StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. 1978 : MPC et ses avatars
 

Depuis 1978, de nombreuses maquettes Star Wars sont sorties sous des marques aussi diverses que MPC, AMT, Ertl, Airfix pour l’Europe, Meccano en France, Fisher en Grande Bretagne, Kenner pour l’Allemagne, Revell/Takara au Japon, Clipper aux Pays-bas, d’autres marques encore selon les pays. En fait, ces marques ne forment qu'une seule et même gamme, ayant été rachetées les une par les autres au fil du temps. Dans toutes ces boîtes parfois complètement différentes se cachent donc toujours les mêmes maquettes, avec parfois quelques petites modifications au niveau des moulages. Seule la marque Takara se démarquait au départ en proposant des kits différents mais également le X-Wing sous une boîte très similaire aux versions internationales, ce qui complique encore un peu les choses.

Pendant près de 25 ans, ces marques ont été les seules à produire officiellement des kits Star Wars largement répandus sur le marché mondial. Produites en très grande série, commercialisées à des prix très abordables et profitant du réseau d’importation préexistant des marques, ces maquettes se sont imposées presque immédiatement sur un marché demandeur. Durant plus de 20 ans, construire une maquette Star Wars était toujours synonyme de MPC et consort.
Pour la France, les marques furent tout d'abord Meccano, qui francisa les boîtes américaines sans pour autant en changer le look, puis l'anglais Airfix qui commercialisa largement chez nous les kits Star Wars. Quand Airfix lâcha l'affaire, les marques originelles prirent leur place sur les étals. L’importateur exclusif de ces marques fut longtemps Crombez Diffusion, jusqu’à ce que Heller obtienne les droits en 1999. Toutes ces maquettes parfois assez rudimentaires, contentèrent un public de jeunes fans durant plus de deux décennies. Pour tous les détails, consultez le dossier fabricant consacré à cette marque.

Mais avec les années, le monde du modélisme est devenu plus mature au point de quasiment se professionnaliser. Les passionnés devinrent de plus en plus exigeants, stimulés par les revues spécialisée, les salons et les conventions. C’est pourquoi aujourd’hui les maquettes MPC d’époque accusent nettement leur âge du point de vue technologie de moulage et qualité.

2. 1999 : AMT contre-attaque
 

En 1999, AMT (acronyme de Aluminium Model Toys) détenant toujours la franchise Star Wars, fit un retour spectaculaire avec la sortie de l'Episode I – La Menace Fantôme, en ne sortant que peu de kits mais tablant cette fois sur des produits de très bonne qualité. Le superbe Podracer d’Anakin Skywalker est un exemple de produit réussi. AMT produisit donc des kits plastique et métal des vaisseaux de l'Episode I plutôt réussis. Pour une étude détaillée, voir la partie MPC-AMT/Ertl.

Malheureusement, l'engouement des années 70 pour les maquettes était passé depuis longtemps. La déferlante des jeux vidéo avait créé de nouveaux modes de divertissement, plus rapides, plus colorés, plus virtuels et les vieilles maquettes plastiques à monter, fastidieuses par l'importance du travail qu'il fallait y consacrer, faisaient figure d'objets du passé. Les jeux de construction Lego entamaient une renaissance en proposant des produits ludiques, de qualité sous licence, et les maquettes traditionnelles se sont retrouvées reléguées au rang de produit pour passionné. Logiquement, les produits AMT pensés pour le grand public n'y ont pas résisté.

Les produits AMT “Épisode I” ayant été un flop retentissant, la marque s'est bien gardée de produire des kits “Épisode II”. En 2005, toutefois, trois kits “Épisode III” ont timidement vu le jour, accompagnés de la réédition de quelques-uns des kits les plus populaires de la marque. Mais le cœur n'y était plus. Aujourd'hui, en 2012, les maquettes Star Wars ont disparu du catalogue AMT, mais il est facile de se les procurer en occasion sur la Toile. Pour plus de détails sur toutes ces maquettes de légende, voir la partie MPC-AMT/Ertl.

