StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Prologue
 
Nous sommes au début des années 1970, au siècle dernier. A l'époque, le marché du jouet pour garçons, puisqu'au départ il s'agissait surtout de cela, était placé sous le signe de la figurine articulée. Ces figurines n'étaient rien d'autre que des poupées, la version pour garçons des poupées mannequins. D'une taille comprise entre 8 pouces (environ 20 cm) et 12 pouces (environ 30 cm), elles étaient moulées nues en plastique rose et vêtues de vrais vêtements de toile qu'on pouvait retirer, tout comme une poupée Barbie. Des jeux de vêtements ou d'équipements pouvaient être achetés à part, et même des membres de remplacement, nous en reparlerons.
 

La gamme Big Jim

La marque Mego Corporation commercialisa, à partir de 1971, des figurines de 8 pouces (20 cm), articulées de partout, représentant des super-héros DC aussi bien que Marvel. Le meilleur cotoyait le pire : la Torche Humaine avec sa tenue tissée représentant des flammes était des plus ridicules, mais les Spiderman étaient instantanément cultes. Mego ne fabriquait qu'un seul modèle de corps pour les figurines, seule les têtes et les costumes étaient différents, ce qui permettait des économies et une grande diversité de personnages. Tous les super-héros de l'époque y sont passés, on se souviendra longtemps de Batman et de ses moufles en vinyle. Mego proposa également une série basée sur Star Trek la série classique, en recyclant d'autres figurines pour faire des économies. A noter que Mego est l'inventeur de la figurine sous bulle plastique scéllée sur une carte en carton.
 

Quelques super-héros Mego

On pouvait aussi apprécier, à partir de 1972, les fameux Big Jim et consorts de Mattel. Ces figurines étaient ingénieusement concues, avec leurs biceps qui se gonflaient quand on leur pliait les bras, et qui donnaient des coups de karaté en pressant un bouton dans le dos. Les Big Jim étaient un poil plus grand que les Mego (10 pouces, soit environ 25 centimètres) et ont été conçus comme une réponse antimilitariste aux GI Joe de Hasbro (voir ci-dessous). Mattel fabriquait également des poupées de personnages de western, cousins de Big Jim, représentant les personnages de la saga Winnetou l'indien.
 

Jouets Big Jim, années 70.

Enfin, Hasbro proposait les superbes poupées GI Joe, paramilitaires aux accessoires pléthoriques et aux véhicules improbables. Pour l'anecdote, ces poupées de 12 pouces (30 cm), lancés en 1972, étaient dotées d'un ingénieux gadget : des yeux mobiles. On pouvait les faire regarder à droite ou à gauche selon les besoins. Une énorme gamme d'accessoires, de tenues et de playsets, essentiellement militaires, permettaient d'infinis scénarios de jeu. On trouvaient ces jouets en France sous le nom Groupe Action Joe, et sous le nom Action Man en Angleterre.


Les figurines GI Joe

Les points communs de toutes ces gammes de poupées étaient une taille respectable, des articulations nombreuses, des tenues élaborées, des gadgets intégrés, des accessoires et surtout un prix assez élevé. C'étaient de beaux jouets, pas trop fragiles, mais de grande taille. Si certains étaient des produits dérivés, beaucoup étaient des créations originales des fabricants. Toutes ces gammes de poupées dominèrent le marché du jouet pour garçon jusque dans les années 80.

Fin 1977, on aurait pu croire que les jouets Star Wars allaient se fondre dans ce marché, en respectant ses codes et ses produits. Mais comme nous allons le voir, Star Wars allait tout révolutionner dans le monde du jouet.

Publicité