StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Présentation rapide
 
Cette intrigue reprend les personnages de Lando, Lobot, R2-D2 et C-3PO, afin de les embarquer dans une exploration périlleuse à bord un vaisseau mystérieux, artefact organique et conscient créé par une civilisation disparue, qui ne possède ni équipage, ni pilote, mais peut déployer un armement puissant...
2. Mise en avant et mise à l'écart
 

Toute l'originalité de cette intrigue, c'est qu'elle est centrée sur Lando ! On a l'habitude de voir tout tourner autour du Big 3, ainsi on pouvait aisément s'imaginer voir une partie centrée sur chacun d'entre eux. Mais Lando est ici au coeur de l'histoire, ce qui permet de développer davantage son personnage longtemps laissé dans l'ombre à cause des autres héros. Cette mise en avant est donc très raffraîchissante pour les lecteurs, d'autant plus que ses compagnons font également partie des personnages dits "secondaires" : Lobot, R2-D2 et C-3PO. On a ainsi un focus sur tout un panel d'individus trop souvent laissés de côté, ce qui permet de créer de nouvelles situations, comme avec Chewbacca.
Le focus sur des personnages peu développés permet de donner un intérêt renouvelé à leur histoire, bien que beaucoup n'y verront qu'un mauvais moment à passer avant de se recentrer sur le Big 3. Il faut cependant bien comprendre que l'Univers Post-ROTJ ne repose pas simplement sur les épaules de Luke, Han et Leia, malgré leur présence prépondérante dans toutes les histoires. Il est bon d'avoir comme héros des personnages moins mis en avant et qui ont tout autant d'importance pour la galaxie Star Wars. L'audace des auteurs qui prennent le risque de lancer des histoires indépendantes du Big Three est remarquable, et c'est ce qui fait toute la richesse de l'UE Legends.

D'un autre côté, ce focus relève d'une incroyable mise à l'écart, car la quête qui leur est dévouée se passe totalement indépendamment des autres intrigues ! L'histoire du Vagabond Teljkon n'a absolument aucune incidence sur les autres évènements de cette trilogie. Les rares liens que l'on peut faire entre Lando et les autres sont la présence des Services de Renseignements, le départ de la flotte de Pakkpekatt, ou bien l'apparition providentielle de Luke à la toute fin de l'histoire. Toute cette partie, par rapport aux deux autres, est ainsi très isolée au sein même de la trilogie.
L'apparent manque d'intérêt ou d'importance de ce fil scénaristique, et parfois des situations (il faut l'admettre) très difficiles à suivre participe à la mauvaise réputation que traîne souvent cette partie sur Lando, mais il ne faut pas s'arrêter à cela.

Cette partie est donc à la fois intéressante et surprenante, mais elle peut facilement rebuter, surtout si l'on part avec un mauvais à priori. On pourrait se demander en toute bonne foi si cette intrigue n'aurait pas mérité un roman entièrement consacré, mais une réponse pourrait convenir : cela donnerait une impression de monotonie, voire de claustrophobie. La variation des intrigues permet de donner une dynamique et de ne pas ennuyer le lectorat.

3. Question d'intérêt
 

S'il y a bien quelque chose qu'on ne peut reprocher à Mike, c'est le développement de l'univers Star Wars. Il représente une infinie de possibilités. Mike développe les Qella, une toute nouvelle espèce au potentiel incroyable et à la technologie très avancée. De même, il crée un certain nombre de personnages, planètes et organisations des plus fascinants. 
L'existence de l'Institut Obroan, par exemple, est une veine pour les férus d'histoire, de découverte. L'utilisation des Services de Renseignements permet également de développer un autre aspect rarement aperçu dans les livres Star Wars. 

Les curieux seront ravis par cette diversité de nouveaux éléments. Le Vagabond Teljkon, en tant qu'arche de survie pour la culture Qella, représente aussi un élément des plus intéressants, qui n'est pas sans rappeler l'Arche de Noé. Passé outre son exploration qui peut sembler longue, les détails apportés au fur et à mesure permettent d'en apprendre toujours plus. Cette découverte progressive des éléments culturels et technologiques des Qella permet de tenir en haleine tout du long, et cela conduit également à se demander comment nos héros vont réussir à s'en sortir indemnes. Une certaine envie de connaître la fin de l'histoire peut naître chez le lecteur, bien que la tentation soit très forte d'aller directement à la dernière page pour passer ces longs moments d'enfermement, à la fois dans le vaisseau et dans l'esprit de nos personnages. C'est pourtant l'un des intérêts principaux de cette histoire.

