Toujours en mouvement est l'avenir

Retrouvez ici toutes les Fan-Fictions publiées sur le forum achevées par leur auteur. N’hésitez pas à laisser un commentaire !

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films sont interdits dans ce forum.

Messagepar LL-8 » Ven 15 Fév 2019 - 16:43   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Hello à tous! :hello:
Merci pour vos retours :)
@Dark vador40 : bienvenue dans le coin! Merci pour tes compliments. Les chapitres sont publiés tous les vendredis, si tu veux les suivre :)

Il est temps d'avoir un peu d'action et quelques réponses :sournois: Bonne lecture à tous !

Retour au sommaire

LIVRE IV : OBI-WAN KENOBI
Chapitre 6


Le bleu flamboyant de la lame d’Anakin émergea une nouvelle fois du sabre du jeune homme. Obi-Wan l’observa quelques secondes. La façon dont il maniait son arme, avec tant de légèreté et d’habileté… Ce jeune homme était né pour ça. Obi-Wan en était convaincu. La Force l’avait choisi pour une raison. Seulement, ce n’était peut-être pas celle à laquelle tout le monde s’attendait.

Anakin éteignit sa lame. Dans sa main gantée, il saisit un petit outil qu’il inséra dans son sabre. Obi-Wan entendit quelques petits cliquetis, puis la lame de lumière émergea de nouveau, brillant un peu plus encore que la fois précédente.
- Général, nous serons sur Naboo dans vingt minutes, fit une voix clone.

Obi-Wan cligna des yeux, comme ramené à la réalité. Il acquiesça puis se redressa sur son siège. En face de lui, assis bien droit sur le banc de métal du vaisseau-cargo dans lequel ils se trouvaient, se tenaient Sarge, Scout et Sniper. Les trois clones vérifiaient chacun leurs armes respectives. Pilot, lui, se chargeait du vaisseau. Sarge était en train de remettre son insigne d’officier lorsqu’Anakin éteignit et ralluma son sabre pour la neuvième fois.
- Sans vouloir vous offenser, Skywalker, vous ne pourriez pas arrêter de jouer avec ce truc ? Lança le commandant sur un ton bourru déformé par le vocodeur de son casque.

Anakin, qui avait revêtu une amure de clone peinte en noire, ne lui répondit pas et se contenta de rallumer son sabre. Obi-Wan pouvait sentir que le jeune homme était sur les nerfs. Et il n’avait pas besoin de la Force pour cela. Il le savait, un point c’est tout. Il connaissait Anakin peut-être autant que Padmé le connaissait, voire peut-être plus.
- Laisse-le, répondit Sniper, qui avait revêtu son pancho sur son casque de clone. Ce gars était un Jedi avant même que tu ne commences sur le terrain.

Sarge ne répondit pas et se contenta de vérifier une nouvelle fois son arme. A l’extrémité de la banquette de métal, Scout gardait les yeux rivés sur Anakin. La rangée de couteaux fixés sur son torse bougeait au rythme de sa respiration. Il chercha dans le regard d’Obi-Wan la confirmation que ce que disait Sniper était vrai. Le Jedi se contenta de hocher doucement la tête avant de vérifier la propre armure qu’il portait – une relique de ce qu’il portait durant la Guerre des Clones, et qu’il avait améliorée et renforcée. Seule une cape brune du même tissu que sa bure de Jedi le distinguait d’un autre clone.

Lorsque la Bad Batch avait été reformée, sous le mandat de Bail Organa, pour former l’escouade SCAR, une nouvelle génération de clones avait remplacé celle d’Echo, Hunter et les autres. Une génération qui n’avait pas connu la Guerre des Clones. Une génération qui n’avait connu qu’un seul ennemi : la République Démocratique. Une génération pour qui les Jedi n’étaient plus que des gardiens spirituels de la paix, investis seulement de loin dans les affaires militaires de la République. Pour ces clones, le Jedi Anakin Skywalker n’était qu’une histoire qu’on se racontait lors des patrouilles, une légende qui faisait vivre le mythe de Jedi puissants et combattant aux côtés des clones. Le seul Skywalker qu’ils connaissaient n’était que le mari de la Chancelière, un homme bien bâti dont le seul rôle consistait à poser correctement sur les hologrammes officiels. Ils ne connaissaient pas le guerrier qui sommeillait en lui.

Obi-Wan mit son sabre à sa ceinture. Ou plutôt celui de Depa. Il n’avait toujours pas de nouvelles de la Jedi. Et cela l’inquiétait. Inspirant largement, il laissa le cylindre de métal retomber le long de son armure et concentra son attention sur Anakin. Ce dernier avait terminé de régler son propre sabre. L’arme, taillée dans un métal des plus sombres, gardait la forme biseautée des premiers sabres de son ancien apprenti. Seul quelques noms en Aurebesh venaient égayer le style très épuré de l’arme.

Obi-Wan s’éclaircit la voix.
- Anakin, lorsque nous verrons Xabron… Nous l’affrontons ensemble.

Le regard profond du jeune homme le scruta un instant, plein de défi. Puis il se détendit.
- Comme vous voudrez, Maître.

Obi-Wan hocha la tête, rassuré. La dernière fois qu’Anakin avait tenu à se battre seul face à un Sith, il y avait perdu un bras. Il ne tenait pas à ce que cela se reproduise.
- Bien, voilà comment nous allons procéder, dit-il en s’adressant aux clones. La République nous fait confiance pour régler cette affaire sans faire appel à de quelconques renforts.

Le maître Jedi se leva, conscient que le vaisseau dans lequel il se trouvait n’était pas forcément stable.
- Nous savons que Xabron n’est pas seul. Nous ne savons pas exactement combien d’inquisiteurs sont encore en vie, mais nous pouvons déjà envisager que l’individu que nous avons rencontré sur Lothal ait pris contact avec lui.

Il marqua une pause, et attendit que ses paroles fassent effet sur ses auditeurs.
- La Chancelière n’attend pas de nous que nous fassions des prisonniers. Mais dans l’intérêt de nos services de renseignements, l’objectif est de pouvoir soutirer des informations à Xabron.

Les clones acquiescèrent comme un seul homme. Ils avaient l’habitude de ce genre de mission. Combien de raids avaient-ils menés ensemble ? Combien d’officiers appartenant à la République Démocratique avaient-ils fait prisonniers ?

La voix de Pilot se fit entendre :
- Approche de la cible dans dix minutes, Général, fit-il.

Obi-Wan vit Anakin s’approcher du cockpit, le visage tendu.
- Toujours aucune nouvelle d’Ahsoka ?
- Désolé, monsieur, répondit le clone d’un ton égal. Silence radio de ce côté-là.

Obi-Wan passa une main dans sa barbe. Il espérait de toutes ses forces qu’Ahsoka et Leia avaient pu fuir.
- Et si Luke n’était pas là ? fit Anakin d’une voix angoissée.

Obi-Wan regarda son ancien apprenti. Il était tendu, les muscles parés au combat. Dans ses yeux brillait la rage d’un père à qui on avait pris son fils, mais aussi la peur que tout cela ne serve à rien. Et si, effectivement, Luke n’était pas avec Dark Xabron ? Si le Sith l’avait laissé à l’inquisiteur aux cheveux blancs ? Le maître Jedi avait beau se raisonner, se dire qu’ils n’avaient qu’un vaisseau, que le Sith ne rentrerait jamais auprès de son maître en n’ayant fait son travail qu’à moitié, il sentait une peur sourde monter en lui. Et s’ils avaient bel et bien perdu Luke ?
- J’ai confiance en la Force, Anakin, répondit-il d’un ton qu’il voulait convaincant. Elle nous guidera.

Si cette réponse – qui n’en était pas une – sembla satisfaire Anakin, elle ne le rassura pas lui-même. Il devait chasser cette peur. Elle ne ferait que le pousser dans de sombres recoins de son âme qu’il ne voulait pas explorer.

Il s’apprêtait à demander à Pilot des nouvelles lorsqu’une secousse ébranla violemment le vaisseau.
- Nous sommes attaqués ! hurla Pilot depuis le cockpit.

Sarge, Sniper et Scout se levèrent instantanément, armes au poing. Le commandant clone se précipita vers la première tourelle du vaisseau-cargo.
- Pilot ! Je ne vois pas qui nous attaque !
- Je ne le vois pas non plus ! lui répondit son compagnon d’arme.

Une nouvelle secousse ébranla le vaisseau. Obi-Wan sentit que l’appareil partait en vrille. Il se raccrocha tant bien que mal aux sangles et se rapprocha de Pilot.
- Qu’est-ce qu’il se passe ?
- On est attaqués depuis le sol, lui répondit le clone sans cesser de toucher à toutes les commandes. J’essaye de stabiliser le vaisseau, mais je vais devoir me poser.
- Est-ce qu’on est loin de la cible ? fit la voix d’Anakin derrière eux.
- Cinq minutes, répondit Pilot. Je vais devoir atterrir, ajouta-t-il, préparez-vous à l’impact !

Il saisit les commandes et tenta de pivoter sur la droite mais le vaisseau ne répondit pas correctement. Obi-Wan se retourna vers Scout et Sniper.
- Préparez-vous, dit-il, ils seront probablement….

Il n’eut pas le temps de terminer sa phrase. Une nouvelle secousse déporta le vaisseau sur la gauche. Le flanc droit de l’appareil s’ouvrit, créant un appel d’air si violent qu’Obi-Wan eut du mal à se raccrocher aux sangles. Devant lui, Anakin s’agrippait au siège de toutes ses forces. Sniper, quant à lui, retenait de justesse Scout, prêt à basculer dans le paysage enchanteur de Naboo.
- Point d’impact dans moins d’une minute ! hurla Pilot.

Obi-Wan vit les arbres de Naboo se rapprocher dangereusement du vaisseau. Des morceaux de la carlingue se détachaient pour disparaître dans l’air pur de la planète. Dépourvu d’aile sur sa gauche, l’appareil partit dans une vrille incontrôlable. Obi-Wan sentit le contenu de son estomac qui remontait. Voilà pourquoi il détestait voler.

Une première branche d’arbre percuta le vaisseau et tout le cargo dévia sur la droite. Obi-Wan fut projeté à l’arrière de la soute contre Sarge. Le commandant, à peine sorti de la tourelle, n’avait pas anticipé l’obstacle. Bientôt, Obi-Wan aperçut le feuillage dense des forêts de Naboo par le trou béant du vaisseau. Puis le vaisseau s’écrasa.

Le maître Jedi vit Anakin et Scout se faire aspirer à l’extérieur. Sniper disparut quelques secondes plus tard, happé dans la chute par une branche. Une force puissante entraîna Obi-Wan droit sur les sièges du cockpit. Le Jedi utilisa la Force pour diminuer l’impact. Il retint de justesse Sarge, mais n’eut pas le temps d’attraper Pilot. Le clone passa à travers la vitre du cockpit et s’écrasa contre le premier tronc qu’il rencontra.

Doucement, le vaisseau ralentit, jusqu’à s’arrêter totalement. Obi-Wan reprit rapidement ses esprits. Il avait dû percuter la paroi du vaisseau un peu trop violemment. Un mince filet de sang coulait le long de sa tempe. Il décida de ne pas s’en occuper et se précipita vers Sarge. Le commandant se releva sans son aide.
- Vous allez bien, Général ?

Le Jedi éluda la question.
- Retrouvez Pilot, je m’occupe de Sniper. Nous ne sommes pas loin de notre cible, nous devons nous y rendre tout de suite.
- Que fait-on de Scout et Skywalker ?

Obi-Wan n’hésita pas.
- Ils sont tombés trop loin de nous. Ils nous retrouveront. On ne doit pas traîner.

Le clone acquiesça et, d’un commun accord, ils s’extirpèrent ensemble du cockpit. Le vaisseau était désormais inutilisable. Il ne possédait plus qu’une aile, et tout l’avant était détruit suite à l’atterrissage forcé.

Sarge se précipita immédiatement vers Pilot. Le clone ne semblait pas blessé. Obi-Wan s’éloigna à la recherche de Sniper. Il ne lui fallut pas longtemps pour repérer le soldat au sol, à quelques dizaines de mètres du vaisseau. Son poncho était déchiré de toutes parts. Si son armure était intacte – bien que couverte de poussière – son casque n’avait pas résisté au choc. Il était fendu au niveau du cou, et le plastoïde s’enfonçait doucement mais sûrement dans la gorge du clone.

Obi-Wan vit immédiatement que l’homme s’étouffait. Il se précipita à genoux vers le soldat et tenta doucement de retirer le casque, sans succès. Les râles de Sniper s’entendaient à travers le vocodeur endommagé. Le Jedi n’attendit pas. Saisissant le sabre de Depa, il l’activa et l’approcha précautionneusement du casque de Sniper. Quelques coups plus tard, le clone se trouvait libéré. Son visage familier était barré d’un large tatouage qui partait de son crâne pour courir le long de sa tempe et se terminer sous le menton, où une barbe de trois jours cachait les motifs tribaux de l’œuvre.

Obi-Wan déchira un morceau de sa cape brune pour l’appliquer sur la gorge du soldat. Aucune artère vitale n’avait été touchée et la blessure n’était que superficielle, mais il préférait ne pas prendre de risques. Quelques minutes plus tard, le clone était debout, et les deux marchaient en direction du vaisseau lorsqu’une série de tirs lasers se fit entendre. Instinctivement, Obi-Wan s’accroupit au sol, entraînant Sniper avec lui.
- Je perçois une présence, chuchota-t-il.

Sniper, une main sur sa gorge, l’autre sur son arme, acquiesça.
- J’ai un mauvais pressentiment, confirma-t-il.

Obi-Wan concentra son attention en direction du vaisseau. La Force lui envoyait différentes informations qu’il eut du mal à analyser. Sarge et Pilot se battaient contre quelqu’un, mais qui ? Dark Xabron ? Était-il seul ? Le Jedi n’en était pas sûr.

Un bruissement dans les feuillages lui fit tourner la tête. Il repéra bien vite un autre bruit, plus familier, un vrombissement qu’il connaissait bien. Quelqu’un approchait. Se plongeant dans la Force, Obi-Wan suivit les pas de son adversaire un à un. Posant un doigt sur ses lèvres, il fit signe à Sniper de ne pas bouger. Et, lorsque l’intrus fut à quelques mètres d’eux, Obi-Wan se releva violemment et dégaina. Sa lame verte se retrouva précisément sous la gorge…d’Ahsoka. La Torguta semblait paniquée, son sabre à la main.
- Ahsoka ?

Obi-Wan retira sa lame, surpris.
- Xabron est là, lâcha Ahsoka à toute vitesse. Il est venu et il n’est pas seul et…
- Où est Leia ? l’interrompit Obi-Wan d’un ton urgent.

La jeune Torguta sembla reprendre ses esprits.
- Leia ? appela-t-elle.

De derrière les arbres de Naboo apparut une silhouette frêle. La jeune Skywalker tenait dans ses mains le deuxième sabre d’Ahsoka, bien droit devant elle. La lame n’était pas allumée, mais la détermination dans le regard de la fillette ne laissait place à aucun doute. Elle s’en servirait si elle y était obligée. Et elle savait comment faire.

Obi-Wan poussa un soupir de soulagement en voyant la jeune fille. Le répit fut de courte durée.
- Où est Xabron ?
- Il nous suivait, répondit Ahsoka d’un ton alarmé. Il n’est pas seul, ajouta-t-elle.

Elle regarda derrière elle pour s’assurer que personne n’était là, puis se tourna vers Obi-Wan.
- Anakin a engagé le combat avec lui. Il est venu de nulle part. Il nous a dit de courir, qu’on vous trouverait. Il a dit que vous aviez un vaisseau.

Sniper se gratta la nuque d’un air embêté.
- Il n’y a plus de vaisseau. On s’est crashé.
- Il va falloir en emprunter un aux Naberrie, dit Obi-Wan.

Les parents de Padmé avait acquis une propriété dans les environs de Theed, et une partie de la forêt se trouvait sur leur terrain. Ils devaient sûrement posséder des vaisseaux. Ahsoka se chargea de détruire cet espoir.
- On ne peut pas retourner là-bas, dit-elle. Xabron a tout brûlé. Les Naberrie se sont enfuis, mais je ne suis même pas sûre qu’ils aient réussi à quitter la planète. Et il y a encore un homme à Xabron là-bas. Ce serait se précipiter dans la gueule du loup.

Obi-Wan eut un déclic.
- As-tu vu Luke ?

Ahsoka hésita, jeta un coup d’œil à Leia, avant de se rapprocher d’Obi-Wan.
- Il est probablement à bord du vaisseau de Xabron. C’est pour ça qu’il a encore un homme là-bas. Mais c’est trop risqué. Pas avec Leia.

Obi-Wan pesa les pour et les contre. Ils avaient besoin d’un vaisseau. Ils étaient entourés de Sith. Et ils avaient une chance de récupérer Luke.
- A-t-on vraiment le choix ?

Il vit Leia se rapprocher d’Ahsoka, comme elle l’aurait fait avec sa mère. Elle n’aurait jamais dû vivre cette situation.
- On peut récupérer Sarge et Pilot sur le chemin. C’est jouable, analysa Sniper.

Obi-Wan s’accroupit, de manière à se mettre à la hauteur de Leia.
- J’ai peur, Oncle Ben. Je veux revoir mon frère. Et ma maman. Et mon papa.
- Je sais, Leia. Je vais te demander d’être forte, d’accord ? répondit Obi-Wan. Ce qu’on va faire va être dangereux, mais c’est notre chance de récupérer Luke. Tu vas devoir rester près d’Ahsoka. Ne t’éloigne pas, tu comprends ?

La fillette acquiesça. Obi-Wan lui posa une main réconfortante sur l’épaule avant de se relever. Il regarda tour à tour Sniper et Ahsoka.
- Allons-y, dit-il, et aussitôt, il eut un mauvais pressentiment.
"If we can't protect the Earth, you can be damned well sure we'll avenge it."
FanFic' : Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (En collaboration avec Mandoad)
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1018
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar L2-D2 » Ven 15 Fév 2019 - 17:09   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Chapitre 6 lu !

C'est très très fort : l'intrigue de ce Livre IV a beau faire intervenir plusieurs personnages différents, vous parvenez à rester focaliser sur Obi-Wan. Le voilà donc qui perd de vue Anakin pour mieux retrouver Ahsoka et Leia ! Toute la première partie est d'ailleurs extrêmement cinématographique, comme le crash de la navette qui sépare les protagonistes : je me suis représenté parfaitement ce passage, vraiment très réussi !

Et Anakin a donc engagé le combat avec Xabron. Je ne peux pas m'empêcher de penser que le pire l'attend, lui qui est déjà vêtu d'une armure noire... :( En tout cas, le plan d'Obi-Wan est désespéré, mais peut-être qu'il peut tout de même réussir, qui sait !

Ah, et j'ai également beaucoup aimé l'introduction effective des SCAR, ainsi que la représentation d'Anakin que se font les clones, ce Jedi à la limite de la légende qui a quitté l'Ordre mais dont les exploits au cours de la Guerre des Clones continuent de se perpétuer... :oui:

Vivement la suite ! :oui:
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur résumés littéraires & fan-fictions
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5174
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Notsil » Sam 16 Fév 2019 - 10:31   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Très très intéressant...

Mais Anakin se retrouve seul, et dans son état émotionnel, c'est une mauvaise chose ^^

Bon, qui va rejoindre Xabron, du coup ? Le père, le fils, les 2 ? ^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2302
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Mandoad » Lun 18 Fév 2019 - 13:56   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Lu !

Il n'y a pas dire, j'aime vraiment cette partie sur Obi-Wan. La présence des SCARs, d'Anakin et d'Ahsoka (sans oublier la petite Leia) ne fait que rajouter à la qualité du récit.

