StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Qu'est ce que la Force?
 
La Force était un courant, une énergie métaphysique et omniprésente qui constituait la source du pouvoir des Jedi, mais également des Sith. Considérée de différentes manières selon les écoles de pensée, la Force était interprétée par quatre concepts majeurs : le côté lumineux (Ashla), le côté obscur (Bogan), la Force Vivante, et la Force Unifiée. Bien qu’omniprésente, le courant de la Force ne pouvait être capté et exploité par tous. Seuls les individus réceptifs à son pouvoir en étaient capables. Cette réceptivité, ou sensibilité, à la Force était due à des microorganismes appelés « midi-chloriens », des formes de vie microscopiques et intelligentes présentes dans le sang d’une personne. Un individu disposant d’un taux de midi-chloriens suffisamment grand était capable de canaliser le pouvoir de la Force et de s’en servir pour influencer l’environnement qui l’entourait, que celui-ci soit organique ou mécanique.

Bien que les Jedi fussent les premiers à étudier et à identifier la Force via divers concepts, la Force en elle-même exista bien avant la création de l’Ordre Jedi. Selon les archives historiques de la galaxie, plusieurs espèces ont fait preuve de talents issus de la Force avant même que le premier Jedi quitta la planète Tython pour devenir un Chevalier Jedi. L’exemple le célèbre restait celui des Rakatans, une race galactique de conquérants qui étaient capables d’alimenter leur technologie, y compris les moteurs de leurs vaisseaux spatiaux, grâce à la Force. C’est ainsi qu’ils parvinrent à conquérir plusieurs systèmes de la galaxie.
2. Le côté Lumineux
 
Anciennement appelé « Ashla », le côté lumineux de la Force était l’aspect de la Force aligné avec toutes les émotions positives. L’honnêteté, la clémence, la compassion, et l’autosacrifice en étaient les principales. Cet aspect de la Force, prôné par l’Ordre Jedi, permettait à un utilisateur de la Force de maintenir un équilibre vital et une connaissance maîtrisée de son pouvoir. Le côté lumineux de la Force imposait un entraînement difficile et contrôlé, d’où la pratique régulière de la méditation. Par la méditation, les utilisateurs de la Force alignés avec le côté lumineux de la Force étaient capables de purger leur être de toute émotion plus ou moins néfaste telles que la haine, l’agression, la vengeance, et même l’amour. Cette dernière émotion resta strictement prohibée sous l’ancien Ordre Jedi, qu’elle fut liée à la famille ou à un être cher autre qu’un parent, car la perte d’un être cher pouvait provoquer toutes les autres émotions néfastes à éviter : la haine, la colère, la vengeance.

Parmi les Jedi, le côté lumineux avait une influence plus ou moins importante. Certains Jedi étaient partisans d’un côté lumineux conscient, capable d’influencer sur le cours des événements pour permettre de rétablir l’ordre. Les partisans de cette philosophie se considéraient donc comme de simples instruments de la Force, des incarnations de son pouvoir dont le devoir était de mettre leurs talents au service des autres. C’était là une opinion largement acceptée. Cependant, ce courant de pensée posait un problème éthique à certains Jedi. Les détracteurs de ce courant de pensée n’acceptaient pas l’hypothèse selon laquelle la Force avait une volonté propre, car le fait d’être un instrument de la Force impliquait nécessairement être soumis à une destinée, avoir un chemin tout tracé, être privé de sa volonté propre et de sa capacité à faire ses propres choix.

De manière générale, tous les Jedi s’accordaient sur le fait qu’ils devaient mettre leurs pouvoirs au service de la paix, qu’ils devaient défendre les opprimés et approfondir leurs connaissances de l’univers.
3. Le côté Obscur
 
