StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Collectionner les figurines
 

Collectionner les figurines vintage, en partant de rien, ce n'est pas en soi difficile. On en trouve facilement. Mais il est intéressant, pour bien débuter, de connaître quelques points. Voilà pourquoi je propose un petit guide du collectionneur (forcément incomplet) qui pourra s'étoffer en fonction de vos suggestions de contenu.

D'abord, rappelons qu'une figurine vintage est une figurine fabriquée entre 1978 et 1985. Et c'est tout ! Le reste, les figurines fabriquées à partir de 1995 ne sont pas des vintages, ce sont des figurines “modernes”. Soyez prudent, car des figurines “style vintage” ont été produites par Hasbro depuis 2005, mais ne sont pas de vrais vintages. Certains vendeurs tentent le coup en les vendant pour des vintage.


Méfiez-vous des apparences !

Ensuite, Il existe deux grands axes de collection pour les figurines : les “loose” (figurines hors de leur blister, c'est la collection la plus facile) ou les “carded” (figurines encore scellées sur leurs cartes.) Dans les carded, on trouve encore des subdivisions : les collectionneurs de cartes d'une série ou d'une autre, les collectionneurs de Trilogo, les collectionneurs de cartes d'un pays ou d'une marque précise. Tout est possible. Certains se concentrent sur des personnages précis et tentent d'avoir tous les blisters de tous les pays, dans toutes les variantes pour une même figurine. Sachant que, rien qu'en Trilogo, on peut trouver jusqu'à huit variantes pour certains blisters... Donc, il faut savoir encadrer sa collection, se fixer des limites, c'est bien plus intéressant et moins frustrant.

Enfin, n'oublions pas que même si les figurines ne sont pas rares, pour la plupart, elles le sont toujours plus que beaucoup de figurines modernes, du fait de l'ancienneté. Quand on parle de rareté, on le fait dans le contexte des figurines vintage elles-mêmes, pas par comparaison avec d'autres séries modernes. Donc, il faut un budget plutôt conséquent si on veut se faire une belle collection sous blister.
2. Evaluer les figurines vintage ?
 

Voilà une tâche bien rude et complexe. Le prix raisonnable d'une figurine vintage dépend d'un ensemble de facteurs très nombreux que nous allons tenter de passer en revue dans cette partie du dossier. Ne perdez toutefois pas de vue qu'un certain nombre de ces facteurs sont subjectifs, comme l'état d'une figurine. Certains jugeront une figurine comme étant en bon état, alors que pour d'autres, elle ne le sera pas du tout. Il faut en rester à des critères objectifs.

Selon les cas, en loose ou carded, une même figurine aura un prix totalement différent, puisque dans bien des cas c'est le fait d'être sur carte qui conditionne la rareté et donne sa valeur à la figurine. Un Général Madine en loose ne vaut guère plus de 15 euros, en bon état, alors que le même Madine sur une carte Trilogo en bon état vaudra dans les 5000 euros. Très peu de figurines valent très cher en loose, seules les plus rares comme le Jawa vinyl cape ou le Blue Snaggletooth dépassent les 200 euros. La plupart des autres ne dépassent que très rarement les 30 euros en loose. Sous blister, c'est une autre question, bien plus compliquée.

Liste de prix indicative en pdf

La liste de prix que je propose est tirée d'un catalogue allemand de 1996, mais je l'ai un peu actualisée en fonction des prix plus récents. Globalement, même si c'est une liste assez ancienne, elle donne une bonne idée de la rareté et des prix des figurines. Mais les prix donnés le sont pour des figurines en parfait état, ou des blisters en parfait état. Pour avoir le prix raisonnable, il faut le moduler en fonction des critères évoqués dans la suite du dossier.

Maintenant, voyons ce dont il ne faut pas tenir compte quand il s'agit d'évaluer une figurine.

3. Ne pas tenir compte...
 

De la date inscrite sur la figurine.

