Informations

IMPORTANT : pour que la participation de chacun aux discussions reste un plaisir : petit rappel sur les règles du forum

Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Si vous aimez écrire et que vous trouvez que l'Univers Star Wars a besoin de nouvelles histoires, ou si vous voulez lire plus que ce que la licence officielle vous offre, bienvenue dans la Section Fan-Fictions !

Retourner vers Fan-Fictions

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films et sur les séries sont interdits dans ce forum.

Messagepar mat-vador » Ven 25 Oct 2019 - 12:44   Sujet: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Attention, arrivée de la deuxième partie en approche... :sournois:

Bonjour à tous, très chers et très chères :D !

Alors, une annonce: le synopsis de la seconde partie sera posté mardi, histoire de satisfaire un peu votre appétit et le premier extrait sera posté vendredi prochain :whistle: !

Il vous faudra patienter un peu :transpire: .

Voici un rappel des périodes du Pius Dea que j'ai l'intention de traiter:


-L'ascension du Pius Dea à la tête de la République en 11987 BBY ( Ca c'est fait, voir ici: Pius Dea 1 )

-Le Premier massacre commis par les fanatiques du Pius Dea contre les non humains sur Coruscant en 11966 BBY (thème abordé dans la deuxième partie ici même!)

-La première croisade du Pius Dea lancée contre les Hutts en 11965 BBY (thème abordé dans la troisième partie à venir!)

Quant aux autres thèmes ci-desous:
-Le Schisme entre l'Ordre Jedi et la République en 11933 BBY
-La Grande Croisade du Nord contre les Zabraks et les Ithoriens
-Le génocide de Zarracine III en 11600 BBY
-La sixième guerre Alsakan réunissant une première coalition visant à renverser le Pius Dea
-L'apparition d'une foi religieuse appelée le Renoncement, visant à contrecarrer la doctrine idéologique du Pius Dea à l'intérieur même de la République.
-La bataille d'Uquine qui vit la chute finale du Pius Dea et l'emprisonnement de Contispex XIX en 10967 BBY durant la septième guerre Alsakan

Ces thèmes là, j'ai l'intention de les aborder dans de très courtes histoires, des sortes de chronique si vous préférez. Exception faite du dernier thème que j'écrirai dans un roman, qui serait une sorte de quatrième partie finale :wink: !

Voilà si vous avez des questions ou des remarques, n'hésitez pas :cute: !

Allez à bientôt :hello: !
Modifié en dernier par mat-vador le Ven 01 Nov 2019 - 23:53, modifié 3 fois.
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2087
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Den » Ven 25 Oct 2019 - 15:28   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie) [annonce!]

Ouuuuh! Ca promet d'être énorme! :)

Juste une question: les Jedi auront-ils un rôle à jouer dans toute ces histoires? :sournois:
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5439
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar mat-vador » Ven 25 Oct 2019 - 16:47   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie) [annonce!]

Den a écrit:Ouuuuh! Ca promet d'être énorme! :)


:jap:

Den a écrit:Juste une question: les Jedi auront-ils un rôle à jouer dans toute ces histoires? :sournois:


Hum alors, les Jedi apparaîtront bien sûr dans la l'histoire. Peut-être joueront-ils un rôle ou peut-être pas :siffle: :transpire: ?

Bref à suivre :roll: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2087
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Dark GaGa » Lun 28 Oct 2019 - 14:23   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie) [annonce!]

Den a écrit:
Juste une question: les Jedi auront-ils un rôle à jouer dans toute ces histoires? :sournois:

Le rôle du barbecue ? :siffle:
Welcome to the dark side, we lied about the cookies. #teamReyLo #teamEmpire
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
Fan-fics : emplois fictifs petits meurtres fanart:Grimoire sith
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3182
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar mat-vador » Lun 28 Oct 2019 - 20:14   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie) [annonce!]

Dark GaGa a écrit:
Den a écrit:
Juste une question: les Jedi auront-ils un rôle à jouer dans toute ces histoires? :sournois:

Le rôle du barbecue ? :siffle:


Désolé, le casting en a décidé autrement :P mais y aura quand même du barbecue :sournois: !

Il est temps de vous poster le synopsis de cette deuxième partie! Attention roulement de tambour...

Plus de vingt ans après l’élection de Julius Contispex comme Chancelier Suprême de la République…

Une ère sombre a débuté pour la République Galactique qui cherche à s’étendre. La peur a gagné les cœurs et gangrené les esprits. Derrière le pouvoir de plus en plus despotique de Julius Contispex, se dissimule l’influence d’un culte fanatique qui contrôle peu à peu les instruments de pouvoir. Les adeptes de ce culte connu sous le nom de Pius Dea, semblent bien décidés avec la bénédiction de Contispex, leur Sage Suprême, à éliminer sur Coruscant et dans l’espace républicain, ceux qu’ils considèrent comme impurs selon leur foi.

Leur cible favorite : les communautés non humaines discriminées et parquées dans des ghettos, peu à peu privées de leurs droits.

Face à l’oppression grandissante, des résistants s’organisent pour sauver ce qu’il reste de la République qu’ils idéalisent. Seront-ils assez forts et assez unis pour contrer, voire renverser, le Pius Dea et le Chancelier despotique qui projettent un massacre de grande envergure au cœur même de la capitale ?

Découvrez la suite de l’histoire de la secte Pius Dea et de la dynastie des Contispex !



Voilà, voilà! Pour rappel la deuxième partie traitera l'histoire en 11966 avant la bataille de Yavin IV! Pour terminer en beauté, voici le titre de cette deuxième partie:

La Lune Pourpre

Le premier extrait sera publié vendredi, le jour de la fête des morts... ce n'est que le hasard je vous assure :transpire: !

En attendant, n'hésitez pas à me faire part de vos remarques et de vos questions!

à bientôt :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2087
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Den » Lun 28 Oct 2019 - 20:26   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie) [synospsis!]

J'avoue que tu sais donner envie de lire ce que tu écris!^^

Je n'ai qu'une chose à dire concernant ce synopsis: Mais que font les Jedi?? Comme d'habitude, ils prônent la patience? Après tout, Contispex pourrait, sur un coup de chance, changer d'avis et prôner la bonne entente entre les peuples de la galaxie! :lol:

En tout cas, je me demande quels seront les nouveaux personnages de cette histoire! J'espère qu'on reverra Bekan! :sournois:

Bon, je l'avoue, je suis impressionné par la période traitée. Elle est bien plus riche et vaste que je ne l'avais supposé au départ. Hâte d'en savoir plus!! :wink:
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5439
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar mat-vador » Lun 28 Oct 2019 - 20:41   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie) [synospsis!]

Den a écrit:J'avoue que tu sais donner envie de lire ce que tu écris!^^


:jap:

Den a écrit:Je n'ai qu'une chose à dire concernant ce synopsis: Mais que font les Jedi?? Comme d'habitude, ils prônent la patience?


Beh oui :P ! ils prônent la modération, la réflexion et l'étude de la Force, mon cher padawan! Très important ça, l'étude de la Force :roll:...

Den a écrit: Après tout, Contispex pourrait, sur un coup de chance, changer d'avis et prôner la bonne entente entre les peuples de la galaxie! :lol:


Et prôner aussi la démocratie :P !

Den a écrit:En tout cas, je me demande quels seront les nouveaux personnages de cette histoire! J'espère qu'on reverra Bekan! :sournois:


Il y aura de nouveaux personnages mais on reverra aussi des personnages abordés dans la première partie :sournois: ! Dont un certain bekan et un certain monsieur Contispex avec sa famille tout à fait charmante :diable: !

Den a écrit:Bon, je l'avoue, je suis impressionné par la période traitée. Elle est bien plus riche et vaste que je ne l'avais supposé au départ. Hâte d'en savoir plus!! :wink:


Ah c'est bien pour ça que je l'ai choisie :sournois: ! J'espère combler tes attentes :diable: !

allez à une prochaine fois, mio amico :jap: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2087
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Mer 30 Oct 2019 - 12:55   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie) [synospsis!]

Voilà un synopsis des plus prometteurs! Vivement vendredi! :oui:
Approchez, chiens des ténèbres ! Venez à la rencontre de votre mort ! Jetez vos pouvoirs sur moi ! Je vous renie ! Je vous défie ! Je suis Chevalier de l'Empire ! Je suis votre fléau ! Antares Draco

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6001
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Mer 30 Oct 2019 - 13:41   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie) [synospsis!]

L2-D2 a écrit:Voilà un synopsis des plus prometteurs! Vivement vendredi! :oui:


:cute: :jap:

Pour info, j'en suis à 60 pages! comme ça, ca me donne de la marge en cas d'imprévu. Comme pour la première partie, on partira sur une publication hebdomadaire 8) !

à vendredi :sournois: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2087
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Ven 01 Nov 2019 - 22:32   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie) [synospsis!]

Bonsoir à tous, le moment tant attendu est arrivé!

Il est temps de vous publier le début de cette nouvelle partie :sournois: !

Découvrez la République sous la poigne du Chancelier Contispex! Bonne lecture!

2Ème Partie : La Lune Pourpre

Coruscant, monde capitale de la République Galactique
11966 ans avant la bataille de Yavin IV


