StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
Jedi: Fallen Order
Fiche et test (Xbox One) | Vidéos
Jedi: Fallen Order
 
  • Genre Action 3D
  • Année de sortie 2019
  • Année et période -18 (Empire)
  • Plate-forme(s) Xbox One  PlayStation 4  PC
  • Jedi : Fallen Order est un jeu d'action/aventure mêlant exploration et combats inspirés de la série Dark Souls.

    L'histoire se passe cinq ans après l’Ordre 66. L’ancien padawan Cal Kestis se cache sur Bracca, mais l’arrivée soudaine des Inquisiteurs de l’Empire le contraint à fuir. Avec l’aide d’une ancienne Jedi, Cere, de son pilote, Greez, et d’un petit droïde, BD-1, Cal va chercher à rebâtir l’Ordre Jedi…

  • Note du staff SWU
     (90 % - Test SWU)
  • Note des internautes
     (88 % - 2 commentaires)

Introduction

Cela faisait presque 10 ans qu’on n’avait plus vu de nouveau jeu solo Star Wars. Depuis 2010 et le bâclé The Force Unleashed II, les nostalgiques des Jedi Knight et autres Knights of the Old Republic n’avaient plus rien à se mettre sous la dent. D’autant que les annulations en série et les deux opus multijoueurs du reboot de Battlefront ont apporté leur lot de déceptions (malgré de grandes qualités, le second volet a souffert d’un lancement désastreux et reste un jeu orienté principalement multijoueurs). 

Jedi : Fallen Order, développé par Respawn (Titanfall), a été annoncé comme un Metroïdvania reprenant un système de combat exigeant inspiré des Dark Souls. Un choix assez inattendu pour EA qu’on voyait plutôt miser sur quelque chose de plus grand public. Et si les premières présentations n’ont pas franchement enthousiasmé les foules, le résultat s’avère finalement être aussi bon qu'inespéré.

Ce n’est pas le genre d’histoire que racontent les Jedi.

Les évènements de Jedi : Fallen Order se passent cinq ans après l’Ordre 66. L’ancien Padawan Cal Kestis se cache sur Bracca où il travaille comme ferrailleur, mais l’arrivée soudaine des Inquisiteurs de l’Empire le contraint à fuir. Avec l’aide de Cere une ancienne Jedi, Gree, son pilote, et de BD-1 un petit droïde tout mignon et fort utile, Cal va devoir retrouver un holocron contenant la liste des enfants sensibles à la Force, dans le but de rebâtir l’Ordre Jedi… 

Bon, présenté comme cela, le scénario n’est pas forcément très aguicheur. Cette liste n’est pas une première (cf. la série Dark Vador - Le Seigneur Noir des Sith) et on sait pertinemment que l’Ordre Jedi ne sera pas rebâti de sitôt. Fort heureusement, les personnages secondaires sont globalement réussis, y compris la Deuxième Soeur, némésis attitrée de Cal, et cette histoire un peu banale parvient à décoller alors qu’on avance dans le jeu, jusqu’à un final en apothéose intelligemment traité.

Enfin, on apprécie une très bonne exploitation de l’univers étendu. On retrouve des liens très marqués avec les comics Dark Vador - Le Seigneur Noir des Sith par la présence des Inquisiteurs, mais aussi avec les séries The Clone Wars et Rebels. Les connaisseurs se feront donc un plaisir de relever toutes les références et pourront même trouver quelques informations plus ou moins inédites.

Arrivée d'une navette impériale

Non mais tu te prends pour un Jedi ou quoi ?

Commençons par les combats. Comme annoncé, l’influence des Dark Souls Sekiro est bien là et tout Padawan qu’on est, on parvient dès le début à se faire rétamer par un simple éclaireur impérial !

Pour faire simple, le système de combat ici présent est l’antithèse de The Force Unleashed. Foncer dans le tas en brandissant son sabre et en hurlant vous mènera généralement à une mort rapide. Il est impératif de faire preuve de patience et de précision pour briser la garde de son adversaire ou trouver la faille. L’esquive, la parade et le timing sont essentiels pour venir à bout des différents types d’ennemis, qui ont chacun leurs propres forces et faiblesses. 

En cas de mort, Cal réapparaît au dernier point de sauvegarde, et l’ennemi qui l’a vaincu conserve les points d’expérience acquis entre temps. Il faudrait alors l’attaquer pour les récupérer. Et non, ce n’est pas vraiment la voie des Jedi.

En avançant dans sa quête, Cal redécouvre différents pouvoirs qu’il avait perdu suite à la Purge et qui facilitent grandement la vie lors des combats. Il est alors possible de se montrer particulièrement créatif : vous pourrez par exemple figer un tir de blaster façon Kylo Ren et propulser votre ennemi en plein dessus ! Au fur et à mesure que notre héros gagne en puissance et en assurance, le joueur suit à peu près le même parcours. On a vraiment l’impression de passer de Padawan à Chevalier Jedi en même temps que Cal !

Les affrontements qui paraissaient mollassons dans les previews se révèlent en fait particulièrement intenses, avec une réelle puissance dans les coups portés. Les duels contre les boss pourraient même être les plus dantesques jamais vus dans un jeu Star Wars ! 

Cal affronte la Seconde Soeur

Je pars là avec vous dans votre vaisseau ? C’est ça que ça veut dire ?

