StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
Prélogie: Analyse d'un mythe
Sommaire et commentaires | Références historiques | Une nouvelle approche de la Force
1. La Force
 
Dans la plupart des mythes, il existe une présence divine qui régit l’univers du récit : l’un des buts du mythe est en effet de se poser la question de l‘existence de Dieu et de savoir comment celui-ci peut (s’il existe) nous guider dans notre existence. Dans l’univers de Star Wars, cette présence est représentée sous la forme de la Force, « un champ d’énergie créé par tout être vivant, qui nous entoure, nous pénètre et lie la galaxie en un tout ».

Pour créer le concept de la Force, Lucas a effectué une synthèse des différentes religions existantes, aussi bien occidentales qu’orientales, afin d’en présenter les principes essentiels sous une forme à la fois universelle et accessible au grand public.
Lucas : « En créant Star Wars, j’espérais que la jeunesse actuelle retrouve un semblant de spiritualité ; au moins qu’elle se pose des questions quant à l’existence de Dieu ».

La Force étant une présence divine impersonnelle, on peut a priori penser qu’elle se rapproche davantage des religions orientales qu’occidentales. En occident, on a tendance à donner des traits humains à Dieu : notre Dieu est personnifié. Demandez par exemple à un enfant européen comment il se représente Dieu, et il vous répondra que c’est un veille homme à la barbe blanche. A l’inverse, dans les religions orientales, Dieu est beaucoup moins humain, il n’est pas personnifié : c’est une énergie vitale régissant l’univers, à l’instar de la Force. Les indiens l’appellent Prana, les chinois Chi et les japonais Ki.

Les chevaliers Jedi eux–mêmes, tels qu’ils apparaissent dans la prélogie, rappellent les moines bouddhistes zen. Comme eux, ils rejettent la passion et l’attachement aux choses de la vie, car tous deux apportent la souffrance.
D’un autre côté, par exemple, l’expression « Que la Force soit avec toi » est un référence directe à « Que le Seigneur soit avec nous » de la religion chrétienne occidentale.
2. Signification philosophique de la Force
 
La prélogie a modifié notre perception de la Force de manière significative, en lui donnant une dimension moins manichéenne et plus proche de la réalité psychologique. La Force n’est plus divisée en deux parties, comme c’était le cas dans la trilogie originale, l’une bonne, que nous appelions par commodité le côté « clair » (celle-ci n’ayant jamais été nommée explicitement dans aucun des films), l’autre mauvaise, le Côté Obscur. Désormais, la Force est divisée en trois entités distinctes : la Force Unificatrice, la Force Vivante et la Côté Obscur. Nous allons voir quel rôle chacune de ces forces jouent dans l’ensemble de la saga et comment elles permettent de comprendre la fameuse prophétie de l’Equilibre dans la Force. Pour cela, nous allons nous appuyer sur une analyse psychanalytique de la Force, en considérant celle-ci comme une métaphore de la psyché humaine, chacune des composantes de la Force représentant un aspect de notre personnalité.

La Force, métaphore de la psyché humaine.

Dans ce paragraphe, nous résumons l’essentiel de la théorie de Freud sur la psyché humaine et la mettons en parallèle avec la vision de la Force exprimée dans la prélogie.

Freud décomposait l’esprit humain en 3 composantes : le Ca, le Moi et le Surmoi, chacune de ses entités jouant un rôle déterminant dans notre façon de nous comporter dans la vie quotidienne. Chacune d’elle va nous pousser à effectuer certaines actions ou, au contraire, nous freiner dans leur accomplissement. C’est donc la somme des interactions entre les trois entités qui définit notre comportement à chaque instant.