-La Déesse est mère de toutes choses.
En ce début d’après-midi, dans cette partie de la Cité Galactique, le soleil au zénith laissait percer ses rayons ardents à travers les nuages blafards, baignant cette large avenue bondée qui menait à la grande place devant le bâtiment du Sénat Galactique.
Le Chevalier Jedi Bekan Kalad avait choisi de se préserver de cette foule compacte et effrénée qui vaquait à ses occupations. Mais l’humain originaire d’Alsakan qui courait sur sa quarantième année n’était pas dupe de leur attitude.
Les gens se croisaient sans se regarder, la mine fermée. Le rythme de leurs pas suggérait soit que le temps leur manquait, soit qu’ils ne souhaitaient pas s’attarder davantage. À l’ombre d’une des échoppes à laquelle il patientait adossé, les mains enfouies dans les larges manches de sa tunique beige de Jedi, il avait repéré à trente mètres de lui, de l’autre coté du boulevard, ce prédicateur du culte Pius Dea. Une femme chauve et svelte drapée d’une toge pourpre se tenait sur une barge flottante, entourée de cinq autres coreligionnaires – chauves – en toge sombre et à l’expression farouche, peu avenante.
Elle étendait les bras en direction de badauds, humains pour la plupart, qui s’étaient regroupés pour l’écouter. Beaucoup l’avaient choisi de leur plein gré, partageant l’idéologie de la secte obscure, notamment sur la question des non humains. Mais d’autres avaient été interceptés par des dizaines d’adeptes en toge sombre, à l’air bestial, qui menaçaient les plus récalcitrants de leur martinet électrique.
-Notre Sœur vous apporte la parole de la Déesse ! Écoutez-la ! Écoutez la ! S’écriaient-ils.
Ceux ou celles qui avaient pu échapper à cette profession de foi, passèrent de l’autre coté du boulevard, en allongeant la foulée. Les rares non humains, qui étaient la cible des prédications radicales du culte, couraient plus qu’ils ne marchaient.
Ceux-là étaient privilégiés, par rapport à leurs semblables qui avaient été pour la plupart cloîtrés dans des ghettos, sous le coup de lois iniques censés protéger les humains contre le danger présumé ou réel de non humains.
Pour combien de temps ?
-Au commencement était le néant, raconta alors la femme.
Son regard fixe s’égarait de passion, épris d’une conviction absolue en sa foi.
-La Déesse naquit et étendit sa main pour le déchirer. Une grande lumière apparut et notre galaxie fut créée.
Elle ouvrit ses bras davantage vers ceux qui l’écoutaient, bon gré mal gré, avant de les ramener vers elle. Ses mains jointes donnaient l’impression qu’elle se recueillait.
-Tout ce qui appartenait aux ténèbres fut soudainement illuminé par sa bonté. Elle embrassa le néant et donna ainsi naissance à ses quatre Enfants, les quatre Prophètes. Deux pour la lumière divine, deux pour l’obscurité maléfique.
En d’autres contextes moins oppressants, nul doute que n’importe qui dans la foule amassée à ses pieds se serait gaussé en la prenant pour une illuminée. Mais la présence de ces adeptes en toge sombre surveillant le moindre égarement, dissuadait toute audace de ce genre. Bekan Kalad, en quelques années, avait appris que la réputation sinistre de ces Disciples de Hapos – du nom du Prophète de la Violence – n’était pas surfaite.
Sur Coruscant et sur d’autres systèmes de la République, ils avaient essaimé, imposant leur foi aux populations locales par la brutalité. Ils inspiraient la crainte et les forces de sécurité planétaires étaient tenues de leur obéir. Ils orchestraient des arrestations arbitraires et beaucoup de malheureux furent amenés dans leurs temples d’où ils ne ressortaient que brisés avant d’avoir à subir une humiliation publique et un jugement expéditif auprès des tribunaux sous leur influence.
Ils étaient exilés, déchus et leurs biens confisqués.
Les Disciples de Hapos étaient en résumé le bras armé de la secte, donc par extension celui du Chancelier Suprême. Ce dernier le niait publiquement bien sûr mais personne n’était dupe, surtout les Jedi.
Dont Bekan qui passait la main dans sa barbe fournie accroissant l’expression réfléchie de ses traits basanés.
-Frères et Soeurs ! S’exclama la prédicatrice. Buvez le savoir du Prophète Acalas, soyez éclairés par la sagesse de la Prophétesse Kasili ! Qu’ils puissent vous guider sur la voie de la Pureté…
Au milieu de la phrase, le Jedi alsakani tourna un instant la tête pour apercevoir son padawan à deux échoppes de lui, en train d’acheter ce qui restait d’une vieille machine sphérique, remontant à des temps immémoriaux. C’était un alien d’une dizaine d’années, à la peau mauve. Son visage pointait vers l’avant laissant une moitié de dents exposés dehors.
Un jeune draethos, originaire d’une contrée lointaine et découvert par un Jedi posté à l’enclave d’Ossus, doté de capacités télépathiques hors normes pour son jeune âge. Il s’appelait Oriko. La plupart des humains ne faisaient pas attention à lui, même si certains éprouvant des préjugés xénophobes le dardaient de regards hostiles.
Pour ces derniers, la place d’un alien, d’un inférieur, ne pouvait être que dans un des ghettos de la Cité Galactiques. Peu importe qu’il s’agisse d’un enfant.
Pour le moment, les Jedi étaient épargnés par ces mesures coercitives radicales. Le Chancelier Suprême les ménageait dans le souci de ne pas susciter la moindre hostilité de leur part. De son coté, le Haut Conseil ne prenait pas position contre lui.
Une neutralité tacite s’était de facto instaurée entre ces deux factions au sein même de la République. Jusqu’à quand ? De nombreux Jedi ne pouvaient plus supporter en effet de ne pouvoir venir en aide à ceux qui souffraient de cette tyrannie.
-… et qu’ils vous gardent à jamais des tentations d’Amaleth, la Prophétesse de la Débauche, et de Hapos, le Prophète de la Violence ! Au-delà de tout, vous devez craindre et adorer la Grande Déesse, notre bienfaitrice miséricordieuse ! Que sa lumière vous encourage à arpenter le chemin de la Vertu ! Priez-la, faites-lui don de votre dévotion et le salut vous sera promis ! Croyez en elle pour ne jamais désespérer dans les ténèbres ! Croyez en elle pour vous libérer de vos péchés ! Louée soit la Grande Déesse !
Le silence tomba sur la foule lorsqu’elle eut terminé sa harangue et un Disciple de Hapos reprit d’une voix forte :
-Louée soit la Grande Déesse !
À quinze mètres de la prédicatrice, un de ces adeptes agita son martinet électrique pour menacer un coruscanti, un jeune homme frêle qui déglutit avant de hurler d’une voix perçante :
-Lou… louée soit la Grande Déesse !
La clameur fut reprise par le reste de l’assistance muselée.
-Louée soit la Grande Déesse ! Louée soit la Grande Déesse ! Que sa bonté nous rende purs !
Ils scandèrent sans discontinuer, les Disciples de Hapos parcourant les rangs à la recherche du moindre signe de mauvaise volonté. Bekan, grâce à son acuité auditive conférée par la Force, entendit le cri d’une femme fouettée pour ne pas avoir clamé assez distinctement. Il serra les dents, brûlant d’intervenir.
Mais il devait continuer à surveiller la transaction de son padawan avec le ferrailleur. Le jeune draethos exhibait quelques crédits mais continuait de négocier avec le vendeur humain qui semblait se prendre au jeu.
Par affection ? Une attitude dangereuse par les temps qui courent. Au moins il restait quelques îlots de bonté dans cette République.
La prédicatrice lança une dernière fois à la foule.
-Accordez un don aux déshérités et aux orphelins ! Ce que vous donnerez aujourd’hui, la Déesse vous le rendra demain par l’absolution de vos fautes ! Soyez bénis et que la Déesse vous garde sur le chemin de la Pureté !
D’autres adeptes en toge blanche firent leur apparition et traversèrent les rangs des coruscantis, présentant une petite corbeille en osier. Les croyants qui arboraient des expressions candides et juvéniles s’arrêtèrent à leur hauteur pour quérir l’aumône au nom de leur divinité. Sous la pression des Disciples de Hapos zélés, tout le monde accepta de se délester de quelques crédits. Surtout les quelques non humains pris dans la nasse, les rares non humains autorisés à circuler hors de leur ghettos pour aller travailler.
Comme ce couple de chagriens qui se serraient l’un contre l’autre, alors qu’un Disciple de Hapos les foudroyait du regard pendant qu’un des croyants en toge blanche freina devant eux pour leur soutirer aimablement une partie de leur porte-monnaie.
Les non humains glissèrent quelques crédits dans la corbeille mais le Disciple de Hapos – une brute épaisse – semblait considérer que ce n’était guère assez. Il se rangea devant eux, affichant une expression farouche intimidante.
-La Déesse exige un plus grand don de votre part.
Le chagrien indigné ne put s’empêcher de répliquer :
-Et pourquoi cela, monsieur ?
-Parce que vous êtes des aliens, des inférieurs. Vos péchés sont par conséquents bien plus grands et il vous faut donner plus pour que la Déesse soit bienveillante.
-Je vous assure que nous venons de donner tout ce que nous possédons sur nous, intervint la congénère du non humain.
-Ah oui ?
Deux autres Disciples de Hapos fendirent la foule et bloquèrent le couple chagrien, leur coupant toute retraite. La femme se serra contre son amant et les martinets électriques qui crachotaient des arcs de mauvais augure s’élevèrent vers le ciel avant de s’abattre sur eux. Les électrocutions les projetèrent au sol sous le regard de tous les autres témoins pétrifiés et effarés.
Ils furent séparés l’un de l’autre et la chagrienne fut aussitôt relevée sans ménagement par un des Disciples alors que les deux autres s’acharnèrent sur le malheureux qui se mit à hurler de douleur, les lanières électrifiés déchirant ses vêtements puis sa peau.
-Arrêtez ! Les supplia-t-elle.
La main de Bekan glissa par réflexe vers son sabre laser accroché à la ceinture sous sa bure. Il retint son geste, invoquant la Force pour recouvrer son calme. Il devait s’en tenir aux instructions du Haut Conseil.
Il ne devait pas intervenir. Parce qu’il ignorait comment cela tournerait, et qu’il n’était pas sûr de pouvoir garantir la sécurité de son élève.
-Nous vous donnerons ce que vous voulez !
Les bourreaux cessèrent leur traitement à ces mots et elle s’empressa de fouiller dans ses poches pour arracher quelques crédits supplémentaires qu’elle déposa dans la corbeille. L’adepte en toge blanche la remercia :
-Que la Déesse soit miséricordieuse avec vous.
Les Disciples de Hapos s’écartèrent pour les laisser partir et la chagrienne releva son compagnon qui se voûtait, la tête entre ses mains. Ses queues crâniennes cornues portaient de sombres meurtrissures tout comme ses vêtements abîmés.
Ils avaient servi d’exemple et personne ne songea à protester. Au contraire, tous ceux qui y avaient assisté, s’empressèrent de se délester de la majorité voire de la totalité de leurs crédits pour s’assurer qu’ils ne subiraient pas le même sort.
Bekan ne se préoccupait maintenant que d’une seule chose. Que son padawan n’ait pas assisté à cette scène.
-Maître…
Le Chevalier Jedi soupira lorsqu’il entendit la petite voix fluette du draethos qui fixait la foule, juste à ses cotés. Le petit non humain enfouissait à moitié sous sa cape, l’étrange sphère métallique qu’il avait négocié âprement avec son acheteur.
Même s’il avait raté le lynchage, son élève avait du certainement le ressentir grâce à son hypersensibilité télépathique. Face à cela, il ne pouvait pas s’en sortir en lui prétendant seulement que ce n’était rien.
Dans une galaxie aussi dure, il ne pourrait pas le préserver éternellement. Il devait y être confronté s’il devait devenir un jour un grand Jedi. Cette épreuve ne serait pas évidente. Réflexion faite, il préféra éluder ce qui venait de se passer.
-Allons-y, Oriko. Nous ne devrions pas être en retard.
-Oui maître, fit le garçon.
Ils longèrent tous deux les échoppes, s’éloignant du lieu du rassemblement qui était en train de se disperser. Ce genre d’évènements était devenu banal depuis l’accession au pouvoir du Chancelier Suprême Contispex.
Les adeptes du culte dont celui-ci était le leader incontesté, pullulaient pour ainsi dire à tous les coins de rue, assurant une présence visible et étouffante, resserrant peu à peu leur carcan sur tous les aspects de la vie quotidienne des coruscantis et de d’autres citoyens sur les autres mondes de la République.
Ils avaient immiscé le moindre de leurs tentacules dans toutes les institutions, y compris dans la Marine et l’Armée. Chaque jour, des citoyens en étaient écartés voire chassés sous prétexte d’un écart de conduite. La plupart des malchanceux avaient le malheur d’appartenir à une ethnie non humaine.
Bekan et tous ceux qui avaient réalisé la situation, savaient que la doctrine du Pius Dea était teintée d’un humanocentrisme latent. Ceux qui y adhéraient le revendiquaient ouvertement et bénéficiaient de nombreux supporters chez les suprémacistes humains.
Ils arpentèrent la grande avenue rebaptisée sous le nom d’Allée de la Foi. De grandes statues avaient été érigées au fil des années suivant l’élection de Contispex, de part et d’autre de la large chaussée où circulaient les landspeeders.
Ils se tenaient au coeur névralgique de la Cité Galactique et ne furent pas étonnés de voir les couloirs aériens encombrés d’airspeeders.
Mais c’étaient les statues hautes de plusieurs dizaines de mètres qui intriguaient le plus le jeune draethos. C’était sa première sortie hors du Temple Jedi.
-Qu’est-ce qu’elles représentent ? Demanda-t-il.
Ils ralentirent tandis que son mentor alsakani prit le temps de les étudier du regard. Il fixa de l’index le monument le plus proche, juste devant eux à cinq mètres. Représentant ce qui ressemblait à un professeur tenant contre son flanc un ouvrage indéterminé.
-Voici Acalas, le Prophète du Savoir.
Puis il déplaça son index vers la statue érigée de l’autre coté du boulevard. Qui illustrait la silhouette d’une femme dévote, raide comme un piquet, les mains jointes et la tête inclinée vers le ciel.
-Ceci est la Prophétesse de la Sagesse, Kasili.
Ils dépassèrent la statue du Prophète du Savoir pour étudier une troisième statue qui figeait la pose d’une femme en tenue provocatrice, dont les traits semblaient afficher un sourire démoniaque et qui tendait ses griffes, comme un démon tentateur.
-Amaleth, La Prophétesse de la Débauche.
Face à celle-ci, à coté de la représentation de Kasili, une dernière effigie dressée sur son socle montrait un guerrier brandissant une épée antique dans une main et la tête tranchée d’un serpent géant mythologique dans l’autre.
-Et enfin, Hapos, le Prophète de la Violence.
-Je trouve ces statues laides, maître.
Bekan sourit devant ce commentaire innocent. À vrai dire, laid n’était pas le premier qualificatif qui lui venait à l’esprit.
Terrifiant plutôt en ce qui concernaient les statues d’Hapos et d’Amaleth. Mais ce n’était pas le pire. Ils approchaient maintenant de la grande place devant le Sénat, baptisée par les membres du culte, la Place du Pardon.
La fin du grand boulevard était encadrée par deux statues de femmes encore plus gigantesques que celles des Prophètes. Deux statues radicalement différentes l’une de l’autre. Si celle à leur droite laissait paraître l’image d’une jeune femme aux traits épanouis à la tête portant une couronne de marbre dorée, sa sœur à gauche revêtait un aspect hideux et repoussant.
-Maître ? Fit le jeune draethos.
L’alsakani ne prononça pas un seul mot. Ce double maléfique se contorsionnait comme pris de démence furieuse, ses bras et ses jambes étaient décharnés et les extrémités de ses phalanges et de ses orteils nus étaient prolongés par des tentacules grossiers, qui pendaient tels les branches tombantes d’un arbre agonisant.
Quant au visage… il ne possédait plus rien d’un visage. Les lèvres et les pommettes semblaient avoir disparu pour laisser transparaître cette rangée de dents d’un bout à l’autre de la mâchoire. Cela lui donnait l’impression de sourire.
Bekan voulait croire que les croyances du culte se basaient sur des faits imaginaires mais se demandait tout de même ce que cela signifiait cette apparence répugnante. S’agissait-il d’un cauchemar de l’artiste dérangé qui l’avait matérialisée ou cela provenait-il d’une expérience qui avait marqué fortement l’initiateur de cette religion ?
Peut être serait-il intéressant de se pencher sur la question mais en des temps aussi incertains, les Jedi ne possédaient pas ce luxe. Ils avaient d’autres préoccupations comme les tensions qui s’intensifiaient la République et les kadijics de l’Espace Hutt.
-Ne restons pas là, Oriko.
Le professeur jeta un regard méfiant en direction de la place devant le Sénat qui s’ouvrait devant eux deux. Des adepte du culte commençaient à se rassembler par dizaines devant le bâtiment où siégeait l’assemblée, et d’autres arrivaient encore depuis les avenues avoisinantes pour se déployer et encercler les centaines de badauds qui s’y attardaient.
Il le sentait dans les courants de la Force, quelque chose de déplaisant allait se produire ici. Son padawan en avait assez vu aujourd’hui et il voulait lui épargner le spectacle qui allait suivre. Le garçon draethos n’était pas encore prêt pour cela. Ils empruntèrent sans tarder la première avenue sur leur gauche qui s’offrait à eux.