Bien souvent, des vendeurs se fient à cette date, inscrite sur l'arrière de la jambe gauche de la figurine, pour déterminer son âge (et son prix, pour certains !). Rien n'est moins faux ! Et ce pour les raisons suivantes :

Prenons comme exemple un Luke Skywalker de la première collection, dit “farmer”, vendu un peu partout dans le monde en 1978. La date inscrite sur la figurine est 1977. Or, aucune figurine n'a été vendue en 1977, c'est la date de création de la figurine. Donc quand une annonce dit des trucs du genre “Luke Skywalker original 1977” ce n'est pas exactement vrai. Il n'y a pas eu d'autre Luke “farmer” que celui de 1977, donc c'est forcément un “original”. Mais la date ne prouve pas qu'il a été fabriqué en 1977, pas le moins du monde. Les figurines ont été fabriquées sur plusieurs années jusque grosso modo en 1984/1985. Et un Luke peut fort bien avoir été fabriqué en 1984 et porter la date 1977. D'ailleurs, tous les Luke “farmer” portent la date 1977, même sur les blisters Return Of The Jedi... Donc la date inscrite n'est pas forcément un bon critère pour évaluer la valeur d'une figurine. Ce qui compte plus, c'est ce qu'on appelle le CoO (Country of Origin), l'endroit où la figurine a été fabriquée.


Un Luke de 1978                      Un Luke de 1984


Des boniments de vendeurs

Il est facile de marquer “rare !”, “très rare !” ou “hyper rare !” dans une annonce de vente, mais ça n'en fait pas pour autant une réalité. Ça ne sert qu'à booster artificellement le prix de vente en prétendant que c'est rare. Reprenons le cas de Luke : c'est une des figurines les moins rares parmi les vintages, elle a été produite à des millions d'exemplaires vendus sur six ans. Elle n'est pas rare, et certainement pas très rare (sauf si elle porte un sabre télescopique, mais là on est dans la vraie rareté). Au contraire. Et ce n'est pas parce qu'elle porte la date 1977 qu'elle est rare (voir plus haut). Ne vous fiez pas aux boniments de certains vendeurs qui cherchent à vendre cher des trucs qui ne le valent pas. Analysez bien les annonces, regardez-en plusieurs, vous verrez que pour un même produit quasiment dans le même état, les prix varient considérablement. En l'espace de quelques jours, j'ai relevé les quatre annonces suivantes :

Une bonne affaire 
Une annonce discutable
Là, y'a de l'abus !
Et là, c'est délirant !

La première est plus qu'honnête : la figurine est en bon état, possède encore son sabre, même s'il est cassé, elle n'a pas trop jauni. L'annonce ne donne pas de date, ce qui est logique puisqu'il est très difficile de dater une figurine de ce type. C'est clairement une bonne affaire à un prix très correct. La seconde propose le même article, quasiment dans le même état, pour le double du prix, et prétend en plus qu'elle est très rare et date de 1977, ce qui n'est pas exact ni pour la rareté ni pour la date. La troisième est carrément abusée : plus de quatre fois le prix de la première, en étant incomplète (pas de sabre, même cassé) : rien ne justifie ce prix très élevé. Le vendeur tente de justifier le prix plus bas dans l'annonce en avançant une CoO (country of origin - pays de fabrication) rare, ce qui n'est pas non plus forcément un critère : les figurines étaient fabriquées en grand nombre d'un endroit à l'autre, sans plus de rareté pour l'un que pour l'autre, et mélangées au moment de la mise en blister. Quant à la quatrième annonce, là on est dans le délire total...
Attention donc aux affirmations péremptoires des vendeurs et cherchez des informations justifiant vraiment un prix ou un autre.



Des variants

Les variants sont nombreux, surtout en ce qui concerne les couleurs des figurines. Mais souvent les variants sont aussi nombreux les uns que les autres. Il existe peu de variants très rares, en ce qui concerne les simples différences de couleur dans une figurine. Exemple : Luke Skywalker aux cheveux blonds et aux cheveux bruns. Les collectionneurs estiment qu'il y a à peu près autant de l'un que de l'autre, et qu'ils ont été vendus pendant presque toute la période vintage. Un variant de ce type n'est pas forcément un critère de rareté ou de cherté. Certains vont chinoiser sur le fait que telle ou telle partie de la figurine, ou un accessoire, est d'une autre couleur que la normale. Mais là encore, ce n'est pas toujours exact. Prenons un exemple : il existe un pseudo-variant de Chewbacca vintage dit “membres verts”.


