StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
Rogue One : Gareth Edwards raconte la conception de la planète Jedha
 
Le réalisateur parle aussi de l'équilibre entre tradition et nouveauté.
18/07/2016
Durant la Star Wars Celebration de Londres, le réalisateur de Rogue One Gareth Edwards a accordé une interview à plusieurs blogueurs.

Il a d'abord parlé de la planète Jedha, un lieu de pèlerinage pour les croyants en la Force :

"C'est né du fait qu'il n'y a théoriquement aucun Jedi à l'époque de notre film. George [Lucas] a merveilleusement su faire une histoire sur une chose, tout en sous-entendant qu'il y avait des millions d'autres choses à l'arrière-plan et des idées bien plus vastes, et notre film utilise évidemment cela et raconte une histoire dans ce cadre, d'où l'idée d'avoir un film Star Wars qui ne parle pas de la Force. Mais pour moi, Un Nouvel Espoir est un peu l'histoire de Jésus, ce qui implique qu'il y ait toute une religion derrière cela, et on avait l'impression que les Jedi avaient été les leaders d'un système de croyances spirituelles durant un millier de générations, et qu'il devait donc y avoir une sorte de Mecque ou de Jérusalem au sein du monde de Star Wars. Ca nous semblait très contemporain d'avoir une situation où l'Empire s'imposait sur un important lieu spirituel de Star Wars, pour ses propres raisons, ses propres buts, et qu'il y ait une résistance se construisant et tentant de se défendre au sein de cette zone. Mais nos personnages finissent par se rendre sur Jedha et  par être un peu mêlés à l'histoire de ces gens."

"On a été en Jordanie pour tourner et on a aussi construit un décor aux studios Pinewood qui était à 360° pour qu'on puisse regarder à n'importe quel endroit. Normalement, sur un décor, on dit aux figurants : "Ok, quand on dit "action" vous marchez par là, et quand on dit "coupez" vous vous arrêtez", mais nous, on leur disait : "Ok, pendant la prochaine heure vous allez cuisiner, ou bien vous allez faire tel truc avec la voiture", et les gens de l'équipe portaient des costumes pour qu'ils ne soient pas des intrus dans le plan si les caméras se tournaient vers eux. On a essayé de tout garder en mouvement, et les acteurs avaient la liberté d'aller où ils voulaient et de jouer la scène d'une manière qui semblait juste. Il y avait beaucoup de liberté et une ambiance organique, différente, qu'on associe parfois à Star Wars, donc c'était vraiment excitant. En tant que fan, je voulais suivre cette voie. Il faut que ça paraisse juste. Ca été une expérience énormément instructive. Il y a vraiment une frontière mince dans Star Wars : si on va légèrement à gauche ce n'est plus Star Wars, c'est un autre film de SF, ça ne semble pas juste. Et si on va légèrement à droite, on ne fait que copier ce que George a fait. Le processus de réalisation de ce film était donc une danse pour faire de ce film quelque chose de nouveau, qui paraisse frais."

Edwards ajoute qu'il a été frustré de ne pas pouvoir inclure dans le film tout ce qu'il a tourné dans ce décor, mais le montage impose de faire des choix.

https://www.starwars-universe.com/images/actualites/rogueone/chirrut.jpg

Bien que le réalisateur adorait la technique du décor à 360°, il a du en limiter l'utilisation :

"On a essayé de tout faire comme ça, mais la réalité est qu'on ne peut pas. Il y a différents styles. Il y a ce style, qui visait à être plus réaliste, et il y a le style classique de la trilogie originale, qui est bien plus réfléchi et qui est très impérial. Au départ, on envisageait qu'il y aurait un style pour les rebelles et un autre pour l'Empire, mais en avançant on a commencé à tout mélanger et ça rendait bien mieux. J'étais très satisfait de l'ambiance du film dans le sens où ça passe de l'aspect classique, qui se ressent comme étant le langage de Star Wars, à quelque chose d'un peu plus contemporain, et inversement. Et ce n'est pas dérangeant. J'ai justifié ça en me disant que c'était un évènement historique réel et que George était sur Tatooine avec son équipe de tournage, tandis qu'on est sur nos planètes avec notre équipe de tournage, et qu'il y a d'autres réalisateurs sur d'autres planètes avec leurs équipes de tournage. On ne verra pas ces films avant un moment, mais tout le monde est en train de les faire et ils auront chacun leur petit style et leur petite voix. On comparait ça aux évènements historiques comme la IIème Guerre Mondiale, qui a fait naître des films comme Casablanca et Il faut sauver le soldat Ryan, qui sont complètement différents. Star Wars peut donner des choses comme ça. Donc on pensait avoir l'autorisation d'apporter un peu de diversité, surtout que [Rogue One] ne fait pas partie de la saga."