Le seul véritable défaut que l'on pourrait retenir, car le reste n'est que du ressenti personnel selon le lecteur, c'est le manque d'impact sur la trilogie elle-même, et pire encore sur le reste de l'Univers. Tous ces éléments sont restés dans leur coin d'univers, et ne furent jamais développés par la suite, bien que certains tels l'institut Obroan soient mentionnés ou réutilisés. Considérant le fait que dans le tome 3, cette intrigue soit présentée par des "Interludes", on accepte d'avantage le caractère anecdotique de l'histoire, et on peut profiter du reste de la trilogie sans se prendre la tête.

4. L'humain contre la machine
 
L'un des points les plus intéressants de cette histoire, c'est la confrontation constante de l'humain et de la technologie. On a d'un côté Lando, de l'autre nos héros droides, et Lobot, de part sa qualité de cyborg, représente l'équilibre parfait. Tout au long de l'exploration du Vagabond, une tension constante s'empare de nos quatre protagonistes qui vont tous finir par craquer à un moment – même les droides.

Cela crée de multiples conflits qui permet de poser une des questions les plus intriguantes de l'univers Star Wars : et les droides ?
En effet, ces êtres technologiques très avancés en sont venus à posséder une certaine forme de conscience, une personnalité qui les rend attachants, presque humains. La vie des droides devient aussi précieuse que celle des humains.

La compréhension du vaisseau par les droides et le cyborg rend la situation compliquée pour Lando qui se retrouve isolé, incapable de comprendre la situation ni d'agir. Les conflits entre les personnages, qui conduisent à des ruptures fortes et des développements inédits dans l'intrigue, sont relativement bien amenés dans cette ambiance très fermée. Les droides sont autant concernés que les humains par la claustrophobie à long terme, et cela forge d'avantage leur caractère. Ils peuvent ainsi se dépasser et sortir du rôle de suiveur, de serviteur des humains, en s'affirmant et en défendant leurs positions.

Le changement de position de Lobot, qui se range petit à petit du côté des droides pour faire réagir Lando à la détresse de ceux-ci, ainsi qu'à celle du vaisseau, est également très intéressant. Il est dommage que Lobot n'apparaisse pas réellement ailleurs dans l'UE, car il apporte un nouveau point de vue : les droïdes adoptent une certaine forme d'humanité, lui, semble se transformer petit à petit en droide ! 

Ainsi, cette intrigue permet de développer un aspect de Star Wars très peu abordé. On peut constater la présence de cette idée dans la série Les Nuits de Coruscant, mais on retrouve rarement ce sujet ailleurs.

5. Prémices d'une autre série
 

Un élément intéressant de cette intrigue est évidemment le très mystérieux Vagabond Teljkon. Son exploration vous a peut-être paru longue, inutile, ennuyeuse, ou au contraire très prenante, mais l'existence même de cet élément est très captivante.
D'où vient ce vaisseau, qui l'a construit, comment fonctionne-t-il ? Ce sont les questions que vous vous êtes posées sans arrêt en suivant les frasques de Lando et ses compagnons mécaniques.
On peut voir ici que le Vagabond nous a posé la possibilité d'un vaisseau vivant.

Certains sauront de quoi je parle, d'autres moins, donc je vous place une alerte. Si vous ne voulez pas être spoilés sur la période du Nouvel Ordre Jedi, passez à la partie suivante.

En effet, aussi incongru que peut sembler ce lien entre le Vagabond et les Yuuzhan Vong, nul doute que tous possèdent des technologies que l'on peut qualifier de vivantes. Le principe est différent, car les vaisseaux des Yuuzhan Vong sont constitués uniquement de matières "naturelles", tandis que le Vagabond demeure une construction technologique. Mais ce dernier possède un véritable fonctionnement organique, comme un être vivant. Il est doté d'une conscience et ses coursives fonctionnent comme les artères d'un corps. On commence à envisager un vaisseau comme un être doué de sens, de sentiments. Lando et ses compères apprennent à communiquer avec lui, à ne pas le blesser, à le comprendre. Le lien avec la conscience des êtres mécaniques revient d'autant plus fort avec ce constat.

Vous voyez ce vaisseau ? Belle ressemblance avec le Vagabond, n'est-ce pas ?

Volontairement ou non, ce Vagabond pouvait nous préparer lentement à la question des vaisseaux vivants et l'importance des êtres mécaniques.

<< Page précédente
Page suivante >>
Publicité