de Ténèbres, et alors que l'équipe Jedi qui s'était rendue sur Kiffex retourne au Temple Jedi en compagnie d'Aayla Secura, l'ancienne apprentie de Quinlan Vos et désormais celle de Tholme. L'arrivée de Jace Dallin au sein du petit groupe permet à tous de raconter à Aayla la « Guerre de Stark », un conflit d'envergure ayant eu lieu 14 ans plus tôt et dans lequel plusieurs Jedi se sont retrouvés impliqué, ainsi que les Sénateur Valorum, futur Chancelier Suprême, et Ranulph Tarkin.

    Vous avez aimé Conseil Jedi – Actes de Guerre ? Et bien, on prend (presque) les mêmes, et on recommence ! Forcément, avec le très talentueux Davidé Fabbri aux crayons, l'ambiance est la même, d'autant plus qu'on retrouve plusieurs Maîtres Jedi confronté à une situation explosive sur une planète inconnue. Fabbri se débrouille très bien avec les « nouveaux » personnages, ceux qui n'apparaissaient pas dans Actes de Guerre, comme Tholme, Tarkin ou Tyvokka, spectaculaire Maître Jedi Wookie. On appréciera également le design du jeune Quinlan Vos, mais aussi sa représentation d'Aayla Secura, pas encore adulte mais en fin d'adolescence. Sa jeunesse visible, combinée à son amnésie, renforce la fragilité du personnage. Bref, niveau dessins, c'est un festival. Entre Duursema et Fabbri, la série Republic a vraiment de quoi plaire aux yeux !

    Le scénario d'Ostrander est une réussite, du moins dans le fond. Le récit est ambitieux, nettement moins intimiste que les précédents arcs du scénariste, et ne s'attarde sur aucun personnage en particulier tout en en développant plusieurs : Plo Koon, Jace Dallin, Ranulph Tarkin (non, pas celui-là, même si son caractère y ressemble), Tyvokka... Quinlan Vos apparaît forcément, mais il est très appréciable de découvrir un jeune Jedi drôle et affirmé, dans un rôle secondaire mais qui a son importance. Chaque Jedi et chaque personnage contribue au développement de l'intrigue, sans redondance, sans passage inutile. On est même assez surpris de certains choix du scénariste ; en premier lieu le Wookie Tyvokka, sorte de Micah Giett d'Actes de Guerre, et dont la caractérisation, si elle est assez similaire à celle de son compère Jedi, surprend à d'autres moments.

    Bref, dans le fond, l'histoire est bonne, voire même très bonne ; elle prend au tripe, le siège est bien narré, bien amené, les forces en présence clairement établies. Fabbri s'éclate lors des pleines pages de bataille, on est presque dans une ambiance « Le Seigneur des Anneaux : Les deux tours » avec la défense du Gouffre de Helm. Le problème, pour moi, vient de la forme de l'histoire.

    Ostrander a choisi de faire narrer l'histoire par les personnages. Choix discutable, certes, mais dans l'exécution, cela donne un début de récit extrêmement lourd et dense, bavard, où il faut suivre ce que les personnages disent dans le présent, et ce qu'ils font quatorze ans plus tôt. La mise en place de l'intrigue fait donc assez artificielle, et si l'on imagine très bien un film avec des voix-off, force est de constater qu'apercevoir en haut de plusieurs pages des petites têtes des personnages m'a à plusieurs reprises sorti du récit. Dommage, car pour un récit comparable à Actes de Guerre, ce dernier était tout simplement plus réussi ; je n'ai pas souvenir d'une introduction aussi « lourde » dans la mise en place. A croire d'ailleurs qu'Ostrander lui-même s'en est rendu compte, puisqu'une bonne partie du dernier numéro ne contient plus ces « petites têtes » parlantes.

    Un gros point négatif, certes, mais qui n'atténue que légèrement le plaisir procuré par la lecture de cet arc. Toutefois, en dépit de toutes ses qualités, le temps de cet arc la série Republic a stagné pendant quatre mois, à nous raconter un événement déjà passé et sans conséquence directe pour les personnages aujourd'hui. Il aurait suffi d'y insérer Ki-Adi-Mundi, Sharad Hett ou bien le duo Femme Obscure / Aurra Sing (à l'époque où elles étaient Maître et apprenti) pour faire le lien avec le reste de la série et rehausser l'intérêt. Les promesses ne sont pas toutes tenues, même si le scénario d'Ostrander et les dessins de Fabbri sont vraiment réussis !

    Note : 80 %
Univers
 
Ce livre ne fait pas partie de l'Univers Officiel Star Wars, mais appartient à l'Univers "Legends".
Pour plus d'informations, cliquez ici.
SWU fan database
 

Statistiques globales

83 membres le possèdent (qui ?)
67 membres l'ont lu (qui ?)

Ma database

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir gérer votre collection. Merci de votre compréhension.
Publicité