StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
La Justice de Vador
Fiche | Texte
La Justice de Vador
 

Il y a plusieurs sortes de pluies.

Il y a d’abord les pluies fines, celles qui rafraîchissent les idées, sans trop mouiller les vêtements. Il y a ensuite les pluies fortes, celles qui vous trempent jusqu’aux os avec un bon rhume en prime.

Puis il y a les pluies de Kamino.

Hors de question que je remette un pied dehors, se jura le capitaine Carth Poldrei en épongeant sa casquette d’officier sur le sol même de la navette.

Ils avaient atterri une dizaine de minutes plus tôt sur une immense plateforme  qui s’élevait au-dessus des flots de l’unique mer de la planète – bien suffisante pour faire le tour de l’astre – et attendaient à présent le rapport de leur éclaireur – un natif humain, apparemment.

Il approchait, d’ailleurs. Un chasseur de primes. Carth n’aimait pas ce genre de types, mais celui-ci était à part.

Carth ne savait pas exactement pourquoi. Tout ce dont il était sûr, c’est que Vador avait spécifiquement ordonné de lui laisser le commandement des troupes.

Et quand Vador ordonnait, la 501ème obéissait.

— Vous les avez ? demanda Poldrei alors que le chasseur de primes grimpait sur la rampe d’accès.

— Bien entendu, répondit l’homme en armure en tendant un cylindre métallique.

Carth s’en saisit et l’observa un bref instant. Il tenait entre les mains ce qui avait été la clé de l’Avènement de l’Empire, et le fléau de ces troupes droïdes de la Confédération qu’il exécrait tant.

Le génome de l’Armée Clone.

— Bien, Fett, bien. Vous savez ce qui vous reste à faire.

Quelques détonations se firent alors entendre. Elles avaient peut-être débuté quelques minutes plus tôt ; mais dans l’orage permanent qui grondait sur Kamino, elles se fondaient parmi le tonnerre qui allait et venait sans cesse.

— Ace, vous avez donné l’ordre de débarquer les troupes ? demanda-t-il alors à son second, qui surveillait un peu plus loin les extérieurs depuis un terminal de campagne.

— Oui, Capitaine, répondit AC-763. À l’instant même. Les Kaminoens ont fait sortir les leurs, et…

— Vous avez bien fait.

Carth reporta alors son attention sur Fett.

— Nous allons nous éloigner un peu, expliqua-t-il au chasseur de primes. Restez à l’écoute, je vous transmettrai des indications si nécessaires.

Le chasseur de primes acquiesça et retourna au cœur du maelström de pluie. J’imagine que c’est bien plus supportable avec un casque et un HUD…

— Placez-nous en survol médian, ordonna-t-il au pilote lorsqu’il entra dans le cockpit. Altitude trois zéro zéro, distance deux cinq sud.

— Compris, répondit simplement le clone, qui s’exécuta aussitôt.

Du personnel efficace, sans le moindre doute.

Si efficace qu’il pouvait laisser ses propres pensées le submerger…

À l’origine, Poldrei n’appartenait pas à l’infanterie. Il s’était battu au sol, bien sûr, lors de la Guerre des Clones, mais sa carrière s’était ensuite poursuivie au sein de la Marine. Sans cette accusation injuste…

Ses ennuis avaient débuté lorsque son supérieur sur l’Eddicus – un destroyer Victoire-II – avait échoué à capturer un contrebandier près de Bogden. Le colonel Xafeniu n’avait cependant pas dit son dernier mot, et, lorsque l’heure était venue de faire son rapport, il avait dénoncé son second. Poldrei avait donc été suspendu par la Flotte, et condamné à accepter une affectation dans l’équipe de soutien de la 501ème.

Évidemment, ce n’est pas le prestige du commandement d’un destroyer… Mais tant que je respire, la situation peut s’améliorer.

Revenant dans la soute, il reporta son attention sur les écrans tactiques. Ils survolaient à présent la ville sur pilotis qu’on appelait Tipoca City.

— Ace ?

— Oui, Monsieur ?

— Que ressentez-vous à l’idée de vous battre ici ? Contre vos créateurs… Et vos frères ?

Le clone – qui avait l’apparence d’un homme de quarante ans, même s’il en avait vingt de moins – mit quelques instants avant de répondre.

— Je fais ce qu’il faut faire, Monsieur.

Carth acquiesça. Il imaginait bien à quel point cela devait être dur. Il s’était battu sur Polcaphran, bien sûr, mais contre les envahisseurs séparatistes… Pas contre ses compatriotes.

— Monsieur ? demanda alors Ace.

— Que se passe-t-il ?

— C’est un appel du Devastator, Capitaine. Le seigneur Vador veut vous voir au plus vite.

— Entendu. Transférez le commandement de terrain à la seconde navette… Et emmenez-moi là-haut au plus vite.

Il n’avait nul besoin de se répéter ; le pilote suivait la conversation depuis le cockpit, comme l’imposait la procédure, à moins d’un contrordre. Carth alla le rejoindre pour ne rien manquer de l’approche.

Le nez de l’appareil se cabra et le vaisseau accéléra à pleine puissance pour s’arracher à la pesanteur de Kamino. L’ascension fut rapide, grâce aux moteurs performants dont Sienar avait équipé la navette. Très vite, l’atmosphère disparut, laissant place à la noirceur de l’espace.

Un vide étoilé qu’une lame de duracier tranchait.

Le Devastator était stationnaire, tel un prédateur guettant le moment où sa proie perdrait patience pour l’achever dans un dernier coup de griffe. Autour du vaisseau-amiral de Vador, de nombreux appareils de taille moindre – allant du chasseur TIE standard à la frégate d’assaut lourde – étaient en ordre de bataille. Ils bloquaient l’une des voies hyperspatiales menant à la planète ; les cloneurs, pris au piège, ne pouvaient plus que capituler ou périr – ce qui, connaissant le seigneur Vador, revenait sans doute au même.

