Coup de chance [oneshot]

Retrouvez ici toutes les Fan-Fictions publiées sur le forum achevées par leur auteur. N’hésitez pas à laisser un commentaire !

Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)

Règles du forum
CHARTE & FAQ des forums SWU • Rappel : les spoilers et rumeurs sur les prochains films sont interdits dans ce forum.

Messagepar Code 44 » Mer 07 Fév 2018 - 0:11   Sujet: Coup de chance [oneshot]

Immergé dans l’eau chaude jusqu’au cou, Lra Yi était pensif. Cela lui arrivait beaucoup, et c’était plutôt normal. On avait très rarement vu un toydarien se précipiter dans quoi que ce soit, et spécialement une nouvelle situation, sans peser longtemps le pour et le contre. Lra ne faisait pas exception à sa race sur ce point-là, pas plus qu’il ne le faisait physiquement : il entrait tout à fait dans les standards toydariens, avec sa petite taille, sa trompe, et ses ailes que les autres espèces sensibles trouvaient agaçantes avec leur vrombissement.

Ces dernières, justement, frémissaient de plaisir au contact de l’eau et des sels de bain. Lra Yi n’avait pas souvent l’occasion de bichonner ses ailes. Les spas et les droïdes de massage étaient un luxe qu’il ne pouvait pas se permettre. Quant aux salons avec des jolies twi’leks à la place des robots, c’était encore moins probable, parce que pour tout cela, il fallait des crédits. Et Lra Yi était fauché. Pas qu’en dataries républicaines du reste : il n’avait pas plus de trugguts ; de peggats ou de wupuipi et la dernière fois qu’il avait vu un lingot d’aurodium, c’était dans un reportage holonet sur les paradis fiscaux.

Ca n’avait pas toujours été le cas. Sur Nar Shadaa, il avait été à la tête d’un petit patrimoine immobilier. Le hasard avait voulu qu’un transport antigrav, suite à une erreur de navigation de son ordinateur de bord, s’écrase en plein sur la bâtisse, la réduisant en miettes de parmabéton. La chance avait fait que Lra Yi avait signé une coûteuse police d’assurance peu de temps avant l’accident, et avait largement été remboursé de son achat.

Hélas, l’enquête des autorités n’avait pas conclu à la même chose, et quand sur Nar Shadaa, les autorités voulaient dire les clans hutt, il valait mieux prendre le premier transport qui quittait la lune, abandonner ses avoirs gelés derrière soi et espérer que l’ordinateur de bord de la navette soit en parfait état.

Depuis, Lra Yi avait vécu d’expédients, s’installant deux semaines sur une planète, trois mois sur une autre, ne laissant derrière lui que dettes et fausses identités. Il était bon à ça, parce qu’il était toydarien, et les affaires pour lui, même louches, étaient dans sa nature. Oh, il avait bien conscience que ce n’était pas faire vraiment honneur à sa race, et qu’il confirmait nombre de clichés spécistes mais enfin ! Allait-on reprocher à un wookie de se servir de ses bras pour subsister ?

C’était tout de même fatiguant de toujours courir, d’avoir toujours les services de police du système derrière soi. Lra Yi aurait bien aimé faire un gros coup, assez pour vivre confortablement sous une nouvelle identité de plus, quelque part sur la Bordure Extérieure, là où on ne regardait de pas trop près les nouveaux venus. Mais la guerre avait tout compliqué. Déchiré par le conflit entre loyalistes et séparatistes, quasiment chaque monde de la galaxie avait été obligé de faire un choix, et surveillait les allées et venues sur son sol, pour éviter espions et sabotages. Cette sécurité renforcée n’avait pas fait les affaires de Lra Yi.

Il avait failli se faire pincer sur Corulag, et avait dû annuler au dernier moment son séjour sur Dantooine, alors qu’il y avait un contact qui lui promettait des artefacts jedi qui se revendaient très bien au marché noir.

Paradoxalement, toute cette agitation le servait aussi un peu. Dans le bouillonnement d’une société en guerre civile, il était plus facile de faire des affaires lucratives. Il suffisait de faire livrer un stock de blaster ici, un stock de bacta là, de graisser les bonnes pattes et l’argent coulait à flot. Le problème, c’était que Lra Yi n’avait jamais assez de temps pour monter un vrai coup. Et aussi que la guerre touchait à sa fin.

