StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
Critique de Cible : Fett, avant-dernier arc de la série Bounty Hunters !
 
[Critique] Vivement Dark Droids...
29/03/2024

Bonjour à tous,

Bien que terminée outre-Atlantique, la publication de la série régulière Bounty Hunters continue en France, avec Cible : Fett, un court arc de deux épisodes prépublié dans le softcover Dark Droids – Prologue, avant d’être proposé dans l’ultime album cartonné de la série Bounty Hunters plus tard dans l'année ! Au scénario, on retrouve Ethan Sacks, fidèle depuis le lancement du titre, cette fois accompagné de Lan Medina. Alors, que valent ces deux épisodes ? Verdict ci-dessous !

 

CIBLE : FETT

(Bounty Hunters #35 et 36)

Une nouvelle ère pour les chasseurs de primes !
- A la suite de la confrontation avec l'Escouade Inferno, Valance et T'onga sont rejoints par les plus dangereux chasseurs de primes de la galaxie...
Khel Tanna !
Deathstick !
Durge !
- ... et Boba Fett ?

La critique de L2-D2

 

Scénario : On temporise… encore ?

Ethan Sacks continue de prendre son temps, dans ces deux épisodes qui ont paradoxalement beaucoup de choses à raconter pour ne pas faire progresser l’intrigue.

Le scénariste repart en effet du cliffhanger de fin de numéro : la mémoire de Valance est en train de s’effacer, et il ne lui reste que 24 heures avant de perdre l’intégralité de ses souvenirs. Au-delà du manque d’efficacité de cette technique côté Impérial, il sera assez ardu pour le lecteur de ne pas se dire que l’ensemble des événements ici narrés n’occupe donc même pas les 24 heures en question, sachant qu’il s’est passé des choses hors-comics entre cet arc et le précédent… mais soit, après tout, c’est du comic-book et c’est un comic-book Star Wars, donc la durée des voyages et des entraînements n’est jamais clairement spécifiée !

Là où ça fonctionne moins bien, c’est l’élément principal de l’arc : l’intégration de Boba Fett au casting, qui est une cible avant de devenir autre chose. Là encore, évidemment, histoire de préserver le cliff de fin du numéro, le scénariste va donc exhorter les troupes de T’onga à éliminer Boba Fett, mais en fait, heureusement qu’il survit dîtes-donc, ce serait ballot dans le cas contraire !

Les troupes de T’onga, justement, ont suffi un net ravalement de façade. Exit Tasu Leech et Losha, et place à Durge et Deathstick, qui viennent les remplacer dans le groupe. A ce sujet, deux choses : la galaxie est tout de même petite, et cet ajout promet, vu la capacité du scénariste à bien utiliser ses personnages et à nous en apprendre plus sur eux au détour d’un numéro. Mais avec une fin de série calée au #42 et un seul arc restant avant le dernier numéro, en aura-t-il au moins le temps ? Ici, l’intégration au groupe est rapide, les deux personnages étant au bon endroit au bon moment…

Et au final, l’intrigue ne progresse pas tant que ça. Il est assez bien vu de la part du scénariste de ne pas nous proposer de flash-backs de Valance ce coup-ci, le cyborg étant dans l’incapacité de se souvenir, et on voit bien la perte de ses souvenirs au fur et à mesure. Conjugué à l’imminence de Dark Droids, ça promet pour le développement de Valance ! En revanche, ces deux numéros ont beaucoup de choses à raconter, proposant deux petites histoires complètes mais liées et tout va très vite, notamment les scènes d’action, expédiées en quelques pages.

 

Dessins : Villanelli est parti...

Et ça se voit.

Paolo Villanelli est, à mon sens, pour beaucoup dans la réussite du titre Bounty Hunters. Mais il semble avoir définitivement quitté la série, puisqu’il est absent ici et qu’il ne sera pas présent non plus pour le prochain arc en lien avec Dark Droids. Pour ce court arc, c’est donc Lan Medina qui s’est mis aux crayons, et c’est peu dire qu’on perd au change ! Tout est plus flou, les silhouettes sont grossières, Valance et Bosskk sont méconnaissables, les scènes d’action sont peu visibles et manquent cruellement de dynamisme, on dirait presque du Tomas Giorello de la grande époque de la Guerre des Clones dans la série Republic, tiens. On a même droit à un peu de fan-service, avec cette case où Boba Fett semble assis sur un trône, comme dans la série Disney+ Le Livre de Boba Fett...