Chewbacca normal et “green limbs”

Certains affirment dur comme fer qu'il s'agit d'une variation de couleur d'origine, mais la plupart des collectionneurs savent bien qu'il s'agit en fait d'une décoloration du plastique utilisé pour la fabrication de la figurine à un moment donné. Ce n'est pas à proprement parler un variant, la figurine n'était pas différente des autres à la sortie de l'usine. Le fait est que les Chewbacca “green limbs” sont rares, mais cela en fait-il de vériatables variants ? Idem pour le serpent de Yoda : des collectionneurs affirment avoir trouvé de nouvelles couleurs du serpent de Yoda en plus des deux connues officiellement. Mais il y a fort à parier que cela soit, là encore, des décolorations du plastique d'origine. Cela en fait-il un vrai variant, justifiant un prix exorbitant ?

4. Ce dont il faut tenir compte...
 

L'état de la figurine.

Pour évaluer une figurine, il faut tenir compte d'un tas de facteurs qui changent considérablement le prix de vente. Le principal est son état. Que ce soit en loose ou sur carte, l'état de la figurine (ou du blister) est essentiel.

Une figurine en loose mais avec ses articulations en bon état, ses accessoires d'origine, sa peinture sans traces d'usure ni de décoloration (le phénomène de jaunissement est très courant pour les figurines vintage) vaudra bien entendu plus cher qu'une figurine incomplète, usée, décolorée, à la peinture griffé ou abimée d'une ou l'autre manière. Les collectionneurs sérieux utilisent une échelle de mesure que l'on peut traduire comme ci-dessous :

  • C-10 Etat neuf - aucun défaut 
  • C-9  Parfait état – presque sans défaut
  • C-8  Excellent état – aucune trace d'usure – articulations en bon état.
  • C-7  Très bon état – Peu de défauts et de traces d'usure
  • C-6  Bon état – traces d'usure visibles.
  • C-5  Etat moyen – usure très visible – présence de tous les accessoires
  • C-4  Mauvais état – très endommagée – pièces et/ou accessoires manquants
  • C-3  Très mauvais état – parties manquantes

      Un Luke C5            Un Han Solo C5

Il existe une autorité américaine (l'AFA – Action Figure Authority) qui peut se charger d'évaluer l'état d'une figurine et dont l'autorité est reconnue par maints collectionneurs. La figurine est confiée à des experts et vraiment évaluée, puis scellée dans une boîte en plexiglas contenant une étiquette indiquant sa note en pourcentage de l'état neuf. Cependant, il est difficile pour nous de faire évaluer comme ça ses figurines. Il faut remplir des formulaires et apporter ses figurines a évaluer au bon endroit, et surtout payer le prix : faire évaluer une figurine peut coûter jusqu'à 200$. Au final, une figurine évaluée AFA verra sa valeur augmenter en fonction de la note AFA : un Snaggletooth bleu en AFA 75 peut valoir dans les 280 euros, mais le même en AFA 85 vaudra plus de 600 euros.


        Un Snaggletooth AFA                 Un Snaggletooth AFA75                               Un Snaggletooth AFA85                         

Pour les figurines sous blister, les choses se compliquent, car les prix vont dépendre non seulement de l'état mais aussi de la série de blisters. Là encore, l'état des cartes et des bulles plastiques est vital : si la bulle est jaunie, écrasée, cassée, décollée (ou qu'elle a été visiblement recollée), rayée, la valeur va chuter. Si la carte de la figurine est abimée, griffée, tordue, arrachée, pliée, si une étiquette de prix y est collée, si elle est “punched” (si le morceau de carton n'est plus sur le trou permettant de l'installer dans les rayons), bref, si elle présente le moindre défaut, le prix va chuter. Là encore, l'AFA évalue les figurines sous blister, selon des critères tout aussi compliqués que les figurines en loose.


Carte dite “punched”                                             Carte dite “unpunched”

Pour faire simple : plus une figurine est abimée, moins elle vaut cher. S'il manque les accessoires, si des parties sont jaunies, si des parties manquent, si la peinture est écaillée voire nettement effacée, s'il y a des traces de jeu et/ou d'usure, des déformations, des articulations qui ne tiennent plus, cela fait diminuer sa valeur, et ce quelle que soit sa rareté ou sa valeur de départ. La même règle s'applique à toutes. Le fait qu'une figurine soit rare n'est donc pas un critère absolu : un Snaggletooth bleu en très mauvais état ne se vendra jamais au prix d'un AFA 85, même s'il est tout aussi rare.