La mort du Comte Dooku, chef de la Confédération avait été très commentée par les journalistes de l’Holonet lors de la bataille de Coruscant, et on disait les séparatistes pris à la gorge.

Leur dernier leader était le général cyborg Grievous, et d’après les rumeurs, l’armée clone menait une opération contre ce dernier en ce moment même dans un coin perdu de la Bordure Extérieure.

Même un apolitique comme Lra Yi savait que cela voulait dire que la guerre allait très bientôt s’arrêter, et que la République avait gagné.

Pour un toydarien malin, ça voulait aussi dire qu’il y aurait dans peu de temps un joli paquet de droïdes disponibles dans les bas-fonds, et tout autant d’anciens séparatistes à la recherche de filmiplasts d’identité tous neufs. Encore des belles occasions de se faire un peu d’argent, et peut-être de le garder cette fois.

En grimaçant, Lra Yi étira une jambe dans l’eau moussante, laissant les sels soigner sa douleur. Il ne s’était jamais vraiment remis de ce bête accident quand il était adolescent. Ce n’était pas si gênant quand au quotidien, on comptait surtout sur ses ailes, mais enfin…
Deux coups répétés résonnèrent contre la paroi en bois d’oka, qui coulissa quand Lra Yi donna l’autorisation d’entrer.
Une tête humanoïde masculine à la pigmentation rose bonbon et aux cheveux bleus pointa dans l’ouverture, parée d’un sourire.

_Maître Tarven ? Simplement pour vous prévenir que nos blanchisseurs ont fini de préparer et de repasser vos habits. Je vous les laisse pliés juste là dans le vestiaire.

Lra Yi remercia d’un signe de tête.

_Quand vous serez prêt, nous vous conduirons dans la salle des banquets où le gouverneur vous attend pour lancer le toast en l’honneur du Chancelier et de la République, poursuivit le zeltron. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, n’hésitez pas à demander, nous sommes là pour ça !

Toujours souriant, le domestique referma la paroi, laissant le toydarien dans l’étuve. Ce dernier s’ébroua encore un instant dans l’eau chaude.

C’était vraiment inespéré ce qui lui arrivait. Quelques heures plus tôt, il n’était encore que Lra Yi, l’escroc toydarien à la petite semaine et maintenant, le voici Killax Tarven, maître de l’Ordre Jedi et général de la Grande Armée de la République.

Un coup de chance inouï. Ca s’était produit peu de temps après son arrivée sur Slonoe. Les tempêtes magnétiques qui y faisaient rage brouillaient les communications. De fait, le système était régulièrement isolé du reste de la galaxie.

Lra Yi s'était mis en route depuis plusieurs jours pour rejoindre la capitale par la grande route. A pied cela lui prenait forcément un peu plus de temps, mais il valait mieux ça que prendre les lignes depuis les grands spatioports de Slonoe. Ca coûtait rien et au moins, on attirait pas l'attention.

Il avait les murs de la ville en vue quand une odeur caractéristique lui avait piqué la trompe. Le genre de fragrance qu'un toydarien qui avait commencé dans une casse de swoops ne pouvait pas totalement oublier : celle du fuel qui brûlait et du métal qui chauffait avec. Il avait suivi la piste, se disant qu'il trouverait bien quelques composants à récupérer sur l'épave avant que l'appareil ne se détruise.

Le vaisseau en lui-même était dans un bien sale état : il avait percuté le sol avec violence, avant de rebondir par ricochet comme un caillou à la surface d'un lac avant de finir sa course dans quelques cèdres. Lra Yi avait pensé que si le chasseur avait eu son accident à quelques kilomètres-heure de plus, l'appareil aurait purement et simplement été pulvérisé. Le feu faisait déjà un sacré travail de destruction en tout cas : les composants électroniques éclataient les uns après les autres, et la verrière, ou du moins ce qu'il en restait se couvrait d'une buée de mauvais augure.

C'était quelques secondes plus tard que Lra Yi avait vu le pilote, ou du moins, ce qu'il en restait : un corps tranché au niveau de l'abdomen, écrasé contre le tronc d'un des grands arbres. Le toydarien avait senti son estomac se tordre, et avait dû lutter pour ne pas régurgiter son déjeuner.

Lra Yi s'était apprêté à faire demi-tour, et à regagner la grande route quand un objet brillant avait attiré son regard. Un cylindre de métal, qui avait roulé à quelques centimètres de la main du malheureux. Lra Yi avait pressé le bouton-poussoir sans grande conviction et avait écarquillé les yeux de surprise quand une lame de plasma verte s'était matérialisée dans son poing. Un sabre laser.

