StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
Les laserdiscs de la Saga
Le premier support des "home-cinéphiles"
1. Le premier support des "home-cinéphiles"
1. Le premier support des "home-cinéphiles"
 
Pendant des années, jusqu'à l'arrivée du DVD, le laserdisc fut un support incontournable pour tous les fans de Star Wars désireux de revoir la saga dans les meilleures conditions possibles.

Connu aussi sous le nom de LD, et parfois appelé CDV, la laserdisc se présentait sous la forme d'un disque optique de 30 cm de diamètre, doré ou argenté, peu sensible à l'usure comparé à une bande magnétique. L'image, analogique, était mieux définie, moins bruitée et plus stable que celle d'une cassette VHS. À l'origine, les disques laservision comportaient des pistes audio analogiques, mais le support a évolué, accueillant des pistes stéréo numériques de qualité identique à celles du CD, puis des pistes Dolby Digital et DTS 5.1. Dans certains cas, la cohabitation des pistes analogiques et numériques permettait d'inclure un commentaire audio.

Plusieurs formats ont coexisté. Les disques américains et japonais étaient codés en NTSC, tandis que ceux destinés au marché européen utilisaient le PAL. Selon le mode d'enregistrement, la durée disponible n'était pas la même : un disque CLV contient environ 60 minutes par face en NTSC (64 en PAL) et un disque CAV seulement 30 minutes (36 en PAL). Le second procédé avait pour avantage d'autoriser des arrêts sur image et l'avance pas à pas sur la plupart des lecteurs. Un "plus" non négligeable pour les passionnés souhaitant éplucher La Guerre des étoiles dans les moindres détails.

Aujourd'hui, si l'on excepte les documentaires, les laserdiscs Star Wars présentent un intérêt surtout pour les amateurs des versions cinéma : la trilogie originale est enfin disponible en DVD, mais seuls les LD permettent de revoir l'Édition spéciale et le premier montage de La Menace fantôme avec une qualité supérieure à celle des VHS. Quant aux collectionneurs, ils conservent ou recherchent les laserdiscs pour le charme de leurs pochettes et la nostalgie qui s'en dégage. Elles nous replongent dans la genèse du "cinéma à domicile", dont l'histoire ne manqua pas d'être influencée, elle aussi, par la fabuleuse saga de George Lucas.
Page suivante >>
Publicité