Sinon, je vois, qu'encore une fois, les héros se trouvent dans la panade et que cela ne va pas être simple de s'en sortir :D

Quant à Anakin... une armure noire... vraiment ? :sournois:

Bref, la suite !
"Un grand guerrier? Personne par la guerre ne devient grand." -Yoda
FanFics': Vauriens et hors-la-loi & Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (Avec LL-8)
Mandoad
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 639
Enregistré le: 28 Nov 2014
 

Messagepar Dark GaGa » Lun 18 Fév 2019 - 14:30   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

ça sent le Côté Obscur! :D

#Sithteam
Modifié en dernier par Dark GaGa le Lun 18 Fév 2019 - 14:35, modifié 1 fois.
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1492
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar Dark vador40 » Lun 18 Fév 2019 - 14:32   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Un chapitre qui nous laisse avec plein de questions. Vont-ils réussir à sauver les enfants ? Anakin va t-il réussir à se sauver de lui même ?
J'ai hâte de lire la suite.
"Votre manque de foi me consterne."
Dark Vador.
Pigiste Jeux Vidéo
Dark vador40
Pigiste
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3501
Enregistré le: 14 Mai 2015
Localisation: Seul dans la mer des dunes, probablement en train de contempler le paysage...
 

Messagepar LL-8 » Ven 22 Fév 2019 - 21:16   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Hello !
Merci à tous pour vos commentaires et vos compliments :)
Sans autre préambule, voilà la suite ! Bonne lecture !

Retour au sommaire

LIVRE IV : OBI-WAN KENOBI
Chapitre 7


Les Skywalker avaient une capacité de résistance impressionnante. Obi-Wan avait déjà pu l’observer chez Anakin. Il l’avait décelée chez Padmé. Et Leia faisait preuve de cette même capacité. Ils ne marchaient que depuis une quinzaine de minutes, mais la vigilance et la peur avaient transformé ces minutes en éternité. Et pourtant, Leia ne se plaignait pas.

La fillette n’avait pas quitté Ahsoka. Elle tenait le sabre de la jeune Togruta serré au creux de ses mains, prête à le dégainer au moindre bruit suspect. Obi-Wan ne s’y trompait pas. Anakin avait entraîné sa fille au maniement du sabre. Jusqu’à quel point ? Malheureusement, il allait probablement le savoir d’ici peu.

La parcelle de forêt appartenant aux Naberrie n’était pas très étendue. Le groupe atteignit rapidement l’orée du bois. Sarge menait leur troupe, Obi-Wan sur ses pas. Leia suivait, collée à Ahsoka et entourée de Scout et Pilot. Sniper fermait la marche, aux aguets. Si le clone souffrait encore de sa blessure à la gorge, il ne le montrait pas. Il avait récupéré un vieux casque dans la carcasse de leur vaisseau et suivait désormais le rythme comme si rien ne s’était passé.

Sarge leva bientôt un poing serré. On était à la maison des Naberrie. Le clone se dirigea d’un pas rapide vers un petit speeder terrestre et s’accroupit à côté. Sans un bruit, toute la troupe le suivit. Sabre en main, Obi-Wan se plaça juste à côté de Sarge. Le clone ajusta les macrojumelles de son casque.
- Je ne repère aucune trace de vie, Général.

Obi-Wan jeta un coup d’œil à son tour. Il n’avait pas de macrojumelles, mais sa perception dans la Force ne lui indiquait pas plus de vie.
- En revanche, ajouta Sarge, il y a un vaisseau. Je vous parie mille crédits que c’est celui de Xabron.
- Je croyais qu’on avait interdit les paris pendant le travail ? fit la voix de Scout en retrait.

Un coup de Sniper le fit taire immédiatement. Obi-Wan Se leva légèrement, assez pour apercevoir l’aile supérieure de la navette de Xabron dépasser des dépendances de la villa. Le maître Jedi se remit à couvert et tourna la tête vers les clones.
- Le plan est simple, déclara-t-il. Je vais vérifier que Luke est à bord. Si c’est le cas, nous volons la navette, et c’est tout. La sécurité des enfants de la Chancelière est notre priorité.

Les clones acquiescèrent en chœur. Seul Pilot répondit :
- Et si l’enfant n’est pas à l’intérieur ?
- Je m’occupe de trouver Luke. Vous vous occupez de la navette.

Ahsoka posa une main protectrice sur Leia et planta son regard dans celui d’Obi-Wan.
- Xabron n’est pas loin, l’avertit-elle.

Ce qui signifiait qu’Anakin non plus. Obi-Wan n’était pas surpris. Son ancien padawan connaissait bien l’endroit. Pas étonnant qu’il ait trouvé Xabron aussi vite. Le Jedi réfléchit. Ils devaient aller à la navette, mais il était hors de question d’entraîner Leia au milieu des affrontements.
- On s’en tient au plan, décida-t-il. Ahsoka, tu me rejoins avec Leia quand je te fais signe. Scout, Sniper et Pilot, vous les couvrez. Sarge, avec moi.

Aucun son de voix ne se fit entendre, mais Obi-Wan savait que tous avaient compris. Sabre en main, il se dirigea droit vers la navette, Sarge sur ses talons. Si Xabron et Anakin – et potentiellement, le dernier inquisiteur – étaient dans les environs, il ne les entendait pas. Le Jedi songea un instant à chercher son ancien apprenti à travers la Force, mais la raison l’en empêcha. Il devait rester concentré sur son objectif.

Ils arrivèrent rapidement à la navette. La méfiance s’empara immédiatement d’Obi-Wan. Le vaisseau n’était pas gardé, la passerelle était ouverte. C’était trop facile.
- Je ne capte aucune présence dans les environs, Général, annonça Sarge.

Obi-Wan reçut les informations en silence et s’approcha du vaisseau. Lentement, il se plongea dans la Force à la recherche de Luke. Il connaissait le garçon par cœur. Il avait passé des heures à le côtoyer. Ils étaient si proches. Il allait le trouver. Le Jedi s’immergea complètement. Luke était quelque part autour de lui, il le savait. Il pouvait le sentir. Il ne devait qu’isoler sa présence de tout ce côté obscur parasite. Pendant ce qui sembla durer des heures, Obi-Wan fouilla chaque recoin de l’environnement qui l’entourait, à la recherche du jeune Skywalker. Leia lui apparut clairement. Elle ressemblait tellement à son jumeau. Mais ce n’était pas elle qu’Obi-Wan cherchait. Soudain, tel une lueur au milieu des ténèbres, le Jedi vit Luke. Il était là. Il était à bord. Et…. Il était seul.

Obi-Wan sortit de sa méditation comme tiré d’un mauvais rêve en sursaut.
- Tout va bien, Général ?
- C’est probablement un piège, déclara-t-il.
- Qu’est-ce que vous voulez faire ? demanda Sarge.

Obi-Wan eut un petit sourire en coin.
- On s’y précipite.

Sarge ne répondit pas, mais le Jedi vit le casque hocher de haut en bas. Sans attendre, le clone monta à bord de la navette. Obi-Wan vérifia une nouvelle fois les environs, puis fit signe à Ahsoka. La jeune Togruta arriva au pas de course en tenant Leia par la main, les trois clones sur ses talons.
- Luke est à bord, l’informa Obi-Wan. Montez !

La fillette allait s’exécuter lorsqu’une petite silhouette apparut en haut de la passerelle. Luke. Obi-Wan sentit la paix revenir en lui. Le garçon allait bien. Sarge apparut à ses côtés. Il descendit directement vers Obi-Wan.
- Il n’était même pas attaché, Général.

Obi-Wan leva un sourcil.
- Il a dit que l’autre garçon était plus fort que lui.
- L’autre garçon… ?

Un électrochoc parcourut le Jedi lorsqu’il distingua l’individu qui entrait dans son champ de vision. Il avait le même âge que Luke et ses cheveux noirs lui tombaient sur les yeux. Ses yeux dorés n’avaient pas changé depuis qu’ils s’étaient rencontrés sur Lothal. Le jeune Sith. Obi-Wan avait été tellement concentré sur Luke qu’il avait complètement occulté la présence de l’autre garçon. Ce dernier s’approcha doucement, passant la tête sous l’aile du vaisseau. Les clones le mirent immédiatement en joue. Derrière Obi-Wan, Ahsoka pressait Luke et Leia de monter à bord.
- Vous l’avez tuée.

La voix du garçon était bien trop grave pour son âge, comme sortie d’outre-tombe. Obi-Wan n’avait aucune idée de qui il parlait.
- Vous voulez le garçon ? poursuivit le jeune Sith sur un ton ironique. J’ai peur que ce ne soit pas possible. Mon maître le veut.

Obi-Wan leva deux mains en signe d’apaisement. Il ne voulait pas combattre un enfant.
- On peut s’arranger.

Le garçon rit aux éclats. Lentement, une larme rouge sang apparut au creux de son poing.
- Je ne crois pas, non.

Obi-Wan s’attendit à ce que le garçon le charge, mais rien de tout cela ne se produisit. Le coup vint de derrière. Le Jedi n’avait rien anticipé. Avant qu’il ne puisse faire quoi que ce soit, Obi-Wan se retrouva projeté une dizaine de mètres en avant. Faisant appel à la Force, il réussit à atterrir sur ses pieds et se retourna immédiatement. Il aurait dû s’en douter. En face de lui se tenait, la rage dans le regard, l’inquisiteur aux cheveux blancs.

Sarge fit immédiatement feu sur l’homme, mais fut rapidement mis hors d’état de nuire par le Sith. Une onde de Force le fit voler en arrière et le commandant clone s’écrasa contre la carlingue de la navette. Obi-Wan se tourna vers les trois clones encore debout :
- Je m’occupe de lui !

Les soldats acquiescèrent et se dirigèrent vers le garçon, laissant Obi-Wan seul face à l’homme. Il n’avait pas changé depuis leur affrontement sur Lothal. Son visage, toujours caché par une épaisse bande de tissu, ne laissait apparaître que ses yeux. Il ne prononça pas un mot. Il n’en avait pas besoin. Les éclats dorés qui dansaient dans ses yeux parlaient pour lui. Sans attendre, l’homme aux cheveux blancs dégaina son propre sabre, et une nouvelle lame rouge sang apparut devant lui. Obi-Wan soupira. Il en avait assez de voir ces sabres cramoisis. Il était grand temps que cela cesse. Sans autre forme de salutation, le Jedi activa le sabre de Depa. Les affrontements autour de lui disparurent. Il ne restait plus que l’inquisiteur et lui.

Comme pour lui donner raison, le Sith se précipita sur lui, lame en avant. Obi-Wan la para avec facilité, avant d’attaquer à son tour. Mais l’inquisiteur était préparé. Il contra chaque coup de la lame verdâtre du Jedi, comme s’il les sentait venir à l’avance. Puis il inversa le combat et porta des coups toujours plus puissants contre Obi-Wan. Ce dernier, immergé dans la Force, les repoussa tant bien que mal. Son adversaire était puissant, bien plus puissant qu’il ne l’avait imaginé. Repoussant une dernière attaque, il prit quelques pas de recul. Il avait besoin de respirer. Mais l’inquisiteur ne lui en laissa pas le temps. Dans un cri de rage, il sauta vers lui, aidé de la Force. Obi-Wan leva sa lame et fit appel à la Force.

Le coup ne vint jamais. Le Jedi vit le Sith aux cheveux blancs se faire balayer par une onde de Force. Il n’eut pas à chercher loin pour comprendre d’où venait l’attaque. Ahsoka se précipita vers lui, son sabre verdâtre à la main.
- Maître, dit-elle essoufflée, il faut aider Anakin.

Obi-Wan suivit le regard de la jeune Togruta. A quelques dizaines de mètres d’eux, son ancien padawan se battait avec énergie contre Dark Xabron. Mais il arrivait au bout de ses forces. Il n’avait pas combattu depuis longtemps. Qu’il arrive à tenir encore contre le Sith relevait de l’impossible.

Obi-Wan n’hésita pas. Sabre en main, il suivit Ahsoka au pas de course. Il s’arrêta seulement vers la navette lorsqu’il repéra Scout, au sol. Une ombre cramoisie tâchait son armure immaculée. Le Jedi se précipita vers le clone, chercha un pouls sous son casque désormais couvert de terre. Il n’en trouva aucun. Où étaient les autres ? Sarge, Sniper, Pilot ? Et le jeune Sith ? Ils avaient complètement disparu de son champ de vision.
- Oncle Ben ?

Le Jedi leva la tête en direction de la navette. La passerelle était encore ouverte, et une petite tête blonde en dépassait. Obi-Wan leva une main vers Luke.
- Ne bouge pas d’ici, Luke, tu m’entends ? Je…
- Oncle Ben, derrière toi !

Obi-Wan fit appel à la Force et son sabre s’alluma dans sa main juste à temps pour contrer la lame cramoisie de l’inquisiteur aux cheveux blancs. L’homme était coriace. Il devait l’éloigner des enfants. Se relevant, Obi-Wan poussa l’inquisiteur à reculer, lui assénant une série de coups rapides. Il les contra facilement, mais son but était atteint. Ils se trouvaient désormais au niveau de Xabron.

Le Jedi risqua un œil vers Ahsoka et Anakin. Les deux semblaient maintenir Xabron en respect, mais Obi-Wan savait que ce n’était que pour un temps. Le Sith devait ramener les enfants à son maître. Il ne rentrerait pas les mains vides. Il semblait suffisamment désespéré pour tout tenter.

Parant un coup de l’inquisiteur porté à son flanc droit, Obi-Wan vit Ahsoka s’écrouler au sol. Son sabre s’était éteint, et roula dans des fourrés à proximité. Il ne restait qu’Anakin. Il ne tiendrait pas longtemps. Il avait besoin d’Obi-Wan. Ils avaient toujours mieux travaillé ensemble. Il devait se débarrasser de cet inquisiteur.

Changeant de tactique, Obi-Wan attira à lui le sabre d’Ahsoka, et une deuxième lame verte s’alluma dans sa main. Face à lui, le Sith ne sembla pas dérouté. Il activa à son tour la deuxième lame de son propre sabre laser et aussitôt, l’arme tournoya sur elle-même. Le Jedi savait se battre contre des sabres à double lame. Il en avait déjà fait l’expérience. Plusieurs fois. Mais un sabre tournoyant, voilà qui était nouveau.

Le Jedi se plongea dans la Force puis se lança. L’une de ses lames vint bloquer le sabre de l’inquisiteur. Déstabilisé, ce dernier eut plus de mal à parer le coup venant de l’opposé. Il se retira du combat, avant de revenir et de viser le genou d’Obi-Wan. Mais le Jedi connaissait ce genre d’attaque. Il esquiva avant de ramener sa lame au centre, brisant le sabre du Sith. Ce dernier leva un visage interloqué, comme s’il n’avait pas envisagé la possibilité de perdre ce combat. Obi-Wan leva sa lame, prêt à frapper.
- Papa, attention !

La voix de Luke le stoppa dans son action. Il vit le garçon se précipiter au milieu du combat, un sabre bleuté à la main. Le sabre que son père lui avait construit.
- Luke, non !

L’inquisiteur profita de ce moment d’inattention pour frapper Obi-Wan au visage. Sonné, le Jedi perdit le sabre d’Ahsoka. Le Sith leva son pied, prêt à le frapper une seconde fois. Il voulait engager le combat au corps-à-corps. Mais Obi-Wan ne le laisserait pas faire. Relevant le sabre de Depa devant lui, il sectionna le membre du Sith au niveau de la cuisse. L’homme s’écroula à terre dans un hurlement de douleur.

Obi-Wan ne s’attarda pas. Il chercha Luke des yeux. Le garçon était aux côtés de son père, au sol. Visiblement, Anakin était blessé. Il hurlait à son fils de courir, de s’enfuir, mais le garçon ne réagissait pas, fermement planté sur ses deux pieds, les poings serrés. Si Luke pensait pouvoir affronter Xabron seul, il se trompait lourdement. Le Sith était déjà prêt à frapper. Obi-Wan se précipita vers le garçon. Il n’eut pas le temps de l’atteindre. Tout se déroula au ralenti.

Il vit Leia sortir de la navette et courir vers Xabron, le sabre d’Ahsoka à la main. Il la vit lancer l’arme et la diriger avec la Force vers le Sith. Obi-Wan aurait dû réagir. Il n’en eut tout simplement pas le temps. Elle avait mis toute sa puissance dans cette attaque. Ç’aurait pu marcher. Pris au dépourvu, le Sith prit la première chose qu’il avait sous la main pour se protéger. Il prit Luke.

D’un geste du poing, il fit léviter le corps du garçon devant lui, juste à temps pour intercepter la lame. Tout se passait tellement lentement et tellement vite. Obi-Wan vit la lame verdâtre s’enfoncer dans la poitrine du jeune Skywalker, avant de complètement s’éteindre. Le sabre tomba à terre, suivit du corps du garçon.

Le Sith contempla sa victime, d’un air déboussolé. Obi-Wan ne l’attaqua pas. Il ne fit rien. Il n’arrivait plus à bouger. Il était comme tétanisé. Ce n’était pas vrai. Ce n’était qu’une illusion de Force. Une vision destinée à les perturber. Il se plongea dans la Force, chercha la présence de Luke, à corps perdu. En vain. Le garçon n’était plus.
"If we can't protect the Earth, you can be damned well sure we'll avenge it."
FanFic' : Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (En collaboration avec Mandoad)
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1018
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar darkCedric » Ven 22 Fév 2019 - 22:04   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

:shock: :shock: :shock: :shock: :shock: :shock: :shock: :shock: :shock:
Qu'est-ce que le visage de la lâcheté ? Un postérieur qui déserte le champ de bataille !
darkCedric
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2989
Enregistré le: 26 Juin 2016
Localisation: Juste à côté de toi
 

Messagepar Dark vador40 » Ven 22 Fév 2019 - 22:06   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Cette fin de chapitre...c'est bouleversant. Alors Luke est mort, tué par Xabron avec l'aide de sa propre sœur :shock: .
J'ai hâte de lire la suite, mais mon petit doigt me dit que c'est le premier événement dramatique d'une longue liste :( .
"Votre manque de foi me consterne."
Dark Vador.
Pigiste Jeux Vidéo
Dark vador40
Pigiste
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3501
Enregistré le: 14 Mai 2015
Localisation: Seul dans la mer des dunes, probablement en train de contempler le paysage...
 

Messagepar Notsil » Ven 22 Fév 2019 - 22:14   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Ok, donc ça va donner dans les prochains chapitres ! C'est cruel pour Léia qui va devoir vivre avec les conséquences de son geste (et notamment la réaction de son paternel).
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2302
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar L2-D2 » Sam 23 Fév 2019 - 13:22   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Mais.... mais... mais c'est horrible!!! :cry:

C'est très bien écrit mais c'est horrible! :cry:

Je suis très impatient de lire la suite car là, le récit a vraiment franchi un cap! Que va t'il se passer? :(

Vivement vendredi prochain! :oui:
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur résumés littéraires & fan-fictions
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5174
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Mandoad » Lun 25 Fév 2019 - 14:08   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Oh... Juste... Oh... :shock: :shock: :shock:

Vous avez pas fait ça ? Si ?
Eh beh si je m'attendais à cette conclusion... C'est sadique, c'est horrible... Non seulement Luke y passe, mais c'est Leia qui le tue ! G.R.R Martin sort de ce corps !

Dur de se remettre de ces dernières lignes qui vont avoir des conséquences sur l'ensemble des personnages. Anakin était déjà sur la corde raide, voilà qui ne va pas aider. Quant à Xabron, un apprenti sith qui fait passer sa propre vie avant la mission confiée par son maître. Autant dire que quelque soit l'issue de l'affrontement, il est mort.
Pauvre Leia, je pense que c'est elle qui va prendre le plus gros coup psychologique.

Pourtant, je n'en oublie pas les miettes disséminées sur le jeune sith: "Vous l'avez tuée"... À qui cela fait-il référence ? Vais-je reparcourir les précédents chapitres pour essayer d'avoir une réponse ? Je sens que vous nous gardez un nouveau twist avec lui. Tout pointe vers Ezra, mais est-ce aussi évident...

Bref, la suite s'annonce d'être folle, mais très sombre.
"Un grand guerrier? Personne par la guerre ne devient grand." -Yoda
FanFics': Vauriens et hors-la-loi & Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (Avec LL-8)
Mandoad
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 639
Enregistré le: 28 Nov 2014
 

Messagepar Dark GaGa » Mer 27 Fév 2019 - 15:49   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

:shock: :shock: :shock: :shock: :shock:

Alors là, je suis sur le cul. La violence. Anakin échoue, Obi-wan échoue, Leia "tue" son frère...