  • Le Ça :

C’est en quelque sorte notre partie animale. Le Ça est inconscient. Il représente l’ensemble de nos pulsions et instincts. Pulsions de vie (sexe), pulsions de mort (agressivité), peurs diverses, instinct de domination, etc. C’est la partie la plus enfouie de notre personnalité, la plus primitive. Le Ça est dominé par le principe de plaisir : l’individu dirigé uniquement par son Ça désire satisfaire ses pulsions à tout prix, le plus rapidement possible, sans prêter attention aux contraintes sociales. Il veut tout et maintenant.



Dans Star Wars, c’est le Côté Obscur qui est l’équivalent du Ça et les Sith en sont les représentants. Les Sith sont des individus sensibles à la Force mais n’écoutent que la partie instinctive de celle-ci. Dark Maul, en particulier, montre cet aspect animal de la Force jusque dans sa façon de se mouvoir, qui rappelle les félins. Son visage, quant à lui, rappelle le Diable, qu’on a aussi coutume d’appeler la Bête. Satan étant lui-même le symbole du Ça dans la religion chrétienne, il représente ce côté animal, pulsionnel, enfoui au sein de chaque être humain.

  • Le Surmoi :

A l’instar du Ça, le Surmoi est inconscient. Il représente la Morale, l’ensemble des règles et tabous que la société a inculqués à l’individu, notamment par le biais des parents. Le Surmoi permet à l’individu de s’intégrer à la société en servant de garde-fou au Ça. Sans le Surmoi, le chaos régnerait sur le monde, car le Ça pourrait faire tout ce qu’il veut. Le Surmoi doit donc s’assurer que celui-ci ne s’exprime pas en dehors des limites imposés par la société. Pour cela, il possède des armes : le sentiment de culpabilité, la honte, le sentiment d’infériorité, l’angoisse...

Exemple de la vie quotidienne : j’ai une faim de loup. Mon Ça m’ordonne de manger tout de suite pour satisfaire cette pulsion. Mais mon Surmoi s’y oppose car il se trouve que je suis en plein milieu d’une réunion d’affaires. Mon corps devra donc attendre car si je mange, je brise les règles de savoir-vivre imposées par la société à laquelle j’appartiens.
Exemple extrême : Des hommes des sables ont tué la mère d’Anakin. Le Ça d’Anakin l’ordonne de les tuer afin de satisfaire sa vengeance (pulsion de mort). Son Surmoi s’y oppose car cela est contraire au Code Jedi. Malheureusement, comme on le voit dans l’Attaque des Clones, le Ça aura le dernier mot…




Dans Star Wars, le Surmoi est représenté par la Force Unificatrice et l’ Ordre Jedi en est le symbole. Vis-à-vis d’Anakin, l’Ordre représente donc la société avec un code strict auquel il devra se conformer : le Code Jedi.

Il est intéressant de constater qu’une soumission totale au Surmoi implique bien souvent une tendance vers le conservatisme : une société qui suit toujours aveuglement ses propres règles ne peut en effet plus évoluer. C’est précisément ce qui se passe avec les Jedi de la prélogie : ils sont obnubilés par le respect de leur Code et ne parviennent plus a se remettre en question. C’est donc un Ordre figé, amené à s’éteindre.

  • Le Moi :

A la différence du Ça et du Surmoi, le Moi est semi-conscient. Il est le siège du libre arbitre et de la conscience.

Le Moi est dicté par le principe de réalité : il sert de médiateur entre le Ça, le Surmoi et la réalité extérieure. Le Moi va s’efforcer de trouver un compromis entre les exigences de ces trois entités qui sont souvent divergentes et en conflit les unes avec les autres. Ceci permet de conserver l’unité de la personnalité, garantissant ainsi la bonne santé mentale de l’individu.




