StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Introduction
 

Cette analyse date du 18 mars 2013.

Les conditions et l'historique réel du rachat de Lucasfilm par la Walt Disney Company restent floues malgré la récente interview de George Lucas sur ce sujet. Pourtant, de nombreux événements passés permettent de comprendre la proximité entre les deux entreprises et d'imaginer les raisons qui ont poussé George Lucas à se tourner vers la firme de Mickey.

On pourrait penser que George Lucas a été influencé par l'univers de Walt Disney dès son enfance, lors de sa première visite à Disney Land en 1955, année de création du parc de Californie. Pourtant, le jeune George Lucas n'a pas été spécialement attaché à l'univers de Disney mais plutôt à celui de Flash Gordon et du monde de la course automobile.

2. Les filiales de Lucasfilm chez Disney
 

Au-delà de l'implication directe des licences de Lucasfilm dans les parcs à thèmes de chez Disney, on retrouve beaucoup de l'ADN des différentes branches de LFL dans nombre de productions Walt Disney.

Pixar

Tout d'abord, comment ne pas citer Pixar ? L'histoire de la société à la lampe de bureau débute d'une façon que nombre de personnes semble avoir oubliée. À l'origine, Pixar (nommé alors Graphics Group) n'est autre qu'un service de la division informatique de LFL, dont l'objectif était de développer de nouvelles techniques de graphismes par ordinateur, ainsi que le précurseur du célèbre moteur de rendu RenderMan bien connu des fans de Pixar. L'équipe travail alors en relation avec ILM sur des films tels que Star Trek 2 ou Le Secret de la Pyramide bien connu pour l'animation, à l'époque époustouflante, d'un chevalier issu d'un vitrail.

Le secret de la Pyramide

C'est en 1986 que Steve Jobs rachète la société à George Lucas et la nomme Pixar. La société se focalise alors sur la vente de matériel informatique haut de gamme, dont l'un des principaux acheteurs n'était autre que Disney, pour développer des solutions d'animation par ordinateur. John Lasseter alors simple employé de Pixar produit en parallèle des publicités animées par ordinateur, et c'est en 1990 que l'entreprise abandonne officiellement sa division de matériel informatique. Un contrat est alors signé avec la WDC pour la production de trois longs métrages d'animation, dont le premier ne sera autre que Toy Story. Ce sera le point de départ du succès de Pixar qui n'est plus à présenter maintenant. Une réussite fulgurante qui n'aurait peut-être pas pu voir le jour si la volonté initiale de George Lucas de développer les technologies de graphisme par ordinateur ne s'était pas exprimée.

Industrial Light & Magic ainsi que Skywalker Sound ont un très long C.V. raccord avec nombres de productions Disney. Avec des films comme Pirates des Caraïbes, The Rocketeer, 101 Dalmatiens, Pear Harbor ou plus récemment The Avengers, ces deux entités montrent leur suprématie dans le domaine des grandes productions. L'acquisition de LFL et de l'ensemble de ses dérivés va entraîner un attachement encore plus fort entre Disney, Marvel, Pixar et l'ensemble de leurs produits. Un point névralgique dans l'histoire de ce rachat, qui est pourtant bien vite écarté dans les débats.

ILM et Disney
3. Les Parcs à Thèmes
 

Indiana Jones Temple of the Forbidden Eye La première implication tangible de Lucasfilm (LFL) en relation étroite avec la Walt Disney Company (WDC) remonte à 1984. Alors que Disney est en difficulté financière, la société est sauvée d'un rachat par l'apport de la famille Bass qui devinrent les principaux actionnaires de la firme. L'idée des Bass pour réorganiser la société, est d'ouvrir les parcs d'attraction à des produits issus de l'extérieur de l'entreprise. George Lucas est alors contacté pour produire un film qui serait diffusé dans le parc de Floride. C'est un partenariat entre les équipes d'animation de Disney et Industrial Light & Magic qui donne le film Captain EO en 3D relief stéréoscopique, mettant en vedette Michael Jackson. Le film est réalisé par Francis Ford Coppola et George Lucas y joue le rôle de producteur exécutif. La première diffusion est datée du 12 septembre 1986. Cette première incursion dans les parcs à thèmes Disney n'est que la première du longue série à venir.