Victoire totale du CO...

je suis joie. :diable:

Quoique... si Xabron survit,il va peut-être se prendre une pile... ou pas...

#teamSith...
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1492
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar Niobi » Jeu 28 Fév 2019 - 14:44   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

AH. Oh pun... Oh. Ah je.... de quoi gnéé ? Keske... Je comprends pas ce qui s'est passé. :paf:
Okaaaay. C'est la joie. C'est horrible.

Ou je ne veux pas le croire, c'est peut-être plutôt ça.
C'est l'enfer cette situation...
Brave is the man who has no fears. Braver is the man who faces his fears.

// Let's smash ! Come and get some at NJ S@L ♥ //
Niobi
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2226
Enregistré le: 08 Sep 2015
Localisation: Left Coruscant for Luigi's Mansion (DF - Bo3, 7:00, no FS, no item) and just smash.
 

Messagepar Dark GaGa » Jeu 28 Fév 2019 - 14:52   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Bah quoi... faut parfois laisser sa chance au Côté Obscur... Lui aussi a le droit d'avoir son petit moment de gloire.

En plus, c'est pas grave, il y en a un autre. :o

Je suis immonde? je sais.
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1492
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar LL-8 » Sam 02 Mar 2019 - 0:45   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Hello à tous !
Je vois que vous ne vous y attendiez pas ! Parfait :sournois: Merci à tous pour vos retours ! Et merci de nous suivre fidèlement ^^

@Mandoad, je te réponds en spoiler:
Spoiler: Afficher
Mandoad a écrit:Pourtant, je n'en oublie pas les miettes disséminées sur le jeune sith: "Vous l'avez tuée"... À qui cela fait-il référence ? Vais-je reparcourir les précédents chapitres pour essayer d'avoir une réponse ?

Si tu reprends les chapitres précédents (peut-être même le livre 3 je crois), les Jedi ont abattu une Inquisitrice, qui semblait liée au garçon... Il y fait référence plusieurs fois dans ses affrontements avec nos héros.


Luke n'est donc plus... Quelles répercussions pour ceux qui restent ? Réponse dans les chapitres qui viennent ! Bonne lecture !

Retour au sommaire

LIVRE IV : OBI-WAN KENOBI
Chapitre 8


Un long cri de détresse résonna dans la propriété des Naberrie. Un mélange de souffrance, de peine et même de colère. On venait de prendre une vie innocente. On venait de prendre une vie à laquelle il tenait. Obi-Wan posa ses yeux sur Anakin qui tenait Luke dans ses bras, les yeux baignés de larmes. Son corps entier exprimait la rage qui le traversait. Ses membres tremblaient de colère. Mais ce n’était pas lui qui avait crié. Obi-Wan cligna des yeux, comme pour se réveiller d’un mauvais rêve. Cette détresse qui avait retenti dans l’air de Naboo, c’était la sienne.
- Luke…

Le maître Jedi leva les yeux vers le corps du garçon. A seulement un ou deux mètres de lui, campé sur ses deux pieds, se tenait Dark Xabron, son regard doré comme éberlué. Le Pau’an n’avait pas bougé depuis son attaque fatale. Avait-il seulement prémédité son geste ? S’était-il laissé emporter par la rage qui l’animait ? Le Côté Obscur avait-il été trop fort pour lui ? Peu importe les raisons qui l’avaient animé. Le garçon était mort, et il allait devoir affronter les conséquences de son acte.

Lentement, Obi-Wan vit Anakin se relever, poings serrés. Il pouvait sentir le pouvoir du jeune homme dans la Force. Il n’était plus que douleur et souffrance. Le regard dur et les yeux baignés de larmes, il se tourna vers le Sith. Obi-Wan réalisa les intentions de son ami.
- Anakin, non !

Sans prévenir, le jeune homme activa sa lame et se jeta sur Xabron. Le Pau’an eut juste le temps de parer sa lame et tomba à la renverse. Lancé à pleine vitesse contre le Sith, Anakin ne retenait pas ses coups. Il asséna une série d’attaques plus violentes les unes que les autres sur Xabron.

Reprenant ses esprits, Obi-Wan aperçu Leia, restée plantée entre la navette et le corps de Luke. La fillette n’avait pas bougé, tétanisée. Le Jedi se précipita vers elle et l’écarta juste à temps du chemin d’Anakin. La prenant par les épaules, Obi-Wan chercha son regard, mais les yeux bruns de la jeune Skywalker semblaient fixer un point imaginaire, au-delà du Jedi.
- Leia, est-ce que ça va ?

La jeune fille ne répondit pas. Elle était pâle comme un linge. Ses mains étaient gelées et son corps entier était parcourus de tremblements incontrôlables. Avec douceur, Obi-Wan fit pivoter son visage dans sa direction et posa un genou à terre, de manière à se mettre à la hauteur de la fillette.
- Leia, ce n’est pas ta faute, tu m’entends ?

La jeune fille n’eut aucune réaction. Au contraire, les tremblements s’accentuèrent. Elle était complètement sous le choc. S’approchant, Obi-Wan la prit dans ses bras. Soudain, la fillette passa ses bras autour de lui et le serra de toutes ses forces. Le visage collé contre son armure, elle s’écroula et se mit à pleurer sans pouvoir se retenir. Le cœur d’Obi-Wan se brisa. Il s’était promis de ne pas s’attacher. Mais c’était impossible. C’était un membre de sa famille qui venait de mourir. Sans qu’il puisse l’empêcher, une larme roula le long de sa joue jusqu’à tomber et se perdre dans la chevelure brune de la petite Leia.

Les vrombissements de sabres qui s’entrechoquaient le retint de se laisser aller complètement. Il devait mettre Leia en sécurité. Sans lâcher la fillette, Obi-Wan se releva et se dirigea vers la navette au pas de course. La passerelle était toujours abaissée et le corps de Scout était toujours étendu juste à ses pieds. Ignorant le cadavre du clone – et le fait qu’aucun de ses trois compagnons n’étaient revenus – Obi-Wan monta à bord. Il découvrit un habitacle étroit et peu chaleureux, constitué principalement de métal grisâtre, à l’image de la République dont il était issu. Le Jedi déposa Leia dans l’un des sièges passagers. La fillette ne broncha pas, toujours muette. Il aurait voulu rester à ses côtés, mais il n’en avait pas le temps.

Il quitta la navette juste à temps pour voir Anakin planter sa lame bleutée dans le cou du Pau’an. Le Sith fixa le jeune homme d’un air sidéré, un rictus de douleur laissant apparaître ses dents acérées. Il s’écroula dans un râle guttural. C’était terminé. Obi-Wan ne pouvait pas le croire. Il descendit de la passerelle. Il devait ramener Ahsoka à bord. Et Anakin devait retrouver sa fille. Mais le jeune homme n’en avait pas fini. Lorsqu’il tourna la tête vers Obi-Wan, une lueur folle dansait dans ses yeux. Le Jedi eut un mauvais pressentiment. C’est alors qu’il se rappela l’inquisiteur aux cheveux blancs.

Anakin pivota sur lui-même en une fraction de seconde et se précipita vers l’homme resté au sol. Le Sith se tenait toujours l’extrémité de sa cuisse, cautérisée par la lame verdâtre de Depa. Obi-Wan réagit immédiatement. C’était l’opportunité rêvée pour Anakin de sombrer dans le Côté Obscur. Et il ne pouvait pas laisser cela se produire.
- Anakin, non !

Il se précipita vers son ancien apprenti mais fut interrompu par un cri qui sortait droit de la parcelle de forêt des Naberrie.
- Général Kenobi !

Obi-Wan tourna la tête, juste assez longtemps pour permettre à Anakin d’abréger la vie de l’inquisiteur resté au sol. Il était trop tard pour faire marche arrière maintenant. Il activa sa lame, prêt à affronter ce qui se préparait à sortir de la forêt. Quelques pas derrière lui, Anakin se tenait en état d’alerte lui aussi, le regard fou.

De derrière les fourrés apparurent alors Sarge et Pilot. Les clones, couverts de terre et de boue, couraient à perdre haleine en direction du Jedi. Ils étaient poursuivis. Obi-Wan scruta l’horizon derrière eux, sans pouvoir discerner quoi que ce soit. C’est alors qu’une lame cramoisie surgit, tourbillonnant sur elle-même. Arrivant à toute vitesse, elle faucha la tête de Pilot. Le corps du clone s’étala à terre, sans vie. Sarge se jeta à terre dans les fourrés.

Obi-Wan suivit la lame du regard revenir à son propriétaire. Le jeune garçon qu’il avait affronté sur Lothal apparut de derrière les arbres, un rictus mauvais aux lèvres. Son visage était déformé par la haine. Ses yeux, injectés de sang, semblaient cracher du feu. Le Côté Obscur ne semblait émaner que de lui. Obi-Wan baissa sa lame. Il ne combattrait pas un enfant. Il ne le pouvait pas. Il venait de voir la vie de Luke disparaître devant ses propres yeux. Comment pouvait-il lui aussi se rendre coupable d’un meurtre pareil ?

A ses côtés, Anakin ne semblait pas du même avis que lui. Dans un cri de rage, son ancien apprenti se précipita en direction de l’enfant. Obi-Wan se jeta alors sur lui. Il dut faire appel à la Force pour empêcher Anakin d’attaquer le jeune Sith.
- Ce n’est qu’un enfant, Anakin !
- Ils l’ont tué ! hurla ce dernier.

Les larmes inondaient son visage. Sa douleur résonna chez Obi-Wan.
- Je sais, répondit-il tout en retenant son ami. Mais si tu fais ça, tu ne vaux pas mieux qu’eux !

Ses paroles semblèrent calmer Anakin. Il cessa bientôt de résister. Sa lame bleue se désactiva. En face, le jeune Sith s’était arrêté net. Il observait les corps éparpillés au sol. Il semblait complètement déboussolé.

Obi-Wan profita de la situation. Il interpella Sarge, qui revenait au pas de course vers eux :
- Commandant, ramenez le Jedi Tano à bord, nous devons partir d’ici !

Le clone acquiesça sans répondre. Obi-Wan vit qu’il était blessé au flanc droit. Mais cela ne l’empêcha pas de prendre Ahsoka sous son bras et de l’emmener au vaisseau. Obi-Wan entraîna Anakin avec lui.
- Luke, je dois récupérer Luke, balbutia son ancien apprenti.

Obi-Wan sentit son cœur se serrer. Sarge et Ahsoka étaient déjà à bord. Derrière eux, le jeune Sith avait allumé son sabre. Autour de lui lévitaient trois rochers de la taille d’un droïde-sonde chacun, de plus en plus vite. Il ne se contrôlait pas. Ils devaient partir d’ici, et vite.
- On n’a pas le temps. On reviendra le chercher, dit-il, entraînant Anakin avec lui.

Ils ne reviendraient pas le chercher. Ils ne le pourraient pas, Obi-Wan le savait. Au mieux, le jeune Sith le ramènerait à Palpatine. Et qui savait ce que Sidious en ferait.
- C’est mon fils, Obi-Wan. Je le ramène avec moi.

Levant les mains, Anakin fit léviter le corps de Luke juste à lui. Le jeune Sith profita de la situation pour balancer un rocher contre la navette. Obi-Wan l’empêcha de justesse de s’écraser contre l’aile du vaisseau et le renvoya contre le garçon, qui le brisa facilement avec son sabre.
- Sarge, faites chauffer les moteurs ! hurla Obi-Wan.

Le corps de Luke arriva avec douceur dans les bras d’Anakin. Son fils collé contre lui, le jeune homme s’élança à bord de la navette, suivi de près d’Obi-Wan. Lentement, le vaisseau décolla. Trop lentement. Au sol, le jeune Sith envoya ses deux rochers restants vers l’appareil. Obi-Wan les fit dévier tous les deux et les deux blocs s’écrasèrent à terre avec fracas.
- Sarge !
- Ce n’est pas un modèle de course, Général ! Encore quelques secondes !

Prostré au sol, son fils contre lui, Anakin semblait complètement hermétique à la situation. Il ne pleurait plus, mais son corps tout entier exprimait une douleur sourde difficilement contenue. Obi-Wan pesta. Il n’aurait pas refusé un peu d’aide. Même Ahsoka ne pouvait la lui fournir. Assise dans l’un de sièges passagers, la jeune Togruta s’était évanouie. Obi-Wan ne pouvait compter que sur lui-même. Il concentra de nouveau son attention sur le jeune Sith.

Le vaisseau s’éleva encore plus haut, prêt à quitter pour de bon le sol naboo. C’est alors que le jeune garçon leva les mains en l’air. Il était si concentré qu’une épaisse veine ressortait le long de sa tempe droite. Il tentait de crasher le vaisseau. Obi-Wan devait le déconcentrer. Il devait faire au plus vite. Saisissant le sabre de Depa dans sa main, le Jedi l’activa. Puis il le jeta sur l’enfant. Il n’y avait aucun risque qu’il ne blesse le jeune Sith, mais ce fut assez pour stopper son action sur le vaisseau. Pris au dépourvu, le garçon fit dévier la lame verdâtre de son propre sabre. Libéré de son emprise, la navette gagna en vitesse et s’éleva rapidement dans les airs. Alors que la passerelle se refermait doucement, Obi-Wan entendit le cri de rage du garçon se perdre dans l’air de Naboo.
"If we can't protect the Earth, you can be damned well sure we'll avenge it."
FanFic' : Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (En collaboration avec Mandoad)
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1018
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar Notsil » Sam 02 Mar 2019 - 12:03   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Une fuit de justesse ^^

Anakin a une belle réaction de colère compréhensible, mais semble accessible au raisonnement ^^

Pauvre Obi-Wan qui est sur tous les fronts :p

La petite Léia a l'air bien paumée, je me demande ce que vous lui réservez pour la suite ^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2302
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar L2-D2 » Sam 02 Mar 2019 - 16:43   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Chapitre 8 lu !

Magistrale description du choc conséquent de la mort de Luke... et les Sith auraient mieux fait de ne pas chauffer Anakin ! Le voilà qui a donc éliminé Xabron, qui a achevé l'Inquisiteur aux cheveux blancs et qui, si Obi-Wan ne l'avait pas arrêté, se serait sans aucun doute occupé du garçon Sith ! D'ailleurs, je pensais qu'il s'agissait d'un jeune Ezra, mais je me demande si ça ne pourrait pas être un certain Galen Marek, qui sait ? :sournois:

Et il ne reste déjà que deux Chapitres dans ce Livre IV... je me demande comment le récit va se poursuivre, maintenant ! Vivement la suite, donc ! :oui:
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur résumés littéraires & fan-fictions
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5174
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Mandoad » Sam 02 Mar 2019 - 23:35   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

C'est lu !

Le moins qu'on puisse dire c'est qu'Anakin a fait le ménage... quelle rage intense et quel massacre.

Quant à Obi-Wan, on a l'impression qu'il est actif partout. il ramène Leia et Ahsoka, réveille Anakin de sa fureur, lance le départ de la planète, déconcentre le gamin (dont je n'arrive toujours pas avoir une idée de s'il s'agit d'un personnage connu et pourtant je suis allé reparcourir les chapitres précédents :transpire: ).
Par contre, il était prêt à abandonner le corps de Luke à un gamin sith en furie. Il devait vraiment avoir hâte de s'en aller. :perplexe:

Comme le dit L2, on arrive bientôt à la fin de cette partie sur Kenobi et il me tarde de voir comment cela va être clôturé. :oui:
"Un grand guerrier? Personne par la guerre ne devient grand." -Yoda
FanFics': Vauriens et hors-la-loi & Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (Avec LL-8)
Mandoad
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 639
Enregistré le: 28 Nov 2014
 

Messagepar Dark GaGa » Lun 04 Mar 2019 - 15:14   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Va-t-on reboucler sur un pétage de plomb d'Anakin, une bonne petite crise de paranoïa envers ceux qu'il va estimer responsables d'avoir laissé les enfants sans protection :diable:

Au hasard... un tit duel avec Obi-wan?
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1492
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar LL-8 » Sam 09 Mar 2019 - 15:59   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Je suis en retard, j'ai un rendez-vous quelque part...

Un jour de retard pour le chapitre à venir, désolée ! C'était pour voir si l'ami Eluar suivait toujours :D en fait non, j'ai juste oublié :transpire:
Merci pour vos commentaires !
Et bonne lecture ! :)

Retour au sommaire

LIVRE IV : OBI-WAN KENOBI
Chapitre 9


- Écartez-vous !

Obi-Wan se plaqua contre le mur juste à temps pour voir passer en trombe un droïde médical. Flottant à un mètre du sol, le robot pivota rapidement pour entrer dans la pièce la plus proche. A travers la baie vitrée, le Jedi le vit se coller aux autres droïdes médicaux, tous armés de seringues en tous genres. Au milieu de tous ces droïdes, Obi-Wan vit Anakin lever un regard terrifié.

Le jeune homme se tenait debout auprès de la couchette médicale dans laquelle se trouvait Padmé. La jeune femme serrait la main de son mari si fort que l’on pouvait voir les phalanges de ses mains blanchir. Obi-Wan passa une main dans sa barbe. Il n’avait pas encore ôté son armure. Il pouvait encore sentir l’odeur des pins de Naboo sur sa cape en lambeaux. Cette odeur le ramena quelques années en arrière, lorsque Luke et Leia n’étaient encore que des bambins. Il se rappela les longs après-midi passés avec eux à discuter de la Force, des Jedi, de la nature qui les entourait. Il se rappela les moments passés avec Anakin à compter les fois où le jeune homme l’avait sauvé et à débattre sur la mission de Cato Neimoidia. Il se rappela les fois où Padmé lui expliquait son enfance mêlée de politique et d’actions humanitaires. Il se rappela le moment où Anakin lui avait annoncé qu’ils attendaient un troisième enfant. Il s’était tellement lié avec eux. Et il était en train de tout perdre.
- Accrochez-vous, Padmé, murmura une voix à ses côtés.

Obi-Wan vit Bail porter ses deux mains à sa bouche en signe de prière. Le Jedi reporta son attention vers la salle d’opérations. Lorsque Padmé avait appris la mort de son fils, elle avait tenté de ne pas montrer son choc. Mais son état ne lui permettait pas. Le malaise qu’elle avait fait avait poussé Anakin et Obi-Wan à l’emmener à l’hôpital le plus proche. Depuis plus d’une heure, les droïdes s’acharnaient pour préserver la vie de la Chancelière.

Après quelques minutes, Obi-Wan vit Padmé se tordre en deux. L’instant d’après, Anakin s’effondrait au-dessus de son épouse. Le Jedi sentit son rythme cardiaque s’accélérer. Il craignit le pire lorsque l’un des droïdes médicaux quitta la pièce pour se diriger vers Bail et lui.
- La vie de la Chancelière Amidala n’est plus en danger, déclara le robot d’une voix métallique.

Obi-Wan vit les épaules de Bail se relâcher au point qu’il craignit que le sénateur d’Alderaan ne s’écroule.
- Hélas, poursuivit le droïde, dans le processus, nous n’avons pu sauver la vie de l’enfant.

Le poids de tout un monde s’affaissa sur Obi-Wan. Sa première pensée fut pour Anakin. Jamais son ancien apprenti ne s’en remettrait. Il venait de perdre deux enfants – deux fils – le même jour. Le petit Adanar ne verrait jamais la lueur du soleil. Jamais il ne gambaderait dans l’herbe de Naboo. Jamais il ne s’émerveillerait devant les hauts bâtiments de Coruscant. Jamais il ne demanderait à Obi-Wan d’allumer son sabre une nouvelle fois, juste pour entendre le vrombissement familier de l’arme.

Sans attendre de réponse, le droïde s’éloigna pour retourner auprès d’Anakin et Padmé. Le jeune homme n’avait pas lâché la main de son épouse. A côté de lui, Obi-Wan entendit la voix de Bail, entrecoupée de sanglots discrets.
- Je vais de ce pas en informer Mon Mothma.

Obi-Wan acquiesça, sans trop réagir. Sidious s’était rendu coupable de trop de meurtres. Comment pouvait-il encore courir la galaxie sans être inquiété ? Comment pouvait-il en posséder la moitié ? Comment le Sénat pouvait-il encore tolérer cette situation ?

