StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Les figurines contre-attaquent
 
25/02/2016



1980. Avec la sortie d'un nouveau film, tout le monde attendait George Lucas au tournant. Créer une suite solide à un blockbuster comme Star Wars relevait de l'exploit. Kenner, sentant la poursuite de la bonne affaire, ne voulait pas être à la traine, cette fois. Les designers eurent donc accès, pendant la phase de production du film, aux documents nécessaires à la création de nouvelles figurines. On leur confia de meilleures photos, des plans, et certains designers de chez Kenner se rendirent même sur les plateaux de tournage. Ils examinèrent les maquettes destinées au film, les décors, et réalisèrent des croquis précis pour les futurs jouets. De fait, la nouvelle collection de figurines Empire Strikes Back est bien meilleure que la précédente : le réalisme des figurines est amélioré et les sculptures sont nettement plus belles.

Presque toutes les figurines de cette deuxième époque sont des figurines tirées du nouveau film à une exception près : le pilote de TIE Fighter, qu'on ne voit pas dans Empire Strikes Back mais qu'on a pu voir dans le film précédent. Outre ces nouveaux personnages, les figurines de la période 1978-1979 seront rééditées et remises en vente sur des cartes portant le logo du nouveau film, sans modification notable. Même la date inscrite sur la figurine elle-même ne change pas, mais ce qu'on appelle en jargon de collectionneur le COO (country of origine) est modifié, voire complètement effacé. Ainsi, aujourd'hui, lorsque beaucoup pensent avoir entre les mains une figurine de 1977 (date inscrite) il peut s'agir d'une réédition de 1980. Le même procédé sera maintenu jusqu'en 1985. La date inscrite sur la jambe de la figurine n'est donc pas un gage réel d'ancienneté. Pour estimer l'ancienneté, il faut se fier à d'autres détails moins évidents.


Nouvelles figurines et rééditions d'anciennes

Les figurines Empire Strikes Back sont plus nombreuses que les figurines Star Wars. Il en a en tout 29, contre 21 pour le premier film. Elles furent séparées en 6 vagues, avec des versos de carte différents pour chaque vague. Mais chacune ne contenait pas le même nombre de figurines : la vague 2, sortie en 1981, ne comprend que Yoda, le but étant de commercialiser les premières figurines (vague 1 – 1980) tout en conservant le suspense sur l'apparence du maître Jedi. Ajoutons à ces 29 figurines la réédition des 21 premières, et la collection complète des figurines montait déjà à 48 ! Le “cardback” 41-back version c est le premier à sortir de la configuration d'une figurine par case. Une photo globale annotée devient la norme à partie de cette époque.


Quelques “cardback” des figurines Empire Strikes Back : 21, 32, 32b, 41, 41b et 47

Avec ces nouvelles figurines, de nouvelles armes et de nouveaux accessoires firent leur apparition, en particulier pour les chasseurs de primes, qui se virent dotés d'armes spécifiques. Le design des cartes est à peine modifié, troquant la double bande argentée contre une bande unique et le titre du film en rouge. Vous pouvez consulter la liste complète des figurines de cette période à la fin de ce chapitre.

Toutefois, globalement, si la qualité des figurines elles-mêmes est au rendez-vous, la qualité du plastique n'y est pas. Si un Vador ou un Ben Kenobi des premiers temps tiennent bien le coup avec les années, le plastique utilisé pour les figurines Empire Strikes Back semble de qualité très différente. En effet, avec le temps, le plastique se désagrège, se décolore et devient poisseux, retenant la poussière et les traces de doigts si on le touche. Ces nouvelles figurines vieillissent plus mal que les précédentes.
2. Les “mail-away”
 

Utilisé pour la première fois avec Boba Fett, le principe de la figurine en mail-away, envoyée par la poste contre des preuves d'achat d'autres figurines, fut largement utilisé à l'époque de Empire Strikes Back. On vit fleurir sur les cartes des macarons indiquant qu'avec telle ou telle figurine, on pouvait en acquérir une autre par courrier contre cinq preuves d'achat.

La figurine Bossk fut proposée sur des cartes Star Wars, avant la sortie de la nouvelle ligne de figurine, un sticker mystérieux proposant de recevoir une figurine “secrète” contre quatre preuves d'achats. Une figurine secrète ? Qui ça pouvait-il être ? Peu importait, en fait, l'important était d'obtenir quelque chose d'exclusif. Les gamins, recevant la figurine Bossk bien avant la sortie du film, avaient le temps de s'interroger sur le personnage saurien en tenue de pilote. Kenner n'avait, bien entendu, pas choisi pour cette première offre un personnage susceptible de trop spoiler le film, bien sûr. Le chasseur de primes 4-LOM suivra, lui aussi en offre par courrier.