On dirait que c’est bâclé, en fait. C’est d’autant plus étonnant de la part de Medina, dont le travail est généralement bien plus abouti. A se demander s’il n’a pas été positionné en urgence sur ce projet, avec des délais difficiles à tenir...

Par contre, les couvertures de Marco Checchetto sont très réussies !

 

Conclusion

Un arc qui prend donc le temps de ne surtout pas faire progresser l’intrigue sur Valance. Ça s’agite beaucoup, on change certains visages de l’équipe, mais on aurait sans doute pu enchaîner le précédent arc directement avec Dark Droids. Mais il faut bien publier un épisode par mois...

 

Note : 65 %

 

N’hésitez pas à venir nous dire ce que vous avez pensé de ce récit, soit en vous rendant sur sa fiche, soit directement sur le sujet du forum consacré à la série !

Et à bientôt pour une prochaine ActuaLitté !

Parution : 29/03/2024
Source : Le staff
Validé par : L2-D2
Section : Littérature > Comics
Type : Critique
<< Actualité précédente
Actualité suivante >>
On en parle sur nos forums
 
Les 10 derniers messages (voir toutes les réponses) :
  • 19/01/2024 - 9:32
    J'ai l'impression que toi aussi tu aime Paolo Villanelli :lol: :lol:
  • 20/01/2024 - 12:13
    Je n'aurai pas été assez subtil? :think: :D

    Mais encore plus que les magnifiques dessins de Paolo Villanelli en eux-même, c'est vraiment la parfaite combinaison entre le scénario et le style de dessin que j'ai aimé. :oui: Villanelli aussi parvient à passer de la grandiloquence dans les combats à des dessins plus comique (Bossk qui dort totalement affalé dans sa cabine :cute: )
  • 28/01/2024 - 18:52
    Bon, j'ai du retard à rattraper, moi ! On commence donc avec...


    Le Bourbier de Bestine (Bounty Hunters #29 à 31), par Ethan Sacks et Paolo Villanelli

    Scénario :  Changement de statu quo ?

    Cette fois, nous y voilà. Après presque un an loin de ses camarades chasseurs de primes, Beilert Valance, désormais au service de l’Empire, va se retrouver face à eux. Qu’est-ce qui pourrait mal tourner, vraiment ? :siffle:

    Une nouvelle fois, Ethan Sacks nous propose un court arc de trois épisodes, et une nouvelle fois ces épisodes sont d’une densité folle. D’autres scénaristes auraient sans problème utilisé cinq ou six épisodes pour faire la même chose, en développant peut-être un peu plus, mais pas Ethan Sacks : non, on ne pourra pas l’accuser de temporiser, de prendre son temps, d’avoir un rythme narratif lent. Bien au contraire ! On aurait pu imaginer que Valance mettrait un certain nombre de pages à être confronté à T’onga, ce n’est pas le cas, il apprend ce que nous, lecteur, savons depuis maintenant plusieurs épisodes, et sa réaction, sa réaction… elle est magnifiquement mise en scène et occasionne un changement d’allégeance immédiat du personnage, qui n’a désormais plus aucune raison de demeurer au service de l’Empire. Sauf que… il a noué des liens avec une femme, et celle-ci va tenter de le « ramener à la raison », ou du moins, à sa raison. Et si elle échoue, ce sera Dark Vador qui s’en chargera ! :sournois:

    Car oui, Dark Vador est présent dans cet arc. Je vous voie déjà lever les yeux au ciel : « encore un affrontement sans conséquences ? ». Alors oui. Et non. Ce qui intéresse le scénariste, c’est le développement psychologique de ses personnages, les liens qu’ils créent, les trahisons, l’humour, un peu, aussi, et les cliffhangers. Sacks maîtrise à la perfection l’art du cliffhanger, ce twist, cette révélation de dernière page qui donne envie d’être déjà au prochain numéro, et c’est vérifié pour chacun des trois numéros. Vador, finalement, n’est là que sur une poignée de pages, et c’est la relation entre Valance et la lieutenante impériale Haydenn qui va cristalliser l’évolution du cyborg dans les dernières pages. Et peut-être par la suite ?

    Qui dit suite dit quelques pages qui nous sortent de l’arc, d’ailleurs, pour nous annoncer des développement extérieurs sur Vukorah. Bon, j’aurai préféré un one-shot de transition plutôt que cette coupure de rythme, mais le scénariste pose ses pions pour la suite, donc on tolère.

    (Bon, j’ai aimé, ça s’est vu, non ? :-D)

    Dessins : Villanelliiiiiiiiiiiiiiii !

