StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
Kinect Star Wars
  • Genre Action 3D
  • Année de sortie 2012
  • Année et période -32 à -19 (Emergence de l'Empire)
  • Plate-forme(s) Xbox 360
  • Lien web Acheter sur Amazon
  • Ensemble de 5 mini-jeux exploitant les possibilités du système de capture de mouvement Kinect.

  • Note du staff SWU
     (73 % - Test SWU)
  • Note des internautes
     (aucun commentaire disponible)

Introduction

Ça vous plairait d'être un chevalier Jedi ?

Rien que dans la vie de tous les jours, en prenant le premier quidam venu, étant donné la place de Star Wars dans l'imaginaire collectif, je pense bien qu'un assez grand nombre de personnes répondraient oui, avec un sourire béat.

Et, sachant que nous sommes sur un site dédié aux fans de Star Wars (à moins que vous ne vous soyiez perdus ?)... Là, c'est plus le sourire béat, c'est les yeux ronds comme des balles de ping-pong, le sourire jusqu'aux oreilles (sauf si vous êtes Twi'lek, auquel cas vous n'en avez pas), le filet de bave s'étendant du menton aux chaussettes... Stop ! Fin du rêve. Vous n'êtes pas un Jedi, et vous ne le serez certainement jamais. Désolé du réveil brutal. Mais, ne vous énervez pas ! Vous vous doutez bien que je ne baratine pas depuis cinq minutes pour rien. Oui, il y a bien une "solution de remplacement"...

Sorti en 2012  sur notre chère Xbox 360, Kinect Star Wars fait le pari osé de tenter de vous mettre dans la peau d'un padawan... en jouant uniquement avec votre corps. Pour les personnes qui auraient vécu dans une grotte ces dernières années -ou qui s'en balançaient parce qu'ils ne possédaient pas de Xbox 360-, la technologie Kinect se base sur la reconaissance des mouvements humains, à l'aide de la caméra Kinect (espèce d'évolution de l'EyeToy de Sony), à acheter en supplément à la console.

Si de nombreux jeux exclusifs à la Kinect n'ont pas été de grands succès, car peu ambitieux et pas forcément très jouables.... d'autres sont assez réussis, essentiellement dans le domaine de l'arcade familial (Just Dance, les Lapins Crétins partent en live, Kinect Sports, Kinect Adventures...). Logique, la Kinect est typiquement le genre de gadget conçu pour amuser toute la famille, ou tous les copains. Mais on aura aussi eu quelques ovnis très sympathiques, plus orientés core gaming : le très sympathique Fable : The Journey, l'épileptique Child of Eden...

Bref, Lucasarts veut appliquer le concept à Star Wars. Que voilà une idée alléchante que de nous faire endosser le rôle d'un Jedi, d'un pilote de modules ou d'une danseuse twi'lek... Pari réussi ?

Destinée de Jedi

Ça y est. Vous en rêviez, Lucasarts l'a fait. Votre maître vous apprend à manier le sabre, Yoda vous enseigne la télékinésie, vous vous éclatez à décapiter des droïdes ou à jouer au yoyo avec un Trandoshan...

Bon, soyons honnêtes.

C'est vrai, dans les premières minutes de jeu, le bonheur est total. Votre avatar à l'écran reproduit fidèlement vos gestes (bon, faut pas non plus lui demander de faire un smurf), vous déviez des tirs comme un vrai Jedi, les passes au sabre sont simples et intuitives, vous pouvez le manier d'une ou deux mains... Pour la maîtrise de la Force, c'est déj un peu plus délicat. Pour avoir expérimenté plusieurs fois, et à plusieurs personnes, je peux vous le dire : ptêt ben qu'vous allez y arriver... et ptêt ben qu'non. Ça dépendra de votre taille, physionomie, éclairage de la pièce, humeur de Kinect... Ça pourra être très intuitif ou très pénible ; mais ce sera l'inverse une autre fois...

Tout à l'heure, je disais "dans les premières minutes de jeu". Oui, parce que, croyez-en le testeur, au bout d'un quart d'heure vous vous rendrez compte... que vous faites des gestes dans tous les sens, n'importe comment. Eh oui, quand les ennemis commencent à être plus nombreux, vous commencez à faire des mouvements de plus en plus rapides, pour finir dans le n'importe quoi. C'est pour cette raison que, pour ne pas gâcher le plaisir de jeu, il vaut mieux jouer le mode DESTINÉE DE JEDI par petites touches. Entre 2 parties d'un FPS sanglant, pour se détendre, ou pour dire d'avoir transpiré un peu la journée, sans aller faire un jogging.

Sinon, vous vous lancerez petit à petit, et malgré vous, dans dans une danse effrénée et insensée n'ayant plus aucun rapport avec du combat Jedi...