Voilà, j'espère que ce début vous a plu! n'hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé!

Allez à la prochaine :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2087
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Dark GaGa » Ven 01 Nov 2019 - 23:00   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie) [synospsis!]

Parfaitement oppressant. :)
Welcome to the dark side, we lied about the cookies. #teamReyLo #teamEmpire
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
Fan-fics : emplois fictifs petits meurtres fanart:Grimoire sith
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3182
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar Ve'ssshhh » Ven 01 Nov 2019 - 23:06   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie) [synospsis!]

Une ambiance oppressante fort bien rendue.
Vingt ans après, le régime est bien en place et le lavage de cerveaux bat son plein; à n'en pas douter, ces nouveaux convertis seront bientôt prêts pour la croisade.

Tiens, tiens... La dernière statue me rappelle quelqu'un... Les fondateurs de la secte auraient-ils fait un petit voyage du côté de la Gueule?
Si ELLE est derrière tout ça : :diable: :diable: :diable:
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 723
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar L2-D2 » Sam 02 Nov 2019 - 13:24   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Extrait lu!

Et comme Ve'ssshhh, difficile de ne pas reconnaître dans la dernière statue un certain personnage... :sournois:

Pour le reste, tu réintroduis très bien la situation, le contexte, et c'est avec plaisir que l'on retrouve Belan dans son nouveau rôle de mentor! :oui:

Vivement la suite! D'autant plus que Contispex Jr doit maintenant avoir un âge... intéressant! :sournois:
Approchez, chiens des ténèbres ! Venez à la rencontre de votre mort ! Jetez vos pouvoirs sur moi ! Je vous renie ! Je vous défie ! Je suis Chevalier de l'Empire ! Je suis votre fléau ! Antares Draco

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6001
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Sam 02 Nov 2019 - 22:40   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Merci pour vos retours tous les trois :cute: !

Dark GaGa a écrit:Parfaitement oppressant. :)


Ve'ssshhh a écrit:Une ambiance oppressante fort bien rendue.
Vingt ans après, le régime est bien en place et le lavage de cerveaux bat son plein; à n'en pas douter, ces nouveaux convertis seront bientôt prêts pour la croisade.


L2-D2 a écrit:Pour le reste, tu réintroduis très bien la situation, le contexte, et c'est avec plaisir que l'on retrouve Belan dans son nouveau rôle de mentor! :oui:


J'adore décrire un contexte aussi inédit :love: !

Ve'ssshhh a écrit:
Tiens, tiens... La dernière statue me rappelle quelqu'un... Les fondateurs de la secte auraient-ils fait un petit voyage du côté de la Gueule?
Si ELLE est derrière tout ça : :diable: :diable: :diable:


L2-D2 a écrit:Et comme Ve'ssshhh, difficile de ne pas reconnaître dans la dernière statue un certain personnage... :sournois:


Au cours de l'écriture de la première partie, cette idée m'est venue lors d'un post de Den qui se demandait si une divinité Starwarsienne n'avait pas reçu des offrandes de la part des époux Contispex pour qu'ils aient autant de réussite :sournois: dans leurs magouilles!

Je ferais donc référence à un petit voyage effectué du coté de la Gueule :diable: plus tard, très implicitement! Et ca fera peut-être l'objet d'un petit récit à part :sournois: !

L2-D2 a écrit:c'est avec plaisir que l'on retrouve Belan dans son nouveau rôle de mentor! :oui:


La classe, non? Il a un padawan... un draethos, ca me paraissait être un choix approprié! J'arrête pas de penser à Odan Urr, maintenant!

L2-D2 a écrit: D'autant plus que Contispex Jr doit maintenant avoir un âge... intéressant! :sournois:


Intéressant... tu as dit intéressant? Comme c'est intéressant :sournois: !

Allez à la prochaine, pour la suite :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2087
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Den » Sam 02 Nov 2019 - 23:49   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

mat-vador a écrit:Au cours de l'écriture de la première partie, cette idée m'est venue lors d'un post de Den qui se demandait si une divinité Starwarsienne n'avait pas reçu des offrandes de la part des époux Contispex pour qu'ils aient autant de réussite dans leurs magouilles!


Il est vraiment génial, ce Den! Un vrai génie! :o

Bon bon bon, c'est pas tout ça, mais j'ai du retard dans mes lectures, et trop peu de temps! Pourtant, ce n'est pas l'envie qui me manque de (re)lire la première partie et d'enchaîner avec la seconde! :cry:

Enfin, quand je serai lancé, ça avancera vite! ;)

Sur ce, bonne soirée, l'ami! Et à bientôt! :D
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5439
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar mat-vador » Dim 03 Nov 2019 - 17:30   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Den a écrit:
Il est vraiment génial, ce Den! Un vrai génie! :o


Ah la modestie :paf: ...

Den a écrit:Bon bon bon, c'est pas tout ça, mais j'ai du retard dans mes lectures, et trop peu de temps! Pourtant, ce n'est pas l'envie qui me manque de (re)lire la première partie et d'enchaîner avec la seconde! :cry:


C'est décidé, je t'envoie une togruta pour te donner encore plus envie :transpire: :sournois: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2087
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Den » Dim 03 Nov 2019 - 17:44   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

mat-vador a écrit:Ah la modestie ...


Modestie? C'est mon deuxième prénom! :lol:

mat-vador a écrit:C'est décidé, je t'envoie une togruta pour te donner encore plus envie !


:love: Enfin quelqu'un qui me comprend! :paf:
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5439
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar mat-vador » Ven 08 Nov 2019 - 23:17   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Bonsoir, chers amis, c'est l'heure de la suite!

Un extrait aux petits opinions sur un prêtre haranguant ses fidèles :sournois: ! Oui, convertissez-vous, mécréants :o !

Je vous laisse découvrir ça!

Peu de temps après le départ des deux Jedi, le culte Pius Dea avait investi la place toute entière devant le Sénat. Preuve éclatante de leur impunité devant le symbole prestigieux d’une République qu’ils pliaient à leur volonté.
Ils étaient devenus le nouveau visage de la République… ils étaient devenus la République. Ils devaient cette puissance à leur leader, le Sage Suprême de leur confrérie qui n’était autre que le Chancelier Suprême en exercice, celui-ci venant d’entamer son cinquième mandat. L’impitoyable et retors Julius Contispex leur avait permis de contrôler cette République en installant leurs membres dans son gouvernement, dans les commissions sénatoriales et au sein même du Sénat, chassant peu à peu ceux qui osaient les défier.
Il n’existait plus de presse indépendante digne de ce nom. Les tribunaux et les cours de justice n’étaient plus qu’une farce visant à se débarrasser des gêneurs sous le couvert de la légalité, votée par un Sénat de plus en plus affaibli.
Les entreprises, les conglomérats, le système éducatif, les universités et les académies militaires étaient elles aussi infiltrées. Certes le contrôle du culte n’était pas encore total mais son emprise se resserrait chaque jour un peu plus. Aujourd’hui encore, ses adeptes fanatisés allaient montrer une nouvelle fois à quel point ils étaient devenus incontournables.
Ceux qui tentèrent de quitter la place furent rejetés en arrière sans ménagement par les Disciples de Hapos à coups de martinets électriques. Quelques uns dans la foule, vêtus d’un sinistre uniforme paramilitaire grisâtre – des suprémacistes humains – saluèrent cependant les adeptes sans restriction, avec force enthousiasme.
Un croyant bénéficiant visiblement d’une position privilégiée au sein du culte, à en juger par la toge couleur soleil qu’il revêtait, traversa la foule de ses coreligionnaires en toge pourpre qui s’inclinèrent à son passage en joignant leurs mains devant la poitrine.
Cet individu humain à l’expression sévère et au port austère grimpa les marches de l’escalier qui menait à l’entrée principale du Sénat, close à cause d’une session en cours. Il s’arrêta au sommet des marches et fit volte face au moment où des hologrammes géants du Sage Suprême Contispex s’élevèrent au-dessus de la communauté spirituelle et de la foule paralysée.
Il leva les mains vers les cieux, pour recueillir la lumière éclatante du soleil qui les baignait tous en cet instant.
Il proclama :
-Citoyens de la République, frères et sœurs, bienvenue. Nous sommes réunis pour éprouver notre foi en montrant le chemin que chacune des créations de la Déesse miséricordieuse doit suivre pour accéder à la Vertu.
D’un geste de la main droite, il montra un échafaudage qui trônait au milieu de la place, évoquant un gibet funeste. Il invita par ce geste les citoyens anonymes à le fixer et l’effroi déforma les traits, car ils avaient compris son usage.
-Frères et Sœurs, la Déesse qui nous a crée voit à travers nous tous. Aucun de nos actes ne peut échapper à sa clairvoyance car elle est omnisciente. Elle connaît nos péchés et nous devons nous élever vers elle, en les extirpant de notre âme pour la rendre pure. Nous devons la prier pour lui demander son pardon car c’est en les expiant que nous pourrons accéder à la Vertu. C’est ainsi que nous pourrons purifier la République et le reste de l’univers des mécréants, des hérétiques et des apostats. Oui, nous la purgerons des criminels, des débauchés et de tous ceux qui cherchent à tirer profit des malheurs du peuple ! Louée soit la Grande Déesse !
Sur cet éclat passionné, le prêtre donna ainsi implicitement l’autorisation à certains adeptes en toge pourpre de circuler dans la petite foule prisonnière, et de distribuer des datapads à chacun d’eux. Évidemment, il aurait été malvenu sous le regard des Disciples de Hapos de refuser ce cadeau généreux.
-Frères et Soeurs ! Reprit le prêtre à nouveau. La Déesse a accordé ses faveurs à notre République en élevant notre Sage Suprême, le premier de ses serviteurs, l’homme le plus pur que cette galaxie ait jamais connu, au rang de Chancelier Suprême. Bénissez Frère Contispex, que la Déesse lui accorde sa protection et qu’il nous sauve tous de la décadence, du vice et du mal ! Qu’il nous préserve à jamais des opinions malheureuses et des pensées déviantes !
Sur un nouveau geste du prêtre, une dizaine d’autres adeptes se rassembla devant le gibet et érigea un bûcher sommaire. Cela fait, ils y jetèrent des livres anciens, des manuscrits en flimsi et des datapads.
-Ces prétendus objets de savoir ne servent qu’à nous corrompre et sont l’œuvre d’Amaleth, l’ignoble Prophétesse de la Débauche ! Nous devons nous en prémunir, pour ne pas dévier du chemin menant à la Vertu !
Des flammes s’élevèrent et commencèrent à lécher les ouvrages qui avaient été frappés d’anathème par le culte. Certains de ces ouvrages possédaient une valeur inestimable historique et la plupart avaient été rédigés par des non humains. S’ils subissaient cette purification par le feu, c’était parce qu’ils étaient considérés comme déviants.
-Kasili, Prophétesse de la Sagesse, nous apporte la vérité ! Lisez notre livre de Foi et cette vérité vous éclairera sur la bonté de la Déesse ! Fiez-vous à notre Sage Suprême, il est son messager et n’écoutez pas les langues de serpents qui prétendent le contraire ! Un jour viendra où tous ces mécréants répondront de leurs crimes et de leur hérésie devant la justice divine ! Un jour viendra où la galaxie sera purgée de leur souillure immonde et où ils finiront noyés dans les flammes de l’enfer qui les consumeront jusqu’au pardon que la Déesse accordera enfin à ces misérables ! Cette République, cette galaxie, l’univers tout entier deviendra le paradis de tous les véritables enfants de la Déesse ! Nous devons la protéger de tous ses ennemis, nos ennemis, les ennemis de la Foi !
Il étendit les bras vers les fidèles qui scandèrent :
-Louée soit la Grande Déesse !
Il les arrêta d’un nouveau geste de la main et adressa une inclinaison du menton discrète en direction d’un groupe de Disciples de Hapos. Ces derniers s’éclipsèrent rapidement.
-C’est pourquoi, mes frères et mes sœurs, il est important que vous répandiez la bonne parole autour de vous ! Vous avez renié autrefois tout ce qui vous liait à votre ancienne existence, vos amis et votre communauté, votre monde natal hors de Coruscant. Retrouvez-les et convertissez-les ! Montrez-leur la force de votre foi et ils vous suivront, car les banthas égarés auront toujours besoin d’un pasteur pour les mener à de verts pâturages !
Il avait adressé ces mots aux adeptes du culte qui se mirent à prier silencieusement. Dans peu de temps, la moitié d’entre eux quitteront le temple pour renouer le contact avec leur famille, leurs amis et pourquoi pas d’anciens collègues de travail. Ils leur parleraient, tenteraient de les persuader de se soumettre à la Volonté de la Déesse ou du moins surveilleraient leurs moindres faits et gestes. Combien de familles avaient été brisées par des frères, des sœurs, des fils, des filles, des cousins ou des cousines tombés sous l’influence du culte ? Combien d’amitiés avaient été trahies ? Les infortunés finissaient par être convoqués dans le Grand Temple érigé en l’honneur de la Déesse, à quelques centaines de mètres du Sénat.
Ils réapparaissaient humiliés et chassés comme Proscrits ou bien comme nouveaux adeptes du culte, après avoir subi tortures et privations.
L’autre moitié qui ne souhaitait pas retourner dans leur ancien cocon choisissait de mener une carrière administrative en tant que simple fonctionnaire, ou militaire dans l’Armée, la Marine et les Forces de Sécurité.
C’est ainsi que le Pius Dea renforçait sa poigne par une mainmise de plus en plus forte. Seul le Sénat n’était pas encore sous leur contrôle, même si les sénateurs subissaient une pression constante et récurrente. Les germes du mal devenaient de plus en plus difficiles à extraire.
Bientôt des Disciples de Hapos se rapprochèrent de l’échafaud, traînant derrière eux quatre prisonniers pieds nus, vêtus d’une tunique grise déchiquetée. Un garçon cathar et sa mère, deux créatures félinoides, suivis d’une jeune et jolie femme twi lek à la peau bleue puis d’un humain âgé à la forte bedaine. La coiffure débrayée grisonnante de celui-ci suggérait toutefois un port luxueux qui témoignait d’une haute stature sociale, celle d’un dignitaire de la République.
Peut-même un sénateur… alors que tout indiquait que les trois non humains provenaient d’un des ghettos de la Cité Galactique.
Les quatre captifs enchaînés aux poignets et aux chevilles portaient sur leur visage, les stigmates de privations et de mauvais traitements, visant certainement à les purifier au nom du panthéon du culte radical.
À leur apparition, le prêtre du culte interrompit impérieusement les prières silencieuses des croyants.
-Mes frères et mes sœurs, des âmes égarées se présentent à vous. Nous devons leur montrer la voie du pardon, la seule qui puisse les amener sur le chemin de la Vertu. Aidez-les par vos prières à retrouver la lumière !
Alors que les badauds bloqués par les Disciples de Hapos ne savaient quoi faire, les adeptes du culte se mirent à déclamer :
-Grande Déesse, pardonne-leur leurs péchés ! Donne-leur la force d’expier, qu’ils puissent être absous pour arpenter le chemin de la Pureté !
-Priez tous pour votre salut et le leur ! Cria le prêtre du culte.
Oui, ils devaient prier tous sans exception. Ceux qui dans la foule ne l’avaient pas compris, furent battus à coups de martinet avant d’obéir.

