La Fédération Impériale

Si vous aimez écrire et que vous trouvez que l'Univers Star Wars a besoin de nouvelles histoires, ou si vous voulez lire plus que ce que la licence officielle vous offre, bienvenue dans la Section Fan-Fictions !

Retourner vers Fan-Fictions

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films sont interdits dans ce forum.

Quels personnages principaux de La Fédération Impériale préférez-vous ? (Deux choix possibles)

Carth Poldrei
9
36%
Gilad Pellaeon
8
32%
Celric Tavill
6
24%
Derth Beny'lya
0
Aucun vote
Grodin Tierce
1
4%
Corran Horn
1
4%
 
Nombre total de votes : 25

Messagepar mat-vador » Sam 07 Juil 2018 - 21:10   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Oh oui Jagen! Encore une dose de la fédération Impériale, que quelqu'un me passe la seringue :x !! il me faut ma drogue, je suis en manque :x !

Euh, bref extrait lu et grandement apprécié! Pas si facile à tuer à ce Jedi Fou, comme on pouvait s'y attendre! Combat très intense :sournois: !

Vivement la suite! :oui:
place au seigneur des vapodouches, infâmes misérables!

fan fiction: fan-fictions-hdf-f17/jedi-corellien-la-trilogie-post-legacy-t17338.html, Les Origines de Jedi corellienl, Chroniques
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 991
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Dim 08 Juil 2018 - 14:16   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Chapitre 113 lu!

:shock: :shock: :shock:

Un Chapitre exceptionnel!!! Là il s'en passe, des choses, c'est absolument génial, j'ai dévoré ce Chapitre de la première à la dernière ligne! Je l'ai trouvé d'ailleurs encore mieux écrit que d'habitude, ce qui n'est pas peu dire! :wink:

Un très bon Luke Skywalker également... et une bien belle référence au Bouffon Vert rendent ce Chapitre immanquable. Bravo! :oui:

Vivement la suite! :oui:
La Force est avec moi, et je fais corps avec la Force ; et je ne crains rien parce que tout est tel que le veut la Force - Mantra des Gardiens des Whills

Staffeur résumés littéraires & fan-fictions
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4348
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Jagen Eripsa » Dim 08 Juil 2018 - 17:07   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci messieurs ! La suite qui arrivera dans les prochains jours devrait aussi largement vous contenter ! :cute:
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18997
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar Jagen Eripsa » Ven 20 Juil 2018 - 21:56   Sujet: Re: La Fédération Impériale

La suite ! La tension monte encore d'un cran... :sournois:



<<Chapitre précédant<< Sommaire >>Chapitre suivant>>

Chapitre 114

Tant de pouvoir
Il pouvait le sentir, juste devant lui. Le regard fixé vers son objectif, il tendit la main et aplatit la paume sur la baie vitrée qui l’en séparait.
Deux cents cuirassés, sombres et silencieux, suspendus dans le vide depuis un demi-siècle… Attendant juste qu’on s’en empare.
S’il l’avait pu, Derth Beny’lya aurait étreint la flotte Katana toute entière.
— Général ? entendit-il alors derrière lui.
Il ferma les yeux.
— Capitaine Dar’stin. Nos éclaireurs ont-ils signalé du nouveau ?
— Non, monsieur, répondit son aide de camp. Les vaisseaux impériaux maintiennent leurs positions. Aucun mouvement de leur côté.
— C’est qu’ils attendent aussi des renforts…
Beny’lya se mordit les lèvres par dépit. Six jours de navigation à toute allure, dans des secteurs mal cartographiés, pour en arriver là… Néo-Républicains et Impériaux étaient arrivés presque simultanément, à moins d’une heure d’écart. Depuis, personne n’osait faire le moindre mouvement.
Les Impériaux disposaient d’un groupe de combat plus imposant que sur Pantolomin, mais qui restait inférieur en nombre à celui de la Nouvelle République. La plupart de leurs vaisseaux étaient de vieux croiseurs ; des Carracks, des Acclamators, datant souvent de la Guerre des Clones.
Mais Derth avait choisi de temporiser. Les coordonnées de la flotte avaient été transmises à toute la flotte de la Nouvelle République, à présent – ainsi qu’au général Bel Iblis, qui attendait une occasion de ce genre depuis des années.
Pourquoi se risquer dans un combat équitable quand on pouvait obtenir une victoire écrasante en attendant un peu ?
Toutefois, le comportement des Impériaux n’arrangeait pas ses affaires. De toute évidence, ils comptaient utiliser une stratégie similaire.
— C’est probable, monsieur. Mais ce n’est pas…
— Abrégez.
— Le général Cracken est en ligne.
Derth rouvrit les yeux, surpris.
— Vous êtes parvenu à ouvrir une liaison ?
— Le relais d’Esfandia est toujours sous contrôle impérial, mais nous disposons d’agents sur Gilatter VIII qui ont réorienté les satellites hypercom. Ce n’est pas d’excellente qualité, mais ça tient…
— Bien.
Beny’lya jeta un dernier regard à la flotte Katana, puis rejoignit l’antichambre de la passerelle jusqu’à une alcôve où l’attendait un terminal de communication. La silhouette réduite, floue et pixelisée de Cracken l’y attendait déjà.
— Général Cracken, salua Derth en arrivant.
Général Beny’lya.
Aucune trace d’animosité n’était perceptible dans la voix du chef des Renseignements de la Nouvelle République, malgré les antécédents qu’ils avaient en commun. Cracken, s’il arborait un air étrange, indéfinissable et quelque peu inquiétant, semblait avoir tiré un trait sur tous leurs différents ; Derth décida qu’il était dans son intérêt de procéder de même.
J’ai cru comprendre que vous étiez arrivés à destination ?
— C’est exact. La flotte Katana est à portée de main.
Les opérations de récupération ont commencé ?
— Les Impériaux aussi sont présents.
Je vois.
— Nous n’avons pas encore engagé les hostilités.
Parce ce que vous attendez des renforts.
Ce n’était pas une question.
— Nous avons transmis les coordonnées au général Bel Iblis.
C’est ce que nous as indiqué votre cousin, en effet…
— Une fois que sa flotte sera là, nous attaquerons.
Cracken fronça les sourcils.
Vous ne devriez pas perdre de temps.
— Je préfère avoir toutes les cartes de mon côté.
Justement.
Le chef des Renseignements de la Nouvelle République le jaugea du regard, se mordit les joues et reprit :
Si les Impériaux ne sont pas passés à l’action, c’est qu’il y a une raison. Vous vous en doutez, j’imagine ?
— Ils attendent des renforts…
Oui.
— Vous savez lesquels ?
J’ai reçu quelques informations il y a six heures. Une flotte dont nous avions perdu la trace est réapparue… Partiellement. La flotte du Moff Poldrei.
La main sur son museau, Derth tira quelques poils du bout des doigts.
— La dernière fois…
Il hésita ; l’affaire de Polcaphran était un mauvais souvenir, une plaie encore vive dans son orgueil, et Cracken y avait joué un rôle qui lui était particulièrement détestable.
Mais l’heure n’était pas aux circonvolutions.
— La dernière fois, sur Polcaphran, Poldrei n’avait qu’un destroyer. Il a renforcé son système de défense ?
C’est un euphémisme, indiqua Cracken, l’air sombre. Nous pensons qu’il a redirigé vers Polcaphran l’ensemble des vaisseaux capturés sur Sluis Van. Il a sans doute un objectif bien précis… Pour l’heure, nous ignorons lequel.
— Ce sont des vaisseaux de cette flotte qui ont disparu ?
Oui. La plupart. Il n’y a que quelques escorteurs et un prototype qui ont regagné leur port d’attache.
Le général bothan fit appel à toutes ses capacités mentales pour mesurer le rapport de forces. Le calcul était facile à faire.
— Ils risquent de nous balayer ! s’exclama-t-il à haute voix, un frisson de peur le long de son échine.
Il comprit alors qu’il avait vu juste en trouvant au général un air qu’il ne lui connaissait pas. Cracken s’adressait à lui comme à un mort en sursis. Il ne croyait pas aux chances de victoire de Beny’lya. Et ses paroles vinrent confirmer ce que le Bothan avait soupçonné.
Nous avons mobilisé des forces de réserve. L’amiral Nantz a détaché un tiers de sa flotte pour vous assister… Malheureusement, nos renforts ne seront sans doute pas là à temps.
— Alors nous devons attaquer dès à présent… Et croiser les doigts pour que Bel Iblis soit là avant Poldrei.
C’est exact.
— Dans ce cas, c’est ce que nous ferons, dit Derth en relevant le museau.
Ses ambitions, ses haines, ses rêves spécistes étaient comme étouffés par la conscience de l’instant présent et de ses enjeux.
Pour la première fois, Derth Beny’lya se comportait en véritable officier de la Nouvelle République.
— Dites au Conseil et à mon cousin que nous passons à l’attaque, annonça-t-il en expirant un grand coup.
Bonne chance, dit alors Cracken avec un signe de tête. Et que la Force soit avec vous…
Beny’lya ne vit même pas la silhouette du Contruuméen s’effacer ; il s’était déjà détourné de l’holocommunicateur pour rejoindre la passerelle où l’attendait déjà Dar’stin.
— Informez le reste de la flotte que l’attente est terminée, annonça-t-il d’emblée. Cap sur les Impériaux !
— Pardon ? demanda le capitaine, surpris.
— Vous m’avez très bien compris. Informez Drikken, Varzatti, Gol’gan, Virgilio et tous les autres – et même Solo et Calrissian, tant qu’à faire – que nous attaquons l’ennemi.
Cette fois, Dar’stin ne contesta pas ses ordres et les transmit au reste de l’équipage. Quelques secondes plus tard, Derth ressentit les secousses annonçant que l’Ar’kai se mettait en mouvement.
Son regard, lui était tout entier plongé dans la contemplation de la flotte ennemie.
La guerre ! pensa-t-il avec un élan d’inspiration. La guerre. Le meilleur révélateur de l’âme…
La distance se réduisait vite entre les deux groupes de combat. Les Impériaux n’avaient pas bougé ; mais ils déployaient leurs escadrons aux effectifs légèrement amoindris par l’escarmouche de Pantolomin. Ceux de la Nouvelle République quittaient aussi leurs vaisseaux de rattachement.
Sur les écrans de contrôle, les chiffres baissaient en même temps que les secondes s’écoulaient. Des cent kilomètres initiaux, ils se retrouvèrent vite à cinquante, puis à trente.
Alors, l’Ar’kai ouvrit le feu.
Jadis, l’Empire avait eu l’avantage sur ses ennemis dans une foultitude de domaines. Les soldats ? Palpatine aurait pu sacrifier cent stormtroopers pour chaque Rebelle abattu ; il aurait conservé l’avantage en nombre d’hommes, et de loin. Les vaisseaux ? À son apogée, la Marine Impériale comptait vingt-cinq mille destroyers, et l’on ne parlait là que du modèle standard de classe Impériale Mk.1, objet de terreur qui était pourtant largement surclassé par quelques vaisseaux plus onéreux mais moins répandus. La chasse rebelle ne comptait même pas autant de bombardiers… Le perfectionnement technologique ? Les scientifiques dévoués à l’Ordre Nouveau révolutionnaient chaque jour leurs domaines respectifs ; en vingt ans, ils avaient conçu des armes innombrables, toujours plus dévastatrices. Leurs virus semaient la terreur dans le cœur des biologistes Ho’dins, êtres pacifiques qui ne songeaient qu’à la quiétude et l’amour. Leurs chasseurs au bruit si caractéristique étaient connus d’un bout à l’autre de la Bordure. Et leurs canons, enfin… Leurs canons étaient capables de détruire des planètes entières. Il se murmurait même ici et là que Tarkin, grand architecte devant la Force des avancées impériales, avait ambitionné de s’attaquer à des étoiles – oui, des étoiles !
Et en cinq ans à peine, la situation s’était renversée. Aujourd’hui, l’Ar’kai, fleuron de la flotte d’un peuple fortuné et revanchard, disposait d’armes à la portée surclassant largement celle des destroyers de l’ancien régime souverain.
Il fallait, pour comprendre le succès de l’attaque surprise du général Beny’lya, avoir quelques connaissances tactiques sur l’organisation du corps expéditionnaire impérial. En l’absence du Grand Amiral Thrawn, toujours à bord du Chimaera qui faisait route vers Bilbringi à une allure de Hutt ankylosé, le commandement conjoint revenait aux capitaines Brandei et Willard, qui supervisaient respectivement le Judicator et le Peremptory. Les deux hommes, purs produits du système postérieur à la Guerre des Clones, étaient dans le civil parfaitement cordiaux entre eux. Il leur était arrivé, à l’occasion, de prendre un verre de l’amitié ensemble, voire même de refaire la galaxie autour d’une bonne bouteille de whisky corellien. Mais quand ils commandaient chacun leur navire, le poids de l’habitude, l’influence de seconds ambitieux et l’hubris que leur conférait le port de l’uniforme pouvait les rendre aussi hostiles l’un à l’autre que deux ennemis sur le champ de bataille. Aussi n’étaient-ils pas parvenus à se mettre d’accord sur celui qui dirigerait la flotte jusqu’à l’arrivée des renforts, qu’on espérait aussi rapide que possible. Leur seul point d’accord concernait les croiseurs d’escorte, ces antiques Acclamators qui les avaient rejoints sur Bilbringi et qui transportaient les équipes nécessaires à l’abordage des cuirassés Katana. Les vaisseaux étaient vieux et faiblement armés, aussi résolurent-ils de les placer en première ligne comme protection pour leurs si précieux destroyers, contre d’éventuels appareils de reconnaissance un peu trop téméraires qui se prendraient à rêver d’un coup de maître.
Mais ils n’avaient pas prévu que la Nouvelle République passerait à l’attaque si soudainement, ni que le général Beny’lya en personne y risquerait son destroyer. Et ils ne savaient rien non plus des améliorations qui y avaient été apportés par les ingénieux ingénieurs bothans des chantiers de Kothlis.
Les premiers dégâts apparurent très vite sur les vieux transports que les Impériaux semblaient sacrifier avec une stupidité sans borne. Beny’lya contemplait les dommages avec ce sourire de prédateur qu’il aimait arborer quand les effluves du combat remontaient jusqu’à son museau. S’ils n’étaient pas très rapides, et puissants moins encore, les Acclamators disposaient d’un blindage de bonne facture qui leur permettait d’encaisser les coups sans trop subir. Il se prit à rêver de ce qu’il pourrait faire, si ses équipes en capturaient un ; il imagina quelques transformations qui transformeraient ces banthas en rancors. Des extensions de coques, peut-être ; pas verticales, mais horizontales, au niveau de la jonction entre le ventre et le dos. Il pourrait y installer des canons lourds, à la manière des batteries ioniques des destroyers impériaux. Ce seraient de véritables cuirassés, puissants, des forceurs de blocus qui ne se contenteraient pas de passer, mais pratiqueraient une ouverture où s’engouffrerait le reste de la flotte.
Mais bien vite Derth dût se rendre à la réalité ; les Acclamators transportaient le corps d’abordage des Impériaux, des spécialistes capables de prendre d’assaut n’importe quel vaisseau, et donc aptes à défendre les leurs contre des assaillants. Il n’avait d’autre solution que de les détruire, hommes comme vaisseaux – même si cela ternissait sa victoire.
Le problème, c’était le temps. Cinq minutes après le début du pilonnage, Beny’lya n’avait encore neutralisé aucun croiseur ennemi, et cela malgré l’aide que lui apportaient les autres vaisseaux néo-républicains. Le Sewell, le Mon Garradine, l’Espoir de Telos et le SoroSaan avaient adopté la même stratégie que le général, en se plaçant à la limite de la zone de feu. C’était une mesure de prudence qui paraissait capitale ; s’il voulait l’emporter face à la flotte qui menaçait d’arriver, Derth ne pouvait se permettre aucune perte. Les deux destroyers ennemis étaient trop loin pour répondre, et leurs capitaines trop timorés – ou trop sensés – pour se lancer dans la bataille sabre au poing. Restaient donc ces vieux Acclamators, qu’ils tentaient de détruire pour neutraliser au plus vite la nuisance qu’ils représentaient. Derth échafaudait déjà de nouveaux plans, alimentés par ses observations du combat. Sans ces bataillons, songea-t-il, l’abordage de la flotte Katana allait se révéler beaucoup plus compliqué pour les Impériaux. Il pouvait, si la situation tournait mal, si les renforts ennemis arrivaient, se replier et protéger ses navires derrière la flotte. Ensuite, il n’aurait plus qu’à attendre quelques heures pour l’arrivée de ses propres soutiens. Après tout, le général Bel Iblis et les forces de Cracken pouvaient arriver rapidement à présent ; la route menant à cette zone oubliée de l’espace était désormais connue de l’état-major, qui ne craindrait plus ainsi les hasards du saut à l’aveugle.
— Cuirassés en approche ! annonça-t-on alors à sa gauche, alors que de nouvelles alarmes se faisaient entendre.
Il se tourna vers l’opérateur qui venait de parler, le cœur empli d’espoir.
— Est-ce le général Bel Iblis ?
— C’est ce qu’il semblerait, confirma le jeune bothan, la fourrure frémissante d’excitation.
Et la confirmation arriva sous la forme de six vénérables navires, qui émergèrent de l’hyperespace à la poupe de l’Ar’kai. À cet instant, l’euphorie s’empara du cœur des Néo-Républicains, et elle menaça même d’emporter les officiers impériaux qui, malgré l’inquiétude que leur faisait éprouver ces nouveaux ennemis, s’enthousiasmaient pour le spectacle qu’ils avaient sous les yeux.
La Force Sombre, enfin au grand complet, prête à entrer telle quelle dans l’histoire avec cinquante ans de retard.
Forces de la Nouvelle République, ici le sénateur Garm Bel Iblis, à bord du Peregrine, annonça une voix chaleureuse sur les canaux de communication alliés. J’ai l’honneur de proposer mon aide et celle de mes hommes au gouvernement de Coruscant.
Derth se permit un sourire mesuré. Le moment était excellent.
— Ici le général Derth Beny’lya, répondit-il avec tout le calme dont il pouvait faire preuve. Votre assistance est la bienvenue, sénateur…
Ils se mirent rapidement d’accord sur le déploiement de ces renforts tant souhaités. Les cuirassés de Bel Iblis disposaient de ces batteries ioniques dont Beny’lya avait déjà pu mesurer l’efficacité sur New Cov. Ici, elles se révélèrent très vite redoutables en accompagnement des salves déjà tirées par les vaisseaux néo-républicains.
Et, très vite, les premiers effets se firent ressentir. L’Empire, qui depuis le début jouait la carte de la défensive, se vit forcé de resserrer ses lignes ; quelques chasseurs rompirent la formation pour regagner le cœur du corps expéditionnaire ; puis ce fut une véritable débandade au milieu des escadrons, qui abandonnaient la défense des Acclamators condamnés pour regagner leurs vaisseaux d’attache.
Le combat tournait immanquablement en faveur de la Nouvelle République. Soudainement, après plusieurs minutes de combats acharnés, deux croiseurs perdirent leurs défenses coup sur coup. Ils explosèrent simultanément, éclairant d’une lueur sanglante leurs congénères mal en point – et les deux destroyers qui attendaient patiemment, se contentant de repousser les téméraires qui osaient les approcher d’un peu trop près.
Et, alors que la coque d’un troisième Acclamator cédait à son tour, les craintes de Derth se réalisèrent. Une nouvelle alarme venait de retentir, et, cette fois, il ne pouvait espérer recevoir un nouveau soutien. La flotte envoyée par Cracken devait encore être bien loin…
— Contacts multiples, annonça l’opérateur des senseurs. Ils émergent de l’hyperespace…
Et, comme il l’avait annoncé, ils arrivèrent sur le champ de bataille. Des navires impériaux, aux tonnages divers, quittaient la vitesse-lumière pour réintégrer l’espace normal à proximité du Judicator et du Peremptory. Leur formation laissait à désirer. Ce n’était pas le saut parfait exécuté cinq ans plus tôt par l’Escadron de la Mort sur Endor, mais une arrivée désordonnée ; tel croiseur par-ci, tel destroyer par-là. À leur décharge, ils venaient de traverser un secteur peu connu de la Galaxie en un temps record
Derth observa avec inquiétude chacun des nouveaux venus. Ici, c’était un croiseur « de poche », un de ces Procursators dont on lui avait dit qu’ils remplaçaient les anciennes classes Victory, mais qui manquaient de chasseurs ; là, c’était au contraire un Secutor, qui ressemblait tellement aux Venators tels que le Sewell, jusque dans son rôle de plateforme d’envol pour escadrons multiples. Il y avait bien sûr quelques destroyers plus classiques, et des frégates d’escorte pour assurer leur protection.
Puis, au dernier moment, quand il crut que le déploiement était fini, une nouvelle silhouette sortit des limbes pour se matérialiser face aux Rebelles.
— Par l’enfer… murmura Beny’lya en sentant son cœur se serrer face à ce spectacle annonciateur de mort.
Ce n’était pas un destroyer de grande série. Celui-là était sans doute cinq fois plus long, et deux fois plus large ; et sa silhouette renforcée par une échine dorsale de duracier était dardée de batteries lourdes plus imposantes que certaines petites corvettes. Le cuirassé de classe Bellator ressemblait à un oiseau de proie, un prédateur fondant sur ses futures victimes. Sur l’écran de suivi qu’analysaient les conseillers tactiques du général, son nom apparut.
Gatherer. Le Rassembleur. Un nom si significatif pour son camp… Il avait failli appartenir à la Nouvelle République, mais le Grand Amiral Thrawn était parvenu à le récupérer sur Sluis Van. À présent, il servait un nouveau maître qui ne l’avait pas nommé ainsi par hasard.
Derth Beny’lya le savait. Et il n’eut même pas besoin d’être briefé par ses assistants pour comprendre ce qui se produisait sous ses yeux.
La flotte de Poldrei venait d’arriver.
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18997
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar Dark Palgueïss » Sam 21 Juil 2018 - 9:08   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Lu :)

