StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
Hyperpropulsion
  • Catégorie Véhicules
  • Date 24/09/2011
  • Dernière mise à jour 19/01/2013
  • Auteur(s) Xendor
  • Dans l'hyperespace, il faut des lunettes de soleil.
  • Note du staff SWU
     (aucun commentaire disponible)
  • Note des internautes
     (aucun commentaire disponible)


Dans Star Wars, l’hyperespace est une zone accessible aux vaisseaux équipés d’un hyperdrive. Une zone parallèle dans laquelle les lois du temps, et donc de la vitesse de la lumière ne sont plus les mêmes.

Qu’en est-il dans notre monde réel ? Le 23/09/11 une annonce fracassante se répandait comme une traînée de poudre : la vitesse de la lumière a été franchie !
Dans la plupart des articles, les journalistes vont jusqu’à remettre en cause la théorie de la relativité d’EINSTEIN.

Plus vite que la lumière


Comment est née cette nouvelle ? C’est la découverte d’une équipe de scientifiques du CNRS qui travaillent au grand accélérateur de particules du CERN (Organisation européenne pour la Recherche nucléaire).

De quoi s’agit-il exactement ?
Nom de code : OPERA (Oscillation Project with Emulsion-tRacking Apparatus)
Objet : les neutrinos.

Les neutrinos auraient dépassé la vitesse « infranchissable » de la lumière, à partir d’un faisceau envoyé depuis le CERN. L'explication viendrait de leur masse légère.
Plus vite que la lumière, plus vite que 300 000 kilomètres/seconde, plus vite qu’E = mc², et donc plus vite que la théorie de la relativité d’EINSTEIN devenue biblique.


L’équipe de l’expérience OPERA aurait donc fait une découverte majeure. C'était tellement incroyable que l'équipe de chercheurs a passé près de 6 mois en vérifications et contrôles des résultats. Les scientifiques ont donc décidé de révéler l’information le 23/09/11. L’un d'entre eux, Dario AUTIERO, expliquait que l’expérience allait être reproduite dans les prochains mois par d’autres équipes, pour savoir si cette révélation deviendrait une révolution ou juste une erreur.
En effet les chercheurs sont restés beaucoup plus prudents que les journalistes. Pourtant, les vérifications et les ré-expérimentations n’ont pas changé les résultats. Les neutrinos arrivent toujours en avance sur la vitesse de la lumière.


Bien sûr, cela ne remet en cause qu’une partie des travaux d’Einstein, sans jeter le reste. Radoslaw WOJTAK s’est expliqué :
« De toute façon, même si l'expérience OPERA sur les neutrinos plus rapides que la lumière était vérifiée, cela ne remettrait pas en cause nos résultats, comme des dizaines d'autres avant, qui montrent que la théorie de la relativité d'Einstein fonctionne parfaitement dans des conditions très variées. De la même manière, après Einstein, on n'a pas jeté à la poubelle les équations de Newton, qui expliquent toujours parfaitement les mouvements de la Terre autour du Soleil. »
Voilà donc une analyse plus sage que celles qu’on peut trouver parfois dans la presse.

Au départ l’avance était de 60 nano secondes.
Plusieurs explications ont alors été avancées pour comprendre d’où venait cette avance sur la vitesse de la lumière.
- la masse du neutrino. Mais la gravité est 10 000 fois plus petite que l’effet mesuré.
- la différence de longitude entre le CERN et Gran Sasso. Ce problème connu sous le nom d’effet Sagnac n’explique que 2,2 nanosecondes d’avance. Le calibrage a donc été amélioré pour corriger ce problème.

Résultat : après calcul, les neutrinos sont toujours en avance de 57,8 nanosecondes !
Le mystère reste donc entier. Des expériences sont toujours en cours pour recouper les informations et tenter de trouver une explication. Mais pour le moment rien n’explique pourquoi les neutrinos ont dépassé cette vitesse qu’on croyait infranchissable depuis Einstein.


La vitesse "supra luminique" (VSL), les "sauts hyperluminiques", l"hyperpropulsion" et autre "combustion" de la science-fiction seraient donc peut-être à portée des neutrinos…
Et pourquoi pas des voyageurs, un jour prochain ?