Allez à la prochaine :hello: !

Pius Dea :diable: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2087
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Dark GaGa » Ven 08 Nov 2019 - 23:53   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

queuâ? ça finit là?
Non mais sérieux... tu mérites le fouet: finis cette scène!
Welcome to the dark side, we lied about the cookies. #teamReyLo #teamEmpire
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
Fan-fics : emplois fictifs petits meurtres fanart:Grimoire sith
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3182
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar mat-vador » Sam 09 Nov 2019 - 0:03   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Dark GaGa a écrit:u mérites le fouet: finis cette scène!


La semaine prochaine, promis :transpire: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2087
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Sam 09 Nov 2019 - 20:50   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Extrait lu !

Chemin de la Pureté, tu parles ! Ils vont finir décapités, ouais ! :shock:

On sent bien à quel point la République a basculé dans l'absolutisme sectaire, toute la folie du Pius Dea ressort de façon éclatante dans cet extrait...

Vivement la suite ! :oui:
Approchez, chiens des ténèbres ! Venez à la rencontre de votre mort ! Jetez vos pouvoirs sur moi ! Je vous renie ! Je vous défie ! Je suis Chevalier de l'Empire ! Je suis votre fléau ! Antares Draco

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6001
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Sam 09 Nov 2019 - 22:26   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Merci pour le retour, L2 :wink: !

L2-D2 a écrit:
Chemin de la Pureté, tu parles ! Ils vont finir décapités, ouais ! :shock:


Mais non, ils vont juste leur taper sur les doigts et tout rentrera dans l'ordre :P :paf: !

L2-D2 a écrit:On sent bien à quel point la République a basculé dans l'absolutisme sectaire, toute la folie du Pius Dea ressort de façon éclatante dans cet extrait...


Je me suis fait plaisir :transpire: !

Allez à la prochaine pour la suite :hello:
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2087
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Ven 15 Nov 2019 - 23:50   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Bonsoir, la suite arrive demain :whistle: !

On va reprendre les publications le samedi, finalement :oops: !

Non, pas frapper svp :cry: ...
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2087
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Sam 16 Nov 2019 - 12:32   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Perso, ça m'arrange!!! :)
Approchez, chiens des ténèbres ! Venez à la rencontre de votre mort ! Jetez vos pouvoirs sur moi ! Je vous renie ! Je vous défie ! Je suis Chevalier de l'Empire ! Je suis votre fléau ! Antares Draco

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6001
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Sam 16 Nov 2019 - 22:49   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Bonsoir à tous, chers amis!

Voici la suite immédiate de l'extrait précédent! J'espère que cela vous plaira!

Découvrez-le :sournois: !

La Place du Pardon résonnait comme un orchestre sinistre, aussi monocorde qu’un instrument de musique désaccordé et sans âme. Deux Disciples de Hapos détachèrent l’humain pataud du reste du groupe pour le faire grimper sur l’échafaud. Ils durent le soutenir fermement par les bras car il trébuchait à chaque pas.
Ses poignets liés furent suspendus au-dessus de sa tête, avant que les deux Disciples de Hapos ne s’écartèrent, empoignant le manche de leur martinet électrique, prêt à l’usage. L’infortuné tenta de se redresser, les chaînes râpant sur son épiderme flasque.
Personne ne l’entendit murmurer :
- Je… suis… un Sénateur de la République.
Le prêtre du culte abaissa vers lui un index accusateur.
- Frères et sœurs, le Sénateur Vemus d’Anaxès se présente devant vous car ses péchés ont été immenses ! Non content de dénigrer la clairvoyance du Sage Suprême, il n’a cessé depuis son entrée en fonctions de blasphémer contre la Déesse, d’insulter nos croyances et notre piété indéfectible ! Mais le plus grave de ses crimes est de s’être abandonné aux plaisirs de la débauche et de la luxure !
Le dignitaire déchu baissa la tête, apathique et résigné. Nul doute que la dernière accusation était infondée, sans qu’il soit possible de nier qu’il ait pu s’opposer politiquement au Chancelier Suprême. Et que ce dernier ne se serve du culte pour le faire tomber et ostraciser.
Sujet de l’opprobre, Vemus tenta de se redresser mais cet effort lui coûta. Il se laissa pendre mollement par ses chaînes.
Le prêtre ne cessa pas ses invectives pour autant.
- Est-ce ce que l’on attend d’un haut représentant de la République ?
- Non !
- Est-ce digne de la Déesse ?
- Non !
- Est-ce digne de nos croyances !
- Non ! Non !
Bientôt les adeptes du culte se tournèrent vers le paria pour le conspuer. Ce dernier releva la tête et rassembla son énergie pour leur lancer :
- Je suis sénateur de la République ! Je réclame la justice du Sénat !
Ses protestations furent noyés sous les hurlements des fanatiques.
- Silence, impur ! Silence, mécréant !
Le prête calma le tumulte ambiant.
- Cet égaré a avoué comme tous les autres, ses crimes dans la demeure de la Déesse, des crimes qui lui pesaient tant sur la conscience qu’il a exprimé le désir de les expier pour que lui soit accordé le pardon de notre Mère miséricordieuse. Nous devons encourager cette volonté de rachat mais nous devons nous assurer que le mal que Amaleth a implanté en lui, ne souille plus son âme ! Nous devons l’exorciser !
- Oui ! Oui !
- Comment peut-on l’aider à se libérer du péché ?
- Par l’expiation ! Par l’expiation !
Sur un signe de leur supérieur spirituel, les deux Disciples de Hapos qui le gardaient étroitement, agrippèrent sa tunique pour la déchirer verticalement et laisser son dos à découvert.
- Je réclame la justice du Sénat ! C’est mon dr..Aaarghh !!
Sa protestation s’étrangla dans les cris de douleur qu’il laissa échapper lorsque les martinets électriques se mirent à cingler son dos. Les lanières énergétiques laissèrent alors de sombres cicatrices fumantes sur sa peau, lui causant une douleur atroce, au-delà des limites du supportable. Il se mit à hoqueter à chaque coup infligé.
Ses gémissements furent étouffés par les clameurs des croyants :
- Déesse, libère ce pécheur du mal ! Accorde-lui ton absolution !
La mélopée roula comme une vague qui se formait et grossissait jusqu’à s’étendre dans les avenues avoisinantes, ponctuées par les coups de martinet. Le sénateur déchu perdit ses appuis en même temps qu’il perdit connaissance.
Voyant cela, le prêtre prolongea son tourment d’une vingtaine de seconde avant de lever la main, intimant aux bourreaux de s’écarter de leur victime. Il donna ensuite l’ordre de le ranimer. Ce que les deux Disciples de Hapos firent en lui jetant un seau d’eau glacée à la figure. Ils l’agrippèrent par l’épaule pour le forcer à se tenir droit.
Le prêtre descendit alors les escaliers du Sénat pour fendre les rangs des fidèles et la foule paralysée d’effroi. Il grimpa sur l’échafaud et se rangea à hauteur de l’ancien dignitaire. Il se pencha vers lui pour l’appeler :
- Frère Vemus, m’entendez-vous ?
Le souffle de celui-ci lui parvint enfin.
- Je… vous… entends.
- Êtes-vous prêt à faire pénitence ?
-… suis prêt.
- Pardonnez moi d’insister, frère Vemus mais votre réponse n’est pas audible. Je crains que la Déesse elle-même ne puisse saisir distinctement vos paroles.
Le supplicié baissa la tête, pour réprimer une grimace d’impuissance fataliste.
- Je suis prêt à faire pénitence, mon père.
- Criez-le à nos frères et sœurs ! Lui intima le prêtre, le regard brillant d’une fièvre passionnée.
Il tira alors ses chaînes pour se hisser davantage sur ses appuis.
- Je suis prêt à faire pénitence ! Je reconnais tous mes péchés, j’implore le pardon de la Déesse ! J’implore sa miséricorde !
Le prêtre brandit les paumes vers le ciel, accordant sa bénédiction.
- L’avez-vous entendu ? Notre frère égaré reconnaît ses fautes et il a demandé la grâce divine ! Que devons nous répondre à cela ?
- Que le pardon de la Déesse lui soit accordé ! Scandèrent ses partisans. Que notre Mère l’aide à retrouver la voie de la Pureté !
Le prêtre abaissa les bras et se tourna vers le déchu qui se laissait pendre de nouveau à ses chaînes. L’aveu qui lui coûtait sa dignité, l’avait épuisé.
- Les voies de la Déesse sont impénétrables mais sa volonté s’exprime à travers chacun des enfants qui ont foi en elle.
Il se tourna de nouveau vers l’ancien sénateur.
- Frère Vemus, au nom de la Déesse, le pardon vous est accordé ! Remerciez la Déesse !
- Oui… merci… merci.
Constatant que sa réponse ne suffisait pas, il s’empressa d’ajouter :
- Je prierai la Déesse de m’aider à trouver la voie de la Pureté et à y rester à jamais.
- Voilà de sages paroles, frère Vemus, le félicita le supérieur spirituel. Mais vos fautes anciennes exigent de votre part, des gages de bonne volonté. Vous devez prouver votre foi nouvelle en notre Mère généreuse !
Cette fois, le silence tomba. Tous attendaient, y compris les simples citoyens anonymes dans l’expectative, la réponse décisive de l’ancien membre du congrès.
- Pour prouver à la Déesse ma foi renforcée, je renoncerai à la vie politique et aux plaisirs futiles de ce monde pour me consacrer entièrement à elle. Je me retirerai sur mon monde natal d’Anaxès et je donnerai tous mes biens au peuple, aux enfants de la Déesse.
Le prêtre acquiesça en silence.
- Devons nous le considérer comme un des nôtres ? Lança-t-il aux croyants.
- Il est désormais notre frère ! Fut-il répondu avec spontanéité.
D’un geste raide, le prêtre ordonna aux deux Disciples de Hapos de détacher le prisonnier et de l’emmener.
- Ainsi soit la Volonté de la Déesse ! Elle accorde sa miséricorde à frère Vemus pour lui donner l’opportunité de se racheter de ses fautes. Désormais la demeure de notre Mère sur Anaxès l’accueillera en son sein pour qu’il puisse lui consacrer entièrement son dévouement.
Derrière ces mots compatissants, se cachait purement et simplement un exil politique permanent. Le sénateur Vemus issu d’une famille aristocratique influente avait chuté de son piédestal et le Chancelier Suprême s’assurerait qu’il ne lui nuirait plus, faisant de lui un exemple pour les opposants encore en place. Encore en sursis.
Il fallait frapper les esprits, quotidiennement. Inlassablement, jusqu’à ce que tous se résignent à l’idée que les enfants de la Déesse étaient destinés à régir cette République jusqu’à la fin des temps. Le culte sapait peu à peu cette volonté de résistance, tous devaient se plier à leur religion monothéiste. S’incliner devant la Déesse et ses quatre Prophètes, écouter dans les rues les prêtres et les prédicateurs, assister aux condamnations publiques.