J'avais un peu de retard, alors je dois dire que j'ai adoré le chapitre du combat contre le Jedi Fou :D

Mais ce début de bataille pour la Flotte Katana est encore mieux, le jeu des renforts divers viennent brouiller l'équilibre des forces. Difficile de prévoir qui va l'emporter à présent. A mon avis tu nous réserves une surprise finale, quelque chose que les personnages et les lecteurs ne peuvent prévoir actuellement et qui va tout changer. L'arrivée inespérée de renforts inatendus qui vont faire basculer le rapport de force à la dernière seconde. :sournois:

Ma théorie : c'est qu'en fait impériaux et néo-rébulicains vont se lancer dans une bataille dantesque qui va se finir... par la destruction accidentelle de la Flotte Katana. :paf:

Et sinon une question : de quelle classe est le vaisseau amiral de Poldreï à la fin du chapitre ? Tu l'avais peut être déjà précisé, mais j'ai la mémoire courte. :transpire:
Dark Palgueïss
Jedi SWU
 
Messages: 99
Enregistré le: 06 Jan 2017
 

Messagepar Jagen Eripsa » Sam 21 Juil 2018 - 9:16   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci pour la lecture et le comm' ! :jap:

Dark Palgueïss a écrit:J'avais un peu de retard, alors je dois dire que j'ai adoré le chapitre du combat contre le Jedi Fou :D


Tant mieux ! :cute:

Dark Palgueïss a écrit:Mais ce début de bataille pour la Flotte Katana est encore mieux, le jeu des renforts divers viennent brouiller l'équilibre des forces. Difficile de prévoir qui va l'emporter à présent. A mon avis tu nous réserves une surprise finale, quelque chose que les personnages et les lecteurs ne peuvent prévoir actuellement et qui va tout changer. L'arrivée inespérée de renforts inatendus qui vont faire basculer le rapport de force à la dernière seconde. :sournois:


:sournois:

Dark Palgueïss a écrit:Ma théorie :c'est qu'en fait impériaux et néo-rébulicains vont se lancer dans une bataille dantesque qui va se finir... par la destruction accidentelle de la Flotte Katana. :paf:


Y a de l'idée... :sournois:

Dark Palgueïss a écrit:Et sinon une question : de quelle classe est le vaisseau amiral de Poldreï à la fin du chapitre ? Tu l'avais peut être déjà précisé, mais j'ai la mémoire courte. :transpire:


C'est surtout que je l'ai reprécisé ici en fait :paf:
C'est un cuirassé de classe Bellator ;)
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18997
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar Dark Palgueïss » Sam 21 Juil 2018 - 9:36   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Jagen Eripsa a écrit:
C'est surtout que je l'ai reprécisé ici en fait :paf:


:paf: :paf: :paf: :paf: :paf: :paf:

Merci ^^
Dark Palgueïss
Jedi SWU
 
Messages: 99
Enregistré le: 06 Jan 2017
 

Messagepar Zèd-3 Èt » Sam 21 Juil 2018 - 10:08   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Donc là, normalement, la stratégie néo-républicaine devrait être de faire durer la bataille jusqu'à l'arrivée de Cracken... À voir s'ils réussiront :sournois:
Quand un ouvrier a travaillé dix-huit heures, quand un peuple a travaillé dix-huit siècles et qu'ils ont, l'un et l'autre, reçu leur paiement, allez donc essayer d'arracher à cet ouvrier son salaire et à ce peuple sa République !
Victor Hugo
Zèd-3 Èt
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2677
Enregistré le: 01 Avr 2015
Localisation: Probablement en train de lire un bon livre au fond de mon lit alors que je devrais étudier...
 

Messagepar Alfred M. » Sam 21 Juil 2018 - 10:52   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Monté en pression dantesque. Faudrait juste pas à être prêt à perdre plus de vaisseaux qu'il n'y en a à gagner :transpire: . Poldreï joue un peu son avenir ici, va-t-il être prudent ou vouloir jouer gros ? J'ai hâte de savoir :sournois: .
"MASLA!"
Alfred M.
Pigiste
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2444
Enregistré le: 19 Avr 2016
 

Messagepar Tigre12 » Sam 21 Juil 2018 - 12:02   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Je crois que c’est mon chapitre préféré, et ce n’est pas peu dire ! Les mouvements de flotte sont vraiment bien décrits et on se prend vraiment à l’intrigue. Beny'lya risque de prendre cher face à une telle flotte mais qui sait... Vivement la suite !!!!

Par contre, j’ai peut-être loupé une info mais je croyais que le Classe Bellator avait été renommé Will of Steal ?
Tigre12
Padawan
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 17
Enregistré le: 11 Oct 2015
 

Messagepar mat-vador » Sam 21 Juil 2018 - 21:07   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Oh mince ma seringue est tombée sous le lit! Vite la récupérer.. Ah pur moment de bonheur, une nouvelle dose de Fédération Impériale a été injectée dans le bras pour me monter tout de suite à la tête!

Tout ca pour dire que j'ai apprécié l'extrait :oui: !

la suite!
place au seigneur des vapodouches, infâmes misérables!

fan fiction: fan-fictions-hdf-f17/jedi-corellien-la-trilogie-post-legacy-t17338.html, Les Origines de Jedi corellienl, Chroniques
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 991
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Dim 22 Juil 2018 - 19:01   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Chapitre 114 lu !

Quel talent dans la narration ! Ce n'est pas la première fois que je te l'ai dit, mais c'est à chaque fois un régal de lecture. La discussion, les doutes de Beny'lya (je l'avais presque oublié, celui-là !) et puis son attaque surprise, l'arrivée de Bel Iblis, celle des Impériaux... Quel rythme ! Quelle tension ! :love:

Vivement la suite ! :oui:
La Force est avec moi, et je fais corps avec la Force ; et je ne crains rien parce que tout est tel que le veut la Force - Mantra des Gardiens des Whills

Staffeur résumés littéraires & fan-fictions
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4348
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Jagen Eripsa » Dim 22 Juil 2018 - 22:43   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci à tous ! :jap:

L2-D2 a écrit:Vivement la suite ! :oui:


Bon, eh bien on va attaquer par ça alors, et je répondrai à vos messages plus bas. :D



<<Chapitre précédant<< Sommaire >>Chapitre suivant>>

Chapitre 115

Quand le sas s’ouvrit, Grodin perçut d’abord la musique. Des notes douces et agréables, qui accompagnaient les conversations au lieu de les étouffer. En tournant légèrement la tête, il aperçut un synthétiseur anaxsien sur lequel s’affairait un humain visiblement très concentré.
Puis il y eut les odeurs ; des effluves plus ou moins agréables, selon qu’elles proviennent des consommations ou de ceux qui les consommaient. Mais il les appréciait toutes.
Enfin de retour dans le monde des vivants !
Après le long trajet qu’il venait d’effectuer en solitaire, à bord de ce Scimitar très perfectionné mais pas très vaste, le mess civil de Bilbringi lui semblait être le nec plus ultra de la civilisation. On y bougeait, on y parlait, on y vivait en somme ; et c’était justement ce qui l’avait décidé à venir y faire un tour, à l’issue de son interrogatoire.
À son arrivée, il avait pris contact avec les autorités militaires qui supervisaient les chantiers. Il avait eu du mal à les convaincre de son identité – officiellement, Grodin Tierce était tombé lors de la bataille de Sluis Van – mais le scan de ses empreintes et la vérification de son code génétique étaient parvenus à lever tous les doutes.
Restait à rejoindre le Grand Amiral Thrawn. Le général Drost, bien qu’initialement réticent, s’était décidé à lui expliquer la situation. Et Grodin avait écouté, parfois avec surprise, le récit qui lui était fait : la semi-victoire de Sluis Van, les propos polémiques de Poldrei ou l’incroyable redécouverte de la flotte Katana. C’est ainsi qu’il avait appris ce qui était arrivé au Chimaera, qu’on attendait d’ici quelques heures, une fois qu’il aurait achevé son pénible voyage de repli.
— Si j’en crois le rapport technique transmis par le capitaine Pellaeon, il s’en est fallu de peu pour que le vaisseau soit totalement vaporisé, confia-t-il à l’ex-Garde sur le ton du secret.
Drost l’avait aussi questionné, notamment sur le mystérieux vaisseau qui l’avait emmené jusqu’ici. Mais Grodin était resté vague, quand il n’était pas carrément muet. Il y avait des choses à dire, s’était-il contenté d’affirmer ; mais elles attendraient l’arrivée du Grand Amiral. Surtout, il ne voulait personne autour du Scimitar, pas avant que Thrawn n’ait pu l’examiner.
L’affaire avait vexé Drost, qui avait assuré Grodin de son intégrité, sans parvenir toutefois à le faire céder. Le sujet était trop grave, aux yeux de Tierce, pour qu’il s’en remette à quelqu’un d’autre. Ce vaisseau pouvait bien lui valoir une belle promotion…
Finalement, le général avait capitulé, laissant à Grodin libre champ pour se balader dans les installations civiles – jusqu’à l’arrivée du Chimaera.
Et c’est ainsi qu’il se retrouva dans cette cantina spatiale, au décor simple et à l’ambiance un peu froide, mais qui bénéficiait d’une vue splendide sur les installations de Bilbringi.
Après être entré, Grodin s’approcha du comptoir et commanda un Scarlet Queen, un cocktail Naboo qu’il appréciait consommer lors des grandes occasions. Et ce retour dans l’espace impérial en était bien une…
Il y était parvenu, sain et sauf, après avoir traversé la moitié de la galaxie en échappant aux Rebelles. Les Lekauf l’avaient bien aidé, mais il s’agissait malgré tout de son exploit. Une ligne de plus à rajouter à mon CV, songea-t-il avec satisfaction.
Il parcourut la salle, à la recherche d’un visage amical avec qui il pourrait engager une conversation pour passer le temps. Bien qu’il soit plutôt réservé, Grodin aimait de temps à autre participer à ce genre de discussions, histoire de récolter des informations bien précieuses. Le tout était de trouver une personne loquace, plus apte à parler qu’à faire parler les autres… Son exact inverse en somme. Il s’attendait à trouver ce genre de personnes dans toutes les cantinas de la galaxie.
Ce à quoi il ne s’attendait pas, en revanche, c’était de tomber sur un visage connu – surtout celui-là.
L’homme était solidement bâti, avec un maintien droit et une pose nonchalante soigneusement travaillée. Il avait l’air d’un pilote lambda, et le style mi-long de sa chevelure blond platine venait renforcer cet effet. Mais l’œil averti de Grodin pouvait également déceler quelques éléments qui dénotaient du professionnalisme de l’individu ; le holster légèrement modifié, une certaine raideur dans la manche gauche de sa veste, qui indiquait sûrement la présence d’une lame, ou le détachement feint avec lequel il examinait la salle.
Quand il aperçut Grodin, et vit que celui-ci le regardait, il se raidit légèrement ; mais ce bref moment de tension ne dura pas.
Tierce prit son verre de Scarlet Queen et se dirigea vers l’homme. Arrivé à sa hauteur, il s’installa à sa table.
— On dirait que vous m’avez finalement attrapé, Garde Tierce, dit l’individu, légèrement amusé.
— Je réussis toujours mes missions, répondit Grodin. Seulement, parfois… Ça prend un peu plus de temps que prévu.
La remarque fit sourire l’homme.
— Cette fois, vous avez quand même quelques années de retard.
— Allons, Cross, ne me dites pas que ça ne vous est jamais arrivé ?
Jahan Cross s’appuya contre le dossier de sa chaise. Il semblait plus détendu, maintenant que Grodin avait engagé la conversation.
— Au risque de vous étonner, jamais. J’étais bien trop efficace pour ça…
— Alors vous vous en êtes beaucoup mieux tiré que tous vos collègues des Renseignements. Quel dommage que vous ayez joué les traîtres...
— Vous croyez encore aux fables d’Ysanne ? demanda-t-il avec un sourire narquois.
Il venait de marquer un point dans l’esprit de Tierce.
— L’ordre d’exécution est arrivé après la destruction d’Aldérande…
— Et vous avez sans doute cru que c’était en raison de mes origines aldéraniennes. Typique.
— Ce n’est pas le cas ? demanda Tierce en se penchant légèrement en avant.
— Bien sûr que non. Même si l’Empire a anéanti ma planète natale – tuant mon père du même coup –, je n’avais pas l’intention de briser mon serment.
Il s’avachit légèrement sur son fauteuil, et son regard se fit amer.
— Si je me suis engagé, c’est pour défendre des idéaux – la paix et la sécurité. L’ordre. Tout ce que n’était pas l’Ancienne République… Je n’avais absolument aucune raison de rejoindre une Rébellion la vénérant.
— Alors, que s’est-il passé ?
— Cette chère Ysanne a décidé qu’elle ferait un meilleur travail que son papa adoré. La rumeur prétend qu’elle a appuyé elle-même sur la détente… Et ça ne m’étonnerait même pas. Elle a pris sa place en se disant qu’elle ferait mieux de ne compter que sur son propre personnel… Surtout pas sur de fortes têtes dans mon genre. Et elle a déclenché sa purge.
— Le mot est peut-être un peu fort, non ?
La question arracha un nouveau sourire ironique à Cross.
— Vu les proportions que ça a pris, non. C’est peut-être parce que je suis l’un des rares à en avoir réchappé… On ne parle pas sur l’Holonet des agents des Renseignements exécutés. Généralement, on garde ça en interne.
— Alors, combien ?
— Pas moins d’un millier, je pense. Beaucoup de morts, peu de survivants… Elle savait se montrer très efficace par moments.
— Mais vous en avez réchappé, rappela Grodin. Jusqu’à cette incursion sur Coruscant après la mort de l’Empereur…
— Je me suis caché chez une… « bonne amie », dans le Secteur Corporatif, pendant quelques années. Mais j’ai toujours gardé un lien avec Coruscant. C’est ma planète de cœur, bien plus qu’Aldérande… J’avais à faire au Centre Impérial.
— Contre Isard.
— Je mentirais en prétendant le contraire.
— Elle était vraiment furieuse lorsqu’elle a appris votre retour. Elle nous a ordonné de vous traquer jour et nuit jusqu’à ce qu’on vous attrape.
— Oui, elle pouvait être très tenace quand elle le voulait.
Il but une gorgée de son brandy ambré, qui dégageait une fumée légèrement odorante.
— En fait, reprit-il ensuite, je regrette presque que les Rogues l’aient abattue sur Thyferra. J’aurais bien aimé le faire moi-même…
— Nous sommes deux, marmonna Tierce.
La remarque sembla étonner Cross.
— Vraiment ?
— J’ai quitté son service quand elle a abandonné Coruscant, et je suis rentré pour organiser la résistance sur ma planète natale.
— Je vois… Vous êtes donc bien plus intelligent que la moyenne des Gardes Impériaux. C’est peut-être pour ça que vous avez failli m’attraper.
— J’imagine que mon passé a joué là-dessus, avoua Grodin, le regard plongé dans son verre. Je n’ai pas toujours porté l’uniforme rouge… J’ai vécu d’autres choses.
— Possible…
— Et maintenant ? Que faites-vous ici ?
— Je dois voir un ami… Nous avons improvisé un petit rendez-vous rapide ici.
— Un ami… Impérial ?
— Tout à fait.
— Avec vos avis de recherche ?
— Si vous espériez toucher une prime ou obtenir un avancement, c’est raté. Ils ont été levés.
Une alarme s’alluma dans l’esprit de Grodin.
— Il faut avoir beaucoup d’influence pour obtenir ce genre de choses.
Cross se pencha en avant, les mains jointes.
— Bingo. J’ai beaucoup d’influence.
— Mais vous ne me direz pas grâce à qui…
— Encore gagné.
Ils s’observèrent silencieusement pendant quelques instants, dans un duel mental plus amusant qu’autre chose. Grodin se souvenait bien de l’affrontement qui l’avait opposé à Cross, quatre ans plus tôt. L’homme s’était révélé être un redoutable adversaire, digne de respect, ou davantage en tout cas qu’Isard ne l’était.
Mais avant que l’un ou l’autre ne rompe l’affrontement, ils entendirent le volume des conversations s’accentuer soudainement. Quelques clients de la cantina se levèrent même de leur siège pour regarder en direction de la baie d’observation. Simultanément, ils firent de même et virent le spectacle impromptu qui mobilisait l’attention générale.
Un destroyer venait de sortir de l’hyperespace et se dirigeait vers les quais de maintenance, vers leur droite. Ils pouvaient ainsi admirer tout son profil. À cette distance, il aurait d’ordinaire été difficile de l’identifier ; mais les fumeroles qui s’échappaient des réacteurs indiquaient clairement qu’il s’agissait du Chimaera, prédateur blessé en quête d’un refuge.
— On dirait que mon rendez-vous vient d’arriver, lança doucement Cross.
— Vous savez quoi ? répondit Grodin. Le mien aussi.



Zèd-3 Èt a écrit:Donc là, normalement, la stratégie néo-républicaine devrait être de faire durer la bataille jusqu'à l'arrivée de Cracken... À voir s'ils réussiront :sournois:


À voir, en effet... :sournois:

Alfred M. a écrit:Monté en pression dantesque. Faudrait juste pas à être prêt à perdre plus de vaisseaux qu'il n'y en a à gagner :transpire: . Poldreï joue un peu son avenir ici, va-t-il être prudent ou vouloir jouer gros ? J'ai hâte de savoir :sournois: .


Nous verrons ! La réponse à ces questions devrait être... surprenante. :sournois:

Tigre12 a écrit:Je crois que c’est mon chapitre préféré, et ce n’est pas peu dire ! Les mouvements de flotte sont vraiment bien décrits et on se prend vraiment à l’intrigue. Beny'lya risque de prendre cher face à une telle flotte mais qui sait... Vivement la suite !!!!