Anciennement appelée « Bogan », le côté obscur de la Force était l’aspect de la Force aligné avec la plupart des émotions négatives : la haine, la passion, la souffrance, l’égoïsme. Considéré comme le mal ultime par les Jedi, le côté obscur de la Force permettait à un utilisateur de la Force d’obtenir une force et un pouvoir destructeur et souvent non maîtrisé. Généralement stimulé par une grande souffrance, par une décadence morale, ou par le désir d’éviter une souffrance, le côté obscur de la Force devenait une sorte de drogue pour celui qui y succombait. Une fois que l’on y cédait, on avait peu de chances d’en revenir, soit parce que l’on n’accordait plus aucune importance aux choses de son ancienne vie, soit parce que l’on craignait d’être enfermé ou éliminé, et surtout privé de ses pouvoirs. Les premiers partisans du côté obscur de la Force croyaient dur comme fer que les Jedi avaient tort de réprimer leurs émotions et qu’en rejetant toute idée liée au côté obscur, ils se fermaient à une connaissance plus grande de l’univers. Lorsque le côté obscur n’était pas motivé chez quelqu’un par une tragédie personnelle, il l’était par le ressentiment d’un besoin démesuré de survivre, ou d’un mal nécessaire. Le côté obscur pouvait également naître de la volonté d’accomplir le bien, lorsque cette volonté devenait une obsession. La plupart des utilisateurs du côté obscur de la Force s’accordaient à dire qu’ils avaient choisi le côté obscur car le côté lumineux ne fournissait pas les moyens nécessaires pour faire face à certaines difficultés, mais là encore, il s’agissait d’une question de point de vue.

Pour les partisans les plus farouches du côté obscur, l’accès à un pouvoir immense était une raison suffisante pour accomplir n’importe quel crime. Dans ce cas, le côté obscur pouvait devenir assez influent sur le corps de l’utilisateur pour qu’il ronge son enveloppe charnelle. Un partisan du côté obscur subissait souvent des changements physiques importants : dépigmentation de l’œil et de la peau, mutilation subies ou auto-infligées, vieillissement, altération de la voix, etc. L’exemple du Seigneur Sith Dark Nihilus prouva que le côté obscur de la Force était même capable d’oblitérer entièrement le corps d’une personne pour ne laisser que son esprit. Mais un autre exemple, celui du Seigneur Sith Dark Sion, prouva également qu’il pouvait maintenir l’intégrité physique d’un être quelle que soit l’étendue de ses blessures. Pour cela, l’utilisateur devait puiser dans les émotions néfastes du côté obscur telles que la souffrance pour nourrir son pouvoir.

D’après le Maître Jedi Tolaris Shim, le côté obscur de la Force se présentait en quatre étapes. La première : la tentation, due au fait d’être exposé à un choix qui impliquait un usage égoïste de la Force. La seconde : l’exposition au danger, due au fait d’être indécis ou hâtif. La troisième : la soumission, provoquée par le besoin d’une assistance ou d’une initiation. La quatrième : la rédemption, ou l’expiation, provoquée par l’accomplissement d’un acte héroïque ou désintéressé.
4. La force vivante
 
La Force Vivante était une autre philosophie de la Force qui disait que la Force pénétrait, enveloppait, et reliait tous les êtres vivants de la galaxie. Largement approuvée par l’Ordre Jedi, la Force Vivante imposait aux Jedi d’étendre leur perception à celles des êtres vivants qui les entouraient. Ainsi, ils éveillaient leurs consciences à un avenir plus ou moins proche, tout en restant concentré sur le présent. Ce concept permettait d’avoir un regard plus ou moins objectif sur les conséquences de ses actes.

Les partisans de la Force Vivante s’en remettaient souvent à leurs instincts et à leurs impressions du moment. À leurs morts, cette façon de penser et d’agir leur permettait de fondre leurs corps dans la Force, et même de transgresser les frontières de la mort en réapparaissant sous la force de fantômes de Force. De manière générale, la Force Vivante abritait à la fois le côté lumineux et le côté obscur de la Force.

5. La force unificatrice
 
La Force Unifiée, à l’inverse de la Force Vivante, était une philosophie de la Force selon laquelle la Force ne renfermait ni côté lumineux, ni côté obscur. De ce fait, le concept de Force Unifiée était très peu répandu parmi l’Ordre Jedi. N’étant ni bonne ni mauvaise, la Force Unifiée était en quelque sorte vue comme une entité divine et unique. Les partisans de ce concept se concentraient constamment sur les possibilités de l’avenir, et donc sur les conséquences de leurs actes. Mais à l’inverse de la Force Vivante, la Force Unifiée forçait les Jedi à négliger l’instant présent. Etant largement concentré sur l’avenir, les partisans de la Force Unifiée avaient souvent des visions du futur, et c’est la poursuite de ces visions qui rendait les Jedi presque aveugles au présent.
<< Page précédente
Page suivante >>
Publicité