L’autre influence mis en avant par les développeurs est celle de Metroïd. Pourtant, à bien y regarder, les similitudes sont plutôt à chercher du côté du reboot de Tomb Raider. On retrouve donc quelques énigmes et beaucoup de phases de plate-formes, avec de l’escalade, du wall-run, des cordes… Si globalement ces phases fonctionnent bien, il peut y avoir quelques ratés, notamment dûs à la caméra, jusqu’à ce qu’on débloque la traction et le double-saut (la Force ne résout-elle pas tous les problèmes ?). Seules les phases de glissades sont déconcertantes, la faute à une maniabilité qui se fait étrangement lourde.

Et bien entendu, on retrouve donc les fameux feux de camps, devenus points de méditation pour l’occasion. Ceux-ci sont relativement fréquents et sont les seuls endroits où vous pourrez dépenser vos points de compétences durement acquis, selon trois axes : Force, survie et combat. On peut également y recharger sa santé et ses stimulants à une condition : tous les ennemis vaincus réapparaissent. La question de restaurer sa santé ou pas se pose donc de temps en temps !

Il est possible d’explorer librement cinq planètes à partir du moment où vous en entendez parler dans le jeu. Cependant, certaines zones ne sont accessibles qu’après avoir débloqué de nouvelles compétences pour Cal et BD-1 : la traction permettant d’attirer une corde éloignée, le piratage qui débloque un pont, etc. De fait, vous risquez de vous retrouver rapidement bloqué si vous explorez une planète trop tôt et il est généralement conseillé de suivre l’ordre préconisé par le jeu. Cela permet en plus d’éviter de trop nombreux allers-retours, sachant qu’il n’y a pas de déplacement rapide possible. 

D’ailleurs, il est à noter que les changements de planètes sont particulièrement réussis. A la place d’un temps de chargement, on peut se déplacer librement dans le vaisseau en écoutant nos alliés papoter, et surtout admirer le décollage et le passage en hyperespace depuis le cockpit. C’est un détail, mais ça en jette !

Passage en hyperespace

Votre réalisation est digne de figurer dans les annales de l’Ordre.

Graphiquement, le jeu est plutôt joli. La direction artistique est particulièrement réussie et certaines séquences et panoramas font leur petit effet. On prend plaisir à se balader dans cet univers, que ce soit dans les couloirs gris d’une base impériale ou dans des extérieurs qui font vibrer les petits coeurs de fans (Dathomir, effrayante dans sa version plus réaliste que dans les séries, la tranquille Bogano qui évoque fortement Lothal ou encore Kashyyyk, qu’on retrouve un peu telle qu’on l’a connue dans l’univers Legends). On note quand même quelques textures et effets de lumière moins réussis à certains endroits, mais rien de flagrant.

On aurait pu reprocher un framerate pas toujours très stable, quelques latences dans l’affichage des textures et généralement des temps de chargement un poil longuets, mais ces points ont rapidement été corrigés par un premier patch.

Concernant la réalisation sonore, c’est bien évidemment parfait, ce point ayant toujours été une constante dans les jeux Star Wars. On retrouve donc tous les célèbres bruitages accompagnés d’une bande-originale très réussie, entre morceaux connus et nouvelles compositions (et même une chanson originale du groupe The Hu, sorte de hard rock agrémenté d’un chant et d’instruments traditionnels de Mongolie, qui trouve tout à fait sa place dans l’univers !)

Le doublage français quant à lui est de très bonne qualité et comporte quelques voix bien connues.

Dathomir

L’initiation pour devenir un Jedi est (presque) longue et (surtout) périlleuse.

Comptez une quinzaine d’heure pour venir à bout de l’aventure en mode normal, un peu plus dans les difficultés supérieures car la moindre erreur peut s’y avérer fatale : le nombre d’ennemis ne change pas, en revanche leur agressivité, la fenêtre de parade et les dégâts reçus sont impactés. 

Quelques heures supplémentaires sont à rajouter si vous souhaitez atteindre le 100%. Il faut savoir que hormis de rares améliorations de Force et de santé, les secrets ne sont que des coffres contenant des cosmétiques, ou des échos de Force et scans servant à enrichir le codex. A vous de voir si le trophée en vaut la chandelle.

Il est cependant dommage qu’il n’y ait pas de mode “New Game Plus” ou “Arène” pour prolonger la durée de vie, le jeu s’y serait bien prêté.

Exploration

Il n’y a pas de doute, c’est lui l’Elu, vous devez le sentir !

Jedi : Fallen Order est une surprise (et assurément, une bonne surprise). Avec ses influences inattendues mais bien digérées, il se pose dès le départ comme un très bon jeu doté d’un gameplay solide. Si on rajoute une direction artistique exemplaire qui ravira les fans et un scénario, certes un peu classique, mais parfaitement intégré au canon, on obtient tout simplement le meilleur jeu tiré de la licence depuis 2005. Au moins !

Jedi: Fallen Order
Plate-forme :  Xbox One  -  Date : 25/11/2019

Points positifs

  • Des influences variées et bien digérées
  • Des combats exigeants et fun à la fois
  • Une histoire qui s’intègre dans l’univers étendu avec des clins d’oeil à gogo
  • Des personnages secondaires et des ennemis réussis
  • Une direction artistique immersive et cohérente
  • Une bande-son parfaite

Points négatifs

  • Quelques soucis techniques (dont certains ont déjà été corrigés)
  • Les glissades vraiment pas très réussies
  • Pas de New Game Plus, ni de mode Arène pour prolonger le plaisir !
Note :
(90 %)
SWU fan database
 

Statistiques globales

16 membres le possèdent (qui ?)
15 membres y ont joué (qui ?)

Ma database

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir gérer votre collection. Merci de votre compréhension.
Publicité