Voilà, désolé pour le cliffhanger :transpire: ! J'espère que vous ne m'en voulez pas trop :whistle: !

Un mot pour résumer cet extrait: Martinet!! :x

Allez à la prochaine :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2087
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Lun 18 Nov 2019 - 14:06   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Extrait lu!

Ouch! Nous voilà revenu en plein Moyen-Âge, à la bien triste époque de l'Inquisition! :shock:

Le Pius Dea est au sommet de sa gloire... Et les Jedi laissent faire? Mais c'est horrible!

Vivement la suite! :oui:
Approchez, chiens des ténèbres ! Venez à la rencontre de votre mort ! Jetez vos pouvoirs sur moi ! Je vous renie ! Je vous défie ! Je suis Chevalier de l'Empire ! Je suis votre fléau ! Antares Draco

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6001
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar Dark GaGa » Lun 18 Nov 2019 - 14:29   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

meuh, même pas de bûcher? :x

On en revient au bon vieux pilori avec la saisie des biens en bonus... vous allez voir qu'après le Pius Dea, on va trouver l'Empire trop sympa.
Welcome to the dark side, we lied about the cookies. #teamReyLo #teamEmpire
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
Fan-fics : emplois fictifs petits meurtres fanart:Grimoire sith
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3182
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar Ve'ssshhh » Lun 18 Nov 2019 - 14:36   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Dark GaGa a écrit: vous allez voir qu'après le Pius Dea, on va trouver l'Empire trop sympa.


Tiens, c'est ce qui m'est venu à l'esprit.
Il y a pas mal de points communs entre les deux, cependant: spécisme, dictature, volonté de soumettre esprits et corps...
- Bougez pas! Les mains sur la table! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours.
- Si ces messieurs veulent bien me les confier...
Ve'ssshhh
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 723
Enregistré le: 02 Fév 2016
Localisation: Quelque part sur la voie Hydienne
 

Messagepar Dark GaGa » Lun 18 Nov 2019 - 14:40   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Rien ne vaut un bon petit fanatisme religieux, quand t'es la voix de dieu, voire dieu lui-même, t'es peinard. En UEL, il y avait un Culte Impérial, mais ça n'a pas été poussé plus loin.
Welcome to the dark side, we lied about the cookies. #teamReyLo #teamEmpire
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
Fan-fics : emplois fictifs petits meurtres fanart:Grimoire sith
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3182
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar mat-vador » Lun 18 Nov 2019 - 19:40   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Merci à vous trois pour vos retours :D !

L2-D2 a écrit:
Ouch! Nous voilà revenu en plein Moyen-Âge, à la bien triste époque de l'Inquisition! :shock:



Nostalgiii :x ...

Dark GaGa a écrit:meuh, même pas de bûcher? :x


Oula pas tout de suite, très chère :P ... on commence doucement avec le martinet et après on verra :paf:

Dark GaGa a écrit: vous allez voir qu'après le Pius Dea, on va trouver l'Empire trop sympa.


Ve'ssshhh a écrit: Il y a pas mal de points communs entre les deux, cependant: spécisme, dictature, volonté de soumettre esprits et corps...


Peuh mais tout le monde le sait, Palpy c'est un enfant de choeur :o ! Sa dictature n'a duré que vingt ans alors que celle du Pius Dea 1020 ans (sisi j'ai compté :paf: )... Tu parles d'un Sith... et y se fait arnaquer par un fermier :evil: , franchement...

Dark GaGa a écrit:Rien ne vaut un bon petit fanatisme religieux, quand t'es la voix de dieu, voire dieu lui-même, t'es peinard. En UEL, il y avait un Culte Impérial, mais ça n'a pas été poussé plus loin.


Voilà qu'est-ce que je disais... L'empire de Palpy c'est nul :o :P !

L2-D2 a écrit:Le Pius Dea est au sommet de sa gloire... Et les Jedi laissent faire? Mais c'est horrible!


Vu que le Pius Dea, ce ne sont pas des darksiders => ce n'est pas prioritaire => ceci explique sans doute leur passivité

Bon pour résumer, comme je vous le dis, ca commence doucement... des coups de martinet à un sénateur humain grassouillet et débauché :P .

Il reste la twi lek et les deux cathars (la mère et le fils) et vu que les autres sont des xénophobes humanocentristes, ils risquent d'être un peu plus sévères :diable: !

Martinet! Martinet! MARTINEEEETTTT!

Allez sur ce à la prochaine :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2087
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Dark GaGa » Mar 19 Nov 2019 - 13:27   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

mat-vador a écrit:
Martinet! Martinet! MARTINEEEETTTT!

Continue dans les provocations et tu vas le prendre le martinet, nomého! :evil:
Welcome to the dark side, we lied about the cookies. #teamReyLo #teamEmpire
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
Fan-fics : emplois fictifs petits meurtres fanart:Grimoire sith
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3182
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar mat-vador » Mar 19 Nov 2019 - 18:02   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Dark GaGa a écrit:
mat-vador a écrit:
Martinet! Martinet! MARTINEEEETTTT!

Continue dans les provocations et tu vas le prendre le martinet, nomého! :evil:


Chiche :P !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2087
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Dark GaGa » Mar 19 Nov 2019 - 18:08   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Mets-toi à la file, après Goran et _quentin...
Welcome to the dark side, we lied about the cookies. #teamReyLo #teamEmpire
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
Fan-fics : emplois fictifs petits meurtres fanart:Grimoire sith
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3182
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar mat-vador » Mar 19 Nov 2019 - 18:22   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Dark GaGa a écrit:Mets-toi à la file, après Goran et _quentin...


Que... quoi :shock: ? Ah non, j'exige de passer en premier, les vapodoucheurs sont prioritaires :pfff: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2087
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Dark GaGa » Mar 19 Nov 2019 - 18:35   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Tu vas prendre cher! :diable:

pour oser insulter Palpy avec ton legends...
Welcome to the dark side, we lied about the cookies. #teamReyLo #teamEmpire
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
Fan-fics : emplois fictifs petits meurtres fanart:Grimoire sith
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3182
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar mat-vador » Mar 19 Nov 2019 - 22:39   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Je n'attends que ça :P !

Je persiste et je signe :D !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2087
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Sam 23 Nov 2019 - 22:58   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Bonsoir, c'est l'heure de la suite!

On continue sur les châtiments corporels :diable: ! Hinhin!

Savourez-moi ça!