Ça voulait dire que le pauvre type – ou la pauvre fille ? - qui avait fini dans les cèdres était un jedi. Le premier réflexe de Lra Yi avait été de lâcher l'arme et de filer à la jawa sans demander son reste. Un jedi mort ça voulait dire d'autres jedi qui venaient enquêter, et des clones en armure, et la République, et beaucoup trop de complications pour un honnête toydarien dans son genre.

Et puis Lra Yi avait réfléchi. Il n'était pas responsable de l'accident, et n'avait rien à se reprocher. Il aurait même pu aider le jedi si ce dernier était encore en vie. Ses collègues n'auraient qu'à consulter l'ordinateur de bord pour voir que Lra Yi était blanc comme un wampa dans cette affaire, et même utiliser la Force pour voir qu'il ne mentait pas – ce n'était pas parce que le cerveau de sa race était imperméable à leur manipulation qu'il ne pouvait pas prouver sa bonne foi -
Alors Lra Yi s'était dit que puisque il rejoignait la capitale, autant leur rapporter le sabre du jedi. Les autres jedi seraient contents, et peut-être même que Lra Yi se ferait quelques crédits dans l'affaire. Tout le monde était gagnant...sauf le pauvre diable coupé en deux.

Lra Yi avait désactivé le sabre et s’était dépêché de remonter en quelques coups d’ailes sur le chemin principal. Les flammes qui léchaient la coque de l’appareil ne lui inspiraient rien de bon. Si le réservoir explosait, il y avait de grandes chances que les cèdres prennent feu.

Sa théorie s’était confirmée peu de temps après qu’il ait repris sa route. Un grondement doublé d’un flash lumineux avait retenti derrière lui, ce qui n’avait que motivé le toydarien à battre des ailes plus vite. C’était au poste de garde le plus proche que tout s’était précipité. Lra Yi avait voulu expliquer la situation, mais à peine avait-il eu le temps de sortir le sabre laser que les soldats slonoens l’avaient applaudi, serré dans leurs bras, et invité à rejoindre la ville en speeder.

Sans rien y comprendre, Lra Yi s’était retrouvé amené en grande pompe au palais, où l’on ne cessait de répéter que sa présence était attendue, et espérée depuis longtemps. On l'avait confié aux bons soins des domestiques, tout en le prévenant qu'il dînerait avec le gouverneur local dans une heure, en présence des officiers clones dont il était censé prendre le commandement.
C’était au bout de quelques minutes de réflexion dans son bain que Lra Yi avait fini par avoir le déclic. Puisque les locaux attendaient un jedi et qu’il s’était présenté à eux avec un sabre laser, ils le prenaient pour celui-ci. Les tempêtes magnétiques les isolant du reste de la galaxie, ils ne pouvaient pas vérifier son identité pour le moment.

Le toydarien avait tout à fait conscience que tout cela ne durerait pas, mais il se gardait bien de les détromper. Il pouvait bien profiter de l'imposture quelques heures, il ne faisait rien de mal. A peine leur coûtera-t-il un peu d’eau chaude et de nourriture fine.
Au pire, vexés, ils le chasseraient de la planète. Ca ne serait pas la première, ni la dernière fois. Lra Yi avait le cuir trop tanné pour avoir mal.

Le toydarien sorti de l’étuve, se séchant vigoureusement avec une serviette en poil de bantha, portant une attention accrue à ses ailes. La tenue que le zeltron lui avait apportée était plutôt chamarrée, assez éloignée de la simplicité qu'on serait en droit d'attendre d'un habit porté par un jedi. Lra Yi l'enfila néanmoins avec joie, heureux de mettre enfin quelque chose de mieux que ses vieilles frusques de voyages.

Le majordome le récupéra dans le couloir et comme il l'avait annoncé, le guida jusqu'à la salle des banquets. Lra Yi sentit sa gorge le serrer à la vue des personnes en belle tenue qui occupaient la pièce. Les grosses légumes encore, il en faisait son affaire, il savait d'expérience qu'un riche était souvent plus crédule que le type qui avait connu la rue et ses combines. Mais Lra Yi n'avait pas spécialement prévu les clones.

