StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Qui est Michael P. Kube McDowell ?
 

De son vrai nom Michael Paul McDowell (on va l'appeler Mike désormais), cet écrivain américain de science fiction est né le 29 août 1954 à Philadelphie, en Pennsylvanie. Il a étudié au Lycée St. Joseph dans le New Jersey et à l'Université d'Etat du Michigan.

Il a publié 13 romans au cours de sa carrière, dont la trilogie BFC, ainsi que de nombreuses nouvelles. Il a également écrit pour la télévision, travaillé dans un journal, et donné des cours de sciences dans l'école secondaire de Middlebury.
C'est un proche ami de Sir Arthur C. Clarke, avec lequel il a écrit quelques romans, et il fut nommé au prix Hugo du meilleur roman en 1991 et au prix Philip K. Dick en 1985.

Il ne vivait que pour devenir un écrivain professionnel de science-fiction.
Son intervention dans l'univers Star Wars a lieu à sa grande époque, lorsque sa carrière est bien lancée, entre les nombreuses ventes et les coopérations avec de célèbres auteurs. Il est par ailleurs très heureux d'avoir pu participer à cet univers, bien que ce soit son seul apport à l'édifice de l'Univers Etendu.

Une chose est certaine lorsque l'on voit son parcours, c'est qu'il n'est pas un mauvais écrivain. La qualité de son oeuvre a été souvent remise en question mais il est impossible de nier qu'il est capable de faire de l'excellent boulot. Pourquoi n'en serait-il pas de même avec Star Wars ?
Il ne sera ainsi pas question ici de critiquer le travail de l'auteur, qui a apporté sa pierre à l'édifice avec le même talent que les autres.

Une petite citation de sa part pour terminer ?

"Palpatine cherchait le pouvoir sur les autres, Yoda cherchait le pouvoir en lui-même. Palpatine voulait tout contrôler, dans l'espoir de construire ce qu'il pensait être l'univers parfait. Yoda a abandonné l'idée de contrôler ou perfectionner l'univers dans l'espoir de le comprendre."

Philosophique, n'est-il pas ?

2. Apports extérieurs
 

En raison de la situation très floue de ce que représentait le canon à l'époque, de nombreux écrits virent leur contenu perdre en cohérence après la mise en place d'une continuité, mais ce n'est en aucun cas la faute de Mike. Les aides qu'il a pu recevoir dans l'écriture de ces romans en plus des consignes données par la ligne éditoriale de Bantam demeurent ainsi très floues.

Toutefois, on peut ici mentionner le talentueux Drew Struzan qui est à l'origine des belles couvertures de cette trilogie, et qui n'est plus à présenter en raison des nombreuses couvertures qu'il a réalisées pour les romans de l'Univers Etendu, les affiches de l'édition spéciale de 1977 et des films de la Prélogie, ainsi que de sa remarquable affiche-teaser de l'Episode VII.

Et pour nos lecteurs francophones, il ne faut pas oublier d'honorer le travail du traducteur : Grégoire Dannereau. Cependant, en dépit de certaines maladresses lexicales et quelques erreurs, aucun jugement ne sera porté sur son travail, car ce n'est pas le but de ce dossier, surtout lorsque l'on constate la présence de "Yan Solo" dans le texte, qui relève d'un choix de traduction fait en 1977 et qui fut conservé durant des décennies.
Au sujet de ce dernier point, la traduction récente Han Solo sera utilisée lorsque l'on mentionnera ce personnage.

Page suivante >>
Publicité