Dans Star Wars, le Moi est symbolisé par la Force Vivante. Qui Gon Jinn, Luke et Anakin Skywalker (pré et post Vader) en sont les représentants. Ils ne sont soumis ni à la Force Unificatrice, symbolisé par l’Ordre Jedi, ni au Côté Obscur, symbolisé par l’Ordre Sith. Ils cultivent leur individualité, leur libre arbitre et suivent leurs propres pensées, rêves et convictions.
3. A la recherche de l'Equilibre
 
Dans la Menace Fantôme, nous apprenons d’après une ancienne prophétie qu’Anakin serait l’Elu qui ramènerait l’Equilibre dans la Force. Quelle est au juste la signification de cette prophétie ? Nous allons voir qu’elle prend tout son sens si nous l’examinons sous un angle psychologique.

Nous avons vu précédemment que la psyché humaine pouvait se diviser en 3 entités différentes : le Ca (le Côté Obscur de la Force), le Surmoi (la Force unificatrice) et le Moi (la Force Vivante).

Lorsque le Moi est en difficulté et qu’il échoue dans ses tentatives de médiation entre le Ca, le Surmoi et la réalité, l’individu finit par être asservi soit par le Ca, et perd alors toute notion du réel (psychose), soit par le Surmoi, auquel cas il néglige la satisfaction de ses propres pulsions (névrose). Dans les deux cas, la personnalité de l’individu est alors déséquilibrée. Pour éviter cela, l’individu doit donc renforcer son Moi, afin que celui-ci puisse maintenir à tout moment un équilibre entre le Ca, le Surmoi et le Moi. Dans le cas où le Moi est suffisamment fort, le Ca et le Surmoi cessent de se faire la guerre et les 3 instances psychiques vivent en harmonie.

Dans Star Wars, c’est la Force Vivante qui joue le rôle du Moi. De ce fait, l’Equilibre de la Force ne peut se faire qu’en faisant appel à la Force Vivante. Si celle-ci est suffisamment forte, alors le Côté Obscur, représenté par les Sith, et la Force Unificatrice, représenté par l’Ordre Jedi, ne sont plus en conflit mais vivent en harmonie au sein même de l’individu. En faisant appel à la Force Vivante, l’individu arrive donc à transcender la dualité qui existait auparavant au sein de la Force. Il n’y a plus de Côté Obscur, plus de Force Unificatrice, il y a juste la Force, unifiée au sein même de son esprit. C’est ce que parviennent à accomplir Luke et Anakin à la fin de la saga. Anakin fait Un avec la Force juste avant de mourir, après avoir détruit Dark Sidious. Ce geste symbolise pour Anakin sa volonté de ne plus être soumis au Côté Obscur de la Force, tout comme jadis il avait voulu ne plus être soumis à la Force Unificatrice. Ce faisant, il ramène l’Equilibre en lui et, par extension, à l’échelle de la galaxie, et donc de la Force tout entière, les destins d’Anakin et de la galaxie ne faisant qu’un (voir chapitre à venir « la quête héroïque d’Anakin Skywalker »)
Quant à Luke, ayant su éviter les pièges parsemant sa quête, il aura la chance et la volonté de faire Un avec la Force bien plus tôt dans son existence. Il deviendra par la suite l’incarnation du renouveau de l’Ordre Jedi. Un Ordre davantage en phase avec la Force que ne l’était l’ancien.
Pour ce qui est des Jedi de la Prélogie, ils ne peuvent faire Un avec la Force qu’une fois morts…

Il est intéressant de noter que, d’après le psychanalyste Carl Jung, le Héros mythique est caractérisé par le fait qu’il est le représentant du Moi. Anakin et Luke n’échappent pas à cette règle. En suivant son Moi, et donc son cœur et ses aspirations, le héros acquiert un caractère divin et parvient à transcender sa réalité. Il est clair qu'Anakin et Luke possèdent tous les deux ce caractère divin, étant donné qu’Anakin est le fils de la Force et que Luke est son descendant direct. Le fait qu’ils représentent tous les deux le Moi, et donc l’individualité de l’être humain, explique sans doute pourquoi ils arrivent à conserver l’identité des personnes aimées après leur mort.
Cette dernière affirmation demande bien évidement à être confirmée par la vision de l’Episode III.
<< Page précédente
Publicité