Mise à jour suite à l'actualité du 16/03/12

A priori, les expériences sont toujours en cours pour démêler le vrai du faux. Les premiers contre-résultats mettent en cause le matériel de mesure de vitesse des neutrinos. En réalité, rien qui n'ai déjà été signalé sur le site d'OPERA (lien déjà posté ci-dessous).
Le 23/02/12 le site annonçait déjà que l'oscillateur et la fibre optique utilisés seraient les deux problèmes qui auraient fait croire aux scientifiques que les neutrinos avaient dépassé la vitesse de la lumière.
Dès le départ, les scientifiques de l'expérience OPERA étaient restés très prudents. Ce sont d'ailleurs eux qui ont invité d'autres équipes à venir faire les expériences, revoir les résultats.
Finalement, il faut encore attendre une version définitive et officielle sur ce qui s'est produit avec les neutrinos. Une partie du rêve se brise un peu... Peut-être provisoirement...
NB : Il est à noter qu'en ce début d'année 2013, aucun communiqué officiel n'a été donné sur leur site. Il n'en reste pas moins que les explications données ci-dessus sont approuvées et reconnues par tous les scientifiques (ceux de la découverte et ceux de la contre-expérience). Le soufflé est retombé et il va donc falloir attendre pour dépasser la vitesse de la lumière !



Mise à jour suite à l'actualité du 14/01/13

La couleur de l'hyperespace


Des étudiants de l’université britannique de Leicester se sont demandé quelle serait la vision que pourrait nous offrir l’hyperespace ?
Selon les travaux publiés dans le Journal of Physics Special Topics, il semblerait que l’hyperespace ne soit pas exactement celui que George Lucas a imaginé (Journal).
Bien sûr, le moment du « départ » en hyperespace n’est pas remis en cause, ne serait-ce qu’en termes d’optique, car l’œil peut ressentir cette sensation de rayures (persistance rétinienne, illusion d’optique).
L’aspect remis en question par les étudiants est celui de l’intérieur de l’hyperespace. Dans Star Wars, l’hyperespace ressemble à cette lumière bleue.
Le problème détecté par les étudiants vient de l’effet Doppler (le même effet qui fait qu’une sirène d’ambulance semble être plus aigüe quand elle se rapproche de vous). Dans le cas du Faucon Millénium, il s’agit d’un rayonnement électromagnétique dont la longueur d’onde serait raccourcie du fait de la vitesse de l’observateur.
La lumière des étoiles passerait donc dans la gamme des rayons X, une lumière invisible pour les gens dans le cockpit.
Il ne resterait alors qu’un halo blanc qui, lui, serait le résultat du passage de l’infrarouge à une longueur d’onde tout à coup visible : c’est le fond diffus cosmologique.
Le fond diffus cosmologique (également appelé rayonnement cosmique ou rayonnement fossile), est un rayonnement ambiant qui provient de toutes les directions de l’Univers et qui a une « chaleur » de 3 degrés Kelvin (-270,15 degrés Celsius). C’est le reliquat de la période d’intense chaleur du Big Bang.
Un voyageur à bord du Faucon Millénium verrait donc une sorte de disque blanc lorsqu’il serait en hyperespace. Cela devrait d’ailleurs nécessiter une bonne paire de lunettes de soleil.
De plus, son vaisseau serait soumis à un fort taux de rayons X. On peut considérer que les vaisseaux dans Star Wars sont équipés pour protéger leurs occupants de ce type de danger.
Reste qu’il faudrait une énergie considérable pour arriver à cette vitesse et s’y maintenir. En effet, en admettant que la vitesse de la lumière soit approchée, les rayons X émis par les étoiles auraient un effet de pression dans le sens contraire du vaisseau.
Le Faucon Millénium est donc loin d’être un « tas de ferraille » puisqu’il doit affronter une pression si énorme qu’on peut la comparer à celle qu’il y a au fond de l’océan pacifique. On peut d'ailleurs remarquer dans les films que le vaisseau possède une double cloison.
Tout cela ne tient pas vraiment compte de l’aspect assez flou de l’hyperespace. Que ce soit pour Star Wars ou d’autres fictions utilisant ce procédé.
Dans Star Wars, George Lucas lui-même n’est pas clair. Pour lui il s’agirait de raccourci sur les "routes", permettant au vaisseau, en fin de compte, de parcourir le trajet à la vitesse de la lumière... sans vraiment le faire ! Pour illustrer la vision de Lucas, c'est comme si en empruntant un raccourci à 10 km/h, vous arriviez des heures à l'avance par rapport à quelqu'un qui roulerait à 130km/h sur l'autoroute.
Si on suit les films on peut penser que c’est un simple bond de vitesse ou bien un passage dans un espace différent du notre. Et vous aussi, vous avez sans doute votre propre idée là-dessus.

C'est ce qui nous rappelle que Star Wars est encore de la fiction à ce niveau-là.
<< Page précédente
Page suivante >>
Autres articles
 
Forum
 
Envie de discuter de cet article ? Participez au forum sur le sujet qui lui est consacré !
Publicité