Une dizaine de soldats étaient là, en bel uniforme rouge, avec ce que le toydarien espérait être un blaster de cérémonie à la ceinture. Pour l'instant, ils semblaient plus concentrés sur le contenu de leurs assiettes que sur autre chose.

_Maître Tarven ! s'exclama un humain ventripotent qui vint serrer la main de Lra Yi sans prendre la peine de se présenter. Je suis ravi de vous rencontrer enfin, et je pense que vous n'auriez pas pu mieux tomber que sur Slonoe. Je veux dire, pensez à vos pauvres collègues qui sont je ne sais où, dans la boue ou les montagnes à combattre des droïdes...ils n'ont pas la chance d'avoir du champagne comme vous !

_Nous allons où nous porte la Force, répondit le toydarien d'un ton qu'il voulut sage, plongeant sa trompe dans la flûte de champagne qu'on venait de lui mettre dans la main.

_Bien sûr, bien sûr ! Mais si vous le voulez bien, avant que nous continuions à parler, il me faut porter un toast.

Le gouverneur leva haut son verre et sa voix :

_S'il vous plaît ! J'aimerais trinquer à la santé de son Excellence le chancelier Palpatine, gardien de la République, et de l'Ordre Jedi, protecteurs de celle-ci.

Une salve d'applaudissements enthousiastes résonna dans la salle des banquets. Puisque l'on attendait plus que ce coup de feu pour se mettre à table, les convives gagnèrent leur place et firent rapidement honneur à la cuisine du palais.

Devant les plats qu'on lui présenta, Lra Yi se força à se restreindre. En temps normal, un toydarien mangeait comme quatre – leurs ailes brûlaient une quantité astronomique de calories il fallait bien reprendre de l'énergie – mais il n'était pas sûr que bâfrer colle à l'image du jedi qu'il était censé incarner. C'était la même raison qui l'empêchait de s'attarder trop longtemps sur les jambes des serveuses mirialannes qui passaient d'un invité à l'autre, même si leurs courtes jupes rouges ne rendaient pas sa tâche facile. Il commençait à comprendre le sacerdoce de la vie de jedi alors qu’il n’en imitait un que depuis quelques heures.

Le gouverneur de Slonoe était d'un naturel assez sympathique. Bon vivant, il parlait fort et riait tout autant. Il ne tarissait pas d'éloges sur la République et les jedi, et Lra Yi avait beau parfaitement identifier un être mielleux quand il en avait un sous les yeux, l’humain savait se rendre assez affable pour qu’on ne lui en tienne pas rigueur.

_Vous savez que mon propre oncle était un jedi ? demanda le gouverneur, verre de lait bleu en main. Il est tombé sur Galidraan, au service de la République contre des bandits mandaloriens. Peut-être l’avez-vous connu ?

Lra Yi se retint de grincer des dents. Dans le bain, il avait rapidement préparé deux trois anecdotes sur les jedi les plus célèbres – ces gens seraient bien contents de savoir que le vénérable maître Yoda leur envoyait ses pensées - mais il ne fallait quand même pas pousser le bantha dans les orties.

_Navré gouverneur, mais nous sommes de nombreux serviteurs de la Force. Je crains de ne pas personnellement connaître tout le monde, botta en touche le toydarien avec un sourire.

_Bien sûr, répliqua l’humain en se servant une nouvelle part d’aile de mynock épicée, colorant ses doigts de poudre orange. Je profite que vous soyez là pour vous demander maître Tarven…la guerre n’est plus qu’une question de jours, voire d’heures, nous le savons. Est-ce à dire que vous allez immédiatement repartir sur Coruscant avec vos troupes ?

_C’est le protocole monsieur le gouverneur, annonça un soldat clone dont une cicatrice barrait le sourcil droit jusqu’à la paupière.

Le militaire était assis de l’autre côté du gouverneur, et il avait à peine touché à son pâté en croûte, peut-être trop habitué aux rations de combat de la Grande Armée de la République.

_Je sais bien commandant Tnem, objecta l’édile, mais je suis persuadé que si maître Tarven et vous prolongiez votre séjour sur Slonoe ne serait-ce que de quelques jours, cela sera profitable pour tout le monde. Je suis en mesure de rétribuer très grassement le service que je vous demanderais.

_Nous ne sommes pas des mercenaires, persifla le clone, nous ne nous battons pas pour une poignée de crédits.

Les yeux du toydarien s’allumèrent au son de ce mot. Alors comme ça, le brave gouverneur de Slonoe cherchait quelques portes-flingues et était prêt à payer ? Mais c’était que c’était très intéressant ça.

