[Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Retrouvez ici toutes les Fan-Fictions publiées sur le forum achevées par leur auteur. N’hésitez pas à laisser un commentaire !

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films sont interdits dans ce forum.

Messagepar Hiivsha » Sam 11 Jan 2014 - 17:07   Sujet: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Voilà, en attendant que mon fils ne m’apporte matière à cogiter sur notre projet de roman SF collaboratif et que celui-ci ne démarre, j'ai passé la semaine à "rêver" (phase 1 d'un roman) à ce que va être le tome 3 des aventures d'une jeune Jedi.
C'est la phase "fourre-tout" où j'emmagasine dans mon cerveau - sans rien écrire dans l'immédiat - plein de "choses" plus ou moins diffuses qu'on va trouver dans l'histoire. Ensuite, je tisse des fils pour relier les unes aux autres, je modifie pour palier aux difficultés, pour parvenir à affiner une trame plus ou moins vague mais qui a un début et une fin plus quelques virages.

Aujourd'hui, j'ai pondu la première et quatrième de couverture de mon prochain roman, que je vous dévoile donc en exclusivité : :wink:

ImageImage


J'espère mener les deux projets de front.
Pour changer ce que j'ai fait jusqu'à présent, je ne posterai plus des chapitres entiers représentant un "pavé" de 15 pages A5 puisque ceux-ci ont tendance à décourager le lectorat, mais je me contenterai de passages plus courts, l'équivalent de 3/4 pages plus digestes peut-être pour une formule "forum".

Vous avez quelques jours avant la première sortie du tout début, ce qui vous laisse amplement de lire les 2 premiers tomes de la saga puisque l'opus 3 commencera vraisemblablement à la fin du 2. :wink:
Modifié en dernier par Hiivsha le Sam 10 Oct 2015 - 17:30, modifié 2 fois.
Hiivsha
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3379
Enregistré le: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Red Monkey » Sam 11 Jan 2014 - 17:10   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Wayii !! :shock:

Eh ben...
C'est du projet ça Hiiv !

Le format me dérange pas actuellement mais vu que je risque de suivre celui-ci au compte goutte, ce sera cool de voir du plus court. :jap:

Le titre et la couv' sont alléchants. Good luck !
Red Monkey
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9758
Enregistré le: 14 Juin 2012
 

Messagepar Den » Sam 11 Jan 2014 - 17:23   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

J'allais justement t'envoyer un MP pour savoir si tu comptais écrire un troisième tome des aventures d'Isil! :transpire:

J'ai donc ma réponse avant d'avoir formulé ma question! :idea:

Je suis vraiment content de voir qu'il y aura un nouveau tome. Vite! Vite! Il me faut du temps pour relire le premier et enchaîner avec le second. Comme ça, je serai fin prêt pour le troisième! :)

Sinon, le synopsis est alléchant et la couverture sublime!

Bonne continuation! :wink:
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5089
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar Jagen Eripsa » Sam 11 Jan 2014 - 17:37   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Intéressant tout ça... :sournois:

Et belle couverture. :jap:
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 19069
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar Darkantus » Sam 11 Jan 2014 - 17:58   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

ca a l'air coool mais j'ai gavé de retard !!!!! j'espere que je vais pouvoir le rattraper pour etre raccord avec le debut du trois :)

Je trouve cela vraiment sympa de faire un projet d'écriture avec son fils :) J'aurai voulu faire un truc du genre moi aussi
Côtoyez contrebandiers, chasseurs de primes, impériaux, et bien plus... Ressentez la vengeance d'un jeune homme. Et parcourez la galaxie dans sa quête de justice...
fan-fictions-hdf-f17/star-wars-vendetta-t15172.html
Darkantus
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 133
Enregistré le: 02 Jan 2014
 

Messagepar Notsil » Dim 12 Jan 2014 - 22:05   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Oulà faut que je me dépêche de terminer le tome 2 alors ^^

Tu crois que ça sera un tome de clôture ou tu prévoies déjà un tome 4 voire 5 ou plus ?
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2216
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Hiivsha » Dim 12 Jan 2014 - 22:14   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Oulà, Notsil... :shock: Quelle excellente question ! :oops:

Ben... je... heu... car... voilà...ou... plutôt... c'est à dire... hem... :oops: :oops:

Franchement, je ne m'étais vraiment pas posé la question.
Il y a deux choses évidentes :
- j'aimerais écrire des romans "susceptibles-éventuellement-si possible-on l'espère toujours-quoiqu'improbable" d'être publiés un jour :roll: :siffle: et évidemment, ce ne sont pas des romans SW qui le seront pour les raisons qu'on connaît ;
- j'ai une profonde addiction pour l'univers de SW et pour ma petite Isil en version Padawan/Jedi.

Tout ça pour dire que si je suis capable d'alterner projet "éditable" avec projet SW "non éditable" (voire de les mener de front), je compte bien continuer encore un, deux ou trois tomes des ADJJ à raison d'un roman tous les ans et demi comme par le passé... voire un peu moins si je me contente de roman de 350/400 pages ce qui est déjà très raisonnable.

Donc je pense que ce ne devrait pas être le dernier. :cute:
Hiivsha
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3379
Enregistré le: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Notsil » Dim 12 Jan 2014 - 22:37   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Cool chouette nouvelle ! J'espère que tu pourras mener tous tes projets ;)

C'est sympa en tout cas, ça a beau être des tomes différents, qui reprennent les mêmes héros, on peut tout lire de façon séparée malgré tout, ça reste un gros plus.
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2216
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Den » Dim 12 Jan 2014 - 22:42   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

C'est ambitieux, mais je pense que tu as les épaules pour soutenir tes projets! :wink:

En tout cas, je frémis à l'idée de découvrir de nouveaux tomes des ADJJ. :)
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5089
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar Darkantus » Dim 12 Jan 2014 - 23:29   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Grave beau projet , et sinon pour etre publier, n'oublie pas que tu as l'auto édition :)
Et tu as pensé a "vendre" tes romans SW en convention? Tu as le droit il me semble
Côtoyez contrebandiers, chasseurs de primes, impériaux, et bien plus... Ressentez la vengeance d'un jeune homme. Et parcourez la galaxie dans sa quête de justice...
fan-fictions-hdf-f17/star-wars-vendetta-t15172.html
Darkantus
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 133
Enregistré le: 02 Jan 2014
 

Messagepar Jagen Eripsa » Dim 12 Jan 2014 - 23:31   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Ça m'étonnerait Darkantus, la licence est assez stricte là-dessus... :transpire:
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 19069
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar Darkantus » Dim 12 Jan 2014 - 23:49   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Je sais par exemple que Dragon Ball Multiverse peut vendre ses tomes uniquement en convention, mais ils ont le droit ( ils le font depuis quelques années) et j'ai pu donc acheter en version papier 7 ou 8 tomes déjà :)
Et je pense que c'est pas spécifique a dragon ball z, j'en suis quasiment sûr
Côtoyez contrebandiers, chasseurs de primes, impériaux, et bien plus... Ressentez la vengeance d'un jeune homme. Et parcourez la galaxie dans sa quête de justice...
fan-fictions-hdf-f17/star-wars-vendetta-t15172.html
Darkantus
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 133
Enregistré le: 02 Jan 2014
 

Messagepar Red Monkey » Dim 12 Jan 2014 - 23:50   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Jagen Eripsa a écrit:Ça m'étonnerait Darkantus, la licence est assez stricte là-dessus... :transpire:


De plus, n'oublions pas l'actualité :whistle:
Red Monkey
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9758
Enregistré le: 14 Juin 2012
 

Messagepar Darkantus » Lun 13 Jan 2014 - 0:08   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

l'actualité c'est a dire ? Le tri que va faire disney dans U.E ?
Côtoyez contrebandiers, chasseurs de primes, impériaux, et bien plus... Ressentez la vengeance d'un jeune homme. Et parcourez la galaxie dans sa quête de justice...
fan-fictions-hdf-f17/star-wars-vendetta-t15172.html
Darkantus
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 133
Enregistré le: 02 Jan 2014
 

Messagepar Yorkman » Lun 13 Jan 2014 - 1:43   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Hiivsha je suis jaloux ! Oui jaloux parce que contrairement à moi tu sais et tu trouves le temps pour écrire, mais surtout tu es assez motivé pour écrire des pavés, mais en plus c'est d'une telle qualité...je crois qu'on a vraiment beaucoup de chance de t'avoir dans la section. :)

Alors un grand bravo (et merci) à toi pour les 2 tomes que tu nous a offert et j'espère que le troisième sera à la hauteur de l'écrivain que tu es. :jap:
ex-Rédac'chef Tribune Impériale
Yorkman
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1562
Enregistré le: 11 Nov 2012
Localisation: Dans l'abbaye du coin
 

Messagepar Red Monkey » Lun 13 Jan 2014 - 1:43   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Je plussoie :oui:
Red Monkey
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9758
Enregistré le: 14 Juin 2012
 

Messagepar LORD DARK FAB » Lun 13 Jan 2014 - 6:45   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Bonjour ,


L'année commence biien dite donc , :shock: incroyable , je suis impressionné et admiratif , je ne connais pas le monsieur Hilvsha, juste vu sur le site , big respect car cela a l'air d'être un beau projet ambitieux , c'est son bébé je pense ?? même si je n'en connais pas le contenu je trouve que c'est génial et formitable et cette couv n'a pas a rougir devant celle des pros car elle superbe.

J'ai decouvert UE seulement il y a 9 mois et je fais entièrement confiance dans les gouts de mes voisins qui ont poster et j'ose demander d'en avoir contre finance bien entendu car il faut encourager ce genre d'initiative.

En tout cas chapeau , car tout le monde a des rêves ou projets plein la tête et si peu se lance et qui regrette toute leur vie de ne pas avoir fait le premier pas.
Luke aide moi.
idiote il est trop tard car tu appartiens au sombre seigneur vetu de noir!!!
LORD DARK FAB
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 427
Enregistré le: 13 Mar 2013
Localisation: Neuchâtel , la belle Suisse
 

Messagepar Hiivsha » Mer 15 Jan 2014 - 18:26   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Tout ça c'est gentil :jap: mais ça me met la pression pour le tome 3 !!! Image

J'ai donc décidé, en accord avec moi-même, que je posterai chaque vendredi 5 à 7 pages en essayant d'être régulier (pas comme certains ici... :whistle: si vous voyez ce que je veux dire ! :siffle: )

En fonction du "débit" que j'aurais, je pourrai doubler ou non ce post hebdomadaire par une réplique le lundi. Ainsi celui de vendredi laissera le week-end pour le lire et celui du lundi, la semaine. Image

Du coup, je vous donne rendez-vous vendredi pour la première partie du prologue de : "À mort le Defiance !" ImageImage
Hiivsha
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3379
Enregistré le: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Jagen Eripsa » Jeu 16 Jan 2014 - 23:17   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Hiivsha a écrit:J'ai donc décidé, en accord avec moi-même, que je posterai chaque vendredi 5 à 7 pages en essayant d'être régulier (pas comme certains ici... :whistle: si vous voyez ce que je veux dire ! :siffle: )


En accord avec moi-même, ce topic sera fermé à partir de ce soir minuit pour provocation envers modo.

Pis c'est facile de sortir les pages à l'heure quand on est en retraite ! :o :P
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 19069
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar Joysstar » Ven 17 Jan 2014 - 11:16   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Jagen Eripsa a écrit:
Pis c'est facile de sortir les pages à l'heure quand on est en retraite ! :o :P


Si même le vieux de la veille s'y met... :lol:

Sinon c'est vrai quoi, j'ai commencé mon propre truc et voilà quoi...

Okay, je suis HS là et c'est Jagen qui va pas apprécier : bon courage pour ce futur superbe tome. :jap:
Rien de tel qu'une bouffée d'air frais, un cahier et un stylo à côté, un livre à portée de main, et de la musique... pour un moment de paix.
Joysstar
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3990
Enregistré le: 15 Sep 2013
Localisation: Dans un verre d'une liqueur rouge
 

Messagepar Red Monkey » Ven 17 Jan 2014 - 17:58   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

C'est pas marrant de flooder dès le début de son topic, franchement :pfff:
En plus, ça le confortera dans les mauvaises habitudes qu'il a pris le Hiiv ces derniers temps.


Sinon... On est vendredi Isil 2.0 ! Où est ce fameux prologue qui promet du très bon ? :D
Tant que je suis encore dans l'esprit de tes deux premiers tomes :p
Red Monkey
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9758
Enregistré le: 14 Juin 2012
 

Messagepar Hiivsha » Ven 17 Jan 2014 - 18:27   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Les Aventures d'une Jeune Jedi

Tome 3


- Mort au Defiance ! -


Image


Lire sur CALAMEO
Version EPUB
Version PDF
(N'oubliez pas de vider le cache de votre explorateur
pour recharger la version la plus récente)




SOMMAIRE



_____________________________________________


Avertissement de l'auteur


Ce roman est la suite des tome 1 : "Le Cercle Sombre" et tome 2 : "l'Eau de l'oubli" des "Aventures d'une jeune Jedi" auxquels il fait de nombreuses références.
Par ailleurs, certains rappels contenus dans le présent volume, sont de nature à révéler une partie de l'intrigue de ces deux premiers opus.
Aussi, il ne saurait trop être recommandé de commencer la lecture de ces aventures, par le tome 1, puis par le 2 avant d'entamer celui-ci.

Ceci étant, ce volume 3 est suffisamment indépendant pour pouvoir être lu sans connaissance des opus 1 et 2 !