Il y avait même un destroyer Victoire-II. Fronçant les sourcils, Carth reconnut une longue trace de brûlure allant du flanc gauche du croiseur à ses moteurs. Il savait que c’était là le résultat d’une comète que d’incompétents artilleurs avaient échoué à stopper.

C’est l’Eddicus ! Qu’est-ce que…

Un début de réponse apparut dans son esprit, alors que le vaisseau disparaissait, masqué par les flancs du Devastator en-dessous desquels la navette de Poldrei plongeait désormais.

Le capitaine expira longuement et rajusta son col. Peut-être allait-il enfin profiter de la justice impériale…

Et s’il devait mourir, autant que ce soit avec le plus d’élégance possible.

 

************

 

Repérant immédiatement la place qui était sienne, Carth s’avança vers elle et mit un genou à terre.

— Seigneur Vador, je suis à vos ordres.

Le bras-droit de l’Empereur était assis au cœur d’un étrange appareil, qui ressemblait à une lourde mâchoire aussi sombre que son occupant. Carth sentit une goutte de sueur couler de son front, entre sa joue et ses oreilles. La respiration de Vador, bruyante, régulière, grave, ne l’aidait pas à calmer sa tension.

— Quelles sont les nouvelles du terrain ? demanda le Seigneur Noir en se levant.

Il descendit les marches et vint se placer devant Carth. Son pas était étonnamment silencieux, pour un être de cette taille et composé en grande partie de métal – mais ce n’était pas le moment de s’en occuper.

— Excellentes, Monseigneur, répondit le capitaine.

Il décrocha de sa ceinture le cylindre que lui avait remis Fett quelques minutes plus tôt et le tendit à Vador.

— Voici le génome originel de l’Armée Clone, déclara-t-il.

— Relevez-vous et suivez-moi.

Carth ne se le fit pas répéter deux fois ; même s’il n’avait pas connu la propension de Vador à punir les incompétents, la voix dure et sans pitié du Seigneur Noir ne lui aurait pas laissé le moindre doute.

Ils sortirent des quartiers personnels du chef de la 501ème en direction de la passerelle de commandement.

— Que pensez-vous de ce chasseur de primes ? demanda soudainement Vador, sans cesser de marcher.

La situation était périlleuse pour Carth ; il devait répondre à la fois vite et bien.

— Je pense qu’il a fait du bon travail, Monseigneur. Il est cher, certes, mais ses honoraires sont justifiés par ses compétences. D’après le dernier rapport, il s’est chargé sans le moindre problème des terminaux du complexe de clonage. Seul.

Vador ne répondit rien. Et j’imagine qu’il est inutile de chercher à lancer la conversation…

Les portes de la passerelle de commandement s’ouvrirent devant eux, et Carth sentit une bouffée de nostalgie l’envahir. L’endroit ressemblait tant à son espace de travail, sur l’Eddicus

Jusqu’à la présence du colonel Xafeniu, entouré de deux stormtroopers, et qui tremblait de part en part. Les regards que lui jetaient le reste de l’équipage allaient de la compassion au mépris ; Carth en revanche n’éprouvait qu’un sentiment de contentement devant ce spectacle. C’était un juste retour des choses.

— Le colonel Xafeniu a de nouveau échoué, déclara Vador de sa voix dure et grave. Une nouvelle fois, il pensait échapper à ma justice en rejetant la faute sur son second… Mais il ignorait que le BSI le suivait de près.

Un léger gémissement s’échappa des lèvres de l’officier. Oui, c’est une douce revanche…

— Maintenez-vous vos accusations ? demanda le Seigneur Noir.

— Oui, Monseigneur, répondit immédiatement Poldrei. Les contrebandiers étaient à portée et le seraient restés si nous avions déployé le rayon tracteur à temps.

— C’est ce que je pensais.

Vador leva alors son bras droit, le pouce et l’index tendus vers Xafeniu, qui commença à se convulser.

— L’Empire ne tolère pas l’incompétence, Colonel. Vous avez échoué, par deux fois… Payez-en les conséquences.

Xafeniu était dans l’incapacité de lui répondre. Carth observait son ancien supérieur, qui semblait avoir du mal à respirer. Les stormtroopers lui lâchèrent alors les bras ; Xafeniu en profita pour les porter à son coup, tentant de se libérer d’une poigne invisible. Il semblait être en train de faire une attaque…

Carth remarqua alors les pieds du colonel. Ils flottaient. Par l’Empereur ! C’est donc là le pouvoir de la Force…

Il n’eut guère le temps d’en voir plus. Vador serra le poing. Les cervicales brisées, le cadavre qui avait été quelques secondes plus tôt un colonel de la Marine Impériale s’effondra sur le sol.

— Que cela serve de leçon, conclut le Seigneur Noir.

Il se tourna vers Poldrei.

— Vous prenez le commandement de l’Eddicus, ordonna-t-il. Tout manquement sera puni… À sa juste mesure.

— Il n’y en aura aucun, Monseigneur.

— Je l’espère, Colonel. Dans votre intérêt.

Il n’y aura pas de manquement, se promit Carth alors que Vador s’éloignait.

Les stormtroopers se chargèrent du corps de Xafeniu, et son remplaçant s’approcha des baies de la passerelle. Au-dehors, relativement proche du Devastator, l’Eddicus restait immobile, ignorant encore qu’il venait de changer de mains. Le vaisseau était grand, mais il en imposait peu à côté de celui de Vador.

Chaque chose en son temps… Au royaume des incompétents, qui est prudent devient maître. 

Publicité