Merci, j'en suis ravi ! Le chapitre 116 devrait donc te plaire également... :D

Tigre12 a écrit:Par contre, j’ai peut-être loupé une info mais je croyais que le Classe Bellator avait été renommé Will of Steal ?

Euh, oui, c'était le cas à l'origine... Mais ce nom ne me convenait pas vraiment, alors j'ai pris mon courage à deux mains, j'ai ouvert mon dictionnaire franco-anglais... Et j'ai déniché ce nouveau nom, Gatherer, qui me semblait à la fois plus percutant et plus approprié !
C'est l'avantage d'une écriture progressive, on peut facilement modifier des détails en cours de route :transpire:

mat-vador a écrit:Oh mince ma seringue est tombée sous le lit! Vite la récupérer.. Ah pur moment de bonheur, une nouvelle dose de Fédération Impériale a été injectée dans le bras pour me monter tout de suite à la tête!

En lisant tes messages, j'ai l'impression d'être un dealer... :transpire:

L2-D2 a écrit:Quel talent dans la narration ! Ce n'est pas la première fois que je te l'ai dit, mais c'est à chaque fois un régal de lecture. La discussion, les doutes de Beny'lya (je l'avais presque oublié, celui-là !) et puis son attaque surprise, l'arrivée de Bel Iblis, celle des Impériaux... Quel rythme ! Quelle tension ! :love:

Eh bien, j'ai relu du Zola pour la première fois depuis longtemps la semaine dernière, cela m'a peut-être aidé dans mes envolées lyriques :D
C'était censé être un chapitre de transition à la base, plutôt moyen, comme le chapitre de cette semaine - et les deux ont largement été retravaillés par rapport au modèle d'origine. Mais ça ne devrait pas être le cas pour les suivants... :cute:
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18997
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar Alfred M. » Lun 23 Juil 2018 - 7:53   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Jahan Cross :shock: . Alors lui non plus je m'attendais pas à le voir revenir... et j'imagine que c'est pas pour rien :sournois: . Chaque chapitre donne encore plus envie de lire la suite et rend l'attente de plus en plus difficile :transpire: .
"MASLA!"
Alfred M.
Pigiste
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2444
Enregistré le: 19 Avr 2016
 

Messagepar mat-vador » Lun 23 Juil 2018 - 18:51   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Encore une dose, encore! Je suis en manque!

Et pour appuyer Alfred, chaque Chapitre donne encore plus envie de s'accrocher au Legends :transpire: !
place au seigneur des vapodouches, infâmes misérables!

fan fiction: fan-fictions-hdf-f17/jedi-corellien-la-trilogie-post-legacy-t17338.html, Les Origines de Jedi corellienl, Chroniques
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 991
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Lun 23 Juil 2018 - 19:36   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Chapitre 115 lu!

Encore un revenant de la littérature Légendes, ça fait plaisir, même si je n'ai pas encore eu le temps de lire les deux tomes d'Agent de l'Empire... Quel plaisir! Un plaisir d'autant plus agréable que Tierce va rejoindre l'intrigue de Pellaeon... :sournois:

Et vu que ça a marché la dernière fois, je vais le redire : vivement la suite! :lol:
La Force est avec moi, et je fais corps avec la Force ; et je ne crains rien parce que tout est tel que le veut la Force - Mantra des Gardiens des Whills

Staffeur résumés littéraires & fan-fictions
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4348
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Zèd-3 Èt » Lun 23 Juil 2018 - 19:43   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Jahan ! :love: :love: :love:
Ça veut dire qu'on va voir Bron ? Disouidisouidisouidisoui s'ilteplaits'ilteplaits'ilteplaits'ilteplait ! Comment ça j'en fais trop ? :paf:
Quand un ouvrier a travaillé dix-huit heures, quand un peuple a travaillé dix-huit siècles et qu'ils ont, l'un et l'autre, reçu leur paiement, allez donc essayer d'arracher à cet ouvrier son salaire et à ce peuple sa République !
Victor Hugo
Zèd-3 Èt
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2677
Enregistré le: 01 Avr 2015
Localisation: Probablement en train de lire un bon livre au fond de mon lit alors que je devrais étudier...
 

Messagepar Jagen Eripsa » Sam 28 Juil 2018 - 23:12   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci à tous ! Comme d'habitude, je répondrai en-dessous... :jap:



<<Chapitre précédant<< Sommaire >>Chapitre suivant>>

Chapitre 116

Le vide venait de s’embraser.
Pour l’Escadron Rogue, la chance venait peut-être de tourner – définitivement. Les renforts impériaux sonnaient le glas de leur domination sur la chasse adverse.
Ici Leader Rogue, annonça Wedge d’une voix neutre. Tous les chasseurs, en position.
Il sait que c’est foutu, songea Corran avec désespoir en observant le spectacle qui s’offrait à lui. Destroyers, croiseurs, frégates et corvettes jaillissaient de l’hyperespace face à eux ; pendant une minute, ils semblèrent arriver en continu. Les TIEs qui avaient survécu à ce premier affrontement partaient en direction de l’armada. Puis une immense silhouette apparut à l’arrière du groupe.
Un Cuirassé Stellaire.
Un frisson courut le long de l’échine de Corran. En tant que pilote des Rogues, ce n’était pas la première fois qu’il était confronté à ces menaces de premier ordre. Il avait affronté le Lusankya d’Isard – il était même le premier prisonnier à en être sorti vivant ! – et l’Iron Fist de Zsinj. Deux vaisseaux bien plus imposants que celui qui venait de surgir devant lui.
Mais qui ne disposaient pas d’une flotte d’une telle ampleur…
Il s’obligea à ne plus y penser. Il avait des ordres ; il était de son devoir, et de sa responsabilité envers ses pilotes, d’y obéir.
— Vous avez entendu, Vol Trois ? annonça-t-il sur la fréquence. En formation !
Qrygg arrive, annonça Ooryl.
L’utilisation de son tout premier nom prouvait bien son inquiétude.
Bien reçu, Neuf, confirma Asyr.
C’est parti, conclut Siveline.
— Parfait.
Il bascula sur la fréquence privée de Wedge.
— Vol Trois en position.
Merci, Corran. Dis… Comment tu le sens ?
La question n’était pas anodine ; Horn savait que sa réponse pouvait apaiser ou désespérer son commandant. Mais le choix était déjà fait.
Il décida de dire la vérité.
— Je ne sais pas, Wedge… Je ne ressens rien. C’est comme si la Force elle-même ne connaissait pas l’issue de la bataille.
Il y eut un long silence avant qu’Antilles ne réponde.
Donc nous pouvons encore gagner cette bataille impossible…
— L’impossible, n’est-ce pas ce que les Rogues font le mieux ?
Le commandant ne répondit pas, et Corran lui-même sentit ses certitudes s’effondrer. Comment aurait-il pu en être autrement ? À quelques kilomètres d’eux, les destroyers déployaient leurs chasseurs d’escorte, des escadrons entiers et frais prêts à affronter les Néo-Républicains en cours de rassemblement.
Mais avant qu’ils ne se soient tous regroupés, Corran vit une diode clignoter sur son tableau de bord. Avant qu’il ne comprenne ce qui se passait, une nouvelle voix s’éleva de son intercom.
À toutes les forces de la Nouvelle République, ici le Moff Carth Poldrei, entendit-il alors. Je ne souhaite pas gaspiller des vies inutilement. La bataille qui s’annonce n’aboutirait à aucun autre résultat. Je dispose ici de l’avantage numérique en croiseurs, en chasseurs et dans tous les domaines possibles. La Nouvelle République ne peut pas l’emporter.
Il y eut un court silence, puis le monologue reprit.
J’éprouve un grand respect pour ceux qui sont prêts à mourir pour défendre de nobles convictions. Mais je sais aussi, par expérience, que le plus grand courage consiste à vivre pour ses idées et non à se sacrifier pour elles. Tous les vaisseaux qui quitteront la zone de combat seront épargnés par mes forces. Les autres… Les autres seront responsables de leur sort.
Après un court crépitement, la voix s’évanouit, laissant émerger d’autres sons.
— …stez en position ! Je répète, escadron Garoon, restez en position !
Corvette Urraka, corrigez immédiatement votre traj…
Rogues, fit alors la voix de Wedge, ne vous laissez pas déstabiliser ! Ce n’est qu’un Seigneur de Guerre de plus…
Mais particulièrement rusé, commenta Tycho. Plus retors que Zsinj…
Ce n’est pas notre problème. Tout ce que nous avons à faire, c’est survivre au prochain quart d’heure, et enchaîner ensuite avec le quart d’heure suivant, jusqu’à la victoire…
Ou la mort, compléta silencieusement Corran.
La minute qui suivit sembla s’écouler au ralenti. Le théâtre d’opérations semblait évoluer au ralenti ; les Néo-Républicains ajustaient leurs positions, les Impériaux déployaient leurs derniers appareils, loin de la ligne de front. Chaque camp semblait attendre que l’autre ouvre les hostilités.
Qu’une étincelle mette le feu à la poudrière.
Et c’est de l’Ar’kai que jaillit la première salve. Le destroyer visa l’un des transports de classe Acclamator auxquels il s’attaquait avant l’arrivée de Poldrei. Aussitôt, les autres vaisseaux suivirent le mouvement et passèrent à l’action. Les Impériaux répondirent coup sur coup, et leurs chasseurs foncèrent sur ceux de la Nouvelle République.
Rogues, que la Force soit avec vous ! lança Wedge.
Corran s’adressa alors au Vol Trois.
— Ooryl, tu restes sur mon flanc droit. Asyr, Siveline, sur le flanc gauche. Nous devons protéger nos bombardiers contre leurs chasseurs.
Il entendit les clics envoyés par ses ailiers, qui signifiaient ainsi qu’ils avaient bien reçu ses ordres. Puis il y eut un autre enchaînement de bruits ; des bips envoyés par Whistler.
— Que se passe-t-il ? demanda-t-il à son astromécano.
Le droïde afficha de nouvelles informations sur son écran ; et elles n’annonçaient rien de bon.
— Leader, annonça Corran en lisant les lignes qui apparaissaient sous ses yeux, il ne s’agit pas de modèles standards.
J’ai vu, Neuf. Et je n’aime pas ça.
À présent, Corran pouvait les apercevoir aussi ; les chasseurs apparaissaient plus profilés que les traditionnels TIE Fighters. Il les trouva étrangement familiers.
C’est quand ils ouvrirent le feu qu’il comprit pourquoi : ils disposaient de quatre canons lasers… Ce n’était pas à d’autres appareils impériaux qu’ils lui faisaient penser, mais à son propre X-Wing !
— Blast ! dit-il en virant de bord pour éviter un premier groupe.
Il ramena son chasseur sur une trajectoire d’attaque, grâce à un demi-tour très serré qu’il ressentit durement malgré la puissance de son compensateur d’accélération. Il amena son réticule de visée sur la silhouette du TIE, verrouilla sa cible, tira…
Et jura à nouveau.
— Ils ont des boucliers ! cria-t-il sur la fréquence de l’escadron.
Je sais, je sais, répondit Wedge, visiblement agacé.
Au loin, Corran aperçut le vaisseau du commandant, qui décocha un missile sur sa cible.
Les boucliers du TIE étaient solides, mais inefficaces face à la puissance destructrice d’une torpille à protons. Le chasseur explosa sur le coup.
Utilisez vos armes secondaires, ordonna alors Tycho.
Et les destroyers ? Comment fera-t-on si on doit les affronter ? demanda Myn Donos.
Un problème à la fois ! Si on ne dégomme pas ces chasseurs, on n’aura même plus à se soucier des vaisseaux lourds !
Un point de vue que ne pouvait qu’approuver Corran. Il arma ses torpilles et cibla un premier chasseur ; mais le TIE Hunter déjoua ses intentions d’une pirouette. Au même moment, il fut notifié d’un verrouillage ennemi ; un Impérial l’avait pris en chasse. Mais il décida de ne pas dévier de son premier objectif.
Attention, ils sont équipés de torpilles ! signala alors Janson. On dirait qu’ils veulent jouer la même partie que nous !
Pour la troisième fois, Corran lâcha un juron retentissant – En cet instant, il était loin de la sérénité attendue d’un Jedi potentiel !
J’ai un réacteur touché ! cria alors Gavin.
Son chasseur, que Corran repéra à deux kilomètres de lui, dégageait un panache de fumées plus qu’inquiétant.
Dégage de là, tu es hors-course ! lui ordonna alors Wes.
Je peux encore
Six, obéissez, dit Wedge sur un ton qui ne souffrait aucune contrariété.
Darklighter ne tenta plus de contester et partit en direction du Sewell, des Impériaux aux basques.
— Vol Trois, on va le couvrir ! annonça alors Corran.
Gavin était son partenaire depuis le premier jour, et il appréciait vraiment ce gamin, qui était en plus le compagnon d’Asyr. Il n’allait pas le laisser mourir – Pas comme ça !
Malheureusement, le Rogue en fuite semblait agir comme un appât pour les appareils impériaux.
Ils sont encore plus collants que la purée de ma mère ! s’énerva Six.
Du calme, Gavin, dit alors Asyr. On te couvre.
AAAAAAHHHH !
Le cri ne venait pas du jeune homme, mais d’une autre pilote. Rogue Trois venait d’être touchée ; son signal disparut des écrans de l’escadron.
Pedna ! s’exclama Myn.
Je crois qu’elle va s’en tirer, dit Tycho. Ces saletés disposent aussi de canons à ions… Sa coque est intacte, pour le moment.
Et elle va le rester ! annonça Wedge. Vol Un, avec moi !
Heureusement qu’ils n’ont pas de Défenseurs, cette fois, remarqua Knysso Jooler.
Taisez-vous, Huit, lui répondit Hobbie. Ils seraient capables de les déployer rien que pour vous détromper.
S’ils en avaient, ils l’auraient déjà fait ! dit Myn. Ils ne sont pas si nombreux !
Corran échappa au chasseur qui le poursuivait avant de consulter les chiffres que lui envoyait Whistler. Effectivement, l’Empire n’avait pas déployé des effectifs mirobolants de chasseurs, comme il avait pu le faire par le passé sur Endor. Les Néo-Républicains se battaient presque à un contre un. Et, si l’on prenait en compte la capacité d’accueil des vaisseaux lourds de chaque camp, le constat était sans appel : la flotte impériale n’avait déployé que le tiers des appareils qu’elle aurait pu emporter.
Était-ce un choix, ou le résultat d’une préparation hâtée ? Corran penchait pour la deuxième option, qui avait un avantage certain.
Il leur restait un petit espoir pour renverser la situation.
Mais il fallait agir vite. Si les Rogues se défendaient encore bien, malgré deux chasseurs hors-service, d’autres escadrons avaient subi des pertes bien plus lourdes. La robustesse et la maniabilité des appareils ennemis avaient surpris plus d’un vétéran.
— En fait, on affronte la Rébellion ! remarqua-t-il à haute voix.
Ooryl est d’accord¸ signala son ailier. Les adversaires n’emploient pas une tactique impériale.
Sans doute un des effets de la politique de Poldrei, commenta Asyr.
Gavin était parvenu à rejoindre le hangar du Sewell ; à présent, elle pouvait parler plus librement.
Alors, il faut peut-être qu’on utilise les tactiques de l’Empire, dit Siveline.
Le son de sa voix interpella Corran ; il lui trouvait une dureté inhabituelle, teintée d’amertume.
— Que voulez-vous dire, Douze ?
Désolé, lieutenant, mais il y a certaines choses qui doivent être faites.
Alors, sur son écran, Corran vit le signal de Siveline s’éloigner du reste de la formation. Son écart ne passa pas inaperçu ; trois chasseurs TIE dévièrent leur trajectoire pour se placer sur un vecteur d’interception.
Ils ouvrirent le feu.
Mais elle avait anticipé leur attaque et fit une légère embardée. Corran supposa que les boucliers avaient anticipé le plus gros du choc ; mais il vit les salves ressortir sous le nez du X-Wing, et comprit alors qu’elle avait été frôlée de justesse.
Pourtant, son vaisseau dévia et trembla, comme si les tirs l’avaient touchée.
Ici Rogue Onze, Siveline Jaderan… lança-t-elle alors sur une fréquence ouverte. Ils sont sur moi, j’ai besoin d’aide !



Alfred M. a écrit:Jahan Cross :shock: . Alors lui non plus je m'attendais pas à le voir revenir... et j'imagine que c'est pas pour rien :sournois: . Chaque chapitre donne encore plus envie de lire la suite et rend l'attente de plus en plus difficile :transpire: .

Eh oui, Jahan Cross... J'ai découvert sa série il y a quelques mois seulement et je me suis décidé à le faire entrer dans la mienne... Un moyen de "clôturer" (ou d'ouvrir ?) son histoire, trop rapidement avortée lors du rachat par Disney. :oui:

mat-vador a écrit:Et pour appuyer Alfred, chaque Chapitre donne encore plus envie de s'accrocher au Legends :transpire: !

C'est le but après tout ! :D

L2-D2 a écrit:Et vu que ça a marché la dernière fois, je vais le redire : vivement la suite! :lol:

J'ai été un peu plus lent ce coup-ci. :transpire:

Zèd-3 Èt a écrit:Ça veut dire qu'on va voir Bron ? Disouidisouidisouidisoui s'ilteplaits'ilteplaits'ilteplaits'ilteplait ! Comment ça j'en fais trop ? :paf:

Oui, t'en fais trop. :D
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18997
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar L2-D2 » Dim 29 Juil 2018 - 10:44   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Chapitre 116 lu!

Quelle belle bataille, j'en redemande! :love:

J'ai été scotché du début à la fin... vivement la suite! :oui:
La Force est avec moi, et je fais corps avec la Force ; et je ne crains rien parce que tout est tel que le veut la Force - Mantra des Gardiens des Whills

Staffeur résumés littéraires & fan-fictions
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4348
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Jagen Eripsa » Dim 29 Juil 2018 - 14:55   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci L2 ! Cette fois, la suite est déjà prête... Mais je vais laisser quelques autres lecteurs profiter de ce chapitre-là avant de la dévoiler ! :D
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18997
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar mat-vador » Dim 29 Juil 2018 - 17:41   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Mat resserre son capuchon sur la tête et rencontre secrètement son dealer:

-Hey, il me faut trois barrettes deshit Fédération Impériale.
-[Jagen] ok, vingts crédits!
-Quoi, vingt? Mais c'est du vol, c'était quinze la dernière fois! Bon ok, je prends parce que je suis trop en manque là, où qu'elle est ma seringue?

Bref, tout ça pour dire: vite vite la suite!
place au seigneur des vapodouches, infâmes misérables!

fan fiction: fan-fictions-hdf-f17/jedi-corellien-la-trilogie-post-legacy-t17338.html, Les Origines de Jedi corellienl, Chroniques
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 991
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Alfred M. » Dim 29 Juil 2018 - 18:25   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Tiens les Stormcommando sont de sortis, enfin quelqu'un qui les as reconnu à leur juste valeur ? :)

Jagen Eripsa a écrit:Plus retors que Zsinj…


Faut pas exagérer quand même :o :P .

Ironiquement alors que les Forces de Défense de la NR sont en plein en train d'évoluer qualitativement (entrainement plus poussé, vaisseaux plus modernes, tactiques toujours plus rodés et innovantes,...), de se professionnaliser et de tendre vers une doctrine dédié à infliger le plus de dégâts, le plus rapidement possible, les forces de la Fédération Impériale se tournent vers celles de la Rébellion, qui visent à limiter leurs propres pertes. Pas sur que ça marche aussi bien avec des conscrits qu'avec des combattants de la liberté, quoique le duo Poldrei/Thrawn pourraient rebooster le morale... si ils ne s'entre-déchirent pas :sournois: .