___________________________________________________



PROLOGUE


C’était l’une de ces magnifiques nuits, claires et tièdes, éclairées par une myriade d’étoiles qui scintillaient au firmament comme autant de promesses de mondes différents et complémentaires à découvrir. Dans la brise chaleureuse frissonnaient les pétales odoriférants des fleurs nocturnes qui exhalaient des effluves parfumées s’épandant doucement dans les jardins du Temple. Chacun, en cette heure de bien être, pouvait ressentir la douceur d’une paix illusoire qui rejetait la guerre bien loin dans les esprits.

Précédée d’un groupe de novices tout habillés de blanc, eux-mêmes suivis de Padawans en tunique et en bure traditionnelles, Isil gravissait d’un pas lent le chemin qui menait au sommet de la colline surplombant les jardins à l’arrière du Temple de Tython. Elle avançait entre deux haies de flambeaux tenus hauts par les nombreuses personnes rassemblées de part et d’autre du chemin, venues assister à son adoubement. Dans l’air doux, les flammes s’agitaient doucement dans un ballet de danses rebelles et énigmatiques dont les lueurs embrasaient les prunelles azur de celle vers qui tous les regards étaient rivés. Sa longue natte blonde qui tressautait dans son dos à chacun de ses pas, tirait ses cheveux en arrière en dégageant un visage empreint de douceur, dont les traits harmonieux et sensuels faisaient tressaillir le cœur de celui qui la regardait arriver, le souffle coupé par cette apparition presque surréaliste. Parmi les hôtes privilégiés invités à cette cérémonie habituellement réservée aux seuls Jedi, Hiivsha ne pouvait détacher son regard de celle que son cœur avait irrémédiablement adopté un beau jour, il y avait de cela quelques mois, sur Balmorra. À ses côtés, les officiers et membres de la CPM du croiseur de bataille de classe Centurion, Defiance, faisaient, eux-aussi, partie de ces privilégiés.
Au sommet de la colline, le Conseil Jedi était rassemblé en un cercle silencieux regroupé autour du Grand Maître Satele Shan qui se tenait toute droite, les yeux fermés, suivant à travers la Force la progression de la Padawan qui achevait ainsi ce jour-là ses épreuves initiatiques. C’est à ce même endroit que quelques mois plus tôt, le corps de Maître Beno Mahr avait été rendu à La Force en présence des deux derniers apprentis qu’il avait formés : Isil Kal’Andil et Adol Bruck Obi Melvar lui-même Maître Jedi à présent.

Vêtue de son habituelle tunique longue qui tombait à mi-cuisses et de laquelle s’élançaient deux longues jambes enserrées dans de hautes bottes noires, Isil paraissait flotter sur les gravillons du chemin tant sa démarche était souple et gracile. Son vêtement blanc sans manches, était cintré à la taille par une ceinture multifonction standard de Jedi à laquelle pendait son sabre de Padawan. Seule une légère roseur des pommettes trahissait son émotion lorsqu’elle parvint enfin au sommet du monticule avant de s’arrêter. Ce fut Maître Torve, représentant de l’Ordre Jedi à bord du Defiance, qui s’avança vers elle pour lui passer un bras protecteur autour des épaules et l’inviter à entrer dans le cercle, face au Grand Maître Shan.

Le silence se renforça jusqu’à ce que seul le frissonnement des feuilles des arbres ne vienne troubler la solennité du moment.
— Qui présentez-vous devant le Haut-Conseil Jedi rassemblé, Maître Torve ?
— En l’absence de feu Maître Beno Mahr qui l’a formée depuis ses douze ans, je présente devant vous, Maîtres, la Padawan Isil Kal’Andil-Valdarra pour que vous l’éleviez si vous l’en jugez digne, au rang de Chevalier Jedi.

Les voix résonnaient haut et fort dans le calme nocturne. Dans le tréfonds de son âme, Isil, qui se tenait les yeux baissés au centre du cercle, sentit quelque chose ou plutôt quelqu’un la sonder. Une vibration dans la Force lui indiqua que Satele Shan essayait de connaître les secrets de son cœur. C’était comme une porte blanche qui tentait de s’ouvrir dans les méandres de son esprit. Elle pouvait en sentir la poussée exercée sur la poignée. Un très léger sourire fit frissonner les lèvres roses de la Padawan. Ce n’était pas la première fois que le Grand Maître s’exerçait à tenter d’en savoir plus que ce qu’Isil voulait bien lui révéler. Mais la Force était là, dans son esprit et la Padawan y était chez elle. À peine la porte entrouverte que d’un élan de sa volonté, elle la refermait brusquement. Elle sentit la rupture dans la Force et leva ses yeux à présent d’un bleu acier vers Satele Shan pour croiser l’émeraude des siens. Elles restèrent ainsi, l’une et l’autre, le temps d’une brève seconde si longue pour elles seules, à se soutenir du regard puis Satele brisa l’enchantement.
— Le Conseil Jedi a décidé que tes épreuves étaient accomplies, Padawan Isil. Mais avant de t’élever au rang de Chevalier, peux-tu ici, devant cette nombreuse assemblée, énoncer le Code Jedi que tu t’engages à faire tien ?

Le regard du Grand Maître ne faiblissait pas. Celui d’Isil ne broncha pas. D’une voix claire, presque chantante, la jeune fille énonça.
— Il n'y a pas d'émotion, il n'y a que la paix…

Chacun retenait son souffle et le silence absolu qui régnait en ces lieux faisait résonner chacune de ses paroles. Hiivsha grinça des dents.
Pas d’émotion, et puis quoi alors… vous n’êtes pas des robots…
Il savait que les mots avaient une plus grande profondeur que sa réflexion étriquée et caricaturale, mais au fond de lui, il vivait mal le moment présent.
— Il n'y a pas d'ignorance, il n'y a que la connaissance…

Va dire ça à celui qui n’a pas pu avoir de l’instruction, continua à maugréer le contrebandier in petto avec une évidente mauvaise foi.
Les yeux de la Padawan quittèrent ceux du Grand Maître pour chercher ceux de son amant et s’y accrochèrent un instant dès qu’ils les eurent trouvés.
— Il n'y a pas de passion, il n'y a que la sérénité…

Le cœur d’Hiivsha s’arrêta de battre. Pas de passion... pas d’émotion ! Il savait bien comment les Jedi les plus intégristes interprétaient ces règles. Pas de passion, pas d’émotion, c’était pour la plupart d’entre eux, pas d’attachement, pas de sentiments. C’était aussi, pas d’Amour et évidemment pas de haine, le premier pouvant faire chuter dans le second. Comme il était plus facile de proscrire que de vivre avec et de maîtriser ! Hiivsha avait toujours trouvé que le code devait être interprété de façon plus large, comme un avertissement. Tu peux aimer, mais tes sentiments ne doivent pas faire obstacle à ta raison le moment venu ! Ça oui, il le comprenait et certains Maîtres le voyaient ainsi. Mais pour éviter sans doute les débordements, l’Ordre était strict et en règle générale c’était : pas d’attachement !
Pas d’accord, je ne veux pas qu’on t’interdise d’aimer !
Les yeux de la jeune fille étaient retombés vaincus vers le sol. Hiivsha entendit à peine les deux dernières phrases, comme perdues dans des échos lointains…
— Il n'y a pas de chaos, il n'y a que l'harmonie… Il n'y a pas de mort, il n'y a que la Force.

Un nouveau silence s’ensuivit jusqu’à ce que Satele Shan reprenne.
— En devenant Chevalier Jedi tu fais tiens ce Code et tu l’observeras jusqu’à ce qu’un jour tu rejoignes la Force, que tu serviras humblement en mettant tes pouvoirs au service de l’humanité toute entière et de la paix galactique, que tu t’appliqueras à maintenir.

Il n’y a pas d’attachement à la République, nota mentalement le contrebandier. Sans doute les temps de repli de l’Ordre sur lui-même expliquent-t-ils cela ?
D’une voix qui ne tremblait pas, Isil répondit :
— Oui, Maître.

Comme un seul homme, les membres du Conseil sortirent leur sabre laser et l’allumèrent en le tenant haut et en direction de la Padawan. Isil mit un genou au sol, la tête toujours basse. Hiivsha nota qu’elle avait tenu à reconstituer sa tresse de Padawan que la princesse Sali d’Austra lui avait coupée quelques semaines plus tôt . Celle-ci pendait du côté gauche du front, un peu esseulée du reste de la coiffure tirée en arrière.
Les différentes couleurs des sabres des Maîtres Jedi projetaient à présent sur le sommet de la colline une aura multicolore complètement surréaliste. Satele Shan s’avança vers Isil, saisit la tresse entre deux doigts et la trancha d’un très léger mouvement de son sabre avant de la tendre à la Padawan.
— En coupant cette tresse d’apprentie, je te libère du lien d’enseignement qui te liait à ton Maître même si ce dernier nous a hélas quittés trop tôt pour le faire lui-même. Mais je crois savoir que votre lien est fort par delà même la Force, ajouta Satele à voix basse à l’adresse d’Isil dont les yeux se mirent à briller.

Élevant son sabre à l’horizontale au-dessus de la tête blonde, le Grand Maître de l’Ordre Jedi éleva la voix afin d’être entendue par tous.
— Padawan Isil Kal’Andil-Valdarra, je t’élève au nom de l’Ordre Jedi tout entier au rang de Chevalier Jedi. Que la Force soit toujours avec toi !

Tandis qu’elle éteignait son sabre pour le ranger à sa ceinture, Maître Melvar s’avança à son tour au centre du cercle. Il tenait à la main un cylindre noir et argenté.
— Isil, je sais combien Maître Mahr aurait voulu être à ma place en ce jour qu’il attendait tant. La Force en a décidé autrement mais à travers elle, je sens le poids de son regard et je sais qu’il nous observe. Voici le sabre qu’il te destinait à cette occasion. C’est un sabre Ho’To que Maître Beno tenait de ses ancêtres. Il est puissant et ses qualités sont remarquables dans la Force. Puisses-tu en faire l’usage qu’il mérite.

Isil s’efforça de retenir la larme qui venait de naître dans le recoin d’un œil et de maîtriser les émotions qui la submergeaient. Lentement, Maître Melvar posa le cylindre sur les paumes de ses deux mains tendues. Le sabre était un peu plus lourd que le sien mais sa garde était magnifique. Des inscriptions inconnues étaient gravées dessus. Elle le prit dans sa main droite en le tenant verticalement vers le ciel devant son visage et l’alluma. Une belle lame d’un vert extrêmement soutenu, plus intense que celui de son sabre de Padawan, s’éleva aussitôt. Satele Shan proclama.
— Relève-toi, Chevalier Isil Kal’Andil !

Partout autour de la colline des sabres laser s’allumèrent dans la nuit pour accompagner celui du nouveau Chevalier Jedi. Un frisson collectif parcourut l’ensemble de la communauté présente. Le Grand Maître ajouta d’une voix plus confidentielle.
— Chevalier, les Maîtres ont agréé ton titre d’Ambassadrice du peuple d’Édéna et à ce titre, tu auras accès au Conseil de l’Ordre chaque fois qu’il te faudra traiter des affaires inhérentes à ta délégation.

Isil inclina légèrement son buste.
— Merci, Maîtres.

Puis les Maîtres Obi Melvar et Torve s’approchèrent d’elle, apportant une bure marron traditionnelle qu’ils l’aidèrent à revêtir en rabattant soigneusement la ample capuche sur ses épaules. Enfin, les membres du Conseil éteignirent leur sabre, mettant ainsi fin à la cérémonie d’adoubement. Petit à petit, tous ceux qui étaient venus y assister, redescendirent la colline pour se rendre dans les jardins autour du Temple où des buffets étaient servis pour prolonger agréablement la soirée.

Les membres de la CPM, officiers en tête, s’approchèrent aussitôt pour entourer la jeune femme et la féliciter. L’amiral Narcassan fut le premier à lui serrer la main.
— Je suis heureux pour vous et votre défunt Maître, dit-il sobrement en souriant dans sa moustache grisonnante.
— Merci, Amiral, votre présence à tous me fait vraiment un grand plaisir.

Valin Narcassan hocha imperceptiblement la tête et la laissa à d’autres congratulations.
Un peu plus loin, Satele Shan descendait d’un pas lent le chemin qui revenait vers le Temple. Shalo Torve la rattrapa d’un pas nonchalant.
— Je vous sens pensive, sinon perplexe, Grand Maître. Est-ce à cause d’Isil ?


Vers : Prologue (suite et fin)
Retour au sommaire
Modifié en dernier par Hiivsha le Sam 10 Oct 2015 - 17:32, modifié 35 fois.
Hiivsha
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3379
Enregistré le: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Red Monkey » Ven 17 Jan 2014 - 18:44   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Mince, j'étais occupé, je suis pas là dans les 5 minutes , c'est ma réput qui va en souffrir :cry:

Excellente entrée en matière !
L'adoubement d'Isil. Je me doutais qu'on le verrais puisque tu demandais, mais pas aussi tôt.
Sympa les réflexions d'Hiivsha, toujours le même celui-là :lol:

Bref, du bon pour commencer. Et effectivement, court !
Mais c'est bien !

La suite ! :D
Red Monkey
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9758
Enregistré le: 14 Juin 2012
 

Messagepar Joysstar » Ven 17 Jan 2014 - 20:12   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Toujours aussi bon. ^^
Décidément j'aime ton style : riche et pourtant tu exprimes avec simplicité tes idées. ^^
Et l'atmosphère qui se dégage de tes chapitres est vraiment agréable. ^^
Rien de tel qu'une bouffée d'air frais, un cahier et un stylo à côté, un livre à portée de main, et de la musique... pour un moment de paix.
Joysstar
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3990
Enregistré le: 15 Sep 2013
Localisation: Dans un verre d'une liqueur rouge
 

Messagepar Hiivsha » Sam 18 Jan 2014 - 18:51   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Suite aux critiques de mon fils sur ma couverture, j'ai modifié celle-ci afin de rendre plus "visible" le trou noir de la précédente version, ainsi que "l'objet sphérique" qui ressemblait trop d'après lui à une planète.