Heureusement, on ne sera pas tout le temps à pied, à sabrer à tout bout de champ. De nombreuses phases en speeder, ou en vaisseaux sont présentes et contribuent à varier les plaisirs.

Dans les phases en speeder, on peut constater une chose : l'impression de vitesse est vraiment bien rendue. La scène en speeder sur Kashhyyk fait écho à celle d'Endor dans ROTJ, et est immersive à souhait. Des arbres en pleine tronche aux Wookies renversés accidentellement, tout est fait pour créer des véritables scènes d'action comme on les aime dans la Saga...

Les phases en vaisseau vous mettent soit aux commandes d'une tourelle laser, soit aux commandes d'un Intercepteur Jedi. Ça reste simple : vous tournez le viseur à l'aide de vos bras, le tir se déclenchant automatiquement lorsqu'il est en face d'une cible. Simple et efficace.

Les duels au sabre sont nettement moins amusants. Ils y en aura quelques-uns dans la campagne, mais j'en parlerai dans la seconde partie du test, puisqu'il s'agit aussi d'un mode de jeu à part entière.

Question graphismes, c'est assez satisfaisant. Les décors sont vraiment beaux -en particulier Kashhyyk-, les batailles spatiales sont assez bien réalisées. Les personnages principaux sont bien modélisés et animés (les wookies sont quand même un peu limite au niveau des articulations, mais rien de bien grave, c'est pas non plus Rebels), ce qui nous offre de jolies scènes (le duel de Mavra Zan contre les magnagardes). Ah, tiens, une exception : vous. Votre personnage, quelque soit celui que vous choisissez, n'a qu'une lueur vide en guise de regard, et on le croirait hypnotisé/en stase/un dimanche matin à 6h (rayez la/les mentions inutiles), et cela durant touuuuut le jeu. Encore heureux qu'on ne le voie que de dos lors des phases de jeu...

Remarquez, son regard reflète assez bien sa personnalité. Et on en arrive au point qui fâche : le scénario.

Je parlais donc du personnage incarné. Il ne place pas UNE phrase de tout le jeu. Je veux bien croire à l'effet "Masterchief", mais on peut quand même faire parler un minimum le personnage principal !

Heureusement, quelques bons peronnages inédits viennent relever la sauce ! Votre maître, Mavra Zan, est très "classe", comme disent les djeuns, sort quelques répliques sympa, et a un style de combat assez atypique. Une formule simple mais efficace qui en fait -enfin !- un personnage intéressant. Quelques autres inédits s'intègrent à l'histoire, le droïde de protocole bavard, et le contrebandier mal rasé beau gosse. Des classiques, on ne le niera pas, mais qui apportent un peu de punch et d'humour.

Du côté des guest-star, on a les figurations sympas de Mace et Obi-Wan... Mais, voilà, faut attirer les novices qui ne connaissent de Star Wars que ses grandes figures. Par conséquent, Yoda et Chewie sont du voyage, et pas qu'un peu ; ce qui rendra heureux le dilettante, et affligera le fan, qui regrettera leur utilisation abusive...

Bon, laissons là les personnages, et attaquons-nous à l'histoire en elle-même. Eh bien, c'est pas vraiment mieux. Si la structure de l'histoire est plutôt cohérente et de qualité, de nombreux éléments ébranlent la crédibilité du jeu...

Déjà, ou se situe le jeu dans la chronologie, on n'en sait rien. Il semblerait que ce soit en période de Guerre des Clones (poutrage de droïdes de combat), mais les informations officielles parlent d'entre les épisodes I et II... À ajouter, une maître qui a une dizaine de padawans... la règle de l'unité, connaissent pas ? Allez, on aurait pu en accorder 2, admettre qu'on est en temps de guerre, qu'il faut former les Jedi le plus rapidement possible... Mais une dizaine ?!?!? On pourrait aussi admettre qu'il s'agit d'un raccourci pour les néophytes, appelant "padawan" au lieu de "initié"... mais la cinématique de fin invalide cette théorie...

Parmi les facilités de l'histoire, on citera aussi les deux zabraks tatoués à double sabre... marrant, ça me rappelle un truc, ça... De qui s'agit-il ? D'où viennent-t-ils ? Aucune idée, ils sortent de nulle part...

Dernier point, la durée de vie. Hé bé, là, on a fait pire que The Force Unleashed II. Pire que Republic Commando. Pire qu'un seul niveau d'Angry Birds Star Wars. Bon, n'exagérons pas, tout de même.

Le temps d'effectuer les 18 niveaux, vous en avez pour 3h environ. D'accord, d'accord, la durée de vie de la campagne n'a jamais été le point fort d'un jeu Kinect. Mais on est en droit de s'en plaindre quand même.