La bataille semble s'enliser, la Force elle-même n'en connaissant pas l'issue, seul l'auteur sait ! Sauveur apportait nous la lumière (je tente :whistle: ) !
"MASLA!"
Alfred M.
Pigiste
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2444
Enregistré le: 19 Avr 2016
 

Messagepar Jagen Eripsa » Dim 29 Juil 2018 - 18:38   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Bon, face à tant de conviction, je ne peux que livrer le chapitre suivant. :D



<<Chapitre précédant<< Sommaire >>Chapitre suivant>>

Chapitre 117

Le capitaine Pellaeon supervisait les dernières manœuvres d’approche quand la nouvelle qu’il attendait lui parvint enfin. Il sourit, puis observa la mise en place du dernier crochet magnétique, qui fit trembler le vaisseau lorsqu’il activa son champ.
— Parfait, annonça-t-il à l’équipage de la passerelle de commandement. À présent, Bilbringi supervise les opérations. Le branchement énergétique aura lieu dans quelques minutes… Une fois qu’il sera fait, vous procéderez à la coupure du réacteur.
Puis, se forçant à sourire :
— Et vous aurez droit à votre permission.
Il ne vit que quelques visages amusés comme réponse, bien loin de l’effervescence qui aurait accueilli cette nouvelle des années plus tôt. Au temps de la Guerre des Clones… Oui, à cette époque-là, l’équipage du Leveler aurait fêté comme il se doit la nouvelle.
Mais aujourd’hui, la spontanéité avait laissé place à un contrôle de soi à toute épreuve. Même le lieutenant Tschel, l’une des plus jeunes recrues, ne laissa rien paraître.
— Je dois informer le Grand Amiral des derniers développements. Lieutenant Ardiff, à vous le commandement.
— À vos ordres, répondit le jeune homme en saluant son capitaine.
D’ordinaire, un vaisseau aussi puissant qu’un destroyer stellaire n’aurait pas dû reposer entre les mains d’un si bas gradé ; mais Pellaeon n’étant lui-même que capitaine, il était difficile de procéder autrement.
Voilà ce que c’est que de refuser tous les avancements proposés depuis dix ans, songea-t-il avec une pointe d’amusement. Avec les vides successifs créés par Yavin, Endor et le démembrement de l’Empire, il aurait sans doute déjà pu prétendre au rôle d’amiral ; mais il aimait se retrouver aux commandes d’un unique navire, en connaissant aussi bien que possible son équipage.
Même s’il devait admettre que côtoyer le Grand Amiral Thrawn avait réveillé en lui quelques anciennes ambitions, abandonnées depuis longtemps…
— Nous avons un contact avec le corps expéditionnaire, annonça-t-il en entrant dans la cabine du non-humain.
Du coin de l’œil, il vit Rukh, tapis dans l’ombre de la porte, mais qui ne fit aucun geste pour l’arrêter. Il poursuivit donc, avec davantage d’aplomb :
— La flotte du Moff Poldrei est arrivée sur place et a engagé le combat, annonça-t-il en approchant de son supérieur.
Thrawn leva alors la tête de la partie d’échecs qu’il disputait contre Derran Fahl. Au cours des trois premiers jours du voyage, les deux officiers avaient longuement discuté de sujets d’importance capitale pour l’avenir de l’Empire. Gilad, occupé à la gestion d’un des trajets les plus compliqués qu’il avait jamais eu à superviser, n’avait saisi que quelques bribes de leurs conversations. Mais depuis deux jours, à chaque fois qu’il entrait dans la cabine, il les retrouvait dans cette position, s’affrontant sur le plateau à damiers de cet antique jeu anaxsi que le Grand Amiral préférait au dejarik. Les pièces qu’ils utilisaient n’étaient pas holographiques mais bien réelles, taillées dans du marbre pur, à l’ancienne.
— Excellente nouvelle, commenta Thrawn.
Puis, jetant un nouveau coup d’œil sur le plateau, il saisit une de ses pièces et la fit avancer.
— Échec et mat, annonça-t-il sans triomphalisme.
— Encore, grommela Fahl. Et cette fois, j’ai été coincé par mes propres pions !
— C’est toujours la stratégie la plus rentable, commenta le Grand Amiral. Retourner les forces de l’ennemi contre lui.
— Ce qui nous ramène à quelques-uns de nos échanges précédents.
— Exactement. Malheureusement, cette astuce n’est pas facile à mettre en œuvre. Elle nécessite du temps, de l’astuce… Et certaines aptitudes psychologiques pour déceler les failles du raisonnement de l’adversaire.
Fahl le regarda d’un air perplexe.
— Vous êtes en train de dire que je devrais considérer ces parties de jeu comme je le ferais pour un interrogatoire ?
— À aucun moment je n’ai parlé de jeu. À mes yeux, nous avons pratiqué ici un excellent exercice d’éveil stratégique…
— Je vois, répondit le directeur des Renseignements Impériaux avec un mince sourire. Toutefois, si je peux me permettre… Bien joué.
— Merci, répondit le Grand Amiral en souriant à son tour.
Il y eut alors une brève série de coups à la porte de la cabine.
— Je vais aller voir, dit Pellaeon.
Ce qu’il fit aussitôt. Arrivé au niveau de la porte, le panneau s’écarta, révélant le lieutenant Tschel qui semblait assez mal à l’aise.
— Vous aviez un message à apporter au Grand Amiral ? demanda aussitôt le capitaine.
— Oui, monsieur, répondit-il en jetant un œil à l’intérieur de la cabine. Du général Drost.
— Eh bien, entrez.
Le lieutenant hésita, et Gilad comprit alors pourquoi ; la pénombre qui régnait dans les quartiers du Grand Amiral devait être, aux yeux de Tschel, le repère de la créature qui faisait cauchemarder l’équipage du vaisseau. Rukh.
Si le Grand Amiral était respecté, son garde du corps noghri, lui, n’inspirait que la crainte aux hommes à bord – à l’exception, peut-être, de Pellaeon, qui éprouvait envers lui une certaine hostilité. L’histoire de l’incident qui avait eu lieu quelques semaines plus tôt, où Thrawn avait failli ordonner à Rukh d’exécuter un enseigne fautif, s’était vite répandu dans les coursives du Chimaera.
En venant ici, Tschel devait avoir tout prévu, puisqu’il tendit un datapad à son supérieur.
— Tout est écrit ici, capitaine. Je suis attendu pour les derniers ajustements…
— Allez-y, répondit Pellaeon, un brin amusé.
Non, le jour n’était pas encore venu où cette génération-là remplacerait les vieux briscards dans son genre !
Il retourna auprès de Thrawn, les yeux fixés sur le datapad où il examina le message.
— C’est une bonne nouvelle, annonça-t-il en arrivant à la hauteur du Grand Amiral. Apparemment, un agent que nous pensions mort lors de la bataille de Sluis Van a refait surface.
— Avons-nous son nom ? demanda Thrawn, intrigué.
— Oui. Il s’agit du colonel Grodin Tierce.
Un nouveau sourire apparut sur le visage du non-humain.
— Bien. Il est à la hauteur de ce que j’attendais de lui.
— Et on dirait même qu’il a fait mieux, poursuivit le capitaine. Apparemment, il est revenu aux commandes d’un prototype Sienar.
— Voilà qui est intéressant, commenta Fahl. Nous en avons perdu beaucoup lors du soulèvement de Zaarin, et plus encore après Endor…
— Le général Drost nous l’envoie dans le hangar principal.
— Alors allons l’inspecter, décida Thrawn.
— Bonne idée, approuva le directeur. Ensuite, je vous fausserai compagnie pour quelques heures… Je dois retrouver un de mes agents.
— Entendu, dit le Grand Amiral.
Ils quittèrent alors la cabine pour prendre la direction des turboascenseurs. Comme à son habitude, Rukh ouvrait la route, suivi par le Grand Amiral Thrawn et le directeur Fahl, puis le capitaine Pellaeon, quelques pas derrière eux. Sur leur chemin, Thrawn et son garde du corps attiraient le plus l’attention des membres d’équipage qu’ils croisaient. Le noghri était d’une espèce peu commune, et semblait bien rustre dans cet environnement lustré à l’extrême. Par contraste, Thrawn avait des traits humains, et un port altier, digne des plus hauts dignitaires de la Galaxie. Son uniforme immaculé, d’où ne ressortaient que ses galons, ses épaulettes et l’ysalamir qui l’accompagnait toujours sur ses épaules, renforçaient cette impression d’éclat. Deux non-humains, qui avaient acquis une telle importance au sein de l’Empire… À côté d’eux, l’anonyme directeur des Renseignements et Pellaeon semblaient bien moins remarquables.
Mais pas sans importance, songea le capitaine avec fierté. Nous avons chacun un rôle à jouer dans la victoire à venir…
Il prenait peu à peu conscience de ce fait, malgré sa modestie intrinsèque. Thrawn l’avait choisi. Parmi tous les vaisseaux de la flotte impériale, il s’était installé à bord du Chimaera pour lancer sa reconquête de la galaxie.
C’était indéniablement une victoire pour un homme aussi dévoué à sa tâche que Pellaeon.
Pour l’heure, le Grand Amiral s’était lancé dans une nouvelle conversation avec le directeur Fahl. Gilad ne parvint à en saisir que quelques bribes :
— …dination est essentielle, déclara Thrawn en entrant dans la cabine du turboélévateur. Nous devrons attaquer plusieurs systèmes simultanément. Et vos agents devront être sur place avant le combat.
— Cela devrait être faisable. Vous avez des priorités ?
— Ukio. Pour alimenter le projet du mont Tantiss.
Fahl hocha la tête.
— Logique. Je vais donner les ordres nécessaires.
Thrawn acquiesça à son tour, tandis que les portes s’ouvraient.
Le couloir dans lequel ils arrivèrent était vide, mais un homme massif apparut à l’autre bout dès leur sortie du turboélévateur. Il portait un uniforme de technicien de maintenance.
Et un blaster de stormtrooper qu’il brandit en direction du petit groupe.
— Voilà le prix de votre trahison, Grand Amiral Thrawn ! cria-t-il alors.
Et il ouvrit le feu.
Tout se passa alors très vite, si vite que Pellaeon n’en perçut que des bribes. Il aperçut les premières décharges, qui manquèrent leur cible et épargnèrent Thrawn… pour s’abattre aussitôt sur le torse de Derran Fahl, qui bascula en arrière sous le choc, entraînant le capitaine dans sa chute.
Rukh avait réagi sur le coup en écartant le Grand Amiral du centre du couloir. Son poignard tiré, il bondit alors en direction de l’homme, qui fonçait aussi vers eux. Un saut incroyable. Pellaeon avait, à une époque, côtoyé des Jedi ; pourtant, il n’avait jamais rien vu de tel.
Mais, sans se démonter, l’attaquant cibla le noghri et tira.
Le garde du corps n’acheva pas son saut parfait comme il l’aurait voulu, tombant au sol sous l’impact des salves. Mais il n’avait pas dit son dernier mot ; aussitôt, il se releva pour faire barrage de son corps, afin de protéger le Grand Amiral.
Le capitaine était tétanisé, incapable d’agir. Rukh faisait littéralement don de sa vie pour protéger Thrawn.
Ce dévouement n’impressionna pas son assaillant, qui décocha de nouveaux tirs, lesquels transpercèrent littéralement le corps du petit noghri.
Mais il s’arrêta alors, hésitant, le regard vide. Alors, une ombre apparut derrière lui, lui attrapa la tête à deux mains et tourna d’un grand coup sec.
L’assaillant s’effondra et le silence revint enfin.
Reprenant ses esprits, Pellaeon chercha à se relever. Il se dégagea de sa position inconfortable sous le corps de Derran Fahl ; touché en plein cœur, le directeur des Renseignements était mort sur le coup.
Mais Thrawn et Rukh étaient encore vivants.
Touché par les salves qui avaient abattu son vaillant protecteur, le Grand Amiral semblait mal en point, mais il cherchait à se rapprocher du noghri.
— Il faut appeler un médecin… murmura le Grand Amiral.
— Je m’en charge, répondit leur sauveur.
Pellaeon le reconnut alors ; il s’agissait du fameux colonel Tierce. Le capitaine lui tendit son propre comlink et se pencha vers Thrawn.
— Les médics sont en route, Amiral…
Mais Thrawn ne semblait pas s’en soucier. Il venait d’atteindre son garde du corps, qui respirait faiblement, irrégulièrement.
— Merci, Rukh… dit le Grand Amiral avec une voix complètement différente de celle, dure, assurée, qui était d’ordinaire la sienne. Je te remercie de m’avoir sauvé la vie…
Les paroles semblèrent apaiser le petit être ; quelques instants plus tard, ses traits se détendirent et son regard se voila.
Rukh le noghri était mort.
Les mouvements du Grand Amiral avaient sans doute rouvert ses blessures à peine cautérisées par les décharges de blaster ; du sang s’écoulait de ses blessures, tâchant de rouge son uniforme déjà couvert de suie.
— Ne bougez plus, monsieur, ordonna Pellaeon, la gorge serrée. Nous allons vous venir en aide…
— Il m’a sauvé, capitaine… dit faiblement Thrawn. Il m’a sauvé…
Son bras le lâcha alors, et il s’effondra sur le sol. Aussitôt, Gilad le fit basculer sur le dos, avec délicatesse.
Et Thrawn répétait toujours les mêmes mots, de plus en plus faiblement :
— Il m’a sauvé… Il m’a sauvé…
Tierce se pencha sur lui pour faire un point de compression sur la blessure qui lui semblait la plus sérieuse. Mais le Grand Amiral lâchait peu à peu prise. Avant de sombrer dans l’inconscience, il murmura, dans un dernier souffle :
— …et il l’a si artistiquement fait.



Ce moment-là, il sort de loooooooooin... J'ai dû l'imaginer dès 2013 je crois. J'ai hâte de voir vos réactions. :D

mat-vador a écrit:Mat resserre son capuchon sur la tête et rencontre secrètement son dealer:

-Hey, il me faut trois barrettes deshit Fédération Impériale.
-[Jagen] ok, vingts crédits!
-Quoi, vingt? Mais c'est du vol, c'était quinze la dernière fois! Bon ok, je prends parce que je suis trop en manque là, où qu'elle est ma seringue?

Bref, tout ça pour dire: vite vite la suite!

Tu me fais de plus en plus peur. Image :transpire: :paf:

Alfred M. a écrit:Tiens les Stormcommando sont de sortis, enfin quelqu'un qui les as reconnu à leur juste valeur ? :)

Info exclusive : non, ils ne sont pas de sortie. :D

Alfred M. a écrit:Ironiquement alors que les Forces de Défense de la NR sont en plein en train d'évoluer qualitativement (entrainement plus poussé, vaisseaux plus modernes, tactiques toujours plus rodés et innovantes,...), de se professionnaliser et de tendre vers une doctrine dédié à infliger le plus de dégâts, le plus rapidement possible, les forces de la Fédération Impériale se tournent vers celles de la Rébellion, qui visent à limiter leurs propres pertes. Pas sur que ça marche aussi bien avec des conscrits qu'avec des combattants de la liberté, quoique le duo Poldrei/Thrawn pourraient rebooster le morale... si ils ne s'entre-déchirent pas :sournois: .

On va voir ce que ça donne vraiment... :sournois:

Alfred M. a écrit:Faut pas exagérer quand même :o :P .

Je n'exagère pas ! Déjà, c'est l'avis des personnages, pas le mien, et on n'a pas encore tout vu. :D
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18997
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar mat-vador » Dim 29 Juil 2018 - 19:05   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Oh une double dose de Fédération Impériale! Il me faut deux seringues :D !

J'ai beaucoup aimé la dernière réplique! On est vraiment dans un infinities très fidèle au legends! Ca fait plaisir de voir un noghri si dévoué!
place au seigneur des vapodouches, infâmes misérables!

fan fiction: fan-fictions-hdf-f17/jedi-corellien-la-trilogie-post-legacy-t17338.html, Les Origines de Jedi corellienl, Chroniques
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 991
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Alfred M. » Dim 29 Juil 2018 - 19:06   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Jagen Eripsa a écrit:Bon, face à tant de conviction, je ne peux que livrer le chapitre suivant. :D


Merci :jap: . Hé j'ai fait un truc utile aujourd'hui :idea: .

Jagen Eripsa a écrit:Ce moment-là, il sort de loooooooooin... J'ai dû l'imaginer dès 2013 je crois. J'ai hâte de voir vos réactions. :D

Très intéressant, je me demandais comment tu allais résoudre (quoique reste encore à connaitre le remplaçant de Rukh mais j'ai une petite idée :cute: ) cette intrigue. Joliment fait, on apprécie les parallèles avec l'histoire originale.

Jagen Eripsa a écrit:Info exclusive : non, ils ne sont pas de sortie. :D


Pourtant ils lâchent pas facilement leurs TIE Hunter :transpire: .

Jagen Eripsa a écrit:Je n'exagère pas ! Déjà, c'est l'avis des personnages, pas le mien, et on n'a pas encore tout vu. :D


J'ai pas dit que tu exagérais :wink: . Mais maintenant que tu me tease je vais attendre quelque chose à la hauteur du génial duo Allston/Zsinj ;) .

A force de faire aussi bien tu fais monter nos attentes il faut dire :sournois: .
"MASLA!"
Alfred M.
Pigiste
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2444
Enregistré le: 19 Avr 2016
 

Messagepar L2-D2 » Dim 29 Juil 2018 - 19:16   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Chapitre 116 lu !

Rapide ! Et si artistiquement décrit ! :lol:

Vraiment un très très très bon Chapitre, une fois de plus. Je suis redevenu totalement accro à La Fédération Impériale, c'est bon ! Je m'étais attaché à ce Directeur des Renseignements, et bam ! Et Rukh ! Et cette conclusion ! Superbe ! Mais je me demande si Poldrei ne serait pas derrière cette tentative d'assassinat pour le moins bâclée... il n'oserait pas, non ? A moins que C'Baoth n'ait prévu de se venger, on ne l'a pas vu depuis un moment lui aussi... :sournois:

Vivement la suite ! :oui:
La Force est avec moi, et je fais corps avec la Force ; et je ne crains rien parce que tout est tel que le veut la Force - Mantra des Gardiens des Whills

Staffeur résumés littéraires & fan-fictions
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4348
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Zèd-3 Èt » Dim 29 Juil 2018 - 19:35   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Jagen Eripsa a écrit:Ce moment-là, il sort de loooooooooin... J'ai dû l'imaginer dès 2013 je crois. J'ai hâte de voir vos réactions. :D

Ma réaction : :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol:

Toujours aussi excellents, ces derniers chapitres :love:
Quand un ouvrier a travaillé dix-huit heures, quand un peuple a travaillé dix-huit siècles et qu'ils ont, l'un et l'autre, reçu leur paiement, allez donc essayer d'arracher à cet ouvrier son salaire et à ce peuple sa République !
Victor Hugo
Zèd-3 Èt
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2677
Enregistré le: 01 Avr 2015
Localisation: Probablement en train de lire un bon livre au fond de mon lit alors que je devrais étudier...
 