Sa réflexion fut troublée par un bruit de cane familier. Le Jedi baissa la tête et vit maître Yoda se tenir devant lui, un air profondément attristé sur son visage.
- Maître Kenobi, à vous parler j’ai.

***


- Une nouvelle terrible c’est. Ses funérailles selon la coutume Jedi elles seront organisées.

Obi-Wan baissa la tête. Il avait osé espérer que Depa s’en sortirait. Combien de compagnons devait-il encore perdre ? La question tourna dans sa tête pendant un long moment, sans que Yoda ne brise le silence un seul instant. Les deux Jedi se trouvaient dans une salle privée de l’hôpital. Les murs blancs ne faisaient qu’accentuer l’impression de froid qu’Obi-Wan ressentait depuis plusieurs heures. Était-ce la mort qui se rapprochait de lui ?
- Et Ahsoka ? demanda-t-il d’une voix fatiguée.

Yoda grommela et s’appuya sur sa canne.
- Sauve elle est. Une main dans la bataille elle a perdu.

Obi-Wan hocha la tête. Compte tenu de la situation, c’était une bonne nouvelle. Il se promit de rendre visite à la jeune Togruta dès qu’il le pourrait. Elle avait été admise dans le même établissement que Padmé. Il n’aurait pas de mal à la trouver.

Le Jedi se passa une main sur le front. Il était épuisé. Depuis combien de temps n’avait-il pas dormi ? Il devait absolument changer de tenue. Il fallait qu’il retrouve Anakin. Parmi le flot de pensées qui l’assaillait, Obi-Wan s’arrêta sur la dernière qui lui passait par la tête.
- Nous avons perdu de bons soldats aujourd’hui.

Yoda hocha la tête, les yeux fermés. Obi-Wan pouvait sentir à quel point toute cette situation affectait le petit être vert.
- Une cérémonie en leur honneur sera organisée. Un grand sacrifice leurs vies ont été.

Obi-Wan ne put qu’approuver silencieusement. Il ne savait pas ce qu’il était advenu du corps de Sniper. Une équipe secondaire des SCAR devait partir sur Naboo en reconnaissance d’ici quelques heures. Même s’ils ne trouvaient pas le jeune Sith, ils pourraient au moins rapatrier les corps. Si le garçon ne s’en était pas chargé avant.

Il ne pouvait pas s’empêcher de penser à cet enfant. Si ses calculs étaient bons, il ne restait que lui parmi les inquisiteurs dont la République avait connaissance. Qui était-il pour Palpatine ? Quelle valeur avait-il ? Quand avait-il été recruté ? Yoda sembla lire dans ses pensées, puisqu’il prit la parole :
- Sur le garçon les recherches vont se concentrer.

Obi-Wan hocha la tête.
- Il n’est pas plus âgé que Luke. Je… Je ne pouvais tout simplement pas le tuer, Maître. Quel Jedi aurais-je fait si j’avais pris cette décision ?
- Une sage décision tu as pris, Obi-Wan, répondit Yoda. Du sort du garçon la Force décidera.

Le Jedi ne répondit pas. Dans son esprit, le visage du jeune Sith se mélangea à celui de Luke. La Force avait-elle décidé du sort du jeune Skywalker ? Ou bien aurait-il eu une chance de le sauver ? Le saurait-il jamais ?

***


- Elle n’a rien dit en quatre heures. Les droïdes disent qu’elle va bien. Elle n’a pas été blessée. Elle est seulement en état de choc.

Obi-Wan leva les yeux vers Anakin. Tous les deux installées à l’extérieur de la chambre de Padmé, ils patientaient calmement avant de pouvoir la rejoindre. Les médecins Kaminoans avaient été formels : il lui faudrait du repos. Ils étaient sceptiques à l’idée qu’elle reprenne son poste de Chancelière. Elle était faible, et son état pouvait facilement s’empirer. Depuis, Bail et Mon avait demandé à s’entretenir en privé avec elle. Leur discussion durait depuis une bonne heure et Anakin craignait que son épouse ne s’épuise avec des questions politiques.
- Ils savent si elle reparlera un jour ? reprit Obi-Wan.

L’état de la petite Leia ne s’était pas amélioré depuis leur arrivée sur Coruscant. La fillette demeurait complètement muette. Ce silence dans lequel elle s’était murée demeurait une énigme pour tous les médecins de l’établissement. Physiquement, elle allait parfaitement bien. Psychologiquement…. Il était impossible de savoir comment elle allait réellement si elle ne parlait pas.
- Je suis allée la voir. J’ai voulu la prendre dans mes bras…. Elle est si distante…

Obi-Wan lut le désespoir dans les yeux de son ancien apprenti. Son visage était cerné. Ses longs cheveux lui collaient à la peau. Sa tunique, qu’il n’avait pas changée, était calcinée de toutes parts. Le Jedi posa une main réconfortante sur son épaule.
- Elle se sent responsable de la mort de Luke, Anakin. Tu dois lui faire sentir qu’elle n’y est pour rien.

Le jeune homme hocha la tête au bord des larmes. Il venait de perdre deux de ses enfants. Il ne pouvait pas perdre sa fille. Obi-Wan allait ajouter quelque chose lorsque la porte à côté de lui coulissa dans un bruissement presque imperceptible. Mon Mothma passa la tête à travers l’embrasure sans sortir dans le couloir.
- Vous pouvez venir.

Comme un seul homme, Obi-Wan et Anakin se levèrent et entrèrent dans la pièce. La porte se referma derrière eux. Padmé était là, allongée sur un lit médical légèrement surélevé. Ses cheveux bouclés descendaient le long de ses épaules. Une couverture blanche recouvrait la majeure partie de son corps. Son regard triste et fatigué s’illumina à peine lorsque son mari s’approcha d’elle. A ses côtés se tenait Bail Organa, dans un uniforme Alderaanien dépourvu de tout ornement.

Obi-Wan s’approcha du lit, suivi par Mon Mothma, et s’enquit de la situation. Ce fut Bail qui lui répondit :
- Pour faire court, le Sénat ne veut rien entendre. Ils demandent à signer le traité de paix au plus vite.

Obi-Wan ouvrit de grands yeux.
- Les a-t-on informés de la situation ? Comment peuvent-ils demander à signer un traité de paix avec Palpatine lorsqu’on sait pertinemment qu’il est derrière ces enlèvements ?

Il avait parlé un peu plus fort que ce qu’il aurait voulu. Il vit Mon Mothma lever une main en signe d’apaisement. Vêtue d’une longue robe blanche, elle répondit d’une voix calme, comme à son habitude.
- Pendant que vous reveniez sur Coruscant, Palpatine a publiquement démenti les accusations d’enlèvement. La version officielle de la République Démocratique explique que les Inquisiteurs étaient au service de Palpatine mais qu’ils ont été pris d’une folie et ont organisé l’enlèvement de leur propre initiative. Toujours d’après cette version officielle, ils ont été arrêtés et exécutés pour trahison.

Obi-Wan fulminait. Il s’en sortait encore avec des mensonges. Combien en fallait-il encore pour que Sidious domine la galaxie ? Le Sénat était si crédule…
- La mission des SCAR sur Naboo n’a rien donné, ajouta Bail. Nous ne pouvons pas prouver que le combat a eu lieu. Officiellement, Luke est décédé durant la tentative d’enlèvement.

La mention du jeune Skywalker assombrit le visage de ses parents. Obi-Wan passa une main dans sa barbe. Il valait mieux que personne ne sache ce qui s’était vraiment passé ce jour-là. Mais signer un traité de paix ? C’était hors de question. Comme pour appuyer ses pensées, Padmé prit la parole. La voix de la jeune femme était faible, presque inaudible, mais tous l’entendirent :
- Je ne signerai pas.

La réponse ne se fit pas attendre :
- Vous le devez, Padmé, protesta Mothma. Le Sénat est fatigué de cette guerre invisible. La République a besoin de stabilité. Nous avons échoué à prouver les méfaits de Palpatine. Nous devons le considérer comme un adversaire politique normal.
- Il est loin d’être un adversaire politique normal, et vous le savez parfaitement, grinça Anakin.

Bail intervint :
- Ce que Mothma veut dire, c’est que la Sénat est en train de faire pression. Et ils sont bien décidés. Nous pouvons résister. Mais alors ils feront passer une motion pour destituer Padmé.

Obi-Wan décroisa les bras :
- Ils n’auront pas assez de voix.
- C’est là que vous vous trompez, répondit Mon. Cette obsession pour les Inquisiteurs, l’initiative SCAR et l’impossibilité de ramener ne serait-ce qu’une preuve tangible de cet ordre de « Sith » a grandement diminué notre influence. Une motion de destitution passerait aisément.
- Ou bien nous pouvons céder, mais garder le pouvoir, poursuivit Bail. C’est la meilleure chose à faire pour la République.
- Si vous cédez pour le traité, répliqua Obi-Wan, vous céderez pour tout le reste.
- Peut-être. Mais nous seuls connaissons la vraie nature de Palpatine, répondit Bail. Et nous seuls sommes conscients du risque qu’il représente.

Obi-Wan se tut. Ils ne pouvaient pas céder.
- Ne pas signer le traité reviendrait à annuler le traité de Géonosis, et donc à déclarer la guerre. Nous ne survivrons pas à de nouveaux conflits, ajouta Mon Mothma.

Obi-Wan vit le regard de Padmé aller de l’un à l’autre. Une nouvelle fois, sa voix s’éleva.
- Je ne signerai pas.

Le Jedi vit alors Bail et Mothma échanger un regard tacite.
- Nous comprenons, dit Mothma. Voilà pourquoi nous avons pensé à une solution.
- Padmé, poursuivit Bail, les médecins sont formels, vous ne pouvez pas reprendre votre poste pour le moment. Et nous comprenons tout à fait, vu la situation, que vous ne vouliez pas le reprendre.

Le regard de Padmé indiqua sans équivoque que la jeune femme était fatiguée. Ses yeux avaient perdu l’étincelle qu’ils avaient lorsqu’elle parlait politique. Mothma reprit :
- Démissionnez, Padmé. Retirez-vous du jeu pour quelques temps. Nous prendrons le relais. Nous avons travaillé si longtemps ensemble, nous pourrons mener ce combat dans la continuité de ce que vous aviez institué.

Obi-Wan jeta un coup d’œil à Padmé. Peu importe sa décision, le sort de la galaxie était scellé. Le traité serait signé. Et, une nouvelle fois, Sidious aurait gagné.
"If we can't protect the Earth, you can be damned well sure we'll avenge it."
FanFic' : Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (En collaboration avec Mandoad)
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1018
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar Notsil » Sam 09 Mar 2019 - 16:26   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Bon, je me doutais que le choc allait donner ce résultat pour Padmé ; les catastrophes s'enchainent donc sur la famille Skywalker.

Palpy, égal à lui-même :p

Mais une fois qu'elle ne sera plus Chancelière, je pense que Padmé aura les coudées beaucoup plus franches pour régler ses comptes... ^^

Voyons si le prochain chapitre leur porte le coup de grâce, ou une bouffée d'oxygène ^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2302
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar darkCedric » Sam 09 Mar 2019 - 16:40   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Ce livre sur Obi-Wan aura vraiment été le plus joyeux jusqu'à présent :paf:

Cette fanfic est toujours aussi intéressante, particulièrement le côté politique. Bravo aux deux auteurs qui nous ont pondu tout ça :cute:
Qu'est-ce que le visage de la lâcheté ? Un postérieur qui déserte le champ de bataille !
darkCedric
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2989
Enregistré le: 26 Juin 2016
Localisation: Juste à côté de toi
 

Messagepar L2-D2 » Dim 10 Mar 2019 - 20:49   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Chapitre 9 lu !

Le sort s'acharne sur les Skywalker ! Luke mort, Leia en état de choc, Padmé qui fait une fausse couche... et la République Démocratique s'en sort avec un Palpatine toujours aussi retors ("mes Inquisiteurs sont devenus fous !"). Et le Sénat le croit ! Le Sénat gobe tout ! :shock:

J'ai hâte de lire la suite, tout en ayant peur de ce qui sera dedans ! :transpire:
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur résumés littéraires & fan-fictions
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5174
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Mandoad » Lun 11 Mar 2019 - 20:26   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Lu!

Je me rappelle du début de cette histoire pleine d'espoir. Ahsoka restait dans l'Ordre, éliminait Maul, sauvait Anakin... C'était avant... :transpire:

Je suis d'accord avec Cedric, les événements de ce livre sont d'un joyeux, Luke et Depa ont rejoint la Force, les SCARs en ont pris plein la tronche, Padmé fait une fausse couche, Leia est en état de choc... Et Ahsoka a la main tranchée ! En fait non, ça ça va on reste dans le traditionnel démembrement starwarsien, donc j'accepte. :D

Hâte de voir la suite. Cela va-t-il empirer ou Obi-Wan va-t-il finir par voir le bout du tunnel ?
"Un grand guerrier? Personne par la guerre ne devient grand." -Yoda
FanFics': Vauriens et hors-la-loi & Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (Avec LL-8)
Mandoad
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 639
Enregistré le: 28 Nov 2014
 

Messagepar LL-8 » Ven 15 Mar 2019 - 18:45   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Hello à tous !
Tout d'abord, merci pour vos commentaires !
Il est temps de conclure ce livre qui, je l'avoue aura été un peu funeste :transpire:
On poursuit donc avec un chapitre un peu plus court, mais décisif pour la suite.
Bonne lecture !

Retour au sommaire

LIVRE IV : OBI-WAN KENOBI
Chapitre 10


Les flammes se fondirent dans un tourbillon de fumée et disparurent dans le ciel clair de Coruscant. En silence, la foule de Jedi observa les cendres se disperser dans l’air ambiant et être emportées vers les hauts bâtiments de Galactic City. Seuls les crépitements des flammes se faisaient entendre. Pas un sanglot, pas une larme ne vint perturber la cérémonie.

La tête recouverte du capuchon de sa bure, Obi-Wan fixa les flammes, imperturbable. Il aurait aimé pouvoir amener le sabre de Depa à ses funérailles. Lui rendre comme il le lui avait promis. Désormais la Jedi ne faisait qu’une avec la Force.

Obi-Wan observa les individus rassemblés à l’extérieur du Temple. D’ordinaire, les funérailles Jedi se déroulaient à l’intérieur des chambres du Temple. Mais rien dans cette cérémonie n’était ordinaire. Le Jedi leva les yeux vers les deux hommes qui se tenaient à l’écart du groupe. Le premier, dont la barbe fournie ne parvenait pas à cacher son jeune âge, gardait la tête baissée, les mains croisées devant lui. Son compagnon, un humain à la peau sombre et aux cheveux grisonnants, gardait la tête haute, le regard dur et rivé sur les flammes. Respectivement ancien apprenti et maître de Depa, Caleb et Mace avaient été exceptionnellement admis aux funérailles.

Les dernières flammes léchèrent le socle où le corps de Depa avait reposé. La couchette mortuaire semblait soudainement plus petite. Obi-Wan crut y voir le corps d’un jeune garçon y reposer. Il cligna des yeux et la vision disparut. Le Jedi inspira lentement. Autour
de lui, les maîtres et leurs apprentis commençaient à se retirer respectueusement, certains le visage plus grave que d’autres.

Les funérailles de Depa étaient les dernières d’une liste trop longue pour Obi-Wan. Les corps de Pilot et Scout avaient été rapatriés quelques jours après leur combat face à Dark Xabron. On n’avait jamais retrouvé celui de Sniper. C’était un cercueil vide qu’Obi-Wan avait honoré aux côtés de Sarge lors de la cérémonie. Les clones seraient rapidement remplacés au sein des SCAR. Mais le Jedi se souviendrait toujours d’eux. Tout comme il se souvenait de chacun des soldats qu’il avait vu mourir durant la Guerre des Clones.

L’enterrement de Luke avait eu lieu le lendemain. La tradition naboo avait été suivie pour ses funérailles. Seuls les membres de la famille, ainsi que les amis proches avaient été présents. Obi-Wan n’avait jamais pleuré à ce genre de cérémonies. Même lorsque Qui-Gon avait été incinéré, il n’avait pas pleuré. Mais devant le petit cercueil où le garçon reposait, le Jedi n’avait pu retenir ses larmes.

Les funérailles de Depa clôturaient une série morbide d’événements officiels. Obi-Wan en était fatigué. Et l’idée même que tous ces sacrifices n’avaient servi à rien le révoltait. Le Sénat allait voter – si ce n’était pas déjà fait – en faveur de la signature du traité, et la nouvelle Chancelière Mon Mothma n’allait rien faire pour l’empêcher. Elle pensait gagner en influence, mais elle ne faisait que céder du terrain à Palpatine.

Le Jedi se redressa lorsque Mace s’approcha de lui en compagnie de Caleb. L’ancien membre du Conseil Jedi le salua :
- Obi-Wan.

Le Jedi lui retourna sa salutation silencieusement.
- Je parle aux noms de tous les Jedi Gris : nous ferons payer Sidious.
- Nous aurions pu piéger Palpatine depuis longtemps si vous aviez accepté de partager vos informations avec la République, Mace, répliqua Obi-Wan sur un ton diplomatique. Ce que vous saviez sur les inquisiteurs – et sur l’enfant particulièrement – était crucial. Voyez où tout cela nous a mené.

Mace jeta un coup d’œil respectueux au socle encore fumant. Quelques gardiens du Temple s’approchaient déjà pour nettoyer le tout.
- J’ai cru comprendre qu’il ne restait plus d’inquisiteurs.

Obi-Wan pinça les lèvres. Qu’est-ce que Mace voulait ? Il avait disparu pendant trois années complètes et soudainement, il réapparaissait et s’informait de la situation galactique ?
- Si vous voulez collaborer avec la République, Mace, répondit Obi-Wan, je vous laisse vous adresser au bureau de la Chancelière Mothma.

Et il tourna les talons.
- Ils ont signé le traité de paix, j’imagine que vous le saviez ? fit Mace dans son dos.

Obi-Wan s’arrêta un instant. Ainsi, c’était fait. Le sort de la galaxie était scellé. Au moins, la République ne tombait pas entre les mains de sénateurs extrémistes tels que Garm Bel Iblis. Sans répondre, Obi-Wan s’éloigna et pénétra dans le Temple. Au moins ici, Mace ne pouvait pas le suivre.

***


Le soleil de Naboo avait passé la ligne de l’horizon de moitié. Ses rayons éclairaient d’une lumière chaleureuse la région des Lacs. Le reflet de l’astre scintillait dans l’eau calme. A quelques mètres du lac, un arbre, majestueux, dominait de sa hauteur l’étendue d’eau. Son large feuillage semblait ne jamais se flétrir. Ses feuilles d’un vert profond jouaient avec les rayons du soleil, donnant à tout l’arbre une couleur presque dorée.

Assis dans l’herbe, Obi-Wan observa les deux pierres plantées au pied de l’arbre. Il connaissait les noms qui y avait été gravés par cœur. Luke et Adanar Skywalker. A ses côtés, Anakin restait immobile, les genoux ramassés contre sa poitrine, le regard perdu dans l’eau calme du lac.
- Comment va Padmé ?

Le jeune homme attrapa un brin d’herbe et le fit tourner entre ses doigts.
- A votre avis, Maître ?

Obi-Wan inspira lentement. Il était toujours surpris à chaque fois qu’Anakin l’appelait « maître ». Cela faisait pourtant des années qu’il avait cessé d’être son apprenti. Mais cette fois, le ton cassant du jeune homme fut sans appel.
- Leia ne parle même pas à sa mère. Imaginez, Obi-Wan. Vous perdez deux enfants, et le seul qu’il vous reste est trop choqué pour vous adresser la parole. Comment pensez-vous qu’elle se sent ?

Obi-Wan resta silencieux. Anakin tourna la tête vers lui et ses yeux bleus n’exprimèrent qu’une infinie tristesse.
- Mais j’oubliais, vous ne savez pas ce que c’est que d’avoir des enfants.