Y'en a qui avaient compris qu'il s'agissait d'un trou noir avant ? :siffle:
Hiivsha
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3379
Enregistré le: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Jagen Eripsa » Dim 19 Jan 2014 - 22:58   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Pas moi. :transpire:
“Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.” - E. Burke
“Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” - W. Churchill
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 19069
Enregistré le: 07 Fév 2012
Localisation: Aunis Prime
 

Messagepar Den » Lun 20 Jan 2014 - 11:18   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

J'avoue que je n'avais pas non plus remarqué le trou noir dans la précédente version. :paf:
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5089
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 


Messagepar Den » Lun 20 Jan 2014 - 15:37   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Comme quoi, il faut toujours écouter son fils! :D
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5089
Enregistré le: 05 Fév 2006
Localisation: Voyage à travers la galaxie...
 

Messagepar Hiivsha » Ven 24 Jan 2014 - 12:27   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

- Voilà, c'est vendredi, et le vendredi c'est... ???
- C'est ravioli... hi, hi, hi...
- Qui a répondu "c'est ravioli" ?
- Moi, m'sieur !
- Bane, dehors ! :diable: ... donc je disais, vendredi c'est la suite des aventures de notre jeune Jedi ! :oui: Fin du prologue qui dévoile un peu à quoi s'attendre pour la suite entre deux des protagonistes... :siffle:

________________________________________________


Retour au sommaire
Vers: Prologue (début)

PROLOGUE (suite et fin)

Satele tourna vers lui deux yeux émeraude énigmatiques qui étincelaient dans un visage inexpressif.
— Je sens en elle une confusion que je n’ai pas réussi à explorer, confia Shan. Chaque fois que je m’y suis essayée, elle a mentalement fermé la porte sans rien dire.
— Vous croyez que cela a un lien avec le capitaine Inolmo ?
— Peut-être… mais pas qu’avec lui. Il y a autre chose que je ne parviens pas à déterminer.

Ils firent quelques pas en silence. Satele reprit.
— Le problème avec Isil, c’est que Maître Mahr l’a adoptée à douze ans, ce qui était déjà trop vieux pour un Padawan. Par ailleurs, depuis que la jeune Isil a retrouvé sa mémoire, elle connaît sa famille même si elle n’a pas cherché à la revoir jusqu’à présent.
— Mais ses parents sont morts, objecta Shalo Torve les mains croisées dans le dos.
— Oui, mais les familles Valdarra et Zilar sont deux puissantes familles de Corellia. On a toujours supposé qu’Isil était morte à leurs yeux dans l’incendie du manoir familial.
— Et ce n’est pas le cas ?
— J’ai récemment fait mener une enquête sur Corellia. Il se trouve que le patrimoine des parents d’Isil a été investi et conservé dans une certaine holding « Zilar », du nom de sa mère et que cette fortune est gérée par un Conseil d’Administration au nom de la fille de Jann.
— Isil ?
— Absolument. Il est donc évident que pour certaines personnes qui gèrent ce patrimoine, la fille du général est toujours vivante.
— C’est étrange, en effet, et regrettable. Les Jedi ont pour principe de n’avoir aucune attache ni aucun biens propres… en principe, même s’il y a eu des exceptions.
— Je ne suis pas sûre… mais je pense qu’Isil ignore qu’elle est l’héritière d’une telle fortune… ou l’ignorait, jusqu’à ces derniers temps.
— Vous pensez qu’elle peut le savoir à présent ?
— Il est possible que l’ancien Conseiller Darillian lui ait révélé un certain nombre de choses sur son passé, dont celle-ci.

Shalo Torve lissa silencieusement ses longs cheveux blonds presque blancs attachés en queue de cheval.
— Peut-être faudrait-il en parler franchement avec elle et l’envoyer sur Corellia pour régler ces affaires de famille. Après tout, les bénéfices de ce patrimoine pourraient fort bien revenir à l’Ordre qui a bien besoin de fonds pour se reconstruire.

Satele esquissa une grimace.
— Voici une remarque bien pragmatique mais non dénué de bon sens. Nous devrions y réfléchir. Ceci dit, si Isil retourne sur Corellia, elle renouera peut-être le contact avec sa famille. C’est inhabituel pour un Jedi.
— Mais peut-être inévitable. Est-ce tout ce qui vous préoccupait la concernant ?

Le Grand Maître secoua la tête.
— Non, il y a autre chose que je ressens… de plus grave… mais je ne saurais dire quoi.
— Au risque de me répéter… peut-être des sentiments qu’elle aurait pour Hiivsha Inolmo ?
— Non… Mais ça non plus, je ne parviens pas à le cerner chez elle. Lui, en a pour elle, c’est évident, il l’aime profondément… ce qui est déjà un danger émotionnel pour une jeune Jedi.

Shalo Torve regarda de biais Maître Shan, hésitant visiblement à se lancer dans une dernière question. Ce fut Satele qui le mit à nu dans un demi-sourire.
— Je sais ce que vous pensez, Maître Torve… vous vous dites que si je nourris de tels doutes à l’encontre d’Isil, pourquoi le Conseil a-t-il accepté de l’élever au rang de Chevalier ?

Shalo Torve ne put retenir une exclamation amusée.
— Vous avez lu parfaitement dans mon esprit, Maître Shan. Oui, c’est exactement mon questionnement.
— Et qu’aurions-nous dû faire d’elle ? soupira le Grand Maître, l’envoyer dans le corps agricole ?

Elle secoua de nouveau la tête.
— Non, la Force est beaucoup trop puissante chez Isil pour l’empêcher de s’en servir. Une telle décision l’aurait probablement amenée à quitter l’Ordre et pourquoi pas, à sombrer du côté obscur… par ailleurs, elle a brillamment passé toutes les épreuves d’un Padawan et bien plus. Il y a longtemps que Maître Mahr avait déclaré son apprentissage achevé ! Cette jeune femme peut être d’un grand atout pour la Force et pour la République. Simplement, il nous faudra sans doute avoir l’œil sur elle.
— Vous avez probablement raison.
— En ce qui concerne Hiivsha Inolmo, même si je ne puis aller à l’encontre de l’amiral Narcassan dans le recrutement des non-Jedi, je préfèrerais qu’il reste le plus éloigné possible d’Isil.
— J’ai eu la même approche que vous à ce sujet, aussi ai-je lui déjà proposé une mission délicate qui devrait le tenir éloigné du Defiance un bout de temps… j’attends sa réponse.

Le Grand Maître remercia d’un signe de tête. Ils étaient arrivés dans les jardins du Temple et l’amiral Narcassan venait vers eux, trois verres à la main.
— Je vous propose de boire à notre jeune Chevalier Jedi, qu’en dites-vous ?


Tout au sommet de la colline, il ne restait plus que deux silhouettes qui miroitaient sur l’onde frémissante de la rivière courant vers le lac.
— Te voilà grande à présent, observa d’une voix grave le contrebandier qui souriait dans l’ombre.
— Me voilà surtout chargée de tout un tas de responsabilités qui échoient à un Chevalier. La guerre va reprendre, je le sens. Déjà le Traité est mort. Les temps vont devenir durs pour chacun de nous.
— Isil, la visionnaire.
— Ne te moque pas. Il est des choses que je sens dans la Force.
— Tu ne m’as toujours pas dit ce que tu voyais pour nous deux.

Isil se mit à marcher lentement le long du cours d’eau.
— Il ne peut y avoir de nous deux dans la tourmente qui s’annonce.

Hiivsha se rembrunit et chercha à tâtons une main que la jeune fille ne lui tendit pas.
— Pourtant, il y a quelques heures, tu m’as dit que tu m’aimais.

La Jedi soupira et croisa ses bras pour les faire disparaître dans les manches de sa bure.
— Sans doute parce nous allions mourir…
— C’était pas vrai ?
— Si, sans doute… mais je te l’ai déjà dit, ici même, il y a quelques mois, je ne dois pas t’aimer. Je dois faire ma vie loin de toi pour éviter mes émotions et ta passion dévorante.
— Le problème, c’est que ma vie telle que je la conçois, c’est à tes côtés, objecta le contrebandier en se frottant vigoureusement les cheveux. D’ailleurs, si tu m’aimes, tu ne pourras pas vivre loin de moi… c’est antagoniste.
— Alors je déciderai de ne pas t’aimer.

Il laissa échapper un léger rire goguenard.
— On ne peut pas décider de ne pas aimer… l’amour, tu ne le choisis pas, c’est lui qui te choisit.
— Je peux vivre sans toi, murmura la jeune femme d’un ton peu convaincu.

Hiivsha s’arrêta et l’attrapa par le bras pour la forcer à lui faire face. Son visage semblait avoir pris soudain une sorte de résolution.
— Écoute, Isil, je ne veux pas jouer avec nos sentiments ! Chevalier Jedi ou pas, moi, ma vie je la conçois en couple, pas avec une maîtresse avec qui je peux coucher de temps en temps pour entretenir l’hygiène de nos corps. Car pour cela, je pense qu’un tas de beaux garçons se feront le plaisir de te rendre le même service… de même pour moi...
— Tu parles juste de sexe, là ?
— Absolument. Tu as beau être une femme, ton corps peut avoir les mêmes besoins que celui d’un homme, et ton Ordre n’a rien contre tant que les sentiments ne s’en mêlent pas ! Moi non plus je n’ai rien contre… mais ce n’est pas ce que j’attends de toi.
— Je sais.

Il y eut un silence gêné durant lequel chacun rumina ses pensées et ce qu’il s’apprêtait à dire. Ce fut Hiivsha qui le rompit.
— Écoute, on m’a proposé une mission d’infiltration d’un circuit de contrebande d’armes de destruction massive… ça va être long… il y en a pour des mois, six… huit, peut-être plus. Voilà ce que je te propose, Isil. Je vais partir, te laisser. Je veux que tu vives comme si je n’existais pas. Entends-moi bien, je ne veux pas que tu vives cloitrée en pensant me devoir une quelconque fidélité, non, je veux au contraire que tu vives en femme libre et libérée et en Jedi à part entière… ne t’inquiète pas pour moi, je ferai de même de mon côté bien que moi je connaisse la réponse à la question.
— Et ça nous amène où tout ça ? demanda vivement la Jedi d’un ton presque agressif.
— Quand les mois auront passé, je veux que tu te livres à une introspection en règle pour que le jour où on se retrouvera tu puisses me dire en me regardant droit dans les yeux que tu peux vivre sans moi.
— Et si je te le dis ?
— Je comprendrai, et je ne chercherai plus jamais à te revoir. Nos chemins se sépareront pour de bon… je ne serai plus une épine dans ton chemin de Chevalier Jedi et tu seras libre de former plein de petits Padawans, de devenir Maître Jedi… ou tout ce que tu voudras.

La question du « sinon » ne vint pas. Ni l’un ni l’autre ne la formula. Ils marchèrent en silence de longues minutes en revenant vers le Temple. Le visage d’Isil s’était fermé, sa lèvre était devenue boudeuse, ses yeux avaient pris une teinte froide d’acier et les muscles de ses mâchoires se contractaient régulièrement.
Comme ils atteignaient les jardins du Temple et que déjà certaines personnes les hélaient de loin, Hiivsha se retourna vers sa compagne.
— Je crois que je ne vais pas rester pour la soirée en ton honneur. Je vais retourner à bord du Defiance… j’ai des tas de choses à préparer.

La tête baissée d’Isil se souleva légèrement par deux fois.
— Je comprends, répondit-elle sèchement.

Fais attention à toi, pensa-t-elle sans que les mots ne parviennent à franchir le bord de ses lèvres.
Hiivsha se dandina maladroitement quelques instants d’un pied sur l’autre, les mains enfoncées dans les poches de son pantalon. Il avait furieusement envie de la serrer dans ses bras, de l’embrasser, de capituler et d’accepter ce compromis que la jeune femme lui avait déjà proposé mais qui ne le satisfaisait pas. Se donner à lui de temps en temps, se laisser aimer sans aimer en retour, non, ce n’est pas cela qu’il voulait !
Embarrassé, il se racla la gorge et articula d’une voix rauque.
— Bon… bien… dans ce cas… que la Force soit avec toi, Chevalier Jedi !

Ma chérie ! cria-t-il intérieurement avec toute la rage de son amour blessé.
Comme Isil ne disait toujours rien, il tourna les talons et s’éloigna dans l’obscurité à l’écart des lumières de la soirée, sous le regard intrigué de Valin Narcassan qui avait de loin suivi le couple qui redescendait de la colline.
Lentement, la jeune Jedi leva la tête pour discerner le dos de la silhouette du contrebandier qui disparaissait derrière une haie. Dans ses yeux troublés, une petite larme naquit, qui roula maladroitement en hésitant sur la racine de quelques cils. Puis Isil prit une forte inspiration, une dernière fois ses mâchoires se crispèrent et son regard se durcit encore un peu plus.
La petite larme ne coula jamais sur la joue. Elle disparut sous la paupière d’où elle était venue.

L’amiral arriva dans le dos de la Jedi.
— Tout va bien ? demanda-t-il en sachant déjà qu’il s’était passé quelque chose entre les deux amants

Isil tourna vivement la tête et soutint son regard, l’air sévère.
— Oui, tout va bien, mentit-elle avec affront. Tout va pour le mieux à présent.
— Je peux vous offrir un verre ? C’est le Temple qui régale, ajouta-t-il en riant sentant bien qu’il aurait du mal à détendre la jeune femme.
— D’accord… même deux si ça ne vous dérange pas.

C’en est à ce point-là ? pensa l’amiral en prenant Isil par le bras pour la ramener vers la réception.