Concernant l'utilisation de Dark Vador, Edwards dit avoir veillé à ne pas tomber dans la facilité :

"C'est mon amour pour les films originaux qui m'a poussé à réaliser ce film, mais dès le début, il y a eu une conversation claire à Lucasfilm sur le fait qu'on faisait de nouvelles choses, que ce n'était pas un numéro de karaoké ou des purs clins d'oeil et du fan-service. Tout cela ne fait pas un bon film. Il faut des personnages auxquels on tient, et il y a une opportunité de créer de nouveaux personnages et évènements qui nous attirent. Le but est qu'on vienne à ce film pour toutes les raisons qui font qu'on aime Star Wars, puis qu'on soit aspirés là-dedans et qu'on commence à tenir aux nouveaux personnages, et qu'une fois au milieu de tout cela, les éléments familiers nous passent devant et qu'on commence à se rappeler d'eux... "Ah ouais, ah ouais.". Mais le film doit exister sur ses propres bases. Si tous ces films se contentent de raconter tout le temps : "Et voici le personnage que vous aimez, ouais ! Voilà l'autre personnage que vous aimez, ouais !"... alors ce n'est pas fidèle à ce que George faisait. Il essayait de trouver des histoires à propos de quelque chose, qui disaient quelque chose, qu'on garde encore auprès de nous quarante ans plus tard, qui restent dans nos têtes et qui nous affectent encore."


Enfin, le réalisateur a abordé la question des fameux espions Bothans. De nombreux internautes oublient que ceux-ci ont enquêté sur la deuxième Etoile de la Mort et non pas sur la première, qui est le sujet de Rogue One.

"[Rires] Ouais, je ne veux même pas commencer à parler de ça car ça revient tout le temps et on se dit "Non, non...""

"Je n'ai même pas à expliquer car pour chaque personne qui dit ça, il y en a une autre sur le forum qui répond "Espèce d'idiot !" juste en dessous."


Rogue One : A Star Wars Story sortira le 14 décembre.
Parution : 18/07/2016
Source : Slashfilm
Validé par : PiccoloJr
On en parle sur nos forums
 
Les 10 premières réactions (voir toutes les réponses) :
  • 18/07/2016 - 19:36
    Il n'avait pas son topic ! Interview donnée à la Celebration :

    http://www.starwars-universe.com/actu-1 ... jedha.html
  • 18/07/2016 - 20:28
    Il y a vraiment une frontière mince dans Star Wars : si on va légèrement à gauche ce n'est plus Star Wars, c'est un autre film de SF, ça ne semble pas juste. Et si on va légèrement à droite, on ne fait que copier ce que George a fait. Le processus de réalisation de ce film était donc une danse pour faire de ce film quelque chose de nouveau, qui paraisse frais."

    Je veux pas troller, mais J.J. et le reste de l'équipe du VII aurait des choses à apprendre de lui. :transpire:
  • 18/07/2016 - 20:46
    A choisir entre une com' centrée sur l'usage du practical et une interview d'un réalisateur qui déclare son amour et son admiration pour le travail de Lucas sur Star wars, moi je penche pour la seconde option. On est à 5 mois de la sortie de RO et j'ai presque plus hâte de voir le travail technique d'Edwards que de découvrir le film et son histoire.
  • 18/07/2016 - 21:33
    C'est normal, Gareth n'a pas le même rôle que Abrams.