Son ton n’était pas sarcastique. Ni ironique. Il énumérait simplement un fait. Obi-Wan ne répondit pas. Qu’aurait-il pu dire ? Pendant de longues secondes, les deux hommes restèrent silencieux, face au lac. Ils regardèrent le soleil lentement décliner à la surface de l’eau. Pendant ces quelques instants, la dernière semaine de leur vie disparut doucement. Obi-Wan pouvait presque voir Luke et Leia s’amuser au bord de l’eau, les pieds dans la fine bande de sable qui bordait le lac. Il pouvait presque entendre leurs rires résonner dans l’immense prairie. Il pouvait voir Padmé leur courir après, riant aux éclats, avant de s’arrêter et de faire un signe à Anakin, le visage rayonnant. Pour peu, il aurait cru qu’Anakin se levait pour la rejoindre.

Son ami mit fin à ses visions du passé en arrachant une touffe d’herbe qu’il fit léviter grâce à la Force jusqu’au milieu du lac. Puis il laissa tomber sa main et les brins d’herbe se dispersèrent à la surface de l’eau.
- J’ai réfléchi à votre proposition, déclara-t-il d’une voix cassée.

Obi-Wan se redressa.
- Ma proposition ?

Anakin fit léviter quelques grains de sable qu’il relâcha dans l’herbe.
- Je vais rejoindre les SCAR.

Obi-Wan ouvrit de grands yeux.
- Comment ça ?
- Vous êtes en sous-effectifs. J’ai de l’expérience, et la motivation nécessaire, ajouta-t-il. Je me suis renseigné. Je peux postuler en tant qu’officier.

Obi-Wan se tourna vers lui.
- Anakin, j’apprécie ton volontariat, mais tu dois rester auprès de ta femme et de ta fille. Elles ont besoin de toi.

Le jeune homme laissa ses bras retomber sur ses genoux.
- Vous ne comprenez pas, Maître. J’ai tout perdu. Je ne vais pas abandonner ma famille. Mais j’ai besoin de savoir qu’un jour Sidious payera pour ce qu’il a fait.

Obi-Wan était sur le point d’ajouter quelque chose mais Anakin ne lui en laissa pas le temps :
- Laissez-moi me raccrocher à ça, Maître. Laissez Padmé se raccrocher à ça.

La douleur dans sa voix tordit le cœur d’Obi-Wan. Il se rappela le jour où il avait promis à Qui-Gon de veiller sur Anakin. Après tout ce qui s’était passé, pouvait-il vraiment refuser de le prendre sous son aile une nouvelle fois ?
- Prends une semaine, Anakin. Reste avec Padmé et Leia. Et ensuite, si tu es décidé, je te ferai entrer chez les SCAR.

Anakin acquiesça silencieusement. Puis un mince sourire, un sourire triste, mais un sourire quand même, étira ses lèvres.
- Ce sera l’occasion de vous sauver une onzième fois, lâcha-t-il.

La remarque amusa Obi-Wan.
- Dixième fois. Ce qui s’est passé sur Cato Neimoidia ne compte toujours pas, jeune padawan.

Anakin le regarda d’un air mi-rieur, mi-triste, puis se leva.
- Il faut que je retourne vers Padmé. Bon voyage vers Coruscant, Maître.

Obi-Wan le remercia et le jeune homme s’éloigna d’un pas lent vers la villa qui autrefois avait abrité tant de joie. Pendant quelques instants, le Jedi resta en face du lac, sans bouger. Puis il se leva, et se dirigea vers son vaisseau. Il devait rentrer sur Coruscant. Et il était grand temps qu’il se reconstruise un sabre laser.
"If we can't protect the Earth, you can be damned well sure we'll avenge it."
FanFic' : Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (En collaboration avec Mandoad)
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1018
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar L2-D2 » Ven 15 Mar 2019 - 19:06   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Chapitre 10 lu !

Superbe ! :cry:

J'ai passé le Chapitre avec la musique Qui Gon's Funeral de l'Episode I dans la tête... c'est dire si ce Chapitre a réussi à me happer ! Toutes les descriptions sont particulièrement réussies, de Caleb qui arbore une barbe sans doute ressemblante à celle qu'il a dans Rebels à Mace Windu aux cheveux grisonnants, en passant par Obi-Wan lui-même en larmes devant le cercueil du petit Luke... :cry:

Et puis, il y a la fin, cette fin où Anakin accepte de rejoindre les SCAR avec cette réplique, toute droite sortie de La Revanche des Sith mais mise au goût du jour... Quand on connaît la tournure des événements "classique" de ce film, nous dirigeons-nous, inéluctablement, vers l'émergence de Dark Vador ?

Un Chapitre terrible. Terriblement réussi. Terrible dans la valse d'émotions qu'il provoque.

Vivement la suite ! :oui:
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur résumés littéraires & fan-fictions
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5174
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Notsil » Ven 15 Mar 2019 - 19:59   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Un chapitre d'enterrements, mais ouf pas de morts supplémentaires ^^

Obi est tout triste, Anakin aussi, mais on voit que lui veut noyer son chagrin dans l'action. Ca a tendance à mener au Côté Obscur, ça, mais bon, on verra bien où vous nous menez ^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2302
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Niobi » Ven 15 Mar 2019 - 20:06   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Cette réplique m'a fait monter un immense sourire aux lèvres.
Alors que le reste m'a fichu un coup de blues monumental. Je déteste voir Obi-Wan triste. Je déteste ça.
Brave is the man who has no fears. Braver is the man who faces his fears.

// Let's smash ! Come and get some at NJ S@L ♥ //
Niobi
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2226
Enregistré le: 08 Sep 2015
Localisation: Left Coruscant for Luigi's Mansion (DF - Bo3, 7:00, no FS, no item) and just smash.
 

Messagepar Mandoad » Lun 18 Mar 2019 - 20:53   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

C'est lu.

Un chapitre de clôture pour ce livre digne d'une saison de Game of Thrones et de ses morts fracassantes. On sent la lassitude d'Obi-Wan qui enchaîne les funérailles et la présence de Mace (grisonnant ?!) ne fait qu'ajouter à ses sombres sentiments (Mace Windu a des cheveux ?!). Une première partie mélancolique et une deuxième qui ne l'est pas moins.

On apprend toutefois qu'Anakin va rejoindre les SCARs et donc retourner au front. Bonne ou mauvaise nouvelle, l'avenir nous le dira.
"Un grand guerrier? Personne par la guerre ne devient grand." -Yoda
FanFics': Vauriens et hors-la-loi & Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (Avec LL-8)
Mandoad
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 639
Enregistré le: 28 Nov 2014
 

Messagepar Dark GaGa » Mar 19 Mar 2019 - 14:59   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Une fois de plus, bibi-wan démontre qu'il est le meilleur ami des Siths en embauchant un type instable qui a perdu deux enfants, donc est guidé par le chagrin, la haine et la vengeance.
Manquerait plus qu'un petit malin retourne s'attaquer à Padmé et Leia... :diable:
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1492
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar LL-8 » Ven 22 Mar 2019 - 19:07   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Merci à tous pour vos retours toujours aussi fidèles ^^
Effectivement, ce livre 4 n'aura pas été joyeux :transpire:
Je vous propose donc de faire une pause avec cet interlude qui met en scène un nouveau personnage le temps d'un chapitre.

Et bien sûr, on se retrouve la semaine prochain pour un nouveau livre. Je vous laisse faire des pronostics sur le personnage principal :D
Bonne lecture !

Retour au sommaire

INTERLUDE IV
The power of the dark side is an illness no true Sith would wish to be cured of.
– Darth Plagueis


2 av. BY.

La salle de réception était comble. Les murs, d’ordinaire blancs, avaient été parés de décorations toutes plus brillantes les unes que les autres, à l’image de la République modèle qu’elles étaient censées refléter. De large lustres incrustés de pierres précieuses venues tout droit d’Alderaan illuminaient la pièce d’une lumière chaleureuse. La salle, remplie de tables elles aussi richement décorées, semblait trop petite pour contenir tout ce monde. A l’extrémité de la pièce, un large podium accueillait un pupitre pour le moment vide, où devaient monter plus tard les personnalités les plus influentes de la République pour discuter de l’avenir de la galaxie. La rumeur voulait même qu’un émissaire de la République Démocratique se soit déplacé depuis Vardos pour discuter des relations qui, bien que tendues, les unissaient à Coruscant.

La plupart des invités jouaient des coudes pour pouvoir parler ne serait-ce qu’une seconde avec les sénateurs les plus influents du moment. Les autres, désabusés par la vie politique ou bien simplement trop fatigués, restaient assis à leur table, à siroter leur flûte de Toniray ou bien à regarder sans le voir l’horizon parsemé de points lumineux qu’était Coruscant. C’était le cas de la sénatrice Amidala. Il passa si près d’elle qu’elle aurait dû se retourner, le fustiger du regard, ou bien simplement lui demander de faire attention. Mais elle ne réagit pas. Les yeux perdus dans le vide depuis sept ans maintenant, elle n’était là que par courtoisie. Elle quitterait probablement la pièce avant que le discours ne commence. Ce qui ne l’arrangeait pas forcément.

Se frayant un passage parmi la foule de dignitaires, il remarqua que la sénatrice de Corellia, Sena Leikvold Midanyl, manquait à l’appel. Au cours des trois années qu’elle avait déjà passées à ce poste, la sénatrice n’avait jamais vraiment réussi à imposer sa vision des choses. Corellia perdait de l’influence parmi les planètes de la galaxie, et seule son industrie lui permettait de rester compétitive face à des mondes émergents, tels que Hosnian Prime. L’absence de la sénatrice à cette réception n’était ni plus ni moins qu’une tentative désespérée d’exister encore aux yeux du Sénat. Pathétique.

Il traversa la salle jusqu’à arriver juste au pied du podium. Personne ne le remarqua. Il n’était qu’une ombre, un vide que l’on ne pouvait sentir. Il n’était que ténèbres. De là où il se trouvait, il la repéra facilement. Assise à la plus grande table de toute la pièce et entourée d’une vingtaine de personnes toutes plus richement vêtues les unes que les autres, elle gardait ce flegme légendaire qu’on lui connaissait. Habillée comme à son habitude d’une robe blanche fluide et légère, elle hochait la tête poliment à chacune des remarques qu’on lui faisait, répondant à certains, ignorant habilement d’autres. La haine en lui s’intensifia lorsqu’il posa les yeux sur cet être totalement dévoué à une cause ennemie.

Mon Mothma était la dernière Chancelière en date d’une lignée de dignitaires tous issus de la Délégation des 2000. Si ses prédécesseurs avaient été clairs quant à leur position vis à vis de la République Démocratique et leur refus de collaborer avec elle, Mothma avait mis de l’eau dans son vin et accepté de signer le Traité de Paix Galactique garantissant des relations plus ou moins stables entre les deux entités galactiques. Mais il savait que ces actions n’étaient qu’une façade. La Chancelière restait un obstacle à la domination des Sith sur la galaxie.

L’ancienne sénatrice de Chandrila entamait la dernière année de son deuxième mandat, et tous pronostiquaient un retour du pouvoir aux mains d’Organa, ou bien un sénateur proche de lui sur le plan politique, au vu des actions supposément victorieuses menées par leur parti. Et les mesures qu’ils prendraient alors ne s’ajouteraient qu’aux obstacles encore en place. Il était temps d’accélérer un peu tout cela.

Invisible, il se tourna légèrement vers le podium. Il n’avait pas besoin de bouger pour ce qu’il avait à faire. Il se plongea dans la Force. D’une main de fer, il la plia à sa volonté. Elle ne résista pas longtemps. Il n’était que rage et haine, colère et souffrance. Le feu de son esprit tordit la Force et en fit une arme. Une arme si aiguisée que lui seul saurait l’utiliser.

Son attention se démultiplia. Un œil sur le podium, un autre sur Mon Mothma. La Force surveillait pour lui les deux Jedi affectés à la surveillance de la cérémonie. Pauvre pantins sans pouvoir. Ils ne l’avaient même pas remarqué. Ils ne sauraient même pas qu’il était venu. Tout comme les clones peints de rouge qui cernaient la salle, arme en main. Connaissaient-ils seulement la signification des couleurs qu’ils portaient ? La violence, la passion… ils ne savaient pas ce que c’était. Aucun d’entre eux ne connaissaient la vraie puissance. Aucun d’entre eux ne possédait le pouvoir qui reposait en sa main.

Un léger clic – aussitôt noyé dans le brouhaha des conversations – lui indiqua que sa mission était terminée. Dans un glissement de ténèbres, il traversa la salle en sens inverse et quitta la pièce.

***


Coruscant paraissait si calme à cette heure de la nuit. L’air ambiant, frais et agréable, ne portait avec lui aucun bruit. Les gratte-ciels qui s’étendaient sur des kilomètres avaient un petit quelque chose d’apaisant. On aurait cru que la planète était une mer d’huile, un océan urbain qu’il ne fallait pas déranger. Il n’en était rien.

Car sous cette apparence se cachaient les clubs les plus animés de la galaxie, des cantinas qui ne se vidaient jamais, les rixes les plus violentes de la planète, les Twi’leks les plus passionnées du quartier. Rien de tout cela n’était calme. Rien de tout cela n’était apaisant. Il sourit. Quel paradoxe de savoir que la planète qui lui ressemblait le plus se trouvait être la capitale d’une République qu’il allait détruire.

Installé sur l’une des plateformes de speeders-taxi les plus élevées de Galactic City, il attendait. Il savait de quoi il avait l’air. Sous son apparence calme et imperturbable, il bouillonnait. Son âme toute entière n’était qu’un brasier brûlant qui n’attendait que d’être déversé. Les images de plusieurs humains passèrent dans son esprit. Sa haine s’attisa davantage. Qu’il aimait cette sensation de brûlure qu’elle lui procurait ! Il pouvait sentir le pouvoir couler dans ses veines. S’il l’avait voulu, il aurait pu mettre la galaxie entière à ses pieds. Leur République si misérable aurait déjà disparu. Mais son maître ne le permettait pas. Son heure n’était pas arrivée. Pas encore.

Un léger bip sur le petit droïde sonde qui l’accompagnait lui fit tourner la tête vers le bâtiment où s’éternisait la réception. Un lourd silence se fit. Puis il se brisa dans une violente explosion. Un sourire sauvage étira ses lèvres alors que les flammes se reflétaient dans ses pupilles dorées.

***


La pluie tombait à grosses gouttes sur sa tête, imprégnant ses longs cheveux noirs de la pollution ambiante de Vardos. Jamais le soleil ne semblait percer sur cette planète. Mais cela ne le dérangeait pas. La pluie l’apaisait. Elle calmait le feu qui brûlait en lui et qui menaçait de s’échapper. En cet instant présent, elle l’empêchait de tout détruire autour de lui.

Il avait échoué. Il avait cru voir tout l’étage s’embraser. Il avait vu les vitres exploser, il avait vu les flammes engloutir tout le gratin politique de Coruscant. Il s’était laissé emporter. Il n’avait pas été assez précautionneux. La bombe avait explosé en dehors de la salle de réception. Il y avait eu des dégâts. Mais pas assez. Ces vermines de Jedi avaient sûrement décelé le piège. Il avait échoué. Et son maître le lui ferait payer.

Il s’arrêta un instant pour observer la façade du Grand Hall de la République Démocratique. Le bâtiment, une immense tour grisâtre recouverte de bandes rouges et noires, arborait fièrement l’emblème rond de la République Démocratique. Une dizaine de stromtroopers dans leur armure noire classique gardait l’entrée, fusil-blaster en main. Quelques groupes de forces spéciales, menées par des officiers en tenue verdâtre, passèrent devant lui. Il y avait longtemps que ce bâtiment avait cessé d’accueillir un semblant de Sénat. Cette structure avait été dissoute, et il savait que cela était pour le mieux. Les plans de son maître avançaient à grande vitesse et il ne pouvait pas se permettre de s’encombrer d’un Sénat inutile, simple réplique d’une relique républicaine dépassée. Sans attendre plus longtemps, il grimpa les marches du bâtiment et pénétra à l’intérieur.

La salle du trône était immense. Les murs, gris et ternes, étaient dénudés et faisaient résonner le moindre pas que l’on faisait. Seul un immense bas-relief venait agrémenter l’une des parois de la salle : une ancienne fresque dépeignant un affrontement entre Jedi et Sith, une preuve que ces derniers étaient supérieurs en tous points. Son maître lui avait enseigné cette histoire il y avait longtemps maintenant, juste après la mort de Dark Xabron. Ce qui avait suivi lui avait laissé une large cicatrice dans le dos.

Il s’avança. Il discerna alors mieux les traits des individus aux côtés de son maître. Le premier, à sa gauche, était un Chagrien à la peau bleue de notoriété publique dans la République Démocratique, le numéro deux du gouvernement, le visage publique de Palpatine. Mas Amedda avait essuyé les tirs des Sénateurs évincés quelques années auparavant mais sa réputation était telle désormais que personne n’osait s’opposer à lui sous peine de s’attirer les foudres de plus haut placé que lui.

Le second, un humain au visage creusé et aux cernes prononcées, n’était autre que le Grand Moff Tarkin. Fort de ce titre créé une dizaine d’années en arrière et qu’il était le seul à porter dans toute la République, l’ex-gouverneur d’Eriadu se posait en homme fort du gouvernement, le seul à être réellement au courant de ce qui se tramait dans l’ombre, le seul à connaître la vraie nature des Sith et à ne pas être effrayé par eux.

Il les connaissait tous les deux. Il n’en appréciait aucun.
- Seigneur Malk, vous êtes de retour.

La voix de son maître l’enveloppa comme une ombre menaçante, résonnant contre les murs nus de la pièce. Il s’inclina, genou à terre, avant de se relever, sous l’œil mauvais d’Amedda. Son maître était installé sur son trône, l’œil brillant. Un épais manteau foncé le recouvrait entièrement, cachant à peine son visage d’une laideur pure.
- Oui, Maître, répondit Malk sur un ton égal.
- Nos espions sont formels, intervint Amedda. La Chancelière Mothma a été admise en soins intensifs il y a de cela dix-sept heures standard. Il y a eu de nombreux blessés, mais nous sommes d’ores et déjà sûrs que le sénateur Organa s’en est tiré sauf.
- Et la sénatrice Amidala ? fit la voix de Sidious, sifflante.
- Elle avait déjà quitté la réception, répondit le Chagrien d’une voix moins assurée.

Il le savait. Il savait qu’elle ne resterait pas. Il aurait dû agir plus tôt. Peut-être sa mort aurait-elle compensé son échec.
- Vos informations ne sont pas à jour, répliqua Tarkin d’une voix fière. C’est désormais officiel : Coruscant déplore la mort de sept sénateurs, et plus d’une dizaine sont hospitalisés. Quant à Mon Mothma, elle a été déclarée dans le coma. Coruscant n’a encore pas répondu à cette attaque.
- Bien.

Sidious était immobile. Seuls ses yeux restaient pleins de vie, fixés sur Malk alors que ses conseillers lui dressaient le résultat de leur attaque. Il leva finalement une main. La droite.
- Notre alibi est-il en place ?

Tarkin acquiesça, un sourire mesquin aux lèvres.
- Fett est prêt à être livré à la minute où Coruscant se tournera vers nous. Son passé en tant qu’enfant-clone est merveilleux. Même s’il nie, personne ne pourra remettre en cause ses motivations. Nous lui avons trouvé quelques compagnons que l’opinion publique sera ravie de mettre en pièces.
- Bien.

Un son guttural accompagna la remarque de Sidious. Il leva cette fois son autre main.
- Laissez-nous.

Son heure avait sonné. Son maître allait le punir pour cet échec. Quel châtiment lui infligerait-il cette fois ? Le soumettrait-il à la torture de l’un des nombreux artefacts Sith qu’il avait fait acheminer sur Vardos ? Lui infligerait-il une décharge d’éclairs ? Le défierait-il dans un duel au sabre laser, duel qu’il ne pourrait que perdre ?

Malk garda la tête baissée. Il sentait la rage gonfler en lui. Sa haine le détruisait. Elle le consumait petit à petit. Mais il aimait la brûlure qu’elle lui provoquait. Parce que sa haine lui amenait le pouvoir. Sa haine pliait la Force à sa volonté. Sa haine le rendait puissant. Sa haine lui offrirait la galaxie sur un plateau.