Spoiler: Afficher
Alors que Vemus était traîné jusqu’au Temple du culte pour y être de nouveau enfermé avant son expulsion de la capitale, le prêtre ordonna que l’on amena la jeune twi lek bleue sur l’échafaud. Celle-ci tout comme l’ancien sénateur, fut peu après suspendue par les poignets et son dos dénudé quand sa tunique fut déchirée par les deux Disciples de Hapos assistant leur supérieur. Des frissons la firent trembler, quand elle devina l’impatience des martinets électriques prêts à s’abattre sur sa chair.
Elle avait tenté de ne pas flancher lorsque Vemus fut châtié mais beaucoup de badauds comprirent à ses yeux embués qu’elle était à la limite de la rupture. L’hostilité des adeptes du culte attachés aux idées xénophobes pesait maintenant de tout son poids sur elle.
- Frères et sœurs, c’est maintenant une pécheresse qui est face à vous ! Ne vous laissez pas abuser par son apparence paisible car la Prophétesse de la Débauche l’a crée à son image, pour corrompre les âmes faibles et naïves, et tenter les plus purs d’entre nous !
Le prêtre passa derrière elle et attrapa brutalement l’un de ses lekkus, la faisant pousser un gémissement aigu. Il l’obligea à relever la tête vers la foule.
- Regardez ceci ! Clamait-il en montrant l’appendice crânien qu’il tenait par l’extrémité. Voyez les instruments que Amaleth lui a conférés pour mettre à l’épreuve notre dévotion et nous pousser à commettre l’infâme péché de la chair ! En vérité, frères et sœurs, cette inférieure non humaine est l’expression même de la fourberie de la Prophétesse de la Débauche !
Cette fois, la jeune twi lek éclata en sanglots.
- Pitié… je ferais tout ce que vous voudrez…
Elle fut giflée par le prêtre qui lui cracha :
- Silence, vile créature !
Les chaînes qui la suspendaient l’empêchèrent de tomber. Il avait lâché son lekku, lui permettant de baisser la tête pour camoufler ses larmes abondantes de terreur.
- Cette pécheresse s’est échappée de son ghetto, là où elle était parquée avec les autres impurs, loin des purs et des élus. Elle s’est échappée de là où elle ne pouvait tenter un seul d’entre nous ! Ses projets sont une hérésie suprême à la bonté que la Déesse cherche à insuffler en chacun de nous ! Allons-nous la laisser impunie ?
Et les fidèles répondirent :
- Non ! Elle doit expier !
Elle s’anima subitement, sachant ce qui l’attendait :
- Ayez pitié… je ferai tout ce que vous voudrez… je veux revoir ma famille ! S’il vous plaît !
- Écoutez-la, mes frères et mes sœurs ! Ne voyez vous pas qu’elle cherche à attendrir vos cœurs pour mieux vous berner ? C’est la preuve qu’elle est de la chair d’Amaleth et qu’à défaut de l’en guérir, nous devons lui réapprendre sa juste place !
- Oui ! Oui !
- Ainsi soit la Volonté de la Déesse ! Qu’elle soit châtiée et que la Déesse lui accorde son pardon ! Priez pour son âme impure !
La non humaine exaltée par le désespoir, cria :
- Non… Pitié !
Les lanières des martinets électriques effleurèrent sa peau des omoplates jusqu’aux hanches. Sans doute à cause de sa nature non humaine, les deux bourreaux mirent plus d’acharnement dans l’accomplissement de leur besogne. Peut-être aussi pour terroriser les deux cathars, le garçon et sa mère, qui attendaient leur tour au bas de l’échafaud.
Terrifié par les glapissements hachés de la malheureuse twi lek, l’enfant se serra contre sa génitrice qui le prit dans ses bras, malgré les chaînes qui paralysaient leurs mouvements..
- Ne regarde pas, lui intima-t-elle.
- Maman, j’aurais mal moi aussi ?
Elle plaqua ses mains contre sa petite tête poilue, pour couvrir ses oreilles équines et l’empêcher d’écouter encore les cris.
Elle lui murmura :
- Tu es fort, Malk. Tu auras juste l’impression de ressentir une petite piqûre.
Elle était consciente de n’avoir rien de mieux à lui offrir que de pieux mensonges. Le petit cathar n’était pas dupe.
- Pourquoi tu mens, maman ?
Elle s’accroupit à sa hauteur.
- Malk, écoute moi. Quoiqu’ils feront, promets moi que tu ne pleureras pas.
- Je te le promets, tu seras fier de moi, maman.
- Je sais que tu seras courageux.
Elle l’enlaça longuement avant qu’une Disciple de Hapos ne les força à se séparer de plusieurs coups de martinets.
Le calvaire de la pauvre twi lek se prolongea et du sang commençait à ruisseler des plaies sombres qui déchiraient son dos. Ses genoux s’étaient dérobés, elle n’était plus soutenue que par ses poignets enchaînés au-dessus d’elle.
Elle ne pleurait plus car elle avait perdu connaissance.
- Que le supplice de la chair lave l’âme de cette impure ! Scandaient les autres fidèles. Que le pardon de la Déesse lui soit accordé !
Pendant ce temps, un des adeptes de la sinistre garde prétorienne du culte avait plongé une tige de duracier dans le bûcher improvisé et sans cesse alimenté par de nouveaux ouvrages et parchemins de flimsi indésirables, qui se tordirent grignotées par le feu.
Il la tint ainsi pendant un long moment, s’assurant que l’extrémité en forme de croix acérée soit chauffée à blanc.
Sur un nouvel ordre du prêtre, les deux tortionnaires s’éloignèrent de leur victime inanimée qui pendait au bout de ses chaînes. Elle revint à elle après plusieurs seaux d’eau jetés à la figure et elle s’appuya sur ses appuis maladroitement.
Le prêtre réclama le silence puis fit face à la jeune non humaine.
- Pécheresse, souhaites-tu faire pénitence ?
- O..u..i
Il se pencha vers elle.
- Crie le à la face de la Déesse, que tous ses enfants dignes d’elle puissent t’entendre !
- Oui ! Je souhaite faire pénitence, mon père ! Je reconnais mes péchés !
- Et quels sont-ils ? La République toute entière doit les connaître, car nous sommes le tribunal du peuple !
Elle fut secouée de nouveaux sanglots, des larmes pleuvant sur ses traits défaits.
- Je… j’ai…
- Plus fort ! Crie tes péchés et la Déesse soulagera ton âme souillée ! Ta conscience connaîtra la paix, si tu te confesses ! L’exhorta-t-il avec virulence.
Elle se redressa et ferma les yeux embués, ses réticences balayées.
- J’ai… j’ai séduit des humains. Des maris sans histoire.
Des murmures désapprobateurs se firent entendre parmi la foule – les suprémacistes humains – qui grandirent rapidement.
- Tu les as donc poussés à trahir leur épouse, leur famille ? Quels vils moyens as-tu employés pour parvenir à tes fins ?
- Je… je leur ai fait des avances et je m’habillais de façon indécente.
- Les as-tu encouragés à commettre le péché de la chair ? As-tu forniqué ?
- Oui…
Il se détourna d’elle, effondrée, afin de prendre la foule à témoin. Il était fort probable que cette twi lek avait été réduite aux dernières extrémités pour survivre dans son ghetto là où régnait la famine, la misère la plus complète, le désespoir, la promiscuité.
Là où régnait la loi du plus fort.
Des femmes non humaines comme elles devaient trouver le moyen d’assurer leurs besoins vitaux et c’est pour cela que certaines n’hésitaient pas à monnayer leur corps contre quelques précieux crédits. Leur précarité était telle qu’elles sortaient de leur ghetto, sans permis de travail temporaire délivré par les autorités coruscantis.
Ce qui les exposait aux risques d’être raflé lors d’une patrouille des Forces de Sécurité. L’influence du culte fut telle que des agents acquis à leur doctrine xénophobe n’eurent aucun scrupule à les livrer à la secte.
- Tout comme la Déesse, vous avez entendu cette inférieure se confesser solennellement à vous ! Quel est votre verdict, mes frères et mes soeurs ?
Les adeptes huèrent la non humaine prostrée et recroquevillée, avant d’entonner distinctement en choeur :
- Que la Déesse la marque de son courroux !
À ses mots, la twi lek reprit vie, gagnée par l’affolement.
- Non, non ! Pas ça !
Elle tira sur ses chaînes pour s’en libérer vainement puis elle fut fermement maintenue par les deux Disciples de Hapos tandis qu’une troisième montait les marches de l’échafaud, tenant dans sa main la tige de duracier qu’elle avait retiré du bûcher.
L’extrémité luisait d’un halo écarlate sinistre fumant, excitant la panique de la jeune femme qui l’aperçut.
- Non ! Je vous en supplie !
Elle se débattit encore mais elle était immobilisée par la poigne de ses deux bourreaux. La femme du culte se plaça face à elle, l’expression impersonnelle. Elle brandit la tige devant sa victime, dont les yeux étaient agrandis par l’effroi.
- Que cette créature d’Amaleth porte à jamais la marque de son infamie ! Clama le prêtre au-dessus de tous.
- NOONN !
La croyante fanatique se fendit en avant, apposant la croix ardente sur le front de la prisonnière qui poussa un long hurlement de chose désincarnée. Le fer fut retiré, laissant la marque sombre fumante qui déformait l’épiderme de la twi lek.
Celle-ci s’évanouit d’un coup, ayant encaissé une douleur trop forte et trop soudaine pour elle.
- La Déesse a exprimé sa Volonté ! S’exclama le prêtre.
- Louée soit-elle ! Répondirent les autres en retour.
- Cette créature diabolique servira les enfants de la Déesse dans la demeure qui lui est consacrée, jusqu’à ce que le pardon lui soit accordé !
La twi lek fut ranimée et comprit qu’elle croupirait dans le temple de ces fanatiques orthodoxes à vie. Elle ne pourrait jamais recevoir la moindre visite amicale ou familiale, voilà ce que signifiait cette sentence.
Elle était condamnée à l’oubli, un sort plus terrible que la mort en définitive.
- Je me repentirai mais laissez moi voir ma famille, c’est pour eux que j’ai fait tout ça, supplia-t-elle dans un souffle.
- Seule la Déesse en décidera, inférieure ! Lui répliqua l’impitoyable dévot.
Il ordonna qu’elle soit ramenée au temple de la Déesse, sa nouvelle résidence permanente. Il attendit qu’elle soit traînée jusqu’en bas de l’échafaud avant de tendre l’index menaçant en direction des deux cathars.
- D’autres créatures d’Amaleth sont présentes pour subir le châtiment de la Déesse ! Amenez-les à la lumière afin qu’elles reçoivent ce qu’elles méritent !


Voilà j'espère que cela vous aura plu! Donc après la twi lek fouettarde (Dark Talon :love: ), vous avez droit à la twi lek fouettée :diable: !

Martinet!!!

Euh allez à la prochaine pour la suite :transpire: !
Modifié en dernier par mat-vador le Dim 01 Déc 2019 - 20:55, modifié 1 fois.
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2087
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Lun 25 Nov 2019 - 8:39   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Extrait lu !

Ouh là là... Ça va un peu trop loin pour moi, là, je dois l'avouer. L'extrait de la semaine dernière passait encore, là la lecture m'a mis mal à l'aise, et pour cause ! Du coup j'espère que tu ne nous réserves pas une nouvelle séance de torture pour le prochain extrait avec la mère cathar et son fils...

Vivement la suite... et qu'on passe à autre chose !
Approchez, chiens des ténèbres ! Venez à la rencontre de votre mort ! Jetez vos pouvoirs sur moi ! Je vous renie ! Je vous défie ! Je suis Chevalier de l'Empire ! Je suis votre fléau ! Antares Draco

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6001
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Lun 25 Nov 2019 - 14:23   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Merci pour le retour :wink: !

L2-D2 a écrit:Ouh là là... Ça va un peu trop loin pour moi, là, je dois l'avouer. L'extrait de la semaine dernière passait encore, là la lecture m'a mis mal à l'aise, et pour cause !!


Oui là je reconnais :chut: ... Je tenais à accentuer le coté cruel, barbare et inhumain de cette secte dont le règne ne fait commencer et qui donne un avant goût de ce qu'est en train de devenir la dictature.

L2-D2 a écrit: Du coup j'espère que tu ne nous réserves pas une nouvelle séance de torture pour le prochain extrait avec la mère cathar et son fils...


Mauvaise nouvelle: il y en aura encore une :chut: !

Bonne nouvelle: on passera à autre chose après ça... (je spoil un peu: les dernières lignes du prochain extrait montreront un Jedi autre que Bekan, qui sera révolté contre ces tortures et aura envie de réagir et d'entraîner le reste de l'Ordre avec lui)

En fait ce qui te choque le plus, est que les gens ne réagissent pas face à ces atrocités, n'est-ce pas?

Allez courage, ce sera fini samedi prochain! Tu pourras un (peu) mieux respirer :transpire: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2087
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Dark GaGa » Mar 26 Nov 2019 - 14:10   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Ayé lu.

Bon, ça ressemble à certaines sectes US... et encore, c'est plus soft que les archives du KKK.

Vont se bouger les Jedi? (C'est horrible, le pius dea me fait apprécier les Jedi)
Welcome to the dark side, we lied about the cookies. #teamReyLo #teamEmpire
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
Fan-fics : emplois fictifs petits meurtres fanart:Grimoire sith
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3182
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar mat-vador » Mar 26 Nov 2019 - 22:04   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Dark GaGa a écrit:(C'est horrible, le pius dea me fait apprécier les Jedi)


Euh à ce point-là :paf: ?
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2087
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Dark GaGa » Mar 26 Nov 2019 - 22:10   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

J'en suis à me demander quand est-ce qu'ils vont intervenir ces cons.

Après moi, je suis plutôt dans la colère que la perversion. ça me pose aucun problème de cramer une ville parce que j'ai passé 2h dans les bouchons (coucou le périph parisien) mais torturer pour le plaisir non.
Welcome to the dark side, we lied about the cookies. #teamReyLo #teamEmpire
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
Fan-fics : emplois fictifs petits meurtres fanart:Grimoire sith
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3182
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar mat-vador » Mer 27 Nov 2019 - 0:16   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Dark GaGa a écrit:J'en suis à me demander quand est-ce qu'ils vont intervenir ces cons.


Là justement ca va commencer à devenir intéressant :sournois: ! On verra un Jedi dans le prochain extrait séance torture, enfin surtout comment il va réagir :sournois: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2087
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Sam 30 Nov 2019 - 23:41   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Bonsoir à tous!

Suite à la remarque de L2 pour le précédent extrait, j'ai décidé de publier ce passage en balise spoiler. Histoire d'essayer de ménager les sensibilités.

Je tenais à montrer à quel point le Pius Dea tentait de s'imposer au sein de la République par tous les moyens, y compris par une violence extrême visant à inspirer une terreur absolue à d'éventuels opposants, d'où la mise en scène macabre. Ceci étant dit, il n'y aura pas d'autre extrait de ce genre jusqu'à la fin de ce tome 2 que j'ai prévu aussi long que le tome 1 .

Ces extraits me paraissaient indispensables pour illustrer un contexte très sombre de cette période de l'Ancienne République.

J'espère néanmoins que vous trouverez la lecture de cet extrait tout de même intéressante.