Kenner proposa également par courrier aux enfants un “kit de survie pour action figure”, contre cinq preuves d'achat. Ce kit contenait des armes en double, blaster de Bespin ou fusil impérial, des sacs à dos pour les soldats rebelles de Hoth, les masques à oxygène utilisés pour la chasse au mynocks, une ceinture avec un grappin, comme celle que Luke utilisait dans l'Episode IV, ainsi que le fameux sac dorsal de Luke permettant de supporter la figurine Yoda pendant l'entrainement du jeune Jedi.

Reprenant l'idée du diorama, Kenner proposa aussi un Display Arena pour les figurines Empire Strikes Back. Beaucoup plus élaboré que les versions précédentes, ce produit était composé de quatre base en plastiques modulables qu'on pouvait arranger à sa guise, dotées de décors en carton reprenant les scènes du film.

Alors que la production de Return Of The Jedi était en cours, Kenner proposa, de la même manière, sur les cartes Empire Strikes Back, une figurine en avance ; l'amiral Ackbar. La figurine elle-même n'apprenait rien sur le prochain film, pas plus que le flyer qui l'accompagnait, mais le titre était intéressant : Revenge Of The Jedi. Le film ne fut retitré Return que peu de temps avant sa sortie, et un grand nombre de produits, dont des cartes de figurines, furent siglées Revenge Of The Jedi. Si les cartes ne furent pas utilisées et envoyées au pilon juste à temps, les publicités et les offres Revenge ont survécu avec ce titre finalement érroné.

3. Quelques anecdotes
 

Pour la nouvelle collection de figurines, C-3PO eut droit à deux éditions : une n'est qu'une simple réédition de la version précédente, mais une nouvelle fit son apparition. Identique au premier abord, elle pouvait, pour coller à l'une des scènes du film, être démontée. L'ensemble des membres du droïde se plaçaient dans un filet (en fait un filet plutôt grossier en vinyle) qui pouvait être porté dans le dos par Chewbacca. L'idée est bonne mais le malheureux wookie n'est pas conçu pour ça, son centre de gravité est déplacé par le poids de la figurine de C-3PO, et il ne tient tout simplement plus debout une fois le filet en place et chargé. Un support plastique devient nécessaire pour le maintenir droit. Heureusement, toutes les figurines Kenner sont dotées de trous hexagonaux sous les talons permettant de les fixer sur un support adapté. Le C-3PO démontable est souvent confondu avec la version normale du droïde, et parfois l'un est vendu pour l'autre. Il faut tester pour être certain ; un C-3PO normal ne se démonte pas du tout.


(Photos : Todd Franklin)

R2-D2 eut lui aussi droit à une modification pour la nouvelle série, afin de coller au personnage tel qu'on le voit dans le nouveau film : un gadget rétractable appelé sensorscope fut ajouté sur son dôme. Du coup, le droïde eut droit à une nouvelle carte différente de la première. Cette version de R2-D2 est plus rare que la version dite normale.


(Photo : Rebelscum)

L'anecdote suivante est le fruit d'une bourde monumentale : le nom de deux personnages a été inversé sur les cartes. Les deux chasseurs de primes 4-LOM et Zuckuss se sont vu chacun affublés du patronyme de l'autre. Et comme, à l'époque, on ne nommait pas ces personnages à l'écran et que les informations manquaient quant à l'identité de chaque créature, la chose est passée presque inaperçue. Certains ont simplement tiqué en voyant un personnage visiblement "vivant" porter un matricule de droïde. Cette confusion s'est maintenue pendant des années, jusqu'à ce que de nouvelles figurines dans les années 1990 ne rétablissent la vérité.


Zuckuss et 4-LOM.      Ou inversement...

Parmi toutes les figurines vintage, le seul même personnage à avoir deux figurines différentes est présent dans cette collection. C-3PO démontable n'est pas à proprement parler une figurine différente de la première, idem pour R2-D2. Par contre, le garde de la sécurité de Bespin a d'abord été représenté par un homme blanc à moustache (plus ou moins longue selon les versions) puis dans la dernière vague de 1982 par un homme noir se tenant différemment. Les deux portent exactement le même uniforme bleu marine.

(Photos : Todd Franklin)
4. Vaisseaux et playsets (et créatures !)
 