3. 2001 : l'ère FineMolds
 

C’est pour satisfaire cette clientèle de passionnés devenue exigeante et qui a généralement les moyens, que sont apparus au début des années 2000 des kits de très haute qualité conçus par Fine Molds, filiale d'Hasegawa. Convaincu, justement, par la qualité exceptionnelle du prototype du premier kit Star Wars produit par cette marque, George Lucas, créateur de la Saga, autorisa FineMolds à poursuivre sur la même voie avec seulement deux exigences : que les produits restent de qualité équivalente et qu'ils ne soient commercialisés qu'au Japon.

Le premier kit produit par la marque, le X-Wing, fit l'effet d'une bombe dans les milieux plus ou moins fermés des maquettistes. Imaginez la chose : une maquette en plastique injecté au 1/72 était quasiment aussi précise, voire plus, qu'un kit résine au 1/24 pourtant trois fois plus grand ! Pour la première fois dans l'histoire de la maquette, un véhicule de science-fiction était traité avec les mêmes égards (sinon plus) qu'une maquette classique.

Et les kits FineMolds qui suivirent furent en effet tous superbes, sans exception, d’une finesse de détails, de fidélité et de moulage encore inégalée : le Faucon Millenium au 1/72 produit sous ce label atteint des sommets ; bien que plus petit que la version AMT, il ne comporte pas moins de 900 pièces, dont certaines ne peuvent se manipuler qu’à la pince ! Et tous les détails sont présents ! Revers de la médaille, cependant, un prix élevé à la hauteur de la qualité du produit et une certaine rareté hors du Japon (voir la partie FineMolds).

La présence de Fine Molds dans l'univers Star Wars s'achève fin 2014, conséquence du passage de la franchise à Disney. Ces kits resteront incontestablement les meilleurs et les plus beaux jamais crées dans la catégorie des kits en plastique injecté. Revell reprendra plus tard un certain nombre des kits Fine Molds.

4. 2005 : l'ère Revell
 

A partir de 2005 est apparue sous la marque Revell toute une collection de kits des vaisseaux de la Prélogie de bonne facture. C'est un peu un retour des choses, puisqu'en 1978 était déjà sorti un kit Star Wars sous ce label : le X-Wing commercialisé sous la marque Revell/Takara. A la limite de la maquette et du jouet, les “Easy Kits” Revell (à l’exception de la première édition du kit du Republic Destroyer, qui est une maquette à l'ancienne) se montent sans colle et sont déjà pré-peints. Mais, bien entendu, rien n’empêche le maquettiste exigeant de retravailler la peinture à sa convenance. On trouve dans ces maquettes un reflet de l'état d'esprit propre à l'époque: l'esprit “Lego”. Construction très rapide, sans outils, sinon un simple cutter, belle présentation, sans peinture à ajouter, sur de beaux supports, et la maquette plastique retrouvait avec bonheur le chemin des étalages des magasins de jouets.

Devant le succès de ses produits Prélogie largement distribués même sous nos contrées, Revell s’est attelé à la tâche et a également ressorti nombre de vaisseaux de la Trilogie sous forme de “Easy Kits”, ainsi qu’une collection de petites maquettes de poche à des prix ridicules, les “Easy Kits Pocket”. Une conception soignée, un nombre de pièces très limité (pas plus de 25 pour les kits Pocket), le caractère optionnel de la peinture, le montage rendu très facile, parfois au détriment du détail, voilà de quoi satisfaire les jeunes générations envoutées par la Prélogie et le plus souvent rebutées par la patience nécessaire pour construire et peindre correctement un kit traditionnel (pour plus de détails, voir la partie Revell).