Spoiler: Afficher
La mère et son fils furent amenés à la même place que la twi lek. Ils se tenaient côte à côte, et elle en profita pour l’encourager.
- Sois courageux, Malk.
Elle le suppliait presque.
- Oui, maman.
Ses oreilles équines étaient couchées vers l’arrière, signe de l’effroi qui tenaillait son estomac. À leurs pieds, l’autodafé était toujours alimenté par de nouveaux combustibles. Des ouvrages de flimsi, des datapads, encore et encore. La fumée sombre continuait de s’élever en un translucide panache vers les cieux dégagés.
La femme du culte dégagea une épée de sa longue manche noire et plongea la lame dans le brasier, ce qui n’échappa aux deux non humains, encore moins rassurés.
- Nous serons toujours ensemble, Malk.
- Silence !
Le prêtre les foudroya du regard et ils baissèrent la tête, craignant de le provoquer encore. Les deux Disciples de Hapos amenèrent la cathar et suspendirent ses mains au-dessus de sa tête, conspuée par les adeptes du culte.
- Engeance de démon ! Criaient les uns.
- Créature satanique ! S’exclamaient d’autres.
Les suprémacistes humains, tentèrent d’entraîner le reste de la foule à leur suite. Ils brandirent le poing.
- Oui, punissez cette racaille et renvoyez-les d’où ils viennent !
Le petit cathar fut conduit à hauteur de sa mère, qui tourna la tête dans sa direction.
- Il faut que tu sois fort pour moi, Malk.
- Maman…
Des larmes coulaient de ses joues velues alors que les martinets électriques s’agitèrent dans les poings des fanatiques derrière elle. Sa tunique fut déchirée dans le dos et ils ne se quittèrent pas des yeux lorsque le châtiment commença.
Les lanières électrifiées déchirèrent son pelage, grillant ses poils et creusant des sillons fumants dans sa chair. Grâce à sa constitution robuste, la cathar serra les dents sans émettre le moindre son. Cependant, chacun possédait des limites à une telle souffrance. Celles de la non humaine furent atteintes deux minutes plus tard.
Elle émit des grondements de plus en plus forts, mais elle eut le mérite de ne laisser souffler aucune plainte. Si elle le faisait, ils s’en prendraient sans doute à son petit. Celui-ci tirait sur ses propres chaînes en balbutiant sans cesser de pleurer :
- Sois… sois forte, maman.
Après un temps indéfini, le prêtre leva la paume pour interrompre son calvaire.
- Frères et Sœurs, sans doute vous demandez-vous ce que ces deux créatures inférieures ont commis comme crimes. Eh bien, je vais vous le révéler. Il y a deux semaines standard, fit-il en désignant l’enfant, cette engeance d’Amaleth à l’air angélique a volé un fruit sur l’étal d’un honnête commerçant humain, qui travaille dur quotidiennement pour subvenir aux besoins de sa famille et remercie fréquemment la Déesse de sa bonté. Les Forces de Sécurité sont intervenues fort à propos, malgré l’intervention de cette autre vile femelle qui s’est opposée à son arrestation. Car le vol est l’un des pires péchés honnis par la Déesse miséricordieuse. Il est inadmissible et intolérable de s’approprier le labeur d’un honnête travailleur, d’un croyant sincère qui arpente durement le Chemin de la Vertu. Et il ne peut être toléré davantage que quelqu’un d’autre œuvre pour qu’un tel péché puisse être commis !
- Qu’ils expient ! Qu’ils expient !
Deux autres Disciples de Hapos fendirent la foule de leurs coreligionnaires, portant à bout de bras un lourd billot de bois. Ils l’amenèrent en haut de l’échafaud juste devant le petit garçon apeuré. Celui-ci n’eut pas le temps de comprendre de quoi il en retournait que le prêtre s’écria de nouveau :
- Il est temps de punir la main qui a péché !
- C’est la Volonté de la Déesse ! Approuvèrent les adeptes du culte.
Sur ces mot, la femme qui patientait en bas de l’échafaud retira l’épée de la fournaise ardente. La moitié de la lame avait rougi, chauffée à ébullition. Elle grimpa les marches, l’expression atone pendant l’un des bourreaux agrippait la main chétive pour la poser sur le billot apporté par ses deux camarades.
Malk paniqua lorsqu’il surprit l’épée fumante entre les mains de la croyante.
- Maman ! Maman ! Appela-t-il fébrilement.
La cathar émergea de sa léthargie et réalisa ce qui se passait. Les intentions du culte à leur égard lui devinrent évidentes lorsque la femme humaine se plaça face à son condisciple, l’épée brandie à deux mains au-dessus du poignet du petit non humain qui pleurait de détresse.
- Non ! s’écria sa mère. Vous ne pouvez pas faire ça ! Prenez-moi à sa place ! Prenez-moi à sa place !
- Que la main du pêcheur soit tranchée ! Clama le prêtre.
- Non, vous n’avez pas le droit !
Certains dans la foule détournèrent les yeux, pour ne pas voir l’horrible et l’inévitable survenir.
- Maman !! Hurla la voix aiguë de Malk qui fixait horrifié la lame immobile au reflet sinistre.
- C’est mon fils, il est innocent ! Laissez-le !
Les clameurs cessèrent subitement puis un sifflement déchira le silence. La lame rougie fendit l’air et les cris de Malk se métamorphosèrent en un long glapissement de douleur, sa main droite détachée de son avant bras. Le petit qui versait encore de chaudes larmes sous le coup de la souffrance incandescente, s’écroula à genoux lorsqu’il fut relâché. Il gémissait en serrant son moignon cautérisé dans son poing gauche alors que sa mère poussa un rugissement bestial.
- Monstres ! Proféra t elle avec haine. Monstres ! Vous l’avez mutilé ! Je vais vous tuer, je vais tous vous tuer !
Un des Disciples de Hapos s’avança pour la frapper du poing et la faire taire. Mais il avait sous estimé sa rage, malgré la gravité de ses lésions. D’une inclinaison brusque de la tête, la non humaine plongea ses crocs dans le cou de l’humain et lui trancha net la carotide d’une simple morsure.
L’adepte recula, tituba en arrière, les yeux révulsés et s’effondra aux pieds du prêtre qui réagit avec véhémence en la désignant de l’index.
- Expédiez cette créature en enfer !
Les deux tortionnaires effleurèrent le manche de leur martinet électrique et les arcs blafards qui crépitaient autour des lanières brillèrent d’une plus grande d’intensité. Le martyr de la cathar reprit de plus belle. Elle eut cependant le temps de hurler entre deux cris de douleur.
- Monstres !
Vingt secondes suffirent pour lui faire perdre connaissance et vingt autres la firent définitivement passer de vie à trépas. Bientôt, son corps pendit inerte au bout des chaînes qui lui retenaient les bras, sous le regard de son fils qui avait oublié temporairement sa blessure grave.
- Maman ! Maman !
Il se redressa sur ses pieds, appelant celle qui ne pouvait plus lui répondre. Tous ceux réunis sur la place l’observèrent en train de se serrer contre le corps de sa mère, en sanglotant. Ceux qui n’appartenaient pas au culte demeuraient atterrés sans pouvoir réagir, hormis les suprémacistes humains qui criaient à gorge déployée :
- Bravo ! Bravo ! Acclamaient-ils.
À l’arrière plan de tout cela, un homme de taille moyenne et à l’allure quelconque, vêtu de robes Jedi, avait observé toute la scène. S’il ne trahissait aucune réaction sous son capuchon, quelqu’un de plus attentif aurait remarqué ses traits crispés.
Ce Chevalier Jedi du même âge que Bekan Kalad, se nommait Kotil Marek. Il avait mordu sa lèvre inférieure après le châtiment du sénateur Vemus devenu Proscrit, enfoncé ses ongles à l’intérieur de ses paumes quand il avait serré les poing devant celui de la twi lek.
Et il avait blêmi, devant l’inqualifiable commis sur ce pauvre petit cathar, amputé d’une main et devenu maintenant orphelin.
La première envie de Kotil Marek avait été de dégainer son sabre laser et de tailler dans le vif pour faire payer cela aux responsables. Mais il était un Jedi et il était censé maîtriser ses émotions. Ce qui ne signifiait pas pour autant qu’il allait rester impassible.
Il tourna brusquement les talons pour rentrer au Temple Jedi. Là, il préviendrait tous ceux qui le croiseraient de ce qui venait de se passer. Il leur raconterait.
Il était temps pour l’Ordre Jedi de s’opposer enfin à cette secte. D’en finir avec la peur et l’horreur que ces actes abjects inspiraient à beaucoup.


Voilà, et comme promis, nous passerons à autre chose!

De la politique par exemple :whistle: ... cela vous permettra de revoir un certain Contispex :sournois: ! Quelqu'un que vous avez eu l'occasion d'apprécier dans le tome 1 :diable: !

à la prochaine pour la suite :hello: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2087
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Dim 01 Déc 2019 - 20:27   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Extrait lu !

Bonne initiative que d'avoir mis cet extrait en spoiler ! :jap:

Un contenu encore plus bien glauque mais enfin, enfin, enfin un Jedi va se bouger, ça va faire du bien ! Mais c'est sans doute bien tard...

Vivement qu'on passe à autre chose, c'est ce que tu nous indiques, et c'est tant mieux ! Vivement le retour de Contispex ! :oui:
Approchez, chiens des ténèbres ! Venez à la rencontre de votre mort ! Jetez vos pouvoirs sur moi ! Je vous renie ! Je vous défie ! Je suis Chevalier de l'Empire ! Je suis votre fléau ! Antares Draco

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6001
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Messagepar mat-vador » Dim 01 Déc 2019 - 21:39   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Merci pour le retour :wink: !

L2-D2 a écrit:
Bonne initiative que d'avoir mis cet extrait en spoiler ! :jap:


Du coup, je l'ai fait aussi pour l'extrait précédent^^

L2-D2 a écrit:enfin, enfin, enfin un Jedi va se bouger, ça va faire du bien ! Mais c'est sans doute bien tard...


Après vingt ans de dictature, il serait temps :sournois: !

L2-D2 a écrit: Vivement le retour de Contispex ! :oui:


J'étais sûr qu'il t'avait manqué :diable: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2087
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar mat-vador » Sam 07 Déc 2019 - 22:33   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Bonsoir à tous!

Comme je l'avais annoncé, après les séances de torture, vous allez avoir droit à de la politique avec un certain monsieur Contispex :diable: ! Hihihihi :diable: !

Place au Sénat et aux sénateurs, que le rideau se lève!