Il n’avait jamais aimé Dark Xabron. Il n’avait jamais aimé Dark Sidious. Il les haïssait. Ils l’avaient enlevé à sa famille. Enlevé à sa planète. Ils lui avaient volé son identité. D’Ezra Bridger, il était devenu Dark Malk, inquisiteur, puis apprenti Sith du grand Dark Sidious. Il portait un titre synonyme d’échec, un nom aux origines associées aux membres les plus faibles de leur ordre. Mais qu’importe. Il était devenu la terreur de la République Démocratique. On ne connaissait pas son nom – ce déshonneur qu’il portait – mais on connaissait sa réputation. On connaissait cette ombre qui venait punir ceux qui avaient osé défier un peu trop Palpatine. On le craignait. Et il aimait ça.
- Tu as échoué.

Les mots étaient lourds de reproche.
- Peut-être que je me suis trompé sur ton compte. Peut-être que tu n’es pas digne d’être un Sith. Peut-être que tu n’es toujours qu’un enfant.

La remarque frappa Malk de plein fouet. Elle fit déborder une colère trop peu contenue. La Force lui mit son sabre entre ses mains, ses doigts se chargèrent d’activer sa lame couleur sang. Dans un hurlement de rage, il se précipita sur Sidious. Il ne s’approcha même pas à un mètre de lui. Une main levée, le Seigneur Sith le tint en respect dans la Force. Un rictus mauvais étira ses lèvres, dévoilant des dents dont la blancheur avait disparu depuis longtemps.
- Bien…. Je peux sentir ta haine… Laisse-la t’envahir. Laisse-la te guider.

Sa colère l’avait déjà envahi depuis longtemps. Il ne faisait que lui ouvrir la porte. Brisant le barrage de Force de Sidious, il poursuivit son avancée. Un autre sabre écarlate lui barra la route. D’un mouvement de poignet, le Sith fit voler son sabre à l’autre bout de la salle. Puis il fit revenir sa lame, déchirant au passage la chair de son torse.

Malk tomba à terre dans un gémissement de douleur.
- Que cela te serve de leçon, mon apprenti. Les Sith ne tolèrent pas l’échec.

Sidious se rassit sur son trône et reprit son apparence de vieillard usé. Sous ses yeux hautains, Malk se redressa, une main sur sa plaie.
- Je ne vous décevrai plus, mon Maître.

Doucement, son sabre revint se positionner sur sa ceinture. Il avait saisi la leçon. Elle n’avait fait que renforcer sa haine pour Sidious. Un jour, il le tuerait. Comme tout apprenti tuait son maître.
- Bien, répondit Sidious. Car il est temps que tu te révèles à la galaxie.


Spoiler: Afficher
Note des auteurs :

Merci à Notsil de nous avoir si gentiment laissé emprunter le nom de Malk. Vous pouvez retrouver le personnage original dans sa propre fic' : L'Apprenti Sith. Lisez-la, c'est excellent !
"If we can't protect the Earth, you can be damned well sure we'll avenge it."
FanFic' : Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (En collaboration avec Mandoad)
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1018
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar Notsil » Ven 22 Mar 2019 - 19:27   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Sympa comme tout cet intermède Sith ^^

Un instant j'ai cru qu'ils avaient réussi à atomiser tout le Sénat, mais ouf, Padmé et Bail sont encore en vie.

Intéressant retour d'Ezra ! Et belle explication de son nouveau nom ^^ Merci pour le coup de pub :p
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2302
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar L2-D2 » Ven 22 Mar 2019 - 21:26   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Interlude IV lu !

Des événements d'ampleur galactique ? Check !
Des révélations sur l'un des principaux antagonistes depuis deux Livres ? Check ! (Et quelles révélations ! :love: Même si je me doutais un peu de l'identité du garçon Sith...)
Des indices sur, peut-être, la suite ? Check !

Passionnant, tout simplement ! Vivement la semaine prochaine pour le début du Livre V ! :oui:

LL-8 a écrit:Je vous laisse faire des pronostics sur le personnage principal :D

Allez, quelques possibilités : Leia, devenue adulte ? Fett, mentionné dans cet Interlude ? Ou un retour vers Ahsoka ?
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur résumés littéraires & fan-fictions
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5174
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Ve'ssshhh » Sam 23 Mar 2019 - 20:15   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

J'ai mis pas mal de temps à digérer ce livre IV, qui commençait si bien!
Mais le bonheur ne dure jamais, semble-t-il...
Je me demande moi aussi comment Anakin va évoluer. Il m'a semblé plus mature, plus apte à encaisser les malheurs successifs, mais sait-on jamais?

Je me doutais bien que le jeune inquisiteur était Ezra. Il a grandi et sa haine ( des Sith?) le rend puissant.
Et Leia?
S'est-elle remise du terrible choc? D'après l'attitude de Padmé, j'ai l'impression que ce n'est pas le cas.

Oui, je sais: nous le saurons dans les prochains épisodes. :transpire:
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 590
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Mandoad » Mar 26 Mar 2019 - 20:57   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Enfin lu !

Donc voilà les révélations sur l'identité du jeune Inquisiteur. En soit, c'était la plus logique, mais vous avez suffisamment réussi à faire douter pour que je n'en sois pas à 100% sûr, bien joué.

J'ai eu peur dans ce chapitre que vous continuiez sur la lancée du livre précédent et que vous nous fassiez mourir Padmé, Mon Mothma et Bail, mais ça a l'air d'aller pour eux (à un coma près).

Dark Malk m'a l'air bien intéressant et empli de rage, ce qui ne peut être que sympathiquement sombre pour la suite et ses futures confrontations avec les Jedi. J'attends de voir.
Un peu moins fan de ce qui est fait brièvement avec Fett, qui apparaît comme un personnage plus proche du gamin qui se fait ridiculiser dans Clone Wars, que le chasseur de primes froid et calculateur de cette période. Ses pseudo-motivations made in Tarkin me convainquent d'ailleurs moyennement, mais bon... Si la République marche dans la combine farfelue de Sidious, elle mérite bien de tomber. :transpire:

Allez, je reviendrai pour la suite !
"Un grand guerrier? Personne par la guerre ne devient grand." -Yoda
FanFics': Vauriens et hors-la-loi & Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (Avec LL-8)
Mandoad
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 639
Enregistré le: 28 Nov 2014
 

Messagepar LL-8 » Sam 30 Mar 2019 - 15:53   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Hello à tous !
Merci pour vos commentaires !
@Notsil : merci à toi de nous laisser emprunter le nom ^^ et le coup de pub était normal et mérité ^^
@L2 : bon, ben pour les pronostics, on repassera :P

Donc, ce Livre V commence en retard (pardon :D ). On fait un bon dans le temps et on se place du côté de Bail Organa.
Bonne lecture :

Retour au sommaire

LIVRE V : BAIL ORGANA
Chapitre 1


0 BY / BC

- Je suis vraiment désolé, Agenj. J’aurais aimé pouvoir faire plus pour vous et votre planète. Vraiment.

La silhouette du sénateur humain se fendit d’un soupir désespéré avant de disparaître. Cette discussion n’irait pas plus loin aujourd’hui. Épuisé, Bail plongea son visage dans ses mains. Il n’arrivait décidément pas à se débarrasser du sénateur de Chandrila. Et le fait que Mothma ne soit plus là pour être le porte-parole de sa planète n’aidait vraiment pas.

Bail sentit ses yeux se remplir de larmes au souvenir de son amie. Il se remémora les longs mois passés à l’hôpital, à son chevet, à espérer qu’un jour elle se réveille pour finalement s’entendre dire qu’elle n’ouvrirait plus jamais les yeux. Il avait espéré pendant neuf mois. Et puis elle était partie. Sans avoir pu dire au revoir.

Le Sénat tout entier avait été choqué par l’attentat qui l’avait touché. Si Bail restait persuadé que Palpatine était derrière tout cela, la condamnation à mort du rejeton de Jango Fett et de ses prétendus compagnons avait suffisamment rassuré l’opinion publique pour que le Sénat se décide rapidement à élire un nouveau Chancelier. Leur choix s’était porté sur Bail. Une valeur sûre, plus ou moins stable, porteur de valeurs auxquelles on voulait encore croire.

L’Alderaanien n’avait pas envisagé reprendre un jour le pouvoir. Et quel pouvoir ? L’attentat ne lui avait laissé qu’un Sénat divisé, où querelles et jalousies avaient remplacé les discussions constructives autour de l’avenir de la République. Le Traité de Paix n’avait fait qu’empirer les choses : si les mondes du Noyau survivaient, les planètes qui gravitaient autour s’appauvrissaient. Chandrila, Dantooine, Elrood, Mirial… Leur industrie ne faisait plus le poids face aux corporations qui avaient rejoint la République Démocratique. On n’avançait pas.

Bail passait ses journées dans son bureau, à tenter de trouver une solution à cette crise. Il ne rentrait presque plus chez lui. Et il savait que sa famille en pâtissait. Le visage de Breha traversa son esprit. Pensait-elle encore à l’enfant qu’ils n’auraient jamais ? Leur couple, si fort autrefois, n’était plus que l’ombre de lui-même. Bail savait qu’il avait une part de responsabilité là-dedans. Mais adopter un enfant par les temps qui courraient… Ce n’était pas raisonnable. Et puis, la République avait besoin de lui. Mais voilà, Breha voulait un enfant. Et il le lui refusait. Ce différend menaçait leur mariage depuis plusieurs années à présent. Et Bail craignait qu’il ne s’en remette pas.

Le Chancelier chassa ces pensées de son esprit. Il devait se concentrer sur un problème bien plus important. Bien que cela le tourmente, sa femme attendrait. Car la République était menacée. Kamino ne produisait plus de clones.

Bail se leva lorsque les portes de son bureau s’ouvrirent. Deux Kaminoans, dont Taun We, entrèrent, suivis d’un humain et de deux clones en armure blanche et rouge – des soldats spécialement affectés à la protection des politiciens. Taun We s’approcha et s’inclina devant Bail.
- C’est un honneur pour moi de vous rencontrer enfin, Chancelier Organa.
- Moi de même répondit Bail avec un sourire.

La Kaminoan tordit son long cou pour pouvoir regarder Bail dans les yeux :
- Le Premier Ministre Lama Su regrette de ne pouvoir être présent aujourd’hui, expliqua-t-elle. Je vous présente Lino Ta, notre ministre des affaires étrangères.

Bail s’inclina à son tour et invita les deux aliens blancs à s’installer dans des fauteuils qui, il le réalisa plus tard, étaient bien trop petits pour eux. A son tour, il s’assit en face d’eux et joignit les mains sur son bureau.
- Ceci est une discussion ouverte, commença-t-il. Sentez-vous à l’aise pour vous exprimer.

Les deux Kaminoans hochèrent la tête lentement, si lentement qu’ils exaspérèrent Bail. Il adopta un ton plus pragmatique.
- Comprenez bien que la situation nous met en difficulté, dit-il. Nos clones ne sont pas éternels. Ceux qui ne meurent pas sur le terrain commencent à être inaptes au combat.
- Il me semble que les clones dont vous parlez peuvent être recyclés en tant qu’officiers.

Bail tourna la tête vers Lino Ta. Le ministre parlait des clones comme il aurait parlé de vulgaires marchandises importées qui se révélaient hors d’usage. Le Chancelier passa outre.
- Exact. En revanche, nous avons besoin de nouveaux effectifs pour combler le vide laissé par ces officiers.

Il espérait que le sous-entendu suffise à aborder le sujet. Taun We joignit les mains sur ses jambes croisées.
- Votre commande a été honorée, Chancelier. Les cent mille unités restantes seront prêtes d’ici quelques jours.
- Nous en avons passé une nouvelle, répondit Bail.

Le Maître Jedi Shaak Ti s’en était chargée elle-même. Taun We sourit.
- Il nous appartient de choisir nos clients.
- Parfaitement, répondit le Chancelier. Je cherche simplement à comprendre les raisons pour lesquelles vous avez pour le moment refusé de prendre notre dernière commande.
- Nous ne sommes pas liés indéfiniment à la République, répliqua Lino Ta. Le contrat qui nous unissait arrive à son terme, et il nous appartient de ne pas le reconduire.

La perspective de perdre les industries de Kamino inquiéta Bail. La dernière commande de clones devait arriver dans un mois. Et après, plus rien. Il faudrait remettre sur pieds une sélection militaire, des appels à la population, un camp d’entraînement, restructurer l’Académie… Rien ne serait prêt dans un mois. Mais ce qui lui faisait le plus peur, c’était la raison de cette rupture avec Kamino.
- Si l’argent est un problème, sachez que nous pouvons augmenter notre paiement, dans une limite raisonnable, ajouta Bail.

Une nouvelle fois, Taun We sourit, sans hypocrisie.
- Chancelier, travailler avec vous a été un honneur. Mais notre but premier est la recherche. Et nous avons trouvé un client qui nous permet de pouvoir mettre en œuvre bien plus de nos capacités que la République de Coruscant.

Une sueur froide coula le long de la colonne vertébrale de Bail.
- Réfléchissez bien aux conséquences de votre décision, dit-il d’un ton exempt de menaces. Vous laissez toute une partie de la galaxie sans défense.
- Nos intérêts ont toujours été ceux de Kamino, répliqua Lino Ta.

Bail se mordit la lèvre. Si Sidious avait mis la main sur Kamino, ce ne pouvait être qu’une mauvaise nouvelle. Que pouvait-il donc préparer ? La dernière commande de clones était-elle une nouvelle bombe à retardement comme l’avait été toute la génération concernée par l’Ordre 66 ?
- Rassurez-vous, dit Taun We d’une voix douce. Votre armée comporte désormais plus de cinq millions d’unités. Vous n’êtes pas en danger.

Bail se contenta de hocher la tête. Il se pencha en avant sur son bureau :
- Y a-t-il un quelconque moyen de vous faire changer d’avis ?

Taun We secoua la tête, tout en continuant de sourire chaleureusement.
- Cette visite n’a jamais été qu’une visite de courtoisie, Chancelier. Nous honorerons la livraison des dernières unités et nous promettons d’être à votre écoute en cas d’insatisfaction. Vous pouvez continuer d’envoyer le Maître Jedi Shaak Ti à cet effet.

Bail acquiesça. Il sentait que la situation lui échappait. Lors de la découverte des clones sur Kamino, il avait été parmi les premiers à craindre la création d’une armée. Sa vision pacifiste des choses avait été ébranlée. Mais aujourd’hui, en prenant en compte l’ennemi qu’il avait en face, se dispenser d’une armée était impensable, fou voire suicidaire. Et il savait que Palpatine en était absolument conscient.

Bail vit Lino Ta se lever.
- Je pense que nous en avons fini, Chancelier, déclara-t-il d’une voix diplomatique. Nous vous remercions de nous avoir accueillis.

Le Chancelier se leva et les salua.
- C’est moi qui vous remercie d’avoir accepté cet entretien. Faites-nous savoir si vous changez un jour d’avis.

La lueur d’agacement qui passa dans les yeux du ministre des affaires étrangères de Kamino lui donna sa réponse. Avec courtoisie, Bail les raccompagna à la porte de son bureau. Les deux Kaminoans durent baisser la tête pour quitter la pièce sans se cogner dans l’embrasure. Après un dernier salut, ils disparurent au tournant du couloir.

Bail poussa un soupir. Voilà qui était loin d’être encourageant. Il était sur le point de retourner à son bureau lorsqu’un visage familier apparut en face de lui.
- Galen !

L’homme en question lui retourna son sourire et le salua chaleureusement.
- Comment vas-tu, Bail ?

Le Chancelier invita son ami et conseiller à entrer dans son bureau. Galen Erso l’avait accompagné dès son premier mandat. Lorsque Bail avait dû reprendre la suite de Mothma, il avait fait de Erso l’un de ses plus proches conseillers. Sa vision, très proche de celle de la Délégation des 2000, palliait à l’absence de celle de Padmé.
- Je viens de recevoir Taun We et Lino Ta. Kamino ne produira plus de clones pour nous. Ils ont trouvé un meilleur client.

Bail vit Galen se passer une main inquiète sur le front. Il semblait légèrement à l’étroit dans son uniforme gris. Ses cheveux, qu’il n’avait pas coupés depuis des mois, lui tombaient devant les yeux. Il les repoussa d’un air absent.
- Qu’est-ce qu’on ne fait pas comme il faut ? demanda Bail, plus pour lui-même que pour Galen.

Erso prit quand même la peine de répondre :
- Tu as fait ce que tu as pu, Bail. Ne te blâme pas pour les erreurs du Sénat.

Bail passa une main dans sa barbe de trois jours. Le Sénat était inexistant et inefficace. La moindre décision à prendre donnait lieu à des débats sans fin. Sans Mon, Padmé ou même Bel Iblis pour donner le ton, les sénateurs ne s’écoutaient pas. Le Chancelier pouvait encore se remémorer l’intervention d’un Twi’lek réfugié, qui demandait l’asile pour des membres de son peuple. Ryloth était dévastée. Les Partisans avaient été éliminés une dizaine d’années auparavant et depuis, Palpatine maintenait une main de fer sur la planète. Le peuple Twi’lek était au bord de l’extinction. Mais l’incapacité du Sénat à s’accorder avait mené au refus de dizaines de planètes d’accueillir ce peuple décimé. Les conséquences avaient été catastrophiques. Si Bail n’avait pas ouvert les frontières d’Alderaan aux habitants de Ryloth, aucun de ces réfugiés n’aurait survécu.
- Et Amidala ? Comment va-t-elle ?

La voix de Galen tira Bail de sa réflexion.
- Mieux, répondit-il.

Padmé avait accepté de rester sénatrice de Naboo, mais elle ne faisait que figuration. Les activités politiques plus complexes étaient gérées par Ryoo Naberrie. A vingt-huit ans, la jeune fille avait un parcours similaire à celui de sa tante, à ceci près qu’elle n’était jamais devenue reine de Naboo. Son fort potentiel lui permettait de seconder Padmé dans les affaires tant diplomatiques que plus délicates. Récemment, elle était la seule à se montrer au Sénat et à tenter de réguler une assemblée hors de contrôle.
- J’ai eu l’occasion de parler à Kenobi et Skywalker, reprit Galen. Pour le moment, les SCAR sont au point mort.
- Sont-ils toujours en contact avec Azgog ?

Le Chagrien, un ancien membre des Judiciaires, avait accepté d’infiltrer la République Démocratique, comme tant d’autres avant lui. Mais durant les dernières semaines, ses informations s’étaient faites moins régulières.
- D’après Kenobi, il est toujours en vie et il occupe toujours son poste de Moff sur Chagria. Il pense qu’il a retourné sa veste.

Bail ne put empêcher son visage de s’assombrir. Il appréciait Azgog. L’idée qu’il puisse se laisser séduire par les idées de Palpatine l’anéantissait. Mais cela n’était pas surprenant. Nombreux étaient ceux qui avait décidé de rallier la République Démocratique au cours des dix dernières années. Azgog n’était qu’un nom de plus sur la liste.
- Il va falloir prendre des mesures contre lui.

Bail acquiesça lentement. La trahison d’Azgog entraînait des conséquences qu’il n’appréciait pas. Mais elles étaient nécessaires. Le Chagrien avait côtoyé de près les SCAR et connaissait de nombreuses informations confidentielles qu’il pouvait potentiellement remettre à Palpatine – si ce n’était pas déjà fait.
- Contacte les SCAR, ordonna-t-il. Azgog doit être éliminé.

Galen hocha la tête en signe d’approbation. Il allait se retirer lorsqu’un humain entra précipitamment dans le bureau. Relativement âgé, il avait le teint hâlé et des yeux fatigués. Il portait une épaisse barbe désormais blanche et ses cheveux grisonnants étaient attachés en un chignon sur le haut de son crâne. Bail reconnut son ami Fang Zar, sénateur de Sern Prime. Il était essoufflé lorsqu’il arriva à la hauteur du Chancelier.
- Bail, il faut que vous voyiez cela, lâcha-t-il dans un souffle.

Sans rien attendre, il s’assit sur l’un des fauteuils laissé en travers par les Kaminoans. Puis il posa sur le bureau un petit holoprojecteur portatif. L’appareil s’activa et projeta une image bleutée d’un mètre de hauteur. Intrigué, Galen s’assit sur le fauteuil restant.

La diffusion était en direct. Bail reconnut immédiatement Palpatine et son visage hideux caché sous d’épaisses couches de tissu sombre. Mas Amedda était toujours là, voûté sous le poids des années. A la droite de Palpatine se tenait un homme que Bail eut d’abord du mal à reconnaître. Ses joues creusées, son regard impassible et ses cheveux désormais blancs ne trompaient pourtant pas. Il s’agissait de Wilhuff Tarkin, un homme autrefois si impliqué dans la République.