Comme pour le premier film, Empire Strikes Back allait générer de nombreux compléments pour les figurines. Car il faut bien préciser que ce n'était pas des jouets en soi, ils étaient prévus pour être utilisés avec les figurines. Exemple de complément qui n'est ni jouet en lui-même ni décor : les créatures comme le Wampa et le Tauntaun, qu'on pouvait acheter à part et qui complétaient à merveille la collection de figurines. Des accessoires furent produits pour accompagner les figurines : le canon laser-radar de Hoth, le canon laser lourd tripode des impériaux, et le véhicule de maintenance qu'on entrevoit dans un coin d'écran dans la base rebelle.


             Véhicule de maintenance                                       Wampa               

Au rayon des  véhicules, on retrouve le Faucon Millenium, le X-Wing, le Transporteur de troupes impérial et le TIE Fighter, réalisés dans d'autres couleurs, avec de nouvelles décorations. De nouveaux jouets prirent le chemin des rayons des marchands de jouets, superbement conçus pour la plupart. S'y ajoutèrent d'autres engins, dont l'énorme AT-AT, le non moins énorme transporteur de troupes rebelle (servant aussi de boîte de rangement pour les figurines), le Slave 1 de Boba Fett, un Snowspeeder et un Cloud Car de Bespin.

Curieusement, l'AT-ST est également sorti dans les rayons jouets à l'époque de Empire Strikes Back, bien qu'on ne le voie qu'un instant à l'écran. C'était là encore un beau jouet, presque parfaitement à l'échelle, doté d'un système de “marche” débrayable pour faire tenir l'engin debout. Les photos de la boÎte le présentaient dans les étendues glacées de Hoth, piloté par un pilote de AT-AT. Normal, on n'avait, à l'époque, aucune idée de la tenue des pilotes d'AT-ST. Et on ne savait encore rien des forêts épaisses d'Endor.

L'AT-AT posa un certain nombre de problèmes à Kenner. L'échelle du jouet devait bien entendu être grandement diminuée pour permettre la création d'un produit d'une taille acceptable et vendable. Mais même rétréci, l'AT-AT reste un très gros jouet, très cher. Qui plus est, rien ne permettait de savoir comment l'équipage de l'AT-AT y entrait. Kenner imagina donc la trappe latérale permettant d'ouvrir le jouet et d'y placer les figurines, ainsi qu'un cockpit réduit mais pouvant contenir deux personnages. Une poignée, à l'intérieur du jouet et accessible par la fameuse trappe ouverte, permettait de faire bouger la tête de l'engin et d'activer les sons et les canons.

De nouveaux playsets virent le jour : un décor de Dagobah représentant la maison de Yoda, un Ice Planet Adventure Set, décor en carton et plastique accompagné d'un canon radar de Hoth, un décor du Stardestroyer de Vador avec sa chambre de méditation, et un superbe décor avec une tourelle rebelle de Hoth et un droïde sonde. S'ajoute à tout cela un décor en plastique de l'attaque de la base rebelle de Hoth à l'échelle plus que discutable. Le seul playset de l'ancienne collection Star Wars réédité était le Droid Factory.

Accompagnant aussi les figurines, des créatures furent proposées, tel le Wampa et le Tauntaun. Le Wampa, tout en plastique dur, bien entendu, est fort réussi, un poil trop grand par rapport à sa version du film, mais reste une belle pièce plutôt rare, qui fut rééditée en boîte Return Of The Jedi. Le Tauntaun complète le tableau. Ce dernier est une intéressante figurine qui, tout comme le Dewback de Star Wars, peut recevoir une figurine sur son dos (ou plutôt dans son dos, puisqu'elle entre dans une trappe). La selle est ingénieusement concue pour donner l'impression que les jambes de la figurines sont là où elles devraient être. Ce Tauntaun constitue une exception dans les produits Star Wars : il existe en deux versions qu'on a pu trouver pratiquement coup sur coup. Une est la version de base, et une plus rare dite “open belly” dans laquelle on peut glisser une figurine Luke, dans une partie ouverte du ventre en plastique souple, sans les odeurs, toutefois.

Ces playsets et créatures fort intéressants démontrent toutefois une limite atteinte par les jouets Star Wars : les décors des films sont d'une telle envergure que les reproduire en environnements de jeu pour des figurines, même de 3 pouces ¾, tient parfois de l'impossible. C'est ainsi qu'une nouvelle idée de jouet vit le jour...