Pour les figurines sous blister, c'est pareil : plus le blister est en mauvais état, moins il est cher. Il y a des exceptions, toutefois, pour des pièces vraiment très très rares, comme un Général Madine sous blister Trilogo, dont seulement une trentaine sont connues au monde. Là, devant la rareté, l'état va compter un peu moins. Mais il va tout de même compter.



Les variants.

Ah, mais on a dit qu'il fallait ne pas en tenir compte ! En fait, il faut tenir compte de certains variants qui sont réellement rares. Parce que certains sont tout de même beaucoup plus rares que d'autres, ce qui augmente nettement la valeur. Mais on l'a dit : attention, tout les variants ne se valent pas. Un Han Solo à petite tête est nettement plus rare qu'un à grosse tête, un Jawa vinyl cape est beaucoup plus rare qu'un Jawa à cape en tissu. Mais un Luke à cheveux bruns n'est guère plus rare qu'un Luke à cheveux blonds. Parfois, ce sont les accessoires qui changent la donne : un sabre laser télescopique est beaucoup plus rare qu'un normal, mais un serpent brun n'est guère plus rare qu'un serpent orange pour Yoda. Pour ne pas se tromper, là il faut un peu connaître et consulter des catalogues ou des sites spécialisés.


(photos starwars.com)


La rareté.

Clairement, certaines figurines sont vraiment beaucoup plus rares que d'autres. Mais ôtons-nous de l'idée une légende : la plupart des figurines vintage ne sont pas rares. Rappelons qu'il s'en est vendu plus de 250 millions entre 1978 et 1985, et qu'il y a eu des centaines de milliers d'invendus qui se sont retrouvés plus tard dans des solderies, ce qui porte le nombre à un chiffre inconnu, mais proche peut-être de 300 millions.

On ne peut pas dire qu'elles sont rares parce qu'elles sont anciennes. Les figurines les plus rares sont au contraire les plus récentes, parce qu'elles ont été produites en beaucoup plus petite série. Pour connaître la rareté, il faut consulter des listes et des catalogues, pas toujours exacts, malheureusement. Le Tomart's Price Guide, qui a longtemps fait autorité aux USA pour évaluer les figurines, ne donnait en 1994 que 15 dollars de valeur à un Général Madine sous blister Trilogo, alors qu'on l'évalue aujourd'hui à près de 5000 euros !


(image Tomart's Price Guide)


Les cartes

Ce point ne concerne que les collectionneurs qui se lancent dans les figurines sur carte. Point dont il faut tenir compte : sur quel type de carte la figurine est-elle proposée. En effet, généralement, si le recto varie en fonction des séries (il n'y en a que 6, globalement) le verso de la carte, le “cardback”, varie en fonction des vagues. Il y a eu, par exemple, un seul recto pour la série Empire Strikes Back américaine, mais pas moins de huit verso différents ! Et les choses se compliquent encore plus quand on sait que les cartes comportent parfois des stickers au recto, et au verso des offres spéciales, concernant par exemple les mail-away, et que la même vague peut avoir plusieurs versos différents. Comment s'en sortir ? Le recours aux catalogues est indispensable. Il existe un document appelé Kellerman Book Matrice (publié par Rebelscum) qui recense les différents cardback, mais seulement pour les éditions américaines. S'y ajoutent les éditions des figurines dans les différents pays, dont la France, et les Trilogo européens, avec là encore des différents versos. On trouve, pour les figurines françaises, un tableau équivalent à celui de Kellerman dans l'excellent ouvrage de Stéphane Faucourt From Meccano To Trilogo. Qu'ils soient sur le Net ou sur papier, il faut chercher et se renseigner soigneusement.

Un seul recto... mais de nombreux versos !
5. Faux en tout genres
 
Il existe des tas et des tas de fausses figurines vintage. Mais tous les faux ne sont pas crées ou/et vendus dans le but d'escroquer. Il faut savoir faire la différence entre les termes suivants :

  • Custom
  • Bootleg
  • Repro
  • Fake

Chaque terme fait référence à une fausse figurine, mais à un esprit très différent. Nous allons les passer en revue rapidement avec quelques exemples.