Palpatine était en train de parler. Bail ne prêta pas tout de suite attention à ses paroles. Un homme encapuchonné qui se tenait derrière lui avait attiré sa curiosité. Il ne semblait pas très âgé et il ne s’agissait probablement pas d’un politicien. Il devait être important, étant donné sa proximité avec Palpatine.

Les mots de celui qui autrefois était Chancelier frappèrent alors les oreilles de Bail.
« …est terminée, les Séparatistes ont été défaits depuis longtemps. Nous sommes au seuil d’une nouvelle ère. »

Les mains levées devant lui, Palpatine embrassa du regard l’assemblée que Bail imagina enflammée par ses propos. Cet homme avait toujours eu le don d’éloquence.
« Pour garantir la sécurité dans la continuité et la stabilité, la République Démocratique sera bientôt réorganisée et deviendra la Première Puissance Galactique Impériale ! Pour une société fondée sur l’ordre et la sécurité ! »

Un tonnerre d’applaudissements satura l’enceinte de l’holoprojecteur. Un Empire Galactique ? Bail jeta un coup d’œil à Galen. L’homme semblait abasourdi. On pouvait lire dans son regard qu’il réfléchissait déjà aux conséquences d’une telle annonce.
- Pour les spécialistes, ce n’est pas une surprise, analysa Fang Zar. Le système de Moff, par exemple, n’était qu’un pas de plus vers une impérialisation de leur système.

Bail acquiesça sans répondre. Une telle annonce de la part de Palpatine n’augurait rien de bon. Il fallait s’attendre à de nouvelles initiatives de la part du Sith. Dans tous les cas, une chose était sûre : la paix était terminée.
"If we can't protect the Earth, you can be damned well sure we'll avenge it."
FanFic' : Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (En collaboration avec Mandoad)
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1018
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar Dark GaGa » Sam 30 Mar 2019 - 16:14   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

owiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii :love:

je me demandais combien de temps Palpy allait garder son simulacre de démocratie.

D'ailleurs, j'ai récupéré de la doc de 1989 sur la montée de l'Empire, ils parlent d'une nostalgie d'Empires antiques, d'un âge d'or perdu dans l'inconscient collectif qui a favorisé le changement de régime.
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1492
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar L2-D2 » Sam 30 Mar 2019 - 20:54   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

LL-8 a écrit:@L2 : bon, ben pour les pronostics, on repassera :P

J'ai vu ! :whistle:

Chapitre 1 du Livre V lu !

Comme d'habitude en début de nouveau Livre, tu nous précises bien où nous en sommes et comment la situation a évolué depuis les derniers événements que nous avons pu suivre ! Ainsi donc, Fett est mort ( :shock: ), Mothma aussi ( :cry: ), Padmé n'est plus que l'ombre d'elle-même et Anakin, lui, n'est toujours pas passé du côté obscur ( :oui: ). Et la présence non-prévue de Galen Erso fait drôlement plaisir, comme l'idée d'en avoir fait un conseiller de Bail Organa : je n'y aurais pas pensé, et c'est pourtant tellement possible au vu du personnage !

Et on termine avec un retour sur des événements dignes de La Revanche des Sith... et je n'ai qu'une envie : lire la suite ! :oui:
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur résumés littéraires & fan-fictions
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5174
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Notsil » Sam 30 Mar 2019 - 21:29   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Oh, ça annonce du bon tout ça !

C'était sympa de point de vue Bail ^^

Donc plus de clones, et Palpy qui s'auto-proclame Empereur ; effectivement, ça craint :p
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2302
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Mandoad » Sam 30 Mar 2019 - 22:26   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

C'est lu!
Et tout d'abord: Fet mort ? Fett mort ! Je refuse ! En plus, mettre ça au début du chapitre, c'est sadique. :grrr:

Sinon, je récapitule: Mon Mothma morte, Padmée psycholgiquement morte, Bail en quasi-dépression, Luke mort, Leia presque catatonique aux dernières nouvelles, les mondes qui rejoignent Palpatine volontairement, etc. En fait, fallait laisser Anakin zigouiller Windu et tout l'Ordre Jedi, ça aurait fait moins de dégâts à la galaxie. :D

Donc Bail sera le nouveau personnage POV. On reste donc du côté de la République de Coruscant. Cela promet d'être déprimant quand on voit à quel point ils s'en prennent plein la tronche. Intéressant de voir à quel point ils sont dépendants des clones et sont paniqués à l'idée de devoir s'en passer sans imaginer de recruter...

Quant à la fin du chapitre, j'adore ce parallèle avec ROTS et le discours de Palpatine. Cela devait arriver et personnellement j'ai presque envie de passer du Côté Obscur quand on voit comment il gère bien mieux son gouvernement que ses adversaires.

Vivement la suite!
"Un grand guerrier? Personne par la guerre ne devient grand." -Yoda
FanFics': Vauriens et hors-la-loi & Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (Avec LL-8)
Mandoad
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 639
Enregistré le: 28 Nov 2014
 

Messagepar Niobi » Dim 31 Mar 2019 - 13:17   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

On enchaîne déceptions sur déceptions... Hâte que la lumière brille de nouveau.
Brave is the man who has no fears. Braver is the man who faces his fears.

// Let's smash ! Come and get some at NJ S@L ♥ //
Niobi
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2226
Enregistré le: 08 Sep 2015
Localisation: Left Coruscant for Luigi's Mansion (DF - Bo3, 7:00, no FS, no item) and just smash.
 

Messagepar LL-8 » Ven 05 Avr 2019 - 9:46   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Merci à tous pour vos retours toujours aussi positifs !
On rentre un peu plus dans le vif du sujet avec ce chapitre 2
Bonne lecture !

Retour au sommaire

LIVRE V : BAIL ORGANA
Chapitre 2


- Concrètement, cela ne change rien au Traité de Paix. Le Sénat n’est d’ailleurs pas inquiété. Pour la plupart des sénateurs, il s’agit d’un changement interne. Que la République Démocratique soit maintenant un Empire ne les préoccupe pas.

Bail guetta la réaction de ses interlocuteurs. Le plus proche de lui était Yoda. Le petit maître Jedi vert écoutait d’une oreille attentive ce que le Chancelier expliquait. A chaque nouvelle information, il hochait la tête d’un air concentré et préoccupé. A sa gauche se trouvait Obi-Wan Kenobi. Le maître Jedi, toujours membre du Conseil et Général des SCAR, avait revêtu une tenue plus traditionnelle que son habituelle armure de clone pour venir à l’entretien. Il passa une main dans sa barbe impeccablement entretenue, qui virait au gris.

Sur un troisième fauteuil était assis Galen Erso, toujours dans son uniforme sombre d’assistant du Chancelier. Juste à côté de lui se tenait Fang Zar, appuyé sur une cane en bois de Kashyyk. Derrière eux, se tenait Anakin Skywalker, un peu en retrait. Bail n’avait pas beaucoup eu l’occasion de côtoyer l’ancien Jedi. Désormais âgé d’une quarantaine d’années, Anakin ne semblait pas subir autant les effets du temps que les autres personnes présentes dans la pièce. Vêtu d’une tunique noire, sabre laser à la ceinture, Skywalker se tenait droit, le regard fixé sur un point imaginaire derrière Bail. Il arborait un crâne rasé sur les côtés et une barbe de quelques jours qui renforçait son côté guerrier.

Bail poussa un soupir. A soixante-cinq ans passés, il n’était plus taillé pour ce genre de travail. Porter la République sur ses épaules lui pesait désormais. Et bien qu’il soit entouré des personnes les mieux intentionnées de la galaxie, il avait le sentiment de n’arriver plus à rien. Les Jedi ne lui semblaient plus aussi sages qu’avant. Leur capacité à prédire l’avenir était hasardeuse. Leur influence au Sénat s’amaigrissait de jours en jours. Leur refus de collaborer avec les Jedi gris les privait de nombreuses informations que Bail jugeaient essentielles. Et, plus que tout, Padmé et Mon lui manquaient.
- Ils ne veulent surtout pas perdre ce semblant de sécurité qu’ils ont acquis au fil des années, répondit Fang Zar.
- Le Sénat est aveugle, renchérit Galen.

Un silence approbatif suivit sa remarque. Comment faire comprendre à des milliers de sénateurs que l’Empire était une menace quand ces mêmes sénateurs ne croyaient pas à l’existence des Sith – ou en tout cas n’en saisissaient pas la dangerosité ?

Bail jeta un regard vers Yoda. Le maître Jedi semblait fatigué. Le Chancelier avait désespérément besoin de ses sages conseils.
- Prudents nous devons être, nota le Jedi. Fourbe Sidious est. Un plan il a.
- Je suis d’accord, approuva Obi-Wan. Nous devons nous attendre à des actions de la part de la République Démocratique. Les frontières sont surveillées, ajouta-t-il, et des membres des SCAR ont été envoyés dans les planètes de la Bordure Extérieure encore sous notre supervision.

Bail prit note des informations que Kenobi lui fournissait. Il pianota sur l’écran de son bureau et une image holographique s’afficha devant lui. Des dizaines de données se succédèrent dans une liste interminable rédigée en basic. Le Chancelier s’arrêta sur celles qui l’intéressaient. Les lettres ‘FLG’ clignotèrent devant ses yeux.
- Galen, invita Bail, je te laisse introduire ce projet.

Le conseiller acquiesça et se leva de son siège comme s’il s’apprêtait à prononcer un discours devant le Sénat.
- Voici un projet sur lequel nous travaillons depuis de nombreux mois. Les récentes circonstances nous poussent à le mettre en place plus rapidement que nous l’aurions souhaité.

Bail vit Fang Zar se pencher un peu plus en avant, signe qu’il était captivé par ce que Galen expliquait.
- Je vous présente la Flotte de Libération pour la Galaxie, poursuivit ce dernier. Le titre est un peu pompeux, certes, ajouta-t-il dans un sourire, mais il véhicule un message d’espoir dont nous aurons certainement besoin dans les mois à venir.

L’image holographique changea et des modélisations virtuelles de dizaines de vaisseaux prirent forme sous les yeux des six hommes.
- Concrètement, expliqua Galen, il s’agirait d’une flotte composée de cent-cinquante destroyers de classe Venator de troisième génération entièrement autonome. Le but est ici de concurrencer les destroyers de classe Impérials déployés au cours des dernières années par la République Démocratique. Nous avons du retard dans ce domaine, mais nos ingénieurs sont optimistes.

La vue holographique changea de nouveau et afficha cette fois le modèle en trois dimensions d’un vaisseau que Bail n’avait jamais eu l’occasion de voir en vrai. Très similaire aux Venators dans la forme, il était beaucoup plus fin. Sa taille engloutissait aisément cinq destroyers.
- Voici la pièce maîtresse de la flotte, poursuivit Galen. Je vous présente le premier superdestroyer stellaire de la République. Il sortira des chantiers de Kuat d’ici quelques jours.
- Les coupes budgétaires auront eu le don de vous mettre le Sénat à dos, Bail, mais elles en valaient le coup, intervint Fang Zar.

Bail sourit. Effectivement, le résultat en valait la peine. Si la République accusait toujours un léger retard en matière d’armement, la construction d’un superdestroyer stellaire lui permettait de ne pas se faire complètement distancer par le nouvel Empire.

Obi-Wan se pencha en avant, les yeux rivés sur la maquette holographique de l’énorme vaisseau.
- A qui répondrait cette flotte ? demanda-t-il.

Bail activa une nouvelle vue, cette fois-ci un organigramme bleuté représentant différents groupes militaires.
- Au vu des récents événements, nous avons revu notre plan initial. Dès que possible, les SCAR intégreront la FLG. Il est prévu que vos officiers gardent leur poste, voire montent en grade pour assurer une chaîne de commandement solide. Concernant les effectifs, ils seront composés principalement de volontaires formés à l’Académie de Coruscant.

A la mention des volontaires, Bail vit Galen et Anakin se regarder en coin. La rumeur voulait que la fille de Galen se soit portée parmi les premiers volontaires pour suivre une formation militaire. Et Bail savait de source sûre que la jeune Leia Skywalker avait fait de même. Que leurs pères respectifs s’inquiètent n’avait rien d’étonnant.

Obi-Wan s’enfonça dans son siège et passa une main pensive dans sa barbe parfaitement taillée.
- Vous avez tout prévu, dit-il.
- Bail avait tout prévu, le reprit Galen en insistant sur son prénom.

Le Chancelier éteignit la vue holographique et se tourna vers les deux Jedi.
- J’ai désigné Galen Erso en tant que responsable de la FLG, déclara-t-il. Mais Galen n’est pas un soldat. Le Général clone que vous connaissez sous le nom de Rex prendra une partie du commandement. J’aimerais que vous, Obi-Wan, preniez aussi le commandement de cette flotte. Bien entendu, Anakin pourra vous assister. Mais j’ai besoin d’un Jedi parmi les têtes pensantes de cette organisation. J’ai besoin que le Sénat sache que le Conseil approuve cette initiative.
- Le Sénat ne nous porte pas beaucoup dans son cœur, nuança Obi-Wan.
- Peut-être. Mais dans l’imaginaire collectif, vous restez les gardiens de la paix. Votre présence reste un poids non-négligeable.

Bail vit Yoda pencher la tête sur le côté. Il espérait de tout cœur que le maître Jedi accepte de lui prêter main forte dans ce projet ambitieux. A vrai dire, il ne se voyait pas mener une aussi grande opération sans l’approbation des Jedi. Leur sagesse était la base de sa propre croyance en la Force. Il avait besoin de savoir qu’elle était de son côté, surtout avec un adversaire aussi puissant en face de lui.
- De sagesse vous faîtes preuves, Chancelier Organa. Ce projet nous soutiendrons.
- La FLG me semble être une initiative nécessaire, ajouta Obi-Wan. J’imagine que le Sénat tout entier sera informé de ce projet ?
- Pas nécessairement, répondit Galen. En théorie, la FLG ne répondra qu’à Bail Organa. Selon la Constitution Républicaine, c’est un des droits du Chancelier. Un vestige du passage de Palpatine, ajouta-t-il.

L’ensemble des six hommes acquiescèrent. Intérieurement, Bail éprouva un immense soulagement. Savoir que Kenobi et Yoda le soutenaient lui redonnait un peu de confiance. Peut-être que la République n’était pas si perdue que cela, après tout. Il allait ajouter quelque chose lorsque Garf entra précipitamment dans la pièce.

Garf était son assistant depuis presque un an à présent. Ce jeune homme avait quitté l’école de pilotage après avoir échoué aux tests du premier semestre. Les contacts que son père avait dans le milieu politique lui avait permis d’entrer d’abord comme assistant du sénateur Asogien, avant de rejoindre l’office de Bail Organa. Le jeune assistant avait un visage presque enfantin, entouré de bouclettes brunes. Il s’adressa directement à Bail :
- Chancelier, vous avez une communication cryptée entrante sur le canal 75. Il s’agit d’une communication en provenance de Vardos, Monsieur.

La mention de la capitale du nouvel Empire jeta un froid parmi l’assemblée. Bail vit Anakin se raidir et son regard se durcir.
- Je vais la prendre, répondit Bail.

Le jeune assistant hocha la tête et quitta la pièce aussi rapidement qu’il y était entré. Bail réarrangea légèrement ses vêtements avant d’activer la communication. Le temps que l’image s’allume, il régla l’holoprojecteur pour que son interlocuteur ne puisse voir que lui. La seconde d’après, deux silhouettes bleutées apparurent sur le bureau du Bail. Le Chancelier les reconnut toutes les deux immédiatement. Palpatine se tenait là, avachi sur son trône de métal, enfermé dans ses vêtements sombres et épais. Debout à côté de lui se tenait Mas Amedda, le Chagrien bleu qui avait lâchement abandonné la République une vingtaine d’années plus tôt. Il avait les traits tirés et le poids des années avait ridé son visage.

Bail parla le premier :
- Palpatine. Ou devrais-je dire, Empereur Palpatine, ajouta-t-il avec un soupçon d’ironie.

La silhouette encapuchonnée ne réagit pas. La voix qui répondit fut celle d’Amedda :
- Chancelier Organa.

Bail se retint de grimacer. Si Palpatine ne se décidait pas à parler, à quoi bon engager une conversation ? Il connaissait le pantin qu’était Mas Amedda. Ce qu’il voulait, c’était parler au réel dirigeant de l’Empire.
- Félicitations pour votre… évolution, dit-il.

Il n’y eut aucune réaction. Du coin de l’œil, Bail vit Obi-Wan qui l’encourageait à poursuivre. Yoda, quant à lui, était en pleine méditation. Communiquait-il avec Palpatine en ce moment précis ?
- Nous avons confiance en l’Empire, ajouta Bail, et nous serons plus qu’honorés de poursuivre notre collaboration initiée par le Traité de Paix.

Un sourire ironique se dessina sur le visage d’Amedda.
- Le Traité de Paix faisait intervenir deux Républiques. J’ai bien peur qu’il n’en reste qu’une.
- Nous pouvons toujours en réviser les termes, déclara Bail. J’ai ici avec moi une ébauche de traité que nous pourrions…
- L’Empire ne poursuivra pas la collaboration avec la République, l’interrompit Amedda.

Bail marqua une pause. Ce qu’il avait redouté était en train de se produire. Il ne pouvait pas l’empêcher.
- Cela signifie-t-il que tout commerce entre nos deux sociétés est annulé ?
- A partir d’aujourd’hui, répondit le Chagrien, l’Empire place tous les produits en provenance de la République sous embargo.

Bail ne répondit pas. Sous ces termes politiquement corrects se cachait une vérité brute : l’Empire révélait sa vraie nature. Et son dirigeant aussi. Comme s’il lisait dans ses pensées, Palpatine se pencha en avant sur son siège et fixa la caméra.
- Votre misérable et pathétique petite République a assez duré, siffla-t-il. Il est temps pour l’Empire de montrer à la galaxie son véritable pouvoir.

L’épais rideau de faux-semblants qu’ils avaient alimenté depuis maintenant dix-neuf ans se déchirait enfin. Et la vérité qui se cachait derrière était effrayante.
- Votre trahison ne sera pas oubliée, ajouta Palpatine dans un râle à glacer le sang.

D’un coup d’œil, Bail vit Anakin pâlir. Devant lui, Obi-Wan ne semblait pas serein non plus.
- Longue vie à l’Empire, conclut Amedda avant de couper la communication.

Bail se laissa retomber dans son siège. Dans la pièce, le silence reprit ses droits, lourd et pesant. La guerre était déclarée.
"If we can't protect the Earth, you can be damned well sure we'll avenge it."
FanFic' : Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (En collaboration avec Mandoad)
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1018
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar Dark GaGa » Ven 05 Avr 2019 - 10:37   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

ça sent l'Etoile Noire... :diable:

Très bon, comme d'hab, on sent bien la tension qui monte des deux côtés, la République qui se surarme et l'Empire qui pour l'instant ne revèle pas grand chose mais doit en avoir sous la pédale.

Et cette menace sur Anakin... la mort de Luke n'était-elle qu'un premier avertissement?
Welcome to the dark side, we lied about the cookies.
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
fic - emplois fictifs
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1492
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar L2-D2 » Ven 05 Avr 2019 - 11:24   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Chapitre 2 lu !

Ouch ! Les choses se corsent ! Entre la course à l'armement de la République et les cachotteries du nouvel Empire, difficile de savoir comment les choses vont évoluer... d'autant qu'on s'attendrait à ce qu'un super-destroyer stellaire soit plutôt dans les rangs de Sidious qu'issu de l'imagination de Galen Erso pour la Chancellerie ! :shock:

Vivement la suite ! :oui:
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur résumés littéraires & fan-fictions
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5174
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Notsil » Sam 06 Avr 2019 - 9:48   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Oh, la grande guerre arrive (enfin ^^) !

Et les 2 miss dans l'armée, donc en 1ère ligne, ça me plait !

Anakin va-t-il perdre son dernier enfant, avant de basculer dans la folie ? ^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2302
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Mandoad » Dim 07 Avr 2019 - 21:10   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

C'est lu !