5. La Micro-Collection
 

Bien qu'étant un peu hors sujet, ce chapitre se cale tout de même dans l'histoire des figurines. C'est l'histoire d'un échec sévère pour Kenner. En 1982, Howard Bollinger, alors vice-président de Kenner, lança la conception de la Micro-Collection. Il s'agissait de figurines très petites de 1 pouce ¼ , en métal peint non articulées, dans des poses d'action, très proches de ce que seront plus tard les Micro-Machines de Hasbro. Visant nettement le créneau de la collection, ces figurines étaient proposées avec de splendides environnements en plastique et carton reproduisant des décors complexes du film Empire Strikes Back, la bataille de Hoth ou la Cité des Nuages de Bespin. Plusieurs décors, achetés séparément et jouables séparément, pouvaient s'assembler pour former un “monde” en soi plus grand.


Les sets Micro-Collection Bespin World

Les designers de chez Kenner étaient très enthousiastes sur ce projet, une multitude de nouveaux environnements impossibles à envisager pour des figurines de 3 pouces ¾ allaient pouvoir être crées. 9 playsets et 4 véhicules furent réalisés pour cette collection, incluant chacun entre 4 et 8 petites figurines. C'était une fort bonne idée, selon David Mauer, alors responsable marketing, très en avance sur son temps.


Les sets Micro-Collection Death Star et Hoth

Mais ce fut un échec retentissant. Les enfants des années 80 n'aimaient pas du tout les figurines de type soldat de plomb. Les jouets étaient par trop limités en terme de scénario de jeu. Qui plus est, les parents s'irritèrent. Après avoir investi des sommes confortables dans une ligne de jouets, il leur sembla qu'on leur imposait de dépenser encore plus dans une nouvelle série de jouets incompatibles avec les précédents.

La série Micro-Collection fut rapidement abandonnée et les projets de nouveaux environnements, pourtant remarquables, restèrent dans les cartons. Notons que le concept a été réutilisé de manière très proche dans les années 1990 avec les environnements Micro-Machines, dotés eux aussi de mini-figurines. Mais le marché avait changé en une dizaine d'année, et l'engouement pour Star Wars également. Reste que ces pièces superbes sont devenues très rares, surtout en boîtes d'origine, et très prisées par les collectionneurs.

6. Les Mini-Rigs
 

Les véhicules grand format crées par Kenner pour les figurines Star Wars, dotés de systèmes électroniques et mécaniques, rencontrèrent un double problème : conséquence de la crise du pétrole, l'inflation touchant le prix des matières plastique fit revoir fortement à la hausse les prix des véhicules. Peu de parents pouvaient offrir un énorme AT-AT à leurs enfants, mais la demande en jouets explosait ! Que faire ? Mark Boudreaux, designer chez Kenner, se mit à étudier l'idée de véhicules à une place pour les figurines, crées de toutes pièces, bien plus petits que les vaisseaux, et qui se voulaient inspirés du design des vaisseaux existants. Mais les gamins accepteraient-ils des véhicules qu'on ne voyait pas dans le film ? Boudreaux avança cet argument pour produire ces engins pas chers : ils pouvaient fort bien être là, dans le film, mais juste en dehors du champ des caméras, tout comme l'avait été le transporteur de troupes impérial de 1979. Voilà comment ces étranges engins non présents dans les films virent le jour, au printemps 1981.


Les premiers Mini-Rigs

Ils étaient en effet petits, pas chers, sans système électronique compliqué et avec peu de pièces mobiles. On pouvait y mettre une ou deux figurines. Il y eut cinq de ces véhicules crées pour Empire Strikes Back, affublés de matricules comme CAP-2, INT-4 ou MLC-3. Ils se vendirent plutôt bien, représentant un bon compromis pour les parents peu fortunés dont les enfants réclamaient à corps et à cris des véhicules Star Wars. Pourtant il faut reconnaître que des véhicules comme le PDT-8 ne présentent guère d'intérêt de jeu.
7. Et en France ?
 

En France, les figurines Empire Contre-Attaque ont fait leur apparition peu de temps après la sortie du film. Elles ont été proposées sur la même carte carrée que celle de la seconde vague de La Guerre Des Étoiles, spécificité bien de chez nous qu'aucun autre pays n'a connu à l'époque. Le verso des cartes est à peine modifié, simplement les quelques nouvelles images des figurines ont été insérées dans les cases pour en remplacer d'autres. Meccano était devenu Miro-Meccano et un logo rectangulaire jaune et rouge a remplacé la marque “Meccano - chaque jouet une découverte”. Ces figurines étaient faciles à trouver chez les marchands de jouets et dans les grandes surfaces. Rien de particulier à noter sur ces figurines elles-mêmes, elles étaient identiques aux versions vendues ailleurs. Seulement voilà, une bonne partie des figurines n'était pas disponible en France (voir tableau en fin de chapitre). Qui plus est, les anciennes figurines ont continué à être proposées en même temps sur des blisters “La Guerre Des Etoiles”. ce qui explique que certains personnages n'ont jamais été édité sur une carte carrée “Empire Contre-Attaque”.