_Personne n’a parlé de cela commandant, répondit l’humain avec un geste de la main. Vous savez très bien que j’ai bien trop de respect pour la République pour…

Un soldat en armure posa sa main sur l’épaule de son officier et se pencha à son oreille. Le commandant Tnem hocha silencieusement la tête avant de reculer sa chaise et de se lever.

_Veuillez m’excuser gouverneur, un message urgent de Coruscant vient d’arriver, je dois l’écouter sans attendre. Maître Tarven…

Lra Yi suivit des yeux quelques secondes le clone jusqu’à ce qu’il franchisse une porte battante et parte hors de vue. Son cerveau calculait rapidement les risques de l’opération qu’il s’apprêtait à proposer au gouverneur. Là, on partait sur quelque chose de beaucoup plus risqué qu’être un pique-assiette à un banquet. Mais en bon toydarien, il savait aussi que plus une opération était risquée, plus les retombées pécuniaires potentielles étaient grosses. La chance lui avait fait un joli clin d’œil en lui donnant ce sabre et cette identité de maître jedi. Est-ce qu’il n’était pas temps de pousser un peu plus loin cet avantage ?

Lra Yi refusa poliment la cruche de vin de fleurs que lui proposait une serveuse – à regret, par la trompe de l’évêque de Toydaria, elle avait une tenue échancrée juste ce qu’il fallait ! – pour se pencher un peu vers le gouverneur.

_Vous pourriez préciser le service dont vous auriez besoin ?

Le gouverneur commença à détailler son problème, parlant d’un souci avec un terrain qu’il avait fait passer en zone constructible, mais qui abritait des nichées d’oiseaux protégés par les lois environnementales galactiques et que la présence d’opposants à sa politique n’amélioraient pas les choses…

A vrai dire, Lra Yi n’écoutait que d’une oreille. Il réfléchissait vite, imaginant comment vendre un plan crédible au gouverneur et surtout, comment en tirer avantage avant que sa couverture ne soit découverte.

Des pas claquèrent derrière lui. Les clones devaient avoir fini de recevoir leur message de Coruscant. Vu comment le commandant avait réagi devant le gouverneur, il valait mieux éviter de…

Lra Yi cligna des yeux, sentant un frisson lui parcourir l’échine. Le message de Coruscant.

Si le clone avait eu connaissance d’un message depuis le centre de la galaxie, c’était que les communications étaient rétablies sur Slonoe. Et si les communications étaient rétablies sur Slonoe, alors…

Il n’eut pas le temps de se lever que le commandant Tnem dégainait son blaster et pressait la détente. Le laser frappa le toydarien dans la nuque, et le choc le projeta à moitié contre la table. Il ressentit une forte douleur au cou et la sensation bizarre de se mouiller en s’écrasant contre son bouillon de légume.

Ses oreilles captèrent les cris de surprise l’assistance et il vit du coin de l’œil d’autres clones le cerner en triangle. Sans qu’il comprenne pourquoi, il n’était pas encore mort. Dévoré par l’envie que cela dure encore un peu, il leva lentement les bras cherchant à mettre ses mains en évidence.

_Empêchez le d’utiliser la Force ! entendit-il derrière lui avant que ne gronde des dizaines et des dizaines de coups de blaster.

La dernière pensée consciente de Lra Yi alors que les lasers le déchiquetaient, était de se dire que sur Slonoe décidément, ils ne plaisantaient pas avec l’usurpation d’identité.

***


Sate Pestage, tout juste nommé grand vizir impérial, laissa filer son doigt sur le datapad qui reposait sur son bureau. Le Nouvel Ordre apporterait sans doute d’immenses changements dans la galaxie, mais pour le moment, la masse de travail bureaucratique n’avait pas vraiment changé depuis l’ère républicaine. Pestage en avait l'habitude cela dit. Palpatine, depuis le jour où il l'avait recruté comme assistant parlementaire sur Naboo avait toujours brassé des montagnes de documents, et il fallait un certain talent pour naviguer dans cette mer de filmiplast sans sombrer.

Dans ces dernières semaines, le gros du travail venait des dossiers jedi. Mine de rien, exterminer l'Ordre jusqu'à la racine, c'était un sacré travail, et Pestage avait cru comprendre que ça allait être la tâche principale de ce drôle de type en armure noire, le nouvel apprenti de Sa Majesté.

