StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Introduction
 


STAR WARS EPISODE I : LA MENACE FANTÔME nous entraîne au cœur de la galaxie à la découverte de planètes civilisées, habitées par des peuples prospères et stylés, jouissant d'une grande influence politique. Le film exigeait donc des costumes opulents et sophistiqués qui reflètent ces caractéristiques. La chef costumière Trisha Biggar et le concepteur Iain McCaig furent choisis par Lucas pour concrétiser sa vision de la mode et des costumes de l'EPISODE I. La difficulté du projet provenait de l'abondance des tenues et à la brièveté des délais impartis à leur réalisation. Trisha Biggar et ses proches collaborateurs ne disposèrent en effet que de quelques mois pour créer et assembler un bon millier de costumes de styles très divers, allant des robes de cour les plus élaborées aux simples tenues d'esclaves.

Lucas, œuvrant dans les gammes de couleurs qui le séduisent, trouva de nombreuses idées de costumes dans le passé proche et lointain, en se référant aux modes japonaises, mongoles, chinoises, nord-africaines et européennes. Chaque costume du film n'en possède pas moins un look et un style original. Ainsi que l'explique Biggar : "Bien qu'ils procèdent de sources précises, ces vêtements ont été retravaillés de manière à en gommer les origines et les spécificités ethniques."

Iain McCaig dessina les premiers costumes au tout début de la préproduction : "Il n'y avait pas encore de scénario, se souvient-il. George venait nous rendre visite pour nous décrire les scènes et les personnages et nous permettre de commencer à travailler."

Lucas, tout en accordant une grande liberté à Biggar et McCaig, fut étroitement impliqué dans la création des costumes. "George a été le vrai costumier du film. Il a joué un rôle déterminant dans le processus créatif. Il a fait ses propres choix et nous a guidé au fil de nombreuses rencontres, en discutant avec nous des tissus, des couleurs et des formes", souligne Trisha Biggar, qui s'inspira des dessins et croquis conceptuels de McCaig et les concrétisa en y ajoutant ses propres idées.
2. La reine
 
La richesse, la complexité et la variété des costumes de STAR WARS EPISODE I : LA MENACE FANTÔME sont illustrées de manière éclatante par le personnage de la reine Amidala, interprétée par Natalie Portman.

Bien qu'elle répugne à citer un costume ou un personnage favori, Trisha Biggar reconnaît que les costumes de la reine et de ses dames de compagnie offrirent à son imagination un champ d'action particulièrement vaste.

"Les costumes de la planète de la reine étaient extrêmement intéressants parce qu'ils nous ont fourni l'occasion d'imprimer des motifs très originaux et d'employer différents types de teintures qui nous permettaient de marier des tissus modernes à des étoffes anciennes", explique la costumière.

La reine affiche une tenue distincte pour chaque occasion, soit au total une douzaine de costumes. Pour se repérer Trisha Biggar attribua à chaque costume un nom lié au décor et/ou à l'action où il intervenait : Salle du trône, 1er voyage, 2e voyage, etc.

Chacune de ces tenues se caractérise par un look distinct. Le costume le plus élaboré est sans conteste celui de la Salle du trône, éclairé par une rangée de lampions disposés le long de l'ourlet. La confection de cette robe, qui nécessita presque huit semaines, débuta par celle d'un jupon rigide en forme de cloche, aux mesures exactes de Natalie Portman, composé de minuscules pans de tissus. La robe proprement dite était une superposition d'étoffes lourdes pouvant absorber le poids des lumières et des fils d'alimentation électrique. Après avoir envisagé de la faire en velours, on jugea que la soie serait plus photogénique et s'accorderait mieux au look "Chine impériale" de cette création.

Trisha Biggar et son équipe réunirent des tissus de toutes origines et en créèrent même quelques-uns : "Nous avons fait tisser, peindre et teindre quantité de matériaux. Nous avons fait tout ce qu'il est possible de faire avec un morceau de tissu !" se souvient la costumière. La robe du 1er voyage fut entièrement confectionnée à la main dans un tissu arachnéen dont le tissage demande 200 heures de travail. Elle fut d'abord cousue sur un support spécial, extrêmement fin, qui fut ensuite plongé dans un solvant pour ne laisser en place que les coutures. Chaque pan de la robe était conçu de manière à pouvoir être fixé au suivant par des coutures invisibles.

Biggar et son équipe utilisèrent également des étoffes anciennes. Pour le costume "Palpatine 2", ils employèrent ainsi un tissu datant des années 1910 et d'origine inconnue : "Nous pensons qu'il provenait d'une robe, mais il se composait de tant de pièces que nous n'en sommes pas sûrs."