Recto et verso de la carte française Empire Contre-Attaque

La presse jeunesse, très appréciée chez nous (Journal de Mickey, Pif gadget, Télé Junior...) s'est enrichie de nombreuses publicités pour les produits Empire Contre-Attaque, de la petite pub monochrome un peu sibylline à la pleine page joliment conçue.

Mais les publicités qui frappèrent le plus les imaginations furent les demi-pages façon roman-photo parues essentiellement dans le Journal De Mickey et Pif Gadget. C'était des publicités à suivre, racontant une histoire plus ou moins cohérente, servant surtout de prétexte pour montrer les jouets et les figurines “en action”. On y retrouvait non seulement les figurines 3 pouces ¾ mais aussi les rares 12 pouces, ainsi qu'un assortiment de jouets soigneusement mis en scène pour donner envie de les avoir. Ces publicités colorées et parfois maladroites sont un sujet de collection aujourd'hui encore, soigneusement découpées dans les exemplaires du journal. En voici quelques-unes compilées dans un pdf.

Une nouveauté, en ce début des années 80, fut également les pubs télé pour les produits Star Wars (prononcé d'une voix ronflante “Star Worzze”). Je me souviens entre autres de la pub “AT-AT attaque la base de Luke Skywalker !” où l'engin du même nom était mis en scène avec un Snowspeeder. Là encore, la prononciation était risible, l'acteur voix off disait sur un ton terrible “hatte-hatte attaque la base”, c'était hilarant.
8. Liste des figurines Empire Strikes Back
 
Les figurines sont classées selon leur vague de parution aux USA. “31 back” signifie que 31 figurines sont reproduites au verso de la carte US, et ainsi de suite. Les noms français proviennent des versos des cartes Meccano.
A noter que toutes les figurines parues précédemment (sur carte Star Wars) ont été rééditées sur carte Empire Strikes Back et ne sont pas incluses dans cette liste.

Nom de la figurineNom français
Disponible en France
Année de parution
 ----Vague 1 (31 back)----
 Bespin Security Guard (blanc) Garde Bespin 
1980
 Bossk Bossk
 
1980
 FX-7 FX-7
 
1980
 Han Solo (Hoth Outfit) Yan Solo (Tenue Hoth)
 
1980
 IG-88 IG-88
 
1980
 Imperial Stormtrooper (Hoth Battle Gear) Soldat Impérial des Neiges
 
1980
 Lando Calrissian Lando Calrissian
 
1980
 Leia Organa (Bespin Gown) Leia (Tenue Bespin)
non
1980
 Luke Skywalker (Bespin Fatigues) Luc (Tenue Bespin)
 
1980
 Rebel Soldier Soldat Rebelle
 
1980
 ----Vague 2 (32 back)----
 Yoda Ioda 
1981
 ----Vague 3 (41 back)----  
 AT-AT Driver Conducteur du AT-AT 
1981
 Dengar Dengar
non
1981
 Han Solo (Bespin Outfit) Yan Solo (Tenue Bespin) 
1981
 Imperial Commander Commandant Impérial 
1981
 Leia (Hoth Outfit) Leia (Tenue Hoth) 
1981
 Lobot Lobot 
1981
 Rebel Commander Commandant Rebelle 
1981
 2-1B 2-1B 
1981
 Ugnaught Ugnaught 
1981
 ----Vague 4 (45 back)----  
 R2-D2 (sensorscope) R2D2
non
1982
 AT-AT Commander Commandant du AT-AT
non
1982
 Bespin Security Guard (noir) Garde Bespin
non
1982
 Cloud Car Pilot Pilot du Bipod
non
1982
 Luke Skywalker (Hoth Battle Gear) Luc (Tenue Hoth)
non
1982
 C-3PO (With removable limbs) Z6PO
non
1982
----Vague 5 (47 back)----
 Imperial Tie Fighter Pilot -
non
1982
 Zuckuss Zuckuss
non
1982
 ----Vague 6 (48 back)----
4-LOM 4-LOM
non
1982
Publicité