5. 2014 : Bandai
 
Bandai n'est plus une marque à présenter. Immense fabricant de jouets et de maquettes, tant au Japon que dans le reste du monde, Bandai est un gage d'excellence et d'inventivité.
En 2014, Bandai acquiert une licence Star Wars, et commence à produire des maquettes plastiques à monter sans colle ni peinture. Les premières sont des vaisseaux et des personnages à l'échelle 1/12ème tirés de la Trilogie classique. Et le succès est au rendez-vous. Il faut avouer que les produitssont remarquables, bien finis, ingénieusement conçus, très fidèles aux modèles d'origine. Le C-3Po produit par la marque est tout simplement somptueux !
Encouragé par le succès des premiers kits, Bandai propose des maquettes superbes tirées de la Prélogie, puis du Réveil De La Force et de Rogue One. Les personnages à monter (de véritables maquettes, ne vous y trompez pas !) sont également magnifiques, tant le savoir-faire de Bandai en matière de figurines est remarquable (voir la partie Bandai).
6. 2016 : Zvezda
 
En 2016, c'est la marque russe Zvzda qui rejoint officiellement la liste des fabricants de maquettes plastique Star Wars. La marque est connue en Russie et dans le reste du monde depuis 1990 pour ses maquettes très classiques : chars, véhicules militaires, avions, bateaux.
En 2016, donc, Zvezda sort un premier kit Star Wars, un superbe Stardestroyer à léchelle 1/2700ème. Une superbe maquette qui dépasse de loin les versions précédentes en précision et en richesse de détails.
Gageons que dans les années à venir, la marque produira d'autre aussi belles maquettes.
Voir la partie Zvezda.
7. Les autres marques
 

Pour ce qui est des autres marques ayant produit sous licence, on peut noter également l’existence d’une série de superbes kits Star Wars en vinyle produits par la défunte marque Screamin, reprenant non pas des vaisseaux, mais la plupart des personnages emblématiques de l’épisode IV sous forme de maquettes en vinyle et métal, à l'échelle 1/4 et à prix très élevé. On ne pouvait trouver ces produits qu'en magasins spécialisés et dans quelques rares magasins de jouets.

La marque japonaise Kaiyodo produisit également des statuettes vinyles très réussies, qui furent distribuées aux USA par Screamin' (voir la partie dédiée de ce dossier) et largement recopiées par des fabricants peu regardants. On les trouve encore aujourd'hui dans certaines boutiques spécialisées sous des marques plus ou moins pirates comme “Phantom” ou “Fantastic”.

Ajoutons à cela de très nombreuses petites marques comme Argonauts, SMT, Scale Solution, Zarkus ou FantasticPlastic, qui ont édité de superbes kits en plastique, vinyle ou résine, malheureusement rarissimes en dehors des USA et/ou hors de prix pour le maquettiste moyen. Enfin, en parallèle des kits “officiels”, il est toujours possible de trouver sur le marché des “garages kits”, kits onéreux et produits en très petite série, souvent de très haute qualité car réalisés par des fans pour des fans, tant en résine qu’en vinyle et reproduisant les vaisseaux et personnages de la saga.

8. L'avenir de la maquette Star Wars
 

L'avenir des maquettes Star Wars passera certainement par les modèles tirés de la “postlogie”, de la série télé Rebels, ainsi que des films spin-off. C'est déjà le cas pour Le Réveil De La Force et Rogue One, et gageons que les prochains films nous réservenront aussi des nouveautés.
Pourtant, des questions demeurent sans réponse ; pourquoi n'a-t-on jamais produit de maquette plastique officielle du Sandcrawler Jawa ? Du Tantive IV ? De l'Executor ? Question d'échelle ? L'Etoile Noire a bien eu sa maquette, à une échelle hallucinante. Question de complexité ? D'autres engins tout aussi complexes ont été dérivés en kits plastiques. Question de présence à l'écran ? Si un B-Wing qu'on ne voit que furtivement à l'écran pendant les films a sa place dans le panthéon des vaisseaux Star Wars, combien plus que ces véhicules mythiques qui ont, avouons-le, nettement plus de présence qu'un B-Wing !
Soyez certains que ce dossier se fera l'écho, à travers de régulières remises à jour, des nouveautés dans le domaine de la maquette plastique, au plus grand plaisir des fans.

<< Page précédente
Page suivante >>
Publicité