En effet, par la suite, deux univers de LFL sont apparus dans les parcs Disney du monde entier : Indiana Jones et Star Wars. Le premier, sous différentes formes, dont l'attraction que vous devez sans doutes tous connaître si vous lisez ces lignes : Indiana Jones et le Temple du Péril. Ces montagnes russes proposées à Disneyland Resort Paris sont en réalité uniques au monde. Une déclinaison du concept existe à Tokyo DisneySea mais la licence Indiana Jones n'y est pas rattachée. La raison de cette différence est la proximité au parc de Tokyo du Temple of the Crystal Skull une autre attraction Indiana Jones de type parcours scénique en véhicules à mouvements renforcés. Il est d'ailleurs amusant de noter que la présence du crâne de cristal est antérieure au quatrième film de la franchise. Cette attraction a été à l'origine construite au parc de Californie sous le nom The Temple of the Forbidden Eye. Cependant, la première apparition du célèbre aventurier dans un parc Disney date de août 1989 aux Disney's Hollywood Studios de Floride, avec le spectacle Indiana Jones Epic Stunt Spectacular ! qui met en scène des cascadeurs recréants des scènes de la saga en direct.

Star Wars Weekends 2013Star Wars n'est évidemment pas en reste avec le maintenant très célèbre Star Tours dévoilé en 1987 aux Etats-Unis, ce qui en fait le premier univers existant hors Disney à intégrer le parc. Ce simulateur de vols spatiaux (technologie issue de l'armée américaine!) reste une référence pour nombre de fans. L'attraction n'existe dans sa version initiale que dans le parc français, alors que la nouvelle version Star Tours : The Adventures Continue opère dans les parcs américains depuis 2011 et devrait ouvrir ses portes à Tokyo ce printemps. Cette mise à jour du simulateur entraîne l'apparition d'un tout nouveau film réalisé par les équipes de ILM diffusé en plus en 3D stéréoscopique.

Au-delà des attractions liées à Star Wars, les Disney's Hollywood Studios organisent depuis 1997 les Star Wars Weekends, véritables festivals consacrés à l'univers de George Lucas qui amènent des acteurs et personnalités associés à Star Wars à rencontrer les fans dans des décors tirés de la Saga. De nombreux événements comme la parade de la 501st Legion, ou un entraînement Jedi de maniement au sabre laser animent ces journées durant lesquelles les personnages de Disney sont déguisés en héros de Star Wars. Les Star Wars Weekends 2013 se dérouleront du 17 mai au 9 juin avec pour premiers invités Warwick Davis (Wicket) et Ray Park (Dark Maul).

L'avenir de Lucasfilm dans les parcs Disney semble déjà bien ancré, notamment aux Etats-Unis. Pour la France, l'exclusivité du grand-huit Indiana Jones reste un avantage, mais l'arrivée du nouveau Star Tours n'est pas encore officialisée. Pour autant, d'insistantes rumeurs font état de l'ouverture dans le parc parisien d'une nouvelle zone totalement consacrée à l'univers de la Guerre des Etoiles. Il reste difficile à l'heure actuelle de savoir exactement ce qu'il en est de ce projet, même si Philippe Gas, le président d'Euro Disney S.A.S, a récemment déclaré que des concepts existaient bel et bien pour une telle extension autour de Star Wars. Quoi qu'il en soit, l'activité récente autour des nouveaux films donnera certainement l'occasion pour les DisneyLand du monde entier d'étoffer leur catalogue autour de Lucasfilm. Le lien entre les deux entreprises au niveau des parcs à thèmes n'a jamais été aussi fort et l'avenir nous dira si l'énergie donnée dans l'Episode VII et ses suites sera déployée autour de nouvelles attractions.

Star Wars Land à Paris ?
Publicité