Vers : Chapitre suivant (1 - Accusée levez-vous !)
Retour au sommaire
Modifié en dernier par Hiivsha le Ven 31 Jan 2014 - 10:17, modifié 2 fois.
Hiivsha
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3379
Enregistré le: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Red Monkey » Ven 24 Jan 2014 - 17:45   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Haha ! Sympa sympa ! Un chapitre centré sur un unique sujet, quels que soient les protagonistes. Hâte de voir où ça va les mener !
Red Monkey
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9758
Enregistré le: 14 Juin 2012
 

Messagepar LORD DARK FAB » Ven 24 Jan 2014 - 18:36   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Je pensais que le livre était en vente et en physique quelque pars
Luke aide moi.
idiote il est trop tard car tu appartiens au sombre seigneur vetu de noir!!!
LORD DARK FAB
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 427
Enregistré le: 13 Mar 2013
Localisation: Neuchâtel , la belle Suisse
 

Messagepar Hiivsha » Ven 24 Jan 2014 - 18:57   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

LORD DARK FAB a écrit:Je pensais que le livre était en vente et en physique quelque pars


Si ça ne tenait qu'à moi :cry:
Mais la licence l'interdit... au mieux je pourrais faire de l'auto-édition et le vendre à prix coûtant sans faire de bénef. dans les conventions... (en faisant le dos rond et en espérant que Disney ne me tombe pas dessus un jour... rappelez-vous de Henri Salvador et de son "Zorro est arrivé" ! ... bon ok, à l'époque, il gagnait du fric avec...) mais je ne me vois pas arpenter l'Europe pour ça vu que ça aurait un coût non négligeable.
Aussi, je me contente de le publier au format EPUB pour les heureux possesseurs de liseuses.
N'hésitez pas à me faire un peu de pub là où vous passez, ce sera sympa ! :ange:
Hiivsha
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3379
Enregistré le: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar LORD DARK FAB » Ven 24 Jan 2014 - 20:40   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Ah ok , comme j'avais vu le logo SWU, j'ai penser qu'il avait une sorte de section amateur , que l'on peut-être trouver dans des conventions ou divers evenements car les couv n'ont vraiment pas a rougir face a cellles pros .

Heu...........c'est quoi une liseuse???? :transpire:
Luke aide moi.
idiote il est trop tard car tu appartiens au sombre seigneur vetu de noir!!!
LORD DARK FAB
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 427
Enregistré le: 13 Mar 2013
Localisation: Neuchâtel , la belle Suisse
 

Messagepar Hiivsha » Ven 24 Jan 2014 - 20:50   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

liseuse (au cas où ce ne serait pas du 2e degré... on sait jamais ! :whistle: ) : appareil mobile conçu principalement pour lire des livres numériques utilisant principalement le papier électronique comme technique d'affichage.

Mais sur une tablette, ça marche aussi... sauf en plein soleil où sur ces dernières tu ne vois plus rien.

Mais je suppose que tu sais déjà tout ça... rassure-moi ! :D
Hiivsha
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3379
Enregistré le: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Notsil » Sam 25 Jan 2014 - 20:16   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Oh, ça débute sur les chapeaux de roue !

J'aime beaucoup la petite cérémonie, et les états d'âme de nos deux protagonistes. Tu transcris bien leurs sentiments je trouve :)
C'est tout triste pour l'instant mais tu donnes un large éventail de possibilités pour les fils conducteurs de la suite ; entre la mission d'Hiivsha, le Conseil et ses craintes, et puis Isil elle-même, ça promet du bon !

Tiens question pour les EPUB (pas encore d'actualité mais j'ai bon espoir de parvenir à mes fins !) : si je lis ton roman sur une liseuse, puis-je y faire des annotations, puis te renvoyer le fichier modifié pour que tu les voies, ou faudra que je passe par le mode lecture forum pour noter tout ça ?
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2216
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Hiivsha » Sam 25 Jan 2014 - 20:47   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

"un fichier epub est réinscriptible, interactif, ce qui permet de prendre des notes, d’ajouter un marque-page, de surligner, avec un stylet si la liseuse en est munie. La question de l’accès, du traitement et de la sauvegarde de ces notes est importante. Mais il faut savoir qu’un écran à encre électronique n’a pas du tout la fluidité d’un écran de tablette. Une liseuse est davantage faite pour lire que pour écrire. "

Certaines liseuses permettent de faire des annotations dans ses livres numériques. Reste à savoir si ces annotations sont "visibles" par d'autres tablettes ou un logiciel de PC comme Calibre. En d'autres termes, ces modifications sont-elles "exportables" elles-mêmes dans un nouveau format EPUB. La question est posée... j'ai comme un doute.

Le plus universel, c'est de passer par Word ou Writer (Open Office) en activant l'option "Suivi des modifications" et "Insérer des commentaires".
Hiivsha
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3379
Enregistré le: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Notsil » Sam 25 Jan 2014 - 22:09   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Yep mais word and co impliquent de passer par un PC ou une tablette. Donc côté confort de lecture, incomparable avec la liseuse.
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2216
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Hiivsha » Sam 25 Jan 2014 - 23:29   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Ah non mais tout à fait... pour avoir eu une liseuse dans les mains et maintenant une tablette W8, je sais que le confort de lecture est sur une liseuse comparable au livre. Il manque juste le contact "charnel" du papier. :wink:
Mais bon la liseuse c'est ma fille qui l'a piquée... et puis pour moi, il vaut mieux une tablette et sous Windows encore, parce que j'y fais plein de choses quand je suis sur mon lit comme un gros fainéant ! :diable:

Mais c'est pour cela que je m'efforce de fournir une version EPUB pour chacun de mes romans.
Pour information, sur un total de 313 téléchargements concernant mes 4 livres publiés sur mon site, 103 concernent le format EPUB soit pratiquement 1/3 !!! Alors, certes, on peut lire de l'EPUB aussi sur tablette, donc on ne peut pas en déduire qu'un tiers de lecteurs a une liseuse, mais quand même !

Sinon j'avance bien sur mon tome 3 puisque je viens d'atteindre la page 80 et que demain j'entame le chapitre 5 ! :oui:
Hiivsha
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3379
Enregistré le: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Hiivsha » Ven 31 Jan 2014 - 10:14   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Je compte poster un chapitre toutes les 2 semaines. Selon la longueur de ce chapitre, il y aura donc :
- soit un post le vendredi sur 2 semaines
- soit un post le premier vendredi, un post complémentaire le lundi et un dernier le 2e vendredi
ceci pour conserver la cadence... et parce que j'aime bien les choses qui tournent rondement. :)

Le chapitre 1 est judiciaire. On pourra a posteriori me reprocher sa longueur (il sera donc posté en 3 fois sur 2 semaines) voire son utilité, mais j'ai toujours adoré les films et les romans judiciaires et j'avais envie d'en écrire un petit bout, même limité à un chapitre introduisant un personnage important pour l'histoire. J'aurais pu, il est vrai, introduire en quelques lignes le sergent Sanders, de façon froide et à la 3e personne "du point de vue de l'auteur", mais j'ai préféré lui donner vie en me faisant plaisir à l'écriture.

___________________________________________________________________

Calameo, PDF et EPUB mis à jour évidemment, pour ceux qui n'aiment pas lire sur forum. ;)

Retour au sommaire
Vers : Prologue (Début)
Vers : Prologue (suite et fin)




Image
Lire sur CALAMEO
Télécharger au format EPUB ou PDF
(N'oubliez pas de vider le cache de votre explorateur
pour recharger la version la plus récente)


1 - Accusée levez-vous !


Cinq mois plus tard.

Le Sénateur Bothan Dal Set’Harrak salua cordialement le colonel Pol Griik, président du tribunal militaire en échangeant avec lui une cordiale poignée de main.
— Bonjour, Sénateur, je vois que vous vous préoccupez toujours de votre petite protégée ?
— Bonjour, Pol, je suis ici en tant qu’observateur du Sénat, pas pour vous empêcher de faire votre travail de façon impartiale… par ailleurs, je vous connais, je sais que ma présence aura sur vous la même influence qu’une brise légère passant sur un bloc de duracier.
— C’est évident, Dal… une sale histoire que nous avons à juger, le genre de linge que nous nous devons de laver en famille.
— Je le pense aussi. L’armée n’a pas besoin d’un nouveau scandale à l’approche de ce qui ne saurait être qu’une nouvelle guerre ouverte avec l’Empire.

Un par un les membres du tribunal arrivaient dans le vaste hall de l’aile ouest de l’Amirauté où se croisaient de nombreuses personnes, dont la plupart étaient en grande tenue militaire, et qui allaient et venaient, les bras chargés de dossiers ou transportant des mallettes sans doute bourrées de documents confidentiels. L’ensemble architectural dégageait une impression de puissance tranquille et sous les arcades soutenues par d’élégants piliers de marbre poli couleur bronze, on pouvait admirer des maquettes holographiques des fleurons de l’histoire militaire spatiale des derniers millénaires.
— Eh bien, je vous retrouverai à l’intérieur du prétoire dans un moment. À tout à l’heure, Dal.

L’officier supérieur s’éloigna tandis que le Sénateur Set’Harrak ne se lassait pas d’admirer les lieux. Puis il aperçut le sous-officier féminin entrer dans le hall. La jeune femme était encadrée de deux gardes en armes et accompagnée de son avocate, une jeune enseigne de vaisseau fraîchement émoulue de la faculté de droit et très récemment affectée au bureau des services juridiques militaires. Il ne put s’empêcher de penser que ce n’était sans doute pas un service rendu à l’accusée que de lui avoir désigné une avocate sans expérience pour une affaire aussi grave.
En passant près du vieux Bothan, la sergente le fixa un instant avec des yeux durs dans lesquels une lueur d’inquiétude transpirait bien malgré elle. Elle lui adressa un salut poli de la tête avant de rectifier son regard, droit devant elle. Le Sénateur l’observa entrer avec son escorte dans le couloir menant aux salles d’audience avant de leur emboîter le pas.


Un léger brouhaha flottait dans la pièce et un huissier vint à la rencontre du Sénateur pour le guider jusqu’à son siège d’observateur tandis que, dans une sorte de salle d’attente ouverte sur le couloir, prenaient place plusieurs personnes, sans doute convoquées pour témoigner au procès qui allait s’ouvrir. Greffiers et huissiers se mirent en place ainsi que plusieurs observateurs, tous militaires, qui s’assirent non loin du Bothan. Le reste de la salle resta vide, l’audience n’étant pas ouverte au public comme c’était la norme en matière de justice militaire. Le peu de personnes présentes dans cette salle destinée à en accueillir plus d’une centaine, contribuait à dramatiser s’il se pouvait, la solennité de l’instant.
Du côté gauche, trois officiers supérieurs s’installèrent autour de la table réservée au procureur militaire. Puis, un huissier annonça.
— La Cour !

Aussitôt, les gens se levèrent tandis qu’un groupe de cinq officiers pénétraient dans la salle depuis l’une des portes disposées à l’arrière du prétoire. Le président — un colonel — ouvrait la marche, suivi d’une femme lieutenant-colonel puis de trois commandants dont une autre femme. Tous prirent place face à la salle, de part et d’autre du président, dans des fauteuils répartis sur une estrade équipée d’un long pupitre de bois verni et finement sculpté qui en faisait toute la longueur et sur lequel les juges militaires posèrent leurs dossiers. Un huissier proclama.
— L’audience de ce jour est présidée par l’honorable juge colonel Pol Griik de la première chambre du tribunal militaire de Coruscant !

L'auditoire s'assit et le silence se fit. Le président adressa un regard circulaire à la salle avant d’ordonner.
— Qu’on fasse entrer l’accusée !

Dans le silence, une porte grinça légèrement sur le côté droit de la salle et la prévenue entra, plutôt pâle, encadrée par deux gardes et accompagnée d’une enseigne de vaisseau qui devait avoir approximativement le même âge, soit entre vingt-cinq et trente ans maximum. Les deux gardes s’arrêtèrent de chaque côté de la porte tandis que les deux femmes gagnaient leur emplacement, disposé symétriquement à celui réservé au procureur par rapport à l’allée centrale du prétoire.
La prévenue et son avocate s’assirent en silence pendant que le président ordonnait les documents qu’il avait posés sur le pupitre devant lui. Puis s’étant assuré que tout était prêt, il se saisit de son marteau et frappa sur une pièce de bois ronde en proclamant.
— La séance est ouverte ! Accusée, levez-vous !

Le sous-officier obtempéra lentement et se mit au garde à vous. Son beau visage était fermé et ses yeux vert émeraude regardaient droit devant elle. De taille moyenne, sa chevelure mi-longue et châtain était dans l’ensemble assez particulière : elle tombait en de nombreuses mèches de teintes différentes mais approchantes, équitablement réparties tout autour de sa tête ce qui lui donnaient un air presque enfantin. Pour le reste et malgré son uniforme, sa silhouette parlait d’elle-même : c’était une splendide jeune femme.
— Veuillez décliner votre identité, âge, matricule et votre affectation présente.

Sans même regarder le président, le sous-officier déclama d’une voix claire.
— Sergent Lillaia Sanders, vingt-huit ans, matricule Z2010987AK, actuellement affectée au 41ème corps d’élite de l’infanterie mobile projetée, stationné sur Taris, 2ème division, 2ème bataillon, 4ème compagnie, section alpha.

Elle avait énoncé tout cela sans hésitation, comme une machine bien huilée, d’un ton neutre et froid, sans même une once de tremblement dans la voix. Le président ajusta d’antiques lunettes qui attiraient toujours des sourires entendus de la part de ses pairs. Il les portait du fait qu’il ne pouvait supporter l’intervention chirurgicale, pourtant devenue monnaie courante, qui lui aurait permis de lire de près sans artifice. Par-dessus les montures, il regarda la jeune femme du coin de l’œil.
— Veuillez rester debout pendant la lecture de l’acte d’accusation.