Pour le moment, le plus gros du boulot pour Pestage, c'était de compiler les rapports de tous les clones qui avaient effectué l'Ordre 66 et de dresser la liste précise des jedi tombés. En l'ajoutant aux victimes de l'opération Knightfall ; et en retranchant le tout de la base de données de l'Ordre Jedi, on obtiendrait les survivants. Simple et efficace.

Il remontait la lettre T quand son doigt s'arrêta sur ce qui devait être une erreur.

« Tarven, Killax ; toydarien; maître jedi ; exécuté lors de l'Ordre 66 sur Slonoe»

« Tarven, Killax ;skakoan ; maître jedi ; porté disparu lors de sa prise de commandement sur Slonoe »

Ca c'était bizarre. Les doublons dans les listes ça arrivait. Des homonymes, des jedi qu'on enregistrait sous deux noms, quelques rares cas de jumeaux...mais ce qui intriguait Pestage c'était les races qui n'avaient rien à voir. Encore confondre humain et kiffar ou chev, ça pouvait encore se concevoir.

Mais il n'y avait rien de commun entre un toydarien et un skakoan.

Pestage hésita à mettre Tarven de côté et à étudier le dossier plus à fond. Il aurait dû le faire pour éliminer au maximum les erreurs. Mais il avait encore une liste de jedi longue comme trois wookies à traiter et Palpatine voulait un premier rapport préliminaire avant le déjeuner.

Et puis d'une manière ou d'une autre, puisque Tarven était mort, peu en importait les détails. Ce n'était pas comme s'il y avait un type en liberté dehors qui s'amusait à se faire passer pour un jedi.

Le grand vizir sentit ses yeux papillonner un instant. Il aurait sûrement besoin d'un peu de café pour continuer son travail.

Pestage continua de dérouler la liste

« Traavis ; humain ; maître jedi ; exécuté lors de l'Ordre 66 sur Garqi »

La matinée serait longue.
Modifié en dernier par Code 44 le Mer 07 Fév 2018 - 10:00, modifié 1 fois.
"Votre manque de foie me consterne..." Dark Vador, Seigneur Sith sur le mess de l'Etoile Noire
Code 44
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1175
Enregistré le: 14 Mar 2008
Localisation: In every Nutella box
 

Messagepar Zèd-3 Èt » Mer 07 Fév 2018 - 0:46   Sujet: Re: Coup de chance [oneshot]

Code 44 est de retour ! :shock:
Et avec lui, ses célèbres tirets underscore :paf:

C'est une nouvelle bien sympathique que voilà ! Bon, je me suis vite douté que le Toydarien (oui, parce que les espèces prennent une majuscule :siffle: ) succomberait à l'Ordre 66, mais ça ne diminue en rien le plaisir de la lecture. Nice work :jap:

En passant, j'ai beaucoup aimé l'expression "filer à la Jawa" :D

Deux petites remarques, quand même : on dit "permabéton" et pas "parabéton" (enfin je crois), et il y a un mot manquant ici :
Lra Yi était blanc comme dans cette affaire


Ce retour inopiné signifie-t-il que tu vas reprendre Mauvaise graine ? :sournois:
Quand un ouvrier a travaillé dix-huit heures, quand un peuple a travaillé dix-huit siècles et qu'ils ont, l'un et l'autre, reçu leur paiement, allez donc essayer d'arracher à cet ouvrier son salaire et à ce peuple sa République !
Victor Hugo
Zèd-3 Èt
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2726
Enregistré le: 01 Avr 2015
Localisation: Probablement en train de lire un bon livre au fond de mon lit alors que je devrais étudier...
 

Messagepar Pic » Mer 07 Fév 2018 - 9:33   Sujet: Re: Coup de chance [oneshot]

Deux excellentes nouvelles : le retour de Code 44, et son dernier récit ! Comme Zèd-3 Èt, j'ai assez vite compris ce qui allait arriver au Toydarien, mais ton texte est tellement bien écrit qu'on se laisse mener à cette issue prévisible avec plaisir. Le texte regorge de petits détails (spécialités culinaires, vestimentaires, expressions) qui l'ancrent profondément dans l'univers de Star Wars, tout en faisant de réguliers clins d'oeil à notre monde bien à nous (paradis fiscaux, assurances, arnaques immobilières). Le contraste entre la plus grande partie du récit, narré de manière désinvolte, insouciante, voire guillerette, tranche aussi avec la fin, qui est brutale, sèche et bureaucratique.
Bref, un petit bijou :love:
Pic
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 141
Enregistré le: 05 Déc 2015
Localisation: Chambéry
 