    J’ai déjà eu l’occasion de dire tout le bien que je pensais de Paolo Villanelli, le dessinateur, l’artiste, le maître d’œuvre de la série Bounty Hunters, dont les pages sont sublimées par le coloriste Arif Prianto. Au risque de me répéter, je trouve que dans ces trois épisodes, Villanelli s’est encore surpassé, améliorant de plus en plus son style qui a désormais acquis une maturité totale sur le titre. Plans larges ou rapprochés, dialogues ou scènes d’action, personnages, aliens ou droïdes, vaisseaux, sur terre ferme, dans l’eau, sous la pluie, tout est réussi, tout est prenant, chaque case est un ravissement pour les yeux. C’est dynamique, c’est explosif, c’est prenant. C’est beau, tout simplement. :love:

    Conclusion

    Une série constante dans l’excellence, et un nouvel arc court de 3 épisodes qui remplit parfaitement le job de la série, le tout sublimé par les dessins de Villanelli. Il n’y a rien à jeter ! :oui:

    Note : 100 %

    Et on enchaîne avec...


    Les traqueurs égarés (Bounty Hunters #32), par Ethan Sacks et Alessandro Miracolo

    Scénario : Au tour de Zuckuss !

    Régulièrement, le scénariste Ethan Sacks met l’intrigue générale de la série sur pause et nous propose un numéro focalisé sur l’un des personnages de la série, l’occasion d’en apprendre plus sur son passé et ses motivations. Après l’épisode #11, centré sur Bossk, le #23 sur Dengar et, en un sens, les #27-28 sur Tasu Leech, voilà donc que cette trente-deuxième livraison de la série Bounty Hunters est centré sur Zuckuss, le traqueur gand du groupe.

    Alors, fondamentalement, l’épisode ne fait pas avancer le fil rouge de la série. La preuve ? Le cliffhanger est quasiment le même qu’à l’épisode précédent, et on maintient le relationnel Valance-Bossk avec des remarques méprisantes sur fond de menace à peine voilée de l’un envers l’autre et réciproquement. C’est donc Zuckuss qui profite de ce coup de projecteur bienvenu avec un passé certes pas dramatique mais qui suscite une certaine forme de sympathie pour le personnage qui, autrefois, n’a pas satisfait au rite de passage de son clan… tout en réussissant un exploit que son clan aurait pu saluer. Mine de rien, entre ce numéro et le one-shot le concernant lors de la War of the Bounty Hunters, on commence à en savoir pas mal sur lui !

    Par contre, la page impliquant la mystérieuse vague d’énergie est pour le coup bien mystérieuse… et elle a beau renvoyé à Hidden Empire, on ne la voit pas telle quelle dans la mini-série !

    Dessins : Un intérimaire qui assure plutôt bien l’intérim

    Aux dessins, Paolo Villanelli fait une pause et laisse son compatriote Alessandro Miracolo aux crayons. Et ça fonctionne pas mal en fait, particulièrement lors des scènes de flash-back. Dans le présent, le dessinateur n’a pas les mêmes talents que le tenant du titre, et cela se voit sur les visages des personnages, cependant sa prestation n’a rien de déshonorante, surtout lorsque les couleurs sont toujours d’Arif Prianto, ce qui assure une continuité bienvenue. Au final, vous remarquerez que ce n’est pas Villanelli, peut-être, mais le temps que vous le remarquiez, vous aurez déjà lu plusieurs pages, c’est donc que le remplaçant a été bien choisi ! :oui:

    Conclusion

    Un numéro centré sur le développement de Zuckuss, l’un des membres du groupe depuis un an de publication de la série. Conçu comme une pause entre deux arcs principaux de la série, cette nouvelle fournée de la série maintient son haut niveau de réussite ! :oui:

    Note : 90 %
  • 28/01/2024 - 21:14
    Mince, ça me donne presque envie de reprendre la série...
  • 02/02/2024 - 13:36
    Et on complète avec :


    Dans le viseur de l’Escouade Inferno (Bounty Huntrs #33 et 34), par Ethan Sacks et Paolo Villanelli

    Scénario : Deux petits numéros et puis s’en vont…

    Il fallait bien que cela arrive un jour.