Allez, y aura quand même quelques jolies scènes bien dans l'esprit de la saga, comme le combat au dessus du scarlacc, ou la traditionnelle explosion de croiseur... et, au final, c'est ce qu'on attend d'un jeu comme celui-là : nous faire replonger dans l'ambiance des films. Et ça, c'est franchement réussi.

Le mode duel

Ce mode-là vous plonge dans le ô combien apprécié art du combat Jedi. Plusieurs phases de ce mode de jeu sont intégrées à la Destinée de Jedi, mais vous pouvez également choisir votre adversaire et votre lieu de duel à partir du menu. Parmi les guests qu'on vous proposera de combattre, on notera Dooku et Vador.

Première déception, impossible de se battre contre un ami. Pas question non plus de faire équipe avec un ami, tel Anakin et Obi-Wan, pour mettre une pâtée à Dooku. En mode 2 joueurs, vous vous battez chacun contre un ennemi différent, indépendamment. Autant jouer chacun son tour...

Les adversaires sont plutôt peu variés, et ce n'est rien de le dire. 5 adversaires disponibles, c'est pas extraordinaire. Et en plus il faut avoir battu avec un score minimum le duelliste précédent pour pouvoir affronter le suivant... Et bien évidemment Vador est le dernier...

Même si on ne se plaindra pas de faire face à Vador (qui pourrait ?), on n'aurait pas été contre un peu plus de folies, comme par exemple rajouter le général Grievous, ou un personnage à 2 sabres comme Asajj Ventress...

Intéressons-nous à présent au gameplay. Le combat est divisé en plusieurs phases :

- une phase de défense où vous devez esquiver ou parer les coups adverses en levant le sabre en haut, à droite, à gauche, en bas, en se penchant, ou en sautant. C'est assez ennuyeux, il faut l'admettre. En effectuant les parades et esquive avec succès, vous remplissez la jauge d'attaque.

- une phase de blocage au sabre, dans laquelle vous et votre opposant poussez fort sur le sabre. Il faut alors reproduire le mouvement demandé à l'écran pour envoyer l'adversaire au tapis.

- une phase d'attaque où vous devez secouer la main dans tous les sens pour percer les défenses de l'ennemi et lui faire perdre de la vie. Vous avez d'autant plus de temps que la jauge acquise en phase de défense est grande.

Les phases se répètent jusqu'à ce qu'il y ait un mort. C'est assez simple, et peu amusant. C'est même décevant de ne même pas pouvoir tenir le sabre à deux mains...

 

En bref, contrairement à ce que l'on aurait pu penser, le fun est peu présent dans ce mode de jeu, c'est bien dommage...

Le mode course de modules

Ce mode de jeu vous permet de participer à ce qui est certainement la scène la plus reproduite dans les jeux vidéo Star Wars (quoique les batailles de Hoth et de Yavin ont aussi un bon classement), j'ai nommé, la Boonta Eve ! La course de pods, on l'a déjà vécue (de façon plus ou moins réussie), mais seulement manette en main, jamais en mimant la conduite devant son écran... Du fun à apporter, on dirait...

On commence par le scénario. Eh ouais, y en a un. D'accord, il n'y en avait pas trop besoin, c'est clairement le mode de jeu auquel on joue entre amis, tranquillement... mais on ne va pas se plaindre non plus. L'histoire nous mène donc à Watto, qui, après le départ d'Anakin de Tatooine, cherche un nouveau champion qui concourra pour lui, en pilotant l'ancien pod du petit Ani... Peu inventif, comme histoire. On a vu pire, dans le genre prétexte-pour-ressortir-la-course-de-pods; mais, peu inventif quand même, il faut l'admettre. Quoiqu'il en soit, il y a, quand même, des scènes sympathiques mettant en scène Watto, Sebulba, ou les "pit droids".

Et question Gameplay, alors ? Pas grand chose à dire, c'est très instinctif. À noter, la possibilité de régler l'assistance à la conduite, histoire de s'adapter aux niveaux des joueurs. Des commandes plus nombreuses qu'on ne pourrait le penser : accélération, réparation du véhicule, différentes attaques pour faire bouffer le sable à vos adversaires... même si on est souvent plus occupé à accélérer sans relâche. La sensation de vitesse est extrêmement bien représentée, c'est un vrai plaisir de foncer à toute berzingue dans les canyons en reproduisant les mouvements de conduite devant la télé...

Les cartes sont sympathiques, même si peu nombreuses. Chacune possède quelques spécificités : sur Tatooine, quelques tuskens peuvent venir vous mettre des bâtons dans les roues, par exemple...

En conclusion, rien à redire sur ce mode : graphismes corrects, impression de vitesse, maniabilité adaptée à chacun, et surtout, vraiment fun. Et en plus, on peut y jouer à deux, alors...