Messagepar Code 44 » Mer 07 Fév 2018 - 10:10   Sujet: Re: Coup de chance [oneshot]

Zèd-3 Èt a écrit:Code 44 est de retour ! :shock:
Et avec lui, ses célèbres tirets underscore :paf:


Il n'y a pas de mort, il n'y a que les underscores, c'est mon credo jedi :o

C'est une nouvelle bien sympathique que voilà ! Bon, je me suis vite douté que le Toydarien (oui, parce que les espèces prennent une majuscule :siffle: ) succomberait à l'Ordre 66, mais ça ne diminue en rien le plaisir de la lecture. Nice work :jap:


Originellement Lra devait survivre, mais ça aurait rallongé inutilement la fic. Il est donc mort héroïquement en jedi, et sera célébré comme tel par l'Ordre et Luke vingt ans plus tard. :lol:

En passant, j'ai beaucoup aimé l'expression "filer à la Jawa" :D


Les expressions spécistes te font rire ? Tu serais pas un peu pro-Comporn toi ? :o

Deux petites remarques, quand même : on dit "permabéton" et pas "parabéton" (enfin je crois), et il y a un mot manquant ici :


Merci pour les coquilles ;)

Ce retour inopiné signifie-t-il que tu vas reprendre Mauvaise graine ? :sournois:


On va voir. J'ai une autre idée de fic SW que j'aimerais bien mettre ici, encore un petit oneshot de 5-6 pages mais je me sens pas forcément de reprendre une fic longue. J'ai un peu l'impression que j'arriverais jamais à développer plus ce que j'avais crée dans l'Eclosion du Mal.




Pic a écrit:Deux excellentes nouvelles : le retour de Code 44, et son dernier récit !


Je suis comme Luke, je pars en exil trente ans en Irlande mais je reviens quand même au moment opportun, comme tout bon magi... jedi qui se respecte.

Comme Zèd-3 Èt, j'ai assez vite compris ce qui allait arriver au Toydarien, mais ton texte est tellement bien écrit qu'on se laisse mener à cette issue prévisible avec plaisir. Le texte regorge de petits détails (spécialités culinaires, vestimentaires, expressions) qui l'ancrent profondément dans l'univers de Star Wars, tout en faisant de réguliers clins d'oeil à notre monde bien à nous (paradis fiscaux, assurances, arnaques immobilières). Le contraste entre la plus grande partie du récit, narré de manière désinvolte, insouciante, voire guillerette, tranche aussi avec la fin, qui est brutale, sèche et bureaucratique.
Bref, un petit bijou :love:


On essaye de rester fidèle à son style naturaliste starwarsien ^^



Content que ça vous ai plu et merci de vos retours :)
"Votre manque de foie me consterne..." Dark Vador, Seigneur Sith sur le mess de l'Etoile Noire
Code 44
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1175
Enregistré le: 14 Mar 2008
Localisation: In every Nutella box
 

Messagepar Zèd-3 Èt » Mer 07 Fév 2018 - 10:50   Sujet: Re: Coup de chance [oneshot]

Code 44 a écrit:Les expressions spécistes te font rire ? Tu serais pas un peu pro-Comporn toi ? :o

Seulement une légère sympathie pour monsieur Nexhrn :D

Code 44 a écrit:Merci pour les coquilles ;)

De rien :jap:

Code 44 a écrit:
Ce retour inopiné signifie-t-il que tu vas reprendre Mauvaise graine ? :sournois:

Évidemment. J'ai honte d'avoir mis si longtemps à en reprendre la rédaction et j'espère que mes très estimés lecteur me pardonneront.

:love:
Ben quoi, on peut toujours rêver, non ? :paf:
Quand un ouvrier a travaillé dix-huit heures, quand un peuple a travaillé dix-huit siècles et qu'ils ont, l'un et l'autre, reçu leur paiement, allez donc essayer d'arracher à cet ouvrier son salaire et à ce peuple sa République !
Victor Hugo
Zèd-3 Èt
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2726
Enregistré le: 01 Avr 2015
Localisation: Probablement en train de lire un bon livre au fond de mon lit alors que je devrais étudier...
 


Retourner vers La Bibliothèque (textes achevés)


  •    Informations