Quelques murmures rompirent le silence impressionnant de la salle, le temps qu’il positionne ses documents.
— Sergent Lilliana Sanders, vous êtes accusée de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner sur la personne du lieutenant-colonel Tyrel Mazkliavek, officier de renseignements au 41ème CEIMP, les faits remontant au quatre dix de cette année galactique à vingt-trois heures zéro zéro. Comment comptez-vous plaider ?
— Non coupable, monsieur ! répondit le sous-officier d’un ton sec.

Nouveau murmure dans le prétoire.
— C’est noté, continua le colonel, veuillez vous asseoir.

La jeune femme regagna son fauteuil aux côtés de son avocate qui lui tapota le dos de la main en lui murmurant quelque chose à l’oreille.
— Bien, continua le président, nous allons maintenant entendre le procureur commandant Zyrec qui représente l’accusation.

L’un des trois officiers supérieurs qui s’étaient installés à gauche de la salle, se leva, défroissa machinalement le bas de sa veste d’uniforme et s’avança au centre du prétoire.
— Merci, monsieur le président.

Il prit une profonde inspiration avant de commencer, une once de théâtralisation suintant de son attitude.
— Les faits sont les suivants, commença-t-il d’un ton légèrement emphatique : le quatre dix de cette année à vingt trois heures, le caporal Denloo, de permanence sur la base républicaine numéro quatre de Taris, s’est présenté aux quartiers du lieutenant-colonel Mazkliavek qu’il venait de contacter plusieurs fois par comlink sans succès. Croyant percevoir un cri étouffé, il a alors alerté une escouade de sécurité dont le chef, le sergent Tryykstarr, a pris la décision de forcer la porte d’entrée du baraquement. Dans la chambre, ils ont trouvé la victime et l’accusée, allongés sur un lit dans ce qui leur a paru être une mise en scène d’un jeu érotique qui avait visiblement mal tourné. L’accusée, attachée par les poignets aux montants du lit, serrait encore la tête de sa victime entre ses cuisses. L’officier avait la nuque brisée. La mort venait à peine de se produire selon le médecin arrivé sur les lieux cinq minutes plus tard.

Le procureur militaire fit un effet de manche pour pointer du doigt l’enseigne de vaisseau assise à côté de la prévenue et redoubla d’emphase.
— Pour défendre sa cliente, la défense va inventer un viol qui n’existe pas, déformant la vérité en tentant de flétrir au passage la mémoire et l’honneur d’un officier supérieur, et ira même jusqu’à invoquer la légitime défense pour blanchir l’auteur de cet homicide. Nous réfuterons bien entendu tous ses arguments et nous prions la cour de ne s’en tenir qu’aux faits sans se laisser égarer dans des conjectures hasardeuses que rien ne pourra venir étayer, ceci afin de condamner l’accusée à la juste peine que son acte mérite.

Il regagna sa place en silence tandis que l’enseigne de vaisseau se levait pour prendre place à son tour au centre du prétoire.
— Enseigne de vaisseau Waxie Mooline, avocate au bureau des services juridiques militaires et chargée d’assurer la défense de mademoiselle Sanders.

Le président la salua d’un petit signe de tête, l’invitant à continuer son introduction.
— Je remercie monsieur le procureur d’avoir bien voulu faire ma plaidoirie à ma place… un peu plus et il ne me restait plus qu’à me retirer… j’espère seulement qu’il ne réclamera pas en plus les maigres honoraires dont me gratifie l’armée.

Quelques rires discrets accompagnèrent sa déclaration et le président cacha le sien derrière des mains croisées devant sa bouche. Le visage arrondi et garni de taches de rousseurs de la jeune avocate contrastait avec celui plus âgé de l’officier représentant l’accusation dont les rides évoquaient une plus grande expérience. À la regarder, en apparence si fragile au milieu de ce prétoire, on pouvait craindre qu’elle ne soit pas à la hauteur de la tâche qui lui incombait.
— Mais monsieur le procureur a pris les devants car il a peur de la vérité. Une vérité toute simple, dramatique, monstrueuse. La victime dans cette affaire n’est pas celle qu’on croit et si ce terrible accident ne s’était pas produit, c’est une autre personne qui serait aujourd’hui sur le banc des accusés pour viol aggravé avec préméditation ! Dans la nature, quand un prédateur aux griffes acérées tombe sous les coups désespérés d’une proie qui s’est débattue, on se trouve devant une situation anormale. Mais chez les humains, il y a un terme consacré pour cela : la légitime défense. Un droit légitime à vivre, le droit de ne pas subir passivement une agression sans se défendre au maximum de ses possibilités et un droit qui ne doit pas non plus faire perdre le statut de victime lorsque par miracle, celle-ci a réussi à l’exercer avec succès… car même lorsqu’on a réussi à survivre à une infamie, toute agression laisse derrière elle un profond sillon traumatisant gravé à jamais dans la chair et dans l’âme.

Waxie Mooline regagna sa chaise dans le plus grand silence, marquant ainsi la fin de son introduction. Le procureur se leva de nouveau.
— Monsieur le président, plaise à la cour me laisser ajouter un mot.

Le colonel Griik fit un geste de consentement de la main.
— Je tiens à rappeler à l’enseigne de vaisseau Mooline, que bien qu’avocate de l’accusée, elle n’en demeure pas moins militaire avec les obligations que son statut comporte et je tiens à signaler que l’accusation, en tant que représentant de l’Institution dans cette affaire, ne permettra pas que soit salie inutilement et de façon injustifiée la mémoire d’un officier supérieur plusieurs fois décoré.

Dans son coin, Waxie opina de la tête, d’un petit geste sec, montrant qu’elle avait saisi la portée de la tentative d’intimidation dont elle venait de faire les frais. Dans son fauteuil, le colonel Griik eut un geste d’agacement et prit la parole.
— À mon tour, commandant, lança-t-il à l’adresse du procureur, de vous rappeler la hiérarchie militaire et de préciser que si quelqu’un dans ce prétoire doit permettre ou ne pas permettre quelque chose, c’est à moi et à moi seul qu’il incombera de le faire.

La tête baissée vers ses documents, Waxie sourit sous cape tandis que le procureur acquiesçait d’un « bien entendu, monsieur le président » à peine audible.
— Nous allons donc procéder à l’audition des différents témoins, continua le colonel, en commençant par ceux cités par l’accusation. Huissier, faites entrer le premier témoin.

Un sous-officier se rendit à la porte de la salle d’audience et appela un jeune homme en uniforme qui entra aussitôt, d’une démarche hésitante, et remonta l’allée centrale, jusqu’à un petit box prévu à cet effet au pied de la tribune de la cour dans lequel il s’assit.
— Veuillez décliner votre identité, votre âge et préciser votre affectation, invita le président.

Le jeune homme toussota pour tenter de vaincre l’intimidation qui l’assaillait avant de répondre.
— Caporal Zack Denloo, dix neuf ans, heu… affecté à la base républicaine numéro quatre de Taris comme transmetteur.
— Vous allez déposer sous serment. Vous jurez sur l’honneur de parler sans haine et sans crainte et de dire toute la vérité et rien que la vérité. Mettez votre main droite sur le cœur et dites je le jure.

Le jeune homme s’exécuta puis le procureur se leva de sa chaise pour venir jusqu’à lui, avec un grand sourire rassurant.
— Comment allez-vous mon garçon ? Pas trop intimidé par tout cela ?

Il montra la salle du tribunal dans un grand geste vague du bras.
Le caporal se pencha légèrement pour voir la salle que lui masquait le procureur avant de répondre d’un ton simple.
— J’en ai vu d’autres, votre honneur… heu, monsieur… enfin je veux dire, commandant….

Ses hésitations attirèrent de nouveaux sourires bruyants dans le prétoire. Le procureur lui-même réprima un petit rire.
— Monsieur suffira, caporal.
— Bien, monsieur.

Le procureur Zyrec se redressa de tout son long. C’était un homme grand et massif et sa stature impressionnait souvent les témoins assis dans leur box.
— Caporal Denloo, le soir où le colonel Mazkliavek a été tué, voulez-vous dire à la cour ce que vous faisiez ?
— Oui, bien entendu, répondit le jeune homme en se dandinant légèrement sur son siège. J’étais de permanence au centre des transmissions.
— Et qu’est-ce qui vous a amené à aller frapper au domicile du colonel ?
— Eh ben, c’est que Lil… je veux dire, le sergent Sanders, qui était le sous-officier chiffre de permanence, était partie chez le colonel Mazkliavek…
— À quelle heure était-elle partie ?
— Ce devait être vers vingt-deux heures quinze, un truc comme ça… elle m’a dit qu’elle allait chez le colonel et qu’elle revenait dans dix minutes.
— Mais elle n’est pas revenue ?
— Non, monsieur, en effet.
— Et cela ne vous a pas inquiété ?
— Non, monsieur, j’avais du travail, y’avait un regain de transmissions en provenance du Quartier Général, alors je n’y ai pas pensé. Sauf que vers vingt-trois heures, un chiffre est arrivé avec la mention « immédiat ». Alors j’ai cherché le sergent mais elle n’était pas revenue. J’ai essayé d’appeler chez le colonel mais ça n’a pas répondu. Alors je me suis déplacé. Voilà.
— Le sergent Sanders vous a-t-elle dit pourquoi elle se rendait chez le colonel Mazkliavek ?
— J’ai cru comprendre qu’il lui avait demandé de venir.
— Comment était le colonel Mazkliavek ?
— Comment cela ?
— Diriez-vous que c’était un bon supérieur ? Était-il sympathique ?
— Ben… disons qu’il était sévère… il me faisait un peu peur.
— Peur ?
— Il… il avait des sautes d’humeur… parfois il vous criait après, vous saviez pas toujours pourquoi… mais sinon ça allait… avec les filles il était plus gentil…
— Précisez votre pensée.
— Ben… il aimait bien… comment dire… les femmes quoi… enfin, les jolies femmes. Avec lui, elles pouvaient avoir tout ce qu’elles voulaient… permission, autorisation d’absence… notation… vous voyez…
— Pas très bien non, caporal. Vous voulez dire que selon vous, le colonel favorisait les militaires féminins ?

Le jeune homme se tortillait sur son siège, comme mal à l’aise.
— Oui, m’sieur.
— Comment était-il avec une… jolie femme ? Diriez-vous qu’il était gentil ?
— Plutôt gentil… insistant je dirais quand même… collant parfois quand il cherchait à… voyez ?
— À quoi ? À plaire ?
— Oui, à draguer… il avait une réputation de séducteur.
— Vraiment ? Et il avait beaucoup de réussite ?
— Ben ça j’en sais rien, monsieur.
— Mais vous avez bien dû en parler entre vous non ?
— Ben… oui, des fois… on disait qu’il aimait bien certains jeux…
— Des jeux ? Quels jeux, caporal ?
— Des jeux un peu pervers… si vous voyez ce que je veux dire. Mais je n’ai jamais discuté avec une fille passée chez lui.
— Vous en connaissez ?
— Quoi, des filles passées chez lui ? Pas directement…
— Bon et ce soir-là, quand vous avez frappé à sa porte, que s’est-il passé ?
— Personne n’a répondu tout d’abord. Alors j’ai insisté et puis j’ai cru entendre gémir. Alors j’ai frappé de nouveau, mais rien. J’ai appelé la sécurité et le sergent Tryykstarr est arrivé avec une escouade. Comme il n’y avait pas de réponse, il a forcé la porte et on est entré. D’abord on a vu personne dans la salle à manger puis on est arrivé au fond, dans la chambre et c’est là qu’on les a vus… je veux dire, le sergent Sanders et le colonel.



(à suivre…)

Vers : Chapitre 1 - Accusée levez-vous ! (suite - 2/3)
Retour au sommaire
Modifié en dernier par Hiivsha le Dim 20 Avr 2014 - 13:17, modifié 6 fois.
Hiivsha
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3379
Enregistré le: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Notsil » Ven 31 Jan 2014 - 14:50   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Lu ! Je suis à jour pour une fois :)

Pas mal l'introduction de ce nouveau personnage (enfin si c'est bien un nouveau ? ^^), j'ai cru au départ que l'accusée serait Isil, mais la piste était fausse ^^

Quelques fautes :

Alors, même si j'aurais pu introduire en quelques lignes

-> si j'avais ^^ (dans l'intro de ton chapitre)

En fait y'a essentiellement des soucis de virgule. Vu qu'on en met systématiquement dans les dialogues avec monsieur, les titres les grades tout ça (il doit y avoir une règle précise ceci dit ^^).
Accusée levez-vous !

-> Accusée,

— Non coupable monsieur ! répondit le sous-officier d’un ton sec.

-> , monsieur

— Merci monsieur le président.

-> Merci,

Dans la nature, quand un prédateur aux griffes acérées tombe sous les coups désespérés d’une proie qui s’est débattue, on se trouve devant une situation anormale.

-> là j'avoue que je ne comprends pas pourquoi la situation serait "anormale". Un prédateur ne réussit pas toujours son coup, et en plus, parfois, les proies peuvent le blesser (voire tuer, mais en général la mort survient plutôt de l'infection des blessures). Qu'en général la logique veuille que ce soit la proie qui succombe, oui, après, je sais pas, le terme "anormal" me parait un peu excessif ^^

— Bien monsieur.