Messagepar Jagen Eripsa » Lun 30 Juil 2018 - 21:51   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci à tous ! Ce chapitre-là, lui aussi, a été imaginé de longue date... :sournois:



<<Chapitre précédant<< Sommaire >>Chapitre suivant>>

Chapitre 118

Carth parvenait à peine à y croire.
La flotte Katana, antique symbole de la puissance de la défunte République, était là, sous ses yeux. Presqu’à portée de main.
Cette victoire sera le plus beau des symboles, songea-t-il avec émotion. Le nouvel Empire prenant le relai de l’Ancienne République déchue.
— Tous les vaisseaux sont en position, annonça alors Anthara Brenko.
La lieutenante arriva à ses côtés, l’air préoccupée.
— Vous êtes certain de vouloir le faire ?
Carth acquiesça aussitôt.
— Nous allons les déstabiliser juste avant le combat… Dans la continuité de mon entretien avec Asdertov.
— Tout est prêt, alors, dit-elle lui tendant un comlink.
L’appareil était relié aux émetteurs du vaisseau, qui venaient tout juste d’être réglés pour émettre sur une fréquence prioritaire. Il s’éclaircit la voix, puis débuta la transmission.
— À toutes les forces de la Nouvelle République, ici le Moff Carth Poldrei, commença-t-il alors. Je ne souhaite pas gaspiller des vies inutilement. La bataille qui s’annonce n’aboutirait à aucun autre résultat. Je dispose ici de l’avantage numérique en croiseurs, en chasseurs et dans tous les domaines possibles. La Nouvelle République ne peut pas l’emporter.
Il laissa ces mots faire leur effet avant de reprendre son discours mûrement réfléchi.
— J’éprouve un grand respect pour ceux qui sont prêts à mourir pour défendre de nobles convictions. Mais je sais aussi, par expérience, que le plus grand courage consiste à vivre pour ses idées et non à se sacrifier pour elles. Tous les vaisseaux qui quitteront la zone de combat seront épargnés par mes forces. Les autres…
Il marqua un nouveau temps d’arrêt, judicieusement calculé.
— Les autres seront responsables de leur sort.
Il coupa alors son comlink et se tourna en direction de son équipage. Tous les hommes le regardaient, éberlués. Ses paroles ne semblaient pas sorties de la bouche d’un officier impérial, mais d’un acteur de théâtre, jouant une pièce sur les guerres du temps jadis. Celles qui, dans l’imagination des auteurs, respectaient des règles de bienséance et de courtoisie depuis disparues.
— Vous pensez vraiment ce que vous venez de dire ? demanda doucement Anthara.
— Bien sûr, répondit-il sans prendre la peine de masquer son contentement. Mais je doute qu’il y en ait beaucoup pour se rendre. Si vous doutez de moi, pourquoi nos ennemis me croiraient-ils ?
— Mais alors… Pourquoi ?
— Parce qu’il suffit d’un, dit-il. Un homme dont la volonté faillirait. Un exemple que nous pourrions faire, mais pas comme l’entendait l’Empereur – ou Vador, d’ailleurs. Un homme qui serait épargné et montrerait que oui, l’Empire peut être clément envers ceux qui ont un jour pris les armes contre lui. Quand la situation se renversera définitivement – après Kuat, je pense –, cette nouvelle approche nous permettra d’écourter la guerre. Et c’est la seule chose qui compte.
Il jeta un coup d’œil à la flotte Katana.
— Ce conflit n’a que trop duré… Il est temps d’en finir.
— Nous avons un contact, annonça alors un enseigne depuis son poste de travail.
— Un pilote ? Un capitaine ?
— Le général Beny’lya.
Poldrei se rembrunit, ce qui amusa Anthara.
— Lui aussi, vous seriez prêt à l’épargner ?
— Il n’est pas du genre à se rendre, contra le Moff. Bien… Passez-le moi.
Il se tourna alors vers l’holoprojecteur installé sur le terminal au centre de la baie d’observation, où la silhouette du bothan apparut aussitôt.
— Alors, c’est ici que nous nous retrouvons, déclara Poldrei.
C’est ce qu’il semblerait, en effet, répondit Beny’lya, le museau tordu en un rictus.
— La situation a beaucoup évolué depuis notre dernière rencontre sur Polcaphran, commenta Carth en se retenant de jubiler.
Les dommages collatéraux causés par le bothan sur son monde, mais aussi lors de l’attaque de Cademimu, lui étaient encore insupportables. Il avait face à lui, prêt à subir sa vengeance, le responsable de la mort de tant de civils et de son ami et allié Harkusy.
— Cette fois, toutes les chances sont de mon côté.
Je ne suis pas encore vaincu, siffla le bothan avec hargne.
— Mais vous le serez bientôt. C’est inévitable.
Il y eut un court moment d’attente, puis Carth reprit :
— Alors, pourquoi teniez-vous à me contacter, si ce n’est pas pour proposer votre reddition ?
La question amusa Beny’lya.
Pour être certain que vous n’attaqueriez pas avant que nos boucliers soient rechargés.
Puis, se détournant de l’holoprojecteur il cria :
À toutes les batteries, feu !
Carth jura et coupa la communication au moment où l’Ar’kai entamait son offensive.
— Les ordres sont clairs, non ? s’emporta-t-il alors. Ripostez ! Maintenant !
— Excellence, nos batteries ne sont pas assez précises à cette distance, intervint le coordinateur des canonniers.
— Elles ne feront pas assez de dégâts ?
— Au contraire, elles en feront trop…
— Si les salves ratent leurs cibles, intervint alors Anthara, elles frapperont la flotte Katana.
Carth jeta un coup d’œil au champ de bataille. La ligne de combat des Néo-Républicains séparait les Impériaux des cuirassés ; des vaisseaux massifs, imposants… Et, dans leur état actuel, totalement dépourvus de boucliers.
— Nous risquons de la détruire, comprit Carth.
— Il faut que nous nous en remettions à nos chasseurs pour dégager le passage avant de rapprocher nos vaisseaux lourds, indiqua son aide de camp.
— Très bien, faisons-le ! dit le Moff, agacé par ce contretemps.
Il reporta son attention sur le spectacle incroyable qui s’offrait à lui. En plus de trente ans de combats, il avait assisté à de nombreux affrontements ; mais aucun n’avait eu l’importance et l’ampleur de la bataille qui se jouait sous ses yeux.
Il se battait pour prendre le contrôle de la flotte Katana.
Si mon père voyait ça… pensa-t-il, le cœur serré par l’émotion. Hadrian Poldrei s’était beaucoup intéressé à l’histoire de la flotte Katana, comme de nombreux astropilotes de son âge, et il avait partagé cette passion avec ses trois enfants. Ils en avaient tant parlé… Avant que leur petite société de commerce transplanétaire ne ferme, qu’il ne bascule dans la dépression…
Avant qu’il ne soit massacré avec tous les siens…
Carth ressentit un frisson tandis que les visages de tous ceux qu’il avait perdus s’imposaient à son esprit. C’était plus rare, ces dernières années ; la douleur était toujours présente, mais il avait appris à vivre avec.
Alors pourquoi aujourd’hui ?
C’est sans doute la vue de ces vaisseaux, songea-t-il. Un infime lien avec mon passé perdu, mais un lien quand même.
Je l’ai fait, papa. Je l’ai trouvée.
— Ils se débrouillent très bien, entendit-il alors sur sa droite.
Il tourna la tête et vit qu’Anthara s’était elle aussi approchée de la baie.
— Qui donc ?
— Nos pilotes. Ces nouveaux TIEs font merveille. Les Rebelles ne s’y attendaient pas.
Poldrei se força à sourire.
— Exactement.
— C’est un produit de notre accord avec le Grand Moff Kaine, n’est-ce pas ?
— Oui. Les plans existaient depuis des années, et il restait quelques prototypes sur Dubrillion… Ardus ne savait pas quoi en faire. Ici, nous pouvons enfin leur donner une utilité.
— Et ça marche. Nos ennemis perdent de nombreux vaisseaux…
Il acquiesça distraitement.
— Donnez l’ordre d’utiliser les canons à ions.
Elle s’exécuta aussitôt, puis revint vers lui une fois les instructions transmises.
— Ils sont bien moins efficaces…
— Tout dépend de vos objectifs.
Dans le lointain, il aperçut les premières décharges violacées indiquant que ses ordres étaient suivis.
— Les combattants que nous affrontons ne sont pas des mercenaires. Ils sont moins intéressés par l’argent que les pirates auxquels j’ai eu affaire par le passé… L’idéologie est au cœur de leur mouvement. Que se passe-t-il, quand vous tuez un des leurs ? C’est très simple : il devient un martyr inspirant. Mais quand vous parvenez à vaincre vos adversaires sans leur ôter la vie… Là, la situation évolue différemment. Les blessures graves coûtent cher, et les blessés sont des cicatrices vivantes, que les autres combattants regarderont moins avec respect qu’avec horreur, en pensant : « Ils n’ont pas eu la chance de tomber au combat, et regarde ce qui leur est arrivé ! Est-ce que je peux seulement m’imaginer vivant comme ça, à la merci des autres, sans mon intégrité ? »
— Il existe des prothèses…
— C’est exact, mais elles ne résoudront jamais tous les problèmes psychologiques causées par la perte d’un membre ou par des cicatrices profondes. Par ailleurs, vous pouvez aussi capturer l’adversaire. Il devient alors un de vos propres pions. Isard savait très bien se servir de cette technique ; elle faisait de ses prisonniers les pires ennemis de leur propre camp.
L’analyse semblait déranger Anthara.
— Vous comptez utiliser les mêmes méthodes ?
— Non, promit Carth. Mais tous ceux que nous capturerons pourront servir de moyens de pression sur le gouvernement de Coruscant. Les proches inciteront à la fin des hostilités pour revoir les leurs et, un jour, ils parviendront à l’obtenir. C’est toute l’équation que nous devons résoudre, Anthara ; stabiliser l’Empire tout en déstabilisant la Nouvelle République. Et chaque petite bataille gagnée, dans un sens ou dans l’autre, nous rapprochera de la victoire finale.
Il se permit un petit sourire :
— Avec Thrawn pour inspirer nos forces et moi pour insinuer le doute chez nos adversaires… Nous finirons par y arriver.
La jeune lieutenante acquiesça, et il reporta son attention sur la bataille.
L’écran du terminal sous ses yeux, connecté directement aux senseurs du vaisseau et bénéficiant de l’intelligence artificielle de l’ordinateur de bord, annonçait des chiffres excellents sur les différents engagements des escadrons impériaux. Le taux de pertes était nettement inférieur à la normale ; en fait, il se rapprochait de l’équilibre, quand on faisait la moyenne de tous les combats.
Le Moff ne put s’empêcher d’être un peu déçu ; il espérait que la surprise que constitueraient les TIEs Hunter serait suffisante pour déstabiliser les pilotes néo-républicains.
— Les Rogues sont là ! s’exclama alors un opérateur.
Carth se détourna vivement de la baie d’observation. L’explication à ce taux mitigé venait peut-être de là…
— Vraiment ?
Le lieutenant rougit instantanément ; sous le coup de l’excitation du combat, il semblait avoir oublié où et en présence de qui il se trouvait.
— Oui, Excellence, dit-il d’une voix bien plus mesurée. Nous venons de capter un message de détresse sur fréquence ouverte émanant d’une pilote des Rogues.
— Sur fréquence ouverte ? répéta Anthara en fronçant les sourcils.
— Ils flanchent, devina Carth qui laissa échapper un mince sourire.
Le fait que l’Escadron Rogue, la plus célèbre unité de pilotes de la Nouvelle République, se retrouve pris dans la nasse de la flotte Katana était une excellente nouvelle. Il n’avait rien de personnel contre Antilles et son groupe – en fait, il aurait même aimé les remercier pour ce qu’ils avaient infligé à Isard – mais leur défaite serait un coup terrible porté au moral de la Nouvelle République.
— C’est peut-être un message codé, suggéra Anthara. Nous devrions l’écouter.
L’opérateur se tourna vers Poldrei, qui acquiesça. Il ne croyait pas à la théorie d’Anthara, mais écouter le message ne changerait rien au déroulement du combat.
Qui sait, ça pourrait même motiver l’équipage…
Le silence se fit jusqu’à ce qu’une voix féminine, paniquante, s’élève sur la passerelle du Gatherer.
Ici Rogue Onze, Siveline Jaderan… Ils sont sur moi, j’ai besoin d’aide !
Le sang de Carth se glaça instantanément, tandis que ces quelques syllabes envahissaient son esprit.
— C’est impossible… murmura-t-il dans un souffle.
Son rythme cardiaque monta en flèche, et la tête lui tourna. Non… Non…
Non !
— Excellence ? demanda Anthara, qui observait sa réaction avec méfiance.
Il déglutit.
— L’appareil qui a émis ce message… Son statut. Vite.
Brenko se tourna vers un coordinateur de vol qui vérifia aussitôt sur ses écrans.
— En difficulté. Trois de nos chasseurs sont à ses trousses.
— Rappelez-les, ordonna aussitôt Carth. Immédiatement.
L’homme échangea un regard avec Anthara, puis demanda :
— Monsieur… ?
— C’est un ordre. Rappelez tous les chasseurs.
Voyant qu’il ne réagissait pas, Poldrei s’emporta :
— MAINTENANT !
L’opérateur s’empressa d’obéir. Anthara s’approcha alors du Moff, qui se mettait à suer à grosses gouttes sous l’effet du stress.
Trahison… C’est impossible… Non, pas encore, pas encore…
— Sans les chasseurs, nous aurons du mal à lutter contre la flotte de la Nouvelle République, indiqua son aide de camp.
— Qui parle de lutter ? lâcha Carth en tentant de retrouver son calme. Sonnez la retraite.
— Nous allons gagner !
Poldrei souffla un grand coup et attrapa son arme. Il n’avait que rarement connu ce genre d’états, cette folie de berserk qui le rendait capable de tout. Et cette fois était la plus douloureuse, la plus capitale aussi ; car il n’avait pas encore perdu mais risquait bien de tout perdre.
— Ne m’obligez pas à me répéter, Anthara, dit-il en pointant son blaster sur elle. Ordonnez le repli de tous les vaisseaux immédiatement.
— Mais… La flotte Katana…
— Qu’elle aille au diable ! Elle, l’Empire et tout le reste !
Voyant qu’elle ne parviendrait pas à le raisonner, Anthara capitula et alla transmettre les ordres, laissant Carth seul avec lui-même, avec sa rage, son désespoir, seul face à l’espace qui semblait l’engloutir tout entier. Son regard ne s’attarda même pas sur les vieux cuirassés, objets de tant de convoitises. Il ne songeait qu’au passé, et dans son cœur, il était redevenu un jeune homme au cœur broyé, songeant à la mort comme à une délivrance.
Son regard hanté cherchait encore ce petit chasseur si important à ses yeux quand les étoiles s’allongèrent, signe que le Gatherer et l’ensemble du corps expéditionnaire impérial plongeaient dans l’hyperespace.
Laissant derrière eux, à la disposition de la Nouvelle République, une flotte de deux cents cuirassés qui pouvaient faire basculer le sort de la guerre.



Pfiouuu, ça fait du bien d'en arriver là... Il s'agissait d'une idée devant dater de l'été 2015, je crois, et que je souhaitais coucher sur le papier depuis bien longtemps. :cute:

mat-vador a écrit:J'ai beaucoup aimé la dernière réplique! On est vraiment dans un infinities très fidèle au legends! Ca fait plaisir de voir un noghri si dévoué!

Merci Mat ! Effectivement, la fidélité tout en proposant un angle original, c'est mon objectif ! :cute:

Alfred M. a écrit:Très intéressant, je me demandais comment tu allais résoudre (quoique reste encore à connaitre le remplaçant de Rukh mais j'ai une petite idée :cute: ) cette intrigue. Joliment fait, on apprécie les parallèles avec l'histoire originale.

Tiens, je serais curieux de la connaître... :D

Alfred M. a écrit:Pourtant ils lâchent pas facilement leurs TIE Hunter :transpire: .

Maintenant tu as ta réponse. :diable:

Alfred M. a écrit: Mais maintenant que tu me tease je vais attendre quelque chose à la hauteur du génial duo Allston/Zsinj ;) .

A force de faire aussi bien tu fais monter nos attentes il faut dire :sournois: .

Houlà, c'est que la pression monte là ! Eh bien, rassure-toi, la trilogie des Spectres fait partie de mes livres de chevet. :sournois:

L2-D2 a écrit:Rapide ! Et si artistiquement décrit ! :lol:

:jap:

L2-D2 a écrit:Vraiment un très très très bon Chapitre, une fois de plus. Je suis redevenu totalement accro à La Fédération Impériale, c'est bon ! Je m'étais attaché à ce Directeur des Renseignements, et bam ! Et Rukh ! Et cette conclusion ! Superbe ! Mais je me demande si Poldrei ne serait pas derrière cette tentative d'assassinat pour le moins bâclée... il n'oserait pas, non ? A moins que C'Baoth n'ait prévu de se venger, on ne l'a pas vu depuis un moment lui aussi... :sournois:

:sournois:

Zèd-3 Èt a écrit:Toujours aussi excellents, ces derniers chapitres :love:

Merci camarade ! :D
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18997
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar Zèd-3 Èt » Mar 31 Juil 2018 - 7:59   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Tu vas rire, mais j'ai complètement oublié qui était Siveline :paf:
Quand un ouvrier a travaillé dix-huit heures, quand un peuple a travaillé dix-huit siècles et qu'ils ont, l'un et l'autre, reçu leur paiement, allez donc essayer d'arracher à cet ouvrier son salaire et à ce peuple sa République !
Victor Hugo
Zèd-3 Èt
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2677
Enregistré le: 01 Avr 2015
Localisation: Probablement en train de lire un bon livre au fond de mon lit alors que je devrais étudier...
 

Messagepar Alfred M. » Mar 31 Juil 2018 - 9:12   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Jagen Eripsa a écrit:Pfiouuu, ça fait du bien d'en arriver là... Il s'agissait d'une idée devant dater de l'été 2015, je crois, et que je souhaitais coucher sur le papier depuis bien longtemps. :cute:


Ouh mais c'est que notre ami Carth fait passer ses intérêts personnels avant ceux de la Fédération, comme un seigneur de guerre en fait :P , j'imagine mal le Grand Schtroumpf lui pardonner ça :diable: .
Victoire pour Beny’lya, au moins temporaire, récupérer la flotte va prendre du temps, il n'est pas à l'abri d'une contre-attaque ici ou ailleurs. Côté Rogue, j'imagine que Antilles va vite additionner deux plus deux, surtout après son expérience avec Erisi et Gara qui a du le rendre pour le moins méfiant :transpire: .
Reste à voir si et comment les Forces de Défenses vont assimiler la Force Sombre à leur ordre de bataille et si cela va changer, oserais-je dire "bousculer", avec l'arrivé de Bel Iblis, la stratégie pour l'instant plutôt tournée vers la défense.

Jagen Eripsa a écrit:Tiens, je serais curieux de la connaître... :D


Un guerrier hors pair qui vient juste de le sauver ?

Jagen Eripsa a écrit:Maintenant tu as ta réponse. :diable:


Ca me convient mais Carth gagnerait à avoir sa propre garde prétorienne, Thrawn a ses Noghri et Zsinj avait ses Raptors, avec leurs propres chasseurs, la classe ultime :wink: .

Jagen Eripsa a écrit:Houlà, c'est que la pression monte là ! Eh bien, rassure-toi, la trilogie des Spectres fait partie de mes livres de chevet. :sournois:


Une référence dans beaucoup de domaines pour moi :) .

Et merci pour le rythme soutenu de publication :love: .
"MASLA!"
Alfred M.
Pigiste
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2444
Enregistré le: 19 Avr 2016
 

Messagepar L2-D2 » Mar 31 Juil 2018 - 10:08   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Chapitre 118 lu!

Déjà, comme le dit Alfred, le rythme de publication fait plaisir! :jap:

Ah, Poldrei, que t'arrive t'il? Le point de vue du Moff expliqué bien des choses sur le début de la bataille (quel sournois ce Beny'lya! :sournois: ) mais alors que la victoire est à portée, le Moff ordonne la retraite... pourquoi? Que représente Siveline pour lui? Et comment ça réagir Thrawn à cette défaite, lui qui vient de perdre Rukh et qui risque d'en être encore affecté lorsqu'on le reverra? :?

Vivement la suite pour espérer avoir les réponses! :oui:
La Force est avec moi, et je fais corps avec la Force ; et je ne crains rien parce que tout est tel que le veut la Force - Mantra des Gardiens des Whills

Staffeur résumés littéraires & fan-fictions
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4348
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Alfred M. » Mar 31 Juil 2018 - 10:51   Sujet: Re: La Fédération Impériale

L2-D2 a écrit:alors que la victoire est à portée, le Moff ordonne la retraite... pourquoi? Que représente Siveline pour lui?