Customs

Un custom, c'est un produit créé par un fan, un produit qui n'existe normalement pas, qui n'a jamais été fabriqué ou même créé. On trouve des customs de figurines, des customs de cartes, des customs de jouets, qui sont en général présentés par les vendeurs comme étant des customs. Il n'ont pour ainsi dire pas de valeur intrinsèque sur le marché des collectionneurs, mais certains collectionnent les customs. Ils peuvent être très jolis, originaux, bien réalisés, mais aussi parfois très laids et franchement ratés. En voici quelques exemples.
Des customs de figurines vintage et un beau custom sur carte

Si vous voyez dans une annonce "custom" c'est que, d'une manière ou d'une autre, vous avez affaire à un produit qui n'est pas original. Mais il peut aussi être très intéressant pour le collectionneur. Il faut reconnaître qu'il suffit d'un peu d'imagination et de matériel pour reproduire de nombreux personnages de la Trilogie absents de la ligne de figurines, pour peu qu'on n'hésite pas à découper des figurines vintage qui ne sont pas données. Par contre, ça peut être une bonne option pour recycler des figurines en mauvais état. Les photos qui suivent montrent quelques superbes customs à base de figurines vintage (collection et photos Benjamin Gay).




Bootleg

Un bootleg, c'est une copie d'un produit existant, par exemple d'une figurine, réalisé le plus souvent par un fabricant sans scrupules ni licence. C'est une contrefaçon. Dans certains pays, les bootlegs de figurines Star Wars sont très répandus. On trouve des bootlegs de figurines vintage venus des pays de l'Est (Pologne, Hongrie), de Turquie, ou des pays Sud-Américains. Ils sont généralement de mauvaise qualité, voire de très mauvaise, les figurines étant visiblement réalisées à partir de vraie figurines surmoulées, et leurs couleurs sont souvent fantaisistes, voire totalement fausses.

De “beaux” bootlegs de figurines vintage

Généralement, les bootlegs se reconnaissent au premier coup d'oeil. Certains collectionnent les bootlegs.




Repro

Un “repro”, c'est une reproduction la plus fidèle possible d'un produit existant, que ce soit une figurine, un accessoire, une carte, une bulle plastique ou un emballage. Il existe de nombreuses repros d'armes de figurines, les petits blasters étant souvent perdus, certains se sont spécialisés dans la vente de reproductions d'accessoires tels les armes, les capes en vinyle. Il existe aussi des repros de cartes vintage. La technique consistant à prendre une figurine et à la resceller sur sa carte repro est appellée "recard". On peut trouver des kits complet pour faire soi-même ses recards avec des cartes et des bulles de plastique repro.


On s'y tromperait !

Si vous voyez dans une annonce “arme repro” ou  “carte repro”, vous savez à quoi vous en tenir. Attention, cependant : ne perdez pas de vue qu'une carte “repro” si belle soit-elle, si soigneusement réimprimée, n'en est pas pour autant une vraie carte. Techniquement, une figurine sur carte repro n'a pas plus de valeur qu'une figurine en loose. Ce n'est pas un argument pour vendre une figurine hors de prix. Des figurines sont parfois aussi des repros, réalisées à grande échelle. Souvent, lorsqu'une figurine ou un blister est repro, les annonces le précisent.

Des annonces pour des figurines et accessoires repro.

Maintenant, il faut reconnaître que certaines cartes repro (ou armes) sont soignées et superbes, et que les bulles plastiques sont également superbement reproduites. A défaut de pouvoir acheter les figurines sous blisters originaux, on peut acheter des repros pour compléter une collection. Mais n'oublions pas que du point de vue du collectionneur, une carte repro n'a pas de valeur. Et les collectionneurs savent bien faire la différence.




Fake

Là, c'est vraiment le faux ayant pour but d'escroquer. C'est un produit contrefait présenté comme vrai de vrai, c'est l'arnaque. Le fake est parfois le plus difficile à identifier, car le faux est en général très bien fait, dans le but de tromper même le collectionneur averti. Et soyez-en sûrs, même le meilleur peut se laisser avoir. Les faux se concentrent en général sur des figurines ayant de la valeur. Faire de faux Luke Skywalker en loose n'aurait aucun intérêt, mais faire de faux Snaggletooth bleus peut être nettement plus lucratif.

Certaines personnes mal intentionnées produisent des reproductions superbes et les font donc passer pour des vraies, sur des cartes refaites également, et il est difficile de voir la différence si on n'a pas la figurine entre les mains. Voilà comment on peut acheter à prix d'or une figurine 21-back carded et n'avoir qu'une repro une fois chez nous. Et difficile de dire quoi que ce soit si on l'a commandé aux USA et que le vendeur a aussitôt disparu. Il existe même de faux AFA ! Ce qui ne signifie pas que certains faux sont si “vrais” qu'ils peuvent même tromper des spécialistes, non, mais simplement que l'étiquette de grade AFA est elle-même contrefaite ! Soyez donc extrèmement prudents.