-> Bien,

Voilà, sinon le début de ce procès pose le décor ; j'aime pas ce proc général qui m'apparait hautain et suffisant, après on verra bien ce qu'il en sort ^^
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2216
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Hiivsha » Ven 31 Jan 2014 - 15:08   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Merci, je vais ajouter des virgules et garder ça en tête pour les prochaines corrections. :jap:

Pour la "situation anormale" du prédateur qui se fait flinguer par la proie, il faut prendre l'adjectif au sens strict du terme : a-normal, i.e. "qui n'est pas la normale, la règle générale, la normalité". En effet, lorsqu'un prédateur dans la nature attaque une proie, c'est rarement elle qui gagne même si elle se défend... ou alors, c'est que le prédateur a eu, comme on dit, "les yeux plus gros que le ventre". Mais cela reste quand même une situation "anormale"...

... préfèrerais-tu "situation inédite" ? :neutre:
Hiivsha
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3379
Enregistré le: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Notsil » Ven 31 Jan 2014 - 16:05   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Hum, voui pourquoi pas, après, disons que dans le cas d'une proie qui se défend, le prédateur prend souvent des coups. Tu n'aurais pas dit que la proie se débattait ça m'aurait paru plus logique du coup ^^
C'est possible aussi qu'il n'y ait que moi que ça dérange :)
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2216
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Hiivsha » Ven 31 Jan 2014 - 17:15   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Pas "se débattre" : j'ai très exactement dit : "quand un prédateur... tombe sous les coups désespérés d’une proie" ce qui revient à dire "se fait tuer" ou du moins se fait neutraliser pour de bon, genre KO ou autre. Mais dans mon idée, "tomber sous les coups d'un ennemi" revient à mourir.

Se débattre est en effet quelque chose de "normal". :wink:
Hiivsha
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3379
Enregistré le: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Red Monkey » Ven 31 Jan 2014 - 20:02   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Bien me voilà !
Je suis pas encore en retard pour la fête !

Un chapitre qui montre encore une fois ta faculté d'inventivité. Je me serais pas attendu à un passage au tribunal comme ça, surtout avant de connaitre les faits. Belle introduction de nouveaux persos. Je sais pas, mais ce jeune témoin me semble important... Pour moi, il deviendrais plus important que l’accusée à l'avenir :sournois:
Sinon, rien à redire, très bon chapitre.
Red Monkey
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9758
Enregistré le: 14 Juin 2012
 

Messagepar Hiivsha » Lun 03 Fév 2014 - 13:12   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Voici le milieu de cet épisode judiciaire dont la fin vous sera présentée vendredi. ;)

________________________________________________


Retour au sommaire
Vers: Chapitre 1 - Accusée levez-vous ! (début - 1/3)

CHAPITRE 1 - Accusée levez-vous (suite - 2/3)


Le caporal décrivit minutieusement la scène et hésita lorsqu’il fallut aborder la nudité et la position respective des deux corps. La jeune femme avait les mains attachées par des menottes, elles-mêmes liées par une corde à la tête de lit. Elle serrait encore entre ses cuisses, la tête de l’officier qui ne bougeait plus.
— Concernant le sergent Sanders, caporal, comment l’avez-vous trouvée ?
— Canon… heu, je veux dire… c’est une très belle femme… elle était superb…

Quelques rires l’interrompirent et il tourna machinalement la tête vers le juge en grimaçant.
— Je crois que j’ai pas dû bien comprendre la question, non ?

Le président fit un petit signe au procureur.
— Commandant, veuillez reformuler votre question au caporal Denloo… différemment.

Le commandant Zyrec leva une main en guise d’excuses.
— Je vous demande pardon, monsieur le président.

Puis se retournant de nouveau vers son témoin.
— Je voulais parler de son attitude. Manifestait-elle quelque chose, comme de la peur ?
— Non, monsieur.
— Pas de colère ?
— Non, monsieur.
— Était-elle en larmes ?
— Non, monsieur.
— Se débattait-elle ?
— Non plus.
— Vous voulez dire qu’elle n’éprouvait aucune émotion en tenant la tête d’un mort entre ses cuisses ?
— Objection, votre honneur ! s’écria Waxie depuis son siège. Si l’intention du procureur est de faire dire au témoin que le sergent Sanders était calme, nous voulons bien en prendre acte s’il plait à la cour de considérer que l’apparence du comportement extérieur de l’accusée ne préjuge en rien des émotions qu’elle pouvait ressentir au fond d’elle-même et que le témoin n’est pas psychologue pour se permettre d’extrapoler !
— Objection retenue, laissa tomber le juge.
— Donc, elle était calme, reprit le procureur arc-bouté des deux mains sur le bord du box et surplombant le caporal obligé de lever la tête vers lui.
— Oui, m’sieur. Elle était calme.
— À la voir aussi calme à un tel moment, avez vous pensé qu’elle venait de se faire violer ?
— Objection, votre honneur, s’écria de nouveau Waxie. Conjecture !
— Objection retenue. Tenez-vous en aux faits, commandant !
— Qu’avez-vous pensé à ce moment-là ? reprit le procureur.
— J’ai pensé que le colonel avait eu une crise cardiaque en pleine partie de jambes en l’air sur le mode hard, si vous voyez ce que je veux dire… vu sa réputation…
— Merci, caporal.

Le procureur se redressa pour regagner sa place.
— Je n’ai pas d’autres questions votre honneur !
— Enseigne Mooline ? invita le juge à l’adresse de l’avocate de Lillaia qui avait suivi l’échange avec une impassibilité de marbre.
— Merci, votre honneur, répondit la jeune femme en s’approchant du témoin. Caporal Denloo, le sergent Sanders a-t-elle dit quelque chose pendant que vous étiez là ?
— Non, madame, rien.
— Pas une parole, un sourire gêné, un mot de remerciement quand on l’a détachée ?
— Non, madame, elle est restée sans rien dire… en tout cas jusqu’à ce que le docteur arrive et qu’on me demande de quitter les lieux.
— Ce qui représente combien de temps ?
— Cinq minutes environ.
— Donc pendant cinq minutes, elle n’a rien manifesté ?
— Non, madame, rien, elle ne bougeait pas…
— Elle était donc prostrée ?
— Oui, madame, on peut dire ça.
— Merci, caporal. J’en ai fini avec le témoin monsieur le président.
— Vous pouvez vous retirer, invita le colonel Griik à l’adresse du caporal Denloo.

Le jeune homme se leva.
— Vous ne devez faire état d’aucune information concernant cette audition à qui que ce soit une fois quittée cette salle, prévint le juge.
— Compris, monsieur, répondit le militaire en s’en allant.


Le témoin suivant fut le sergent Tryykstarr qui relata comment il avait été alerté par le caporal Denloo qu’il se passait peut-être quelque chose au domicile du colonel Mazkliavek. Il était alors intervenu avec une escouade de trois hommes puis était entré de force dans les quartiers de l’officier. Il décrivit la même scène que le caporal avec des mots semblables et avait lui aussi pensé à une partie de jambes en l’air « vigoureuse et virile » selon ses propres termes lorsque furent évoqués les hématomes, griffures et autres marques relevées sur les deux corps. Là où la défense voulait voir une lutte acharnée pour se défendre d’un viol, l’accusation préférait envisager un rapport violent consenti et agrémenté de jeux « érotiques » qui avaient mal tournés.
Puis furent auditionnés les trois membres de l’escouade de sécurité qui n’amenèrent aucun élément supplémentaire permettant de se faire une idée plus précise des raisons de la tragédie.

Le procureur fit ensuite appeler à la barre le docteur Ghosba, qui était le médecin de permanence appelé sur les lieux par le sergent Tryykstarr. Le praticien était un homme antipathique. Il était grand, long et maigre et ses yeux pâles évoquaient ceux d’un serpent. Il s’exprimait d’une voix éraillée sur un ton condescendant.
Le docteur Ghosba expliqua comment, lorsqu’il était parvenu sur les lieux, le sergent Sanders avait déjà été démenottée, et était assise sur le lit, une couverture sur les épaules.
— Après avoir constaté le décès du colonel Mazkliavek, j’ai fait avertir le commandement puis j’ai procédé sur le sergent Sanders à un premier examen général rapide, réflexes oculaires, pouls, vérification de l’absence de traumatisme osseux… dans l’ensemble tout était normal. J’ai ensuite constaté quelques ecchymoses superficielles sur le dos et les cuisses, une profonde morsure à l’intérieur de la cuisse droite, de petites rougeurs au niveau du fessier, deux traces de légers coups au visage, l’une au niveau de l’œil droit et l’autre au coin de la bouche côté gauche et bien entendu aux poignets à cause des menottes.
— Vous a-t-elle parlé ? demanda le procureur.
— Non, elle n’a répondu à aucune de mes questions. Je pense qu’elle était traumatisée par ce qu’elle venait de faire subir au colonel Mazkliavek. Quand je lui ai demandé si elle avait été violée, elle m’a dit non.
— Je croyais qu’elle n’avait pas parlé ?
— Enfin, je veux dire, qu’elle a répondu négativement d’un geste de tête.
— Et elle n’a rien dit d’autre ?
— Absolument rien. Puis la prévôté est arrivée et a pris les choses en main… balisage des lieux, enregistrement des premières dépositions, examen de la scène du crime, photos, analyses, etc… J’ai procédé à l’examen préliminaire du corps : le colonel avait la nuque brisée, sans doute la conséquence d’un violent mouvement de torsion exercé au niveau du cou. La mort a dû être instantanée. Le corps portait quelques traces de coups, ecchymoses à la joue gauche, aux bras… résultat évident des jeux érotiques auxquels il s’était adonné avec sa partenaire…
— Objection, votre honneur, lança Waxie, conclusion spéculative !
— Soyez patiente, Maître Mooline, vous aurez tout loisir de procéder au contre interrogatoire du témoin tout à l’heure. Objection rejetée.
— Avez-vous examiné l’accusée de façon plus approfondie ?
— Sur les lieux ? Non. Mais tous les examens lui ont été fait à l’hôpital.
— En avez-vous pris connaissance ?

Le docteur expliqua qu’il était noté des marques de pénétration vigoureuse comme en attestaient quelques traumatismes relevés à l’examen gynécologique pratiqué sur la jeune femme, sans traces de sperme, ajoutant que ce genre de marques était fréquent dans certains types de jeux entre adultes consentants se livrant à des pratiques de domination de l’un sur l’autre.
— Donc pour vous, il n’y a pas eu viol ? demanda le Procureur qui semblait pressé d’en finir.
— Pour moi il s’agit d’un jeu qui a mal tourné… ce type de jeux virils entre deux partenaires est plus courant qu’on ne le croit et souvent prisé par des femmes qui refusent de l’admettre.

Visiblement satisfait de lui, il laissa échapper un petit rire fort désagréable qui fit réagir Lillaia sur sa chaise au point que son avocate dut poser la main sur son bras en lui chuchotant à l’oreille de rester tranquille.
Le procureur en ayant fini, Waxie Mooline s’approcha du docteur Ghosba.
— Docteur, comment pouvez-vous être sûr qu’il ne s’agit pas d’un viol ? Je veux dire, tout ce que vous avez constaté, les marques, morsures, coups, hématomes… peuvent très bien être les signes visibles d’un tel acte ?
— Comment pouvez-vous être certaine qu’il en s’agit d’un ? répliqua le praticien d’un ton hautain.
— Répondez à ma question docteur, répliqua Waxie d’une voix sèche.
— Eh bien, il me semble que si l’accusée avait été violée, on aurait retrouvé des traces d’ADN dans ses parties intimes.
— Vous savez pertinemment qu’un pervers peut violer une femme en utilisant des artifices et non sa « virilité ».
— On l’aurait trouvée agitée, en pleurs et surtout, elle ne m’aurait pas dit « non » lorsque je le lui ai demandé.
— Justement, elle ne vous l’a pas dit.
— Elle a fait « non » de la tête.
— Ce « non » voulait peut-être dire autre chose ? Peut-être oscillait-elle simplement de la tête sous l’effet du traumatisme qu’elle venait de subir ? Vous avez dit qu’elle n’avait rien dit.
— C’est exact.
— Donc elle était prostrée, en état de choc.
— Ses réflexes étaient cliniquement bons. Peut-être simulait-elle pour éviter de répondre aux questions ?
— Mais peut-être ne se rendait-elle pas encore compte qu’elle venait de subir un viol ? Peut-être même refusait-elle d’y croire ?

Le médecin fit une moue dubitative qui en disait long sur son état d’esprit. Waxie reprit.
— Docteur Ghosba, êtes-vous marié ?
— Je suis divorcé, précisa le praticien d’un ton subitement méfiant.
— Est-ce par consentement mutuel ou l’un de vous deux a eu les torts à sa charge ?
— Objection, monsieur le juge, s’écria le Procureur. La vie privée du témoin n’a rien à faire dans cette affaire !
— Maître Mooline, avez-vous un but précis en posant cette question ? demanda le président d’un ton sévère.
— Oui, monsieur le Juge. Le témoin est ici en qualité de médecin et son opinion compte pour celle d’un expert de la santé. Je souhaite montrer à la cour que son opinion peut être partiale et sujette à caution.

Le colonel Griik hésita l’ombre d’une seconde avant de conclure.
— Objection rejetée, mais, Maître Mooline, dépêchez-vous d’en venir aux faits !

Waxie eut un geste d’assentiment de la tête avant de reprendre en direction du médecin.
— N’avez-vous pas eu les torts à votre charge, docteur ? Votre femme n’a-t-elle pas portée plainte contre vous pour viols répétés et mauvais traitements là où vous avez invoqué des… je vous cite de mémoire : « relations sexuelles passionnées » ?
— Elle a retiré sa plainte ! s’écria Ghosba.
— Parce que vous avez transigé avec elle à grand renfort de millions de crédits républicains et sous condition d’accepter tous les torts à votre charge ! répliqua Waxie plus fort que lui.
— Objection, non pertinent ! cria de nouveau le Procureur.
— Rejetée pour l’instant… Maître Mooline, concluez !