C'est vrai qu'on a pas de confirmation officielle. Si j'ai bien suivit on sait juste que Siveline est la fille de l'ex-femme de Carth. Mais du coup là je pense que c'est assez clair :transpire: .
"MASLA!"
Alfred M.
Pigiste
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2444
Enregistré le: 19 Avr 2016
 

Messagepar Jagen Eripsa » Mar 31 Juil 2018 - 11:33   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci à tous ! :jap:

Zèd-3 Èt a écrit:Tu vas rire, mais j'ai complètement oublié qui était Siveline :paf:

Tu sors. Très loin. :P

Alfred M. a écrit:Ouh mais c'est que notre ami Carth fait passer ses intérêts personnels avant ceux de la Fédération, comme un seigneur de guerre en fait :P , j'imagine mal le Grand Schtroumpf lui pardonner ça :diable: .

Encore faudrait-il qu'il le sache... N'oublie pas que le Grand Amiral est dans un sale état. :sournois:

Alfred M. a écrit:Victoire pour Beny’lya, au moins temporaire, récupérer la flotte va prendre du temps, il n'est pas à l'abri d'une contre-attaque ici ou ailleurs. Côté Rogue, j'imagine que Antilles va vite additionner deux plus deux, surtout après son expérience avec Erisi et Gara qui a du le rendre pour le moins méfiant :transpire: .

Une bonne réponse sur deux, beau score. :P

Alfred M. a écrit:Reste à voir si et comment les Forces de Défenses vont assimiler la Force Sombre à leur ordre de bataille et si cela va changer, oserais-je dire "bousculer", avec l'arrivé de Bel Iblis, la stratégie pour l'instant plutôt tournée vers la défense.

À voir, en effet... :D

Alfred M. a écrit:Un guerrier hors pair qui vient juste de le sauver ?

Bien tenté. :D

Alfred M. a écrit:Ca me convient mais Carth gagnerait à avoir sa propre garde prétorienne, Thrawn a ses Noghri et Zsinj avait ses Raptors, avec leurs propres chasseurs, la classe ultime :wink: .

:sournois:

Alfred M. a écrit:Et merci pour le rythme soutenu de publication :love: .

Je sais pas s'il durera très longtemps... :transpire:

Alfred M. a écrit:
L2-D2 a écrit:alors que la victoire est à portée, le Moff ordonne la retraite... pourquoi? Que représente Siveline pour lui?


C'est vrai qu'on a pas de confirmation officielle. Si j'ai bien suivit on sait juste que Siveline est la fille de l'ex-femme de Carth. Mais du coup là je pense que c'est assez clair :transpire: .

Attention, réponse spoiler. :D
Spoiler: Afficher
Effectivement, Alfred, tu as bien deviné : Siveline est la fille de Carth Poldrei. Toutefois, même en sachant cela, il reste des zones d'ombres : pourquoi combattent-ils dans deux camps opposés ? Pourquoi voue-t-elle une telle haine à son propre père ? Et que vient faire Leight Barton dans cette drôle d'affaire familiale ?
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18997
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar Alfred M. » Mar 31 Juil 2018 - 12:00   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Jagen Eripsa a écrit:Encore faudrait-il qu'il le sache... N'oublie pas que le Grand Amiral est dans un sale état. :sournois:


Connaissant le Chiss, c'est la première chose qu'il demandera à son réveil :sournois: .

Jagen Eripsa a écrit:Une bonne réponse sur deux, beau score. :P


Hum... Allez j'attends de découvrir :D .

Jagen Eripsa a écrit:Attention, réponse spoiler. :D
Spoiler: Afficher
Effectivement, Alfred, tu as bien deviné : Siveline est la fille de Carth Poldrei. Toutefois, même en sachant cela, il reste des zones d'ombres : pourquoi combattent-ils dans deux camps opposés ? Pourquoi voue-t-elle une telle haine à son propre père ? Et que vient faire Leight Barton dans cette drôle d'affaire familiale ?


On en avait déjà parlé, non ? Mais il me semble que tu avais donnée une réponse plus énigmatique, t'attendais peut-être ce chapitre :cute: . Et je doute pas qu'il t'en reste encore sous la pédale, même si je me rappelle plus qui est Barton :transpire: .
"MASLA!"
Alfred M.
Pigiste
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2444
Enregistré le: 19 Avr 2016
 

Messagepar Zèd-3 Èt » Mar 31 Juil 2018 - 12:09   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Jagen Eripsa a écrit:Tu sors. Très loin. :P

Meeeeeeh ! T'es méssaaaaaaaant ! :cry:
Pis d'abord, si tu faisais pas tout le temps des pauses de quelques semaines mois dans ta publication, on serait pas paumé comme ça :P

Merci Alfred ^^ Parce qu'avec l'autre rustre, là, j'aurais pu me brosser pour avoir une réponse ! :P
Quand un ouvrier a travaillé dix-huit heures, quand un peuple a travaillé dix-huit siècles et qu'ils ont, l'un et l'autre, reçu leur paiement, allez donc essayer d'arracher à cet ouvrier son salaire et à ce peuple sa République !
Victor Hugo
Zèd-3 Èt
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2677
Enregistré le: 01 Avr 2015
Localisation: Probablement en train de lire un bon livre au fond de mon lit alors que je devrais étudier...
 

Messagepar Jagen Eripsa » Dim 05 Aoû 2018 - 11:39   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Allez, pour continuer sur cette bonne lancée ! :D



<<Chapitre précédant<< Sommaire >>Chapitre suivant>>

Chapitre 119

D’un coup sec, la médic retira le patch bacta de la cheville de Celric… Qui ne put retenir un cri de douleur.
— Aïe !
La femme sortit de la pièce en grommelant quelque chose en Sy Bysti, des mots qui semblèrent amuser Luke Skywalker.
— Tu devrais t’en tirer, lui assura le Jedi avec un sourire amical.
— Quelle guigne, grommela le jeune Polcaphréen. Survivre à C’Baoth pour choper une entorse sur la route…
Mais sa mauvaise humeur était feinte. Il était vivant – et tellement heureux de l’être ! Après l’affrontement qu’il avait vécu, une semaine plus tôt, cela tenait du miracle.
— Ne t’en fais pas, lui dit Skywalker. Tu n’as pas loupé grand-chose… Si je ne pratiquais pas la méditation, je crois bien que je m’ennuierais !
— Les Jedi n’ont-ils pas une patience à toute épreuve ?
— Les Jedi, oui. Les gamins de Tatooine, pas vraiment !
Ils rirent de concert pendant un court instant, attirant l’attention sur leur petite réunion improvisée.
— Eh, vous vous amusez sans moi à présent ? demanda Piotr en passant la tête à travers la porte.
Il vit alors la cheville nue de Celric.
— T’es guéri !
— Eh ouais ! Ma jambe est comme neuve !
— Chouette ! Justement, on allait partir faire un tour en direction des ruines, pour voir ce qu’on pourrait récupérer...
Celric saisit son oreiller et le lança sur le garçon, qui par réflexe se protégea le visage, avant d’immobiliser le projectile.
Mais il n’avait pas agi de façon conventionnelle ; le coussin flottait dans les airs, à quelques centimètres de lui.
— Si mon vieux maître voyait de quelle façon vous vous servez de la Force… se désola Luke en secouant la tête de dépit.
Mais ses traits étaient détendus, et il semblait plutôt se divertir qu’autre chose.
— Je ne m’en suis pas servi pour attaquer, précisa Celric.
— Et moi… Ben, je devais bien me défendre ! Je l’ai utilisée pour me protéger, comme les Jedi !
Celric fit une grimace, mais Luke se contenta de sourire.
— C’est exactement ce qu’il fallait faire, approuva-t-il.
Il tendit la main et attira le projectile improvisé à lui ; surpris Piotr ne put rien faire pour le retenir. Le Jedi le tâta vigoureusement, montrant la mollesse de cette arme sympathique.
— Si tu considères un oreiller comme une menace grave, bien sûr…
Il se dégageait de lui une telle aura de sérénité que Celric en conçut un léger malaise. Luke leur faisait confiance. À lui, à Piotr, à Flynn, à Gladys...
Même à Mara.
Quelque chose s'était produit lors du combat. Au fond de lui-même, le jeune homme sentait qu'il n'était plus exactement le même. Il avait gagné en puissance, en sagesse, en maturité. Un phénomène identique avait touché ses congénères, avec qui il avait gagné en proximité.
Skywalker lui-même était devenu leur ami. Bien sûr, les Impériaux éprouvaient déjà une certaine gratitude envers lui – le régicide honni ! – pour être venu les assister contre C'Baoth. Et ils n'avaient pas manqué de le remercier pour ses réflexes géniaux lors de l'affrontement. Seul son bouclier de Force les avait protégés de la décharge d'énergie provoquée par le Jedi Fou ; sans lui, ils auraient été broyés lors de l'effondrement du Haut Château. Le jumeau epicanthix blessé par Flynn, qui se tenait à l'écart de leur petit groupe amoché, n'avait pas eu cette chance ; ils avaient retrouvé son cadavre en sale état aux côtés de celui de son frère.
Mais leurs bonnes relations avec Luke n'étaient pas seulement le fait de cette gratitude naturelle ; il y avait certaines affinités au sein du petit groupe, favorisant l'entente interne, qui leur avait permis de s'entraider lors de leur long cheminement vers ce petit village indigène.
Et aujourd'hui, je tutoie Luke Skywalker, songea Celric. Il n'avait jamais eu beaucoup d'amis, mais il était parvenu à considérer le légendaire Rebelle comme l'un d'eux. Pourtant, il n'y a pas si longtemps, j'aurais voulu provoquer l'effondrement de la Nouvelle République à moi tout seul... pensa-t-il avec amertume.
Ses sentiments à l'égard de son propre camp étaient bien plus mitigés. L'Empire d'Isard n'avait-il pas exécuté ses parents ? Les ambitions du Grand Amiral Thrawn n'avaient-elles pas provoqué ce désastre ? À présent, C'Baoth et ses apprentis survivants étaient en fuite, hors d'atteinte du petit groupe qui s'était dressé contre eux. Les vaisseaux avaient tous été sabotés, à l'exception du X-Wing de Skywalker que son propre droïde était parvenu à mettre à l'abri.
Mais Luke n'était pas reparti... Il avait tenu à rester avec eux et à leur venir en aide.
Il voulait rebâtir l'Ordre Jedi... Et, au fond de lui-même, Celric souhaitait l'aider. N'était-ce pas, après tout, ce que sa mère aurait voulu pour lui ?
Mais il y avait un bémol... Polcaphran. À présent qu'il l'avait quitté, à présent qu'il connaissait d'autres planètes, d'autres modes de vie et tant de merveilles de la Galaxie, il lui semblait que son monde natal occupait davantage de place qu'autrefois dans son cœur. Il avait apprécié ces découvertes, tout comme ce rôle de première importance qu'il venait de jouer dans cette lutte entre le Bien et le Mal qui ressemblait tant aux contes de son enfance. Il chérissait ces souvenirs ; mais il appréciait aussi de savoir que, où qu'il aille, un foyer l'attendait, sur une planète qui aurait toujours un petit quelque chose de plus que les autres.
S'il quittait l'Empire, Polcaphran deviendrait inaccessible.
Aucune situation n'était définitive, bien sûr ; mais revenir sur Polcaphran après avoir rejoint la Nouvelle République... Il ne voyait que deux possibilités : soit l'Empire gagnait, et il devrait se cacher définitivement, soit ses ennemis l'emportaient définitivement, amenant la guerre avec eux dans le Braxant et les régions alentours, et il ne retrouverait peut-être jamais plus son foyer si cher.
Par ailleurs, il avait accepté une mission confiée par Carth Poldrei en personne. Le Moff restait un personnage important dans la société polcaphréenne ; son passé de héros de la Résistance en faisait presque un mythe vivant. Son rôle dans la lutte contre le Moff Hiertuj et sa politique depuis la mort de Palpatine avaient renforcé son côté paternaliste... Et Celric était un orphelin. Ce que j'ai prétendu à son aide de camp n'était peut-être pas si faux, en fin de compte...
Oui, au fond de lui, il respectait le Moff – et il n'avait aucune envie de le trahir.
— Luke, dit-il en regardant Skywalker avec gravité, tu sais que nous ne serons jamais des Jedi, n'est-ce-pas ?
Le héros Rebelle ne sembla pas perturbé par ces paroles.
— Je pense que les choses...
Il fut interrompu par l'entrée de Mara dans la chambre. Apercevant Skywalker, elle se raidit aussitôt ; de tous, elle était la seule à garder une certaine distance avec le chevalier Jedi.
— Notre taxi arrive, dit-elle en prenant bien soin de ne pas le regarder.
Grâce au chasseur de Luke, elle était parvenue à entrer en contact avec son employeur régulier, Talon Karrde, qu'elle avait mis au courant de la situation. Elle était la seule à avoir pu envoyer un message ; un coup de veine, mais bien préparé, puisque le célèbre contrebandier avait envoyé un relais dans le secteur lorsque Mara lui avait dévoilé la nature de sa mission.
Une indiscrétion qui aurait rendu Thrawn furieux s'il en avait été informé ; mais, comme elle l'avait confié à ses amis, elle faisait davantage confiance à Karrde, dont elle connaissait le caractère et les buts, qu'au Grand Amiral. Elle se méfiait de son ambition dévorante.
— Tu ferais bien de rassembler tes affaires.
— C'est-ce que je vais faire aussi ! s'exclama Piotr.
— Un instant, intervint Luke. J'ai quelque chose à vous dire - à tous.
Et Flynn et Gladys apparurent alors, entrant derrière Mara dans la petite chambre qui était à présent bondée.
— Nous avons ressenti l'appel, dit Flynn, tenant toujours la main de son amie.
— Va au but, Skywalker, lança Mara d'un ton tranchant.
— Comme tu veux, répondit Luke, sans cesser de sourire. Je voulais vous inviter à réfléchir à la portée de l'événement que nous avons vécu ici ensemble. Pour la première fois en trois décennies, des Jedi se sont unis pour combattre le Mal.
— Nous ne sommes pas des Jedi, Luke, intervint Celric, presqu'à contrecœur. C'est ce que je voulais te dire...
Il serra les dents pendant un court instant, puis lâcha :
— Nous sommes des Impériaux.
— Et pourquoi l'un empêcherait-il l'autre ?
Ces paroles choquèrent le Polcaphréen.
— L'Empire a massacré les Jedi ! Il a détruit l'Ordre ?
— Le passé est le passé, dit Luke avec sagesse. Je mentirais en disant que je n'ai pas haï l'Empire pour ce qu'il a fait à notre héritage commun. Mais cette aventure m’a appris que nous pouvions aller de l’avant, ensemble. Songez à ce que vous avez fait ! Lutter contre la tentation du pouvoir que C’Baoth vous proposait n’avait rien de simple. Mais, comme de véritables Jedi, vous avez su vous appuyer sur vos forces respectives pour vous dresser face à lui, qu’il s’agisse de la bienveillance…
Il fit un geste vers Piotr.
— …de l’amour…
Il désigna Flynn et Gladys.
— …de la loyauté…
Il plongea ses yeux bleus dans ceux de Celric, qui resta immobile.
— …ou même la résignation, acheva-t-il en se tournant vers Mara.
La jeune femme ne trembla pas et soutint son regard, jusqu’à ce qu’il le détourne finalement.
— Vous êtes des Jedi, reprit-il. Pas ceux de l’Ordre d’autrefois ; mais je n’en suis pas un non plus… Nous sommes tous, à notre façon, des chevaliers du Bien en lutte contre le Mal.
— Luke, nous allons regagner l’Empire, lança Celric, qui commençait à paniquer en voyant que Skywalker ne le comprenait pas. Ces tuniques… C’est de l’artifice ! Nous sommes toujours des soldats impériaux !
— Je sais.
— On nous demandera de contribuer à nouveau à l’effort de guerre !
— Je sais.
— Et on pourrait même nous ordonner… De te traquer… Ou pire encore ! De commettre des actes horribles !
— On vous enverra peut-être à ma poursuite, concéda Luke. Pour le reste… L’expérience m’a appris qu’il existe toujours une possibilité d’agir en accord avec sa conscience. Il vous appartiendra, à chacun, de la trouver. Pas forcément en agissant contre votre camp, mais en limitant les pertes des deux côtés, par exemple. En étant plutôt des guérisseurs que des guerriers…
— Luke, Celric n’a pas tort, intervint Gladys. Nous avons appris à nous servir de la Force. Thrawn le sait… Poldrei le sait. Qui te dit qu’ils ne voudront pas faire de nous leurs nouveaux Vador ?
Un lourd silence accueillit cette question ; pendant de longues secondes, presqu’une minute, Skywalker resta silencieux, pesant chacun des mots qu’il allait prononcer.
— Même Vador a su trouver le chemin de la rédemption, déclara-t-il finalement.
— N’importe quoi, grommela Mara. Il voulait juste le pouvoir.
— Qu’en sais-tu ? demanda aussitôt Luke.
Cette fois, aucun sourire n’égayait plus son visage.
— Je l’ai vu, Skywalker, lâcha finalement la jeune femme. J’ai vu l’Empereur tenter de te vaincre, et Vador qui a essayé de t’utiliser pour le détruire. Sans cette trahison… !
— Tu n’as pas tous les éléments en ta possession.
— Ose dire que Vador ne t’a jamais proposé un pacte.
— Il l’a fait, admit Luke. Mais ce n’était pas sur Endor.
Machinalement, il porta sa main gauche à son poignet droit.
— C’était tout ce qu’il voulait, s’emporta Mara, et tu t’en es servi ! Tu étais incapable de vaincre Palpatine seul, alors tu as utilisé l’ambition de Vador à ton avantage ! C’est comme ça que tu as gagné, Skywalker, et que tu as détruit ma vie !
— Faux. Sur Endor, Vador m’a livré à l’Empereur… Qui a voulu faire de moi son nouvel apprenti, en lieu et place de Vador. Il nous a poussés à l’affrontement, et je l’ai vaincu.
— Et ensuite ? Vous avez uni vos forces ? demanda Jade, qui paraissait moins sûre d’elle.
— Pas exactement. J’ai refusé de l’achever… Ce qui a déplu à l’Empereur.
Il eut une grimace de douleur.
— Il a décidé de me tuer, mais lentement, en me faisant souffrir. Cela a provoqué un… Un déclic, chez Vador… Il s’est interposé et m’a sauvé. Il a jeté l’Empereur dans le réacteur de l’Étoile de la Mort, tout en sachant que cela allait lui coûter la vie.
— Il t’a sauvé ? Et en quel honneur ?
— C’est là tout le pouvoir qu’a l’amour d’un père pour son fils.
Celric frissonna en entendant cette phrase… Et en comprenant ses implications. Luke est le fils de Dark Vador, l’homme qui a détruit l’Ordre Jedi !
Tournant légèrement la tête, il aperçut l’arme qui reposait sur sa table de nuit. Son sabre laser. Il avait eu une vision en le touchant pour la première fois… Il avait mis longtemps à la comprendre, mais, finalement, il venait d’en saisir tout le sens.
Il avait revécu les derniers instants d’un Jedi tué par le père de Luke Skywalker, l’homme qui allait devenir Dark Vador.
— Tout cela n’a que peu d’importance, à présent, dit le jeune Jedi en ignorant le regard nouveau que posaient sur lui ses congénères. En forçant C’Baoth et ses apprentis à se révéler, nous avons gagné une première bataille. Il y en aura d’autres. Il est parvenu à s’enfuir avec ses apprentis survivants… Tôt ou tard, il refera surface et nous devrons être prêts à l’affronter.
— Tu parles d’un pacte secret ? s’enthousiasma aussitôt Piotr, qui semblait être le moins bouleversé par ces révélations.
— Exactement, dit Luke avec un sourire rusé. Nous allons tous reprendre le cours de nos vies en gardant l’œil ouvert, pour détecter les activités suspectes… Et, le moment venu, nous nous rassemblerons pour lutter contre le Côté Obscur.
— Ça me semble être un bon compromis, admit Gladys.
— Je suis d’accord, l’approuva Flynn. Celric ?
— Entendu, dit le Polcaphréen en hochant la tête. C’est sans doute la meilleure chose que nous puissions faire…
Seule Mara n’avait pas encore donné son avis ; mais la solide jeune femme semblait à cet instant encore chamboulée par ce qu’elle venait d’apprendre. Elle paraissait être en proie à un douloureux conflit interne – sans qu’il soit possible de l’aider à le résoudre.
— Mara ? dit alors doucement Luke, en posant une main apaisante sur son épaule.
— D’accord, murmura-t-elle.
Elle releva le menton, et Celric vit alors que son regard était profondément changé ; c’était celui d’un être perdu, ébranlé dans toutes ses certitudes, cherchant un point auquel s’accrocher. Et il comprit alors que le pouvoir de la Force peinait parfois à rivaliser avec celui que pouvaient avoir quelques mots.
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18997
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar mat-vador » Dim 05 Aoû 2018 - 21:51   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Une dose de Fédération Impériale! Merci à toi Ô Dealer vénéré, conteur vénéré :paf: !