    Depuis le lancement de la série Bounty Hunters, je suis avec assiduité cette série que je trouve très réussie. La promesse de voir le casting du titre faire face à la redoutable Escouade Inferno, en plus d’être bienvenue et d’intégrer les personnages du jeu dans un comic-book à l’époque trilogique, avait de quoi allécher. Mais en seulement deux numéros, la place allait être serrée. Qu’importe, Ethan Sacks a déjà prouvé pouvoir écrire de façon dense en peu de pages. Sauf que dans ces deux numéros, une partie des pages est consacrée à Vukorah et son sort au sein du Clan des Inflexibles… et là encore, un one-shot purement centrée sur elle aurait été profitable, tant elle prend de la place pour ce qui ressemble fort à un retour en arrière pour le personnage… :perplexe:

    Et donc, dans le peu de place qu’il reste, il faut caser la confrontation entre Inferno et les Bounty Hunters du titre. Et c’est fait sans panache, la confrontation en elle-même ne durant qu’une poignée de pages et se faisant quasi-totalement à sens unique. On sent presque le scénariste plus intéresser par les conséquences (et elles sont nombreuses) que par l’opposition en elle-même. De quoi décevoir un peu tous les lecteurs ? C’est fort possible. A la lecture, très clairement, j’ai trouvé qu’il manquait de la place, des pages, un numéro ou deux supplémentaire, que tout ça soit plus équilibré. Là, les personnages prennent des décisions peu compréhensibles (T’onga, sérieux ? Face à Vukorah, pas de problème, mais là oui?), certains quittent le casting de la série, les Inferno n’ont pas le droit de tuer les chasseurs de primes (et c’est un ordre express, pas le genre que l’on peut contourner, donc toute tension dramatique est annihilée). Reste ce qui arrive à Valance, à la fois très bien trouvé au vu de l’écriture d’Ethan Sacks sur le titre depuis son lancement (voire même la mini-série Cible Vador?), de l’autre, on se demande le pourquoi d’un délai de 24 heures avant que ce ne soit effectif… si ce n’est pour justifier de la suite de la série. J’en viens à me demander si l’implication dans Dark Droids ne précipite pas un peu trop les choses… :neutre:

    Dessins : C’est Paolo, c’est beau

    Paolo Villanelli maîtrise tellement ses personnages que, sans surprises, les dessins sont très réussis, mais même sur les nouveaux-venus, il s’en sort très bien, en témoigne la double-page du briefing des membres de l’Escouade Inferno en début d’épisode #33. Tout fonctionne très bien, y compris sur la case mettant en évidence ce qui arrive à Valance en fin d’arc. Rien à redire donc à ce sujet, même si j’ai eu le léger sentiment que le dessinateur italien n’était pas forcément au top de ses capacités. A moins que ce ne soit mon ressenti sur le scénario qui m’ait induit en erreur…

    Conclusion

    Deux numéros au postulat prometteur et aux graphismes toujours très réussis mais qui pêchent par le développement de leur scénario. L’intrigue semble se faire à sens unique, et Ethan Sacks semble manifestement plus intéressé à l’idée d’exploiter les conséquences de ce qu’il se produit dans l’épisode que par réellement utiliser l’Escouade Inferno, qui ne sert finalement qu’un but narratif. Espérons qu’il ne s’agit là que d’une baisse de régime passagère !

    Note : 70 %
  • 04/02/2024 - 11:10
    Malheureusement non, c'est à partir de la que la qualité du scénario diminue et que tu va voir les dessins de Villanelli de moins en moins.
  • 04/02/2024 - 11:54
    Ah flûte alors!!! :(
  • 05/02/2024 - 9:46
    Bounty Hunters 42

    Clap de fin pour la série à l'image de cette dernière : des hauts et des bas. La série souffrira trop longtemps de son trop gros casting. Résultats : difficile de tout conclure dans cette conclusion qui n'est pas une pour tout le monde [pretended to be chocked]
  • 27/03/2024 - 14:02
    Je rattrape du retard de lecture sur la série et... bon sang cet arc sur Bestine !!!! :love: :love: :love: :love:
    C'est quand-même la grosse claque ! ça faisait longtemps que j'étais pas tombé sur un arc de comics SW qui atteint un tel niveau, c'est vraiment de la bombe ! LISEZ-LE ! :x
  • 29/03/2024 - 16:33
    Critique de l'arc Cible : Fett (épisodes #35-36), avant-dernier de la série ! :)

    https://www.starwars-universe.com/actu-20481-critique-de-cible-fett-avant-dernier-arc-de-la-serie-bounty-hunters-.html
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir poster un commentaire.
Merci de votre compréhension.
Proposer une actu
 
 Vous avez une information concernant l'Univers Star Wars que vous voulez partager avec d'autres internautes ?

Vous pouvez nous la proposer facilement : cliquez ici !