Waxie montra le médecin de l’index.
— Voilà pourquoi le témoin ne peut accepter l’idée que ma cliente se soit fait violer ! Parce qu’il est comme le colonel Mazkliavek et que pour lui le viol n’existe pas puisque toutes les femmes sont consentantes et aiment qu’on les force avec violence ! Cette partialité me révolte ! Je demande à la Cour de ne pas tenir compte de ce témoignage dans cette affaire !
— La Cour a pris note de votre requête, Maître Mooline, mais rejette votre demande. En avez-vous fini avec le témoin ?
— Oui, monsieur le président.

Le médecin fusilla l’enseigne de vaisseau du regard en se retirant. Waxie essaya de réprimer les légers tremblements induits par la colère qui l’avait un instant submergée et alla se rasseoir.


La principale difficulté pour l’accusation, comme pour la défense, était de faire la preuve concrète qu’il y avait eu – ou non – viol et donc acte de défense légitime ayant abouti à la mort accidentelle de l’officier supérieur – ou pas. Si les faits étaient là, les circonstances ayant amené à ces faits ne reposaient que sur le seul témoignage de l’accusée. Tous les expédients étaient donc utiles pour faire pencher la balance de la justice d’un côté ou de l’autre.
Le procureur Zyrec fit alors défiler dans le box des témoins, plusieurs officiers supérieurs, trois hommes, un colonel et deux lieutenants-colonels, raides dans leur uniforme bardé de médailles, qu’il avait fait citer comme témoins de moralité. Ces personnes, dont le haut grade ne permettait guère de mettre en doute la parole, connaissaient la victime et témoignèrent en sa faveur, arguant que jamais le lieutenant-colonel Mazkliavek n’aurait agressé quelqu’un, à fortiori une femme et de plus subalterne. Le viol était un crime et le colonel avait des principes et un honneur au-dessus de tous soupçons. À peine reconnurent-ils, sous la pression du contre-interrogatoire mené par l’enseigne de vaisseau, que la victime avait effectivement un appétit sexuel développé et n’était pas insensible aux charmes féminins, ajoutant aussitôt, que c’était tout à fait normal pour un homme qui assume sa virilité et son autorité masculines. Il y avait selon eux, une différence entre ses frasques sexuelles et un viol. Une ligne rouge qu’il était impensable que le colonel Mazkliavek ait pu franchir. Waxie ne put rien en tirer de plus, les témoins ne se gênant pas pour lui faire sentir qu’ils n’étaient pas de la même caste, ce qui fit penser à la jeune avocate, que si le défenseur désigné avait été plus gradé, les choses se seraient peut-être déroulées autrement.

Lorsque l’accusation fut à court de témoins, la défense appela comme expert, le docteur Fiala Kra’Via, une psychologue d’un certain âge qui avait suivi Lillaia Sanders pendant quelques jours à la suite du drame.
Le témoin décrivit l’état de la jeune femme comme celui de quelqu’un en état de choc, incapable de prononcer une parole. Cet état avait duré de longues heures, y compris durant la garde à vue qui s’ensuivit, période pendant laquelle le prévôt qui tentait de l’interroger fit appel aux services de la psychologue pour tenter de débloquer la situation. Il fallut beaucoup de patience au docteur Kra’Via pour amener Lillaia à un point de déblocage afin qu’elle se remette à parler et puisse expliquer ce qui s’était passé. L’experte émit l’avis qu’un tel traumatisme ne pouvait être consécutif à une simple séance de jeux « virils » ou « érotiques » qui aurait mal tournée car dans ces séances-là, le consentement des partenaires était de mise. Si le colonel avait été tué par accident, elle était persuadée que le choc émotionnel aurait été différent chez l’accusée.
Le procureur mena le contre-interrogatoire tant bien que mal. L’expérience en tant qu’expert du docteur Kra’Via ne put être mis à mal, ce qui ne lui permit pas de la révoquer ou tout le moins de la discréditer.
— Docteur, le médecin chef, le docteur Ghosba, qui fut le premier à recueillir les paroles de l’accusée, affirme que celle-ci lui aurait dit…
— Objection, votre honneur, s’écria Waxie depuis son siège, interprétation erronée !
— … lui aurait « fait non de la tête », se reprit le procureur en appuyant sur le mot « tête » tout en jetant un regard narquois à sa jeune consœur de la défense, comme quoi elle n’avait « PAS » été violée, lorsqu’il le lui a demandé. Par ailleurs…

Il leva les bras d’un nouveau geste théâtral tout en se rendant à sa table pour prendre plusieurs documents.
— … lors de sa garde à vue et « après » que vous êtes parvenue à faire parler de nouveau l’accusée, reprit-il en tendant les documents à la psychologue, lorsque le prévôt lui a demandé si le colonel Mazkliavek l’avait violée, elle a répondu « non », comme en témoigne la retranscription de ces échanges. « Non » ! Voyez-vous, c’est mentionné ici et le prévôt peut venir en témoigner si nécessaire, ajouta-t-il en pointant du doigt un endroit précis sur l’un des documents.

Il y eut un murmure dans la salle et le procureur prit un air satisfait comme si cette simple phrase était à elle seule la solution qui allait permettre de trancher le nœud gordien de cette affaire.
La psychologue sortit elle aussi des lunettes d’un autre temps – elle avait toujours refusé quant à elle les prothèses oculaires – et les ajusta pour examiner les documents que lui tendait le procureur.
— Oui, fit-elle, c’est pour cela que je dis que mademoiselle Sanders est dans le déni. Ça arrive plus souvent qu’on ne le croit qu’une victime de viol refuse de reconnaître ce qui lui est arrivé.

Le procureur éclata d’un rire magistral et fit un tour sur lui-même, les bras ballants, les mains légèrement écartées paumes vers l’avant, en regardant la défense, la salle, puis la Cour d’une tête inclinée sur l’épaule droite.
— Formidable ! s’exclama-t-il. Alors, laissez-moi vous suivre… même quand l’accusée « elle-même » dit que le colonel Mazkliavek ne l’a pas violée, vous, docteur, psychologue et expert devant les tribunaux, vous nous dites : « Ah mais si, il l’a quand même fait, mais la victime refuse de le reconnaître ! » Voulez-vous nous faire accepter cela, docteur, avec tout le respect qui vous est dû ?

La femme aux cheveux grisonnants regarda sans ciller l’imposant commandant par-dessus ses montures, et se permit un sourire indulgent à son encontre.
— Mais c’est facile à vérifier, monsieur le procureur.
— Le vérifier ? Rien que ça ? railla Zyrec. Je vous écoute, docteur, avec impatience !

Fiala Kra’Via jeta un coup d’œil vers le président qui lui adressa un petit signe de la tête pour l’encourager à continuer. Les membres de la Cour se montraient très attentifs aux débats et une curiosité accrue se lisait à présent sur leur visage.

(à suivre... )


Vers : Chapitre 1 - Accusée levez-vous ! (fin - 3/3)
Retour au sommaire
Modifié en dernier par Hiivsha le Ven 07 Fév 2014 - 18:00, modifié 2 fois.
Hiivsha
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3379
Enregistré le: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Notsil » Lun 03 Fév 2014 - 14:25   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Des débats très intéressants à suivre ;)

Bon, si on devait chercher un point négatif, ça serait le côté femmes vs hommes (qu'il s'agisse des docs, des avocats ^^) qui est un poil classique dans ce genre de cas ^^

Je me demande du coup comment tout cela va finir. Si elle est reconnue coupable et va en prison, j'ose penser que tout ça n'aura servi à rien ^^ Mais si elle est innocentée, quid de sa carrière au sein de l'armée ? Un changement d'affectation pour le Défiance peut-être ? ^^
Ou 3ème option que je ne vois pas encore ? :)
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2216
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Red Monkey » Lun 03 Fév 2014 - 17:01   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Mmm, intéressant de nouveau. J'avoue que tu m'intrigues avec tout ça...
Plein de nouvelles infos mais toujours plus de questions... Où va tu donc nous emmener ? 8)
Red Monkey
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9758
Enregistré le: 14 Juin 2012
 

Messagepar Hiivsha » Ven 07 Fév 2014 - 17:59   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

C'est vendredi, et voici donc la fin du chapitre 1, épisode judiciaire, introductif d'un nouveau personnage dans la saga ! :wink:

________________________________________________


Retour au sommaire
Vers: Chapitre 1 - Accusée levez-vous ! (suite - 2/3)

CHAPITRE 1 - Accusée levez-vous (fin - 3/3)


— Eh bien, reprit le docteur, il suffit de regarder le spectrographe des réactions psychoémotionnelles de l’accusée durant son interrogatoire. Il est vrai, qu’on a tendance à ne jamais exploiter ces résultats et pourtant on continue à l’imposer aux prévenus lors des séances de questions. Vous devez avoir les graphiques dans votre document…

Elle feuilleta un instant les liasses de flimplast qu’elle tenait entre les mains, puis s’arrêta sur une feuille recouverte de graphiques complètement absconds pour un profane.
— Tenez, regardez… ici… lorsqu’elle répond « non » au Prévôt, voyez cette courbe et ces pics… regardez les chiffres en bas… elle ment !

Le procureur se redressa de toute sa hauteur.
— Elle ment ? répéta-t-il incrédule.
— Elle ment, reprit en écho la psychologue. Croyez-moi. J’ai montré ces résultats à des experts, chercheurs à l’université de Coruscant. C’est indéniable. Elle ment. Malgré elle, mais elle ment.
— En disant, « non je n’ai pas été violée » … elle ment ? Mais pourquoi ?
— Je vous l’ai dit. À ce moment-là, elle était dans le déni le plus complet. Mais au fond d’elle-même, inconsciemment, elle sait ce qui s’est réellement passé. Elle ne veut pas le dire, elle ne peut pas le dire, mais elle le sait. Il eut d’ailleurs été beaucoup plus simple pour elle de dire « oui »…

Le procureur écarta ses bras qu’il laissa retomber bruyamment le long de son corps. Puis il se tournant vers le président.
— Votre honneur, le témoin peut se retirer. Plaise à la cour nous laisser interroger mademoiselle Sanders ?

Il y eut un brouhaha dans la salle pendant que la psychologue repartait. Waxie Mooline s’exclama puis échangea quelques mots avec Lillaia.
— Vous voulez faire citer l’accusée ? demanda le colonel Griik incrédule.
— Oui, monsieur le président. Si le sergent Sanders a réellement été violée, je souhaite qu’elle me le dise ici, face à face ! Ne sommes-nous pas ici, dans ce temple de justice, pour faire éclater la vérité, rien que la vérité et toute la vérité ?

Le président se tourna vers le banc de la défense.
— Maître Mooline ? interrogea-t-il.

L’enseigne de vaisseau se leva.
— La requête de monsieur le procureur est inhabituelle et je suis contre… mais ma cliente accepte de répondre à ses questions.
— Mademoiselle Sanders, reprit le juge, vous êtes consciente que ce que vous allez dire pourra être utilisé contre vous et que rien ne vous force à le faire ?
— Je sais, monsieur le président, répondit l’accusée d’une petite voix à l’accent de fermeté étrange.
— Dans ce cas… Monsieur le procureur veuillez procéder à l’audition de votre… témoin.

On fit prêter serment à la jeune femme qui s’assit dans le box des témoins.
— Sergent Sanders, depuis combien de temps êtes-vous affectée au 41ème corps d’élite de l’infanterie mobile ?
— Un an, monsieur.
— Où étiez-vous avant ?
— Dans les Forces Spéciales.
— Lesquelles ?
— La 6ème FSI, monsieur.
— Savez-vous que nous avons été rendre une visite à la 6ème FSI et que nous n’avons trouvé personne qui a pu vous reconnaître sur une photo ?
— J’ai changé de couleur de cheveux et de coiffure depuis, ce doit être pour cela, monsieur. Quant à nos noms, dans les FSI, nous ne portons pas les vrais… alors cela ne m’étonne pas. Et puis, nous restons discret sur ce sujet… monsieur.

L’enseigne de vaisseau Mooline se leva de son siège.
— Monsieur le Président, les affectations et les emplois antérieurs de ma cliente n’ont rien à voir avec cette affaire.
— Je suis bien d’accord, répondit le Colonel Griik en se reportant sur le procureur. Commandant, veuillez rester dans le cadre de l’affaire qui nous préoccupe sans vous mêler des affaires des Forces Spéciales… si vous voyez ce que je veux dire.

Zyrec grimaça puis hocha la tête.
— Je vois, monsieur le président. Sergent Sanders, depuis un an, le colonel Mazkliavek vous a-t-il fait des avances ?
— Il en faisait à toutes les jolies femmes, monsieur.
— Veuillez juste répondre à ma question sans extrapoler sergent ! trancha le commandant.
— Ça lui est arrivé, en dehors du service.
— Ce n’était pas votre supérieur ?
— Non, monsieur, je ne travaillais pas sous ses ordres.
— Comment avez-vous accueilli ses avances ?
— J’ai toujours gardé mes distances avec lui mais j’avais du mal…
— Avait-il été incorrect avec vous jusqu’à ce jour ?
— Non, monsieur.
— Pourquoi alors l’aurait-il été ce soir-là subitement ?

Lillaia baissa la tête.
— Je ne sais pas, monsieur, répondit-elle d’une voix qui avait perdu de son intensité.
— Pourquoi avez-vous été le voir chez lui ce soir-là ?
— Parce qu’il m’avait demandé de lui apporter un document qui venait d’arriver du Quartier Général de Coruscant.
— Et une fois chez lui, que s’est-il passé ?