J'ai apprécié cet extrait! Celric et d'autres ne veulent pas couper les ponts avec l'Empire tout en coopérant avec Luke! Verra-t-on la création de chevaliers impériaux comme dans Legacy?
place au seigneur des vapodouches, infâmes misérables!

fan fiction: fan-fictions-hdf-f17/jedi-corellien-la-trilogie-post-legacy-t17338.html, Les Origines de Jedi corellienl, Chroniques
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 991
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Jagen Eripsa » Lun 06 Aoû 2018 - 10:01   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci Mat ! :D

mat-vador a écrit:Verra-t-on la création de chevaliers impériaux comme dans Legacy?


Bonne question ! J'avoue sans peine m'en être inspiré, mais... :sournois:
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18997
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar Alfred M. » Lun 06 Aoû 2018 - 10:24   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Jagen Eripsa a écrit:
mat-vador a écrit:Verra-t-on la création de chevaliers impériaux comme dans Legacy?


Bonne question ! J'avoue sans peine m'en être inspiré, mais... :sournois:


Le coté secret me fait penser au Darkmeld aussi même si ce serait plus des résistants de l’intérieur.

Bon sinon, Mara a appris ce qu'elle devait apprendre. Dommage, j'aurais préféré un affrontement à mort avec Luke :diable: .

Et notre Jedi fou est en cavale, que va-t-il faire ? Retourner auprès du Grand Amiral ou prendre les choses en main ?

Et encore merci pour le rythme :wink: .
"MASLA!"
Alfred M.
Pigiste
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2444
Enregistré le: 19 Avr 2016
 

Messagepar L2-D2 » Lun 06 Aoû 2018 - 18:25   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Chapitre 119 lu !

Gros Chapitre, en fait ! Il s'en passe des choses ! L'idée qu'une alliance entre Forceux transcende les clivages politiques est excellente, son application et sa justification par Luke sont bien mises en scène... et Mara a donc appris la vérité. Intéressant, comment va-t-elle réagir après cela ? :sournois:

Et C'Baoth a donc survécu lui aussi, avec ses partisans. Hum... Va-t-il rejoindre Thrawn, lui aussi blessé ? Ou bien va-t-il en profiter pour "disparaître" et instaurer sa propre faction indépendante ?

Vivement la suite ! :oui:
La Force est avec moi, et je fais corps avec la Force ; et je ne crains rien parce que tout est tel que le veut la Force - Mantra des Gardiens des Whills

Staffeur résumés littéraires & fan-fictions
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4348
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Jagen Eripsa » Lun 06 Aoû 2018 - 19:56   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci à tous ! :jap:

Alfred M. a écrit:Dommage, j'aurais préféré un affrontement à mort avec Luke :diable: .


Ça peut encore venir... :sournois:

Quant au reste... Tout ce que je peux dire, c'est que les réponses arriveront au fur et à mesure, dans les prochains chapitres. :cute:
D'ailleurs, c'était le dernier avec Celric dans la Partie 3, ce qui signifie que la Partie 4 (Je vous laisse deviner le nom :D ) arrivera bientôt ! :cute:
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18997
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar Alfred M. » Lun 06 Aoû 2018 - 20:33   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Jagen Eripsa a écrit:Ça peut encore venir... :sournois:

Quant au reste... Tout ce que je peux dire, c'est que les réponses arriveront au fur et à mesure, dans les prochains chapitres. :cute:
D'ailleurs, c'était le dernier avec Celric dans la Partie 3, ce qui signifie que la Partie 4 (Je vous laisse deviner le nom :D ) arrivera bientôt ! :cute:


Si tu conserve le nom... je devrais avoir mon combat à mort :sournois: .
"MASLA!"
Alfred M.
Pigiste
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2444
Enregistré le: 19 Avr 2016
 

Messagepar Dark Palgueïss » Ven 10 Aoû 2018 - 21:07   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Alors... par où commencer ? :transpire:

J'ai raté beaucoup de choses, je risque donc encore de faire un pavé, d'avance désolé.


Déjà Thranw. Sacré choc, j'ai bien cru que c'était la fin pour notre amiral préféré. :shock: Sa tentative d'assassinat est très bien écrite, notamment parce que juste avant, tu mets bien en avant l'apparente perfection de la sécurité qui l'entoure. Tu mets en avant à quel point il est impressionnant escorté par Rukh, à quel point il est noble, altier, classe quoi, juste avant de briser toutes ces illusions par une tentative d'assassinat qui n'en n'est que plus inatendue et choquante.

Le sacrifice de Rukh est un moment très poignant, j'ai failli verser une petite larme. :cry: Cependant, la scène entre Thrawn et son garde du coprs mourant soulève une grave question. Je la mets en spoiler, pour ne pas révéler trop de choses à ceux qui n'auraient pas lu "la Croisade Noire du Jedi Fou."

De mémoire, dans ce roman, Thrawn a aussi Rukh comme garde du corps, ainsi que d'autres membres de son espèce. Seulement de mémoire toujours, il s'est assuré de leurs services en empoisonnant leur planète, tout en leur promettant de la nettoyer... Dans le livre toujours, la princesse Leïa découvre le fin mot de cette histoire, les Noghri (je crois que c'est comme ça que ça s'écrit), se retournent contre Thrawn et l'assassinent...

La scène entre Thrawn et Rukh, où l'on voit l'amiral sincèrement triste pour son serviteur donne à penser que ce n'est pas du tout ça qui se passe dans ta version des faits. Du coup, les Noghri ont-ils une raison plus "noble" d'être fidèles à Thrawn ? Cela diminue à terme les chances de stopper Thrawn pour les Rebelles... :sournois:

Et qui donc est l'assassin de Thrawn ? Pour quelle raison s'en est-il pris à l'amiral ? On serait enclins à penser qu'il s'agit d'un agent rebelle, ou d'un sbire de quelques impériaux furieux de voir un non-humain prendre autant d'importance. Mais ça ne colle pas, si l'on pense à la "trahison", dont parle l'assassin avant de tirer. Peut être... un agent employé par les Chiss, mécontents de voir un des leurs servir l'Empire ? Tellement de questions ^^

En tout cas, Thrawn va avoir besoin d'un nouveau garde du corps... l'occasion pour Tierce de enfin retrouver un emploi stable ? :sournois:



L'autre grand moment de ces derniers chapitres, c'est bien sûr la bataille pour la Flotte Katana. Je m'attendais à une bataille d'une grande ampleur, un affrontement de type "Seigneur des Anneaux". Avec des arrivées de renforts inattendus des deux côtés au moment le plus désespéré... Mais ça aurait été trop simple pour toi visiblement :D

Nous avons donc le droit à un retournement de situation, aussi inexplicable qu'innatendu : Poldreï contre toute attente, et (à priori) en dépit du bon sens, renonce à la Flotte Katana ! :shock: :shock: :shock:

Décision d'autant plus inattendue que une fois de plus, tu as pris soin de bien nous montrer en amont à quel point l'acquisition de la Flotte était importante, tant sur le plan "professionnel" (acquérir une flotte suffisante pour prendre Kuat et attaquer la République), que sur le plan personnel (ça semblait être une chose dont son père et lui rêvaient).

Une fois de plus donc, ce chapitre nous laisse avec une foule de questions.

Pourquoi Poldreï a-t-il renoncé à la Flotte Katana dont il a tant besoin ? Il semble prendre cette décision au moment où il entend l'appel de détresse de Siveline (qui de mémoire est la dernière recrue en date chez les Rogues ?). Qui peut-elle être pour lui ? Autant que je me souvienne, elle est jeune, donc c'est sans doute la fille d'une de ses anciennes connaissances... Un proche tombé pendant la Guerre des Clones ? Un ami ou une amie sacrifié par Carth lors des premières années de l'Empire ? Ou... quelqu'un de plus proche de lui encore ?

Et que va-t-il arriver plus tard ? Comment les dignitaires de l'Empire vont-ils réagir en apprenant cette décision ? Carth va-t-il être accusé de trahison ? Et comment va réagir Thrawn ? Il me semble que l'acquisition de la Flotte Katana était un élément central dans son plan. Lui qui avait déjà des griefs contre Carth, va probablement devenir furieux... Leur "explication" à venir s'annonce plus houleuse que jamais ! :transpire:

L'Empire pourra-t-il continuer à croire en ses chances de victoire après une telle défaite ? C'est amusant de se poser la question dans ce sens là pour une fois, et c'est ce qui fait que j'apprécie tant ta fiction. :)

En tout cas, si il y a un vainqueur dans cette affaire, c'est bien notre cher Derth Beny’lya ! On compte sur lui pour peaufiner trèèès soigneusement sa version des faits, et attribuer cette "victoire" républicaine à son génie militaire. Un bon point pour ses ambitions :x


Enfin, Luke est je trouve, parfaitement retranscrit sous ta plume. Il a bien gagné en sagesse depuis les évènements de Yavin. La main qu'il tend aux "chevaliers impériaux" (façon de parler) ouvre une piste intéressante pour une éventuelle réconciliation entre Impériaux et Rebelles. De plus, leur "pacte contre le Côté Obscur", même si il est dirigé contre le Jedi Fou, risque de bientôt trouver encore plus de sens étant donné que notre bon vieux Palpy prépare ses forces. :sournois: :sournois:

Bref une succession de chapitres très agréables, et qui donnent hâte que la suite arrive :lol:
Dark Palgueïss
Jedi SWU
 
Messages: 99
Enregistré le: 06 Jan 2017
 

Messagepar kamikaze7233 » Lun 13 Aoû 2018 - 15:15   Sujet: Re: La Fédération Impériale

BON !

Après une certaine absence, j'ai ENFIN fini de lire les chapitres manqués ! De la qualité, comme toujours ! :lol:
Evidemment, on va éviter de donner un avis sur tout les chapitres que j'ai jusqu'ici loupé, ce serait bien trop long, alors on va se contenter des derniers en date, n'est-ce pas ? :D

Déjà, première chose : dans chacun des derniers chapitres, nous allons de rebondissement en rebondissement ! Entre le retournement contre C'Baoth (que j'attendais peut-être quand même, pas aussi tôt), la course effrénée à la Flotte Katana, la tentative d'assassinat sur Thrawn, la décision absolument irrationnelle de Poldrei pourtant assuré d'avoir la victoire sur les rebelles... Ca fait pas mal de retournements de situation inattendus ! Et c'est une bonne chose, rien de tel pour tenir en haleine ! :D (Et aussi, mention spéciale au chapitre avec Beny'lya, Han et Lando, qui m'a particulièrement amusé :lol:)

Bon, par contre, c'est sûr qu'avec autant de choses qui arrivent d'un seul coup, l'Empire risque de perdre gros... :neutre:
Cela dit, il y a aussi moyen qu'ils gagnent très gros, malgré la perte d'un atout non négligeable, et je reste très curieux de voir si ce sera le cas avec la suite des évènements teasés : le rôle de Fett, ce que va faire Poldrei de l'identité de Vador, Kuat, comment Beny'lya ainsi que le reste des forces de la Nouvelle République réagiront face à ce repli surprise de Poldrei (surtout après son monologue transmis juste avant le début des courtes hostilités), ce qu'il va advenir du Grand Amiral... Et j'en passe !

Voilà donc, entre autre, ce que j'avais à dire par rapport aux derniers évènements :)

Et pour finir : j'attends la suite avec impatience, bien évidemment :sournois:
"You have failed me for the last time, admiral." - Dark Vador
kamikaze7233
Padawan
 
Messages: 7
Enregistré le: 19 Nov 2017
 

Messagepar Jagen Eripsa » Lun 13 Aoû 2018 - 17:19   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Eh bien, merci à vous deux, ravi que le récit vous plaise toujours autant ! :D

Dark Palgueïss a écrit:De mémoire, dans ce roman, Thrawn a aussi Rukh comme garde du corps, ainsi que d'autres membres de son espèce. Seulement de mémoire toujours, il s'est assuré de leurs services en empoisonnant leur planète, tout en leur promettant de la nettoyer... Dans le livre toujours, la princesse Leïa découvre le fin mot de cette histoire, les Noghri (je crois que c'est comme ça que ça s'écrit), se retournent contre Thrawn et l'assassinent...


Spoiler: Afficher
En fait, Thrawn utilise les services des Noghris pour des opérations commandos mais il n'a que Rukh comme garde du corps. Et le système d'empoisonnement de leur planète a plus probablement été mis en place par Vador et/ou l'Empereur. ;)


Dark Palgueïss a écrit:La scène entre Thrawn et Rukh, où l'on voit l'amiral sincèrement triste pour son serviteur donne à penser que ce n'est pas du tout ça qui se passe dans ta version des faits. Du coup, les Noghri ont-ils une raison plus "noble" d'être fidèles à Thrawn ?

La situation d'Honoghr n'est pas, dans mon récit, un élément Infinities... Mais cela va avoir un impact sur la suite des événements, c'est certain. Thrawn ne sera plus tout à fait le même... :sournois:

Dark Palgueïss a écrit:Cela diminue à terme les chances de stopper Thrawn pour les Rebelles... :sournois:

Mais en avaient-ils ? :sournois:

Dark Palgueïss a écrit:Et qui donc est l'assassin de Thrawn ? Pour quelle raison s'en est-il pris à l'amiral ? On serait enclins à penser qu'il s'agit d'un agent rebelle, ou d'un sbire de quelques impériaux furieux de voir un non-humain prendre autant d'importance. Mais ça ne colle pas, si l'on pense à la "trahison", dont parle l'assassin avant de tirer. Peut être... un agent employé par les Chiss, mécontents de voir un des leurs servir l'Empire ? Tellement de questions ^^

Théories intéressantes, je dois l'admettre... :cute:

Dark Palgueïss a écrit:Pourquoi Poldreï a-t-il renoncé à la Flotte Katana dont il a tant besoin ? Il semble prendre cette décision au moment où il entend l'appel de détresse de Siveline (qui de mémoire est la dernière recrue en date chez les Rogues ?). Qui peut-elle être pour lui ? Autant que je me souvienne, elle est jeune, donc c'est sans doute la fille d'une de ses anciennes connaissances... Un proche tombé pendant la Guerre des Clones ? Un ami ou une amie sacrifié par Carth lors des premières années de l'Empire ? Ou... quelqu'un de plus proche de lui encore ?

Tout ce que je peux dire, sans spoiler, c'est que je pense être parvenu à donner au personnage de Carth une dimension humaine et une épaisseur que je n'étais pas sûr de pouvoir atteindre en commençant ce récit. :cute:

Dark Palgueïss a écrit:Et que va-t-il arriver plus tard ? Comment les dignitaires de l'Empire vont-ils réagir en apprenant cette décision ? Carth va-t-il être accusé de trahison ?

Qui te dit qu'ils apprendront ce qui s'est passé ? :sournois:

Dark Palgueïss a écrit:Et comment va réagir Thrawn ? Il me semble que l'acquisition de la Flotte Katana était un élément central dans son plan. Lui qui avait déjà des griefs contre Carth, va probablement devenir furieux... Leur "explication" à venir s'annonce plus houleuse que jamais ! :transpire:

Oui, alors là, il va déjà falloir un petit moment pour qu'il l'apprenne... Il est pas trop en état figure-toi :transpire:

Dark Palgueïss a écrit:En tout cas, si il y a un vainqueur dans cette affaire, c'est bien notre cher Derth Beny’lya ! On compte sur lui pour peaufiner trèèès soigneusement sa version des faits, et attribuer cette "victoire" républicaine à son génie militaire. Un bon point pour ses ambitions :x

Ce sera le sujet du prochain chapitre ! :D

Dark Palgueïss a écrit:Enfin, Luke est je trouve, parfaitement retranscrit sous ta plume. Il a bien gagné en sagesse depuis les évènements de Yavin. La main qu'il tend aux "chevaliers impériaux" (façon de parler) ouvre une piste intéressante pour une éventuelle réconciliation entre Impériaux et Rebelles. De plus, leur "pacte contre le Côté Obscur", même si il est dirigé contre le Jedi Fou, risque de bientôt trouver encore plus de sens étant donné que notre bon vieux Palpy prépare ses forces. :sournois: :sournois:

Y a de l'idée ! Et je suis content que la retranscription de Luke passe bien. C'est sans doute moins facile de "jouer" avec un personnage connu, incarné par un acteur, que de manipuler mes propres "OC" (own characters) comme je veux. Mais pour le coup je suis plutôt content de ce que je suis parvenu à faire. :oui:

kamikaze7233 a écrit:Déjà, première chose : dans chacun des derniers chapitres, nous allons de rebondissement en rebondissement !

En même temps, c'est voulu comme la marque de fabrique de ce récit... Je l'avais sous-titré Game of Thrawn, après tout ! Alors certes, ça manque de morts et de s... d'autres ingrédients qui ont fait le succès de la série ( :whistle: ), mais l'idée d'une lutte pour le pouvoir mâtinée de difficultés imprévues a été conservée ! :D

kamikaze7233 a écrit:Cela dit, il y a aussi moyen qu'ils gagnent très gros, malgré la perte d'un atout non négligeable, et je reste très curieux de voir si ce sera le cas avec la suite des évènements teasés : le rôle de Fett, ce que va faire Poldrei de l'identité de Vador, Kuat, comment Beny'lya ainsi que le reste des forces de la Nouvelle République réagiront face à ce repli surprise de Poldrei (surtout après son monologue transmis juste avant le début des courtes hostilités), ce qu'il va advenir du Grand Amiral... Et j'en passe !

Et je peux te garantir qu'il y aura des réponses à toutes ces questions, qui arriveront plus ou moins vite...

En l'occurrence, j'ai bien entamé le chapitre suivant, mais j'ai une période un peu chaotique IRL sur quelques jours... Je parviendrai peut-être à sortir le prochain chapitre en fin de semaine, sinon il faudra patienter un peu plus ! :transpire:

Quitte à ce qu'il arrive alors avec une autre surprise... :sournois:
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18997
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar Alfred M. » Mer 22 Aoû 2018 - 7:39   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Jagen Eripsa a écrit:La situation d'Honoghr n'est pas, dans mon récit, un élément Infinities... Mais cela va avoir un impact sur la suite des événements, c'est certain. Thrawn ne sera plus tout à fait le même... :sournois:


Va-t-il oser ? Faire de Thrawn un sentimental :shock: .

Jagen Eripsa a écrit:Qui te dit qu'ils apprendront ce qui s'est passé ? :sournois:


C'est trop gros, ça va forcément fuiter à moins que Carth balance une bonne excuse bien plausible d'emblé.