Première réaction à chaud: Je veux voir un commando Leia/Jyn ! Même tout un Livre là-dessus !

Comment ça y a une information plus importante dans ce chapitre ? Ah oui... Donc on y est enfin. L'Empire est prêt à déclarer la guerre à la République. Le contingents de volontaires républicains sera-t-il prêt à affronter un gouvernement qui se prépare au conflit depuis des années ? Je suis impatient de voir ça et l'arrivée du Super Destroyer Stellaire. :)

La suite !
"Un grand guerrier? Personne par la guerre ne devient grand." -Yoda
FanFics': Vauriens et hors-la-loi & Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (Avec LL-8)
Mandoad
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 639
Enregistré le: 28 Nov 2014
 

Messagepar darkCedric » Dim 07 Avr 2019 - 22:47   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Garf, assistant de Bail Organa ? Good luck à vous deux :cute: :D
Qu'est-ce que le visage de la lâcheté ? Un postérieur qui déserte le champ de bataille !
darkCedric
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2989
Enregistré le: 26 Juin 2016
Localisation: Juste à côté de toi
 

Messagepar LL-8 » Sam 13 Avr 2019 - 0:08   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Merci à tous pour vos commentaires et vos retours !
En ce jour (enfin vu l'heure, on va dire nuit) de trailer de l'épisode IX, on continue TMA avec la suite de ce livre 5, toujours situé en l'an 0.

Mandoad a écrit:Première réaction à chaud: Je veux voir un commando Leia/Jyn ! Même tout un Livre là-dessus !

Nous prenons note de la requête :lol:

darkCedric a écrit:Garf, assistant de Bail Organa ? Good luck à vous deux :cute: :D

Connaissant le personnage, on était obligé de lui donner un petit caméo :cute:

Donc, l'Empire est en place.... Un peu d'action, ça vous dit ? Alors bonne lecture !

Retour au sommaire

LIVRE V : BAIL ORGANA
Chapitre 3


Bail aurait aimé se tromper. Il aurait aimé avoir tort sur toute la ligne. Il aurait aimé que le Sénat tout entier lui montre son erreur en célébrant un jour joyeux. Malheureusement, Bail ne s’était pas trompé. Il avait même prédit que ce jour arriverait. Le Chancelier avait les yeux rivés sur une diffusion de l’Holonet. Tout ce qu’il voyait à l’écran se déroulait en direct, et cela le terrifiait.

Jedha était attaquée. Jedha, paisible planète dédiée au culte de la Force. Elle était attaquée par un Empire auto-proclamé depuis moins de quatre jours. Bail pouvait voir les soldats en noir – ceux qu’on appelait les stormtroopers – débarquer par vague dans la capitale de la planète et assaillir la population. Bail se passa une main dans sa barbe. Ses pensées se mélangèrent avec la voix paniquée du journaliste de l’Holonet.
« … partout ! Nos journalistes sur place ne comprennent pas ce qu’il se passe. Le temple ne semble même pas être la cible principale. Nous lançons cet appel à tous les habitants de Jedha éparpillés sur la planète : fuyez et cachez-vous en attendant des renforts ! Ils ne devraient... »
- Bail ?

Bail coupa le son de la diffusion holographique pour accueillir Galen Erso. Son conseiller avait les traits tirés et les cheveux en bataille. Son uniforme gris était froissé, comme si la nouvelle de l’attaque l’avait réveillé plus tôt que prévu. Il tenait un datapad dans ses mains tremblantes. Derrière lui venait Yoda, claudiquant à l’aide de sa canne, les traits plus tirés que d’ordinaire. Le Général Rex et le Général Cody l’accompagnaient, l’un dans son armure de clone blanche et noire, celle que tous les SCAR portaient, et l’autre dans celle, jaune et blanche, du 212e bataillon d’attaque. Sa barbe blanche lui donnait un air bienveillant, mais ses yeux en disaient long sur ce qu’il pensait des actes récents de l’Empire.

Le Chancelier les fit venir autour de la table holographique de son bureau. Une vue en 3D de Jedha s’afficha, surplombée de quatre croiseurs de l’Empire. Un va-et-vient incessant de petits chasseurs s’effectuait entre les destroyers et la planète.
- Ils ont attaqué il y a une heure standard, expliqua Galen. Ils sont arrivés par surprise, rien ne permettait de s’attendre à cette attaque.

Bail balaya la remarque d’un geste de la main. Ce qui lui importait était de savoir ce que la République faisait en ce moment-même pour aider les habitants de Jedha. Ce fut Cody qui l’en informa :
- Nous avons deux croiseurs qui étaient stationnés à proximité. Ils sont en route pour Jedha et devrait arriver d’ici moins de quinze minutes.
- Bien, répondit Bail. Leur priorité doit être de protéger la population.

Cody acquiesça, transmettant les informations sur son propre communicateur. Rex prit la suite de son camarade clone :
- La 127e escadrille de combat sera sur place dans quelques minutes, informa-t-il. Le 212e bataillon d’attaque se prépare quant à lui sur Coruscant pour rejoindre Jedha.
- Bien. Qu’ils partent dès que possible.
- Je peux monter une équipe pour les accompagner, proposa Rex.
- Hors de question, répondit Bail. Les SCAR ne doivent pas intervenir pour le moment. Je ne sais pas ce que prévoit Palpatine, mais il a forcément quelque chose d’autre en tête.

Devant le regard dubitatif de Rex, Galen afficha une vue de Jedha dans son secteur.
- Stratégiquement, il n’y a aucune bonne raison d’envahir Jedha. C’est une planète éloignée de tout. Il n’y a aucune route commerciale à proximité.

Le conseiller leva les bras en signe d’incompréhension.
- Attaquer cette planète n’est même pas logique si on prend en compte le point d’origine des croiseurs impériaux : qu’ils partent de Vardos ou de Scarif, ils se déplacent de trop loin pour une si petite planète.
- Symbolique, Jedha est.

La voix de Yoda fit pivoter toutes les têtes en direction du maître Jedi.
- Une source de Kyber Jedha est. Un sanctuaire du côté lumineux de la Force.
- Vous voulez dire que Jedha vous sert de mine de Kyber ? demanda Galen.

Yoda secoua la tête lentement.
- Non. Un symbole Jedha est.

Bail ferma les yeux un instant. Il connaissait la portée que pouvait avoir un symbole. Palpatine tentait de s’en prendre à ceux qui avaient précipité sa chute. Il ne pouvait pas se rendre sur Coruscant, mais il pouvait aller sur Jedha. Aux yeux de l’opinion publique, l’impact serait d’autant plus important que la planète était peuplée de gens qui n’avaient rien demandé à personne.
- Avec la 127e escadrille de combat, Maître Plo Koon est, ajouta Yoda. Importante Jedha est. Protégée elle doit être.

Bail ne pouvait qu’approuver. La République s’était engagée à protéger chacun de ses membres. Que Palpatine s’en prenne à une planète sans défense le révoltait. Pendant toutes ces années, et malgré lui, Bail avait gardé dans un coin de son esprit l’image du chancelier qu’avait été Palpatine : bon, compatissant, révolté par l’injustice, toujours prêt à défendre les moins favorisés. Pour la première fois en dix-neuf ans, cette image volait en éclats. Cette illusion à laquelle Bail s’était accroché venait de se briser pour de bon. Les multiples fissures qui s’y étaient ajoutées au fil des années en avait eu raison.
- Chancelier, fit Rex, la 127e escadrille de combat vient d’arriver aux environs de Jedha.

La vue holographique se scinda en deux. Une maquette virtuelle de la planète apparut. Un croiseur Venator venait d’apparaître dans le champ de vision des capteurs auxquels était connectée la table holographique. Bail reconnut Le Poing de Fer, le croiseur qu’on avait assigné à l’escadrille que commandait Plo Koon. La seconde d’après, une image bleutée légèrement vacillante du commandant clone Jag apparaissait.
- Chancelier, salua-t-il, nous avons les yeux sur la cible.
- A quoi avons-nous affaire ? demanda Bail.
- Trois croiseurs de classe Impériale. Quelques vaisseaux des autorités locales ont apparemment engagé le combat au sol, mais vu le nombre de TIE que j’ai sous les yeux, Chancelier, ils n’ont aucune chance.
- Votre priorité est de protéger la population au sol, ordonna Bail. Deux croiseurs sont en route pour s’occuper des ceux de l’Empire.
- Bien reçu, Chancelier.

La communication se coupa sur ces mots. Bail se tourna vers Cody :
- Général, est-ce que votre bataillon est prêt ?
- Affirmatif, Chancelier, répondit le clone. Nous attendons vos ordres.

Bail pointa du doigt la vue de Jedha. Des ARC-170 et une multitude de V-Wings quittaient les hangars de Poing de Fer pour se diriger droit sur Jedha. Malheureusement, ils étaient interceptés par de nombreux TIE qui semblaient sortir de nulle part. Le combat se concentrait dans l’espace, quand il aurait dû avoir lieu au sol.
- Une fois sur place, vous prendrez le relais pour vous occuper des croiseurs de l’Empire, de manière à ce que l’escadrille puisse sécuriser l’espace aérien de Jedha. Nous devons repousser les forces impériales en dehors de l’atmosphère de la planète.
- Bien reçu, Chancelier.

Cody fit le salut militaire, puis s’éclipsa. Bail poussa un soupir. Il n’était pas taillé pour la guerre. Inspirant largement, il enclencha la communication avec le vaisseau de Plo Koon. Le maître Jedi apparut, encastré dans un cockpit d’Arc-170, visiblement trop étroit pour lui.
- Maître Plo Koon, ici Bail Organa. Avez-vous réussi à entrer en communication avec les croiseurs impériaux ?

La réponse du Kel Dor ne vint pas immédiatement. Sa lourde respiration résonna dans le bureau du Chancelier alors que le maître Jedi effectuait des manœuvres que Bail jugea périlleuse.
- Négatif, Chancelier, répondit-il enfin. Tous mes appels sont restés sans réponse. L’Empire ne veut pas donner ses motivations.
- Quelle est la situation ? demanda Galen, les yeux toujours rivés sur son datapad.
- Mauvaise, répondit Plo Koon. Les TIE forment un barrage serré, nous n’arrivons pas à entrer dans l’atmosphère de Jedha. Et d’après les quelques vaisseaux qui sont passés, la situation au sol est catastrophique. Les vaisseaux de l’Empire se contentent de tout détruire.

Ça n’avait aucun sens. Pourquoi tout détruire ? Et pourquoi maintenant ? Au-delà de la portée symbolique du geste, il n’y avait aucun intérêt à réduire Jedha en cendres. L’économie de la République ne serait pas atteinte. Ses frontières seraient à peine ébréchées. Quel était donc le but de Palpatine ?
- Des renforts sont en chemin, informa Galen à l’attention de Plo Koon. Deux croiseurs sont attendus. Et le 212e bataillon d’attaque vient de quitter Coruscant à l’instant même.
- Bien reçu, répondit Plo Koon. Est-ce que Maître Yoda est avec vous ?

Le maître Jedi, bien discret jusqu’à présent, se rapprocha de la table holographique de manière à être vu par le Kel Dor. Celui-ci poursuivit :
- Maître, d’après nos informateurs, l’Empire aurait pillé les réserves de cristaux Kyber dont Jedha disposait.

Bail vit le regard de Yoda se charger de doutes.
- Les réserves de Jedha, presque vides elles étaient.
- Certes, mais ils les ont quand même pris.

Le Kel Dor s’interrompit et Bail vit l’espace autour de son cockpit pivoter à trois-cent-soixante degrés.
- Une idée de pourquoi ils en auraient besoin ?

Yoda ne réfléchit pas longtemps.
- Un affront ceci est. Une provocation des Sith. Leur laisser Jedha nous ne devons pas.

Plo Koon allait répondre mais il fut interrompu par Rex :
- Chancelier, les croiseurs que nous avions appelés sont arrivés.

Bail observa la carte virtuelle des affrontements. Aux côtés du Poing de Fer venaient d’apparaître deux croiseurs de classe Venator. Le Chancelier reconnut le Corsaire Républicain et L’Éclair d’Argent. Ce fut le commandant clone de ce dernier qui apparut sur la table holographique, effaçant au passage celle de Plo Koon.
- Commandant Wolffe, le salua Galen.
- Conseiller Erso, Chancelier Organa, nous sommes arrivés aussi vite que possible.
- Commandant Wolffe, déclara Bail, vous devez libérer le passage pour la 127e escadrille de combat. Elle doit pouvoir atteindre le sol de Jedha le plus rapidement possible.

Le clone borgne observa son propre datapad. Comme Rex, il faisait partie des premières générations de clones. Il n’allait plus sur le terrain depuis longtemps, mais ses compétences de tacticien en faisaient un atout indispensable pour la Grande Armée de la République.
- Nos croiseurs ne sont pas assez équipés, expliqua-t-il. Nous ne pouvons pas nous attaquer directement aux destroyers impériaux. Nous possédons plusieurs chasseurs de combat, mais pas assez pour forcer le barrage des TIE.

Bail se prit l’arête du nez entre ses doigts.
- Le212e bataillon d’attaque sera bientôt là, répondit Galen. Vous devez essayer de tenir jusqu’à ce qu’ils arrivent.

Wolffe leva la tête pour regarder le conseiller droit dans les yeux.
- Avec tout le respect que je vous dois, conseiller, j’ai suivi vos ordres de rejoindre Jedha, mais je ne suis absolument pas équipé pour le combat contre des vaisseaux aussi lourds, et le Corsaire Républicain l’est encore moins.

Il marqua une pause pour donner une série d’ordres sur le pont derrière lui.
- Chancelier, poursuivit-il, le plus judicieux serait que les quelques chasseurs à ma disposition contournent le barrage pour aller sur Jedha. Les TIE sont pour le moment focalisés sur l’escadrille. Nous pouvons nous servir de cela.

Bail interrogea Galen du regard. Était-ce vraiment si judicieux ? Il n’était pas sûr que Plo Koon et ses hommes tiennent aussi longtemps contre des vaisseaux aussi rapides que les TIE. Il faudrait un moment à Cody et son bataillon pour arriver sur les lieux.
- Pour le moment, c’est notre meilleure chance d’arriver jusqu’à la population le plus rapidement possible, analysa Rex. Votre priorité était de la protéger, Chancelier. Si ça l’est toujours, alors nous devrions suivre ce que propose Wolffe.

Bail s’en remit à l’avis de Rex. D’un hochement de tête, il indiqua à Galen que l’opération pouvait être lancée.
- Bien, déclara ce dernier. Commandant Wolffe, vous avez le feu vert. Coordonnez-vous avec le Corsaire Républicain pour envoyer vos vaisseaux. Votre objectif est d’atteindre le sol de Jedha et de repousser les TIE hors de l’espace aérien de la planète.
- Bien reçu, Conseiller.

Alors que l’image du clone disparaissait, la carte virtuelle de la bataille se modifia. Bail vit les croiseurs républicains adopter une formation en triangle. Des deux destroyers du fond émergèrent une série de petits points rougeâtre que le Chancelier associa aux chasseurs dont Wolffe avait parlé. L’image fut saturée, puis revint à la normale. Les vaisseaux semblaient passer le barrage.

C’est alors que l’image de Plo Koon réapparut.
- Maître Jedi, fit Galen, avez-vous réussi à passer le barrage ?
- Négatif, fit Plo Koon.

Le sentiment d’urgence dans sa voix éveilla l’inquiétude de Bail. Il vit Yoda se rapprocher de la table holographique.
- Quelque chose approche, reprit le Kel Dor tout en évitant une salve de tirs lasers. Quelque chose de gros.

Galen jeta un regard inquiet à Bail. Le superdestroyer impérial. Si l’Empire l’amenait dans ce combat, c’en était fini des quelques croiseurs de classe Venator.
- Qu’est-ce qui approche, maître Jedi ? demanda Galen.
- Je ne sais pas, répondit Plo Koon – et l’urgence dans sa voix augmenta. Nous devons évacuer Jedha. J’ai un mauvais pressentiment.
- Suivre l’avis de Maître Koon nous devons, intervint Yoda.

Bail n’attendit pas. Il pressa sur l’une des commandes de la table holographique et les images des commandants Kygz – à bord du Croiseur Républicain – Wolffe et Jag s’ajoutèrent au portrait bleuté de Plo Koon.
- Commandants, dit Bail, nouvelle priorité absolue : organisez l’évacuation d’urgence de Jedha. Immédiatement.
- Le 212e bataillon d’attaque sera sur place dans sept minutes, l’informa Rex.

Bail prit note de la remarque et observa les croiseurs républicains se diriger résolument vers Jedha. Seul le Poing de Fer restait à bonne distance de la planète, de manière à protéger les deux autres destroyers. Seule la communication avec Plo Koon était encore activée. Le Maître Jedi tourna plusieurs fois la tête pour voir à l’extérieur de son cockpit.
- Les croiseurs impériaux se retirent, annonça-t-il.

Bail fronça les sourcils, imité par Galen.
- Et les TIE ? demanda Rex.
- Ils sont toujours là, déclara Plo Koon. Mais... Qu’est-ce que… ?

Le Jedi ne termina pas sa phrase. Un violent éclat de lumière traversa son image et toute la table holographique se désactiva. Bail en resta interdit.
- Que… ?

D’un geste frénétique, Galen chercha à rallumer la table.
- Il y a eu une surcharge d’énergie. Est-ce qu’il y a encore des travaux sur les coupleurs du bâtiment ?
- Pas que je sache, répondit Bail.

Au bout de quelques minutes, le conseiller réussit à activer la table de nouveau. Mais aucune image n’apparut.
- Vous êtes sûr de l’avoir rallumée ?
- Est-ce qu’on est sur le bon canal ?

Alors que Rex et Galen cherchaient désespérément à retrouver l’image virtuelle de la bataille, Bail se tourna vers Yoda. Le petit être vert semblait livide.
- Maître Yoda, tout va bien ?

Affaissé sur canne, le Jedi ne répondit pas. C’est à peine s’il ouvrit les yeux. Bail allait lui reposer la question mais la voix de Rex l’inquiéta.
- Cody, tu es sur place ?

Le comm de Rex cracha la voix du Général clone au milieu de nombreuses interférences.
- Comment ça, ce sont les bonnes coordonnées ? Revérifiez ! Ça ne peut pas être ça !

Il ne s’adressait pas à eux. Rex tenta de le contacter de nouveau.
- Cody, est-ce que tu es sur place ? Je suis avec le Chancelier, nous n’avons plus de visuel sur la bataille, qu’est-ce qu’il se passe ? Cody ?

La réponse mit de longues secondes à arriver. C’est d’une voix blanche que le Général clone reprit la parole :
- Chancelier, je… Vous devez venir sur place, je…

Un très mauvais pressentiment s’empara de Bail.
- Nous sommes sur place, déclara Cody d’une voix presque retrouvée. Mais il n’y a rien. Jedha a disparu.
"If we can't protect the Earth, you can be damned well sure we'll avenge it."
FanFic' : Hajoo & Jaden : Rebelle & Vaurien (En collaboration avec Mandoad)
LL-8
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1018
Enregistré le: 28 Déc 2015
 

Messagepar L2-D2 » Sam 13 Avr 2019 - 19:40   Sujet: Re: Toujours en mouvement est l'avenir

Chapitre 3 lu !

Commandant Jag au rapport ! :lol:

Un excellent Chapitre qui nous montre que, quelque soit l'Univers, l'Empire a des vues sur Jedha... et n'hésite pas à utiliser l'Etoile de la Mort dessus ! :shock: Je constate donc que même sans Galen Erso, Palpatine a réussi à élaborer sa station de combat ! Et la manière dont son utilisation est démontrée au lecteur est exceptionnelle avec cette coupure instantanée des communications, cette attente (et nous, lecteurs, avons compris ce qu'elle signifiait mais les personnages, eux, l'ignorent encore...) et le rapport final de Cody... Du grand art ! :oui:

Vivement la suite !
"Bonjour. J'apprécie ce câlin, moi aussi. Câlin câlin câlin. Un câlin, c'est comme de la violence faite d'amour." Monsieur Os

Staffeur résumés littéraires & fan-fictions
L2-D2
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5174
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

PrécédenteSuivante

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)


  •    Informations