    J'ai l'impression que les gens ne se rendent pas compte du poids qu'ils avaient sur les épaules. Ils auraient pu jouer l'originalité totale, ils ont joué la sécurité pour pouvoir relancer la machine. Maintenant ils vont pouvoir faire réellement Leur Star Wars. D'ailleurs je remarque que plus ça va, plus il y a un retour de la prélogie discrêt mais réel, ce n'est pas anodin.

    Et c'est pour ça que les fans vont largement plus aimer Rogue One et l'Episode VIII que TFA, et c'est normal. Perso j'ai la grosse hype pour les deux et Rogue One a l'air de tenir ses promesses (ce qu'à fait TFA aussi d'ailleurs, soit dit en passant) et c'est super. :)
  • 18/07/2016 - 21:56
    Et c'est pour ça que les fans vont largement plus aimer Rogue One et l'Episode VIII que TFA, et c'est normal.



    Ce n'est pas mon cas personnellement (pour Rogue One par rapport a TFA), Rogue One raconte les vols des plans de l'étoile noire, un spin off beaucoup moins emballant pour moi que la suite du Retour du Jedi 30 ans après avec le retour de Luke, Han, Leia et les héritiers. (et qui a le mérite de raconter une histoire inédite, même si certains ont eu du mal avec la ressemblance de l'épisode 4, ce qui n'est pas du tout mon cas)

    De plus il y'a ni Jedi ni la force dans ce spin off, et c'est ça qui m'a fait aimer la saga et c'est ce que je préfère toujours de loin aujourd'hui donc forcement l'attente n'est pas la même.

    Après je reste curieux ça peut être bien, mais c'était juste pour prendre mon exemple et rebondir la dessus, je ne pense pas forcément que tout les fans vont plus aimer Rogue One que TFA. :)
  • 18/07/2016 - 21:58
    Je voulais parler de l'avis général, je ne pense pas non plus que ce sera mon cas. ^^'
  • 18/07/2016 - 22:04
    Grushkov a écrit:C'est normal, Gareth n'a pas le même rôle que Abrams.

    J'ai l'impression que les gens ne se rendent pas compte du poids qu'ils avaient sur les épaules. Ils auraient pu jouer l'originalité totale, ils ont joué la sécurité pour pouvoir relancer la machine. Maintenant ils vont pouvoir faire réellement Leur Star Wars. D'ailleurs je remarque que plus ça va, plus il y a un retour de la prélogie discrêt mais réel, ce n'est pas anodin.


    Je parlais de la technique de com' de la production, pas du travail d'Abrams. M'est avis qu'on y reviendra pour la production de l'épisode VIII, mais je m'égare
  • 18/07/2016 - 22:06
    Wouahhhhhhh !
    Au vue de cet interview ; je sens que le film va être SPECTACULAIRE ! :oui:
  • 18/07/2016 - 23:35
    Interview intéressante, qui confirme mon a priori positif. Son challenge n'est pas simple. Il doit raconter une histoire dont la fin est connue depuis des décennies (dans les grandes lignes), se situant dans une période de la saga (même s'il est hors saga) qui est sacro-sainte aux yeux de nombreuses personnes.... Et il le dit lui-même, il doit arriver à danser sur le bon pied pour ne pas être hors star wars, ni être dans le remake ou copie/déjà vu .... Ce qui montre qu'il est conscient de ce qu'il ne doit pas faire, et donc de ce que lui permet de faire un spin-off.

    Et concernant la com "practical effects" en veux-u en voilà de TFA, je pense qu'on n'en aura plus avant un bon bout de temps, leur objectif étant atteint. D'ailleurs, je ne crois pas avoir entendu prononcer ces 2 mots depuis la promo de TFA. Comme quoi ... :sournois:

    Edwards, que la Force soit avec toi ! :jap:
  • 19/07/2016 - 0:07
    Et dire que la galaxie entière a flippé pour l'affaire des reshoots il y a quelques semaines :pfff: alors qu' objectivement et manifestement Edwards et son équipe connaissent leur sujet et assurent. Je ne me fais aucun souci :jap: !
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir poster un commentaire.
Merci de votre compréhension.
Proposer une actu
 
 Vous avez une information concernant l'Univers Star Wars que vous voulez partager avec d'autres internautes ?

Vous pouvez nous la proposer facilement : cliquez ici !
Publicité