Jagen Eripsa a écrit:En l'occurrence, j'ai bien entamé le chapitre suivant, mais j'ai une période un peu chaotique IRL sur quelques jours... Je parviendrai peut-être à sortir le prochain chapitre en fin de semaine, sinon il faudra patienter un peu plus ! :transpire:

Quitte à ce qu'il arrive alors avec une autre surprise... :sournois:


Et mais on est la semaine prochaine :whistle: .
"MASLA!"
Alfred M.
Pigiste
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2444
Enregistré le: 19 Avr 2016
 

Messagepar Jagen Eripsa » Sam 08 Sep 2018 - 20:50   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Après un mois de pause (Enfin, pause, pause, c'est vite dit :transpire: ), reprise de la publication régulière !
(Oui oui, j'y crois !)



<<Chapitre précédant<< Sommaire >>Chapitre suivant>>

Chapitre 120

J’ai réussi, songea Derth Beny’lya en embrassant du regard le pont du Katana. J’ai inscrit mon nom dans l’Histoire galactique – le plus célèbre de tous les militaires bothans !
Il y avait bien quelques représentants de son espèce très fameux, des chanceliers ou des Jedi de l’ancien temps, ou encore son cousin Borsk… Mais il pouvait encore les dépasser en capitalisant sur ce succès pour aller plus loin.
Je vais lancer mon courant de pensée sur Bothawui, pensa-t-il en caressant du bout des doigts le tableau de contrôle inactif depuis un demi-siècle. Un courant rigoriste qui valorisera davantage les volontaires pour le combat, plutôt que les espions qui nous empêchent de proclamer notre puissance dans la galaxie entière.
Ces derniers mois, son opinion sur la Nouvelle République avait un petit peu évolué ; il la voyait moins comme un obstacle que comme un atout. Elle a été conçue comme une réponse à l’autoritarisme de l’Empire, avait-il compris. Une structure centrale faible qui dépend de ses membres les plus forts. Les Bothans doivent être de ceux-là. Nous ne pourrons jamais rivaliser en nombre avec ces maudits humains qui pullulent comme des mynocks sur une épave, mais nous pouvons les dépasser en puissance…
Il avait des envies de conquête, et pas forcément sur les Impériaux. L’Espace Hutt est voisin du nôtre, et il n’est pas forcément apprécié de ses voisins… Si je prenais la tête d’une flotte, pour libérer de leurs jougs toutes les espèces asservies par le traité de Vontor… Nous pourrions étendre notre influence en colonisant des planètes pirates et en obtenant des alliances avantageuses avec celles que nous aurions sorties de l’asservissement…
Il fut interrompu dans ses rêveries de conquête par l’arrivée d’un de ses lieutenants.
— Général, nous avons du nouveau, annonça le jeune Bothan en approchant de lui. La morgue a appelé, elle souhaite vous fournir les premiers résultats de ses analyses.
Derth se détourna lentement de la baie d’observation, quittant à regret cette position où il se sentait tout-puissant.
— Si vite ?
— C’est ce qu’il semblerait, répondit le lieutenant. Ils ne m’ont pas donné de détails mais veulent vous parler de toute urgence.
— Je comptais accueillir le général Cracken ici... marmonna Beny’lya.
Il fit mine de réfléchir pendant quelques instants aux ajustements pratiques nécessaires ; mais ce qui l’intéressait vraiment était le bénéfice stratégique qu’il pourrait tirer de ce changement.
— Très bien, dit-il finalement. Il devrait arriver dans la prochaine demi-heure. Nous rerouterons sa navette vers le hangar principal de l’Ar’kai... Ce sera parfait. Transmettez les ordres.
Il se dirigea alors vers la sortie de son pas rapide habituel. Les autres officiers de la flotte allaient devoir le rejoindre sur son vaisseau amiral, ce qui le plaçait indéniablement en position de force sur un plan symbolique. Cracken, l’homme de l’ombre de Mon Mothma, allait être forcé de reconnaître sa supériorité... Un petit détail qui allait faire tout le sel de la rencontre à venir.
Il croisa quelques gardes sur son passage, inspectant les coursives du vieux cuirassé, mais pas d’ouvriers. Ailleurs, sur les autres vaisseaux de la flotte, ils étaient déjà au travail pour permettre un nouveau voyage en toute sérénité. Mais Derth avait tenu à conserver le Katana dans l’état où il avait passé toutes ces longues années. Il y avait encore quelques détails croustillants à découvrir.
Comme, par exemple, le bipode déployé et semi-encastré dans une coursive qu’il observait à présent. Il s’arrêta quelques instants pour le contempler.
— Nos agents n’ont toujours trouvé aucune trace de l’équipage ? demanda-t-il au lieutenant qui venait de le rejoindre.
— Pas la moindre, Général, répondit-il aussitôt. Ils pensent que les droïdes de nettoyage sont restés en activité longtemps après la mort des êtres vivants et qu’ils ont... évacué... les... Enfin, vous voyez, comme des résidus organiques.
— Je vois tout fait, assura Derth en masquant un sourire.
À sa connaissance, aucun Bothan n’avait embarqué à bord de la flotte Katana, dont l’équipage était essentiellement humain. Imaginer quelques-uns de ces inférieurs évacués par la soute à déchets dans le vide spatial avait de quoi l’amuser.
Il jeta un coup d’œil au lieutenant.
— Il faudra songer à vous endurcir, Kraest.
— Traest, Monsieur. Oui, Monsieur.
Il le reconnaissait, à présent ; c’était le petit-fils du défunt Larin Kre’fey, son prédécesseur malheureux à la tête des forces bothanes.
Il s’en était fallu de peu pour que Derth ne connaisse pas le même sort. Malgré toute la verve qu’il avait pu manifester lors de son échange avec le Moff Poldrei, il s’était bien vite rendu compte de la position intenable qui était la sienne. Le rapport de force était trop défavorable pour qu’il puisse l’emporter. Sa position était avantageuse, mais il savait que les Impériaux comptaient bien faire avancer leurs vaisseaux lourds après avoir anéanti la chasse néo-républicaine. Et à ce moment-là...
Mais cet instant fatidique n’était jamais venu. Un coup du destin, un vrai, qu’il comptait bien faire fructifier.
Dès à présent.

* *
*
Au grand désarroi de Derth, sa navette se posa dans le hangar de l’Ar’kai cinq minutes après celle du général Cracken. Quand il le rejoignit, il trouva le chef des Renseignements en conversation amicale avec Bel Iblis, qui l’avait accueilli avec une poignée d’officiers.
— Bienvenue à bord de mon vaisseau, général, dit-il en arrivant, d’une voix suffisamment sonore pour que tous tournent la tête vers lui.
Le visage de Cracken, détendu jusque-là, se rembrunit soudainement.
— Général Beny’lya, dit-il avec une politesse forcée. Nous reprendrons notre discussion plus tard, Garm, ajouta-t-il à l’intention de Bel Iblis. Mais sachez que j’ai été ravi de vous revoir.
— Moi de même, Airen, répondit le vieux Corellien.
Cracken rejoignit alors Beny’lya et lui serra la main, avant d’expliquer, discrètement :
— J’ai à vous entretenir d’informations sensibles… Et même si je fais confiance au sénateur Bel Iblis, il n’a pas encore officialisé son retour dans le rang.
Derth acquiesça sans masquer son agacement. Il soupçonnait l’existence d’une vieille amitié entre les deux hommes, ce qui l’inquiétait passablement. Dire qu’il avait espéré être celui qui ramènerait le général dans le giron de la Nouvelle République… Qu’il pensait l’utiliser à son avantage…
Fort heureusement, il pouvait à présent faire fructifier sa capture de la flotte Katana.
— Alors, quelles sont ces nouvelles ? demanda le Bothan quand ils furent hors de portée des oreilles indiscrètes.
Puis, sans laisser au général le temps de répondre, il ajouta :
— J’imagine qu’elles concernent la flotte Katana.
Sans cesser d’avancer, Cracken le jaugea quelques instants du regard, avant de répondre :
— Peut-être.
Ils arrivèrent devant les cabines du système de circulation rapide qui devait les conduire dans les entrailles du vaisseau. Ils prirent place dans un compartiment qui fut aussitôt scellé derrière eux.
— Nous pouvons parler librement ici, annonça Derth. Alors… Vous avez appris pourquoi les Impériaux ont décidé de battre en retraite ?
— Nous n’avons rien de certain, commença Cracken. Il est devenu très difficile d’obtenir des informations en provenance des systèmes de l’Empire… La réduction de son territoire sur des portions congrues… Et à des populations qui lui sont favorables… Ne fait que réduire nos capacités d’espionnage. Nous avons moins de volontaires et moins d’indicateurs.
— Je sais tout cela, dit Derth d’un ton pressé.
— Un de nos agents restants est un négociant en métaux. Son dernier rapport date de quelques heures à peine… Il y fait état d’un bouclage complet du système Bilbringi.
— Les chantiers navals ?
— Exactement.
Beny’lya ferma les yeux. Le nom lui disait quelque chose…
— J’y suis ! s’exclama-t-il après que ses souvenirs lui soient revenus. Mes agents ont estimé que le Chimaera l’avait choisi comme cap après l’engagement de Pantolomin.
— Ils avaient vu juste, confirma Cracken. Le Chimaera a effectivement regagné les chantiers.
— Le bouclage a un rapport ? Peut-être que le croiseur était bien plus endommagé que prévu ?
— Il a été ordonné deux heures après l’arrivée du destroyer.
Le Bothan ne mit pas longtemps à comprendre. C’était un laps de temps bien trop long, surtout quand on considérait l’organisation habituelle des Impériaux.
— Il s’est passé quelque chose sur place.
— C’est ce que nous supposons. Aucune activité thermique anormale n’a été signalée… Pas de mouvements suspects, autre que ceux, renforcés, des services de sécurité… Ce qui nous laisse la piste d’un éventuel sabotage…
— Deux heures, c’est un délai bien trop court, intervint Derth qui avait un certain passif en la matière. Sans une préparation extrême et un minutage très précis…
— Je suis d’accord. Ce qui nous laisse une autre hypothèse… Nous soupçonnons une tentative d’assassinat.
Beny’lya acquiesça ; cela cadrait avec les procédures impériales qu’il connaissait.
— S’il s’agit du Chimaera… C’est sans doute ce Thrawn.
— Possible.
— Vos agents sont derrière ça ?
— Comme je vous l’ai dit, nous n’avons personne de suffisamment proche du Haut Commandement impérial.
Cracken ajouta, un léger sarcasme dans la voix :
— De toute façon, ce ne sont pas nos méthodes.
Le regard glacial de Derth fut la seule réponse qu’il obtint.
— Nous devons en tout cas considérer possible une éventuelle disparition du commandant des Forces impériales… Ce qui rend beaucoup plus compréhensible le retrait de Poldrei. S’il a été le premier informé…
— Nous avons-nous-même eu quelques difficultés de communication avec nos bases.
— Les Impériaux disposent de meilleurs équipements et de meilleures connaissances que nous en la matière. Oui, Poldrei a pu être informé aussitôt de ce qui s’est produit. Et il aura décidé de regagner l’espace impérial sur le champ… Si Thrawn est mort, les luttes pour le pouvoir vont recommencer. Un équilibre fragile vient peut-être de se rompre.
— Mais si c’est vraiment ce qui s’est passé, les Impériaux ne s’en relèveront pas, comprit Derth. Chaque fois que leur chef est mort, ils se sont entredéchirés jusqu’à réduire en confettis leur territoire… Avec la flotte Katana entre nos mains, le rapport de force sera cette fois vraiment en notre faveur. La victoire est à notre portée…
— Je l’espère, admit Cracken. Tout dépendra de ce que vos agents ont à nous apprendre.
Avec ces nouvelles informations, Beny’lya avait presque oublié le but de leur déplacement.
— C’est bien pour ça que vous m’avez fait venir à bord de votre vaisseau, n’est-ce pas ? demanda le chef des Renseignements néo-républicains.
Derth grimaça ; le moment était venu de s’aventurer sur des pentes un peu… glissantes.
— Je… Disons que c’est plus ou moins cela, en effet.
Cracken fronça les sourcils.
— C’est-à-dire ?
— Nous nous dirigeons vers la morgue du vaisseau.
À ce moment-là, la cabine arriva à destination, ouvrant ses portes pour laisser débarquer ses illustres passagers.
— Eh bien ? insista Cracken quand ils furent sortis.
— C’est une vérification qu’un de mes agents m’a proposé pour la première fois il y a trois ans, commença Beny’lya. Depuis que l’Empire s’est désintégré en une multitude de petits royaumes, nous faisons face à des difficultés croissantes pour savoir qui sont nos ennemis… Et comment ils fonctionnent. Il m’a donc suggéré d’analyser tous les corps que nous pourrions récupérer pour voir s’il est possible d’en tirer des informations.
Il marqua une courte pause.
— L’atmosphère de chaque monde est différente, voyez-vous ? Nos analystes légistes peuvent donc étudier les mouvements de troupes et, avec des recoupements, deviner où sont les principaux centres de transit – c’est-à-dire les bases et les centres d’entraînement. Ensuite, il ne reste plus qu’à les cibler…
Il attendit quelques secondes la réaction de Cracken, qui ne tarda pas à venir.
— C’est une idée brillante, commenta le général.
— Euh… merci, répondit Beny’lya, désarçonné.
— Nous l’avons pratiquée pour des analyses bactériologiques, à plusieurs reprises… Mais nous n’avions encore jamais effectué d’analyses atmosphériques. Est-ce fiable ?
— Plus nous avons de…
— Matière organique ?
— Oui, c’est cela, confirma Derth, surpris par la dureté froide et pragmatique de Cracken, à laquelle il ne s’attendait pas. Plus nous en avons à disposition, meilleurs sont les résultats.
— Et cette fois-ci ?
— C’est la première fois qu’on me fait appeler en urgence. Je pense qu’ils ont découvert des informations capitales.
— Des hypothèses ?
— Des soldats venant de l’Alignement de Pentastar, de l’Hégémonie de Ciutric ou, pire encore, de mondes connus du Noyau Profond seraient clairement une mauvaise nouvelle.
Cracken acquiesça doucement.
— Oui, c’est le moins qu’on puisse dire.
Sur ces mots, ils franchirent les portes qui devaient les conduire à l’intérieur de la morgue.
L’atmosphère de l’endroit ressemblait davantage à celle d’un quelconque laboratoire scientifique que d’un charnier en putréfaction. De fait, aucune odeur de décomposition ne flottait dans l’air, rien, pas le moindre petit relent ; à la place, le flair aiguisé de Derth détectait le fumet de quelques produits chimiques – mais rien de très prononcé – et surtout la légère odeur d’ozone que dégageaient les recycleurs du vaisseau.
Plusieurs bothans, revêtus de combinaisons de vol blanches sans taches, s’affairaient autour de terminaux reliés à des cuves en duracier. Des sas étaient visibles ; ils menaient aux salles où étaient stockés les échantillons organiques récupérés.
En voyant les nouveaux arrivants, plusieurs analystes interrompirent leurs travaux ; l’un d’eux s’approcha immédiatement d’eux.
— Mes respects, généraux, dit-il en s’inclinant. Je suis honoré de vous recevoir dans nos modestes installations…
— Trêve de bavardages, le coupa Derth, impatient. Quels sont ces résultats si urgents ?
Le scientifique croisa les mains.
— Suivez-moi, je vous prie.
Il les amena jusqu’à son propre ordinateur, où toute une série de lettres et de chiffres sans sens apparent étaient affichés.
— Voilà, dit-il en montrant l’appareil.
Le regard qui lui jeta Derth l’incita à en dire davantage.
— Euh… L’analyse de la plupart des restes retrouvés par nos collecteurs a été plus facile que d’ordinaire, commença-t-il. Sur la majeure partie des échantillons, les traces étaient beaucoup moins nombreuses qu’à l’accoutumée, témoignant d’une exposition à deux atmosphères différentes.
— Deux atmosphères ? répéta Cracken. En combien de temps ?
— Sur la vie des hommes à qui appartenaient ces échantillons, répondit le Bothan.
— C’est très peu, remarqua Derth.
— Oui. Les traces d’ozone étaient assez claires ; elles correspondaient aux caractéristiques d’un air recyclé en circuit fermé. L’autre atmosphère relevée est celle d’un monde de type standard, respirable… Mais nous ignorons lequel. Nous n’avons trouvé aucune trace permettant de l’identifier.
— C’est tout ? demanda Beny’lya, en fronçant les sourcils.
— Non, répondit l’analyste. Le problème réside dans les proportions des échantillons génétiques récoltés.
Il désigna de son doigt velu une ligne sur son écran.
— L’échantillon Kesh-29, par exemple, correspond à un volume organique soixante-dix-huit fois supérieur aux normes.
— Dois-je vous rappeler que vous vous adressez à des militaires et non à vos collègues ?
— Désolé, général. Cela signifie que ce que nous avons récolté suffisamment d’échantillons Kesh-29 pour reconstituer, en volume, soixante-dix-huit humains.
— Des clones, comprit Cracken. Ils nous ont opposé des clones…
Derth se tourna vers son invité, qui avait ostensiblement pâli.
— Mais ils sont sans doute vieux, non ? La Guerre des Clones date d’il y a trois décennies…
— Vous oubliez les deux atmosphères.
— Le général Cracken a raison, intervint l’analyste scientifique. Nous pensons que les clones en question ont moins de trois mois.
Beny’lya sentit ses poils se dresser.
— Ce qui signifie…
— …que les Impériaux disposent d’une usine de clonage flambant neuve, acheva Cracken, l’air grave.
Il se tourna vers son homologue bothan.
— Vous croyez toujours que la victoire est à portée, à présent ?
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18997
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar mat-vador » Sam 08 Sep 2018 - 21:00   Sujet: Re: La Fédération Impériale

C'est lu!! :oui:

J'aime toujours autant ces références au Legends notamment Traest Ke'frey le fameux amiral bothan du NOJ qui a déclaré la guerre Totale aux Yuuzhan Vong :shock: ! En tout cas, Derth n'a pas l'air de bien le considérer.. je pense qu'il a tort!

La suite!
place au seigneur des vapodouches, infâmes misérables!

fan fiction: fan-fictions-hdf-f17/jedi-corellien-la-trilogie-post-legacy-t17338.html, Les Origines de Jedi corellienl, Chroniques
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 991
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Zèd-3 Èt » Dim 09 Sep 2018 - 9:06   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Un chapitre par mois, c'est régulier, non ? :paf:

Jolie faute ici : quelques représentants de son espère

La suiiiiiite ! :love:
Quand un ouvrier a travaillé dix-huit heures, quand un peuple a travaillé dix-huit siècles et qu'ils ont, l'un et l'autre, reçu leur paiement, allez donc essayer d'arracher à cet ouvrier son salaire et à ce peuple sa République !
Victor Hugo
Zèd-3 Èt
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2677
Enregistré le: 01 Avr 2015
Localisation: Probablement en train de lire un bon livre au fond de mon lit alors que je devrais étudier...
 

Messagepar Jagen Eripsa » Dim 09 Sep 2018 - 9:42   Sujet: Re: La Fédération Impériale

Merci à vous deux ! :jap:

Zèd-3 Èt a écrit:Un chapitre par mois, c'est régulier, non ? :paf:


Tu sors. :P

Zèd-3 Èt a écrit:Jolie faute ici : quelques représentants de son espère


Merci, je corrige ^^

mat-vador a écrit:J'aime toujours autant ces références au Legends notamment Traest Ke'frey le fameux amiral bothan du NOJ qui a déclaré la guerre Totale aux Yuuzhan Vong :shock: ! En tout cas, Derth n'a pas l'air de bien le considérer.. je pense qu'il a tort!


L'avenir nous le dira ! :sournois:
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18997
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

PrécédenteSuivante

Retourner vers Fan-Fictions


  •    Informations