Dans l'exemple qui suit, on pourrait parfaitement s'y tromper, si on n'y regarde pas de près. En comparant l'original et le repro, on découvre que la police de caractères gras servant au texte “Boba Fett“ et “A new character...” dans la boule de feu n'est pas tout à fait la même sur la repro. Elle est moins “grasse”. Et donc la version carded AFA de droite est un faux manifeste. L'étiquette AFA assurant la qualité de la figurine est elle-même fausse; l'AFA ne s'y serait certainement pas trompé !


  un vrai Boba Fett AFA       un Boba Fett repro           un faux Boba Fett AFA !      




Faux prototypes

Dans le registre des faux, penchons-nous aussi sur les faux prototypes. Les collectionneurs recherchent toujours des pièces rares, de plus en plus rares, et certains proposent des prototypes de figurines, ce qui peut être d'un grand intérêt pour le collectionneur. Vous n'êtes pas sans savoir qu'avant de mettre en vente des figurines, Kenner a réalisé un certain nombre de prototypes pour les figurines vintage. Mais ces vrais prototypes sont relativement peu nombreux, beaucoup ont été détruits, perdus, ou gardés soigneusement dans des collections privées comme celle de Steve Sansweet. Des vendeurs sans scrupules n'hésitent cependant pas à proposer à la vente de faux prototypes, qu'ils disent détenir par quelqu'un qui a travaillé chez Kenner ou dans l'usine de fabrication de figurines.

D'habiles faussaires vendent donc de faux prototypes. Comment font-ils, direz-vous ? Dans l'ensemble, c'est parfois assez facile. Il suffit de réaliser une copie soigneuse de figurine dans une couleur de plastique incongrue et ça passera pour un prototype. Voici un exemple :

Un faux prototype de Snaggletooth bleu

Ce faux prototype a largement circulé voilà plusieurs années, et le vendeur a fait de gros bénéfices en vendant ce faux. Mais des indices permettent d'identifier le faux facilement : les bulles d'air dans le moulage sont l'indice d'un faux, jamais Kenner n'aurait gardé des prototypes aussi mauvais, les couleurs de plastique sont trop “neuves”, les joints présentent des jours incongrus pour des protoypes.

Une autre méthode pour faire de faux prototypes consiste à faire disparaître la peinture d'une figurine. Généralement, les figurines sont moulées dans un plastique d'une couleur unie puis certaines parties sont peintes. En ôtant la peinture, on obtient une figurine de couleur bizarre. C'est ainsi que de nombreux faux prototypes de C-3PO ont été vendus, en fait des figurines normales mais dont on a dissout la dorure. Le plastique recouvert de doré peut être à la base de n'importe quelle couleur ! Le produit restant est présenté comme un prototype.

De faux prototypes de C-3PO

Lorsqu'on essaye de vous vendre un prototype, soyez extrèmement prudent, voire doutez : il y a de très très fortes chances que ça soit un faux car il y a très très peu de vrais prototypes en circulation.
6. Conclusion
 

Au final...

Pour ne pas se tromper, méfiez-vous des propositions trop alléchantes, des prix très bas ou très hauts, mais aussi des annonces proposant des choses comme “très rares !”. Apprenez à connaître les figurines, leur rareté, leur évaluation moyenne en consultant des dizaines d'annonces, sur des sites de vente sérieux comme Vectis Auctions. Et surtout, soyez un collectionneur patient. On retrouve pour ainsi dire toujours une pièce qui nous intéresse, un jour ou l'autre, et moins chère. Mais il faut savoir attendre des années parfois avant de tomber sur la bonne affaire.
Profitez également des salons de collectionneurs, des conventions comme Migennes, Cusset, ou des plus petites manifestations comme la convention de Velaine en Haye. On y trouve très souvent des vendeurs de figurines vintage qui proposent des prix corrects, voire très corrects pour des figurines soit en loose soit sur cartes.
Fouinez dans les vide-greniers, dans les ventes aux enchères publiques, où l'on trouve parfois des lots impressionnants qui partent à des prix très bas. Mais là encore, soyez patients et sereins.

Bon courage, en tout cas !
<< Page précédente
Publicité