StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. La critique d'Obi, qui nous prouve que FoD c'est cool !
 

Une anthologie Star Wars en websérie, centrée sur les héroïnes de la saga ? Au format court ? Gratuite ? Qui parle aussi bien de la prélogie que de la postlogie ?

Il n'en fallait pas plus (plutôt moins) pour m'intriguer et pour susciter mon intérêt. Alors, que dire sur cette série ?

Un format décomplexé

On ne va pas se mentir, à la vue des premiers visuels et de la première bande-annonce, je n'étais pas convaincu. Si le retour d'un cartoon 2D a fait bondir mon cœur d'amoureux de l'animation traditionnelle, et pour rester sur Star Wars de la série Clone Wars de Tartakovsky, je ne pouvais être que déçu du rendu montré. Animation pauvre, graphisme certes stylisé, mais manquant de personnalité... Bref, une animation bas de gamme d'aujourd'hui.

Alors au-delà de la bande-annonce, qu'est-ce que ça donne ? Au final, l'animation sans être folle est meilleure qu'à mon premier contact, les environnements savent se renouveler d'un épisode à l'autre tout en rappelant les lieux déjà fréquentés ailleurs. Et si le design de certains personnages est raté (Anakin ! Même s'il ne faut pas grand chose pour le rendre bien), c'est en partie dû à la proximité avec la ligne de jouets, très formatée par ses codes.

Passé ces défauts, l'ensemble est plutôt homogène, dynamique, rythmé et la présence des voix originales est un vrai plus.

Ça c'est pour l'aspect visuel. Maintenant les scénarii ! C'est anecdotique, très superficiel, et pourtant... Je ne peux m'empêcher d'éprouver beaucoup d'affection pour ces petites pastilles. Pour certaines, elles s'insèrent directement dans des moments coupés des films, pour d'autres, c'est l'occasion de voir les personnages dans des moments « impactant » moralement parlant ; en lien direct avec la maxime de la série. Non, il n'est pas nécessaire de montrer ou de faire de grandes choses pour avoir un impact sur la vie de quelqu'un. Non, l'histoire de la galaxie n'est pas faite uniquement de combats épiques ou de guerre à grand échelle. Et moi je suis bien content de voir qu'un média Star Wars prenne le temps de dire ça également.

Un point d'entrée dans l'univers Star Wars ?

Un point que je souhaite aborder, c'est à la fois le public visé et la fonction que peut avoir la série. On est en face d'un format destiné à un (très) jeune public, en bonus féminin, par ses personnages choisis, mais qui reste évidemment ouvert aux garçons également. Au-delà du choix des personnages principaux, rien ne différencie le contenu.

Lucafilm vise un « nouveau » public avec cette série, ou en tout cas à renouveler un public très jeune. Ce n'est pas la première fois que c'est le cas. Avec les dessins-animés Ewoks et Droïdes, ou même les téléfilms Ewoks, on était déjà dans cette tranche d'âge, plus jeune que pour les films ou même les séries télévisées The Clone Wars ou Rebels.

Et c'est là que je trouve que Forces du Destin peut devenir un point d'entrée dans l'univers Star Wars. Pas dans son contenu, car il utilise des personnages déjà connus ailleurs, sans expliquer d'où ils viennent. Donc clairement, une personne qui découvre la série sans rien connaître sera rapidement perdu. Pour autant, en tant qu'appel à la découverte, le dynamisme et la bonne énergie qui s'en dégage, je suis certain que la série peut faire naître des vocations !

 

ObiWan Keshnobi

2. La critique de Lain, qui est moins convaincu
 

Des épisodes de 2 minutes, quelle excuse avais-je de ne pas les regarder ? Même si je savais que la plupart ne me plairait pas (non pardon, même si j’étais persuadé qu’aucun ne me plairait) je me suis forcé, dans un premier temps, à les regarder.

Après en avoir vu deux ou trois, j’ai dû revenir sur mon à priori : tout n’était pas à jeter. Je crois même en avoir beaucoup apprécié une petite moitié. Je pensais initialement devoir critiquer la cohérence de ces micro-récits, mais j'ai dernièrement été amené à réévaluer cette notion, si bien que je suis forcé d'admettre que le problème n'est pas là. Tous les récits s’intègrent ici parfaitement dans l’univers de Star Wars, mais ils soulèvent un problème très présent dans les productions Star Wars actuelles : la vraisemblance. La plausibilité des histoires relatées est en effet un réel soucis.

Ce n’est pas nouveau, et si je devais pointer du doigt un premier fautif, ce serait Rebels. Au-delà des Stormtroopers qui loupent toujours leur cible, il est par exemple des épisodes où un vaisseau de 150 m³ ouvert sur l’espace ne se vide pas totalement de son air en une minute... Et il ne faut pas oublier les soucis d'ordre logiques, comme dans le roman jeunesse Join the Resistance.

Or, c’est bien simple, je retrouve cette facilité dans tous les épisodes de la série que je n’ai pas appréciés. Oui, il s’agit simplement d’une facilité scénaristique mise en oeuvre pour amener un récit rapidement où le souhaite son auteur. Sous prétexte que ce sont des récits pour enfants, on devrait oublier toute logique ? Si l'on va dans ce sens, Ahsoka aurait très bien pu détruire le droide d'un coup de sabre, ce qui aurait à mon humble avis encore plus plu...

Sans revenir sur la qualité de l’animation (je ne suis pas expert et ne me permettrais pas de juger cet aspect), je trouve en fait que cette série est de par le manque de contexte de ses épisodes originaux (ceux ne prenant pas place pendant un film), la durée très courte des chapitres et le manque de vraisemblance, un produit purement marketing bâclé (pour une grosse partie de la série), créé pour vendre des poupées très laides.

Lain-Anksoo

<< Page précédente
Publicité