La robe Gungan demanda plus d'un mois de travail et des efforts considérables. Ce costume est fait de cocons de vers à soie des Indes tissés en forme de filet.

Le costume sénatorial de la reine, encore plus élaboré, superpose trois jupes. La première est un jupon en soie orange des années vingt, plissé et orné d'une broderie perlée. La seconde est en velours rouge et vert, brodé de fils de bronze. Le col et les poignets sont décorés d'un galon d'or, cousu selon la technique du "trapunto" qui crée un léger effet de relief. Ce long et délicat processus prit toute une semaine. La robe est surmontée d'une cape de fourrure artificielle fixée à des épaulettes renforcées et bouffantes de forme pyramidale.

Les coiffes correspondant à ces divers costumes sont tout aussi élaborées. La plus pesante accompagne la robe sénatoriale. Plaquée en or et décorée de petits bijoux, elle affiche un look mongol du plus bel effet.

Une autre coiffe fut réalisée dans une pièce de broderie perlée provenant d'une robe d'une danseuse exotique des années vingt. Elle redescend sur le front de la reine, les perles cousues sur la partie supérieure formant une frange. La robe correspondante s'inspire d'un kimono, dont Biggar amplifia considérablement les manches en leur donnant le contour d'un... pingouin.

Chaque coiffe de la reine fut réalisée à partir d'un moulage de la tête de Natalie Portman. Pour vêtir celle-ci en un minimum de temps, les habilleurs travaillaient en deux temps : l'actrice enfilait d'abord ses jupons dans la loge, puis se rendait sur le plateau pour mettre sa jupe, qu'elle pouvait enlever commodément entre deux plans. Elle était ainsi en mesure de se déplacer librement sans crainte d'user ou de froisser ses précieux atours.

La suite de la reine bénéficia des mêmes attentions :

"Nous avons choisi des servantes petites et menues et avons opté pour des lignes verticales, alors que la reine est toute en diagonales, qui l'agrandissent et lui confèrent un surcroît de majesté."
Les tenues de voyages des dames de compagnie furent teintes selon un procédé spécial qui crée un dégradé de jaunes et de rouges allant du camaïeu à l'orange vif.

Le costume sénatorial des servantes compte près d'une centaine de pans rigidifiés par une armature de toile et d'acier. Il est surmonté d'un capuchon dont les pans étaient taillés sur mesure de chaque interprète.
3. Les extra-terrestres
 
Plusieurs costumes d'extraterrestres donnèrent à Biggar et son équipe l'occasion de déployer leurs talents et leur imagination. La conception et la réalisation des ces atours prit un temps considérable, encore accru par des conditions de tournage "extrêmes". Biggar et sa troupe avaient ainsi imaginé une combinaison de caoutchouc dans laquelle ils avaient inséré des petits galets ramassés sur la plage. Une opération simple en apparence... à ce détail près que la chaleur dilata le caoutchouc, éjectant du même coup les galets qu'il fallut patiemment remettre en place !
4. Les Jedi
 
La création des costumes des chevaliers Jedi fut aussi un challenge pour Biggar et McCaig. Le look Jedi est déjà familier des millions de fans de STAR WARS, de même que le décor de la planète Tatooine, déjà vu dans LA GUERRE DES ETOILES et LE RETOUR DU JEDI. Biggar et McCaig misèrent sur cette familiarité, tout en amenant quantité de touches personnelles.

Pour établir une continuité visuelle entre l'EPISODE I et les chapitres suivants, Biggar explora les archives de Lucasfilm et étudia en détail les costumes de LA GUERRE DES ETOILES et LE RETOUR DU JEDI. Il lui apparut que l'intrigue de l'EPISODE I imposait d'autres étoffes et un certain nombre de modifications formelles.

C'est ainsi que tous les costumes Jedi de STAR WARS EPISODE I : LA MENACE FANTÔME sont en soie, lin ou laine légère. Les sous-vêtements sont également plus adaptés aux scènes physiques, combats acrobatiques, cascades et duels au sabre qui émaillent le film.
5. Anakin Skywalker
 
Bien que le jeune Anakin Skywalker soit un personnage relativement complexe, ses tenues sont on ne peut plus simples. Biggar et McCaig conçurent en effet pour lui un costume d'esclave virtuellement identique à celui de son futur fils, Luke Skywalker, dans les épisodes sur Tatooine de LA GUERRE DES ETOILES. Dans la scène de la course de "pods", Anakin arbore un casque et des lunettes d'aviateur de la Grande Guerre. L'ensemble évoque aussi les casques de cyclistes actuels, mais est enrichi de divers ornements qui lui confèrent un look unique.
<< Page précédente
Publicité