Le mode carnage de Rancor

Posons les faits : une journée comme les autres sur Tatooine ou Naboo, tout le monde vaque à ses occupations... Quand soudain, un grondement au loin. Cinq minutes plus tard, les batiments s'effondrent, les gens fuient en tous sens, des troupes impériales tentent vainement d'arrêter le monstre, c'est l'apocalypse.

Et c'est vous qui faites tout ça. Vous êtes une de ces créatures joviales et affectueuses que l'on appelle Rancor, et vous déchaînez toute la colère que vous éprouvez envers votre prof de Maths/votre boss/votre infirmière (choisissez selon votre tranche d'âge) sur ces pauvres citadins qui n'ont rien demandé à personne...

Les cinématiques présentant le contexte de l'évasion d'un Rancor pour chaque planète sont franchement drôles et introduisent bien le délire. Les graphismes sont toujours très bons, même si les villes ont un level design assez répétitif.

On peut choisir son type de Rancor et la map (Tatooine, Naboo, Felucia...) et place au défoulement. Les comandes sont simples (attraper, charger, sauter, frapper par terre), néammoins le temps de réaction est long, et on s'y reprend souvent à plusieurs fois pour effectuer un mouvement. Le défoulement attendu se métmorphose en frustration, et on finit par sauter frénétiquement et à rester penché en avant pour sprinter indéfiniment dans la ville entière.

Néammoins ce mode de jeu dégage tout de même une ambiance fun, grâce à des détails comme les stormtroopers qui tentent de contenir la bête, les jawas qui s'enfuient, les droïdes de protocole qui font de leur mieux pour prendre leurs jambes à leur cou, et enfin la possibilité d'attraper tout ce beau monde d'une main griffue puis de lancer ou d'avaler la proie...

En somme, un fun semi-présent, handicapé par une maucaise reconnaissance de mouvements, mais rattrapé par le bonheur devant la panique des villageois et devant l'écroulement de leurs maisons... Et puis, qui n'a jamais voulu battre le record du lancer de jawa, ou faire visiter le fond de sa cavité buccale à un stormtrooper ?

Le mode battle de danse galactique

Lucasarts a poussé le délire -ou le blasphème- a son maximum. Dans la peau de Vador (enfin, ce qu'il en reste), de Leia ou de Yan, on peut se trémousser dur du Village People ou sur des remaniements bien trouvés d'autres tubes célèbres. À prendre évidemment au second degré, et à consommer sans modération ! Il faut alors effectuer en rythme les mouvements indiqués à l'écran (on a droit à des perles comme le "baiser du Wookie), à la manière d'un Just Dance. La reconnaissance des mouvements est ici plutôt bonne, même si l'on n'est jamais à l'abri d'une imprécision de Kinect. Bref, du fun en barquettes, même si il faut bien dire qu'on a une petite larme à l'oeil en voyant Vador se dandiner...

Bande son

Côté musique, rien à dire : on est quand même sur du Star Wars, là ! Les compositions de John Williams font leur boulot, c'est indéniable. Les chansons remaniées de la battle de danse sont en général bien trouvées.

Les doublages français, par contre, sont franchement moyens, et on regrettera surtout les de Yoda et de C-3PO (qui peut remplacer Roger Carel ?).

Conclusion

Un jeu accessible tant aux fans qu'aux non-fans, ces derniers sûrement moins dégoûtés par les scénarios en carton et les énièmes reprises de scènes et personnages cultes de la Saga. Néammoins, malgré un gameplay entâché par les inévitables approximations de Kinect, il est indéniable que l'élément principal de ce type de jeu -le fun- est bel et bien présent : grâce à des activités variées, une difficulté très accessible qui permet à tous de s'amuser et pallie heureusement la facétieuse Kinect ; et surtout cette ambiance Star Wars qu'on adore tous -fans et non-fans-, ces fonds de destroyers qui explosent et de lasers qui fendent l'air, et qui nous font pardonner les petits pieds-de-nez à la continuité et à l'intégrité de la saga.

KortoVos

Kinect Star Wars
Plate-forme :  Xbox 360  -  Date : 25/02/2015

Points positifs

- graphismes somme toute corrects

- on manie le sabre !

- soulever des objets avec la Force

- la Boonta Eve décoiffe !

- Ambiance Saga garantie !

- Danse avec les stars

- La bande-son, évidemment

Points négatifs

- scénario de la campagne peu original et plein de facilités et d'incohérences

- Duels au sabre mous

- Durée de vie de la campagne

- Problèmes de reconnaissance de mouvement pour la force et en mode Carnage

- Doublages français

- Le Nautolan des images de teasing n'est pas jouable ! Snif...

Note :
(73 %)
SWU fan database
 

Statistiques globales

8 membres le possèdent (qui ?)
10 membres y ont joué (qui ?)

Ma database

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir gérer votre collection. Merci de votre compréhension.
Publicité