Siège du Sénat Galactique

Enler Mansur rajusta ses lourdes tuniques avant de reprendre sa place en haut des gradins, au milieu de d’autres collègues. Les débats concernant la politique planétaire de Coruscant et de la Cité Galactique avaient été suspendus pour cette journée. Le sénateur humain de Commenor épongea la sueur de son front de quadragénaire vigoureux avant d’accepter le verre d’eau que lui offrit aimablement un droïde.
- Rude matinée, hein ? Lui lança la sénatrice d’Alderaan, Tali Organa, qui se tenait une rangée au-dessus de lui, sur sa droite.
Il rendit le verre au robot avant d’échanger un sourire avec cette femme plus âgée, à l’expression maternelle et digne. Ses traits ridés avec harmonie et ses chignons grisonnants qui encadraient sa tête en disaient long sur sa noblesse d’âme. Drapée dans une toge fine bleue marine qui évoquait le reflets des lacs bordant Aldera, la tension ambiante qui avait électrisé les débats sur les nouvelles lois de sécurité locales visant les non humains, n’avait eu aucune prise sur elle.
- Le plus intéressant arrive, lui confia-t-il.
Elle hocha discrètement la tête, comprenant qu’il faisait allusion aux nombreux sénateurs absents. Le Grand Hall était en effet à moitié vide, mais les retardataires seraient immanquablement présents pour les sujets épineux concernant la politique générale de la République menée par le Chancelier Suprême.
- Nous avons remporté une victoire, se félicita-t-elle.
- Éphémère, sénatrice Organa.
Ils évoquaient ce décret qui restreignait encore davantage les libertés de déplacement des non humains hors de leurs ghettos, qui réduisait notamment la durée de validité des permis de travail et des tickets de rationnement. Soit disant pour lutter contre la criminalité hors des ghettos – baptisées officiellement zone de sécurité – et endiguer divers trafics mais tous deux savaient ce qu’il en était vraiment.
Ils prirent soin d’éviter les regards haineux lancés par les partisans de Contispex, installés sur les gradins en face contre lesquels ils avaient bataillé âprement pour empêcher ce décret de passer. Ils n’oublieraient pas qu’ils avaient perdu cette manche et se montreraient revanchards. Malgré les dissensions qui pouvaient exister entre eux, notamment entre les suprémacistes humains et les adeptes de ce fameux culte Pius Dea.
Tôt ou tard, ce décret serait voté par le Sénat ou promulgué par une ordonnance arbitraire, comme cela était souvent le cas. Trop souvent.
Voilà comment la démocratie s’érodait quotidiennement.
- Cela reste une victoire, sénateur Mansur.
- Si vous le dites, j’espère seulement que je ne finirais pas comme mon père.
Il arborait cette mine sombre lorsqu’il fut hanté par le souvenir de son paternel, qui était passé d’opposant virulent à valet soumis du Chancelier.
- Vous avez une grande force en vous, le réconforta Organa. Vous êtes d’une autre trempe. Sans vous, l’Honorable Fraternité perdrait tout sens.
Le commenorien qui souffrait d’une légère calvitie, caressa ses mèches de cheveux blonds qui saillaient encore du haut de son crâne. Il pensa l’espace d’un instant au nom qui désignait cette faction de sénateurs humains résolument opposés aux idées humanocentristes du Chancelier et aux dévots fanatiques qu’il dirigeait.
- Je pourrais en dire autant de chacun de nous, Tali. Sans vous, l’Honorable Fraternité n’aurait jamais vu le jour.
- Vous les inspirez plus que moi, Enler.
- Contispex ne nous laissera pas continuer éternellement. Aujourd’hui ou demain, l’un d’entre nous pourrait être mis en accusation. Comme ce pauvre Vemus. Ils n’hésiteront pas à exploiter la moindre de nos erreurs ou égarements pour les retourner contre nous.
Elle acquiesça d’une inclinaison du menton.
- Je doute qu’ils osent s’en prendre ouvertement à vous, nuança-t-elle. Cela déclencherait des émeutes sur votre propre monde.
- Comme si cela allait les arrêter.
Il se redressa avant de se contorsionner pour faire face à sa collègue.
- Nos ennemis ne se tiennent pas seulement face à nous, ils complotent aussi dans nos systèmes d’origine pour nous discréditer, ajouta-t-il. J’ai bien peur en ce qui me concerne que mes erreurs finissent par me rattraper.
- Enler, ne vous laissez pas tourmenter par le passé.
- Tali, insista-t-il, je ne peux pas oublier que j’ai été un des leurs. Et ils ne me pardonneront jamais de leur avoir tourné le dos.
-C’est pourquoi le combat que nous menons contre eux n’en est que plus important.
Elle se pencha pour lui agripper le poignet avec sa main frêle et douce. Enler sentit l’abattement qui le paralysait disparaître comme par enchantement. Il se battrait encore et il ne serait pas seul. Face à cette faction de sympathisants de Contispex connus sous le nom de Défenseurs de la Vertu, la résolution l’habitait pleinement.
- Alors nous soutiendrons les doléances que les bothans et les lannik déposeront devant le Chancelier quand il arrivera.
Tali Organa en profita pour se retourner vers la délégation bothane réunie autour de la sénatrice Naite’fya et des secrétaires lanniks – créatures humanoides de petite taille et aux larges oreilles pointues – groupés près du sénateur Iyulk. Ils se tenaient à quelques mètres seulement sur la gauche, sans vouloir se mêler à l’Honorable Fraternité.
- Serions-nous trop humains pour eux ? Souffla Mansur.
- Ne leur en veuillons pas d’être prudents, le rassura-t-elle. À leur place, vous vous fieriez à n’importe qui ?
Les bothans et les lannik n’avaient pas participé aux débats de ce matin, mais ils brûlaient de prendre la parole devant le Sénat.
- Non, c’est vrai.
Sur ces mots, les larges portes qui verrouillaient l’entrée du Grand Hall, s’ouvrirent à l’intention des autres dignitaires du Sénat humains et non humains qui se distinguèrent par des conversations animées avant de se diriger vers leurs places respectives.
Évidemment, la plupart des sénateurs humains rejoignirent leurs collègues de la faction Défenseurs de la Vertu tandis que les non humains – comme les Herglics ou les Duros – et les rares humains démocrates s’installèrent du même coté que l’Honorable Fraternité.
Beaucoup vinrent saluer chaleureusement Tali Organa et Enler Mansur, et pendant ces accolades prolongées, personne ne prêta attention au vieux sénateur humain au teint mat et à l’expression tendue qui prit place de l’autre coté des gradins, juste à coté des Duros. Il était accompagné d’une jeune femme, probablement sa secrétaire.
Tali attira l’attention de son homologue commenorien sur eux.
- Regardez.
Ils fixèrent les deux nouveaux venus avant que le sénateur au teint mat ne croisa leur regard et inclina discrètement le buste en signe de salut.
- Hassan Kalad nous honore donc de sa présence, confia Mansur. C’est plutôt inattendu.
La présence du sénateur d’Alsakan les interpellait car celui-ci se faisait plutôt discret. Il donnait ainsi l’impression de se désintéresser complètement de toutes les questions politiques de la République.
Ce ne pouvait être qu’une simple façade, bien entendu.
Après tout, beaucoup de sénateurs présents dans l’assemblée ne prenaient pas la chose très à cœur, se contentant bêtement de se laisser porter par le mouvement, surtout ceux de la faction opposée. Surtout les suprémacistes humains.
- Ces derniers temps, il s’oppose de plus en plus aux décisions du Premier Régent, confirma la sénatrice alderaanienne.
- Si leurs relations viennent de s’apaiser, cela expliquerait sa présence.
- Je n’ai pas eu vent d’une quelconque amélioration de leurs relations.
- Alors que fait-il ici ?
Il fronça les sourcils, perplexe.
- Nous finirons par le savoir bientôt, répondit-elle. Si vous le voulez, je peux le surveiller pour vous, Enler. Cela vous permettra de vous concentrer sur les prochains débats.
- Je vous en suis reconnaissante, Tali.
Il respira mieux, soulagé en partie de ses doutes. La sénatrice Organa ne disposait peut-être pas de son charisme mais elle se rendait utile de bien d’autres manières. Sa discrétion et son apparence chétive et inoffensive l’autorisaient à approcher des sénateurs de l’autre faction pendant l’entracte et à surprendre leurs conversations à leur insu.
Ce qui leur avait permis maintes fois d’anticiper les intentions de leurs adversaires politiques. Une précaution élémentaire en ces temps difficiles.
Un chambellan au crâne rasé – un adepte du culte – entra dans le hall et réclama le silence. Les conversations baissèrent avant de s’éteindre.
- Honorables membres du congrès galactique, chers frères et sœurs, veuillez accueillir son Excellence, le Chancelier Suprême de la République, notre guide éclairé par la sagesse de Kasili… Frère Contispex ! Que la lumière de la Déesse resplendisse sur les débats à venir !
Et les Défenseurs de la Vertu de répondre :
- Louée soit la Grande Déesse !
Bien entendu, les rangs de sénateurs face à eux répliquèrent par un silence assourdissant. Voilà qui promettait beaucoup pour la suite. Les débats seraient plus que passionnés, ils seraient tranchés. Une image des dissensions qui continuaient de déchirer la République depuis l’accession au pouvoir de Contispex.
Celui-ci fit peu de temps après son apparition devant les pairs du Sénat. Vêtu d’un pantalon fin de lin blanc et d’une tunique de soie aux rubans austères qui entouraient son cou, un grand manteau de cérémonie mauve lui drapait le tronc, des épaules jusqu’aux hanches. Un collier soutenait un grand bijou palpitant contre sa poitrine à chacun de ses pas, symbole de la fonction prestigieuse qu’il occupait. Il se dressait tel un tribun sûr de sa force, le menton relevé vers le haut, et l’expression froide et méprisante qui grimait ses traits en disait long sur le tempérament d’un personnage destiné à s’imposer malgré toutes les oppositions qui hérissaient son chemin.
Deux Disciples de Hapos encapuchonnés l’escortaient jusqu’à la tribune au milieu de l’amphithéâtre, lui permettant de dominer en partie l’assemblée.
En réaction à son irruption, les Défenseurs de la Vertu se levèrent en signe de respect. Contrairement au camp d’en face. Hormis le sénateur d’Alsakan qui prit à contre-pied le reste de ses collègues.
- Vous avez vu ? Glissa la sénatrice d’Alderaan à son collègue commenorien.
Ce dernier fixa sévèrement le dignitaire alsakani, qui se distinguait d’eux tous en se tenant débout.
- Eh bien, nous savons au moins dans quel camp il est. Et j’ai bien peur que ce ne soit pas le nôtre, lâcha-t-il avec fatalisme.
- Ne soyez pas aussi hâtif dans votre jugement. S’il était dans leur camp, il serait parmi eux.
- Je crois que les alsakanis suivent leur propre partition. La première chose qui doit les préoccuper est de conserver coûte que coûte leur statut autonome.
- Tout comme les Herglics qui nous soutiennent pourtant sans réserve.
Peu convaincu, Mansur fit la moue.
Les Défenseurs de la Vertu se rassirent sur un signe discret du chambellan qui donna l’ordre de refermer les portes. Laissant néanmoins entrer une sénatrice Selkath aux vêtements fripés, essoufflée, qui s’empressa de gravir les gradins pour s’installer parmi ses collègues. La non humaine salua au passage Mansur et Organa, qui l’interpella :
- Par les étoiles ! Que vous est-il arrivé, sénatrice B’lsak ?
Les vêtements de cette dernière étaient déchirés et salis.
- J’ai été prise à partie par des suprémacistes humains, répondit-elle vivement.
- Racontez-nous, la pria le commenorien.
- Pas maintenant, pas ici.
Les bajoues de la Selkath étaient agités de frissons, un signe de stress. Les deux sénateurs n’insistèrent pas et la laissèrent s’asseoir deux rangées plus bas. Ils se promirent cependant d’aller la retrouver sitôt la séance achevée.
Ils tenaient à savoir ce qui lui était arrivé.
Le chambellan s’avança au milieu de tous et annonça :
- Je déclare la session ouverte. Les sénateurs sont maintenant libres de commencer les débats sur la politique de la République à l’égard des systèmes membres.

Voilà, j'espère que cette petite mise en bouche vous aura plu :wink: ! J'espère que vous aimez les noms des deux factions opposées dans l'enceinte du Sénat!

Promis, les chose sérieuses débuteront la semaine prochaine! Contispex est là, il est parmi nous :x !

Allez à la prochaine :hello: !
Modifié en dernier par mat-vador le Lun 09 Déc 2019 - 13:47, modifié 1 fois.
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2087
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar Dark GaGa » Lun 09 Déc 2019 - 12:07   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Juste un détail, parce que j'ai relevé ça dans le premier, évite l'utilisation du mot orthodoxe à tort et à travers.

Une religion orthodoxe n'est pas forcément fanatique ou radicale, c'est rester au plus près de la religion primitive et éviter les dérives.

Sinon, vu qu'on est 12 000 ans BBY, est-ce bien pertinent de nous mettre un Organa ? Comme s'il y avait aucune évolution sur ce laps de temps ? Une même famille qui bouge pas en 12 000 ans, qui squatte le même poste, c'est surréaliste (surtout sur un pseudo système électoral). Je sais que TOR avait fait ce parti pris, mais ça reste absurde.
Welcome to the dark side, we lied about the cookies. #teamReyLo #teamEmpire
Endor is a lie! Long Life to the Emperor!
Fan-fics : emplois fictifs petits meurtres fanart:Grimoire sith
Dark GaGa
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3182
Enregistré le: 30 Nov 2017
Localisation: Citadelle Sith, Dromund Kaas ou Palais Impérial, Coruscant
 

Messagepar mat-vador » Lun 09 Déc 2019 - 14:07   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Dark GaGa a écrit:Juste un détail, parce que j'ai relevé ça dans le premier, évite l'utilisation du mot orthodoxe à tort et à travers.
.


Enlevé

Dark GaGa a écrit:Sinon, vu qu'on est 12 000 ans BBY, est-ce bien pertinent de nous mettre un Organa ? Comme s'il y avait aucune évolution sur ce laps de temps ? Une même famille qui bouge pas en 12 000 ans, qui squatte le même poste, c'est surréaliste (surtout sur un pseudo système électoral). Je sais que TOR avait fait ce parti pris, mais ça reste absurde.


Personnellement, je ne vois pas en quoi c'est gênant. J'ai prévu une ellipse sur Alderaan qui fera l'objet d'une lutte de pouvoir entre les différentes Maisons Royales (Les Aldes, Les Ugol, Les Panteer, Les Teral, Les Thul... ) au sein du Conseil Alderaanien. Je pars du principe qu'il y a déjà un système politique bien en place, même à une période aussi reculée.
Alderaan appartient depuis longtemps à La République et a été colonisée très tôt par les humains.

Si j'ai choisi une Organa, c'est pas pour faire de la figuration, c'est parce que j'ai une idée bien précise en tête :sournois: ! Pendant la période Pius Dea, on peut supposer que le sénateur n'a pas été toujours un Organa mais un partisan zélé comme un Ugol ou un Thul ou un autre :neutre: !

J'en dis pas plus mais j'ai prévu un extrait politique sur Alderaan: complot, trahison, alliances... un peu comme sur Coruscant :siffle: !
Mat: Bonjour, je suis vapodoucheur et masseur de talons! / Dark Krayt: Vous êtes embauché!

Fics: Pius Dea, Jedi corellien, Les Origines de Jedi corellien
mat-vador
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2087
Enregistré le: 24 Mai 2016
 

Messagepar L2-D2 » Mar 10 Déc 2019 - 9:39   Sujet: Re: Pius Dea: L'ère des Tyrans (2ème Partie)

Extrait lu !

Ah ouais, il y a toute la clique du Pius Dea au Sénat, carrément ! :shock: En 20 ans, la démocratie a sensiblement régressé... même si on voit bien que tous les Sénateurs ne sont pas dupes, notamment un certain monsieur Kalad... :sournois:

Vivement la suite, je pense que la prise de parole de Contispex va faire froid dans le dos ! :oui:

Et pour la mention d'un Organa, ça ne me choque pas. C'est vrai que quand on y réfléchit, c'est un peu extrême (12 000 ans plus tôt, déjà un Organa dans un rôle a priori similaire), mais ça fait partie du charme des préquelles (et quand on voit que 100 ans après le NOJ et Le destin des Jedi dans l'UE Légendes, il n'y a plus un nom de famille connu type Horn, Durron, etc, je préfère autant ça !)
Approchez, chiens des ténèbres ! Venez à la rencontre de votre mort ! Jetez vos pouvoirs sur moi ! Je vous renie ! Je vous défie ! Je suis Chevalier de l'Empire ! Je suis votre fléau ! Antares Draco

Staffeur fan-fictions & résumés littéraires
L2-D2
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6001
Enregistré le: 26 Fév 2013
Localisation: Nîmes
 

Suivante

Retourner vers Fan-Fictions


  •    Informations