La jeune femme baissait de plus en plus la tête et passa une main sur son visage.
— Il m’a proposé un verre de jus de fruit.
— Et vous avez accepté ?
— Naturellement, ce n’était pas alcoolisé.
— Et ensuite ?
— Il m’a invitée à m’asseoir cinq minutes. Je lui ai dit que je devais reprendre ma permanence mais que cinq minutes ça allait.
— Et ensuite ?
— Ensuite ? Je… ne sais pas… c’est comme un trou noir… je me suis retrouvée nue sur le lit, attachée par les mains avec lui sur moi… et… il tenait dans ses mains des objets… je…
— Vous a-t-il violée ?
— Je… non… je…

La jeune femme secouait la tête de droite à gauche le visage dans ses mains. Le procureur insista et haussa a voix.
— Sergent Sanders ! Répondez-moi en me regardant dans les yeux, vous a-t-il violée ou vous êtes-vous prêtée à un jeu sexuel avec lui ?
— Je… non… oui…
— Regardez-moi et répondez, sergent ! cria soudain Zyrec en frappant du plat de sa main sur le rebord du box. Le colonel Mazkliavek vous a-t-il violée ?
— OUI !

Elle l’avait crié à pleins poumons ce « oui » auquel un silence lourd répondit. Elle avait levé un visage baigné de larmes qui coulaient abondamment le long de ses joues et fixait à présent le procureur froidement, sans sourciller, les mâchoires serrées. Le commandant soutint longuement le regard de la jeune femme puis lentement, il le détourna et fit quelques pas dans le prétoire, l’air pensif.
— Comment est-il mort ? demanda-t-il sourdement.
— Je ne sais pas… répondit Lellaia… il… je me suis débattue longuement pendant qu’il… qu’il me tourmentait… cela semblait l’exciter terriblement de se battre avec moi… et puis, je ne sais pas comment… je lui ai passé mes cuisses autour de sa tête… j’ai serré… serré encore… je voulais qu’il s’arrête… je voulais juste qu’il s’arrête… et puis il m’a mordu… très fort… j’ai sursauté violemment dans le lit sans desserrer mes cuisses et je me suis contorsionnée sous la douleur… j’ai ressenti le craquement de son cou et subitement, il a arrêté de me faire du mal… il ne bougeait plus… et je suis restée là… longtemps… sans bouger… jusqu’à ce qu’on vienne…
— Pas d’autres questions, monsieur le président, laissa échapper Zyrec dont les épaules s’étaient voûtées. L’accusation n’a pas d’autres témoins non plus.

Le colonel Grikk se tourna vers la jeune femme en larmes puis regarda son avocate.
— Maître Mooline ? Il vous reste un témoin je crois.

L’avocate se leva lentement de son siège pendant que Lillaia regagnait sa place.
— Monsieur le président, pouvons-nous vous approcher ?
— Si vous voulez, venez, Maître… vous aussi, commandant.

Waxie Mooline et le procureur s’avancèrent tout contre le pupitre de la Cour.
— Monsieur le juge, c’est délicat. Le dernier témoin est un officier supérieur très en vue, le colonel – elle baissa la voix – Emma Jiliski, épouse du Sénateur Jiliski et membre de la commission des finances militaires du Sénat. Malgré son rang, elle a accepté de venir témoigner en faveur de ma cliente car c’est une femme très droite. Si je la fais venir ici, elle témoignera qu’il y a quinze ans, le capitaine Mazkliavek a abusé d’elle dans les mêmes circonstances que pour le sergent Sanders. L’armée a fait pression sur elle, à l’époque, pour étouffer l’affaire et les choses en sont restées là. Le dossier a disparu. Je ne la ferai témoigner que si monsieur le procureur me dit qu’il n’est pas convaincu de ce qui est vraiment arrivé à mademoiselle Sanders. Mais si elle témoigne, nous risquons de ne pouvoir éviter un scandale.

Le colonel Griik interrogea Zyrec qui réfléchissait rapidement, d’un regard grave.
— Commandant ?

Le procureur fit un geste de la main.
— Je crois qu’il est inutile d’imposer cela au colonel Jiliski. L’accusation renonce aux charges qui ont été retenues contre le sergent Sanders et accrédite la thèse de l’accident et de la légitime défense.
— Bien, conclut le Président, vous pouvez regagner vos places.

S’ensuivit une courte délibération entre les membres de la Cour dont les cinq membres tombèrent semble-t-il rapidement d’accord. Puis le juge frappa avec son petit marteau sur la pièce de bois.
— L’armée abandonne ses poursuites contre l’accusée. Nous vous rendons à vos devoirs de soldat, sergent Sanders !
— Merci, mon colonel ! répondit la jeune femme en se levant avant de saluer.

L’enseigne de vaisseau Mooline lui serra les deux mains.
— Félicitation Lillaia, vous vous en êtes très bien sortie.

Le sergent la fixa d’un regard qui brillait d’une lueur indéfinissable.
— Merci à vous Waxie, vous avez fait du bon boulot.

La Cour s’étant retirée, le Sénateur Dal Set’Harrak s’avança à travers le prétoire jusqu’aux deux femmes pour les féliciter à son tour.
— Ma pauvre Lillaia ! s’exclama-t-il. Quelle épreuve tu as subi… mais enfin, c’est terminé, il faut tourner la page.

La jeune femme se laissa prendre un instant dans les bras du vieux Bothan. Son visage restait de marbre. On aurait pu penser que sa relaxe l’aurait détendue, lui aurait arraché un sourire, mais non. Elle restait inexpressive avec des yeux d’un vert profond insondable.
— Merci de votre présence, Dal, fit-elle en tapotant les épaules du sénateur. C’est gentil d’être venu.
— J’ai promis à ton père d’être toujours là pour toi, répondit le Bothan avec un accent affectueux. Je dois y aller, mais on se revoit très vite pour déjeuner ensemble, n’est-ce pas ?
— Bien entendu, répondit la jeune femme avant qu’il ne s’éloigne.


Waxie Mooline avait rassemblé ses affaires et les deux femmes avaient quitté la salle du tribunal. Comme elles traversaient le grand hall, l’enseigne de vaisseau dit sur un ton inhabituellement dur.
— Vous savez, Lillaia, je suis une femme et donc je suis plus perspicace qu’un homme, fut-il procureur, et je sais reconnaître de vraies larmes lorsque j’en vois.
— Ah ? répondit le sergent Sanders tout en entamant la descente du grand escalier qui descendait du parvis de l’Amirauté. Et ?
— Et les vôtres n’en étaient pas, laissa tomber sèchement l’avocate.

Pour la première fois, le sergent Sanders se permit de rire. Un petit rire presque glacial.
— C’est difficile de pleurer sur commande, répondit-elle froidement.
— Il y a des produits qui peuvent aider… et qu’on peut déposer avec ses mains sur les yeux. Mais cela, vous le savez, n’est-ce pas ?

La sergente rit de nouveau.
— Vous feriez une bonne comédienne, Waxie.
— Je me demande si j’aurais votre talent, après tout, répliqua froidement l’avocate.

Elles étaient arrivées en bas des marches. Devant elles se tenait un grand landspeeder fermé noir, aux vitres si sombres qu’on ne distinguait rien à l’intérieur.
— J’avoue, j’ai menti, murmura Lillaia à l’oreille de Waxie. C’est ce que vous vouliez savoir non ?
— À quel propos ? demanda l’avocate méfiante.

La porte arrière de la limousine noire s’entrouvrit. Lillaia reprit.
— Je suis totalement incapable de briser la nuque de quelqu’un avec mes seules cuisses !
Puis elle s’engouffra dans le landspeeder qui démarra en trombe, laissant l’avocate perplexe au pied du grand escalier.


Le sergent se laissa tomber dans les sièges moelleux en soupirant. À côté d’elle, un vieil homme en vêtements noirs comme ses lunettes rondes, qui contrastaient avec une longue barbe blanche, lui tendit une coupe.
— Champagne, Lillaia ?

Il portait un chapeau sombre duquel tombaient en cascade une longue chevelure argentée qui ondulait sur ses épaules.
— Volontiers ! Il faut arroser la réussite de ma mission, n’est-ce pas. Mazkliavek est mort, comme le Cercle le souhaitait. J’ai toutes les preuves de sa trahison.
— Parfait, comme toujours, mais cette fois, vous n’avez pas fait dans la discrétion… Tss tss… aller jusqu’à un procès… une cour martiale… vous avez rajouté quelques cheveux blancs à ma chevelure de vieillard.
— Allons, Max, vous n’êtes pas si vieux que ça !
— En attendant, je suis heureux de ne pas avoir dû faire comparaître Emma Jiliski à la barre.
— Pourquoi ? N’aurait-elle pas raconté ce que Maître Mooline a prétendu au juge ?
— Vu ce qu’elle nous coûte, j’ose espérer que si… mais il n’est jamais bon de griller un de ses atouts maître.

Le sergent Sanders vida sa coupe d’un trait et la tendit vers l’homme afin qu’il la remplisse de nouveau.
— Mazkliavek savait tout. Il m’avait démasquée, je ne sais pas comment. Je pense qu’il y a des fuites chez nous.
— Des fuites ? C’est grave ça ! Vous avez des preuves ?
— Hélas non… juste une intuition… mais vous savez que je suis la meilleure dans ce domaine… Il m’attendait une arme au poing dans son bungalow. Il m’a forcée à boire une solution destinée à me faire perdre mes moyens et à avouer pour qui je travaillais. C’est là que notre préparation à ce genre de produit a payé… j’ai réussi à le désarmer, on s’est battus et je lui ai brisé la nuque à mains nues. Après j’ai dû me livrer à cette petite mise en scène, seule capable de me blanchir auprès de la justice.
— C’était quand même risqué, objecta le vieil homme. Ça n’a pas été trop dur ?
— Disons qu’il n’est pas évident de se faire soi-même certaines marques à certains endroits… mais à part cela… non. Le colonel était réputé pour ses tendances déviantes, il avait tout ce qu’il fallait pour ça chez lui… je n’ai eu qu’à choisir et à attendre qu’on vienne me délivrer. Pour le reste… mentir à des appareils, simuler un état de choc… c’est bien pour cela que vous nous avez entraînés depuis tant d’années non ?
— Et vous êtes le meilleur élément que je n’ai jamais eu, avoua l’homme en noir avec un sourire presque paternel. J’ai une autre mission à vous confier. Elle vient… d’en haut.
— Ah ? Pas de vacances bien méritées après un an d’infiltration au 41ème ?
— Allons, allons… des vacances ? Pourquoi faire ! s’exclama le vieillard en riant.

Lillaia fit une moue déçue.
— Parlez-moi de cette mission que le Cercle souhaite que je mène à bien.
— Vous allez être affectée sur un croiseur, le Defiance… un projet de votre ami Dal Set’Harrak d’ailleurs… je suis certain qu’il cautionnera au besoin cette mutation, mais avec le dossier que nous allons vous concocter, l’amiral Narcassan sera heureux de vous avoir à bord. Il faudra juste faire attention au commandant Keraviss Sayyham qui travaille toujours pour les renseignements… mais elle n’a pas accès aux données vous concernant… l’avantage de cloisonner certains services de façon étanche…
— Et une fois à bord, que devrais-je faire ?
— Vous allez être affectée à la CPM… une cellule d’intervention en tous genres. Il y a quelqu’un que le Cercle aimerait que vous surveilliez pour lui.
— Ça me changera des éliminations de cibles. Et qui est cette personne ?
— Voici sa fiche, répondit le vieil homme en sortant une enveloppe garnie de feuilles de flimplast portant toutes la mention « très secret galactique ».

Le sergent ricana en vidant sa coupe après avoir jeté rapidement un œil aux documents.
— Une Jedi ? Vous voulez que j’espionne un Chevalier Jedi ?


Vers : Chapitre 2 - Un drôle d'oiseau (début - 1/3)
Retour au sommaire
Modifié en dernier par Hiivsha le Jeu 13 Fév 2014 - 13:16, modifié 2 fois.
Hiivsha
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3379
Enregistré le: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Notsil » Ven 07 Fév 2014 - 21:50   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 3

Hum, joli retournement de situation ! Dire qu'on sympathisait avec cette pauvre victime qui finalement exécutait un contrat ^^ Ça augure du bon pour la suite tout ça !

Alors sinon, y'avait 2-3 points qui m'ont gênée.

Elle avait levé un visage baigné de larmes qui coulaient abondamment le long de ses joues et regardait à présent le procureur d’un regard froid, sans sourciller, les mâchoires serrées. Le commandant soutint longuement le regard de la jeune femme puis lentement, il le détourna et fit quelques pas dans le prétoire, l’air pensif.

-> donc là ouais, je trouvais pas crédible l'association "visage baigné de larmes" (qui sous-entend qu'il n'y en a pas qu'une quoi) et "regard froid" (chapeau au passage pour le "regardait d'un regard" et le "soutint le regard" de la phrase d'après ^^) ... bon avec le recul ok, mais je pense que tu pourrais quand même supprimer ce regard (pour les répé ^^) et dire seulement qu'elle le regarde sans sourciller les mâchoires serrées.(avis perso après ^^)

j’ai réussi à le désarmer, on s’est un peu battus et je lui ai brisé la nuque à mains nues.

-> ici je supprimerais le "un peu". C'est pas "on s'est un peu battus et j'en ai mangé une" mais "tiens on s'est un peu battu et paf il est mort, je comprends pas" ^^ Bref, c'est peut-être que moi, mais le "un peu" m'apparait incongru pour le coup.

Le sergent ricana en visant sa coupe après y avoir jeté rapidement un œil.

-> en vidant peut-être plutôt ?

Voilà une ennemie bien retorse pour notre nouvelle Chevalier Jedi !
"Qui se soumet n'est pas toujours faible." Kushiel.
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2216
Enregistré le: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Suivante

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)


  •    Informations